Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire

 | 
Claude Meillassoux

Chapitre premier. Le pays Gouro

Texte intégral

  1. Les Gouro.
  2. Les limites du pays Gouro.
  3. Le milieu naturel, a) Hydrographie. b) Régime des pluies, c) Couverture forestière.
  4. Milieu naturel et milieu humain.

I. — LES GOURO

  • 1 L. Tauxier, Nègres Gouro et Gagou, Paris, 1924, p. 97-98.

1Les populations, que l’on appelle aujourd’hui Gouro, ne représentaient primitivement un ensemble ethnique distinct que par opposition aux ethnies voisines. Les Malinké leur donnaient le nom de Lo, les Gagou celui de Dipa et les Baoulé celui de Gouro, encore que ce nom puisse fort bien être la déformation de Goura qui désigne une tribu proche du pays Baoulé1.

2Mais les groupes qui composaient la population désignée par ces termes divers ne se connaissaient autrefois que de proche en proche. Certains ignoraient même leurs voisins. C’est le cas, par exemple, des Bron (Subdivision de Bouaflé) qui déclarent n’avoir pas connu l’existence des Yassua de l’Est jusqu’à la conquête coloniale ou celui des villageois de Yanantifla (T’sien) qui ne connaissaient ni les Bouavéré, ni les N’Goï, ni les Son.

3Les habitants de l’actuel pays Gouro se désignaient eux-mêmes ou mutuellement de plusieurs appellations dont aucune ne recouvre la totalité des populations aujourd’hui qualifiées de Gouro. Les N’Goï, par exemple, qui n’avaient autrefois de rapports étroits qu’avec les Baoulé et les tribus voisines, se qualifient eux-mêmes de Baba (Baoulé) ainsi que toutes les populations occupant la rive droite du Bandama. Ils appellent Kwene les populations du Centre — sans distinguer entre elles les diverses tribus — et Lorubë (les gens d’en haut) les populations du Nord, qu’ils ne connaissaient autrefois que par ouï-dire ou par la rencontre des femmes de cette région venues se procurer la cola. A l’opposé, les Nianangon de Zanzra, considérés par les N’Goï comme des Lorubë, se considèrent eux-mêmes comme des Kwè, qualifient de Lorubë les groupes situés entre les Bandama, jusques aux Ouan exclus, et de Probë (pro : forêt) les habitants de l’actuelle Subdivision de Sinfra. Le nom de Kwë ou Kwâ ou Kwene est celui que se donnent encore les Bouavéré et les Yassua de l’Est (Kwene signifierait, selon ces derniers, « fils favori »).

  • 2 Selon des notes qui nous ont été aimablement communiquées par M. Van den Wiele, les populations de (...)

4On pourrait sur la base de cette toponymie dégager quatre groupes principaux dont la composition varie quelque peu avec l’observateur : les Lorubë au nord-est, les Kwë au nord-ouest et au centre, les Probë dans la forêt méridionale et les Baba le long du Bandama. L’ensemble de cette population se dissolvait sur ses franges en des groupes marginaux possédant des caractéristiques empruntées aux ethnies voisines et parlant un dialecte apparenté à celui des groupes centraux, mais sensiblement différent. C’est le cas des Koya à l’ouest, ou des Ouan (ou Blan) au nord qui sont dits, par leurs voisins de Goretta (Mé), appartenir à une coutume différente2.

***

  • 3 J. Eysseric, Rapport sur une mission scientifique à la Côte d’Ivoire, Imprimerie Nationale, Paris, (...)

5C’est Eysseric qui appliqua le premier, semble-t-il, aux populations de la rive droite du Bandama le nom de Gouro qu’il avait emprunté aux Baoulé3.

  • 4 Les populations voisines des Gouro n’ont pas encore fait l’objet d’études nombreuses. Nous avons c (...)

6La création en 1902 d’un « cercle militaire du Haut-Sassandra et du pays Gouro » témoigne en tous cas du fait qu’il existait, dès avant la conquête, dans l’esprit des militaires français, la notion d’un pays gouro. Elle repose apparemment plus sur une distinction par rapport aux groupes voisins, Baoulé, Malinké, Bété et Gagou4 que sur la constatation d’une homogénéité sociale interne. Les avatars du découpage administratif laissent supposer que cette distinction ne s’appuyait encore que sur des réalités furtives.

  • 5 C’est à cette date que l’on remplace l’administration militaire par une administration civile, enc (...)

