Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rouge et le noir

 | 
Marlène Laruelle

Chapitre 5. Vers une société incivile ? Contextualisation du déclin des partis politiques d’extrême droite en Russie post-soviétique

Andreas Umland

Note de l’auteur

Une version précédente de cet article a été publiée sous le titre « Toward an Uncivil Society ? Contextualizing the Recent Decline of Parties of the Extreme Right Wing in Russia », Demokratizatsiya 10, n° 3, 2002, pp. 362-391. La version précédente contenant un certain nombre de modifications éditoriales malheureuses non autorisées par l’auteur, je suis reconnaissant de l’occasion qui m’est donnée ici de présenter une version considérablement révisée de cet article.

Texte intégral

  • 2 C’est le concept (sans doute indémontrable) utilisé dans l’article novateur de Hanson S. E. et Kops (...)
  • 3 Pour la première période, voir White A., Democratization in Russia Under Gorbachev, 1985-1991 : The (...)
  • 4 Ma taxinomie est basée sur le concept de démocratie proposé par Robert A. Dahl, non seulement en ta (...)
  • 5 Diamond L., Developing Democracy : Towards Consolidation, Baltimore, London, Johns Hopkins Universi (...)
  • 6 Putnam R. D., Leonardi R. et Nanetti r. Y., Making Democracy Work : Civic Traditions in Modern Ital (...)
  • 7 La construction de la « société incivile » (concept probablement perfectible) a été introduite par (...)

1Cet article s’appuie sur des recherches concernant les sociétés civiles et les ultra-nationalismes hors de Russie, ainsi que sur des exemples choisis de l’extrémisme de droite russe non constitué en parti politique. Il cherche à montrer que le déclin relatif, au cours des années 1990, des partis nationalistes radicaux ne signale aucunement que l’« étaticité antilibérale2 » ait perdu de son attrait en Russie. Il tente au contraire de prouver que la diversification considérable du secteur associatif dans la société russe depuis le milieu des années 19803 ne peut pas être appréhendée comme exclusivement bénéfique en termes de consolidation et de poursuite du processus de démocratisation4. D’une part, le « public civique »5 ou la « communauté civique6 » ne se développe que lentement et certains mouvements post-soviétiques parmi les plus importants dans le secteur du bénévolat ne soutiennent pas, voire critiquent ouvertement la démocratie libérale. D’autre part, de nombreux réseaux et institutions non gouvernementaux disposent en leur sein de branches ultra-nationalistes, fondamentalistes et partiellement proto-fascistes qui remettent en cause leur rôle désigné d’artisans de la « société civile ». La fonction première de ces organisations n’est que rarement de susciter l’envie et la capacité de participer de manière efficace aux activités politiques démocratiques. Elles apparaissent plutôt, parfois de manière explicite, comme le mode d’expression de perceptions particularistes radicales du monde, d’appréhensions ascriptives de la nature humaine, d’idées politiques belliqueuses et antilibérales, et se présentent comme des lieux de formation pour les militants politiques potentiels partisans de telles idées7.

  • 8 La plupart des sources secondaires pertinentes publiées sur le sujet jusqu’en 1996 ont été recensée (...)
  • 9 En classant ces quatre partis à l’extrême droite, nous n’excluons cependant pas les considérables d (...)

2Cet article sera divisé en deux parties. La première tente d’expliquer la nécessité de maintenir, malgré un apparent déclin des partis d’extrême droite, l’attention sur le radicalisme nationaliste en général8et sur de telles mouvances de la société civile en particulier. Il s’appuie en cela à la fois sur certaines particularités de la politique russe actuelle et sur de possibles analogies avec l’histoire contemporaine de l’Europe occidentale. Il réfléchit en particulier à une interprétation pertinente des résultats inégaux des quatre principaux partis nationalistes des années 1990, le PCFR, le LDPR, l’UNR et le PNB9, de leurs échecs électoraux fréquents et de leur insuccès dans la course aux hautes responsabilités. Cet article tente également de démontrer que, dès le début, les leaders de ces partis ont été victimes de certaines de leurs incohérences fondamentales et n’ont pas su les dépasser. En estimant le déclin récent des partis d’extrême droite en Russie, il rappelle l’expérience de l’Allemagne prénazie, qui avait vu, au tournant du siècle, la disparition de la plupart des partis antisémites, mais non de l’antisémitisme. Il mentionne ensuite que l’attention spécifique portée aux activités de l’extrême droite hors des structures partisanes est de plus en plus développée par les chercheurs spécialistes de l’ultra-nationalisme occidental. Il aborde enfin le phénomène spécifique des « groupuscules », devenus des éléments importants de l’extrémisme droitier de l’après-guerre froide, dans le monde comme en Russie.

3La seconde partie de l’article décrit brièvement une sphère particulière de ce qui est appelé la « société incivile » en Russie, les think tanks, qui illustre de manière pertinente les problèmes sus-mentionnés. Elle présente pour cela différents groupes de réflexion qui se sont particulièrement intéressés aux réseaux d’éducation et d’enseignement, ainsi que d’autres institutions, créées en particulier par Alexandre Dougin. Ce panorama est moins consacré aux idées spécifiques de ces groupes qu’à leur capacité d’organisation, de développement et au renforcement de leur présence dans les années 1990. Cet article ne constitue donc pas une estimation détaillée de la force et de l’étendue de la « société incivile » en Russie. Cependant, la complexité, la capacité organisationnelle de plusieurs de ces groupes ainsi que leur profonde infiltration dans les principales institutions sociales du pays tendent à montrer que, dans un avenir proche, les idées d’extrême droite maintiendront leur rôle dans la politique russe, quel que soit le destin individuel de personnages comme V. Jirinovski, G. Ziouganov, A. Barkachov ou E. Limonov.

De l’utilité de la société civile pour les études sur l’extrême droite

  • 10 Fish M. S., Democracy from Scratch : Opposition and Regime in the New Russian Revolution, Princeton (...)
  • 11 Orttung R. W., « The Russian Right and the Dilemmas of Party Organisation », Soviet Studies 44, n° (...)

4Dans l’espace post-soviétique, une multitude de facteurs ont entravé l’émergence d’un véritable système de partis politiques10, tout comme la croissance des partis ultra-nationalistes11. L’une des raisons, souvent invoquée par les observateurs russes, serait une antipathie particulière de la société à l’égard des idées nationalistes radicales. Que cette interprétation soit pertinente ou non, les résultats relativement faibles des nombreux candidats et partis d’extrême droite aux élections ne prouvent pas que la perspective d’un développement du nationalisme en Russie soit négligeable. Le premier argument avancé pour répondre à cette interrogation concerne l’interprétation de traits spécifiques à l’extrême droite russe au long des années 1990. Le second argument met en exergue le développement du nationalisme allemand au tournant des xixe et xxe siècles en tant qu’hypothèse et comparaison possible avec la Russie contemporaine. Le troisième argument part du postulat selon lequel, pour une évaluation pertinente du pouvoir et de la progression des idées nationalistes, une attention toute particulière doit être consacrée aux groupes et tendances extérieurs au strict domaine électoral.

Quelques dilemmes spécifiques aux hommes politiques nationalistes dans les années 1990

5Au regard du succès électoral limité des partis ou hommes politiques d’extrême droite au cours de la dernière décennie en Russie, il est utile de noter que les quatre principales organisations concernées qui ont pris part, à des niveaux toutefois très différents, aux élections ont toutes été affectées de handicaps fondamentaux enracinés dans leur histoire spécifique ou leur leadership.

  • 12 Umland A., « Wladimir Shirinowskij in der russischen Politik : Einige Hintergründe des Aufstiegs de (...)
  • 13 Le terme de « libéral-démocratique » complique évidemment la visibilité du parti et doit être repla (...)
  • 14 L’effet négatif qu’eurent sur son parti les provocations de Jirinovski a été surévalué par les obse (...)
  • 15 Un document du PNB datant de 1994 parle par exemple des « israélites du LDPR ». Voir Pribylovskij V (...)

6Tout d’abord, le LDPR de Vladimir Jirinovski a été limité dans l’expression de son antisémitisme par les origines familiales de son leader12, né d’un père juif. Bien que Jirinovski se considère lui-même comme un Russe ethnique à part entière, cette origine a constitué un véritable obstacle13 pour se faire accepter de nombreux intellectuels, activistes et électeurs antisémites14. Toutefois, certaines des principales figures d’extrême droite telles que l’ancien éditeur du prestigieux Voenno-istoritcheskiijournal, Viktor Filatov, n’ont pas considéré, malgré leur antisémitisme, les origines de Jirinovski comme un problème et coopèrent toujours avec lui. Cependant, il n’est probablement pas exagéré de spéculer sur le fait qu’une majorité des ultra-nationalistes russes considéreraient un président né d’un père juif comme indésirable15.

