Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs

 | 
Vincent Geisser

I. Quelle université pour quels diplômés ? Approches socio-historiques de l'enseignement supérieur au Maghreb

Diplôme et Université en Tunisie dans les années cinquante

Kmar Bendana

Texte intégral

  • * Chercheuse à l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, Université de Tunis I.

1Note portant sur l’auteur*

2J’introduirai mon propos par quatre séries de remarques destinées à le baliser et le circonscrire.

3La première série de précisions concerne la nature du matériau essentiel de cette enquête qui fait suite à deux travaux spécialement concentrés sur le noyau originel de l’Université tunisienne, l’Institut des Hautes Études de Tunis (IHET) qui a ouvert ses portes en 1945 (K. Bendana, 1991 et 1998). Dans ces deux textes, j’ai tenté de faire un tableau d’une université embryonnaire créée dans l’immédiate après-guerre à Tunis, de donner une idée des premières balbutiements de cette institution, de ses programmes, de ses effectifs et de sa place dans le dispositif général de l’enseignement à cette époque. À travers ce tableau, se sont dégagé quelques traits d’une politique coloniale, timidement offensive, désireuse de bâtir le dernier étage d’un édifice éducatif certes contrôlé mais pas complètement. En effet, les péripéties des premières années de cette institution semblent faire écho à une animation particulièrement vive au sein de la Khaldounia, association-académie qui a acquis dès sa naissance en 1896 le statut d’annexe de la mosquée-université tunisoise, la Zaytouna. Reprenant le même type de sources, c’est-à-dire les archives de l’administration coloniale, j’ai décidé d’approfondir cette fois du côté du pôle Zaytouna-Khaldounia. Au cours des années cinquante, l’université musulmane et son annexe traversent une agitation qui touche à la fois aux problèmes de l’enseignement qu’on y dispense, au statut des enseignants, à l’état et au devenir des enseignés. Parallèlement à cette plongée dans les rapports de surveillance, les tableaux statistiques, les comptes rendus de fonctionnaires des services éducatifs, j’ai procédé à un dépouillement du Journal Officiel Tunisien, expression finalisée et lisse des atermoiements, hésitations, contradictions et interprétations contenues dans la littérature administrative produite au jour le jour.

4La deuxième famille d’observations portera sur les limites chronologiques de cette intervention : 1945-1960. La première borne marque la naissance de droit et de fait de l’IHET, la seconde est celle de la proclamation d’une Université tunisienne par l’État indépendant. Au cours de cette quinzaine d’années et rien qu’en suivant les traces de la gestion administrative et de son officialisation à travers les décrets, les lois, les notes et règlements, on voit pointer, s’affirmer une vision des études universitaires. Entre celle qui transparaît à travers la correspondance et la politique de l’Instruction Publique et celle de la Zaytouna et de la Khaldounia, on assiste à une « invention » du diplôme, activée, exacerbée ou favorisée par le climat politique particulièrement chaud. Les péripéties de la vie universitaire, discrète au regard de domaines plus voyants, reflètent des rapports conflictuels, des attitudes tactiques, une tension soutenue.

5La troisième suite de remarques circonscrira la problématique d’ensemble qui sous-tend cette enquête : mon hypothèse est que le diplôme prend ou développe en cette période idéologiquement intense une dimension nationale, une portée nationaliste symbolique. Cette représentation de la réussite, ce brevet d’intégration professionnelle, ce certificat de reconnaissance de l’accès au savoir acquiert une connotation nouvelle, en tous cas de plus en plus fortement marquée, exprimée et même agie, la valeur d’un sentiment de légitimité politique, le sens d’une réalité à imposer, d’une force à montrer (ou à démontrer).

  • 1 En dehors des séries « D » et non classée des Archives Nationales de Tunisie et des documents du M (...)

6Ainsi, et j’en arrive aux dernières considérations préliminaires, ma démarche a consisté à repérer l’apparition, l’organisation, la transformation des diplômes au cours de cette quinzaine d’années. Même si ma collecte n’est pas exhaustive (et cela entre autres parce que je n’ai pas eu accès aux archives de l’Université de la Zaytouna ni à celles de la Khaldounia1, elle permet à cette étape de comprendre les données d’un rapport de forces étouffé par des événements plus voyants ou plus violents mais tout de même significatifs des enjeux idéologiques de cette période.

Derrière la dualité, un système composite

7Le paysage de l’enseignement considéré comme « supérieur » dans les années cinquante ressemble plutôt à une mosaïque éclatée. Composé d’institutions d’origine et de logique diverses, il ne constitue pas à proprement parler un système. Deux pôles apparaissent cependant distinctement : celui de l’université zaytounienne (la mosquée-université proprement dite) auquel on peut rattacher la Khaldounia et la constellation des créations successives au cours du Protectorat.

  • 2 Fondée en 734, un enseignement y est attesté à partir du xiie siècle.
  • 3 Parmi les réformes, la division de l’enseignement zaytounien en trois cycles : primaire, moyen et (...)
  • 4 Décret de 1947.

8La Zaytouna, la plus ancienne des universités musulmanes2 largement réorganisée, sous Ahmed Bey3 (1843) puis avec les réformes du ministre Khayreddine (1875) met au point vers la fin du siècle de nouvelles modalités d’examens (l’épreuve de la mounadhara par exemple en 1892) et de diplômes (le tatwi’ créé en 1898 couronne le cycle moyen). Suite à plusieurs « crises », quelques vagues de rénovations ont essayé d’adapter les programmes, cursus et budget de l’institution (1913, 1933 et 1944) sans toutefois que l’enseignement zaytounien acquière une convertibilité véritable quant aux débouchés de ses diplômes. Cela n’empêche pas le développement régulier des effectifs au point que la mosquée-université tunisoise a multiplié au cours du siècle et notamment après la Deuxième Guerre mondiale la création d’annexes importantes à Sousse, Sfax, Bizerte, Gafsa4 qui grossiront le nombre d’étudiants achevant les trois cycles de cet enseignement.

  • 5 Créée en 1898, elle est classée en 1947 comme École Supérieure d’Agriculture et devient le 10 nove (...)
  • 6 Décret beylical du 3 février 1949.

9À cette institution locale ancestrale, le Protectorat va adjoindre pierre à pierre un édifice éducationnel dont le dernier étage est représenté par une collection d’écoles et d’instituts spécialisés. Au cours des années cinquante, une série de restructurations sont visibles dans ces établissements accrédités par la Direction de l’Instruction Publique qui dispensent un enseignement dit supérieur : les unes comme l’École Coloniale d’Agriculture5 changent d’appellation, tandis que voient le jour des créations comme l’Institut des Hautes Études ouvert en 1945 ou l’École Tunisienne d’Administration qui démarre en 19496.

  • 7 Sayadi, 1974.

10Entre ces deux pôles de formation « concurrents » accrédités par des textes juridiques, la Khaldounia7 qui se dit annexe de la Zaytouna, est un institut où se déroule depuis 1896 une expérience ouverte à de nouvelles exigences pédagogiques sans toutefois avoir la reconnaissance juridique de la mosquée-mère ou des établissements de l’Instruction publique. Les visées de cette association prudemment qualifiée de culturelle se déploieront de plus belle à partir de 1945 : la création d’instituts (Institut d’Études Islamiques, 1945, Institut Arabe de Droit, 1946, Institut Arabe de Philosophie, 1946), l’établissement de diplômes ad hoc et la recherche d’équivalences lui vaudront la dénomination d’ » Université Tunisienne Populaire ». Plus que les réformes de la Zaytouna, ces offensives disent la soif d’asseoir un enseignement supérieur, ouvert et moderne, digne d’égaliser les cursus légitimés par l’administration du Protectorat en dotant les nouvelles filières de la reconnaissance d’universités plus anciennes (Égypte, Irak, Syrie) et de flexibilité pour des débouchés.

11Dans cette situation de fin de colonisation, la dualité du système de formation en Tunisie se conjugue avec des expériences médianes de plus en plus tapageuses qui expriment une volonté farouche de construire un nouvel enseignement de qualité en lui forgeant des accointances extra-locales. Au sein de cette fondation privée, un enseignement « supérieur » tente de s’imposer à côté de la dernière étape du cursus zaytounien par un travail politique en vue de sa reconnaissance et sa légitimation.

