Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rouge et le noir

 | 
Marlène Laruelle

Chapitre 6. Le phénomène skinhead en Russie : un malaise jeune en cours de politisation ?

Alexandre Tarasov

Texte intégral

« La Russie est le pays des Aryens ! Il faut que le déferlement de tous ces youpins et bolcheviks cesse. Nous, les Aryens, sommes ici chez nous. Et allons le rester. Quand nous arriverons au pouvoir, nous collerons tout le monde contre le mur et dirons « les Juifs et les commissaires, un pas en avant », et on les descendra à la mitrailleuse. Ensuite nous dirons “tous les bridés et les Noirs, un pas en avant”, et nous les enverrons dans les mines et les usines, ils n’ont qu’à travailler. Vive le grand Reich millénaire de la nation aryenne ! »
Meeting des White Power, Moscou, printemps 1997

1Les mouvances skinhead constituent un élément marginal du radicalisme droitier sur le plan strictement politique, mais jouent en son sein un rôle important tout aussi bien symbolique que quantitatif. Face à des partis politiques aux doctrines radicales, mais disposant d’un soutien populaire faible, ou limité à de petits groupes, les skinheads sont souvent considérés comme la « base sociale » élargie du radicalisme nationaliste. Ils offrent en effet aux partis des manifestants nombreux et visibles, permettent de rêver à une prise du pouvoir par la rue et sont parfois admirés pour leur capacité à exhiber sans état d’âme les symboles politiques les plus tendancieux. Dans un même temps, la violence dont ils sont porteurs ne peut que désavantager des partis radicaux qui sont bien souvent, malgré leurs doctrines antiparlementaires, engagés dans des processus de respectabilité politique et n’ont donc pas intérêt à voir se reporter sur eux la réprobation sociale qui touche les mouvances skinhead. Né en Grande-Bretagne dans les années 1960, puis diffusé dans les autres pays occidentaux, le phénomène skin n’avait pas de raison d’épargner la Russie : les conditions sociales qui font le lit de cette forme de délinquance politisée y sont toutes réunies et le pays se démarque déjà par le niveau de violence atteint en quelques années.

La naissance du mouvement skinhead, 1992-1994

  • 1 Beloe soprotivlenie, n° 1, s.d., p. 2.

2En Russie, les skinheads apparaissent au début des années 1990. En 1992, ils ne sont encore que quelques dizaines à Moscou à tenter de copier les manières occidentales des skinheads britanniques ou allemands dont parle souvent la presse durant la perestroïka1. À partir de 1994, ils acquièrent rapidement une visibilité bien plus grande en recrutant à grande échelle et seraient aujourd’hui plus de 50 000 dans tout le pays. Recensés dans près d’une centaine d’agglomérations, ils atteignent pour Moscou et sa banlieue les 5 000 membres, sont estimés à 3 000 à Saint-Pétersbourg, 2 500 à Nijni-Novgorod et sont présents dans une douzaine de grandes villes de Russie à hauteur d’environ un millier de partisans.

  • 2 Ce fut par exemple le cas du journal pro-eltsinien Moskovskii komsomolets, qui ne cessa, durant les (...)
  • 3 Moskovskij apokalipsis, « Materialy parlamentskih slušanij « Duhovno-nravstvennaâ, moral’no-pravova (...)
  • 4 Družba narodov, n° 2, 2002, p. 135 ; Obščaâ gazeta, n° 13, 2001.

3L’apparition du mouvement skinhead semble être en grande partie liée aux événements d’octobre 1993 et à la violence soudaine qui opposent Boris Eltsine et le Parlement. À cette époque, le président et ses partisans jouent régulièrement d’allusions racistes : le principal opposant, Rouslan Khasboulatov, est par exemple décrié non pour ses convictions politiques, mais pour ses origines tchétchènes2. Les actions de l’armée et plus encore des OMON (troupes spéciales d’élite) sont, elles aussi, ambiguës. Ainsi, le 4 octobre, juste avant la reddition du Parlement, le député social-démocrate Oleg Roumiantsev est arrêté par les forces de l’ordre pro-présidentielles et se voit publiquement traité de « gueule de Juif »3. Selon de nombreux observateurs, des bandes de jeunes traînant aux abords du Parlement s’exaltent de ces affrontements militaires, de l’atmosphère électrique qui règne alors, et se prennent à rêver d’une prise de pouvoir par la rue4. Par la suite, alors que la situation d’urgence est décrétée à Moscou, le maire de la ville Iouri Loujkov incite les miliciens, très présents dans la capitale, à mener des actions ouvertement xénophobes, en particulier à l’encontre des Caucasiens. La première guerre en Tchétchénie, qui débute peu après, a tout naturellement joué, elle aussi, un rôle de catalyseur en exacerbant les tendances « grand-russiennes » de certains mouvements radicaux. Il semble donc que cette première crispation politique du nouveau régime ait grandement contribué à justifier, de manière indirecte bien évidemment, le droit à la violence raciste.

  • 5 Bumerang, n° 9, 2000, p. 27.