  • 16 Dunlop J. B., « Alexander Barkashov and the Rise of National Socialism in Russia », Demokratizatsiy (...)
  • 17 Umland A., « The Pseudo-Threat of Russian Neo-Nazism : Symbolical and Ideological Handicaps of the (...)
  • 18 C’est pour ces raisons qu’il semble que, dans certaines études sur l’extrême droite russe, une atte (...)
  • 19 Lihačev V., « Čto predstavlâet soboj Russkoe Nacional’noe Edinstvo kak organizaciâ », texte présent (...)

7Deuxièmement, le parti qui a réussi à occuper une grande part de la marge la plus extrême du spectre nationaliste, et qui s’est clairement affiché comme antisystémique, contre-culturel et partisan de la violence, fut l’Unité nationale russe (UNR) d’A. Barkachov16. Avec un profil aussi explicitement néonazi, tel qu’il l’a affiché, ce parti doit s’attendre, partout dans le monde, à rester marginal sur le plan quantitatif et à ne pas être massivement accepté17. Cette spécificité prédestinait probablement l’UNR à son isolement politique, voire à son échec final18. Ainsi, quand, à l’automne 2000, le parti s’est effondré de l’intérieur, l’une des principales organisations qui lui a succédé, Rousskoe Vozroždenie (« Renaissance russe »), a abandonné de manière démonstrative l’emblème de la croix gammée19.

  • 20 Cette vulnérabilité fut particulièrement remarquée pendant les élections présidentielles de 1996, l (...)

8Troisièmement, malgré sa forte présence électorale, le profil politique du PCFR reste compromis par des incohérences idéologiques issues de ses racines originelles « de gauche », et ce en dépit de l’imprégnation d’idées nationalistes dès Staline. Le parti s’est cependant complexifié et évolue aujourd’hui vers un discours de plus en plus explicitement nationaliste, une évolution visible dans les nombreuses publications de son leader politique et principal idéologue, G. Ziouganov. L’adoption non dissimulée, par ce dernier, des idées des grands penseurs de la droite russe et européenne, par exemple le théoricien monarchiste émigré Ivan A. Ilin (1883-1954), l’a conduit à diriger à grands pas le PCFR vers une orientation non communiste, ou même, de manière implicite, anticommuniste. Malgré cela, le parti n’a pas répudié son rôle de principal successeur du PCUS. Il est donc vu par les principaux porte-parole de la droite radicale – et, probablement, par un certain nombre d’électeurs nationalistes –, non seulement comme le responsable des malheurs de la Russie au xxe siècle, mais également comme l’héritier idéologique de théories remontant à un Karl Marx décrié en tant que Juif allemand. Tant que le parti conservera l’attribut de « communiste » dans sa dénomination, il restera donc vulnérable non seulement pour la critique libérale, mais pour une part de la critique nationaliste, qui ne peut accepter ses racines marxistes et son passé soviétique20.

  • 21 Un pionnier de l’analyse du PNB reste Markus Mathyl. Voir Mathyl M., « “Die offenkundige Nisse und (...)
  • 22 Matich O., « The Moral Immoralist : Edward Limonov’s Èto Ja - Èdička », Slavic and East European Jo (...)
  • 23 Cité in Lee M. A., The Beast Reawakens, op. cit., p. 313. Pour plus de détails sur Limonov, voir Ro (...)

9Un quatrième groupe, le Parti national-bolchevik (PNB), qui appartient comme l’UNR au courant contre-culturel et antisystémique, semble connaître une progression certaine à la fin des années 1990 et recrute alors assez largement dans certaines couches de la jeunesse russe21. Il est toutefois obligé de jouer sur plusieurs tableaux : ne pas transgresser trop d’interdits s’il veut obtenir un soutien plus large, mais également maintenir certains des fondements idéologiques de l’extrême droite afin d’y être davantage accepté. De ce point de vue, le PNB a été confronté au fait que son leader excentrique, le romancier Edouard Limonov, a passé une large partie de sa vie en Occident et qu’avant de s’engager en politique, il avait décrit ses aventures homosexuelles aux États-Unis dans son roman le plus connu, C’est moi, Eddie22. Un commentaire d’Alexandre Soljenitsyne pourrait suffire à illustrer la perception que certains milieux radicaux ont de Limonov : « un petit insecte qui écrit de la pornographie23 ».

10Ces caractéristiques ont constitué des handicaps de taille pour chacun des partis mentionnés : elles les ont coupés d’une partie du spectre nationaliste et ne leur ont pas permis d’asseoir une hégémonie idéologique et électorale, favorisant par là la division des milieux nationalistes en diverses obédiences fortement opposées les unes aux autres. L’inefficience électorale de certains de ces partis ne signifie toutefois pas nécessairement un manque général de perspective politique pour les idées d’extrême droite en Russie.

Quelques évolutions récentes dans la politique des partis nationalistes russes

11L’extrême droite russe n’est pas entravée uniquement par des difficultés conjoncturelles. Après avoir connu un certain apogée entre 1993 et 1995, sa fortune politique semble avoir décru dans la seconde moitié des années 1990. Ainsi, après les résultats impressionnants du LDPR aux élections à la Douma en 1993 et 1995 (22,92 % et 11,18 %), le succès électoral de Jirinovski a baissé aux élections présidentielles de 1996 (5,7 %) et aux élections législatives de 1999 (6 %), tandis qu’aux présidentielles de 2000, il ne recueillait que 2,7 % des votes, son plus mauvais score à des élections de niveau fédéral. Le LDPR a toutefois fait un surprenant retour aux élections législatives de décembre 2003 dans la part proportionnelle des votes à la Douma et a obtenu, avec 11,45 % des voix, son deuxième meilleur résultat à des élections fédérales. Il n’a toutefois pas gagné un seul mandat de district et reste une faction isolée à la Douma.

  • 24 Par exemple, dans un sondage effectué par le ROMIR le 30 juin 2001, 35 % des personnes interrogées (...)

12Concernant le PCFR, la grande différence entre les résultats de Boris Eltsine et de Vladimir Poutine d’un côté, et ceux de Ziouganov de l’autre au second tour en 1996 et au premier en 2000, a été interprétée comme révélatrice de l’affaiblissement des forces antilibérales en Russie. Le PCFR s’appuie en outre sur un électorat âgé et son déclin ne serait, pour de nombreux observateurs, qu’une question de temps, malgré certaines remontées surprenantes dans les sondages d’opinion en 2001 et 200224. Néanmoins, en 2004, les ambitions que nourrit le mouvement communiste envers le pouvoir exécutif semblent de plus en plus irréelles alors qu’en fait est en jeu la simple survie du PCFR en tant qu’acteur politique de poids. Aux élections de décembre 2003, il obtient 12,65 % des voix, soit un peu plus de la moitié de son résultat précédent aux élections de 1999 (24,29 %) et les signes internes de scission laissent supposer qu’en cas de schisme, chacun des nouveaux courants risquerait de ne pouvoir dépasser la barre des 7 % introduite dans le nouveau système électoral en vigueur en 2007.

  • 25 Lihačev V., « Čto predstavlâet soboj Russkoe Nacional’noe Edinstvo kak organizaciâ », op. cit.
  • 26 Muhin A. et Rostova N., « Eduard Limonov popal iz bani v “Lefortovo” », Segodnâ, n° 82, 14 avril 20 (...)

13On notera également qu’un autre parti nationaliste, le Parti agrarien, largement présent dans les premières Doumas post-soviétiques, et qui avait obtenu un score remarqué aux élections législatives de 1993 (7,9 %), est aujourd’hui devenu, au mieux, un facteur politique de second ordre. Il a obtenu 3,78 % des voix en 1995, n’a pas participé aux élections de 1999 et n’a atteint que 3,59 % des votes à celles de 2003. La scission, à l’automne 2000, de l’UNR en plusieurs organisations mineures n’a pas eu, quant à elle, grand sens électoral puisque le mouvement, s’il a bien été une force extraparlementaire significative dans la première moitié des années 1990, n’a jamais eu de véritable portée électorale25. Le PNB a dû, de son côté, gérer la lourde peine de prison pour détention d’armes de son leader Limonov en 2001200326. Cette disparition de la scène publique a fragilisé le parti, tant d’un point de vue organisationnel qu’en termes d’image publique. Bien que toujours actifs, les nationaux-bolcheviks de Limonov n’attirent plus autant l’attention des observateurs politiques que dans les années 1990.

  • 27 Umland A., « Der russische Rechtsextremismus nach den Wahlen 20032004 : Bestands-aufnahme und Persp (...)
  • 28 L’un des meilleurs spécialistes de l’ultra-nationalisme russe est arrivé, à l’été 2001, à la conclu (...)

