Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge

 | 
Institut de recherche et d'histoire des textes
, 
Centre de recherche sur les collections
, 
Équipe Étude des pigments, histoire et archéologie

Session C. Matériaux et traditions techniques : des données pour l'histoire de l'art, l'histoire des techniques, l'histoire économique et sociale

Les carrières d’ocre de Saint-Georges-sur-la Prée (Cher)

État des connaissances documentaires

Jean-Yves Ribault

Résumé

L’emploi courant de l’ocre, pigment minéral naturel, dans les fresques romanes, en particulier dans les régions de la Loire moyenne, invite à rechercher les carrières dont elle était extraite. La situation des fresques de l’église de Brinay (Cher) à peu de distance des carrières d’ocre de Saint-Georges-sur-la-Prée (Cher) attire l’attention sur ce gîte dont l’exploitation est bien documentée du xvie au xixe siècle.
Un acte du 22 octobre 1571 détermine l’époque à partir de laquelle l’extraction de l’ocre de Saint-Georges devient un monopole seigneurial. Auparavant, « de tout temps et d’ancienneté », les habitants du lieu exploitaient les carrières à leur propre initiative. Le lieu-dit l’Ocrerie est cité dans un acte de 1429. Au-delà, la documentation écrite est muette.
Cependant, compte-tenu des conditions contraignantes de l’extraction de l’ocre, qui exigeait un savoir-faire et des pratiques professionnelles, compte-tenu également du caractère exclusif que l’on doit, jusqu’à preuve du contraire, reconnaître aux carrières d’ocre de Saint-Georges-sur-la-Prée dans l’aire géographique considérée, l’hypothèse de leur exploitation à l’époque romane, au bénéfice des peintres de fresques, doit être avancée.
Cette hypothèse ne pourra être retenue qu’après des vérifications en laboratoire, par l’analyse physico-chimique du minerai, d’une part, des pigments jaunes (et éventuellement rouges) utilisés dans la peinture, de l’autre.

Texte intégral

  • 1 Je me borne à citer les communications récentes de Eliane VERGNOLLE sur les fresques de Saint-Pierr (...)

1Chacun sait, sans qu’il soit besoin d’y insister, l’abondance relative des fresques romanes dans les pays de la Loire moyenne et de ses affluents ; chacun sait aussi que dans la palette des couleurs utilisées par les fresquistes des xie et xiie siècles, la gamme des jaunes plus ou moins clairs tirés d’un pigment minéral naturel appelé l’ocre est d’un emploi constant1.

  • 2 THÉOPHILE, Essai sur divers arts. Paris, Picard, 1980.

2Il faut naturellement rapprocher cette constatation des indications données par le moine Théophile dans le livre I de son Traité des divers arts. On y trouve plusieurs procédés de fabrication de couleurs, dans lesquels l’ocre intervient souvent. Je n’en citerai que le chapitre XV (Du mélange des couleurs pour peindre les revêtements sur les murs) : « Pour peindre sur mur, couvrez le revêtement avec de l’ocre, après y avoir ajouté un peu de chaux pour l’éclat, faites-en les ombres ou avec du rouge pur ou avec du vert foncé, ou avec la couleur posc, qui se fait avec la même ocre et du vert. La couleur de chair, dans la peinture murale, est un mélange d’ocre, de cinabre et de chaux, etc... ». Le moine Théophile rappelle que l’ocre jaune calcinée produit du rouge et que l’on peut mélanger de l’ocre jaune à d’autres couleurs (noir, vert, rouge, etc...) pour obtenir toutes sortes de teintes. Le traité de Théophile ne concerne que des ocres extraites en terre byzantine (Grèce et Turquie)2.

3Pour la peinture romane française, grande utilisatrice d’ocre, on peut légitimement se poser la question de savoir de quels sites géologiques provenait en grande quantité ce pigment minéral naturel.

  • 3 AUDOUIN Frédérique et PLISSON Hugues,Les ocres et leurs témoins au paléolithique en France : enquêt (...)
  • 4 Voir l’ouvrage de dom Bénigne DEFARGES, L’ocre et son industrie en Puisaye. Géologie et histoire (A (...)

