Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sida : la course aux molécules

 | 
Sébastien Dalgalarrondo

Deuxième partie. Les coulisses de Washington

4. Naissance des inhibiteurs de la protéase

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Νous n’avons jusqu’à présent abordé qu’en filigrane la classe thérapeutique qui permettra pourtant à la recherche d’opérer le premier tournant décisif dans le domaine du sida, les inhibiteurs de la protéase ou antiprotéases. Nous avons vu que l’ANRS avait collaboré avec le laboratoire Roche pour le test de son antiprotéase et que dès le début les dirigeants de l’agence de recherche française exprimèrent leur intérêt pour cette nouvelle classe de médicaments. Cet intérêt, très largement partagé par le milieu associatif français, fut d’ailleurs à l’origine des premières actions spectaculaires d’Act Up à l’encontre d’un laboratoire. Mais Roche, avec son saquinavir, n’était pas le seul à s’être lancé dans la course au développement ; deux autres laboratoires, Abbott et son ritonavir et Merck et son indinavir étaient eux aussi, avec quelques mois de retard, en train de développer leur propre antiprotéase. Cette nouvelle classe de médicament était d’autant plus attendue qu’elle s’attaquai...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540