4Les skinheads russes copient les tenues vestimentaires de leurs confrères occidentaux et s’habillent eux aussi de manière fonctionnelle en vue des rixes de rue (jeans, grosses chaussures, « bombers », armes blanches légères, crâne rasé). Ils sont tout particulièrement attachés aux symboles occidentaux : par exemple, les portraits de Hitler, le nombre 88 (qui signifie « Heil Hitler ! »), le drapeau de la confédération américaine sudiste ou les lettres WP pour White Power. Comme en Occident, le mouvement skinhead russe s’exprime par la musique et plusieurs groupes de rock le représentent : Chtourm, Rousskoe Getto, Kolovrat, mais aussi Belye Boulgodi, Padagats, Vandal, Divizion, Kreiou, ainsi que le très populaire Terror. Bien que ce phénomène musical soit avant tout moscovite, deux groupes provinciaux leur font concurrence sur la scène nationale : tous deux s’étaient originellement dénommés Totenkopf en hommage à la division SS, jusqu’à ce que le groupe de Iaroslav se décide pour un autre nom tout aussi évocateur, TNF, pour Terror National Front5.

  • 6 Par exemple Pod nol, Beloe soprotivlenie, Otvertka, Stop, Ia – belyi, Street-fighter. Le journal Sp (...)

5Les skinheads russes se regroupent le plus souvent en petites bandes très peu politisées de moins d’une dizaine de personnes. Il existe cependant des groupes plus importants et mieux structurés. Les premiers à apparaître à Moscou sont la Légion skin et la section russe des Blood & Honor (B & H), une organisation internationale interdite dans certains pays pour extrémisme (par exemple en Allemagne depuis 2000). Ces deux associations regroupent environ de 200 à 250 membres régis par une très stricte hiérarchie de division du travail. Une troisième association de taille, les Brigades unies 88 (OB 88), est née en 1998 du regroupement de plusieurs petites mouvances auxquelles s’est par la suite intégrée la section russe de l’organisation internationale Hammerskin Nation. Aujourd’hui, la Légion skin connaît une brutale baisse de ses membres et OB 88, particulièrement surveillée par les services de sécurité après le pogrom de Tsaritsyno (voir infra), a proclamé sa dissolution. Le mouvement skinhead dispose également d’une petite presse6 ainsi que de nombreux sites Internet, dont l’équivalent russe du site américain Stormfront, « Rousskoe zerkalo ».

Bref regard sur l’arrière-fond économique et culturel du phénomène

  • 7 Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 4, 2000, p. 48.

6La naissance du mouvement skinhead russe ne s’explique pas uniquement par des motifs politiques, mais également par la crise économique récurrente du pays et l’écroulement du système éducatif. L’effondrement économique qui suit les événements de 1991 et la rupture des liens entre républiques fédérées conduit rapidement des millions de citoyens russes à un chômage non déclaré, travaillant quelques jours par semaine et quelques semaines par mois – lorsque les usines peuvent encore fonctionner – ou ne recevant plus aucun salaire pendant plusieurs mois. Pour une population jusque-là habituée à un État providence dispensateur de biens et de services sociaux, peut-être médiocres, mais néanmoins existants et appréciés, l’effet est également psychologique. La découverte que l’école, les soins médicaux ou les services communaux seront rapidement appelés à devenir payants accentue le malaise social déjà prégnant dans les dernières décennies du régime soviétique et ses conséquences les plus visibles : alcoolisme, délinquance, usage de stupéfiants. On assiste en quelques années à l’augmentation brutale du nombre de mineurs laissés pour compte : sont aujourd’hui recensés environ 4 millions d’enfants sans foyer et sans parents, un chiffre démesuré si l’on se souvient qu’après la guerre civile de 1918-1921, ils n’étaient « que » 6 millions7.

  • 8 Izvestiâ, 24 mars 1999.

7Cet effondrement du niveau de vie s’est accompagné de celui de l’enseignement, entièrement étatisé. Dans la dernière décennie soviétique, les subventions attribuées à l’Éducation nationale s’étaient déjà effondrées. Après la disparition du régime, la réduction des moyens matériels s’accentue : de 400 à 500 écoles environ ferment chaque année pour des raisons financières. En 1997, en Sibérie, d’après les données officielles du Bureau militaire, de 7 à 11 % des détenus sont analphabètes, et en 1999, un tiers des mineurs arrêtés pour délinquance n’ont pas terminé l’école primaire8. Une génération d’enfants sans liens sociaux, qu’ils soient scolaires ou familiaux, et marginalisée professionnellement émerge donc durant la décennie 1990. La vie en groupe proposée par les mouvances skinhead et la diffusion d’idéologies de haine sociale ou raciale peuvent alors faire leur lit sur ce fond de pauvreté et d’anomie sociale, en conjuguant actions politisées et délinquance.

  • 9 Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 10, 1999, pp. 52-55, 60.

8Les trois ministres de l’Éducation nationale qui se sont succédé dans les années 1990, Tkatchenko, Kineliov et Tikhonov, ont tenté de freiner cette désalphabétisation récurrente, mais sans succès, bien que la violence xénophobe et la marginalité sociale et culturelle soient intrinsèquement liées9. Le réseau d’éducation et d’instruction hors du système scolaire classique, qui existait à l’époque soviétique, a lui aussi été rapidement liquidé : les maisons de la culture sont devenues des casinos ou des discothèques et les associations pour enfants ont fermé faute de soutien matériel, laissant une jeunesse désœuvrée traîner dans les rues hors des heures de cours. Ainsi, les principales bandes skinhead ont tout d’abord émergé dans les grandes villes du pays, là où la disparité des niveaux de vie et les richesses nouvelles de certains sont devenues particulièrement visibles. Les plus petites villes ou les villages, ne fonctionnant que grâce à une ou deux usines locales qui ont dû par la suite fermer, ont été touchés plus tardivement par ce phénomène.