4Si, pour la période préhistorique, la connaissance des gîtes ocriers, associés aux découvertes archéologiques, est assez bien établie, si même la cartographie ainsi obtenue met en évidence cinq grandes zones ocrières, liées aux affleurements crétacés et jurassiques (Dordogne, Pyrénées, vallée du Rhône et spécialement Bouches du Rhône, Auxerrois, Poitou et ses marges), sans préjudice de sites plus dispersés (basse vallée de la Seine, Ardennes...), la période gallo-romaine et encore moins la période médiévale n’ont pas fait l’objet de recherches aussi poussées3. Or, de même qu’il est intéressant de constater l’existence des fresques de Saint-Germain d’Auxerre à proximité immédiate des gisements ocriers de Puisaye, dont l’exploitation du xviiie jusqu’au début du xxe siècle est bien connue4, de même peut-on souligner la proximité du bel ensemble de fresques de la petite église berrichonne de Brinay et des minières d’ocre de Saint-Georges-sur-la-Prée, les deux localités étant distantes d’une douzaine de kilomètres, dans la vallée du Cher, au sud de la ville de Vierzon.

  • 5 PLINE, Histoire naturelle, éd. ZEHNACKER, Paris, 1983, p. 112.
  • 6 L’histoire des carrières d’ocre de Saint-Georges-sur-la-Prée a retenu autrefois l’attention des éru (...)

5On a voulu, avec quelque insistance, identifier avec l’ocre de Saint-Georges-sur-la-Prée, le sil provenant de la Gaule, dont parle Pline l’Ancien, au livre XXXIII, par. 56 de son Histoire naturelle5. Raynal, historien berrichon du siècle dernier, a pu écrire : « On trouvait dans le pays des Bituriges Cubes une espèce d’ocre, sil, qui donnait une couleur éclatante : il s’employait dans la peinture, ainsi que l’ocre de l’Attique ». En réalité, il s’agit là d’une interprétation abusive, qui incorporait au texte même de Pline une note de son éditeur du xviie siècle, le jésuite Jean Hardouin. Celui-ci, en effet, interprète l’expression e Gallia par e Biturigibus Cubis : unde nunc quoque, ocre de Berri. Il s’agit donc seulement de l’opinion d’un auteur du xviie siècle, qui assimilait l’ocre de la Gaule au seul site connu au moment où il écrivait (son édition parut en 1685). Constatons qu’au xviie siècle, quand on parlait d’ocre en France, ce ne pouvait être que de l’ocre du Berry. Allons plus loin, la seule exploitation attestée de l’ocre en Berry (et très probablement en France) était alors celle de Saint-Georges-sur-la-Prée, bien attestée d’ailleurs par les documents d’archives depuis le xvie siècle jusqu’au Second Empire, qui vit, vers 1860, la fin de l’extraction d’ocre à Saint-Georges6.

  • 7 Sur l’extraction et la commercialisation de l’ocre de Saint-Georges, M. B. de BEAUREPAIRE-LOUVAGNY (...)

6On cite d’assez nombreux marchés notariés du xviie siècle qui montrent que notre ocre était embarquée sur le Cher par grandes quantités (de 100 à 200 poinçons par marché) en direction de Nantes, de Tours ou d’Orléans. On sait même qu’à partir de la fin du xviie siècle, une compagnie hollandaise s’en réserva le quasi-monopole commercial pendant un siècle, pour la traiter par calcination et la redistribuer en Europe sous la forme du rouge de Prusse ou d’Angleterre, qui servait à des usages plus industriels qu’artistiques (carrelages, polissage de glaces, impression...)7.

  • 8 Archives du Cher, E 9228.

7Le document explicite le plus ancien que j’aie pu retrouver date du 22 octobre 1571. Il s’agit d’une transaction passée entre le seigneur de Saint-Georges et neuf de ses assujettis nommément cités, auxquels il contestait le droit d’extraire l’ocre jaune « qui est en l’estendue de l’ocrerie, ne icelle occre vendre ne aliéner ». Les neuf habitants mis en cause se défendaient en avançant « que de tout temps et d’ancienneté, eulx et leurs prédécesseurs avoient accoustumé de tirer dudit occre sans licence... ». Ils acceptèrent néanmoins l’accord suivant : le seigneur de Saint-Georges se réservait désormais le droit d’autoriser l’extraction de l’ocre, sous réserve que tout l’ocre ainsi tiré lui serait livré au prix de 50 sols tournois le poinçon8.