14Enfin, il faut mentionner le nouveau bloc électoral Rodina (« Patrie »), créé en 2003 et qui est entré cette même année à la Douma avec un score étonnamment élevé (9,02 % des voix). Il a obtenu huit nouveaux sièges aux élections de district et a attiré dans sa faction un député indépendant, Viktor Alksnis, célèbre défenseur d’un État soviétique unifié. Bien que la faction parlementaire Rodina inclue un grand nombre de nationalistes27, il reste à savoir, comme dans le cas du PCFR, si le bloc dans son ensemble peut vraiment être classé comme une force à l’extrême droite du spectre politique. L’un de ses premiers leaders, Sergueï Glazev, par exemple, a débuté sa carrière politique comme membre de l’équipe des réformateurs libéraux pro-occidentaux d’Egor Gaïdar en 1992. Bien que le nationalisme de Rodina soit manifeste et lié par différents aspects à la marge la plus extrémiste du spectre russe, le bloc ressemble quelque peu au PCFR par sa position ambivalente : il a soutenu le gouvernement en de nombreux points et s’est opposé au régime de Poutine sur certaines questions sociales. Pour certains observateurs, c’est une force politique qui a peu de chances de survivre lorsque le nouveau palier d’entrée à la Douma aura été rehaussé. Ces éléments signifient-ils que l’extrémisme de droite est moribond dans la Russie post-soviétique28 ? Un regard sur l’histoire des mouvements nationalistes dans d’autres pays, en particulier dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, invite à se garder d’une réponse trop hâtive.

Évaluer le déclin des partis ultra-nationalistes : quelques leçons de l’histoire allemande

  • 29 Levy R. S., The Downfall of the Anti-Semitic Political Parties in Imperial Germany, New Haven, Yale (...)
  • 30 Goldhagen D. J., Hitler’s Willing Executioners : Ordinary Germans and the Holocaust, New York, Vint (...)
  • 31 Katz J., From Prejudice to Destruction : Antisemitism, 1700-1933, Cambridge, Harvard University Pre (...)
  • 32 Goldhagen D. J., Hitler’s Willing Executioners, op. cit., p. 76.
  • 33 Kulka O. D., « The Critique of Judaism in Modern European Thought : Genuine Factors and Demonic Per (...)

15L’antisémitisme moderne allemand est marqué par une discontinuité fondamentale – on pourrait dire paradoxale – dans son histoire et qui peut aider à mieux estimer le déclin actuel des partis nationalistes russes. À la fin du xixe et au début du xxe siècle, le jeune système politique allemand connaît un bouleversement significatif avec la chute de ses composantes antisémites les plus explicites29. Quelques années plus tôt seulement, quelques partis nationalistes apparemment vigoureux, fondés dans les années 1870-1880, connaissent une ascension fulgurante et obtiennent la majorité aux élections du Reichstag en 189330. Le Parti conservateur semble de plus en plus ouvertement antisémite et une importante littérature judéophobe circule en Allemagne pendant plus de deux décennies31. Cependant, « les succès électoraux des partis antisémites, à l’exception du Parti conservateur, ont décliné dans la première décennie du xxe siècle32 ». Otto Kulka précise alors que « le déclin des partis antisémites à la fin du xixe siècle n’implique pas un déclin parallèle de la critique du judaïsme. Il signifie plutôt la pénétration de cette critique dans les idéologies de la plupart des grands partis politiques à la fin de l’âge impérial et durant l’ère de Weimar33 ».

  • 34 Goldhagen D. J., Hitler’s Willing Executioners, op. cit., p. 72.
  • 35 Jochmann W., « Structure and Functions of German Anti-Semitism, 18781914 », in Strauss H. A. (dir.) (...)
  • 36 Pulzer P. G. J., The Rise of Political Antisemitism in Germany and Austria, Cambridge, Harvard Univ (...)
  • 37 Goldhagen D. J., Hitler’s Willing Executioners, op. cit., p. 76.

16Cette analyse semble d’autant plus pertinente que cette évolution est, selon les termes de Daniel Goldhagen, « vraie non seulement pour les institutions politiques mais aussi pour les sous-structures tocquevilliennes de la société, les associations qui ont constitué le socle de l’éducation et de l’activité politique du peuple34 ». Werner Jochmann écrit même que « de très nombreux exemples montrent comment, dans les années 1890, l’antisémitisme a infiltré de cette manière les associations civiques qu’étaient les clubs folkloriques et les sociétés culturelles35 ». Pour ces raisons, entre autres, Peter Pulzer affirme que se focaliser sur la faible influence politique directe des partis antisémites allemands et de leurs leaders jusqu’en 1918 éluderait « trente années de propagande ininterrompue plus efficace que l’on ne le pensait à l’époque ; l’antisémitisme n’était plus considéré comme scandaleux dans de nombreux cercles sociaux et académiques […]. Dans le sens où ils avaient imprégné d’idées antisémites de larges pans de la population, les partis antisémites avaient non seulement atteint leur objectif mais avaient même été dépassés36 ». Goldhagen conclut alors que « le déclin des partis antisémites n’était pas symptomatique du déclin de l’antisémitisme, puisque ces partis spécifiques avaient déjà rempli leur rôle historique en déplaçant l’antisémitisme de la rue […] à l’isoloir et au siège parlementaire, donc, selon la formule de Max Weber, dans la maison du pouvoir. Les partis antisémites […] pouvaient ainsi disparaître tranquillement, laissant le terrain politique à des successeurs plus puissants au faîte de la nouvelle vague d’expression et d’activité antisémites37 ».

17Il serait erroné d’établir des parallèles trop rapides entre le radicalisme de l’antisémitisme allemand pré-nazi et celui de la société russe post-soviétique. Il ne serait pas non plus judicieux de déduire pour la Russie un processus analogue de transformation des idées nationalistes promues par des partis marginaux sur le déclin en un courant politique massif, ainsi que leur transfert vers les secteurs de la société civile. Cependant, cet exemple – et il y eut d’autres cas dans l’Europe préfasciste – illustre combien une baisse des performances électorales et organisationnelles des partis d’extrême droite ne signale pas systématiquement le déclin de l’intérêt pour de telles idées. Il indique également que l’attention prêtée aux évolutions internes de la société civile, et pas uniquement aux structures politiques, peut aider à une perception plus complexe de la diffusion et du radicalisme des idées antidémocratiques dans un pays donné.

Activités électorales vs autres activités de l’extrême droite occidentale

  • 38 Kitschelt H. et McGann A. J., The Radical Right in Western Europe : A Comparative Analysis, Ann Arb (...)
  • 39 Minkenberg M., Die neue radikale Rechte im Vergleich : USA, Frankreich, Deutschland, Opladen, Westd (...)

18Avant même que ces arguments historiques ne soient avancés, l’attention accordée au domaine non partisan avait suscité une recherche empirique sur les développements récents des ultra-nationalismes occidentaux. À la différence de Herbert Kitschelt qui, dans son livre sur la nouvelle droite radicale en Europe occidentale38, s’est essentiellement concentré sur les partis politiques, l’étude comparative de Michael Minkenberg sur le radicalisme d’extrême droite après 1968 en France, en Allemagne et aux États-Unis prend en considération une large diversité de groupes de la société « incivile »39. Il y inclut les cercles intellectuels, les milieux subculturels, les organisations religieuses, les groupements de jeunes, les maisons d’édition et d’autres institutions. Le travail de Minkenberg sur ces phénomènes fournit un socle sérieux permettant d’évaluer de manière plus adéquate la pénétration dans la société des idées radicales d’extrême droite, spécifiquement pour les pays qui ont connu une montée impressionnante de ces partis, par exemple l’Autriche (Freiheitliche Partei Österreichs), l’Italie (Alleanza Nazionale) ou la France (le Front national).

  • 40 Umland A., « Sravnitel’nyj analiz krajne pravyh grupp na Zapade. Po povodu knigi M. Minkenberga », (...)
  • 41 Voir aussi Minkenberg M., Neokonservatismus und Neue Rechte in den USA : Neuere konservative Gruppi (...)
  • 42 Pfahl-Traughber A., Konservative Revolution und Neue Rechte : Rechtsextremistische Intellektuelle g (...)
  • 43 Demirovic A., « Kulturelle Hegemonie von rechts : Antonio Gramsci – gesehen von der “nouvelle droit (...)
  • 44 Schroeder B., Im Griff der rechten Szene : Ostdeutsche Städte in Angst, Reinbeck bei Hamburg, Rowoh (...)