  • 10 Neprikosnovennyj zapas, n° 2, 1999, pp. 4-8. Menchikov se pense comme le pendant russe de Chamberla (...)
  • 11 Andreï Vlassov (1900-1946) était le plus jeune commandant de l’Armée rouge en 1941 avant de passer (...)
  • 12 Izvestiâ, 20 avril 2002.

9La naissance des skinheads s’explique également par la réhabilitation politique du nationalisme radical. La liberté de parole retrouvée ainsi que l’accès facile au marché de l’édition ont permis à tout un chacun de s’atteler à la réédition d’auteurs autrefois prohibés. Les grands publicistes ou philosophes russes du xixe siècle et du tournant du xxe siècle ayant tenu des propos soit ultra-réactionnaires, soit antisémites (L. Tikhomirov, V. Rozanov, I. Solonevitch, K. Pobedonostsev, I. Ilin, K. Leontev) ont tous été republiés à plusieurs reprises à des tirages importants. Ces rééditions furent saluées par les plus libéraux comme gage de la nouvelle liberté politique et intellectuelle du pays. Cette explosion éditoriale s’est également accompagnée de la nécessité de repenser l’histoire et ses acteurs en des termes différents de ceux en vigueur à l’époque soviétique. Ainsi, certains partisans des Centuries Noires furent soudain présentés comme de simples victimes du bolchevisme. L’un des seuls théoriciens racistes russes, Mikhaïl Menchikov (1859-1918), exécuté par le pouvoir juste après la révolution, fut réhabilité par la presse libérale, par exemple dans Novyi mir, comme l’un des plus grands penseurs du début du siècle10. Il en alla de même pour le général Vlassov11 et pour de nombreux héros nationaux d’Ukraine ou des pays Baltes, salués pour leur lutte contre l’URSS malgré leur alliance avec le nazisme. Même le journal libéral Izvestiia a pris position contre l’interdiction des symboles nazis ou de la littérature d’extrême droite au nom de la liberté d’expression12.

  • 13 Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 1, 2000, pp. 48-51 ; Rossiâ, n° 28, 2002 ; Vek, n° 23, 2002 ; Naš kontinen (...)
  • 14 Nezavisimoe obozrenie, n° 15, 2002 ; Novaâ žizn’, n° 5, 2002.

10Ces évolutions se ressentent jusque dans les manuels scolaires, dans lesquels le thème de la Seconde Guerre mondiale est parfois extrêmement réduit et où l’opposition entre Allemagne et Union soviétique est présentée d’une manière ambiguë. Ainsi, selon le manuel d’A. Kreder, c’est la défaite de Hitler qui aurait permis à Staline « d’instaurer le totalitarisme communiste dans les pays d’Europe de l’Est », ce qui n’est pas sans susciter des interprétations ambivalentes chez les adolescents13. La littérature d’extrême droite est largement diffusée et il n’est pas difficile, en Russie aujourd’hui, de se procurer Mein Kampf, Le Mythe du xxe siècle de Rosenberg ou la Doctrine du fascisme de Mussolini. En revanche, la presse dite antifasciste s’est trouvée en grande partie liquidée et déconsidérée par ses liens avec l’ancienne vulgate idéologique soviétique : elle a été en effet définie comme « de gauche » à une époque où cette prise de position politique était décriée et où l’usage de l’expression faisait figure d’anathème public14. Il ne s’agit pas ici de condamner cette attitude des « démocrates » envers les discours nationalistes, puisqu’on ne peut que saluer leur volonté de respecter la liberté d’opinion de leurs opposants, mais de s’interroger sur l’impact que cet accès soudain à une littérature raciste et antisémite peut avoir sur une jeune génération dans une période socialement aussi difficile.

  • 15 Družba narodov, n° 2, 2000, p. 136.
  • 16 Rossiâ, n° 20, 2002 ; Novaâ gazeta, n° 5, 2002 ; Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 7, 2003, pp. 67-69.

11Les données sociologiques sur les mouvances skinhead restent très largement insuffisantes et certaines (par exemple, leur nombre selon les statistiques d’État) sont encore aujourd’hui secrètes. La première génération de skinheads, dans la première moitié des années 1990, était principalement composée d’adolescents de 13 à 19 ans, venant de familles pauvres, élèves d’écoles secondaires, de lycées professionnels ou d’instituts techniques15. La situation a cependant évolué rapidement, comme le montrent les tenues vestimentaires occidentales des skinheads et leur parfaite maîtrise de la technologie informatique. Aujourd’hui, ils se recrutent parmi les enfants des classes moyennes qui se sont enrichies grâce au petit et moyen commerce et pour qui les étrangers sont aussi des concurrents commerciaux. On note ainsi le développement de discours skinhead sur la nécessité, par exemple, de mesures commerciales protectionnistes en faveur des « bons citoyens » contre la population « non autochtone »16. La vague originelle de cette sous-culture quasi prolétarienne disparaît donc au fur et à mesure que le mouvement s’institutionnalise. Parallèlement, le nombre des recrues semble augmenter : vers 2000-2002, elles étaient passées de 35 000 à 75 000, mais cet effectif a par la suite décru pour se stabiliser aujourd’hui (fin 2005) autour de 50 000 personnes.

La radicalisation des violences : le tournant de l’année 1998

  • 17 Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 5, 2000, pp. 44, 49.

12Une étape importante de l’histoire du mouvement skinhead russe s’est jouée en avril 1998. Plusieurs groupes annoncent alors aux rédactions des grands journaux moscovites qu’à partir du jour anniversaire du Führer (20 avril), ils se donnent pour but de « tuer un Africain par jour ». Ces annonces n’ont pas été prises au sérieux jusqu’à ce que les skinheads moscovites réussissent à coordonner leurs actions à ces fins. Ainsi, selon l’Association des étudiants étrangers de Russie, il y a eu environ quatre agressions par jour d’étudiants « à la peau noire » à partir du 20 avril. L’un d’entre eux a été assassiné et son corps retrouvé sur un terrain vague, mais la milice refuse de classer cette affaire comme meurtre raciste. À la même époque, sur l’Arbat, deux femmes de diplomates pakistanais sont violemment agressées tandis que, dans le même quartier, une citoyenne indienne est battue et perd l’enfant qu’elle attendait. Plusieurs ambassades de pays africains ainsi que celle d’Inde envoient des notes diplomatiques de protestation au ministère des Affaires étrangères, lesquelles restent lettre morte17.

  • 18 Otečestvo, 5 janvier 1999.
  • 19 Obščaâ gazeta, n° 13, 2001.
  • 20 Tarasov A. N., Čerkasov G. Û. et Šavšukova T. V., Levye v Rossii : ot umerennyh do èkstremistov, Mo (...)
  • 21 Obščaâ gazeta, n° 13, 2001.
  • 22 Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 5, 2000, p. 52.

13Dans les mois qui suivent, plusieurs autres affaires criminelles liées aux violences skinhead ont un retentissement international dû au statut de leurs victimes : un Afro-Américain du service de sécurité de l’ambassade des États-Unis est tué à la station de métro Fili. Cette fois-ci, le jeune skinhead responsable de ce meurtre est retrouvé, sous la pression, bien sûr, de Washington. Les skinheads attaquent également le secrétaire général du Parti socialiste britannique venu à Moscou pour une conférence18. En octobre, l’agression du fils de l’ambassadeur de Guinée-Bissau, pourtant très démonstrative, n’est pas, elle non plus, reconnue par la justice comme un acte à fondement raciste19. À partir de cette même année 1998, les skinheads commencent également à agresser certains de leurs concitoyens pour des raisons politiques. Sont tout particulièrement visés les mouvements de gauche, trotskistes et anarchistes, ainsi que les écologistes et les alter-mondialistes20. Les mouvances skin se radicalisent aussi en usant plus régulièrement d’armes et attaquent dorénavant les SDF ou les Tsiganes en justifiant ces offensives par la nécessité de « nettoyer » la capitale21. Les milieux juifs, jusqu’ici accusés dans les discours, mais non visés concrètement, ont eux aussi à essuyer plusieurs agressions, en particulier des attentats à l’explosif ou des incendies de synagogues en 1998-199922. Des projets d’attentats contre des églises orthodoxes, fomentés par un groupe skinhead néopaïen dit des « Aryens célestes », sont également découverts.

  • 23 Obščaâ gazeta, n° 13, 2001 ; Russkij Berlin, n° 17, 2001.
  • 24 Moskovskij komsomolec, 5 février 2002.

14La situation s’aggrave une nouvelle fois à partir de l’année 2000. Un premier pogrom de masse est organisé le 21 octobre 2000 dans la cité universitaire vietnamienne de Moscou. Un second a eu lieu le 15 mars 2001 dans une école arménienne, mais la milice relâche toutes les personnes arrêtées sur place23. Deux actions skinhead particulièrement violentes endeuillent l’année 2001. Tout d’abord, le 21 avril 2001, un pogrom sur le marché de Iasenevo prend des proportions jusqu’ici inédites : 300 skinheads y participent, 50 petits magasins sont détruits et 10 personnes blessées. Pour la première fois, des affrontements ont lieu entre skinheads et forces de l’ordre et se soldent par une cinquantaine d’arrestations. Toutefois, pour d’obscures raisons administratives, les six personnes devant être jugées ne l’ont toujours pas été fin 2004 et leur leader, Andreï Semiletnikov, originellement accusé d’incitation à la haine raciale et d’organisation de désordres de masse, ne l’est plus que de « hooliganisme »24.

  • 25 Nezavisimaâ gazeta, 5 juin 2003.
  • 26 Novye izvestiâ, n° 55, 2003.