8Cet acte et cette date (22 octobre 1571) paraissent bien établir l’origine du monopole prétendu par le seigneur du lieu sur l’extraction et la vente de l’ocre de Saint-Georges, monopole qui sera maintenu jusqu’à la Révolution et même revendiqué, en vain, sous la Restauration.

  • 9 Archives du Cher, 6 G 10.

9Auparavant, l’extraction en aurait donc été libre, sans formalités, à l’initiative et au bénéfice des habitants du lieu, depuis un temps immémorial. On s’expliquerait ainsi l’absence de toute documentation écrite antérieure au xvie siècle, à l’exception pourtant d’une brève mais précieuse mention dans un acte du 10 septembre 1429 qui cite, dans une vente domaniale, une vigne placée le long d’un chemin conduisant du bourg de Saint-Georges « à l’ocrerie »9.

  • 10 Archives du Cher, H 259.

10Un lieu-dit l’Ocrerie existait donc bien à cette date et on peut en suivre l’évolution ultérieure dans quelques documents. Un registre-terrier dressé en 1586 contient de nombreuses mentions du vignoble et du village de « l’Ocrerie »10. Ce toponyme se dédouble au cours du xviie siècle en Haute et Basse-Ocrerie, figurés d’ailleurs sur la carte de Cassini ; la Basse-Ocrerie étant, au bord du Cher, le lieu d’embarquement des poinçons.

11La documentation est malheureusement muette au-delà du xve siècle et je ne peux que reprendre à mon compte la formule du xvie siècle : « de tout temps et d’ancienneté », on a dû extraire l’ocre de Saint-Georges.

12On peut cependant ajouter à cette hypothèse les constatations suivantes. Les gisements d’ocre se trouvent très rarement à fleur de terre et il s’agit alors de gîtes de peu d’importance. Pour une production abondante et suivie, dont avaient besoin les peintres romans, il faut envisager l’exploitation de carrières, telles que celles de Saint-Georges, les seules connues dans la région de la Loire moyenne. Les modalités de cette exploitation ont été décrites dans plusieurs rapports et mémoires publiés par les savants chimistes et minéralogistes du xviiie siècle (LEMONNIER, 1740 ; GUETTARD, 1762 ; SAGE, 1779 ; de DIETRICH, 1785). On trouvera en annexe une description inédite extraite d’un manuscrit rédigé par un chanoine de Bourges en 1770.

13De tous ces témoignages concordants, il ressort que l’extraction de l’ocre constituait une pratique difficile. On creusait sur le site des puits larges de 1 m 50 environ, profonds de 20 à 30 mètres, traversant d’abord une épaisse couche de terre argileuse, semée de cailloux, qu’il fallait remonter dans des bannées (panniers) par l’intermédiaire d’une roue fixée à un chevalet au-dessus de l’ouverture du puits. A une profondeur variable (en général à mi-parcours) le mineur rencontrait un banc de roche très dure et très résistante (du grès) qu’il attaquait au pic et qui exigeait de grands et longs efforts pour être percée et évacuée. On trouvait en-dessous une nouvelle couche de terre mêlée de cailloux que l’on creusait jusqu’au gisement de l’ocre. On établissait alors un réseau complexe de galeries horizontales. L’ocre se présentait sous forme de lits de 30 à 35 cm d’épaisseur et 1, 50 à 2 m de largeur sur 120 à 130 mètres de longueur reposant sur des couches de sablon blanc très fin. L’ouvrier ayant l’ocre à hauteur de la tête retirait d’abord la couche de sablon et attaquait la couche d’ocre ainsi dégagée en y enfonçant des coins à coups de mailloches de bois, détachant ainsi les morceaux d’ocre, que l’on remontait à l’air libre par les bannées. On estime la capacité moyenne de production d’une fosse (puits assorti de ses galeries) à 95 tonnes d’ocre, soit 300 poinçons.

14Il s’agissait donc d’un travail de professionnels, maîtrisant bien les pratiques d’un métier difficile et dangereux. Les galeries étaient étayées pour éviter les éboulements ; des lampes d’un modèle particulier (en étoile), alimentées exclusivement par de l’huile d’olive produisaient l’éclairage mais constituaient aussi des témoins en cas de poches gazeuses. Puits et galeries suintaient l’humidité et les chroniques locales ont gardé le souvenir d’éboulements meurtriers.