7En 1911, le Cercle du Haut-Sassandra est dissous et les secteurs de Zuénoula, Bouaflé et Sinfra qui lui appartenaient sont regroupés avec ceux de Lobo (aujourd’hui Vavoua) et d’Oumé dans le Cercle de Daloa, lequel se trouve ainsi rassembler des populations gouro, bété et gagou. En 1913, on crée pour la première fois le « Cercle Gouro » qui comprend les quatre Subdivisions d’Oumé, Sinfra, Bouaflé et Zuénoula, mais qui exclut Vavoua, dont une partie de la population est dite Gouro5.

8Ce cercle « Gouro » persiste inchangé pendant près de vingt ans au cours desquels les habitants ont le temps d’acquérir la conscience d’une appartenance commune, tout au moins sur le plan administratif.

9Mais en 1936, le Cercle est à nouveau démantelé : Oumé est rattaché au Cercle de Gagnoa en pays Bété, tandis que les trois autres Subdivisions passent sous l’autorité de Daloa (également en pays Bété). En 1943, la Subdivision de Zuénoula est détachée du Cercle de Daloa et rattachée à celui de Bouaké (en pays Baoulé). La reconstitution du Cercle gouro fut à partir de ce moment une des revendications du Rassemblement Démocratique Africain (R.D.A.) dans la région. Les administrateurs, par contre, semblent pour la plupart opposés à ce regroupement qu’ils estiment dangereux.

10L’existence d’une « conscience gouro » est dès lors de plus en plus manifeste. En 1947 une pétition est présentée à l’administration en faveur du regroupement, mais ce n’est que dix ans plus tard, le Ier janvier 1957, qu’elle fut partiellement satisfaite par la création du Cercle de Bouaflé comprenant, outre la Subdivision du même nom, celle de Sinfra et de Zuénoula. Il ne s’agit pas encore d’un véritable regroupement ethnique. Le Cercle de Bouaflé abrite des populations Ayahou et Yaouré d’origine baoulé ; il exclut plusieurs tribus réputées Gouro des Cercles de Vavoua, de Daloa et d’Oumé. La réalité d’une ethnie gouro ne s’affirme pas sur le plan administratif. Existe-t-elle, au demeurant ?

  • 6 S. F. Nadel, The Nuba, O.U.P., 1947. Les critères proposés par Nadel ne sont pas tous pertinents, (...)

11C’est la question que se pose inévitablement l’ethnologue lorsqu’il tente de circonscrire l’objet de son étude et cette question l’entraîne à s’interroger sur les critères susceptibles de définir une ethnie. Faute d’éléments suffisants, nous ne saurions ici entrer dans le fond de la discussion, mais seulement examiner rapidement ceux que suggère Nadel, par exemple, qui se trouva confronté à une autre population de type segmentaire6.

  • 7 Ibid., p. 80 ss.

12Une enquête linguistique permettrait peut-être de vérifier jusqu’à quel point la langue contribue à définir l’ethnie gouro. Tout ce que nous pouvons dire c’est que, malgré d’importantes différences de vocabulaire que Tauxier avait déjà relevées dans son lexique7, nos interprètes, le plus souvent originaires des villages voisins de Bouaflé, se sont partout fait comprendre sans difficulté apparente, signalant seulement des variantes ou des rapprochements, ces derniers parfois entre populations relativement lointaines.

13Les traditions des lignages ou des villages, comme nous le montrerons dans les chapitres suivants, révèlent une grande diversité d’origine. Les Gouro ne revendiquent pas une origine commune et ne font jamais état d’un mythe de cette sorte. Les structures sociales mises en place par la rencontre de ces populations en mouvement ont un caractère inachevé et plus ou moins de rigueur selon les cas. Elles ne sont pas partout conceptualisées au même degré. Il n’y a pas d’homogénéité culturelle sur l’ensemble du pays : les cultes, les masques, les manifestations ésotériques, les danses varient parfois d’un village à l’autre. La circoncision et l’excision ne sont pratiquées, à titre tout à fait exceptionnel, que dans certains villages. Les scarifications corporelles, lorsqu’elles existent, sont purement ornementales et ne caractérisent aucun groupe par rapport aux autres selon un système général d’identification.

14Les aires matrimoniales, par contre, recouvrent toujours des espaces relativement limités et celles de plusieurs villages d’une même tribu tendent à se superposer de façon assez significative.

15C’est dans ces limites que semble se manifester un véritable sentiment d’appartenance, encore que confus. Les Gouro ne se sentent à l’aise et en sécurité que dans les villages où ils ont des parents ou des alliés. La conscience nouvelle d’être Gouro, au sens large de cette appartenance, demeure par rapport à cette réalité, sur le plan des principes. C’est toujours avec réticence que nos interprètes acceptaient de nous accompagner dans des villages situés hors des limites de leurs alliances ; tout en reconnaissant que ces habitants étaient bien des Gouro, ils se comportaient vis-à-vis d’eux comme à l’égard d’étrangers. Par contre, ils ne cachaient pas leur satisfaction d’aller dans les localités où ils avaient quelques parents, quand bien même ces villages eussent appartenu à des tribus traditionnellement ennemies.

16La conscience d’être Gouro semble être née parallèlement à celle d’être Ivoirien, dans le cadre de l’expérience coloniale. Son contenu est celui d’un idéal de solidarité ; mais, tandis que le nationalisme ivoirien naissant s’oppose de façon très vive aux ressortissants de certaines ex-colonies devenues autonomes, le sentiment d’être Gouro ne se fortifie pas par opposition aux ethnies voisines qui sont, dans bien des cas, plus proches des groupes gouro marginaux que ceux-ci ne le sont d’autres tribus du même nom.

17L’attachement régionaliste ne s’impose pas avec force aux immigrants du pays Gouro résidant à Abidjan. Ceux-ci vivent dispersés dans les quartiers africains de Treichville et d’Adjamé. Ils n’occupent pas de secteur professionnel particulier. Les liens qui persistent entre eux sont ceux qui les lient au milieu rural, donc à leur village, pour des raisons matérielles et matrimoniales. Le village et surtout la famille demeurent encore les seules institutions économiques et sociales capables d’assurer leur sécurité. Beaucoup de salariés gouro dépendent encore de leurs parents demeurés au village pour boucler leur budget. Certains, parmi les artisans, ne purent s’installer que grâce à une avance de leur chef de lignage. Il persiste de ce fait des relations entre Gouro d’un même village, d’une même tribu, ou d’une même aire matrimoniale. L’émigration en ville est en revanche pour d’autres le moyen d’échapper aux contraintes familiales ; pour ceux-là, la dispersion permet d’éviter la reconstitution en ville des mêmes structures sociales accompagnées des mêmes obligations.

  • 8 A. R. Zolberg, « Effets de la structure d’un parti politique sur l’intégration nationale », Cahier (...)

18Pourtant l’ethnie fut, en ville, le canal de la propagande politique du R.D.A.8.

19L’organisation du parti sur des bases ethniques s’imposa sous la pression des groupes politiques les plus forts, Baoulé et Bété, renforçant sans doute la cohésion des autres ethnies par opposition.

20Il existe encore aujourd’hui un « chef » des Gouro de Treichville et un « chef » des Gouro d’Adjamé. La nouvelle administration, soucieuse de ne pas encourager désormais le tribalisme, ne leur reconnaît plus de représentativité. L’autorité du premier, nous en avons fait l’expérience, n’est plus que nominale, celle du second semble un peu plus réelle, encore qu’apparemment limitée.

  • 9 Cette inquiétude, observée en janvier 1959, avait été sans doute réveillée par l’expulsion des étr (...)

21La conscience ethnique paraît s’estomper dans la ville au profit de la conscience nationale d’être Ivoirien et ceci pour deux raisons plus agissantes. En premier lieu, le fait de se proclamer Ivoirien place les Gouro sur un plan d’égalité avec toutes les autres ethnies et leur permet, en particulier, de justifier leur établissement sur les terres d’un autre groupe ethnique, celui des Ébrié, occupants traditionnels des lieux où s’érige Abidjan. Encore que la perspective d’une expulsion soit hautement improbable dans la conjoncture moderne, cette inquiétude nous a paru être encore vive chez les immigrants gouro d’Adjamé9. En second lieu, l’opposition la plus forte joue, ou plutôt jouait, moins entre les différentes ethnies de Côte d’Ivoire qui cohabitent dans la ville qu’à l’égard de certains étrangers, surtout les Dahoméens et les Togolais, qui se situaient, jusqu’à ce qu’ils fussent chassés après le référendum de 1958, à un niveau professionnel et social supérieur.

22Si l’on pouvait tirer de ces quelques données très incomplètes une conclusion, il semblerait que l’ethnie gouro, dans la mesure où elle est devenue une notion, procède avant tout d’un mouvement historique. L’administration coloniale, pour des raisons d’efficacité, fut amenée à regrouper d’emblée des populations selon une typologie grossière, par contra-distinction entre groupes voisins se reconnaissant comme mutuellement « autre » et non par la recherche d’une homogénéité interne. C’est cette « altérité » première qui, prise en charge et cristallisée par le colonisateur, s’imposa aux membres de chacun des groupes pour leur donner conscience d’une appartenance commune fondée sur une identité. La notion d’une ethnie ou d’une « nation » gouro, bien que reposant sur une distinction qui n’est pas sans fondement, reste néanmoins assez artificielle. Elle ne persiste de façon significative qu’à un niveau idéologique qui trouve de moins en moins de réalités concrètes sur lesquelles s’appuyer.

23C’est cette notion ethnique, reconnue et admise par les administrateurs et les ethnologues, à la fois abstraite et historique, qui nous a été proposée comme donnée, c’est-à-dire comme champ de notre investigation.

24Nous devons la compléter maintenant par la définition géographique d’un pays Gouro qui lui corresponde.

II. — LES LIMITES DU PAYS GOURO

  • 10 Présidence du Conseil, Direction de la Documentation, carte n° 71, non datée.

25C’est le long de la bordure forestière tropicale, à cheval sur la branche ouest du V baoulé que la Carte des populations de l’Afrique noire10, dressée par J. C. Froelich, situe le pays Gouro en s’appuyant sur des données linguistiques, la coutume et les désignations administratives. En retenant les lieux-dits de terminaison fla (lieu) ou zra (notion d’ascendance) on peut définir plus précisément encore une aire de peuplement comme suit :

A l’ouest, la limite entre populations gouro et bété passe au milieu de la forêt selon une orientation nord-ouest-sud-est, indépendamment de tout accident géographique ; cartes et photos aériennes ne révèlent qu’une continuité forestière dense et inoccupée. Au nord-ouest, la forêt inhabitée sépare les villages gouro des premiers établissements malinké au sud de Séguéla. Ils se rejoignent plus à l’est, là où la savane pénètre plus profondément vers le sud.
En allant d’est en ouest, la limite entre peuplements malinké et gouro s’incurve vers le sud, traverse la Marahoué et remonte légèrement vers le nord-est, soulevée par une zone de peuplement gouro de forte densité. Le contact entre les deux populations est étroit et se prolonge à l’est jusqu’en pays Baoulé. La limite entre Gouro et Baoulé s’établit à l’ouest du Bandama blanc, et non sur le fleuve lui-même dont la rive droite est peuplée de populations marginales : Ayahou et Yaouré. La frontière descend ainsi, selon une orientation presque nord-sud parallèlement au Bandama, jusqu’à ce qu’elle rencontre au sud de Bouaflé, la Marahoué. Dès lors, c’est le fleuve qui matérialise cette limite. Au point de confluence avec le Bandama, elle pénètre à nouveau dans la forêt dense, et c’est encore au milieu de celle-ci que l’on doit tracer la séparation entre Gouro et Gagou, à peu près le long du parallèle 6° 30 de latitude nord.

26Ces limites définissent ainsi une aire orientée nord-ouest-sud-est, de plus de 16 000 kilomètres carrés, comprise entre 6° 30 et 7° 50 de latitude nord et 5° 25 et 7° de longitude ouest.

III. — LE MILIEU NATUREL

27Il est évident que le pays Gouro ne correspond pas à la définition d’une « région naturelle » au sens géographique de l’expression. Les franges du pays Gouro se confondent de toutes parts avec celles des habitats voisins. Il appartient à cette vaste pénéplaine qui remonte lentement depuis la côte vers l’intérieur et dont l’altitude ne dépasse pas en moyenne 200 mètres à cette latitude. Le relief à peine accusé des petites collines qui le caractérise ne le distingue pas des pays avoisinants, sinon du pays Baoulé, à l’est, un peu moins élevé.

28Loin de recouvrir une région homogène, cette zone correspond au contraire à un milieu de transition : transition lentement accusée entre climat tropical humide et climat subsoudanien ; transition surtout entre la forêt dense et la savane arborée et présentant tous les aspects intermédiaires entre ces deux milieux.

a) Hydrographie

  • 11 Les Gouro l’appellent du terme générique, Yu : rivière, fleuve.

29L’orientation nord-nord-est-sud-sud-est de la Marahoué (aussi appelée Bandama Blanc11) qui coule en son milieu pourrait suggérer une coïncidence entre le pays Gouro et le bassin de ce fleuve. Ce bassin toutefois ne correspond à aucune homogénéité régionale. Fleuve lent, sinueux, coupé de rapides et soumis à de fortes crues saisonnières, la Marahoué traverse indistinctement forêts ou savanes, en s’entourant dans celles-ci de galeries forestières. Le réseau hydrographique articulé autour de ce fleuve semble assez pauvre : la Béré sur la rive gauche, au nord de Zuénoula, les deux Bouré sur la rive droite, au sud de Bouaflé, en sont les affluents les plus notables pour la région qui nous occupe. Peu d’eaux vives, en fait, parcourent le pays Gouro, que ce soit en savane ou en forêt.

30La Marahoué, peu navigable, ne permet que des déplacements limités en pirogue. Ses crues interdisent l’installation de villages sur ses rives. Si le fleuve ne semble avoir joué aucun rôle positif dans le peuplement, il n’est pas non plus intervenu comme un obstacle : de nombreux groupes contrôlent des terres sur ses deux rives. Il n’est, nulle part où nous en avons fait l’observation directe, une frontière entre tribus. C’est essentiellement un lieu de pêche pour les habitants des villages riverains qui l’exploitent parfois sur d’assez longues distances, lorsque les conditions de navigabilité le permettent.

b) Régime des pluies

31Si l’aire de peuplement gouro ne recouvre pas une région homogène et distincte, son orientation nord-ouest-sud-est correspond assez exactement à celle des isohyètes et de la forêt.

  • 12 Statistique de la Côte d’Ivoire
  • 13 Nous ne suggérons pas par cette description que la présence de la savane est la cause de cette dis (...)

32Selon la carte du Service de Statistique de la Côte d’Ivoire12 les isohyètes, au lieu de s’établir parallèlement à la côte, s’écartent de la savane baoulé et remontent vers le nord-ouest pour la contourner13. Dans la zone qui nous occupe, le régime des pluies s’établit ainsi très exactement selon une orientation nord-ouest-sud-est, de telle sorte que l’habitat gouro se trouve presque tout entier situé entre les isohyètes de i 500 millimètres à l’ouest et 1 300 millimètres à l’est (carte n° 2). Selon un document des archives de Bouaflé portant sur onze années (de 1941 à 1951) la moyenne annuelle des précipitations serait de 1 350 millimètres par an.

33Un graphique dressé sur la base de ces relevés fait clairement apparaître un cycle de quatre saisons (figure 1).

34De novembre à février s’étend une longue saison de faible pluviosité avec une période particulièrement sèche autour de janvier. C’est à cette époque (fin décembre et janvier) que souffle l’harmattan, brise froide et sèche venant du nord et particulièrement sensible dans la région de Zuénoula. (Si l’on retient les observations faites à Abidjan à cette époque, le degré hygrométrique subirait de très fortes variations journalières avec des baisses brutales au moment du zénith). Cette période est dite par les paysans de Sinfra et de Bouaflé : Ire ga bleva (la période sèche — ga — est arrivée). Pour les gens de la région de Zuénoula, il s’agit plutôt de « la période du vent froid qui passe » : Fune — vent froid — gei bleva. En décembre et janvier, « il fait froid le matin et soleil à midi ». C’est l’époque des feux de brousse.

35De février à juin, c’est la grande saison des pluies, abondantes et assez régulières avec une pointe en mai. Les paysans la désignent de diverses locutions qui ne font que traduire littéralement l’idée des pluies abondantes : Zohu pluie ? — gro — beaucoup, à Sinfra ; Le — pluie — bleble — beaucoup — da blefa, à Ziduho.

36Une petite saison de moindre pluviosité survient en juillet et août. C’est, pour les paysans de Ziduho, « la période où les nuages sont arrêtés » : Kuo — nuage — do. Pour ceux de Koblata celle où la pluie a cessé : de — pluie — fa do.

37En septembre et octobre, enfin, nouvelle saison pluvieuse courte mais intense. Toutefois les paysans de Sinfra ou de Bouaflé ne la désignent d’aucune expression. Ceux de Zuénoula parlent simplement de « petites pluies » : de — pluie — o-niene.

38Il s’agit donc d’un climat tropical humide de type guinéen caractérisé par l’alternance de deux saisons relativement sèches et de deux saisons pluvieuses. L’humidité toutefois faiblit à mesure que l’on remonte vers le nord-est et le climat tend à s’apparenter à un type subsoudanien de transition, moins propice à la forêt.

CARTE 2. — Orientation du pays Gouro.

FIG. 1 — Régime des pluies (moyenne 1941-1951).

c) Couverture forestière

  • 14 Nous avons dressé cette carte sur la suggestion de M. Sautter, selon une méthode préconisée par le (...)
  • 15 G. Mangenot, « Études sur les forêts des plaines et plateaux de la Côte d’Ivoire », Études Éburnée (...)
  • 16 Janvier, Notices des villages de la Subdivision de Sinfra, doc. dactyl, s. d.

39C’est encore selon une orientation nord-ouest-sud-est que s’établit la limite de la forêt et de la savane (carte n° 3 de densité forestière14). La forêt dense recouvre toute la partie sud-ouest et méridionale de l’habitat gouro. Elle répond à la description du professeur Mangenot, d’une forêt à Celtis, caractérisée par « des arbres de première grandeur (fromager, sambe, sipo, aboudikro, etc.) au fût droit lisse et nu, formant une colonnade surtout apparente quand la forêt, récemment tranchée, n’est pas encore cicatrisée »15. Toutefois des savanes incluses, parfois très vastes comme la plaine des Éléphants à l’est de Sinfra, s’y rencontrent et atténuent localement la densité forestière. La présence de ces savanes encloses n’est pas expliquée et, selon le professeur Mangenot, elles se résorberaient. Cette appréciation est confirmée par les notes de M. Janvier16. « Les Nana prétendent que la forêt a beaucoup gagné de terrain sur les savanes depuis leur arrivée dans le pays. Cela paraît à peu près certain. La plaine des Éléphants a dû beaucoup reculer et il est visible, chaque année, qu’une grande partie de cette savane est conquise d’abord par la brousse, qui échappe aux incendies annuels, puis par la forêt. Cela explique le fait que, dans beaucoup d’endroits en grande forêt on y rencontre encore des rôniers et des dattiers qui sont typiquement des arbres de savanes. »

40Dans la forêt la plus dense, ces savanes apparaissent souvent sur les photos aériennes sous forme de coulées ramifiées (AOF 028, 171, AOF 028,156 : environs de Sinfra ; AOF 028, 99-100 : To). Vers l’ouest, la savane apparaît également sous forme de couloirs étroits et sinueux dont la bande centrale est parfois occupée par une galerie forestière. Les limites en sont le plus souvent indécises. La forêt, en effet, semble s’y avancer en projetant devant elle des sujets plus petits. Plus au nord-est, une seconde zone moins forestière (de 70 à 50 % de couverture forestière) remonte parallèlement à la première et recouvre une région à peine habitée jusqu’au sud de Zuénoula. Autour de Bouaflé les savanes apparaissent maintenant, non plus sous la forme de coulées, mais de taches coupées de galeries forestières et parsemées de bosquets sommitaux. Leurs limites avec la forêt apparaissent plus nettes. Aucun arbre isolé de haute taille n’en rompt l’homogénéité. Enfin en remontant encore davantage vers le nord-est, la savane devient le milieu dominant. Cette région de savane boisée semble être de façon assez frappante le négatif photographique de la région forestière : c’est maintenant la forêt qui apparaît sur un fond de savane sous forme de marbrures, de coulées ramifiées, de galeries. Les îlots forestiers deviennent de plus en plus rares — les habitants les nomment proknu. Une savane d’herbes jaunes, de hauteur uniforme, très régulièrement plantée et parsemée de bouquets d’arbres fait son apparition. Ce qui demeure de forêt est éclairci par un défrichement plus intense. Les arbres de lumière sont plus clairsemés. Seules les essences plus petites dessinent des zones plus sombres et nettement délimitées.

  • 17 Mangenot, op. cit, p. 15.

41C’est à la limite extrême du peuplement gouro, au nord-est, que la couverture forestière occupe moins de 25 % de l’espace. Selon le professeur Mangenot, l’action conjointe du climat et des sols explique en partie cette distribution entre zone de forêt et zone de savane. La presque totalité de l’habitat gouro est recouverte d’un sol sablonneux sur lequel seul le climat tropical humide de type guinéen permet à la forêt de demeurer « dense et indestructible ». Ces conditions climatiques prévalent dans le Sud et le Sud-Ouest. Là où le climat devient plus sec, la forêt serait condamnée à disparaître complètement si n’apparaissaient en même temps, au nord-est et surtout entre les deux Bandama, « des îlots plus ou moins étendus de sols argileux » permettant à la forêt de persister malgré une humidité décroissante17. Ces circonstances ont donc pour effet de ne jamais séparer la savane de la forêt, lesquelles se trouvent partout juxtaposées en mosaïques dans des proportions variables. C’est ce trait qui, en atténuant la transition entre les deux milieux et en diversifiant localement les ressources, donne à l’ensemble du pays Gouro une relative homogénéité écologique.

***

42L’allongement du pays Gouro, le long de la bordure forestière, en une zone orientée du nord-ouest au sud-est, est obscurci par les divisions administratives. L’actuel cercle de Bouaflé, nous l’avons vu, rassemble la majorité des groupes d’appartenance gouro, à l’exception des tribus dépendantes du Cercle de Vavoua, au nord-ouest, d’Oumé, au sud, et de deux tribus rattachées au Cercle de Daloa, à l’ouest. Par contre, il intègre à l’est les Ayahou et les Yahouré, apparentés aux Baoulé. Le Cercle se trouve ainsi orienté presque exactement selon un axe nord-sud. Les limites entre Subdivisions, lesquelles constituent en fait les unités administratives de base, quasi immuables depuis 1913, sont, quant à elles, orientées d’est en ouest ou du sud-est au nord-ouest, c’est-à-dire perpendiculairement à l’orientation naturelle du pays.

  • 18 « Il n’y a guère que deux grands groupes de Gouro dans le Cercle : le groupe du Nord, qui descend (...)

43C’est cette division administrative qu’a adoptée Tauxier dans son ouvrage. Il avait fait, certes, quelques réserves sur ce morcellement qui ne correspondait pas, selon lui, aux affinités entre groupes gouro. Mais elles visaient seulement à reclasser les tribus de la Subdivision de Bouaflé — qu’il estimait être une création administrative arbitraire — entre Gouro du Sud et Gouro du Nord18.

44C’est encore selon ce découpage que nous avons abordé notre enquête. La conservation des archives aux chefs-lieux des Subdivisions et la vie administrative suscitée par celles-ci superposent une réalité nouvelle à celle que suggéraient les facteurs naturels, réalité qui, bon gré mal gré, s’impose à l’enquêteur, mais réalité toutefois qui répond davantage aux conditions modernes que traditionnelles.

45Notre étude porte sur la fraction de la population gouro comprise dans les limites du Cercle de Bouaflé, à l’exclusion des populations Ayahou et Yaouré. Selon le découpage administratif, nos recherches couvrent donc les Subdivisions de Zuénoula et de Sinfra et les deux Cantons Gouro (Gouro-Ouest et Gouro-Est) de la Subdivision de Bouaflé.

IV. — MILIEU NATUREL ET HUMAIN

46La diversité des caractéristiques écologiques soulève le problème de l’influence des facteurs naturels sur l’organisation économique et sociale des groupes qui occupent les différentes parties du pays. Les apparences militent, en effet, en faveur d’une relation entre les variations du milieu et de la société ; la densité, la forme de peuplement, certaines caractéristiques de l’économie, l’organisation sociale et politique varient du nord au sud et cette variation suggère un rapport de cause à effet entre ces phénomènes et la présence de la forêt ou de la savane.

47Nous n’avons pas l’intention d’entreprendre cette discussion pour elle-même ; la suite de cette étude montrera qu’en réalité les conditons du milieu naturel ont agi sans doute, mais à une échelle débordant les limites géographiques du pays Gouro et au cours de circonstances qui mirent les habitants en relation avec des populations de plus en plus lointaines. En d’autres termes, les conditions naturelles qui ont eu une influence sur la société gouro ne sont pas celles de son milieu brut et exclusif, considéré isolément, mais de ce milieu humanisé et mis en rapport avec d’autres régions peuplées beaucoup plus lointaines, le Sahel ou la Côte, dont les caractéristiques écologiques différentes devenaient par ce contact humain autant de facteurs agissant sur l’organisation sociale, la forme du peuplement, la densité, l’apparition de marchés, etc.

48Réduit à lui-même, le milieu naturel caractéristique du pays Gouro ne joue qu’un rôle relativement neutre. Les hypothèses que l’on peut avancer à partir des seules données écologiques sont peu nombreuses (dimension des unités de peuplement, mobilité du peuplement), ou infirmées par les faits (localisation des installations près des points d’eau), ou mieux expliquées par des facteurs d’un autre ordre (commerce). Le caractère déterminant des facteurs humains s’inscrit en définitive dans des limites plus étroites que celles du milieu naturel auquel ils sont associés. L’étude des circonstances historiques qui modifièrent les rapports entre ces différents éléments nous permettra d’en juger, en particulier par l’étude du peuplement et, dans une seconde partie, par celle des échanges traditionnels avec les populations voisines.

Notes

1 L. Tauxier, Nègres Gouro et Gagou, Paris, 1924, p. 97-98.

2 Selon des notes qui nous ont été aimablement communiquées par M. Van den Wiele, les populations de Seila, les Don et les Minioré, situées dans la Subdivision de Vavoua et qui n’apparaissent pas sur nos cartes, appartiennent également à l’ethnie gouro.

3 J. Eysseric, Rapport sur une mission scientifique à la Côte d’Ivoire, Imprimerie Nationale, Paris, 1899.

4 Les populations voisines des Gouro n’ont pas encore fait l’objet d’études nombreuses. Nous avons consulté : Sur les Baoulé : Marc Ménalque, Coutumes civiles des Baoulé de la région de Dimbokro, Paris, Larose, 1933, 74 p. ; J. Miège, « Note de toponymie Baoulé », Études Éburnéennes, III, 1954, P- I31-140 ; M. Dupire, « Planteurs autochtones et étrangers en Basse-Côte d’Ivoire », Études Éburnéennes, VIII, i960, p. 9-234 Sur les Bété : E. Dunglas, « Coutumes et mœurs Bété », in Coutumiers juridiques de l’Afrique Occidentale Française, t. III, p. 361-451, Paris, Larose, 1939 ; D. Paulme, Les Bété, Cours professé à l’École des Hautes Études (VIe Section) en 1958-1959 ; A. Kôbben, « Le planteur Noir », Études Éburnéennes, V, 1956, p. 7-185 ; H. Raulin, Problèmes fonciers dans les régions de Gagnoa et de Daloa, Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer, Mission d’Études des groupements immigrés en Côte d’Ivoire, fasc. 3, Paris, 1957, 140 p. Sur les Dioula : L. Tauxier, Le Noir de Bondoukou, Paris, Leroux, 1921. La partie consacrée aux Dyoula ne traite naturellement pas des populations limitrophes au pays Gouro. Sur les Gagou : L. Tauxier, Nègres Gouro et Gagou (Centre de la Côte d’Ivoire), Paris, Librairie Orientaliste Paul Geuthner, 1924, 370 p.

5 C’est à cette date que l’on remplace l’administration militaire par une administration civile, encore que ce soit un militaire, le capitaine Foussat, qui conserve le commandement du Cercle jusqu’en 1917.

6 S. F. Nadel, The Nuba, O.U.P., 1947. Les critères proposés par Nadel ne sont pas tous pertinents, comme l’a montré M. Paul Mercier, Le concept de groupe ethnique, Cours 1958-1959, École Pratique des Hautes Études (VIe Section).

7 Ibid., p. 80 ss.

8 A. R. Zolberg, « Effets de la structure d’un parti politique sur l’intégration nationale », Cahiers d’Études Africaines, n° 3, octobre i960, p. 140-149.

9 Cette inquiétude, observée en janvier 1959, avait été sans doute réveillée par l’expulsion des étrangers d’Abidjan qui eut lieu en octobre 1958.

10 Présidence du Conseil, Direction de la Documentation, carte n° 71, non datée.

11 Les Gouro l’appellent du terme générique, Yu : rivière, fleuve.

12 Statistique de la Côte d’Ivoire

13 Nous ne suggérons pas par cette description que la présence de la savane est la cause de cette disposition des isohyètes. Selon les géographes la relation est inverse.

14 Nous avons dressé cette carte sur la suggestion de M. Sautter, selon une méthode préconisée par le professeur Gourou : Chaque photographie aérienne est divisée en seize sections permettant une évaluation assez précise de la couverture forestière pour chacune des superficies recouvertes par chaque photo. Cette évaluation, convertie en pourcentage, est reportée sur une carte à plus grande échelle. Des courbes sont ensuite tracées n’enfermant que des zones de densité comparable.

15 G. Mangenot, « Études sur les forêts des plaines et plateaux de la Côte d’Ivoire », Études Éburnéennes, n° IV, IFAN, Abidjan, 1955, p. 43.

16 Janvier, Notices des villages de la Subdivision de Sinfra, doc. dactyl, s. d.

17 Mangenot, op. cit, p. 15.

18 « Il n’y a guère que deux grands groupes de Gouro dans le Cercle : le groupe du Nord, qui descend jusqu’au Go y compris, et le groupe du Sud comprenant les Gouro d’Oumé, de Sinfra et de la partie sud et centrale de la circonscription de Bouaflé, ayant, comme représentants les plus septentrionaux, les Goura et surtout les Bouavéré. C’est le découpage du pays qui a créé les Gouro du centre. » L. Tauxier, Nègres Gouro et Gagou, Paris, 1924, p. 196.

Table des illustrations

Légende CARTE 2. — Orientation du pays Gouro.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende FIG. 1 — Régime des pluies (moyenne 1941-1951).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 457k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540