19Minkenberg s’est également penché, de manière plus adaptée, nous semble-t-il, que Kitschelt, sur les stratégies que les activistes ont utilisées pour promouvoir, en fonction de contextes socio-politiques spécifiques, ces traditions culturelles hors du cadre légal et institutionnel dans lequel ils agissaient auparavant40. Minkenberg note par exemple qu’aux États-Unis, certains groupes xénophobes et fondamentalistes, au lieu de former leur propre parti, ont utilisé les organisations du Parti républicain afin de pénétrer l’État via le GOP41. En Allemagne, un discours intellectuel de « nouvelle droite » sur l’histoire nationale et l’identité collective est devenu influent dans les débats publics42. Plutôt que de s’engager dans la construction d’un parti, cette fraction de la droite radicale allemande a obtenu un succès considérable dans le domaine de la culture politique en général et a influencé les partis de la droite modérée en particulier. La « nouvelle droite » a ainsi agi de manière relativement consciente en adoptant la théorie bien connue de Gramsci selon laquelle un groupe idéologique doit tout d’abord conquérir une hégémonie culturelle dans la société afin de gagner par la suite le pouvoir politique43. Sur le territoire de l’ancienne RDA, à la surprise de nombreux observateurs, les partis radicaux d’extrême droite, avec de notables exceptions, n’ont pas, jusqu’à maintenant, obtenu de réels succès aux élections. Cependant, l’ultra-nationalisme allemand y dispose d’un pouvoir inquiétant au niveau des masses, en particulier parmi les jeunes44.

La notion de « groupuscule »

  • 45 Griffin R., « Net Gains and GUD Reactions : Patterns of Prejudice in a Neofascist Groupuscule », Pa (...)
  • 46 Blinkhorn M., Fascism and the Right in Europe, 1919-1945, Harlow, Pearson, 2000, p. 112.
  • 47 Le PNB dit par exemple beaucoup de bien du Front de libération européen et est même devenu membre d (...)

20La multitude de petits groupes ultra-nationalistes et souvent néofascistes qui existe à travers le monde constitue un sous-secteur important de la société civile d’après-guerre, qui a été récemment conceptualisé, sur un mode heuristique fertile, par Roger Griffin sous la forme de « groupuscules »45. Prenant ses distances par rapport aux approches qui considéraient que le spectre de petits groupes extrémistes méritait à peine d’être étudié46, Griffin estime qu’il existe une catégorie de groupements nationalistes mineurs qui devraient, malgré leur faible envergure quantitative, être pris au sérieux en tant qu’objet d’étude. Il y inclut des organisations occidentales comme le Groupe Union Défense, la Résistance aryenne blanche, ou le Front de libération européen47. Certains de ces groupuscules ont quitté la sphère politique stricto sensu après un échec électoral, mais n’en continuent pas moins à prospérer dans leur repli. D’autres n’ont jamais été conçus pour devenir des partis à part entière et constituent, dès leur naissance, des organisations relativement congestionnées destinées au petit cercle de leurs partisans. Bien que certains de ces groupuscules se nomment eux-mêmes « partis », ils devraient être conceptualisés comme appartenant, au mieux, à une sous-branche appauvrie du terme générique de parti politique.

  • 48 Griffin R., « From Slime Mould to Rhizome… », op. cit., p. 3.

« Le terme de “groupuscule” est utilisé […] pour se référer à une organisation politique qui, selon les standards du parti politique national, dispose d’un effectif militant extrêmement provisoire, joue d’un profil public extrêmement faible ou non existant, mais qui propose cependant une doctrine complète sur le plan idéologique […]. Sa taille décroissante, sa marginalité et sa relative discrétion dépendent des spécificités qui conviennent aux objectifs de ses organisateurs48. »

  • 49 Diamond L., Developing Democracy : Towards Consolidation, op. cit., p. 224.
  • 50 Griffin R., « From Slime Mould to Rhizome… », op. cit., p. 8.

21Ainsi, le but n’est pas de considérer les groupuscules comme des tentatives avortées de construire un parti, mais plutôt de les analyser soit comme un secteur particulier de la société « incivile », soit comme les représentants d’un phénomène hybride fluctuant entre le monde politique et la société « incivile »49. La forme du groupuscule a été choisie par de nombreux militants d’extrême droite en Occident, qui ont dû s’adapter à un public de plus en plus dépolitisé et « dénationalisé » dans le contexte de l’après-Seconde Guerre mondiale. Les groupuscules se définissent ainsi eux-mêmes par leur « renoncement à créer une base massive de militants, à appeler à une force politique à destination du grand public, ou à entrer dans des jeux d’alliance ou de compromis avec d’autres acteurs politiques afin d’acquérir un maximum d’influence50 ».

  • 51 Mathyl M., « The National-Bolshevik Party and Arctogaia. Two Neo-fascist Groupuscules in the Post-S (...)

22Dans le cas du spectre nationaliste russe, cette catégorie de regroupements se révèle tout à fait pertinente, comme l’a illustré Markus Mathyl51. Elle semble même avoir récemment gagné en importance avec l’adoption d’une nouvelle loi sur les partis, qui stipule que ceux qui veulent se faire enregistrer par le ministère de la Justice doivent faire preuve d’une capacité organisationnelle considérable avec un nombre minimal de 10 000 militants et au moins 100 membres dans plus de la moitié des 89 sujets de la Fédération. Cet enregistrement officiel étant indispensable pour prendre part à la vie politique stricto sensu, en particulier aux élections, les exigences avancées ont poussé des dizaines d’organisations politiques, qui se considéraient explicitement comme en quête de pouvoir, vers la scène non électorale. Préférer une position de retrait à une stratégie électorale peut même constituer une option pragmatique pour nombre d’associations extrémistes si elles veulent continuer à avoir un certain impact et, surtout, survivre en tant qu’organisation en attendant de pouvoir réinvestir la « haute » politique.

  • 52 Griffin R., « Net Gains and GUD Reactions… », op. cit., p. 46.

23La conclusion de Griffin dans sa première publication sur ce problème concerne le contexte occidental, mais est tout aussi pertinente pour la Russie. Ainsi, la droite groupusculaire « est une force politique qui garantit que, si des conditions de crise socio-économique profonde devaient survenir de nouveau au cœur de l’Occident démocratique pour apporter au nationalisme révolutionnaire une possibilité réaliste de soutien massif, de nombreux pays disposeraient alors non seulement de cadres préparés pour conduire cette action, mais également d’une réserve riche en ressources idéologiques pour l’alimenter52 ».

Les centres intellectuels ultra-nationalistes en Russie

  • 53 Umland A., « Die rechtsextremistische APO im heutigen Russland : Ultranationalistische Denk-fabrike (...)

24Nous allons maintenant nous concentrer sur une sphère spécifique de la société « incivile », ses groupes de réflexion, appelés en russe « centres cérébraux » [mozgovye centry], leur propagande, leurs moyens d’édition et leurs activités intellectuelles en Russie53.

La diversité des manifestations de la société « incivile » en Russie

25Il existe dans la Russie contemporaine de nombreux phénomènes qui mériteraient d’être considérés dans le cadre des arguments avancés dans cet article. Même si cette société « incivile » doit son existence à la démocratie libérale née de la perestroïka et du régime eltsinien, elle ne promeut pas, voire rejette explicitement, ses fondements. Elle se distingue par l’infiltration des institutions de la société civile établie, en particulier des organisations de volontariat et d’autogestion (groupes écologiques, initiatives contre la drogue, soutien aux enfants, etc.). Elle compte également en son sein certaines mouvances du Patriarcat de Moscou dont des fraternités orthodoxes nouvelles ou réactivées ; les sections ultra-nationalistes du mouvement néopaïen ; une large partie du mouvement cosaque ; la scène hard rock et punk nationaliste ; un mouvement skinhead en croissance rapide ; la multitude de sites Internet faisant partie de ce qui est appelé « l’anneau patriotique » ; des mouvances artistiques et littéraires et, enfin, toute une série d’organisations se dénommant « partis » mais qui sont souvent à la jonction entre le parti politique classique et le groupuscule, jouant ainsi un double rôle dans la sphère publique.

26Ces phénomènes significatifs seront ici laissés de côté, tant par manque de place que parce qu’ils ont déjà fait l’objet, au moins partiellement, de recherches minutieuses de la part des chercheurs russes. Tel n’est pas le cas des centres intellectuels, peu connus, de leurs institutions, de leurs réseaux de travail et de leurs efforts de propagande. Le résumé concis qui suit sur certaines activités a donc pour but de compléter les analyses et interprétations précédentes consacrées aux publications de ces centres intellectuels et d’inviter à porter une attention accrue sur la question du caractère massif, performant et influent de ces centres.

Le centre ETT de Sergueï Kourguinian

  • 54 Brudny Y., Reinventing Russia : Russian Nationalism and the Soviet State, 1953-1991, Cambridge, Har (...)
  • 55 Horvath R., « The Specter of Russophobia », The Soviet and Post-Soviet Review 25, n° 2, 1998, pp. 1 (...)

