Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’artification

 | 
Nathalie Heinich
, 
Roberta Shapiro

Deuxième partie. État des lieux

L’art brut

Roberta Shapiro et Véronique Moulinié

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour la théorie de l’artification, l’art brut apparaît comme un cas d’école. Si l’expression fut inventée par Jean Dubuffet en 1945, le coup de force terminologique du peintre survient au sein d’un espace d’opportunité préexistant, fruit de la rencontre entre l’obsession des artistes et des intellectuels pour percer le secret de la création, qu’ils croient trouver en la marge ou la folie, et l’inspiration de gens très modestes, confrontés aux effets dévastateurs des grands bouleversements qui secouent la société et la culture populaires depuis la révolution industrielle1. Cet espace s’est formé dès le début du xixe siècle, grâce à la mobilisation de psychiatres autour des dessins d’aliénés, puis aux échanges entre médecins et artistes en vue de promouvoir ces productions. À la passion pour l’« art des fous » est venue ensuite se greffer celle pour l’art médiumnique des spirites puis pour les bricolages d’excentriques autodidactes. Au croisement de ces trois sources, Dubuffet invente...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540