15Le second pogrom, tristement célèbre, a lieu le 30 octobre 2001 sur le marché de la station de métro Tsaritsyno, provoquant la mort de 4 personnes, toutes citoyennes étrangères, et en blessant 80. Ces événements sont pour la première fois très largement répercutés dans les médias russes et décident la municipalité de Moscou à créer une section spéciale de lutte contre l’extrémisme dans les milieux jeunes. Parmi les 300 skinheads qui ont participé à cette action, seuls 5 d’entre eux sont finalement condamnés, mais à plusieurs années de prison. Ces violences continuent, avec une ampleur toutefois moindre, par exemple le 16 février 2002 à Saint-Pétersbourg et le 13 mai 2002 à Moscou sur l’Arbat. Dans la majorité des cas, la milice refuse de considérer ces actes comme racistes, arguant qu’il s’agit de simple délinquance puisque ces violences s’accompagnent de la destruction des magasins avoisinants. Au début de l’année 2003, deux autres manifestations brutales sont recensées : la première, strictement xénophobe, dans le métro après le concert du groupe de rap Public Enemy25; la seconde, plus politique, lors de la destruction du quartier général du mouvement de gauche « Russie laborieuse »26.

  • 27 Moskovskie novosti, n° 35, 2003.
  • 28 Russkij kur’er, n° 91, 2003.
  • 29 APN, 3 octobre 2003.
  • 30 Russkij kur’er, n° 110, 2003 ; Izvestiâ, n° 181, 2003.
  • 31 Izvestiâ (édition de Moscou), n° 220, 2003 ; Vremâ novostej, n° 224, 2003.
  • 32 Inostranec, n° 45, 2003 et Versiâ, n° 135, 2003.
  • 33 NTV, émission « Protokol », 12 février 2004.

16À l’automne 2003, tous les observateurs notent un développement sans précédent du nombre de skinheads, en particulier mineurs27, et une aggravation des violences, qui dorénavant entraînent presque systématiquement mort d’hommes : réfugiés centre-asiatiques, principalement Tadjiks ou Ouzbeks ayant émigré en Russie ou y travaillant de manière temporaire28, voyageurs étrangers venus d’Azerbaïdjan ou de Mongolie29, Tsiganes30, etc. Cette spirale de la violence suscite également une forte hausse du nombre d’affrontements avec les forces de l’ordre, inquiètes de l’arrivée de renforts skinheads venus spécialement des pays Baltes pour mener des actions collectives organisées31. En décembre 2003, face à la multiplication des violences en province, plusieurs organisations de Nijni-Novgorod demandent au maire et au gouverneur de prendre des mesures radicales contre les skinheads, affirmant que la ville n’avait rien connu de tel depuis les pogroms antisémites pré-révolutionnaires32. Le 9 février 2004, à Saint-Pétersbourg, des groupes skinhead défilent dans la ville aux cris de « La Russie aux Russes ! », tandis que le lendemain, à Ekaterinbourg, un punk est violemment agressé lors du concert du célèbre groupe de rock Grajdanskaïa Oborona33.

  • 34 À Nijni-Novgorod, les Tadjiks qui ont porté plainte pour coups et blessures ont été arrêtés pour pa (...)
  • 35 The Moscow Times, 20 mai 1998.
  • 36 Svobodnaâ mysl’XXI, n° 5, 2000, p. 43.

17Les capacités policières et judiciaires pour répondre à une telle croissance de la violence skinhead semblent limitées. À plusieurs reprises tout au long de la décennie 1990, les services de police les plus engagés (les OMON) ont eu des positions ambiguës vis-à-vis des actions des skinheads, même dans de grandes villes comme Moscou, Saint-Pétersbourg ou Nijni-Novgorod. Leurs agressions contre des Africains, des Chinois ou des Centre-Asiatiques ne suscitent que peu de réactions de la milice et les affaires judiciaires ouvertes sont souvent classées sans suite34. Des militaires et miliciens ont même déclaré au Moscow Times que leurs administrations respectives ne considéraient pas les skinheads comme un danger35. Les représentants des associations d’étudiants étrangers confirment, quant à eux, à de très nombreuses reprises, que la milice repousse l’enregistrement des plaintes déposées par les étrangers battus. De nombreux journaux refusent également de publier des articles sur ce sujet, le considérant comme inopportun36.

  • 37 Komsomol’skaâ pravda, 20 avril 2002 ; Moskovskie novosti, n° 15, 2002 ; Izvestiâ, 20 avril 2002.
  • 38 Moskovskij komsomolec, 23 avril 2002.
  • 39 Les représentants de la diaspora arménienne ayant été agressés à Samara affirment par exemple que l (...)
  • 40 Interbiznes, Saint-Pétersbourg, n° 46, p. 77.

18Il faut attendre le printemps 2002 pour que le Kremlin, qui cherche alors à faire voter par la Douma une loi sur la lutte contre l’extrémisme dans laquelle le terrorisme serait inclus, orchestre une grande campagne de presse contre les mouvances skinhead37. Après plusieurs années de quasi-silence, cette campagne a pris des proportions démesurées et hystériques dont on peut douter qu’elles aient réellement aidé à lutter contre ces violences et se demander si elles ne leur ont pas plutôt fait de la publicité. De nombreux militants des droits de l’homme notent par ailleurs que les milieux skinhead semblent jouir d’une impunité juridique certaine. Ainsi, dans de nombreuses affaires, les miliciens jouent un rôle paradoxal en participant aux actions violentes de certaines mouvances. Il est toutefois difficile de savoir si les OMON ont seulement infiltré les mouvances skinhead tout comme ils l’ont fait avec l’Unité nationale russe de Barkachov, ou si tous collaborent de manière informelle38. Plusieurs pistes semblent toutefois montrer que les pouvoirs locaux de certaines villes (Kras-nodar, Stavropol, Pskov39), la municipalité de Moscou et même l’appareil présidentiel (dont son dirigeant, A. Volochin) ont laissé les skinheads « nettoyer » les grandes villes de Russie des populations considérées comme indésirables et leur ont laissé jouer ce rôle discret de milices de rue40. Cette sous-culture skinhead se trouve par ailleurs hors du champ législatif de lutte contre l’extrémisme, qui est orienté avant tout contre les organisations institutionnalisées et enregistrées.

Mouvances skinheads et partis politiques, des alliances renforcées

  • 41 Literaturnaâ gazeta, n° 26, 2002.
  • 42 Azbuka slavânskih britogolovyh, Moscou, 2001.
  • 43 Art-gorod, Saint-Pétersbourg, n° 18, p. 10, et n° 20, p. 12.

19Il existe en Occident trois tendances au sein du mouvement skinhead : les « skins nazis », les plus radicaux dans leur rattachement au national-socialisme, les « skin rouges », d’extrême gauche et qui poursuivent la tradition originelle internationaliste du mouvement des années 1960, et les « traditionalistes », plus apolitiques et intéressés avant tout par un mode de vie marginal. En Russie, seuls les premiers existent réellement alors que les deuxièmes sont nombreux dans certaines villes allemandes ou dans les pays hispanophones, et les troisièmes majoritaires de manière générale en Occident. Les skinheads russes ont cependant des idéologies moins travaillées que les « skin nazis » occidentaux et ne cherchent que rarement à justifier intellectuellement leurs attitudes racistes41. Toutefois, la propagande régulièrement diffusée par les petits partis radicaux conduit aujourd’hui au développement d’une plus grande conscience politique et d’une capacité à formuler des convictions sur le plan théorique, donnant même lieu à la publication d’un livre de « théories skinhead » par l’un de leurs leaders sous le nom de Salazar42. Cette collaboration entre partis radicaux et skinheads ne s’est réellement concrétisée qu’après 1997, lorsque des représentants occidentaux de groupes néofascistes (par exemple le Ku Klux Klan américain ou l’association Viking, interdite en RFA) se sont régulièrement rendus en Russie afin d’établir des contacts avec les skinheads et de les aider à se politiser43.

20Plusieurs partis radicaux russes regardent aujourd’hui les mouvances skinhead à la fois avec inquiétude, pour les débordements qu’elles suscitent, mais avant tout comme une base sociale de réserve. Le parti national-socialiste russe (anciennement Union nationale russe) de Kassimovski fut l’initiateur de cette instrumentalisation. Ainsi, la revue Chtourmovik, jusqu’à son interdiction en octobre 1998, s’est extasiée de leurs « exploits », le parti a fondé en son sein un département de travail avec les skinheads et a financé quelques-unes de leurs revues, comme Pod nol ou Natsiia. Le leader du groupe des Légions skin, Gouskov, a quant à lui régulièrement pris la parole lors des meetings du parti. Le Front national d’Ilia Lazarenko, aussi appelé Église de Nav ou Église sainte de la race blanche unie, a également développé des liens étroits avec la partie des mouvances skinhead sensible au thème néopaïen. À Saint-Pétersbourg, c’est le Parti de la liberté de Iouri Beliaev qui collabore avec eux, tandis qu’en province, le plus actif sur ce plan restait, jusqu’à son effondrement en 2000, l’Unité nationale russe de Barkachov.

21Le Parti national populaire d’A. Ivanov-Soukharevski s’est également engagé sur cette voie, en particulier après l’emprisonnement de son dirigeant (accusé d’incitation à la haine raciale, mais rapidement remis en liberté puis amnistié), à l’occasion duquel il a rencontré le leader du groupe skin « Objectif russe », Semion Tokmakov. À la différence des autres regroupements politiques, le Parti national populaire ne cherche pas à impliquer les skinheads dans ses activités de rue, mais plutôt à diffuser parmi eux son idéologie dite du « russisme ». Malgré les références récurrentes à l’orthodoxie, ce russisme est fondé sur le néopaganisme aryen, compris sur un mode national-socialiste puisque la race y est affirmée supérieure à la foi et que « le sang unit, la religion divise ». Ce russisme fait le lien entre monarchisme orthodoxe prérévolutionnaire et national-socialisme : d’après Ivanov-Soukharevski, le xxe siècle a connu deux grands héros aryens, Nicolas II et Adolf Hitler, qui auraient tenté chacun à leur manière de sauver la « croix orthodoxesvastika » du joug juif. Les journaux proches du parti, Nasledie predkov et Era Rossii, se sont régulièrement intéressés à la musique politisée de droite ainsi qu’à l’un des acteurs importants de cette contre-culture, Vadim Chtepa. En avril 1999, le troisième journal géré par cette mouvance, Ia – rousskii, publie une interview commune d’Ivanov-Soukharevski et de Tokmakov, qui lui permet de devenir rapidement le journal le plus diffusé parmi les skinheads. Le groupe de Tokmatov, « Objectif russe », adhère même au parti en tant qu’organisation de jeunesse. Leurs activités communes se sont cependant ralenties : comme tout regroupement de type charismatique, le Parti national populaire ne se remet que difficilement de la baisse d’activité de son leader, Ivanov-Soukharevski, grièvement blessé par une explosion dans les locaux de son mouvement le 3 octobre 2003.