12Malgré les limites que présente tout tableau descriptif, l’état des lieux des principaux diplômes en usage pendant les années cinquante est parlant. L’ensemble traduit l’inégalité statutaire qui différencie aux yeux de « l’administration légiférante » l’enseignement supérieur d’État (celui de la Zaytouna et celui des établissements de l’Instruction publique) et les instituts privés (la Khaldounia).

Les diplômes, entre impasse et avenue

13À l’époque qui nous intéresse, l’accès à l’étage supérieur de l’enseignement s’effectue à travers quelques ouvertures limitées : le Tahçil zaytounien, le diplôme de Sadiki et celui de la Khaldounia se mettent laborieusement à l’aune du baccalauréat qui s’impose progressivement et finit par devenir la voie exclusive vers les cursus universitaires.

  • 8 Zidi, 1996.
  • 9 Une soixantaine de ces Tahçil seront décernés entre 1952 et 1956 alors que 500 à 600 étudiants par (...)
  • 10 Lucien Paye, directeur de l’Instruction Publique, déplore dans un rapport de 1952 l’équivalence tr (...)

14Le Tahçil al ‘ulum, créé par le décret de 1933, est doublé en 1953 par une version qui clôt la section moderne créée à la Zaytouna en 19518, moins prisée que le diplôme traditionnel du même nom mais qui acquiert petit à petit valeur de « baccalauréat zaytounien »9. L’équivalence accordée à ce diplôme sera freinée par une application modérée10 : ceux qui le détiennent peuvent s’orienter vers la sections mathématiques ou philosophie mais des difficultés subsistent pour passer des concours d’enseignement. Plus tentant que le « baccalauréat arabe » de la Khaldounia qui n’obtient pas une vraie reconnaissance, ce diplôme zaytounien verra son équivalence consacrée en 1955.

  • 11 Décret du 16 février 1950 relatif à la sanction des études accomplies dans les sections tunisienne (...)

15Pour les Tunisiens musulmans, le Tahçil tend au cours des années cinquante à être une voie comparable à celle du diplôme de Sadiki. Ce dernier, institué depuis 1911, s’élargit au-delà des limites du collège dont il porte le nom vers certaines sections tunisiennes des établissements d’enseignement secondaire créées en 194411.

  • 12 En 1950 : création de la section féminine de la Zaytouna ; les premières détentrices du Tahçil arr (...)
  • 13 Deux ans d’études sont prévus avec un programme calqué sur celui du baccalauréat français, plus un (...)

16Ainsi s’ouvre progressivement à une clientèle tunisienne de plus en plus nombreuse – quoique encore limitée – le passage de la première partie du baccalauréat par le biais du Tahçil12 ou du diplôme de Sadiki. Mais si la Direction de l’Instruction Publique aménage quelques passerelles pour les meilleures recrues bilingues des formations zaytouniennes et sadikiennes, elle est rétive aux tentatives de la Khaldounia de doter son enseignement de validité. Le passage entre le diplôme de fin d’études de la Khaldounia et le baccalauréat français13 échoue par la promulgation du décret français du 1er janvier 1948 qui interdit la confusion entre diplômes d’État et diplômes d’établissements privés.

17Pourtant, ce diplôme obtient sa reconnaissance officielle en Egypte et devient l’équivalent de celui de la Zaytouna pour l’accès aux universités cairotes.

  • 14 À titre indicatif, A. Louis, 1956, citant les tableaux du Bureau Universitaire de Statistique en 1 (...)
  • 15 Décret de la République française du 13 août 1948.
  • 16 En 1952, 110 Tunisiens seront proclamés bacheliers : 65 en 1ère partie, 45 en 2ème partie.

18Quelques mois plus tard, à côté d’un baccalauréat français valable pour ceux qui suivent leurs études en Métropole14, un baccalauréat « spécial colonies » est instauré en France15 ; l’arrêté de 1950 achèvera la mise place d’un baccalauréat franco-tunisien permettant aux Tunisiens d’effectuer des études supérieures et de concourir à des postes administratifs16.

19Ainsi, la réglementation tunisienne se précise au cours des années cinquante et le passage vers l’enseignement supérieur se resserre autour de l’institution du baccalauréat qui sera unifié dès l’indépendance. En 1957, la première partie du baccalauréat comprendra quatre séries, les deux premières validant les cursus « sadikien » et « zaytounien moderne », les deux autres (classique et moderne) prolongeant le système français.

20À côté des diplômes délivrés par les universités d’Alger, de France, du Caire, de Damas et de Bagdad, les bouches de sortie de l’enseignement supérieur tunisien s’organisent au cours de la même période autour de filières plus ou moins complètes, dont la validité peut être locale ou mener aux cursus consacrés des facultés étrangères.

  • 17 Déclaration de Tahar Ben Achour à La Presse du 29.08.1947 reproduite dans la série Tunisie 1944-19 (...)

21La alimiyya qui couronne le cycle ultime de la Zaytouna depuis 1933 prétend à une reconnaissance « externe » : des responsables multiplient les contacts avec les universités Al Qarawiyyine à Fès, Abdelhamid Ben Badis à Constantine, Al Azhar au Caire pour unifier les programmes, échanger des professeurs, faire reconnaître des diplômes17. L’équivalence avec une licence en droit et en lettres lui sera octroyée par le décret du 29 mars 1956 en même temps que l’on distinguera une licence Es-Sciences Charaïques et de Psalmodie (article 3 du décret du 26 avril 1956).

22Au sein de l’Institut des Hautes Études, l’on instaurera petit à petit des diplômes d’enseignement supérieur, achevés ou de mi-parcours, sous la tutelle de l’Université de Paris : si la licence d’arabe est créée dès 1946, la maîtrise de conférences de mathématiques attendra la rentrée 1954 avant de voir le jour, de même qu’un diplôme d’Études Supérieures (D.E.S) de Sciences sera créé en 1955-1956. Des certificats de licence apparaissent au fur et à mesure que s’organisent les sections : le diplôme d’archéologie par exemple naît en 1951 parallèlement à la réorganisation du Service des Antiquités et à la recherche archéologique qui s’y développe ; les certificats de diététique et d’hygiène alimentaire sont mis en place à partir de 1951. La licence arabe de droit, d’abord organisée en trois ans en 1953, passe à un régime de quatre ans à partir de la rentrée 1955-1956 en même temps que l’on autorise les cours et les épreuves de DES jusque là préparés à Paris.

23Répondant aux besoins de l’administration, à l’usage pressant de certaines filières (l’arabe, le droit, l’hygiène), les diplômes supérieurs se multiplient, se diversifient, s’ouvrent aux Tunisiens. Leur validité est variable et beaucoup sont conçus comme des brevets professionnels mais les certificats, les licences et les DES tunisiens mis en place dans ces années cinquante changent les aspirations des étudiants, entrent dans leur vocabulaire, élargissent leurs ambitions. Le diplôme supérieur incarne désormais une réussite sociale plus accessible et sa visibilité accrue l’introduit dans le champ des convoitises possibles, des revendications « ordinaires ».

24Son acclimatation au cours de ces années « chaudes » se fait en deux mouvements : d’abord comme action revendicatrice désespérée, notamment de la part de la Khaldounia, face à l’administration coloniale qui filtre et met au point les textes de fonctionnement ; la normalisation arrivera avec les premières mesures de structuration de l’enseignement par l’État indépendant et l’arsenal législatif qui les a instaurées. Dans l’agitation de cette période, la vie universitaire et étudiante, quoique embryonnaire porte les désirs d’exister d’une élite qui se massifie et se construit ; le diplôme, critère de promotion sociale, devient l’un des vecteurs privilégié de cette affirmation.

Le diplôme universitaire, une catégorie juridique émergente

  • 18 En 1950, 16 000 nouveaux élèves sont admis dans l’école « franco-arabe ».
  • 19 6 000 zaytouniens sont comptabilisés en 1950.

25Depuis quelques décennies, la Tunisie vit une demande de scolarisation qui se traduit par une augmentation régulière des effectifs dans les écoles primaires et secondaires de l’Instruction Publique18 et dans les trois niveaux de l’enseignement zaytounien19. Après la Deuxième Guerre mondiale et jusqu’à l’Indépendance, on observe une poussée qualitative de cette demande qui se hisse maintenant aux étages supérieurs de l’enseignement.

  • 20 Archives du Quai d’Orsay, Série Tunisie 1944-1955, cartons 707 à 715.
  • 21 Par le décret du 1er juin 1947, elle devient un établissement public de l’État doté de la personna (...)

26L’image de l’étudiant se répand et son statut jugé souvent incompatible avec ses conditions de vie : les journaux déplorent les difficultés sociales des étudiants zaytouniens et des bienfaiteurs volontaires octroient aides et fonds pour leur fournir logements décents et facilités matérielles. Une campagne aboutit à créer de nouvelles annexes, autoriser des cours jusqu’au Tahçil dans quatre villes tunisiennes, tandis qu’un Comité lance une souscription en 1946 pour la construction à Tunis d’une cité zaytounienne qui sera achevée en 195420. La Zaytouna, aux effectifs de plus en plus fournis, devient plus « considérée » : subventionnée à partir de 194521, l’institution apparaît dans l’Annuaire Statistique de la Tunisie mais les mesures concernant son enseignement sont distillées par petites doses.

  • 22 Revue « savante » mensuelle ayant paru de septembre 1936 à la fin 1955, avec une interruption entr (...)
  • 23 Organe du comité des étudiants zaytouniens, a paru de septembre 1950 à 1955.
  • 24 Périodique plus éphémère que les deux précédents ayant paru pendant l’année 1954.
  • 25 Un mot d’ordre fait florès à cette époque : l’accès aux concours de la fonction publique. Tout en (...)

27Jusque vers 1952, l’affirmation désespérée, l’action éperdue de la Khaldounia se heurte à une attitude administrative simple : les seuls diplômes reconnus le sont par la Direction de l’Instruction Publique qui octroie à l’université zaytounienne quelques bribes de reconnaissance. Les revendications, protestations et proclamations dont bruit la presse militante : Al Majalla Az zaytouniyya (La revue zaytounienne)22, Sawt at talib (La voix de l’étudiant)23, Sada Az zaytouna (L’Écho de la Zaytouna)24 et toutes les réunions publiques et para-politiques ne trouvent pas de réponse juridique. La proclamation d’un « baccalauréat arabe » qui permet aux diplômés supérieurs de la Khaldounia de suivre les cours de langue arabe dans les facultés des Lettres des Universités Fouad I et Farouk Ier ainsi qu’à Dar El Ulum en Égypte est l’épisode le plus désespéré d’une lutte soutenue contre l’enclavement des études supérieures non accréditées par la Direction de l’Instruction Publique. La tension politique des années cinquante est largement entretenue par la jeunesse étudiante étiquetée « panislamiste » et surveillée en conséquence : les rapports de police de l’époque suivent de près les réunions, les conférences et les congrès « culturels », théâtre de déclarations plus ou moins enflammées, de positions nationalistes alimentées par la marginalisation effective de jeunes formés par la Zaytouna, la Khaldouniya ou Sadiki25. Les études sur le mouvement national sont encore marquées par la formation de ces acteurs du moment qui, après l’Indépendance, ont raconté, écrit, expliqué, cette tranche historique au cours de laquelle leur accès aux stades supérieurs de l’enseignement a coïncidé avec la prise de conscience de leur exclusion.

  • 26 Un signe patent : le contrôle de écoles coraniques (Kouttabs) par la D.I.P. est institué à partir (...)
  • 27 La parité des membres tunisiens et français du Conseil de l’Instruction Publique est promulguée pa (...)

28La tension autour de l’enseignement semble se calmer après 1952 alors que de nouvelles mesures législatives contrôlent tous les niveaux de l’enseignement zaytounien26, intègrent le personnel enseignant de la Grande Mosquée dans l’échelle des fonctionnaires ou certaines instances de décision de la Direction de l’Instruction Publique. Ces mouvements timides et souterrains se prolongent avec les premiers textes promulgués après l’Indépendance27. L’enseignement, secteur à haute teneur idéologique, sera progressivement nationalisé selon des tendances déjà visibles : entre autres celle des équivalences des diplômes de l’enseignement supérieur. Nous avons parlé plus haut de l’unification du régime du baccalauréat en avril 1957 : une note du 4 mars de la même année accorde officiellement l’équivalence du Tahçil section moderne avec le baccalauréat tunisien de l’enseignement secondaire. L’équivalence de la alimiyya avec la licence en droit ou en lettres en mars 1956 s’accompagne d’un transfert des étudiants zaytouniens vers les cours de droit tunisien.