15On peut penser que ces modes d’exploitation, tels qu’ils sont décrits au xviiie siècle, et qui exigeaient un savoir-faire de type traditionnel et des outils simples, avaient cours de temps immémorial.

16Dans le cas de Saint-Georges-sur-la-Prée, on se trouve donc en présence d’un site minier spécialisé, d’un mode opératoire artisanal mais contraignant et d’un produit quasi exclusif dans l’aire géographique considérée. Même si la documentation manque au-delà du xve siècle, on ne peut pas ne pas tenir compte de ces considérations lorsqu’on se pose la question de l’origine de l’ocre abondamment utilisée pour les fresques romanes de la région.

17En définitive, pour pallier le silence des sources écrites et l’absence de tout repère archéologique (il est vrai que ce site n’a pas fait l’objet de fouilles, difficiles en tout état de cause) seule l’analyse physico-chimique fine du minerai en place et des pigments jaunes des fresques permettrait de s’assurer d’une possible origine commune ; une telle démarche serait également souhaitable pour d’autres sites du même type, l’Auxerrois par exemple. C’est une suggestion faite à l’adresse des laboratoires représentés à ce colloque.

Notes

1 Je me borne à citer les communications récentes de Eliane VERGNOLLE sur les fresques de Saint-Pierre de Méobecq (Indre) et de Dominique POULAIN sur celles de Thevet-Saint-Martin (Indre) qui notent l’emploi de l’ocre jaune, brun, rouge et rapprochent les fresques de Méobecq, Palluau, Saint-Savin, Tavant de celles de Brinay (dans Congrès archéologique de France. Bas-Berry - 1984. Paris, 1987, pp. 189 et 331). Voir aussi la publication récente Peintures murales romanes (Cahiers de l’Inventaire. 15 A.R.E.P., Centre, 1988).

2 THÉOPHILE, Essai sur divers arts. Paris, Picard, 1980.

3 AUDOUIN Frédérique et PLISSON Hugues,Les ocres et leurs témoins au paléolithique en France : enquête et expériences sur leur validité archéologique dansCahiers du Centre de Recherches préhistoriques, n° 8 (1982), U.E.R. d’Art et d’Archéologie de l’Université de Paris I.

4 Voir l’ouvrage de dom Bénigne DEFARGES, L’ocre et son industrie en Puisaye. Géologie et histoire (Association d’études et de recherches du Vieux Toucy, s.l. n.d.).

5 PLINE, Histoire naturelle, éd. ZEHNACKER, Paris, 1983, p. 112.

6 L’histoire des carrières d’ocre de Saint-Georges-sur-la-Prée a retenu autrefois l’attention des érudits locaux. Voir notamment J. PIERRE, L’ocre de Berry, tirée de Saint-Georges-sur-la-Prée aux environs de Vierzon (Cher) depuis les temps préhistoriques, dans la Revue du Berry et du Centre, novembre 1905, pp. 349 à 369. Actuellement, M. Georges DEBEDA, maire de Saint-Georges-sur-la Prée reprend méthodiquement la question en regroupant sources et bibliographie disponibles dans un dossier (L’ocre de Saint-Georges-sur-la-Prée, mai 1988), qui s’accroîtra au fur et à mesure des recherches entreprises.

7 Sur l’extraction et la commercialisation de l’ocre de Saint-Georges, M. B. de BEAUREPAIRE-LOUVAGNY a publié, d’après les archives privées, aujourd’hui déposées à la mairie de Saint-Georges-sur-la-Prée, un excellent article, Une exploitation minière au xviiie siècle dans la Revue d’Histoire des Sciences, tome XX, n° 2 (avril-juin 1967), pp. 169-186. On peut également se reporter à une étude de généalogie familiale de F. BRUNET (Notes généalogiques sur la famille Brunet, s.l., 1918) qui donne des renseignements intéressants sur les affaires de son ancêtre vierzonnais, Etienne Brunet, dont les opérations commerciales portaient au xviiie siècle sur l’exploitation et le commerce de l’ocre depuis Vierzon jusqu’à Nantes et de là vers La Rochelle, Bordeaux, Marseille, Rotterdam, Amsterdam et Hambourg.

8 Archives du Cher, E 9228.

9 Archives du Cher, 6 G 10.

10 Archives du Cher, H 259.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540