27Dans la Russie soviétique de l’après-Staline, de nombreux réseaux d’intellectuels nationalistes ont existé en milieu dissident, et tout particulièrement autour de journaux littéraires semi-officiels54. Certains articles et livres publiés dans ce cadre ont eu une grande influence sur les programmes politiques des partis qui ont émergé en Russie au début des années 199055. Cependant, beaucoup d’écrits de ces publicistes et romanciers ont été soudainement périmés lorsque le système politique russe a connu une transition plus profonde. Bien que la plupart des journaux de l’époque soviétique continuent aujourd’hui de paraître, de nouvelles initiatives, qui émanaient jusque-là d’intellectuels inconnus, ont gagné en importance depuis 1990.

  • 56 Antonenko O., New Russian Analytical Centers and Their Role in Political Decisionmaking, Cambridge, (...)
  • 57 Pour un recensement utile des différentes évaluations de l’impact de ces institutions, voir Podbere (...)
  • 58 Ivanov L., Rußland nach Gorbatschow. Wurzeln-Hintergründe-Trends der sich formierenden Gruppierunge (...)
  • 59 Dans cette étude, nous nous appuyons essentiellement sur des sources secondaires et sommes en mesur (...)

28Parmi ces institutions, on mentionnera tout particulièrement le Centre de recherche internationale et stratégique d’Alexandre Podberezkin, la compagnie d’édition RAU-Corporation de l’université russo-américaine56 et la fondation « Héritage spirituel » du même Podberezkin, peut-être la plus importante parmi les institutions mentionnées dans cette liste57. Participent également à cette vie éditoriale intense l’« Association pour les études complexes de la nation russe » d’Evgueni Troïtski ; l’Institut international de géopolitique de Sergueï Chatokhin et d’Evgueni Morozov ; le Centre historique-politologique de Moscou rattaché à l’Union pannationale russe58; le mouvement de Konstantin Petrov « Vers la toute-puissance de Dieu » [K bogoderžaviû] ; le Centre analytique orthodoxe monarchique d’Igor Demin, Alfa & Omega ; le Centre d’analyse et de prospective pour le futur d’Oleg Bakhtiarov. Tous ces centres n’ont été que très peu étudiés pour l’instant59, une omission regrettable au regard de l’influent mouvement « Héritage spirituel » de Podberezkin et de la productive maison d’édition RAU-Corporation.

  • 60 GleisnerJ., « Russia’s Post-Industrial Patriots », Russia and the World, n° 17, 1990, pp. 19-24 ; Y(...)
  • 61 Brudny Y., Reinventing Russia, op. cit., p. 252.
  • 62 Nezavisimaâ gazeta, cité in Kurginân S., Sed’moj scenarij. Do puča, Moscou, ETT, 1992, vol. 1, p. 6
  • 63 Cité in Yanov A., Weimar Russia – And What We Can Do About It, New York, Slovo-Word, n. d., p. 274.
  • 64 Cité in Kurginân S., Sed’moj scenarij, op. cit., p. 6.
  • 65 Dunlop J. B., « Sergei Kurginyan », op. cit., p. 165.

29L’un des premiers centres intellectuels à avoir attiré l’attention des chercheurs occidentaux est le « Centre expérimental-créatif » (ETT), créé en février 1989 par le Conseil des ministres de l’URSS. L’ETT est dirigé par Sergueï Kourguinian (1949)60, mathématicien de formation et ancien chercheur à l’Institut géologique de Moscou, conseiller pendant quelque temps du directeur de l’organisation du PCUS, Iouri Prokofiev, et candidat du Bloc patriotique en 1990. En 1989-1991, le Centre expérimental-créatif apparaissait comme « la tentative la plus sérieuse de convertir l’idéologie officielle en un credo nationaliste61 ». Les journalistes russes ont également décrit l’institution comme « le centre conceptuel du groupe parlementaire Soiouz62 » et présenté Kourguinian en tant que « mystérieux conseiller des chefs du Kremlin63 », « dernier espoir mystique des néobolcheviks, sauveur du PCUS, [et] théoricien du communisme en tant que nouvelle religion64 ». Comme l’a observé John Dunlop, « les “démocrates russes” n’ont pas ménagé leurs critiques à l’égard de Kourguinian, ont vu en lui un chaman politique, un charlatan et un nouveau Raspoutine. Cependant, malgré ce mépris souvent exprimé à son encontre, les “démocrates” seraient bien en peine de ne pas reconnaître son extraordinaire influence sur la politique russe et soviétique entre 1989 et 1991. Il fut conseiller, entre autres, du président soviétique M. Gorbatchev, des deux Premiers ministres Nikolaï Ryjkov et Valentin Pavlov, du leader du Parti communiste russe Ivan Polozkov et du président du KGB Vladimir Krioutchkov65 ».

  • 66 Ibid., p. 166.
  • 67 Yanov A., Weimar Russia, op. cit., p. 274.
  • 68 Kurginân S., Sed’moj scenarij, op. cit., p. 116.

30Des décrets signés en octobre 1990 et février 1991 par les gouvernements de Ryjkov et de Pavlov ont même offert au Centre expérimental-créatif un statut international, de larges prérogatives en Russie et ont été jusqu’à exiger des ministères de la Défense et de l’Intérieur, ainsi que du KGB, qu’ils délèguent au Centre certains de leurs hauts officiers66. Ainsi, ce groupe de réflexion disposait en 1991, selon des sources bien informées, d’un budget annuel de 70 millions de roubles et comptait environ 2 000 employés comprenant « essentiellement des programmateurs, des physiciens, des biologistes et des constructeurs67 », en plus d’une centaine d’analystes politiques68.

  • 69 Cité in Dunlop J. B., « Sergei Kurginyan », op. cit., p. 166.
  • 70 Kurginân S. E. et al., Postperestrojka. Konceptual’naâ model’ razvitiâ našego obščestva, političesk (...)

31Le Centre connaît son apogée en matière d’influence à la fin de l’été et à l’automne 1990, lors de la discussion au sein de la direction soviétique sur le plan du passage à l’économie de marché en 500 jours proposé par Grigori Iavlinski et Stanislav Chatalin. Selon John Dunlop, en août-septembre 1990, le centre de Kourguinian a conseillé au Premier ministre Ryjkov de refuser l’adoption et la mise en place de ce programme. Les auteurs de ce projet ont été décrits par Kourguinian, lors d’une session houleuse du Conseil des ministres de l’URSS, comme agissant objectivement en tant qu’« agents de l’impérialisme69 ». À la fin de l’année 1990, l’ETT a présenté ses propres prospectives concernant le devenir d’une Union soviétique post-communiste, et ce n’est pas un hasard si le texte le plus célèbre de Kourguinian s’appelle en effet Post-perestroïka70.

  • 71 Černyšev S. B., « Ot “penovedeniâ” k institutu buduščego : Sergej Ervandovčič Kurginân » in Černyše (...)
  • 72 Kurginân S. E., Rossiâ : Vlast’ i oppoziciâ, Moscou, ETT, 1993.
  • 73 Ivanov, Rußland nach Gorbatschow, op. cit., pp. 349-350.

32Le Centre expérimental-créatif a par la suite développé des modèles de prospective géopolitique, des programmes de réformes et des plans de lutte contre la montée de la criminalité. En juillet 1991, il a publié un projet pour une nouvelle plate-forme du PCUS et participé à l’élaboration de la partie économique du programme du Parti national républicain de Nikolaï Lyssenko. Par la suite, Kourguinian a créé des antennes spéciales ayant pour mission de diffuser les idées de l’ETT, par exemple, en 1992, le club interrégional « Post-perestroïka » et, en 1994, le club « Soderjatelnoe edinstvo » qui comptait, parmi plus d’une centaine de membres, des personnalités importantes comme Valeri Zorkin, Oleg Chenin, Vladimir Krioutchkov, Nikolaï Ryjkov et Aleksandr Sokolov71. Depuis 1993, l’ETT publie, entre autres72, le journal intellectuel Rossia xxi, qui propose des articles d’auteurs nationalistes dont la célèbre publiciste Ksenia Mialo73.

  • 74 Dunlop J. B., « Sergei Kurginyan », op. cit., pp. 167-169 ; Brudny Y., Reinventing Russia, op. cit.(...)
  • 75 Cité in Yanov A., Weimar Russia, op. cit., p. 274.
  • 76 Voir Gregor A. J., « Fascism and the New Russian Nationalism », Communist and Post-Communist Studie (...)
  • 77 On ajoutera toutefois qu’il existe un certain nombre de similarités fondamentales dans la perceptio (...)
  • 78 Yanov A., Weimar Russia, op. cit., pp. 273, 296.

33L’idée fondamentale du groupe de Kourguinian est la division du monde en deux catégories de civilisation, individualiste et collectiviste, la Russie appartenant bien évidemment au second modèle. Selon lui, le Parti communiste devrait donc s’allier avec l’Église orthodoxe, recentraliser l’État, suivre la voie japonaise ou chinoise, créer une « religion de la science » et rejeter l’importation des institutions occidentales qui conduira la Russie à être inféodée aux économies de l’Ouest74. Kourguinian souhaitait, comme il l’avait annoncé en 1991, contribuer à ce processus en « constituant une élite nationale alternative75 ». Il est alors intéressant de relever certaines des approches originales de Kourguinian, en particulier ses avertissements concernant une possible fascisation de la Russie76, sa critique radicale d’Alexandre Dougin77 et son attitude négative à l’égard de l’Allemagne, un pays pourtant souvent perçu comme un partenaire privilégié par les nationalistes russes, modérés ou extrémistes78. Le Centre de Kourguinian a constitué le groupe de réflexion nationaliste le plus significatif au moment de la dislocation de l’URSS. Aujourd’hui, bien que Kourguinian continue à apparaître occasionnellement dans les médias, l’ETT semble avoir perdu une large part de son aura et de son impact sur les élites russes.

Le rôle d’Alexandre Prokhanov

  • 79 Shenfield S., « Making Sense of Prokhanov », Détente, n° 5, 1987, pp. 28-29, 51 ; Dunlop J. B., « A (...)
  • 80 Cité in Dunlop J. B., « Aleksandr Prokhanov », op. cit., p. 169.
  • 81 Ibid, p. 171.

34Une autre institution, dont l’influence fut plus constante tout au long des années 1990, est le centre analytique de l’hebdomadaire le plus important du marché éditorial nationaliste russe, Den, fondé en novembre 1990, renommé par la suite Zavtra et qui se présente comme « l’organe de l’opposition spirituelle ». Depuis sa fondation, il est dirigé par Alexandre Prokhanov (1938), célèbre journaliste et romancier, un temps ingénieur en aérospatiale, correspondant pour l’Asie et l’Afrique de Literatournaïa gazeta et secrétaire de l’Union des écrivains de la RSFSR. Parmi les publicistes nationalistes abordés ici, Prokhanov est peut-être l’idéologue qui, à l’heure actuelle, a suscité le plus l’attention occidentale79. Pour son ancienne glorification de l’aventure soviétique en Afghanistan et son militarisme non dissimulé, Prokhanov avait été appelé le « rossignol de l’état-major80 », et Igor Kliamkin notait déjà, en 1988, l’influence politique croissante de l’écrivain81. Les théories de Prokhanov ont été synthétisées dans un essai programmatique, Idéologie de la survie, publié en 1990 et qui montre bien l’ambiguïté du regard nationaliste envers le passé soviétique. D’un côté, le bolchevisme originel est rejeté et parfois paradoxalement associé aux démocrates post-soviétiques, d’un autre côté, les réalisations de Staline, vu comme un héros national russe, sont hautement appréciées.

  • 82 Ivanov,Rußland nach Gorbatschow, op. cit., pp. 350-351.
  • 83 Verhovskij A., Papp A. et Pribylovskij V., Političeskijèkstremizm v Rossii, Moscou, Panorama, 1996, (...)
  • 84 Bondarenko V., « Prohanovskij proryv : O romane “Gospodin Geksogen” », Sovetskaâ Rossiâ, 27 avril 2 (...)
  • 85 Proskurin O., « Naciona’nyj bestseller-2001, ili apofeoz Prohanova », Russkij žurnal, 4 juin 2002, (...)
  • 86 Yasmann V., « Book on 1999 Apartment-block Bombings Wins National Award », RFE/RL Newsline 6, n° 10 (...)

35Avec la décomposition progressive de l’Union soviétique en 1990-1991, Prokhanov s’est recentré sur ses activités d’éditeur et de journaliste et a joué un rôle fondamental dans la constitution d’un cercle d’analystes nationalistes publiant régulièrement dans Den. L’un des objectifs de ce cercle était d’introduire de nouvelles tendances de la pensée droitière russe et occidentale, d’analyser les structures du pouvoir actuel et de les interpréter dans une perspective « patriotique »82. L’un des buts de Prokhanov était également d’utiliser la plate-forme que constituait Den/Zavtra pour unifier les différentes tendances du nationalisme russe et encourager leur coordination, voire leur unification. L’hebdomadaire incluait donc dans son comité de rédaction la plupart des grandes figures de l’opposition des années 1990, parmi lesquelles Dougin et Ziouganov, mais à l’exception notable de Jirinovski, Barkachov et Limonov. Prokhanov a été à l’origine de différentes alliances et innovations idéologiques – dont la diffusion de l’eurasisme – dans l’extrême droite russe83. Ayant consacré une grande part de son énergie au travail éditorial, il a acquis une célébrité certaine en tant qu’écrivain nationaliste. Il a même publié, dans la très respectable maison d’édition moscovite Ad Marginem, Monsieur Hexogen, une fiction politique relatant les attentats dans les immeubles d’habitation de Moscou en 199984. En mai 2002, ce livre lui a valu le prestigieux « prix national du best-seller 2001 »85 et une récompense de 10 000 dollars dont il a immédiatement fait don pour la défense d’Edouard Limonov, en attente de jugement pour détention illégale d’armes et tentative de renverser l’ordre constitutionnel86.

Le phénomène Alexandre Dougin87

  • 87 Umland A., « Formirovanie fašistskogo “neoevrazijskogo” intellektual’nogo dviženiâ v Rossii : Put’A (...)
  • 88 Parmi les premières et meilleures analyses, en anglais, du phénomène Dougin, on consultera Allenswo (...)
  • 89 Yanov A. Weimar Russia, op. cit., p. 279.
  • 90 Cela n’est bien évidemment pas un problème spécifique des études sur la Russie contemporaine. Comme (...)
  • 91 Clover C., « Dreams of the Eurasian Heartland », Foreign Affairs 78, n° 2, 1999, pp. 9-13 ; Shlapen (...)

36Dans la première moitié des années 1990, l’un des contributeurs les plus prolifiques du centre d’analyse de Den/Zavtra, théoricien érudit et publiciste assidu, reste Alexandre Dougin (1962)88. Selon les termes d’Alexandre Yanov, au milieu de l’année 1992, « ayant pratiquement monopolisé le périodique central de l’opposition, Den, Dougin était à mi-chemin d’écarter Kourguinian du leadership de l’opposition intellectuelle89 ». En dépit des succès publicistes remarquables de Dougin dès le début de la décennie, ses idées, son entourage et ses activités ont été, jusqu’à une date récente, perçus comme relevant du domaine des extrêmes politiques et des mouvances occultistes et mystiques90. Cependant, après la fondation, en 2001, de son mouvement Evrazia, l’analyse de la diffusion et de la réception de ses idées est devenue pertinente afin de mieux cerner les principales tendances politiques et culturelles de la Russie contemporaine91.

Des marges aux courants principaux de la politique russe

37Pour beaucoup d’observateurs, les activités de Dougin ressemblent, au début des années 1990, à celles de Kouguinian ou de Prokhanov : il élabore son propre centre de recherche et de publication, essaie de diffuser ses idées au sein des organisations politiques nationalistes et dans les sphères susceptibles de le soutenir comme le domaine militaire, les services secrets et certains cercles académiques. Les deux principales institutions fondées par Dougin en 1990-1991 sont l’association historico-religieuse Arktogeïa, ainsi que la maison d’édition du même nom, et le Centre pour les études méta-stratégiques. De nombreuses institutions comme celles-ci ont surgi en Russie au début des années 1990, mais ont rapidement disparu, tandis que celles de Dougin existent depuis maintenant plus d’une décennie.

  • 92 Voir http://elem2000.virtualave.net/. Sur ce journal, consulter von Kreitor N. K. (devenu par la su (...)
  • 93 Yanov A., Weimar Russia, op. cit., p. 275.
  • 94 Mathyl M., « Die Konstruktion eines Feindes : Antisemitismus und Antiamerikanismus in Aleksandr Dug (...)
  • 95 Consulter www.geopolitika.ru/, www.resist.gothic.ru/, http://A.webring.com/hub?ring= traditio&page (...)

38Dougin a également géré plusieurs revues, dont la plus connue reste Elementy : Evrazijskoe obozrenie92 (les autres proposent des thématiques plus marginales), et qui sont bien plus largement lues dans les cercles nationalistes que les travaux d’autres essayistes tels que Kourguinian93. Comme l’a expliqué Markus Mathyl, l’approche de Dougin est spécifique par sa volonté de tisser des liens étroits avec la sphère de la contre-culture jeune94. L’influence de Dougin s’est également amplifiée par la création d’un réseau très élaboré de sites Internet qui offrent une version électronique de la plupart des publications du cercle95. Au milieu des années 1990, Dougin semble avoir suivi une stratégie duale : d’un côté, il s’affilie aux branches antisystémiques les plus radicales de la société « incivile » et essaie d’y innerver ses idées, tandis que, d’un autre côté, il joue la carte de l’entrisme dans l’establishment politique moscovite et gagne un lectorat débordant largement ses cercles originaux. Ainsi, en 1993-1995, alors que Dougin était le principal idéologue du Parti national-bolchevik, il apparaissait également à la radio ou la télévision nationale, publiait dans le journal libéral Nezavissimaïa gazeta et organisait des conférences de philosophie et de géopolitique à l’Académie de l’état-major des forces armées de la Fédération.

  • 96 Mathyl M., « The National-Bolshevik Party and Arctogaia : Two Neo-Fascist Groupuscules in the Post- (...)
  • 97 Le titre officiel de l’institut rattaché au Bureau de G. Seleznev et dirigé par Dougin est le « Cen (...)
  • 98 Dugin A., Osnovy geopolitiki : Geopolitičeskoe buduščee Rossii, Moscou, Arktogeâ, 1997.
  • 99 Sur ce livre, voir Dunlop J. B., « Alexander Dugin’s Foundations of Geopolitics », manuscrit non pu (...)
  • 100 Shenfield S., Russian Fascism, op. cit., p. 199 ; Ingram A., « Alexander Dugin : Geopolitics and Ne (...)
  • 101 Consulter http://universitet.virtualave.net/.

39Cette contradiction entre stratégies groupusculaire96 et gramscienne a en partie disparu en 1998 lorsque Dougin et ses partisans ont quitté le Parti national-bolchevik et se sont imposés en tant que groupe conseiller du porte-parole de la Douma, le communiste Guennadi Seleznev, puis ont constitué une division analytique de son Bureau97. Une année auparavant, en 1997, Dougin avait publié la première version de son ouvrage le plus influent, Les Fondements de la géopolitique, considéré comme une étude majeure sur la question et utilisé comme un manuel par de nombreuses institutions d’enseignement supérieur98. En 2000, l’ouvrage a été réédité pour la quatrième fois99 et est devenu un pamphlet politique majeur jouissant d’un large lectorat dans les cercles académiques et politiques100. Après ce succès, la présence de Dougin dans les principaux médias russes a considérablement augmenté et il a même tenté de créer sa propre structure d’enseignement, l’Université nouvelle101.

L’entrée de Dougin dans l’establishment politique

  • 102 Consulter http://eurasia.com.ru. Latyševa M., « Putin i bezdna », Versiâ, n° 19, 29 mai - 4 juin 20 (...)
  • 103 Je remercie Robert C. Otto de m’avoir donné cette information. Voir par exemple Kolesnikov A., « Po (...)
  • 104 Levkin A. « Čto takoe Evraziâ, každyj (poka ?) ponimaet po svoemu », www.smi.ru/2001/04/24/98813106 (...)
  • 105 Ševčenko M., « Podderživaetli Patriarhiâ radikal’nyh sionistov ? », Nezavisimaâ gazeta. Religii, n° (...)

40Dougin a intensifié son entrisme dans le champ politique en créant, le 21 avril 2001, le mouvement Evrazia102. Ses premières affiliations à l’Académie de l’état-major ou au Bureau du porte-parole de la Douma ne peuvent donc plus être perçues comme des phénomènes temporaires, voire accidentels. Le plus significatif pour Evrazia a été non seulement le soutien évident accordé à sa fondation par l’administration présidentielle (qui résulte très probablement d’un projet proposé par le « technologue politique » du Kremlin, Gleb Pavlovski103), mais également les cinquante organisations régionales revendiquées lors du premier congrès104. La présence de grandes figures religieuses comme Talgat Tadjuddin, mufti principal de la Direction spirituelle centrale des musulmans de Russie, ou de hauts représentants de l’Église orthodoxe, d’associations juives et bouddhistes105, a fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux tissés par Dougin, même si les raisons de leur adhésion au mouvement Evrazia sont sûrement des plus diverses.

  • 106 http://eurasia.com.ru/syezd.htm.
  • 107 Sur les idées de Panarin, voir Oittinen V., « Eurasismus – eine Integrations-ideologie für Rußland  (...)
  • 108 Bazhanov V. A., « A Note on A.S. Panarin’s Revansh istorii », Europe-Asia Studies 51, n° 4, 1999, p (...)
  • 109 Obščaâ gazeta, cité in Kosichkina M., « Putin’s New Style : Moderation and Precision, Against the B (...)
  • 110 Une photographie commune de Dougin et de Leontev est publiée dans « Analitiki o evrazijstve », Evra (...)
  • 111 http://eurasia.com.ru/syezd.htm.
  • 112 Panarin A., « Pravoslavnaâ civilizaciâ v global’nom mire », Evrazijskoe obozrenie, n° 4, 11 décembr (...)
  • 113 Panarin A. S., Politologiâ : učebnoe posobie, Moscou, Gardariki, 2002, p. 372. Il n’est pas surpren (...)

41Pour certains observateurs, l’un des moments forts du congrès fondateur d’Evrazia fut la présence d’un des principaux théoriciens politiques russes, Alexandre Panarin (1940-2003), et celle du célèbre journaliste de la première chaîne d’État ORT, Mikhaïl Leontiev (1958)106. Panarin présidait la chaire de science politique du département de philosophie à l’université d’État de Moscou107, l’un des postes les plus en vue de la communauté scientifique du pays. Il était en outre un essayiste prolifique, s’était vu attribuer peu avant sa mort le prestigieux prix Soljenitsyne pour son livre consacré à la « spécificité » de la Russie face au monde occidental et était présenté comme « l’un des chercheurs russes les plus profonds et originaux en philosophie politique108 ». Leontiev, quant à lui, est le fondateur, le rédacteur en chef et le principal présentateur d’« Odnako », l’émission quotidienne de critique politique diffusée en prime time après le journal du soir. Celui qui est appelé « le journaliste préféré du président [i.e. Poutine]109 » n’était pas seulement présent au congrès fondateur d’Evrazia110, mais est même devenu membre du conseil central du mouvement111. Panarin, de son côté, n’a pas tout de suite adhéré au mouvement Evrazia, mais a publié des articles dans les publications gérées par Dougin112 et évoqué favorablement les Fondements de la géopolitique dans plusieurs de ses ouvrages113. Il ne devient membre du conseil central du parti Evrazia qu’en 2002.

  • 114 http://evrazia.org/modules.php ?name=News&file=article&sid=1508.
  • 115 http://eurasia.com.ru/stenogramma.html.
  • 116 http://eurasia.com.ru/polit.htm. Sur E. Bagramov, ancien membre du Comité central du PCUS et éditeu (...)

42Selon Dougin, Panarin avait même accepté de rédiger un avant-propos à l’un de ses derniers livres, Philosophie politique, mais sa maladie puis son décès ont mis un terme à cette collaboration114. S’affilier à une organisation comme Evrazia n’était une nécessité pour aucune de ces deux figures bien établies de la société russe, que ce soit en termes de carrière académique ou d’un point de vue journalistique. Il semble donc qu’elles aient été véritablement attirées par certaines des idées de Dougin ainsi que par sa capacité à s’introduire dans les milieux politiques. Épaulé par de telles personnalités et commentateurs prolifiques, Dougin a probablement franchi une étape considérable en direction du pouvoir et est resté bien conscient de la portée symbolique de l’adhésion de Panarin à son mouvement. Ainsi, lors du congrès fondateur de 2001, il a exprimé sa joie de voir Panarin dans l’auditoire115 et, dans un discours ultérieur faisant le bilan du congrès, il souligna de nouveau la présence de Panarin (ainsi que celle d’un autre publiciste néo-eurasiste, Edouard Bagramov) comme une agréable surprise116. Il est en effet surprenant qu’un chercheur tel que Panarin ait reconnu le leadership intellectuel de Dougin, qui venait tout juste de soutenir une thèse à l’université de Rostov-sur-le-Don.

  • 117 Yasman V., « Aleksandr Dugin – Eurasia Party Founder and Chief Ideologue of the Russian Geopolitica (...)
  • 118 L’une des rares exceptions était Dmitri Riourikov, conseiller en politique étrangère de Boris Eltsi (...)
  • 119 http://www.evrazia.org/ modules.php ?name=News&file=article&sid=1636. Voir Umland A. et Gregor A. J (...)

