Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire

 | 
Claude Meillassoux

Chapitre II. Le peuplement

Texte intégral

I. Caractéristiques actuelles du peuplement en pays Gouro.
Origine du peuplement

II. Le processus de peuplement
A.— Période précoloniale

  1. Regroupement et éclatement des cellules résidentielles

  2. Les déplacements de villages

  3. La dynamique sociale du peuplement pré-colonial.

B.— L’intervention militaire et administrative
C. — Le développement moderne du peuplement

  1. Les gros villages

  2. L’implantation des immigrants

  1. Dioula

  2. Baoulé

  3. Mossi

I. — CARACTÉRISTIQUES ACTUELLES DU PEUPLEMENT EN PAYS GOURO

  • 1 Les documents joints (tableaux I à VII, fig. 2 à 6, cartes n° 4 à 9) fournissent les principales do (...)

1La population des unités administratives définies précédemment (c’est-à-dire le Cercle de Bouaflé, moins les Cantons Ayahou et Yaouré) compte, d’après les recensements officiels portant sur la période de 1955 à 1958, 98 278 habitants dont 12 981 étrangers1. Les 85 297 Gouro du Cercle se répartissent en 231 villages, formant 36 tribus regroupées depuis 1932 en dix Cantons, eux-mêmes compris dans les trois Subdivisions de Bouaflé, Sinfra et Zuénoula. L’ensemble de ces dix Cantons couvre une superficie de 7 800 kilomètres carrés (voir tableaux I à V). La densité est en moyenne de 12,5 habitants au kilomètre carré, mais varie très largement selon les régions (cartes n08 4 et 5).

2Les zones de plus fortes densités se situent dans la poche nord-est de la savane arborée, à la rencontre des populations Malinké et sur la route de Bouaké. La densité moyenne des Cantons Ma et Niono, les plus peuplés, est respectivement de 40 et 35 habitants au kilomètre carré. Localement, elle atteint plus de 75 habitants au kilomètre carré autour de Maminigui et Gouetafla.

3Le semis des villages dans cette région est relativement homogène. Il l’était davantage autrefois ainsi qu’en témoigne une carte dressée en 1912 par l’armée coloniale (carte n° 6). Aujourd’hui, les villages ont été regroupés par l’administration le long des routes. L’effectif moyen des agglomérations est plus élevé que dans toutes les autres parties du pays : 660 habitants dans le Canton Ma, environ 500 dans les Cantons Bei et Niono. Mais les différences sont très grandes, certains villages dépassant 1 500 et 2 000 habitants, d’autres étant inférieurs à 100. La majorité d’entre eux groupe entre 300 et 400 personnes (fig. 2 et 4).

4Dans l’Ouest de la Subdivision de Zuénoula, le long de la Marahoué et au-delà, dans la zone forestière, la densité est beaucoup plus faible (4,2 hab. /km2 dans le Canton de Mangourou). Les villages, plus distants les uns des autres, n’abritent plus en moyenne que 150 habitants (Canton de Zuénoula) et 300 (Canton Mangourou). Les plus gros d’entre eux ne dépassent pas 1 000 habitants, et la plupart abritent entre 100 et 200 personnes (fig. 3).

5Une large bande inhabitée, couverte de forêts au sud-ouest et de savanes au nord-est, sépare cette zone de la région forestière méridionale. Un étroit couloir de peuplement, localisé approximativement le long du bassin de la Marahoué, fait communiquer les deux régions.

6La population est désormais beaucoup plus dispersée. Dans le Canton Gouro-Est de la Subdivision de Bouaflé, la densité moyenne n’est plus que de 11,2 et la population moyenne par village de 355 habitants (fig. 5). Les villages sont moins souvent alignés le long des routes et les tribus groupant plusieurs villages sont ici plus nettement séparées les unes des autres. Ce semis en constellation est encore plus apparent dans la zone sud-ouest où la densité est très faible (4,2 dans le Canton Gouro-Ouest ; 4,7 dans le Canton V’nan ; 8,5 dans le Canton N’Goï). Chaque tribu occupe un territoire distinct séparé des autres par plusieurs kilomètres carrés de forêts désertes. Les villages qui abritent en moyenne 280 habitants sont généralement répartis en anneaux à l’écart de la route, comme chez les Nana, les N’Goï, les Goura, les Bende. La plus grosse agglomération, Konéfla (Nana), une exception, dépasse 900 habitants. La plupart des autres n’en abritent que 100 à 400 (fig. 6).

7Il ne semble pas que les facteurs géographiques aient agi de façon déterminante sur le peuplement. Le milieu, comme nous l’avons vu, est un milieu de transition. La forêt et la savane, bien que dans des proportions inégales, sont partout imbriquées, permettant à toutes les populations d’avoir accès à l’une et à l’autre. Au point de vue agricole la forêt présente l’avantage sur la savane d’offrir des terres plus fertiles. Cette particularité est connue des cultivateurs gouro et elle est confirmée par un rapport des Services de l’Agriculture de 1957 qui donne pour toutes les productions, à l’exception de l’igname, des rendements plus bas dans la Subdivision de Zuénoula. Le rendement supérieur des zones forestières est dû à l’utilisation de terres vierges partout cultivables, et à une meilleure sélection permise par la faible densité de la population. Cette supériorité est encore accentuée depuis l’introduction des cultures caféières qui s’accommodent mieux des sols forestiers, et encore davantage par la culture cacaoyère dont la limite septentrionale passe au sud de la Subdivision de Zuénoula.

FIG 2, 3, 4, 5, 6.

8Les ressources en gibier non plus ne semblent pas donner, ni avoir donné dans le passé, un avantage à la savane arborée. La forêt abritait des troupeaux d’éléphants dont la viande et les ivoires représentaient des ressources substantielles.

9Les paysans gouro de la savane reconnaissent ces avantages. A en croire Zewe bi Toa, cultivateur à Ziduho (Yassua), n’exploitant que de maigres bouquets de forêts : « la forêt [au sens de la région forestière] est supérieure à la savane : on y trouve toute la nourriture, riz, patates, ignames, manioc, qui donnent bien. Dans la savane il y a trop de soleil, et parfois la récolte est gâtée ». Un faible courant d’immigration des Gouro du Nord vers les zones plus forestières, et en particulier en pays Bouavéré, tend à prouver que ces avantages ne sont pas sans influence désormais sur le peuplement. Ce mouvement est lié toutefois, comme l’immigration étrangère, au développement moderne des cultures commerciales.

10Si la savane semble posséder un avantage sur la forêt, c’est paradoxalement d’être mieux pourvue en eau. C’est en forêt, dans les villages où nous avons séjourné, que le problème de l’eau a été le plus aigu. D’après les enquêtes que nous avons faites afin de vérifier cette impression, il apparaît qu’en savane les points d’eau sont généralement plus nombreux et plus proches des villages.

11Mais cet avantage n’est pas suffisant pour compenser d’autres inconvénients et pour expliquer surtout l’important écart de densité enregistré entre les deux zones. Il faut noter en outre que la relation entre le milieu et la densité n’est pas absolue. Certaines zones de savane sont entièrement dépeuplées alors que des régions forestières enregistrent des densités relativement élevées.

12Plus que du milieu naturel, la répartition actuelle de la population et la forme du peuplement que nous avons décrites procèdent de facteurs sociologiques, économiques et politiques qui ont agi avec plus ou moins d’intensité au cours des diverses phases de l’histoire connue de cette région.

13Après avoir recherché les origines du peuplement Gouro, ce sont ces facteurs humains que nous essaierons d’analyser en distinguant trois périodes principales : période pré-coloniale, période de conquête et d’occupation coloniale, période d’intensification des cultures commerciales. Quant aux effets, sur la densité proprement dite, des échanges pré-coloniaux nous en traiterons dans le chapitre consacré à ce problème.

II. — ORIGINE DU PEUPLEMENT2

  • 2 Outre les matériaux provenant de nos enquêtes personnelles, de celles de Mme Chiva-Deluz (référence (...)

14Protégé par la forêt que les cavaliers conquérants du Nord ne pouvaient pénétrer, le pays Gouro s’est trouvé à l’écart des bouleversements militaires et politiques qui agitèrent les peuples soudanais avant la conquête coloniale. On mentionne certes l’approche de Samory dont les troupes s’avancèrent jusqu’au nord de l’actuelle Subdivision de Zuénoula, dispersant quelques villages Gouro devant elles mais ouvrant surtout la possibilité d’un fructueux commerce. Le peuplement de cette région s’est donc effectué dans des conditions de sécurité relative, à l’abri des peuples puissants de la savane.

  • 3 Les généalogies des fondateurs remontent de cinq à douze générations. Toutefois la valeur de ces gé (...)

15Selon un pointage portant sur la tradition d’origine de plus de cent villages actuels (villages formés, pour la plupart, de plusieurs installations regroupées), des populations venues des pays aujourd’hui Bété, Malinké et Baoulé, se déplaçant par petites unités, se rencontrèrent et se fondirent pacifiquement dans l’actuelle région gouro3.