22Enfin, le Parti national-bolchevik de Limonov n’est pas resté en marge de cette instrumentalisation partielle et intéressée des skinheads. Si certaines alliances ont été remarquées à Moscou, Saint-Pétersbourg ou Voronège, celles-ci ne se sont pas généralisées et ne répondent pas à un choix de principe du parti. Ainsi, alors que l’Unité nationale de Barkachov s’est souvent alliée aux pogroms skinhead et s’en est félicitée, le parti de Limonov s’est trouvé divisé sur cette question, certains étant pour une alliance tactique, d’autres contre. Les éléments les plus élitistes du parti de Limonov sont en effet en contradiction avec le racisme peu travaillé des skinheads. L’affirmation national-bolchevique de ses membres peut également être interprétée comme une opposition au national-socialisme germanique. Ainsi, certains skinheads proches de Limonov traquent les sympathisants nazis aux cris de « Hitler kaput ! » et condamnent leur référence allemande au profit d’une expérience politique plus strictement russe.

  • 44 Neprikosnovennyj zapas, n° 5, 1999, p. 82.
  • 45 Obščaâ gazeta, n° 13 et 48, 2001.

23La naissance d’une collaboration entre mouvances skinhead et partis politiques radicaux a conduit à une politisation des premières. Si, dans les premières années de l’existence de ce mouvement, ses actions violentes étaient fondées sur une xénophobie primitive, en appelant à des critères physiques comme la couleur de peau, les orientations des skinheads russes se sont peu à peu sophistiquées. Les références antisémites se sont faites plus nombreuses et supposent une capacité d’abstraction supérieure puisque « l’ennemi » n’est plus repérable de visu, mais formulé par la pensée. Le discours sur la domination juive en Russie est ainsi apparu44 alors qu’il était auparavant inexistant chez les skins et s’est matérialisé par la profanation de cimetières juifs (en particulier à Nijni-Novgorod et à Saratov45), qui constitue l’une des « nouveautés » de ces mouvances. Cette politisation se note également par la réappropriation des symboles des Centuries Noires du début de siècle : la référence historique spécifiquement russe est plus travaillée que la simple copie du modèle occidental ou que l’exhibition provocatrice des portraits de Hitler.

  • 46 Der Spiegel, n° 24, 2002, p. 163.

24Paradoxalement, plusieurs mouvances skinhead, dont le groupe « Objectif russe » de Tokmatov, clament leur soutien à Israël dans le cadre du conflit israélo-palestinien46. Ce discours – dont on notera déjà le degré de politisation puisqu’il s’agit de prendre position sur une question de relations internationales – s’explique par les conceptions différencialistes très présentes aujourd’hui sur la scène ultra-droitière russe. Le principe dominant est en effet celui du « chacun chez soi », selon lequel la lutte des Juifs pour leur propre territoire en Israël est plutôt bien vue, voire admirée. Le fait que l’émigration des Juifs continue alors que de plus en plus de migrants s’installant en Russie sont de tradition musulmane (donc assimilés aux Arabes) explique cette prise de position et révèle son caractère profondément mixophobe : dérange avant tout l’étranger que l’on côtoie et non celui qui vit « chez lui ».

***

  • 47 L’Église orthodoxe a en effet demandé en 2003 que soit dispensé dans toutes les écoles primaires un (...)

25Le phénomène skinhead russe ne se dissocie pas spécifiquement de celui d’Occident : il partage les mêmes caractéristiques sociologiques (milieux très jeunes, bas niveau scolaire), les mêmes objectifs symboliques (création de familles de remplacement, mode de vie opposé à la société libérale) et leurs enjeux politiques sont semblables : volonté de rupture avec l’ordre existant, commémoration par provocation des grandes dates et des héros de la geste nazie. La violence xénophobe conduisant les skinheads russes à l’assassinat raciste et/ou politique semble toutefois prendre le pas aujourd’hui sur le seul phénomène de délinquance collective. Elle paraît être appelée à gagner de l’ampleur par la politisation des groupes et leur rapprochement avec des formations radicales aux doctrines plus élaborées. Les facteurs sociaux responsables en Russie du phénomène skinhead ne sont pas non plus appelés à disparaître à court terme : les inquiétudes économiques des récentes petites classes moyennes, la xénophobie due à une deuxième et interminable guerre en Tchétchénie, le renouveau d’un discours impérialiste dans les cercles officiels du pouvoir et le sentiment nationaliste propagé par l’Église orthodoxe, en particulier au sein de l’institution scolaire47, contribuent à légitimer les discours d’exclusion et donc, de manière indirecte, les violences commises en leur nom.

Notes

1 Beloe soprotivlenie, n° 1, s.d., p. 2.

2 Ce fut par exemple le cas du journal pro-eltsinien Moskovskii komsomolets, qui ne cessa, durant les événements, de critiquer Khasboulatov en raison de son origine nationale.

3 Moskovskij apokalipsis, « Materialy parlamentskih slušanij « Duhovno-nravstvennaâ, moral’no-pravovaâ i èkonomičeskaâ ocenka tragičeskih sobytij 21 sentâbrâ – 5 oktâbrâ 1993 g. i ih posledstviâ dlâ Rossii », Moscou, 1996, pp. 72-74 ; Svobodnaâ mysl’, n° 10, 1997, p. 109.

