Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’artification

 | 
Nathalie Heinich
, 
Roberta Shapiro

Deuxième partie. État des lieux

Le cinéma

Martine Chaudron et Nathalie Heinich

Note de l’éditeur

Martine Chaudron n’a pu revoir avant son décès la dernière révision de cette note.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tous les arts, avant de devenir un commerce et une industrie, ont été à leur origine des expressions esthétiques de quelques poignées de rêveurs. Le Cinématographe a eu un sort contraire, commençant par être une industrie et un commerce. Maintenant il doit devenir un art. On veut accélérer le moment où il le deviendra pour de bon1.

C’est ce que déclarait en 1920 le romancier, essayiste, journaliste et critique d’origine italienne Ricciotto Canudo (1877-1923), connu comme l’inventeur de la qualification de septième art attribuée au cinéma, « après la musique, la poésie, la danse, l’architecture, la peinture et la sculpture2 ».

Dans un premier essai publié en 1911 (La naissance d’un sixième art : essai sur le cinématographe), puis dans Le manifeste des sept arts en 1923, Canudo insistait sur la spécificité de l’art cinématographique, tant du point de vue de son mode de production, entre artisanat et industrie, que de son mode de diffusion, entre le spectacle forain et les prétentions ar...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540