16Le courant le plus important semble être venu de l’actuel pays Bété, à l’ouest et au sud-ouest. Il se serait déployé vers la région de Zuénoula, surtout, et vers celle de Sinfra dans une moindre mesure jusqu’à la rencontre du peuplement baoulé.

17Dans la zone forestière on rencontre des lignages venus du pays Bété chez les Bouavéré, les Gonan, les Progouri surtout (P.). Le mot T’sien, qui désigne en dialecte gouro les Bété, s’applique à une tribu de la Subdivision de Sinfra. Ce terme toutefois peut aussi bien rendre compte de la localisation de cette tribu que de son appartenance ethnique.

18Au nord, dans l’actuelle Subdivision de Zuénoula et jusqu’à la rencontre du pays Malinké, des éléments Bété sont implantés presque partout mais de manière très dispersée. Certains, venus du sud-ouest, se rencontrent chez les Dranou, les Mangourou, les Ma, les Nianangon, les Ouadié, les Tianou, les Yassua du Nord ; d’autres, provenant de l’ouest, chez les Bei, les Duonou, les Ouadié, et les Oué. Des familles issues des régions intermédiaires de l’ouest-sud-ouest (Luonou, Ton) se rencontrent chez les Niono, les Ouan, les Tianou, les Yassua de l’ouest.

19Un autre courant de migration serait descendu du pays Malinké. La localisation précise des lieux d’origine est rendue difficile par la disparition des villages auxquels se réfèrent les informateurs — disparition due à l’avance du peuplement malinké. De Vafla (c’est ainsi que les Gouro désignent le pays Malinké) proviendraient des lignages Bo, Bien, Ma, Ouan, Yassua de l’Ouest, Bouavéré et peut-être V’nan — certaines familles de cette tribu situant leur origine dans une région non localisée de la Subdivision de Zuénoula.

20Enfin à l’est, un troisième courant venu du pays Baoulé franchit le Bandama pour en occuper toute la rive droite. Outre les Ayahou et les Yaouré, les autres tribus riveraines procèdent également, comme nous l’avons déjà mentionné, du stock Baoulé. Les N’Goï, qui se disent Baba, prétendent avoir été autrefois matrilinéaires ; ils parlent le dialecte de leurs voisins en concurrence avec le gouro et ils ne sont séparés d’eux par aucune limite conventionnelle. Les Goura qui ne révèlent pas leur origine ethnique, mais se disent descendre d’un ancêtre céleste, proviennent sans doute de la même ethnie ; les T’sien qui accueillirent quelques familles Goura émigrées tiennent celles-ci pour Baoulé d’origine (Janvier). Les Son et les Nana font venir leurs ancêtres du pays Yaouré. La terminaison (kro) des noms des anciens villages Nagadua laisse penser qu’il en est de même pour cette tribu. Beaucoup plus à l’ouest, les Gonan situent aussi leurs ancêtres sur la rive gauche du Bandama. Les To, leurs voisins au sud qui furent en guerre contre eux, rapportent s’être battus contre les « Baoulé de Uatago-nàfla » (P.A.). On retrouve encore des familles d’origine nana chez ces derniers, à Bantifla (P.A.) ainsi que dans quelques villages Bende. Dans la savane boisée on rencontre des lignages de cette provenance chez les Bien, les Me, les Ouadié, les Yassua de l’Ouest et même à Banoufla (Nianangon).

21A ces villages, situant leurs origines dans ces trois régions, s’ajoutent ceux qui furent constitués autour de lignages venus d’autres tribus du pays Gouro.

22L’origine et l’importance de ces courants de peuplement sont schématisées sur notre carte n° 7. Ce schéma est basé sur un travail cartographique préalable représentant le trajet théorique de tous les lignages dont nous connaissons le point de départ exact ou approximatif et le point d’arrivée. L’enchevêtrement de ces trajets et leur confusion rend la reproduction de cette carte impossible et sa lecture difficile : elle nous apprend, par là même, qu’aucun regroupement géographique n’eut heu en pays Gouro en fonction de l’origine des migrants.

III. — LE PROCESSUS DE PEUPLEMENT

A. — Période pré-coloniale : l’influence des facteurs sociaux

1) Regroupements et éclatements des cellules résidentielles

23Les récits se rapportant à l’origine des villages actuels, ou dans certains cas disparus, permettent, dans une certaine mesure, de reconstituer le processus de peuplement et de déceler les forces aux-quelles il fut soumis antérieurement à la conquête. Nous avons rassemblé des informations portant sur 47 cas relatant les circonstances à la suite desquelles le fondateur d’un village fut amené à quitter son groupe et à s’installer en d’autres lieux.

  • 4 Notons que ce sont ses descendants eux-mêmes qui font de leur ancêtre ce portrait peu flatteur. Il (...)

24Parmi les causes de segmentation mentionnées par nos informateurs, les conflits d’ordre interne apparaissent en première place (23 cas). Il s’agit généralement d’une querelle qui opposa un jour le fondateur aux autres membres de son lignage ou de son village. Ces querelles semblent, d’après les récits, tenir le plus souvent au caractère ombrageux de l’exilé : palabreur, bagarreur, jouant du couteau, « très méchant », accusé de sorcellerie, il est chassé hors du groupe4.

  • Boro bi Irié, fondateur d’Iriefla, était « palabreur » et ses frères le lui reprochèrent. Chasseur, il découvrit un terrain giboyeux et s’y installa avec ses femmes et ses enfants.

  • Ya bi Vadru, de Vahuzra (aujourd’hui regroupé avec Ziduho, Yassua), se querella pour une affaire d’adultère et quitta sa famille.

  • Sei Kwisā, de Zaguieta, « très méchant dans son pays », s’y battait à coups de couteau : il est chassé du village.

  • Un des ancêtres d’un lignage d’Iribafla « faisait tout le temps des palabres » à Digriblanfla, et il est expulsé.

  • Zo bi Bla et les autres fondateurs des villages Nagadua étaient accusés de sorcellerie en pays V’nan (Janvier).

  • Le fondateur de Zourougouta aurait eu une querelle avec la famille de sa femme à propos de palmiers (C.D.), celui de Kouroudoufla se disputa pour une affaire de vin de palme.

  • L’histoire légendaire de deux frères forgerons, qui éventrèrent une femme enceinte pour se départager quant à un pari sur le sexe de l’enfant, nous est contée à Bangofla : elle explique la raison pour laquelle l’ancêtre du lignage fut chassé de son village.

  • Toa Misi, de Goretta, menacé de représailles pour avoir tué accidentellement son ami à la chasse, se sauve chez les Ouan où il enlève une femme mariée avec qui il s’échappe à nouveau.

Carte 7. — Origine géographique du peuplement.

25Dans d’autres cas, l’ancêtre quitta son groupe à la suite d’une guerre opposant sa tribu à une autre, guerre suscitée par des rapts de femmes ou des adultères.

26Certaines querelles trahissent aussi le désir d’échapper à une condition sociale inférieure.

  • Le fondateur de Poïzra quitte Fuhaha parce que les Koya voulaient obliger les siens à les épouiller et à remplir les calebasses, c’est-à-dire parce qu’ils y étaient traités en esclaves (P.).

  • Maie bi Zā de Ziduhomō s’en va avec sa famille parce que son frère avait été frappé et qu’il n’avait pas obtenu réparation.

27La tradition apparaît ainsi comme le reflet historique du processus de segmentation. Ce sont en effet des causes de caractère sociologique (éloignement d’un indésirable, querelles, homicides ou violences, adultères, guerres, etc.) qui sont données par nos informateurs pour expliquer ce phénomène.

28Il est difficile, d’après ces récits succincts, d’apprécier dans quelle mesure les causes invoquées en recouvrent d’autres, causes démographiques ou économiques par exemple. Zrogu (ancien village Goura) aurait éclaté pourtant parce que les habitants « étaient devenus trop nombreux » et les gens de Yanantifla auraient quitté Giafla pour la même raison ; à Bangofla et à Sanēgourifla (V’nan) on précise qu’une des familles aurait fait scission « parce qu’il y avait trop de monde autour du plat ». Des querelles pour les arbres (palmistes ou colatiers) apparaissent aussi dans certaines relations.

29Ces causes encore peuvent ne recouvrir que des prétextes. Il ne faut pas sous-estimer, en effet, l’intérêt qu’avait parfois un adulte à s’émanciper d’un milieu familial devenu trop contraignant en accédant directement à la terre. Le présent nous en fournit encore l’exemple.

30Si des causes internes sont à l’origine des tensions qui rendent la cohabitation difficile, les conditions extérieures jouent également en offrant la possibilité de résoudre ces tensions par la dispersion d’une partie de ses membres. Le milieu naturel, du fait de son homogénéité relative, rendait facile le choix d’un nouveau heu d’installation. L’économie d’auto-subsistance pratiquée par les Gouro permettait à une famille, même restreinte, de tirer du milieu naturel ce qui est essentiel à la satisfaction des besoins élémentaires. C’est la raison sans doute pour laquelle la chasse est liée, plus souvent que l’agriculture, aux traditions d’origine. D’après les récits que nous avons recueillis, la scission est précédée généralement de la découverte de terres giboyeuses et souvent le fondateur a la réputation d’avoir été un grand chasseur. Dans certains cas, à Deïta (Bouavéré), chez les N’Goï, chez les Son, à Konéfla (Nana), à Sinfla (Goura), Iriefla, Bozra, Pahoubigrofla, il n’y a pas d’autre explication au départ de l’ancêtre que l’attrait de nouveaux terrains de chasse.

31Tous les cas de segmentation ne se traduisaient pas obligatoirement par une rupture complète d’avec le groupe d’origine. Lorsque le départ, c’est-à-dire l’émancipation, d’un adulte est accepté par ceux qui devenaient alors ses pairs, celui-là ne faisait que fonder parmi eux un nouveau segment de lignage. Cette affaire avait pour effet, en ce qui concerne le peuplement, de multiplier les installations appartenant au même groupe. De nombreux villages actuels, surtout, à notre connaissance, en région forestière, se réclament encore aujourd’hui d’une ascendance commune et restent rassemblés sur un territoire d’un seul tenant.

  • Des neuf villages Goura actuels, trois proviendraient de l’éclatement de Zrogu, aujourd’hui disparu, et deux de la scission de Sinfla.

    • 5 L. Tauxier, op. cit., note p. 100.

    Chez les Bouavéré, les trois villages actuels proviendraient de Bogozi, disparu. Bogozi serait devenu, d’après Eysseric et Tauxier5, d’une part Wali et M’Diba, aujourd’hui réunis en Dobafla, et d’autre part Koblata, dont Deïta se serait ensuite détaché.

    • 6 Les problèmes relatifs à cette origine sont discutés au chapitre v.

    Les N’Goï prétendent que leurs sept villages (deux sont aujourd’hui regroupés) proviennent d’un ancêtre commun, Kwasi N’Goï6.

  • Les villages de la tribu Ma, Faafla, Drofla, Guiriafla, Kouroufla et Boïtiéfla seraient tous issus de Mlazra, devenu aujourd’hui Maminigui (P. Notice de Faafla).

  • Zraluho, Seïzra, Kouafla, Ouhinefla (Bien) procéderaient également d’une même origine, par segmentation.

32Sans prétendre provenir d’une même souche, d’autres villages groupés dans une même tribu seraient composés de familles venues d’un même village ou de lieux voisins. Ce serait le cas des Son qui situent tous leur origine à Aléta en pays Yaouré.

  • 7 Quelques-unes de ces déclarations sont suspectes. Les N’Goï, par exemple, selon des informations di (...)

33La faible densité de la population favoriserait cet essaimage. La plupart des traditions que nous avons recueillies à ce sujet — 6 cas sur 6 en forêt, 10 cas sur 15 en savane — rapportent que la terre était inoccupée lors de l’installation du fondateur7. On mentionne parfois l’existence de voisins préalablement établis mais n’exerçant pas de souveraineté sur la terre occupée par le nouvel arrivant. Si ces voisins étaient proches, une alliance était nouée par le partage d’une bête.

34L’installation sur des terres nouvelles n’impliquait donc pas d’efforts de conquête. La tradition et les récits sont d’ailleurs formels à cet égard : on ne faisait jamais la guerre dans le but de conquérir la terre.

35Ce mouvement de dispersion était corrigé par un mouvement inverse de regroupement. Les petites cellules segmentées étaient conduites, à plus ou moins brève échéance, à l’intégration dans un autre groupe. L’histoire des villages relate ces accueils successifs de familles ou lignages les uns par les autres. Ce phénomène est à l’origine du caractère très composite de nombreux villages actuels.

  • Les péripéties des ancêtres du goniwuo Uéné de Duanzra (Nianangon) en sont un exemple :

  • 8 Dro bi Baya, Baya bi Ue, Ue lu Dro épouse Zamene, Zamene bi Ue, Ue bi Kayeï, Kayeï bi Nene, Nene bi (...)

36Dro bi Baya de Baafla en pays T’sien (Bété) quitta son village à la suite d’une guerre contre des voisins et se fit accueillir par sa famille maternelle à Befla (probablement en pays Koya). Baya meurt à Befla. Son lointain neveu maternel8, Kayeï bi Nene (grand-père du narrateur) est chassé avec sa famille par les villageois de Befla qui le traitent en étranger. Nene s’installe à Uezra (aujourd’hui regroupé avec Zanzra, Nianangon) mais une guerre intestine l’incite à quitter le village pour s’installer en forêt en un lieu dit Bagoronegi. Il demande la terre à Mani bi Bro de Bohuzra (ancien village Nianangon) et fonde ainsi Nenefla où il meurt. Son fils, plus tard, est tué à Nenefla et Tra, son frère, décide alors de rejoindre Duanzra où il s’installe à la tête d’un lignage.

  • Zewe bi Grua, venu du pays Ouan, s’était installé au lieu qui devait devenir plus tard Iriéfla. Bobo Irié de Duafla (Bouénou) vint lui demander la permission de s’installer à son tour. Grua la lui accorda en même temps qu’une de ses sœurs pour laquelle il exigea une dot importante. C’est Bobo Irié qui est considéré aujourd’hui comme l’ancêtre commun des quatre lignées du village et qui lui a donné son nom.

  • Mlesu bi Bia, fondateur de Pahoubigrofla (Niono), venait du pays Kuon. Il accueillit Guea bi Zozo du pays Malinké qui aurait, à son tour, accueilli Mō, venu de Gorella (actuellement Kawaka, Mes).

  • A Dhezra (Tianou), Bueno bi Koru s’installe le premier. Plus tard, il accueille Sienië Zrega de Gouelifla en pays Bété et lui donne sa fille en mariage, sans dot, ce qui lui permet de garder la paternité de ses petits-enfants.

  • 9 Chapitre v.

37Il est probable qu’une étude généalogique ferait apparaître dans bien des cas une beaucoup plus grande variété d’origine, comme à Ziduho, par exemple, où nous avons découvert vingt-quatre souches originelles regroupées en trois « lignages »9.

38Au lieu d’individus isolés ou de segments de lignage, ce sont parfois des villages composés de plusieurs familles qui se regroupent. La guerre intertribale semble avoir été, dans ce cas, la principale cause. Les divers lignages se rassemblaient alors en une seule agglomération, généralement fortifiée par une palissade de bois.

  • Giezra et Sebafla (Nianangon) s’unirent avec Mlanefla contre les Gotron. Ils sont rejoints plus tard par Brogu. Ces quatre anciennes installations, qui n’étaient pas primitivement apparentées, forment aujourd’hui le village de Banoufla.

  • Soribouafla et Zambléfla se rejoignirent un temps pour résister aux Mé. Ils sont aujourd’hui à nouveau séparés.

  • Vahuzra et Kiēzra se rassemblèrent également autrefois pour faire la guerre aux Bouénou. Ils forment aujourd’hui avec les anciens villages de Senezra et Ziduhomō la localité de Ziduho.

  • Les deux villages To de Bouninfla et Bounantifla regroupent chacun deux villages : Bonum et Düazāfla d’une part, Zābléfla et Bunatifla d’autre part, réunis à l’occasion d’une guerre contre des ennemis dits Baoulé (il s’agissait de leurs voisins Gonan du Nord).

  • Les Bron (Zuénoula), qui occupaient autrefois six localités, ont été refoulés par la guerre dans trois villages.

    • 10 Gro ou kro est le suffixe baoulé des noms de village.

    Les Nagadua, qui n’occupent plus aujourd’hui qu’un seul village, en peuplaient autrefois quatre, procédant eux-mêmes de la segmentation d’un groupe primitif installé à Blā. Deux d’entre eux, Zuā et Kavo, disparaissent lors d’une guerre contre les Bende, guerre qui selon les Nagadua aurait été féroce. Les deux autres se regroupent pour résister aux Bende et deviennent Bādiagro (devenu pour l’administration Benuafla, corruption de Bēduafla)10.

39Il ne semble pas, d’après nos informations, que les regroupements affectant des villages entiers aient été fréquents antérieurement à la conquête. Les conditions d’insécurité causées par ces guerres inter-villageoises n’étaient pas telles qu’elles exigeassent de fortes concentrations de populations. Il suffisait de réunir des effectifs proportionnés à ceux qui prévalaient dans les autres villages.

40L’importance exacte de ces effectifs est assez difficile à évaluer. Notons tout d’abord que le mot fia, généralement traduit par village, évoque en Gouro une notion de lieu habité et se rapporte à toute agglomération quelles qu’en soient l’importance et la concentration. Ainsi, il y aura autant de fia au sein d’un même village que de familles ou de lignages, dès que l’on se réfère au lieu qu’occupe chaque famille ou lignage. A l’inverse, le même suffixe accolé au nom d’une tribu désigne le domaine de celle-ci. C’est ainsi qu’Eysseric, qui aborda le premier cette région, confond à plusieurs reprises le nom d’une localité avec celui de toute la tribu. Toutefois, il semble que, lorsque la cellule résidentielle n’abrite qu’un seul lignage, on utilise de préférence les suffixes zra ou mō, qui évoquent les notions d’ascendance et de pluralité et qui sont utilisés également comme terminaison des noms de lignages.

  • 11 Rapport Aquillot, Archives Abidjan, X, 31-18.
  • 12 Nous ne savons pas non plus s’il s’agit de cases habitées ou de l’ensemble des constructions du vil (...)

41En ce qui concerne les effectifs des villages pré-coloniaux, le plus ancien document écrit dont nous disposons et qui donne quelques précisions sur ce point date de 190811. Ce rapport couvre les Bouavéré, les Goura, les Nana, les N’Goï et les V’nan, c’est-à-dire la zone sud-ouest de la région forestière qui, nous l’avons vu, est la moins densément peuplée. Les effectifs, qui sont presque tous donnés en chiffres ronds, apparaissent comme des estimations basées sur le nombre de cases à raisons de 4 à 6 habitants par case. Cette proportion apparaît excessive et d’autant plus incertaine que les chiffres se réfèrent tantôt à la population totale, tantôt à la population imposable sans que leur relation au nombre de cases ne change12. Aussi ne retiendrons-nous que le nombre de cases sur lequel le risque d’erreur est minime. Nous avons, sur la base de ce document, dressé un graphique des fréquences (fig. 7) qui peut être comparé au graphique de la figure 6 portant sur le nombre d’habitants actuels par village dans cette même région.

  • 13 Rapport du lieutenant Beigbeber, mai 1907, Archives Abidjan, X, 38-11.

42Le plus gros village aurait été alors, comme aujourd’hui, Konéfla-Nana (240 cases). Viennent ensuite Koumogui (170 cases), Manoufla (150 cases), également Nana, puis Zourougouta — V’Nan — (150 cases) et enfin Goouo — N’Goï — (110 cases). Tous les autres villages auraient groupé moins de 100 cases, le plus grand nombre entre 25 et 60. Ces chiffres font donc apparaître une assez grande différence d’effectifs selon les installations. Ce rapport témoigne également d’un autre phénomène : celui du regroupement ou de la disparition de certains villages. Il donne en effet 13 villages Goura au lieu de 9 actuels, 6 villages V’nan au heu de 4, 10 villages Nana au lieu de 9, mais le même nombre de villages Bouavéré. Un autre rapport sur le pays Bron (Bouaflé)13 recense 9 villages (dont un est séparé en deux installations distinctes). Le plus important compte 75 cases et les autres de 32 à 43.

NOMBRE DE CASES PAR VILLAGE Tribus Bouavéré, V’Nan, Nana, N’Goï, Goura (Source: Rapport Aquillot 1908) Tribu Bron (Source: Rapport Beigbeder, mai 1907)

NOMBRE DE CASES PAR VILLAGE Tribus Bouavéré, V’Nan, Nana, N’Goï, Goura (Source: Rapport Aquillot 1908) Tribu Bron (Source: Rapport Beigbeder, mai 1907)

FIG. 7.

43Dans la région qui correspond à l’actuelle Subdivision de Zuénoula, la plus grande partie de la population semble avoir été autrefois dispersée dans des agglomérations plus petites et plus nombreuses qu’actuellement. Selon les habitants de Gouédéfla, les cases étaient réparties en de petites unités résidentielles à travers la brousse. A Zraluho, l’habitat était dispersé « comme des petits campements dans la brousse groupant 10 à 30 cases » ; les habitants se rassemblaient périodiquement autour d’un marché, Goïfle. Ce n’est que sous la pression administrative qu’ils se regroupèrent en un seul village.

44Un document cartographique, dressé en 1912 par le lieutenant de Montingand, fait figurer 301 localités dans une région qui n’en compte plus aujourd’hui que 135. A titre d’exemples particulièrement frappants, les Nianangon auraient occupé 34 lieux-dits en 1912 contre 17 en 1958 ; les Bouénou, 12 au lieu de 4 ; les Mangourou 19 au heu de 9 ; les Tianou 7 au lieu de 2 ; les Me 17 contre 12 aujourd’hui ; les Duonou 11 au lieu de 8, les Bie 12 au lieu de 4, etc. Le nombre antérieur d’installations serait encore plus grand si l’on prenait en considération les déclarations recueillies localement et qui font état d’autres localités ne figurant pas sur cette carte. C’est le cas pour les Bron (Zuénoula), par exemple, qui auraient occupé 6 villages contre 2 aujourd’hui, 3 figurant sur la carte Montingand.

  • 14 Rapport du lieutenant Rippert sur la mort du capitaine Caveng (1907 ?), Archives Abidjan, XIV, 34-2 (...)

45En supposant constant le chiffre de la population de la Subdivision de Zuénoula (en fait il aurait légèrement augmenté), le nombre moyen d’habitants par village aurait été alors de 186 contre environ 450 aujourd’hui. A côté cependant de ces petits villages existaient de plus grosses agglomérations. Zuénoula comptait déjà, vers 1907, 90 cases14. Beziaka regroupait, antérieurement à la conquête, 4 villages ; c’est aujourd’hui la plus grosse localité à l’est du Bandama : 998 habitants. Les notices de M. Patrice mentionnent Maminigui comme ayant été déjà autrefois un village important. En 1928, il aurait compté 1 696 habitants sans qu’il soit dit qu’il ait été l’objet de regroupements administratifs.

46Mais ce phénomène est trop étroitement hé à des influences extérieures pour que nous puissions en discuter avant d’examiner les conséquences de l’action militaire et administrative des Français et sans anticiper sur les effets du commerce traditionnel avec les pays de la savane.

2) Les déplacements de villages

47Le processus de peuplement à cette époque ne se manifeste pas seulement par une succession d’éclatements et de regroupements qui affectent la dimension des cellules résidentielles, mais encore par leurs déplacements.

48Selon les mêmes sources que précédemment — récits recueillis par nous-même et notices de villages — on constate que presque tous les villages actuels se sont déplacés une ou plusieurs fois depuis leur création.

49A partir de 321 cas de déplacements que nous avons enregistrés, affectant 120 installations dont certaines sont aujourd’hui regroupées, on peut dresser le tableau suivant qui donne une idée de leur fréquence :

50Ces chiffres, dont il ne faut pas exagérer la rigueur, témoignent néanmoins d’une assez grande mobilité du peuplement. Toutefois, ils n’ont pas à proprement parler valeur statistique : ils ne sont pas établis sur la base d’un échantillonnage. Ils se réfèrent à des périodes variables correspondant pour chaque cas à la mémoire généalogique des informateurs ; ils s’appliquent, dans une proportion difficile à estimer, soit à des villages, soit à des cellules singulières de caractère précaire.

51L’examen des causes invoquées pour expliquer ces déplacements, nous renseigne sur la nature des impératifs auxquels était soumise l’installation des unités de peuplement.

52Les conditions naturelles sont plus souvent citées en relation avec les premières installations : disparition du gibier et recherche de nouveaux terrains de chasse (Kalufla, Iriéfla, Goretta, Pahoubigrofla, Binzra, Banoufla, Bazré) ou de pêche (Zambléfla) ; éloignement des champs (Bangofla, Soribouafla, Drahoufla) ; surveillance des colatiers (Goafla), recherche d’un habitat en forêt (Bibidiefla, Droukoïfla) ou au contraire désir de s’en éloigner pour s’installer en savane (Gouenfla, Kalouzra, Tibeita) ; crues du Bandama (Zuénoula, Ziduho, Bahoufla).

  • 15 Certains villages font aujourd’hui creuser, avec plus ou moins de bonheur, des puits par des puisat (...)

53L’eau ne semble pas avoir joué un rôle positif comme facteur de localisation. Les rives des fleuves sont inondées périodiquement par les crues saisonnières et les marigots attirent la nuit les animaux de la brousse, de telle sorte que les villages sont toujours assez éloignés des points d’eau. En saison humide on va puiser à 300 ou 400 mètres, en saison sèche quelquefois à plusieurs kilomètres15.

54En fait, le problème de l’eau ne préoccupe pas au premier chef le paysan gouro. Puiser a toujours été la tâche des catégories sociales les plus soumises : fillettes, nouvelles épouses ou autrefois esclaves, catégories dont les revendications ne sont pas souvent exprimées et très peu entendues.

55Les déplacements dus à la maladie ou à une mortalité élevée semblent être le fait de villages déjà plus importants. Les causes de la mortalité peuvent être naturelles, mais elles peuvent aussi être le fait d’empoisonnements sans qu’il nous soit possible de faire la distinction. Déplacements dus à une mortalité excessive : Bofla, Bléfla (disparitions), Diabouéfla, Ouhinéfla, Kouafla, Diagalafla, Duceïfla, Gohoun-fla, Bogazra, Zambléfla, Boïtiéfla, Binzra (Ouadié), Gouenfla, Seizra III, Bazré. Déplacements dus à la maladie : Zemenefla (variole), Sanégou-rifla, Bounanfla (maux de ventre), Goouo (variole), Ganzra (ver de Guinée).