4 Družba narodov, n° 2, 2002, p. 135 ; Obščaâ gazeta, n° 13, 2001.

5 Bumerang, n° 9, 2000, p. 27.

6 Par exemple Pod nol, Beloe soprotivlenie, Otvertka, Stop, Ia – belyi, Street-fighter. Le journal Spolokhi, symbole de la contre-culture ultra-droitière, est également proche du mouvement skinhead sans le représenter vraiment.

7 Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 4, 2000, p. 48.

8 Izvestiâ, 24 mars 1999.

9 Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 10, 1999, pp. 52-55, 60.

10 Neprikosnovennyj zapas, n° 2, 1999, pp. 4-8. Menchikov se pense comme le pendant russe de Chamberlain et fait référence au penseur wagnérien de manière récurrente. Il n’est plus question chez lui d’un antijudaïsme religieux traditionnel, mais d’un antisémitisme biologique très clairement formulé. Ses propos particulièrement racistes et sa vision d’un Christ aryen ne satisfont pas les penseurs russes les plus traditionnels, fidèles à une conception classique de la foi. Menchikov représente donc un courant extrêmement minoritaire parmi les intellectuels nationalistes russes de son époque et restera isolé tout au long de sa carrière. (Note de M. L.)

11 Andreï Vlassov (1900-1946) était le plus jeune commandant de l’Armée rouge en 1941 avant de passer du côté allemand l’année suivante. Il organise au sein de l’armée nazie une armée de libération russe active dans les territoires de l’Est. En 1945, il est livré à l’URSS et condamné à mort pour trahison. (Note de M. L.)

12 Izvestiâ, 20 avril 2002.

13 Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 1, 2000, pp. 48-51 ; Rossiâ, n° 28, 2002 ; Vek, n° 23, 2002 ; Naš kontinent, n° 25, 2002.

14 Nezavisimoe obozrenie, n° 15, 2002 ; Novaâ žizn’, n° 5, 2002.

15 Družba narodov, n° 2, 2000, p. 136.

16 Rossiâ, n° 20, 2002 ; Novaâ gazeta, n° 5, 2002 ; Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 7, 2003, pp. 67-69.

17 Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 5, 2000, pp. 44, 49.

18 Otečestvo, 5 janvier 1999.

19 Obščaâ gazeta, n° 13, 2001.

20 Tarasov A. N., Čerkasov G. Û. et Šavšukova T. V., Levye v Rossii : ot umerennyh do èkstremistov, Moscou, Panorama, 1997, pp. 207-208.

21 Obščaâ gazeta, n° 13, 2001.

22 Svobodnaâ mysl’– XXI, n° 5, 2000, p. 52.

23 Obščaâ gazeta, n° 13, 2001 ; Russkij Berlin, n° 17, 2001.

24 Moskovskij komsomolec, 5 février 2002.

25 Nezavisimaâ gazeta, 5 juin 2003.

26 Novye izvestiâ, n° 55, 2003.

27 Moskovskie novosti, n° 35, 2003.

28 Russkij kur’er, n° 91, 2003.

29 APN, 3 octobre 2003.

30 Russkij kur’er, n° 110, 2003 ; Izvestiâ, n° 181, 2003.

31 Izvestiâ (édition de Moscou), n° 220, 2003 ; Vremâ novostej, n° 224, 2003.

32 Inostranec, n° 45, 2003 et Versiâ, n° 135, 2003.

33 NTV, émission « Protokol », 12 février 2004.

34 À Nijni-Novgorod, les Tadjiks qui ont porté plainte pour coups et blessures ont été arrêtés pour papiers non réglementaires et ont été expulsés. Novgorodskie vedomosti, 24 janvier 2001.

35 The Moscow Times, 20 mai 1998.

36 Svobodnaâ mysl’XXI, n° 5, 2000, p. 43.

37 Komsomol’skaâ pravda, 20 avril 2002 ; Moskovskie novosti, n° 15, 2002 ; Izvestiâ, 20 avril 2002.

38 Moskovskij komsomolec, 23 avril 2002.

39 Les représentants de la diaspora arménienne ayant été agressés à Samara affirment par exemple que les traces des skinheads recherchés ont été effacées car le fils d’un capitaine d’OMON et des enfants de notables locaux importants ont participé à ces actions entraînant mort d’homme. Russkij kur’er, n° 2, 2004.

40 Interbiznes, Saint-Pétersbourg, n° 46, p. 77.

41 Literaturnaâ gazeta, n° 26, 2002.

42 Azbuka slavânskih britogolovyh, Moscou, 2001.

43 Art-gorod, Saint-Pétersbourg, n° 18, p. 10, et n° 20, p. 12.

44 Neprikosnovennyj zapas, n° 5, 1999, p. 82.

45 Obščaâ gazeta, n° 13 et 48, 2001.

46 Der Spiegel, n° 24, 2002, p. 163.

47 L’Église orthodoxe a en effet demandé en 2003 que soit dispensé dans toutes les écoles primaires un cours de « fondements de la culture orthodoxe » qui serait assuré par les clercs et non les laïcs. Cette exigence a suscité de violentes réactions dans la société russe, mais a été en partie satisfaite puisqu’elle est laissée à la libre appréciation des administrations locales, qui peuvent imposer ce cours ou le rendre facultatif. (Note de M. L.)

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable