Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire

 | 
Claude Meillassoux

Introduction

Note de l’auteur

Dans la transcription phonétique simplifiée que nous avons adoptée, chaque son est rendu par un seul signe. Le son in a été rendu par ê, le son an par â, le son on par ô, le son ou par u (voyelle) et w (consonne). L’h n’intervient que pour séparer deux voyelles ayant un son distinct. L’s, même dans le corps d’un mot, est dur. Cette orthographe a été appliquée à tous les mots vernaculaires, aux noms de personnes, de familles et de lieux, sauf, parmi ces derniers, à ceux dont l’orthographe française a été consacrée par l’usage administratif.

Texte intégral

  • 1 En particulier : M. Fortes and E. E. Evans-Pritchard (éd.), African Political Systems, Londres, Oxf (...)

1La population gouro ne présente, quant à ses structures sociales et économiques, aucun trait original qui la distingue fondamentalement de la plupart des populations patrilinéaires et segmentaires. Nous avons retrouvé ches les Gouro de Côte d’Ivoire des aspects souvent décrits à propos d’autres groupes ethniques, voisins ou plus lointains, et dont les caractéristiques ont déjà fait l’objet de travaux de synthèse et de classification qui nous ont aidé dans notre appréhension du problème1.

  • 2 L. Tauxier, Nègres Gouro et Gagou, Paris, Paul Geuthner, 1924, 370 p

2Une description ethnographique de cette population avait, en outre, déjà été faite par L. Tauxier en 19242 et nous dispensait de reprendre un travail existant qui, pour avoir été entrepris seulement onze ans après la conquête, se révèle très bien informé et le plus souvent exact dans ses descriptions, sinon dans ses interprétations.

3Une monographie, dans ces conditions, n’aurait fait qu’ajouter à la liste existante des échantillons de population.

4Par contre, le caractère typique de l’organisation de la société gouro permettait d’insister moins sur sa description et davantage sur son interprétation. Nous avons donc tenté, non seulement de livrer des faits, mais d’en rechercher les enchaînements et la cohérence, tentative qui nous a entraîné à adopter un ordre d’exposition qui n’est pas toujours conforme au plan généralement attendu d’un travail descriptif.

5L’objet de cette enquête était l’étude des transformations économiques et sociales de la société gouro contemporaine. Il nous était naturellement impossible de juger de ces transformations sans connaître les conditions dans lesquelles fonctionnait antérieurement cette société.

6L’ouvrage de Tauxier nous a permis, à cet égard, de repérer certains faits anciens ; mais les nombreuses prémisses sociologiques implicites à l’auteur nous auraient obligé, si nous avions voulu le suivre dans sa démarche, à une réfutation constante de ses interprétations. C’est donc plus souvent à partir du présent que nous sommes remonté au passé, en nous aidant des traditions que nous avons recueil lies et des documents de la colonisation.

7Les divers aspects de la société gouro se présentent à travers des événements ou des faits qui sont, lorsque significatifs, presque toujours l’expression de sa totalité. L’interprétation d’un système où l’économique, le social, le politique, le culturel, le religieux, considérés habituellement comme appartenant à des registres différents, s’interpénétrent et se commandent les uns les autres, impose le choix d’un niveau d’observation susceptible d’éclairer cet ensemble.

8L’orientation de cette recherche nous désignait l’économie. Ce choix n’implique pas de notre part l’adoption de la thèse d’un déterminisme causal et unilatéral du fait économique brut (par exemple, l’outillage, la nature des ressources ou même le genre de vie) sur les autres structures de la société. L’importance des phénomènes économiques est d’un autre ordre. La nécessité de produire joue un rôle décisif dans l’organisation sociale pour la simple raison que la production est la condition même de l’existence de la société. Une société peut interrompre l’exercice de ses cultes, renoncer à ses rites, ses danses et son art sans cesser d’exister, mais elle ne peut s’arrêter de produire sans disparaître physiquement. Les rapports de travail noués autour de cette exigence sont quotidiens et étroits. Le partage de la nourriture par le repas commun est une institution qui cimente les groupes et les délimite socialement. Les produits du travail sont entre eux dans des rapports hiérarchiques et leur circulation se fait en relation avec les nécessités de préservation des rapports sociaux et de la perpétuation des groupes. Pourtant les Gouro ne sont pas dominés par l’organisation matérielle des choses ni même par le milieu naturel dont ils extraient leur subsistance. Aux exigences de la production qui, en étant satisfaites, permettent à la société de vivre, s’ajoutent, plus contraignantes, celles - de la reproduction naturelle et sociale par laquelle elle se perpétue dans ses mêmes cadres.

9Les rapports matrimoniaux et de filiation qui permettent cette répétition des conditions sociales de la production entrent donc nécessairement dans l’étude de l’économie traditionnelle.

10L’examen de la société gouro dans les limites qui lui sont propres, et qui sont celles d’une économie d’auto-subsistance, fait l’objet des premiers chapitres, dans lesquels nous étudions successivement les rapports des hommes avec le milieu, puis des groupes entre eux. Dans les derniers chapitres, nous essayons d’analyser les réactions de cette économie et des structures sociales qui lui sont associées aux sollicitations du commerce soudanais, puis à la contrainte coloniale, et enfin à l’introduction de l’agriculture commerciale.

11Le recours à l’économie, à la géographie et à l’histoire ne suffit pas cependant à expliquer complètement le fonctionnement d’une société car d’autres phénomènes, idéologiques ou culturels, interviennent pour modifier, freiner ou accélérer certains développements. Malgré son importance, cet aspect de l’organisation sociale, que nous n’avons pas étudié systématiquement, n’entre pas dans le cadre de cette étude.

12Nous n’avons pas non plus consacré un chapitre à la démographie, bien que nous ayons rassemblé sur ce point une abondante documentation et dressé la pyramide d’âge de plus de trente villages. Après avoir commencé notre travail par le dépouillement de ces documents, nous nous sommes heurté à deux obstacles : l’un a trait à l’incertitude des chiffres administratifs, encore que les recensements que nous avions faits dans six villages permettaient d’en découvrir les biais les plus fréquents ; l’autre, plus grave, est relatif à la méthode. La démographie villageoise ne coïncide ni avec un univers statistique, ni avec un champ social : le nombre d’individus par village ne permet pas de faire jouer les lois statistiques des grands nombres ; la coutume virilocale du mariage partage les femmes en deux groupes : les épouses, socialement en mesure de procréer, mais nées hors du village ; les jeunes filles nées au village, mais destinées à se marier au-dehors. Il aurait fallu, pour saisir un nombre statistique d’individus correspondant à un groupe démographique et social cohérent, repérer l’existence d’aires matrimoniales au sein desquelles les habitants se marieraient exclusivement, ou presque, entre eux. La recherche de ces aires et leur recensement nous auraient entraîné dans un travail, certes intéressant, mais trop éloigné de nos préoccupations.

13Si certaines lacunes s’expliquent par ce qui précède, d’autres ont des causes moins avouables. La brièveté de notre séjour et notre inexpérience du terrain nous ont laissé échapper, en effet, certains aspects ou certains détails dont l’importance ne s’est révélée qu’au moment du dépouillement et de l’analyse de nos matériaux.

Notes

1 En particulier : M. Fortes and E. E. Evans-Pritchard (éd.), African Political Systems, Londres, Oxford University Press (Repr. 1961), 302 p. ; A. R. Radcliffe-Brown et D. Forde (éd.), Systèmes familiaux et matrimoniaux en Afrique (trad. de l’anglais), Paris, Presses Universitaires de France, 1953, 526 p. ; J. Middleton and D. Tait (éd.), Tribes without rulers, Studies in African Segmentary Systems, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1958, 234 p.

2 L. Tauxier, Nègres Gouro et Gagou, Paris, Paul Geuthner, 1924, 370 p

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540