  • 16 Ici encore, ces incidents, qui sont sans doute la cause immédiate d’un départ, peuvent recouvrir de (...)

56Dans d’autres cas, les conditions d’habitabilité du village se dégradent et entraînent son évacuation. Il s’agit le plus souvent de villages déjà longuement installés. Fréquemment le sol se ravine sous l’effet des ruissellements et la terre se transforme en boue (Kalou-fla, Iriéfla, Vrafla, Kourera, Vamébotifla, Kouéra, Gouenfla, Zemé-nefla, Blanoufla, Bendéfla). La présence de pierres dans les villages est parfois considérée comme une cause d’abandon (Kouéra, Gouenfla, Baonfla). Ces inconvénients se compliquent en forêt avec les chutes de branches qui rendent le séjour dangereux (Sanégourifla, Blanoufla). Enfin, chez les N’Goï, l’incendie de la case ronde du chef de famille aurait été à l’origine d’une migration16.

57Les faits de caractère sociologique sont évoqués à peu près dans la même proportion. Les guerres tribales y tiennent la première place. Elles sont même souvent à l’origine d’un premier déplacement lorsqu’elles frappent des installations encore précaires devenues indésirables pour des voisins plus puissants à la suite d’un enlèvement ou bien d’un meurtre dû le plus souvent à des affaires de règlements matrimoniaux.

D’autres causes plus précises sont parfois attribuées à ces conflits : le fondateur de Soribouafla fut chassé avec sa famille de chez les Me parce que son bétail détériorait les cultures. Les gens de Zambléfla s’étaient disputés avec les Yassua de Seïzra III, chez qui ils étaient installés, à propos du partage du poisson qu’ils péchaient ensemble : « les Yassua prenaient, disent les autres, toujours les plus gros ». Les Son de Duonfla quittèrent leur emplacement précédent parce que leurs voisins Nana leur interdisaient l’accès à l’eau.

58Les causes invoquées reflètent donc la double préoccupation d’une adaptation au milieu naturel et au milieu humain.

59L’influence du milieu naturel semble agir davantage sur les petites installations qui peuvent facilement s’implanter là où les conditions sont les meilleures surtout pour la chasse. Chaque cellule composée d’un seul lignage ou segment de lignage a la faculté de se déplacer d’autant plus facilement que ses effectifs sont faibles et que cette décision est prise par un seul chef de famille ; même lorsque ces petites unités sont issues de groupes plus sédentaires, elles ont tendance à pratiquer une forme d’économie nomadisante dans laquelle la chasse joue le rôle dominant.

60A mesure que ces campements se convertissent en village, c’est-à-dire à mesure que l’unité de peuplement se fortifie socialement et politiquement, les déplacements deviennent plus rares et ne s’accomplissent que sous la pression d’événements extérieurs. Le déplacement d’un village, composé de plusieurs lignages, s’entoure d’un formalisme qui témoigne de son inertie. En fait, ce formalisme revêt et résout les différends de caractère politique qu’une telle décision entraîne au sein d’un organisme composé de plusieurs lignages, donc animé par des pouvoirs de décision concurrents. La mise en contact de cellules simples, en s’accompagnant de rapports qui les lient organiquement, provoque ainsi un phénomène d’inertie sociale et politique qui se traduit par une tendance à la sédentarisation.

A Bazré, selon Yobolu bi Gonekalo, chef de la tribu des N’Goï et devin, on ne peut déplacer un village sans consulter au préalable le Monedozā — devin — qui interroge lui-même la boîte à souris (mone) afin de décider du déplacement éventuel et du heu de la nouvelle installation. Si les augures sont favorables, on sacrifie alors à gore (l’iroko) des œufs, du riz, des bananes plantain, du maïs et de la viande. A tre (la terre) on offre également des œufs. A Vaïo enfin on offre un poulet. C’est Vaïo — « dont on ne parle pas » — qui protège le village contre la maladie. A Bazré, Vaïo reste dans l’ancien village et un autre est installé au heu du nouvel emplacement. Dans d’autres régions (à Koblata par exemple) Vaïo est le premier à quitter l’ancien village pour le nouveau.

3) La dynamique sociale du peuplement pré-colonial

61On voit, d’après ce qui précède, que l’on peut faire la distinction, à ce point, entre deux types d’agglomérations : les unes, d’effectifs restreints, qui ne sont composées que d’un seul lignage ou d’une seule famille : cellules résidentielles simples qui, sur le plan sociologique, se caractérisent par le fait qu’elles sont soumises à l’autorité unique d’un chef de famille ; les autres, formées de plusieurs lignages, par conséquent soumises à l’autorité concurrente de plusieurs aînés : les villages proprement dits.

62Nous verrons persister ces deux types de cellules résidentielles et sociales jusqu’à l’époque présente, mais sous l’effet d’influences différentes à chaque période, et, par conséquent, sous une forme quelque peu modifiée.

63D’après ces données, on peut se représenter historiquement l’occupation du pays Gouro comme le tait de groupes sociaux d’importance inégale avançant sur des terres nouvelles et inoccupées, tantôt se regroupant et tantôt se divisant pour se regrouper à nouveau avec d’autres partenaires.

64Réservant à ce point l’influence possible de certains faits d’échange avec la société Malinké, le processus de peuplement aurait été surtout soumis dans cette phase à des forces sociologiques propres à la dynamique interne de la société gouro. Le phénomène de segmentation, favorisé par la faible densité de la population, par l’absence de menace militaire provenant d’une société étrangère plus puissante et par la pratique d’une économie d’auto-subsistance s’accommodant du milieu naturel, entraîne la dispersion des habitants et leur répartition en des cellules de peuplement restreintes n’abritant qu’un lignage ou un seul segment.

65A l’inverse, d’autres causes de caractère sociologique encore — alliances et conflits avec des groupes voisins et homologues — provoquent le regroupement temporaire ou définitif de ces cellules simples en des villages plus solidement établis, souvent fortifiés mais dont la majorité n’abritait encore dans cette phase que des effectifs restreints. Dans ces conditions, il apparaît que la pression interne du groupe ne pouvait guère s’accentuer sans que les forces d’attraction extérieures ne jouent pour le diviser. Un tel processus, en freinant la constitution de larges unités de peuplement, prévenait l’apparition d’une autorité politique puissante et centralisée, susceptible de s’appuyer soit sur des clans, soit sur des villages à gros effectifs.

  • 17 Chapitre ix.

66Ajoutons enfin que l’organisation lignagère nous apparaît liée à l’organisation territoriale villageoise17. La rupture d’avec le groupe originel se traduit par le départ de la partie segmentée hors du territoire villageois. Toutes les généalogies, d’ailleurs, ne remontent qu’à l’ancêtre immédiat du fondateur ou au fondateur lui-même, c’est-à-dire à celui qui le premier occupa les lieux. Ses collatéraux sont toujours inconnus.

  • 18 A l’intérieur du village les groupes de descendance ne sont pas toujours rassemblés.

67Les ensembles plus vastes de type clanique composés de groupes issus, réellement ou fictivement, d’une souche commune, restent eux aussi rassemblés sur un territoire commun d’un seul tenant. On ne constate presque jamais d’imbrication de territoires appartenant à des groupes de type clanique se réclamant d’une appartenance commune. A l’inverse, entre villages voisins, et indépendamment de l’origine ancestrale, s’établissent des alliances qui composent territorialement de nouvelles unités politiques, appelées aujourd’hui tribus, dont nous examinerons plus loin les principes d’organisation18.

B. — L’intervention militaire et administrative : l’influence des facteurs politiques

68La conquête coloniale et ses séquelles administratives furent parmi les facteurs qui modifièrent le plus profondément le caractère du peuplement gouro.

  • 19 Sur 115 villages examinés, 53 furent incendiés par les troupes coloniales.
  • 20 Arch. Abidjan, X, 31-31.

69De 1906 à 1912, pendant tout le temps que durèrent les opérations militaires, les Gouro se réfugièrent dans la brousse, abandonnant leur village à l’approche de l’ennemi. Ils le retrouvaient en général brûlé et même leur soumission ne leur épargnait pas toujours cette brimade19. Après leur reddition, les militaires leur désignaient l’endroit où ils devaient reconstruire. La soumission toutefois n’était jamais complète et, à côté de ces villages officiels, des campements clandestins se reconstituaient dans la brousse. Ce fut une des tâches de l’administration militaire que de détruire ces campements. Un rapport de 1928 signale la destruction de 283 campements des tribus To et Ouadié (pour respectivement 10 et 5 villages). Pour cette même année 3 271 campements sont détruits dans le Cercle20.

70L’effort de l’administration fut particulièrement brutal dans la Subdivision de Zuénoula où sévit de 1913 à 1916 le capitaine Foussat (son titre était alors celui de « chef de la circonscription gouro »). Le capitaine a laissé parmi les Gouro un souvenir très profond et un surnom : diagone, le tueur. Son nom est mentionné en relation avec la plupart des déplacements et des regroupements de villages entrepris dans la région. Ces mesures avaient naturellement l’avantage de faciliter les contrôles administratifs. Elles simplifiaient aussi, en rassemblant les populations le long des voies de communication, les recensements fiscaux, la perception des taxes, l’imposition des prestations en nature et en travail, l’entretien des routes, etc. Pour ces mêmes raisons les Gouro tentaient inlassablement d’y échapper en abandonnant les villages officiels pour reconstituer de nouveaux écarts. Le problème du regroupement n’a jamais cessé d’être la préoccupation des administrateurs. En 1958, il y a encore des villages considérés comme officiellement regroupés qui sont en réalité séparés en plusieurs installations distinctes. Ainsi en est-il de Balogui, par exemple, qui figure au recensement comme un seul village, n’ayant officiellement qu’un seul chef de village, mais qui est composé de trois agglomérations portant chacune un nom et fonctionnant sur le plan traditionnel comme des unités autonomes. De nombreux villages projettent des écarts dans la brousse, écarts que les paysans cherchent à dissimuler et l’administration à ignorer.

71Si l’effort administratif s’est heurté et se heurte encore à de sourdes résistances, il n’a pas été néanmoins sans avoir de profonds effets.

72En se reportant encore une fois aux sources de la tradition, on constate que, sur 115 villages sur lesquels nous avons des renseignements à cet égard, 76 ont été déplacés par l’administration, dont certains plusieurs fois : Vieproye, par exemple, qui après avoir été brûlé fut déplacé trois fois par les autorités coloniales ; Zrabisseifla, deux fois. Ce furent surtout les villages de la Subdivision de Zuénoula qui subirent ces contraintes. Les Yassua du Nord (12 villages primitifs déplacés sur 23, rassemblés en 12 nouveaux villages), les Ouadié (5 installations primitives déplacées sur 10, regroupées en 5 nouveaux villages), les Oué, dont tous les villages ont été déplacés par l’administration, semblent avoir été les plus frappés.

  • 21 Les déplacements représentés sur la carte sont obtenus par comparaison entre la carte au 1/200 000e(...)

73Les déplacements se faisaient parfois sur d’assez longues distances, comme le montrent les exemples sur la carte n° 821.

74L’importance des regroupements a déjà été signalée plus haut : le nombre des villages de la Subdivision de Zuénoula a diminué de plus de moitié en même temps que les effectifs moyens augmentaient ; certains villages regroupés abritent maintenant de 800 à 1 000 habitants, tel Bléfla (Zon), 1 053 habitants qui rassemble 5 installations antérieurement distinctes, ainsi que Zraluho (Bien), 802 habitants et Binzra (Ouadié) 944 habitants — dont 372 Baoulé.

  • 22 Rapport Aquillot.
  • 23 Arch. Abidjan, X, 47-24.
  • 24 Id., X, 47-23.

75Par contre, dans la région forestière l’effort de l’administration est moins systématique. Il porte sur les Bonon et les Gonan sans parler de Déita qui fut chassé par un administrateur insomniaque que le bruit des palabres empêchait de dormir. La plupart des autres villages de la forêt occupent leur emplacement primitif et leur diminution en nombre semble due surtout aux effets de la conquête : morts, émigration vers les pays voisins, épidémie de grippe de 1919, etc. Le rapport Aquillot signale que les Nana ont beaucoup souffert des opérations militaires22. Un autre rapport de 1916 mentionne la disparition de 73 personnes chez les Nagadua, sans doute enfuies23. En 1914, chez les Go, plus au nord, 150 habitants sont portés absents™24. L’effectif moyen des villages de forêt, de ce fait, est demeuré sans doute approximativement le même. Il aurait été supérieur à celui des villages de la savane boisée, malgré une plus faible densité : la population, moins nombreuse, se rassemblait en de plus grosses localités. L’implantation est, elle aussi, restée ce qu’elle était. L’éloignement des villages par rapport aux centres administratifs est aggravé par l’éloignement par rapport aux routes. Ce qui était autrefois un facteur de sécurité pour les villageois, devient un inconvénient dans la perspective d’une agriculture d’exportation.

C. — Le développement moderne du peuplement : l’influence des facteurs économiques

76La période de développement des cultures commerciales commence réellement vers 1950, lorsque la suppression effective du travail forcé permit aux paysans de pratiquer pour leur propre compte une activité agricole rémunératrice.

77Un problème nouveau apparaissait en même temps : celui de l’évacuation des produits. Alors que, du temps des prestations forcées, les Gouro cherchaient à s’éloigner des routes pour échapper au contrôle administratif, on constate au contraire actuellement un mouvement inverse. Sans que l’administration intervienne de façon coercitive, les villages se déplacent vers les voies d’évacuation. Le cas des Progouri en est un exemple dans la Subdivision de Sinfra : tous les villages ont procédé en 1958 à leur déplacement pour se fixer sur la route de Sinfra à Daloa. On constate le même phénomène pour certains villages mal desservis de la Subdivision de Zuénoula qui projettent des écarts, destinés à devenir le nouveau village, sur les principales routes. Depuis environ 1953 des pistes d’évacuation praticables aux camions de traite relient ainsi la presque totalité des agglomérations aux principales voies de communication routière. Celles qui ne sont pas sur ces pistes tendent à s’en rapprocher ou à les construire elles-mêmes. Des camionnettes Renault 1 000 kg, servant de transport en commun, sillonnent tout le pays et desservent journellement les principaux villages situés sur les routes de grande communication ou de desserte locale. Aucun village n’est de ce fait soustrait aux influences de la société et de l’économie modernes.

78D’autres facteurs économiques, liés ceux-ci aux échanges traditionnels et modernes, sont à l’origine au contraire de regroupement en très gros villages.

79Ainsi se perpétue un processus de peuplement analogue dans sa forme à celui que nous avons vu jusqu’à présent. Mais alors que les facteurs sociologiques, puis administratifs, étaient autrefois les plus agissants, ce sont des facteurs économiques qui sont aujourd’hui déterminants pour provoquer les scissions, les déplacements et les regroupements.

80Parallèlement au développement du peuplement Gouro, l’immigration, liée au développement administratif, agricole et commercial, contribue à la formation, autour des chefs-lieux de Subdivision, de bourgs économiquement et ethniquement distincts, sorte d’enclaves au sein du pays et de la société Gouro.

81Ce sont ces deux aspects du peuplement liés à deux époques de l’évolution économique — les gros villages et l’implantation des immigrants — que nous allons examiner brièvement.

1) Les gros villages

82Tous les gros villages ne sont pas le résultat des efforts administratifs. Une dizaine d’entre eux, qui dépassent aujourd’hui 800 habitants, semblent avoir été d’importantes agglomérations antérieurement à la conquête, soit sous leur forme actuelle, soit sous celle de villages juxtaposés.

83En dehors de Beziaka, tous se situent dans la poche nord-est de forte densité de la Subdivision de Zuénoula. Leur importance semble liée aux activités commerçantes qui animèrent traditionnellement cette région : la plupart d’entre eux, en effet, abritent un marché ou sont situés à ses abords immédiats. C’est le cas de Maminigui (Ma), important marché de Gefle ; de Gohitafla, marché de Tiefle qui groupe deux villages voisins réunis par l’administration ; de Zrabisseifla : Urafle et de Zraluho : Goïflē.

84Certains marchés traditionnels, dissous lors du déplacement du village qui les abritait, ont été reconstitués sur de nouveaux emplacements. Près de ces marchés modernes, de grosses agglomérations apparaissent : Siafla près de Tiefle, Zanfla aux abords de Māfle, Pahoubigrofla près de Pāfle. Ce dernier village se situe aussi sur la route qui mène à Trafla (ou Trafesso) au nord, gros centre d’approvisionnement en marchandises autochtones et situé en pays Malinké. C’est sur cette route aussi que se situent Grohoufla, Kouréfla, Vouébou-fla et Zougounéfla, ces deux derniers villages abritant des marchés d’importance et d’ancienneté très inégales d’ailleurs.

85Sans pouvoir attribuer à chacun sa part relative, on constate que les gros villages sont liés à l’un ou l’autre des facteurs suivants ou à leur combinaison :

861° Forte densité ; 2° Activités traditionnelles d’échange ; 30 Action administrative ; 40 Développement moderne des marchés.

  • 25 « Pour une part, les habitants des tribus Bos et Bien... [ont] émigré à Pahoubigrofla. » Rapport da (...)

87L’importance de certains villages peut être due à d’autres facteurs moins perceptibles, comme par exemple la présence dans un village d’un homme éminent susceptible de protéger ses clients contre l’administration. Les rapports administratifs font parfois brièvement mention de migrations inexpliquées vers certains lieux comme ce fut le cas vers Pahoubigrofla en 193225.

  • 26 Dans les autres Subdivisions, le seul gros village est Konéfla, Nana (900 hab.). Nous ne connaisson (...)

88Le tableau ci-contre donne pour chaque gros village de la Subdivision de Zuénoula les principaux facteurs susceptibles d’avoir favorisé l’accroissement du peuplement26.

2) L’implantation des immigrants

  • 27 Dans la région de Zuénoula, le commerce entrepris avec les troupes de Samory avait fait croître le (...)

89Les immigrants représentent 20 % de la population de la Subdivision de Bouaflé, 17 % de celle de Sinfra et 9,5 % de celle de Zuénoula. Très fortement concentrés ils forment la quasi-totalité de la population des bourgs : 94 % à Sinfra-Ville, 91 % à Bouaflé, 74% à Zuénoula, ancien village gouro où subsiste un quartier autochtone27.

90Les Gouro rapportent qu’autrefois les étrangers (non Gouro) ne se fixaient qu’exceptionnellement parmi eux et que, lorsque c’était le cas, ils étaient adoptés par le groupe et perdaient leurs caractéristiques culturelles originales.

91L’immigration d’éléments allogènes groupés et conservant leurs coutumes est un phénomène récent, favorisé par la conquête coloniale, qui s’est amplifié avec l’intensification de l’agriculture commerciale et des échanges.

92a) Les Dioula — Ce sont les Dioula qui, les premiers, pénétrèrent pacifiquement dans le pays, antérieurement à la colonisation. Ils y venaient pour faire le commerce de la cola et plus tard pour collecter le caoutchouc, mais leur séjour n’était que passager. Les relations entre Dioula et Gouro donnaient heu parfois à quelques échauffourées, bien qu’il n’y eût jamais à proprement parler de guerres entre eux.

93Ce n’est qu’après la conquête que les Dioula commencèrent à s’implanter dans le sillage de l’armée coloniale. En 1913, l’administration leur avait interdit le stationnement hors des postes militaires : Bouaflé, Zuénoula et Sinfra. Depuis lors, et malgré la levée de cette restriction en 1924, la plus grande partie d’entre eux réside dans les chefs-lieux. Leur rôle dans l’économie régionale explique pour une bonne part cette implantation. La plupart de leurs activités sont liées, en effet, à l’économie monétaire : artisanat commercial, colportage, commerce, traite du café et du cacao, transport et commercialisation des produits vivriérs excédentaires, transports en commun, etc.

TABLEAU I LISTE DES GROS VILLAGES DE LA SUBDIVISION DE ZUÉNOULA

TABLEAU I LISTE DES GROS VILLAGES DE LA SUBDIVISION DE ZUÉNOULA

Note : Les chifîres sont ceux des recensements officiels.

TABLEAU II CALCUL DES DENSITÉS PAR CANTON

TABLEAU II CALCUL DES DENSITÉS PAR CANTON

Note : Inventaire économique de la Côte d’Ivoire.
Note : Recensements administratifs. Population totale, Gouro et étrangers.

94Ce sont les Dioula, parmi les plus riches et les plus influents politiquement, qui contrôlent le commerce de la cola. Commerçants et artisans, les Dioula sont aussi cultivateurs. Ils exercent cette activité soit autour des bourgs, soit dans la brousse. Selon la coutume ils obtinrent des Gouro l’autorisation de cultiver la terre dans la plupart des villages où ils sont installés par petits groupes familiaux. C’est en particulier le cas dans la savane boisée, comme le montre la carte de répartition des immigrants (carte n° 9). Ils s’y livrent à la culture des légumes et surtout du tabac qu’ils vendent sur les marchés locaux. Le caractère passager de ces cultures ne pose pas de problème d’occupation des terres. Il n’en est pas de même dans la région forestière où ils se livrent davantage aux cultures commerciales pérennes. Dans cette zone, les planteurs dioula restent fortement concentrés : ils occupent des quartiers de village et, chez les Bonon, un village entier. Ils y détiennent la terre en vertu de contrats de vente administrativement reconnus dont le contenu reste encore ambigu.

TABLEAU III POPULATION DE LA SUBDIVISION DE ZUÉNOULA (1955-1956)

TABLEAU III POPULATION DE LA SUBDIVISION DE ZUÉNOULA (1955-1956)

Note : Trois villages Mossi : Koudougou 309 habitants. Ouagadougou 38 Kaya 72.
Note : Sur ce chiffre 4 398 occupent le Canton de Zuénoula, soit 20,5 % de la population du Canton.

TABLEAU IV POPULATION DU PAYS GOURO DE LA SUBDIVISION DE BOUAFLÉ (1957-1958)

TABLEAU IV POPULATION DU PAYS GOURO DE LA SUBDIVISION DE BOUAFLÉ (1957-1958)

Note : Campement de N’Gattakro.
Note : Quatre villages : Koudougou, 718 ; Garango, 654 ; Koupéla, 83 ; Tenko-dogo, 174.
Note : Village de Sehizra-Dioula.

TABLEAU V POPULATION DE LA SUBDIVISION DE SINFRA (1954-1955)

TABLEAU V POPULATION DE LA SUBDIVISION DE SINFRA (1954-1955)

Note : Campement de N’Drikro.

  • 28 Ces immigrants ne figurent pas sur les recensements administratifs.

95b) Les Baoulé. — L’immigration baoulé, avec ses caractéristiques actuelles, est liée surtout au développement des cultures commerciales qui a suivi la guerre de 1939-1945. A l’inverse des Dioula, une fraction seulement réside dans les chefs-lieux. Il s’agit surtout de fonctionnaires ou d’employés et de leur famille. La majeure partie se consacre aux activités agricoles de rapport et s’installe dans la brousse. Leur tendance est de se rassembler en des installations dont certaines ont l’importance de villages, tels N’Gattakro, près de Bouaflé ou N’Drikro près de Sinfra. Dans la Subdivision de Zuénoula, ils constituent d’importants quartiers dans les villages gouro. Une importante concentration de plus de 1 000 Baoulé se trouve clies les Ouadié, sur la route qui joint Bouaflé et Zuénoula. Dans la région forestière on rencontre maintenant de nouveaux campements occupés par une ou plusieurs familles, futurs noyaux sans doute d’établissements plus importants28.

96c) Les Mossi. — Le troisième groupe important d’immigrants sédentarisés est celui des Mossi qui peuplent 7 villages de colonisation dont 5 furent créés par l’administration par un décret du 11 août 1933.

97Quatre des villages actuels sont situés à proximité de Bouaflé :

98Koudougou (718 hab.) sur la route de Yammoussoukro, Garengo (654 hab.) sur la route de Daloa, Koupéla (83 hab.) et Tinkodogo (174 hab.) sur la route de Zuénoula. Des petits marchés se tiennent dans •ces villages. Les trois autres villages Mossi entourent Zuénoula. Deux d’entre eux sont situés sur la route de Bouaké : Koudougou (309 hab.) •et de l’autre côté de la route Ouagadougou (38 hab.), le troisième sur la route de Bouaflé, Kaya (72 hab.).

TABLEAU VI EFFECTIF MOYEN DES VILLAGES GOURO (VILLAGES ET POPULATION GOURO SEULS) PAR CANTON

TABLEAU VI EFFECTIF MOYEN DES VILLAGES GOURO (VILLAGES ET POPULATION GOURO SEULS) PAR CANTON
  • 29 Martinet, Rapport sur l’implantation des villages de colonisation Mossi •en pays Gouro, Abidjan, 25 (...)

99Selon un rapport administratif29 ces immigrants provenaient en 1934 des Cercles suivants :

100Comme l’indiquent ces statistiques, une partie d’entre eux devait s’installer comme cultivateurs, une autre partie était destinée à fournir les plantations européennes en main-d’œuvre.

TABLEAU VII POPULATIONS IMMIGRÉES. CERCLE DE BOUAFLÉ (CANTON GOURO) DE 1926 A 1958

TABLEAU VII POPULATIONS IMMIGRÉES. CERCLE DE BOUAFLÉ (CANTON GOURO) DE 1926 A 1958

Note : L’implantation des villages Mossi date de 1934.
Note : Recensement précédant celui de 1954-1955, année non précisée.

101L’expérience de colonisation fut un succès. Les Mossi sont aujourd’hui parmi les plus gros producteurs de café de la région. L’expérience main-d’œuvre fut un échec : les planteurs européens ne versèrent pas les salaires dus. Menacés de famine et déçus, 150 d’entre eux désertèrent au cours des deux premières années de l’expérience. Aujourd’hui les villages de planteurs Mossi représentent une forme d’immigration sédentaire indépendante de l’immigration des ouvriers agricoles de Haute-Volta. Selon les habitants de Koudougou (Bouaflé), les Mossi de ces villages n’entretiennent pas de relations avec les saisonniers.

***

102La population immigrée des bourgs, par son habitat, par ses activités administratives, artisanales et commerciales, est géographiquement, socialement et économiquement distincte de la population gouro qui, à l’exception de Zuénoula où elle représente 26 % de la population, ne réside pas dans les bourgs, mais à l’écart, dans des villages qui ont gardé jusqu’à présent leurs caractéristiques traditionnelles. Ces distinctions, qui recoupent les différences ethniques, rendent désormais celles-ci beaucoup plus significatives.

103L’attirance des riches terres à café provoque une tendance nouvelle à la dispersion des immigrants dans les campagnes. De nombreux et récents campements d’immigrés ne figurent pas encore aux recensements. Cependant, contrairement au processus traditionnel d’assimilation, ces nouveaux venus s’installent à l’écart des villages gouro et conservent leurs caractéristiques culturelles. Au lieu de rapports personnels, ce sont des rapports contractuels, liés à la terre, qui s’engagent entre eux et les villageois gouro, rapports qui ne peuvent qu’accentuer les oppositions entre autochtones et immigrés.

Notes

1 Les documents joints (tableaux I à VII, fig. 2 à 6, cartes n° 4 à 9) fournissent les principales données relatives au peuplement actuel du pays Gouro.

2 Outre les matériaux provenant de nos enquêtes personnelles, de celles de Mme Chiva-Deluz (référence C.D. dans le texte) et de M. Patcheco de Amorim (P.A) recueillis sur le terrain, c’est-à-dire dans plus de cinquante villages, nous avons utilisé les notices dressées par M. Patrice (réf. P.), commandant de la Subdivision de Zuénoula de 1955 à 1957 et celles de M. Janvier, ancien administrateur de la Subdivision de Sinfra. Ces dernières, qui ne sont pas datées, portent surtout sur les tribus et occasionnellement sur les villages. Ces notices nous ont été aimablement communiquées par MM. Faget et Théodose, administrateurs en fonction lors de notre séjour. La plupart des informations ainsi recueillies portent sur la famille d’origine de chaque village. Certaines provenant de nos matériaux portent sur chacune des familles composant un village. L’ensemble ne peut donc donner qu’une idée générale, mais non statistique, de l’origine du peuplement et des phénomènes qui le caractérisent. Lorsque nous citons le nombre de cas illustrant tel ou tel phénomène, nous n’avons d’autres ambitions que de donner au lecteur les moyens de juger lui-même de l’importance relative des faits recueillis et de leur occurrence.

3 Les généalogies des fondateurs remontent de cinq à douze générations. Toutefois la valeur de ces généalogies comme repères historiques est discutable, comme le prouve le fait que certains groupes, installés antérieurement à d’autres qui reconnaissent cette antériorité, ont des généalogies plus courtes que les seconds. Les généalogies n’ont pas pour les Gouro une fonction chronologique ; elles servent à justifier, à l’intérieur d’un groupe, l’autorité de ceux qui s’en prévalent. Elles sont dans bien des cas accommodées au fait présent de cette autorité, indépendamment de toute préoccupation historique.

4 Notons que ce sont ses descendants eux-mêmes qui font de leur ancêtre ce portrait peu flatteur. Il est sans doute bon, du point de vue des anciens, de ne pas donner en exemple celui qui se révolte contre ses aînés. Nous n’en sommes pas ici au mythe du héros-fondateur.

5 L. Tauxier, op. cit., note p. 100.

6 Les problèmes relatifs à cette origine sont discutés au chapitre v.

7 Quelques-unes de ces déclarations sont suspectes. Les N’Goï, par exemple, selon des informations différentes de celles qui nous ont été données par les intéressés, auraient rencontré et chassé les Anfoué des lieux (qu’ils occupent actuellement. On peut attribuer cette revendication de première occupation au fait que l’on cherche aujourd’hui à s’attribuer des droits indiscutables sur la terre au regard de récentes préoccupations foncières. Mais ce cas nous est apparu comme exceptionnel et cette revendication ne préoccupe pas encore la plupart de nos autres informateurs qui, lorsque c’est le cas, déclarent spontanément avoir demandé la terre à un précédent occupant.

8 Dro bi Baya, Baya bi Ue, Ue lu Dro épouse Zamene, Zamene bi Ue, Ue bi Kayeï, Kayeï bi Nene, Nene bi Tra. Tra bi Tueï (narrateur, 70 ans environ).

9 Chapitre v.

10 Gro ou kro est le suffixe baoulé des noms de village.

11 Rapport Aquillot, Archives Abidjan, X, 31-18.

12 Nous ne savons pas non plus s’il s’agit de cases habitées ou de l’ensemble des constructions du village (abris et cases). La moyenne est aujourd’hui de 5 personnes par case dans les villages que nous avons recensés et de 2,3 à 2,7 par construction.

13 Rapport du lieutenant Beigbeber, mai 1907, Archives Abidjan, X, 38-11.

14 Rapport du lieutenant Rippert sur la mort du capitaine Caveng (1907 ?), Archives Abidjan, XIV, 34-29.

15 Certains villages font aujourd’hui creuser, avec plus ou moins de bonheur, des puits par des puisatiers dioula : Bounafla (N’Goï) possède huit puits alimentés en eau toute l’année. Bazré, à 2,5 kilomètres de là, n’est jamais parvenu à découvrir une nappe d’eau et en saison sèche les habitants sont obligés d’aller jusqu’au Bandama à 7 kilomètres du village. Consultés par le devin sur l’opportunité de déplacer le village dans le but de se rapprocher d’un point d’eau, les mânes des ancêtres s’y seraient opposés.

16 Ici encore, ces incidents, qui sont sans doute la cause immédiate d’un départ, peuvent recouvrir des causes plus profondes liées, par exemple, à l’épuisement du sol ou du gibier. Cette dernière circonstance, bien que n’apparaissant pas dans les récits relatifs aux déplacements des villages en bloc, est souvent mentionnée dans les cas de segmentation ou d’éclatement.

17 Chapitre ix.

18 A l’intérieur du village les groupes de descendance ne sont pas toujours rassemblés.

19 Sur 115 villages examinés, 53 furent incendiés par les troupes coloniales.

20 Arch. Abidjan, X, 31-31.

21 Les déplacements représentés sur la carte sont obtenus par comparaison entre la carte au 1/200 000e corrigée et la carte Montingand de 1912 agrandie à la même échelle. Faute d’une rigoureuse coïncidence entre les deux documents, ces schémas ne donnent qu’une idée approximative des distances et des localisations.

22 Rapport Aquillot.

23 Arch. Abidjan, X, 47-24.

24 Id., X, 47-23.

25 « Pour une part, les habitants des tribus Bos et Bien... [ont] émigré à Pahoubigrofla. » Rapport daté de 1932, Arch. Abidjan, V, 10-264.

26 Dans les autres Subdivisions, le seul gros village est Konéfla, Nana (900 hab.). Nous ne connaissons pas les causes de cette particulière concentration.

27 Dans la région de Zuénoula, le commerce entrepris avec les troupes de Samory avait fait croître le nombre des esclaves. Ceux-ci furent assez nombreux pour qu’un quartier de Zuénoula-Ville leur fût réservé quand l’administration coloniale proclama leur émancipation. D’origine soudanaise pour la plupart, ceux qui sont demeurés et leurs descendants sont comptés parmi les Dioula.

28 Ces immigrants ne figurent pas sur les recensements administratifs.

29 Martinet, Rapport sur l’implantation des villages de colonisation Mossi •en pays Gouro, Abidjan, 25 janvier 1936, doc. dactyl., 45 p. (Agence de la France d’Outre-Mer, Dossier « Agriculture Générale », 4-11-ci).

Table des illustrations

Légende FIG 2, 3, 4, 5, 6.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Carte 7. — Origine géographique du peuplement.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre NOMBRE DE CASES PAR VILLAGE Tribus Bouavéré, V’Nan, Nana, N’Goï, Goura (Source: Rapport Aquillot 1908) Tribu Bron (Source: Rapport Beigbeder, mai 1907)
Légende FIG. 7.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABLEAU I LISTE DES GROS VILLAGES DE LA SUBDIVISION DE ZUÉNOULA
Légende Note : Les chifîres sont ceux des recensements officiels.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre TABLEAU II CALCUL DES DENSITÉS PAR CANTON
Légende Note : Inventaire économique de la Côte d’Ivoire.Note : Recensements administratifs. Population totale, Gouro et étrangers.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU III POPULATION DE LA SUBDIVISION DE ZUÉNOULA (1955-1956)
Légende Note : Trois villages Mossi : Koudougou 309 habitants. Ouagadougou 38 Kaya 72.Note : Sur ce chiffre 4 398 occupent le Canton de Zuénoula, soit 20,5 % de la population du Canton.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre TABLEAU IV POPULATION DU PAYS GOURO DE LA SUBDIVISION DE BOUAFLÉ (1957-1958)
Légende Note : Campement de N’Gattakro.Note : Quatre villages : Koudougou, 718 ; Garango, 654 ; Koupéla, 83 ; Tenko-dogo, 174.Note : Village de Sehizra-Dioula.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre TABLEAU V POPULATION DE LA SUBDIVISION DE SINFRA (1954-1955)
Légende Note : Campement de N’Drikro.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre TABLEAU VI EFFECTIF MOYEN DES VILLAGES GOURO (VILLAGES ET POPULATION GOURO SEULS) PAR CANTON
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABLEAU VII POPULATIONS IMMIGRÉES. CERCLE DE BOUAFLÉ (CANTON GOURO) DE 1926 A 1958
Légende Note : L’implantation des villages Mossi date de 1934.Note : Recensement précédant celui de 1954-1955, année non précisée.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/111/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540