  • 28 Un arrêté de 1957 parle même d’un Tahçil es-sciences !
  • 29 1138 selon le BUS, cité par Ayachi, 1995, p. 617.

29L’éclipse de la Zaytouna, largement étudiée par ailleurs, a donc commencé par une réglementation des équivalences de diplômes existants, avant de s’inscrire dans le projet universitaire national qui sera proclamé en mars 1960. La préférence accordée au Tahçil moderne28 et l’accréditation timide de la alimiyya suffisent à faire baisser dès 1958 des effectifs qui n’ont pas cessé d’augmenter, y compris les deux premières années de l’Indépendance : les 658 étudiants de l’année 1957-1958 du cycle supérieur de la Grande Mosquée tombent à 372 l’année suivante. Les étudiants de l’Institut des Hautes Études sont désormais plus nombreux, malgré le départ d’étudiants français. Les effectifs de l’École Normale Supérieure créée en 1956 et ceux des autres établissements supérieurs de l’ex-Instruction Publique qui continuent à exister, s’y ajoutant, ne dépassent tout de même pas encore les chiffres des étudiants tunisiens à l’étranger29.

  • 30 Rapport sur l’École Nationale Supérieure d’Agriculture de 1968, cité par Ayachi, 1995, op. cit., p (...)

30Le freinage puis la suppression pure et simple de l’Université zay-tounienne (ainsi que de la Khaldounia) se conjugue avec de nouvelles tendances dans les choix d’autres cursus supérieurs peu fréquentés par les Tunisiens jusqu’à l’indépendance : l’exemple de l’École Nationale Supérieure d’Agriculture qui ne compte qu’un Tunisien au sein de la promotion de 1957 contre 47 pour celle de 1960 est éloquent30.

  • 31 La Convention culturelle franco-tunisienne de 1955 évoque vaguement les relations universitaires.
  • 32 Les 65 diplômés tunisiens de l’enseignement supérieur en 1958 se répartissent en 18 diplômés de Tu (...)

31Dans cet enseignement supérieur en gestation et en voie de nationalisation, la structure des premiers diplômes de la Tunisie indépendante confirme la prééminence de l’Université française31 à côté de quelques détenteurs de formations supérieures acquises dans les universités d’Égypte, de Syrie et d’Irak32. C’est ainsi que les premiers choix emblématiques de la Tunisie indépendante n’empêcheront pas la prééminence du rôle et de la fonction de la langue française dans l’enseignement supérieur : le bilinguisme proclamé dès les premiers textes découle de l’affirmation identitaire vécue sous la colonisation par les principaux acteurs de la réforme. La « réhabilitation » de la culture arabo-musulmane qui ne transparaîtra dans les diplômes supérieurs que dans les décennies soixante-dix, restera cantonnée à certaines filières (les études de lettres arabes, le droit, les premiers certificats de sciences humaines) avant de faire l’objet d’une action politique franche destinée à redonner à la langue arabe le label d’excellence jusque-là incomplet.

***

32Dans la société tunisienne d’aujourd’hui, le diplôme est une valeur « évidente », assimilée, intégrée. Cette enquête limitée aux quinze années qui ont précédé la création de l’Université tunisienne de l’Indépendance retrace l’émergence de cette forme juridique qui structure actuellement le fonctionnement universitaire, son image dans la hiérarchie sociale, les représentations de l’élite. L’apparition puis la normalisation de ce phénomène culturel général dans des temps politiquement chauds ne doivent pas masquer l’importance de cette mutation fondamentale, indice d’une profonde évolution culturelle de la société tunisienne.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abdelmoula Mohamed, 1971, L’université zaytounienne et la société tunisienne, Tunis, STD : 240 p.

Abdessamad Hichem, 1987, « La Résidence face à la question de la réforme de l’enseignement zaytounien 1930-1933 », Les mouvements politiques et sociaux dans la Tunisie des années trente, Tunis, MESRS : 799-815.

Al Fikr, 1959, Numéro spécial d’après le Congrès international tenu à Tunis sur le thème Le rôle de l’université dans la société.

Ayachi Mokhtar, 1987, « La politique coloniale et la question zaytounienne dans les années trente », Les mouvements, op. cit : 817-835.

– 1990, Le milieu zaytounien, 1910-1945. Contribution à l’histoire de l’université musulmane tunisienne, Tunis, éditions Turki : 287 p. (ouvrage traduit en arabe par Hamadi Sahli).

– 1997, Écoles et société en Tunisie 1930-1956, Tunis, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, 2 vol : 743 p.

Ben Achour, Mohamed El Aziz, 1986, « L’enseignement zaytounien de l’Édit de Ahmed Bey à la création du rectorat de la Grande Mosquée et de ses annexes », Revue d’Histoire Maghrébine, n° 41/42 : 5-32.

Bendana Kmar, 1991, « L’Institut des Hautes Études de Tunis (1945-1950) », La Tunisie de 1945 à 1950, Tunis, ISHMN : 119-132.

– 1998, « Aux origines de l’Université Tunisienne : l’IHET 1945-1952 », Revue d’Histoire Maghrébine, n° 89-90, Zaghouan, FTERSI : 97-106.

Boue Georges, 1991, L’École coloniale d’Agriculture de Tunis et ses anciens élèves, Toulouse : 724 p.

Bourdieu Pierre, 1970, (avec Jean-Claude Passeron), La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Éditions de Minuit.

– 1984, Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit.

Bulletin Économique et Social de la Tunisie (BEST), Tunis, Résidence Générale, 1945-1955.

Chouikha Alya, 1969, « Conception et résultats de la Réforme tunisienne de l’enseignement de 1958 », Revue Tunisienne de Sciences Sociales, n° 19 : 39-66.

Derouiche-Ben Achour Sana, 1996, Aux sources du droit moderne tunisien : la législation tunisienne en période coloniale, Tunis, Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales de Tunis : 401 p.

Le Journal Officiel Tunisien, années 1945-1958.

Kadri Mohamed Salah, 1991, « Esquisse d’une évaluation globale du système universitaire tunisien : institutions d’enseignement et de recherche, possibilités de lecture et état des bibliothèques », Revue Tunisienne de Sciences Sociales, n° 104-105, Tunis, CERES : 163-228.

Lelong Michel, 1960, « La situation de l’enseignement supérieur en Tunisie », IBLA, Tunis : 77-85.

– 1961, « L’enseignement tunisien en 1961. Bilan et perspectives », IBLA, Tunis : 251-278.

Louis André, 1953, « Enseignement supérieur en Tunisie, l’Institut des Hautes Études de Tunis », ESNA, Paris, Supplément Cahier n° 32.

Louis André, 1956, « La jeunesse tunisienne et les études traditionnelles », IBLA, Tunis : 139-147.

Marthelot Pierre, 1965, « Enseignement supérieur et néo-colonialisme : l’expérience tunisienne », De l’impérialisme à la décolonisation, Paris, Éditions de Minuit.

Nouschi André, 1997, « Les débuts de l’Université de Tunis (1954-1964) », Les relations franco-tunisiennes au miroir des élites, Faculté des Lettres de la Manouba : 255-266.

Oppetit Denis, 1998, L’Université française et le Maghreb : le cas de la Tunisie entre 1945 et 1970, Mémoire de DEA Université de Provence Aix-Marseille : 107 p.

Sayadi, Mongi, 1974, La Khaldounia, 1896-1958, Tunis, MTE : 269 p.

Sraïeb Noureddine, 1994, Le collège Sadiki de Tunis : 1875-1956. Enseignement et nationalisme, Paris, CNRS Éditions : 346 p.

Waardenburg, J.-J., 1966, Les universités dans le monde arabe actuel, La Haye, Mouton & Cie.

Zidi, Ali, 1996, L’historique de l’expérience éducationnelle de la branche moderne de la Zitouna (1951-1965), Tunis, Institut Supérieur de Documentation : 486 p.

Notes

1 En dehors des séries « D » et non classée des Archives Nationales de Tunisie et des documents du Ministère français des Affaires Étrangères et de la Résidence Générale de France à Tunis, rassemblés dans le fonds microfilmé de l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, il serait intéressant d’explorer les archives de fonctionnement de l’institution, probablement conservées dans l’actuelle Université de la Zaytouna.

2 Fondée en 734, un enseignement y est attesté à partir du xiie siècle.

3 Parmi les réformes, la division de l’enseignement zaytounien en trois cycles : primaire, moyen et supérieur.

4 Décret de 1947.

5 Créée en 1898, elle est classée en 1947 comme École Supérieure d’Agriculture et devient le 10 novembre 1955 l’École Nationale Supérieure d’Agriculture.

6 Décret beylical du 3 février 1949.

7 Sayadi, 1974.

8 Zidi, 1996.

9 Une soixantaine de ces Tahçil seront décernés entre 1952 et 1956 alors que 500 à 600 étudiants par an obtiennent le Tahçil traditionnel.

10 Lucien Paye, directeur de l’Instruction Publique, déplore dans un rapport de 1952 l’équivalence trop facilement accordée entre le Tahçil et le baccalauréat, voir archives du Quai d’Orsay, série Tunisie 1944-1949, carton n° 707, fol 109 (bobine 822).

11 Décret du 16 février 1950 relatif à la sanction des études accomplies dans les sections tunisiennes des établissements d’enseignement secondaire.

12 En 1950 : création de la section féminine de la Zaytouna ; les premières détentrices du Tahçil arrivent en 1956.

13 Deux ans d’études sont prévus avec un programme calqué sur celui du baccalauréat français, plus un enseignement de littérature arabe.

14 À titre indicatif, A. Louis, 1956, citant les tableaux du Bureau Universitaire de Statistique en 1953 avance le chiffre total de Tunisiens poursuivant leurs études en France : 829 garçons et 118 filles.

15 Décret de la République française du 13 août 1948.

16 En 1952, 110 Tunisiens seront proclamés bacheliers : 65 en 1ère partie, 45 en 2ème partie.

17 Déclaration de Tahar Ben Achour à La Presse du 29.08.1947 reproduite dans la série Tunisie 1944-1949, carton 232, fol 117.

18 En 1950, 16 000 nouveaux élèves sont admis dans l’école « franco-arabe ».

19 6 000 zaytouniens sont comptabilisés en 1950.

20 Archives du Quai d’Orsay, Série Tunisie 1944-1955, cartons 707 à 715.

21 Par le décret du 1er juin 1947, elle devient un établissement public de l’État doté de la personnalité civile, à compter de l’exercice de 1948.

22 Revue « savante » mensuelle ayant paru de septembre 1936 à la fin 1955, avec une interruption entre février 1947 et février 1952.

23 Organe du comité des étudiants zaytouniens, a paru de septembre 1950 à 1955.

24 Périodique plus éphémère que les deux précédents ayant paru pendant l’année 1954.

25 Un mot d’ordre fait florès à cette époque : l’accès aux concours de la fonction publique. Tout en répondant à des besoins ressentis par le corps administratif, l’École Tunisienne d’Administration créée en 1949 est une réplique à cette revendication persistante.

26 Un signe patent : le contrôle de écoles coraniques (Kouttabs) par la D.I.P. est institué à partir de 1950.

27 La parité des membres tunisiens et français du Conseil de l’Instruction Publique est promulguée par le décret du 26 mars 1956 : deux professeurs de la Grande Mosquée enseignant à Sadiki sont choisis.

28 Un arrêté de 1957 parle même d’un Tahçil es-sciences !

29 1138 selon le BUS, cité par Ayachi, 1995, p. 617.

30 Rapport sur l’École Nationale Supérieure d’Agriculture de 1968, cité par Ayachi, 1995, op. cit., p. 616.

31 La Convention culturelle franco-tunisienne de 1955 évoque vaguement les relations universitaires.

32 Les 65 diplômés tunisiens de l’enseignement supérieur en 1958 se répartissent en 18 diplômés de Tunisie, 39 de France (dont 33 de Paris), 6 du Caire, 1 de Syrie et 1 d’Irak. Cf. Ayachi, 1995, op. cit, p. 614.

Notes de fin

* Chercheuse à l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, Université de Tunis I.

Auteur

BENDANA Kmar, Institut supérieur d’histoire du mouvement national (ISHMN), Université de Tunis I.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable