Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’artification

 | 
Nathalie Heinich
, 
Roberta Shapiro

Première partie. Enquêtes

La photographie, éternelle aspirante à l’art

François Brunet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un rapport incertain à l’art est à coup sûr l’un des traits qui définissent le statut social de la photographie, image du réel dont « le référent adhère », selon la formule consacrée, et qui par là semble ou sembla échapper à l’art. Quoique la question « La photographie est-elle un art ? » paraisse d’un autre âge, elle ne manque pas de ressurgir au détour de telle ou telle manifestation, comme si elle restait constitutive de la place de la photographie dans la société, surtout peut-être en tant que pratique commune. C’est pourquoi la problématique du passage de la photographie à l’art doit s’envisager sous deux angles distincts : l’un historique et l’autre sociologique1.

Du point de vue historique, que j’adopterai en premier lieu, l’évolution globale de la photographie se laisse décrire comme un processus de reconnaissance ou de légitimation. Ce processus conduit ce que l’on appela par dérision au xixe siècle la « peinture solaire », art sans art identifié à un régime mécanique et à ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540