43Depuis la fondation d’Evrazia en 2001, le « phénomène Dougin » est devenu plus difficile à cerner. Ses apparitions dans la presse, en particulier dans la très respectée Literatournaïa gazeta, à la télévision, à la radio, sur Internet, ainsi que ses conférences dans les milieux académiques se sont multipliées117. Son essai infructueux pour transformer l’organisation Evrazia en un parti politique ne doit pas être analysé comme un échec de long terme, mais comme un événement conjoncturel : la croissance de son influence indirecte est bien plus significative que sa tentative ratée de participer aux élections législatives de décembre 2003. Si le projet de voir Evrazia devenir un parti politique semble avoir conduit à l’impasse, l’évolution récente de son organisation, devenue « Mouvement eurasiste international » en novembre 2003, pourrait constituer une nouvelle avancée pour lui. En effet, alors que l’association originelle de 2001 comptait d’importantes personnalités, mais venues uniquement du secteur de la société civile118, le corps dirigeant du nouveau Mouvement eurasiste inclut également des représentants du gouvernement et du Parlement119.

  • 120 Diamond L., Developing Democracy : Towards Consolidation, op. cit., p. 222.
  • 121 Demirovic A., « Kulturelle Hegemonie von rechts : Antonio Gramsci – gesehen von der “nouvelle droit (...)

44S’il est trop tôt pour parler d’une « contamination » de la société civile russe, comparable à celle du secteur associatif allemand sous Weimar, l’exemple de l’ascension de Dougin pourrait confirmer que les références au libéralisme politique et au rationalisme philosophique reculent dans certains cercles intellectuels russes. Bien que Dougin ne soit en aucun cas une figure connue parmi les Russes ordinaires, il est devenu un acteur majeur de « ce que Thomas Metzger appelle “le marché idéologique”, le flux de l’information et des idées, y compris celles qui évaluent et font la critique de l’État. Cela inclut non seulement les médias indépendants, mais un champ d’activité culturelle et intellectuelle autonome plus large : les universités, groupes de réflexion, maisons d’édition et réseaux artistiques120 ». Inspirée de la célèbre théorie de Gramsci, la nouvelle droite occidentale, principalement française et allemande, a tenté depuis plusieurs décennies d’éroder, avec un succès limité, l’hégémonie du libéralisme dans la pensée politique occidentale121. En revanche, Dougin ainsi que d’autres essayistes russes pourraient peut-être, demain, avoir la capacité de réorienter une partie importante de l’élite, qu’elle soit culturelle ou politique, de la Russie post-soviétique vers une nouvelle utopie antioccidentale.

***

  • 122 Umland A., « Zhirinovskii as a Fascist : Palingenetic Ultra-Nationalism in the Ideology of the Libe (...)

45Comparé aux craintes suscitées au début des années 1990, le faible succès des partis politiques d’extrême droite ne peut être analysé comme la preuve du rejet, par une majorité de Russes, des idéologies d’extrême droite, ou comme l’incapacité fondamentale des leaders à transformer un soutien populaire potentiel en un pouvoir politique réel. On pourrait même arguer que des personnalités comme Jirinovski et Barkachov ont joué un rôle positif dans la démocratisation de la Russie : en investissant rapidement les créneaux « fascistes » intra- et extra-parlementaires au début des années 1990, ils ont involontairement prévenu l’arrivée d’un leader qui aurait su unifier les différentes factions du spectre nationaliste122.

  • 123 Interfax, 12 février 2002 et 12 mars 2002.
  • 124 Zimmerman W., The Russian People and Foreign Policy : Russian Elite and Mass Perspectives, 1993-200 (...)

46On peut toutefois observer actuellement en Russie un phénomène relativement similaire à l’évolution de l’Allemagne de la fin du xixe et du début du xxe siècle. Les sondages d’opinion montrent par exemple que la population russe, auparavant largement pro-occidentale, est passée au cours des années 1990 à une position majoritairement antioccidentale, et en particulier anti-américaine123. Nombre d’électeurs russes qualifiés il y a quelques années de libéraux sont devenus critiques envers le système occidental à la fin de la décennie, parallèlement à l’expansion de l’OTAN en Europe centrale et aux bombardements en Yougoslavie. En outre, l’élite russe semble encore plus anti-américaine que la population en général124. Malgré ces tendances, les partis les plus radicaux ont soit perdu de leur attrait électoral (PCFR, LDPR), soit se sont en grande partie effondrés (UNR, PNB) et/ou semblent incapables de toucher un électorat plus important.

  • 125 Griffin R. D., « Interregnum or Endgame ? : Radical Right Thought in the “Post-fascist” Era », Jour (...)
  • 126 Breuer S., Anatomie der Konservativen Revolution, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 19 (...)
  • 127 Griffin R., « Plus ça change ! The Fascist Mindset behind the Nouvelle Droite’s Struggle for Cultur (...)
  • 128 Holmes D. R., Integral Europe : Fast-Capitalism, Multiculturalism, Neo-fascism, Princeton, Princeto (...)

47L’aperçu de l’impressionnante ascension d’Alexandre Dougin, autrefois considéré comme un excentrique et aujourd’hui appréhendé comme le conseiller d’hommes politiques haut placés, ainsi que d’autres évolutions comme la croissance rapide du mouvement skinhead donnent matière à réflexion. Ces phénomènes montrent que le radicalisme nationaliste pourrait connaître, après un certain pic au milieu des années 1990, non pas sa fin, mais plutôt un interrègne, une phase de redéfinition et de reformulation de ses idées, de sa position publique, de son image et de sa stratégie125. L’entrée soudaine du bloc Rodina au Parlement et la remontée impressionnante du LDPR en décembre 2003 sont autant d’indicateurs révélant que le potentiel électoral des mouvances nationalistes résiste bien, voire s’installe durablement. Dans le passé, lorsque les partis nationalistes d’avant- et d’après-guerre se sont développés, ils sont tous passés, en quelques années seulement, d’une ombre parfois totale à une popularité considérable. La révolution conservatrice allemande des années 1920126 et la nouvelle droite française, après 1968127, constituent les exemples les plus révélateurs d’une préparation intellectuelle discrètement élaborée dont a résulté la croissance rapide d’un parti nationaliste (i.e. le NSDAP ou le Front national)128.

48De telles observations ont différentes implications pour la recherche sur l’extrémisme de droite dans la Russie contemporaine. Bien que la politique des partis nationalistes ait peu de chances de rester aussi relativement insignifiante qu’aujourd’hui, les partis mentionnés ne parviendront probablement pas à résoudre leurs handicaps à court terme. Il reste donc difficile de prévoir l’émergence d’un possible leader et de cerner quel parti serait apte à tirer profit d’un électorat antioccidental déjà substantiel, mais probablement encore appelé à se développer. Dans un tel contexte, une plus grande attention accordée à la société « incivile » présente en Russie semble doublement judicieuse : en termes de pertinence croissante de l’objet d’étude, mais également sur un plan pragmatique puisque la société « incivile », plus que le système très instable des partis politiques russes, pourrait bien se révéler être le principal porteur de la contestation antidémocratique.

  • 129 Verhovskij A., Papp A. et Pribylovskij V., Političeskij èkstremizm v Rossii, Moscou, Institut èkspe (...)
  • 130 Williams C. et Hanson S. E., « National-Socialism, Left Patriotism, or Superimperialism ? : The Rad (...)

49Les divers partis mentionnés ici ont déjà été analysés par des chercheurs russes et occidentaux129 et leurs spécificités ont été présentées comme révélatrices de l’évolution de l’ensemble ou de l’essentiel du champ du radicalisme droitier russe130. Au regard du contexte évoqué, il semble nécessaire d’évaluer à nouveau le rôle des milieux associatifs. Tant que la conscience publique russe restera dominée par des stéréotypes anti-occidentaux et pénétrée d’idées racistes et nationalistes plus ou moins conscientes, ces attitudes trouveront leur expression dans le cadre d’associations ou d’institutions diverses, plus présentes sur la scène sociale que sur le plan strictement politique. Dans cette perspective, la croissance de la société « incivile » pourrait constituer l’un des thèmes les plus prometteurs pour tous ceux travaillant à la fois sur l’ultra-nationalisme et sur le monde associatif.

Notes

2 C’est le concept (sans doute indémontrable) utilisé dans l’article novateur de Hanson S. E. et Kopstein J. S., « The Weimar/Russia Comparison », Post-Soviet Affairs, 13, n° 3, 1997, pp. 252-283.

3 Pour la première période, voir White A., Democratization in Russia Under Gorbachev, 1985-1991 : The Birth of a Voluntary Sector, New York, St. Martin’s Press, 1999. Fein affirmait à la fin de l’année 2001 : « Aujourd’hui, le nombre d’organisations publiques enregistrées par le ministère de la Justice est de 300 000 environ, parmi lesquelles, selon les estimations des experts, 75 000 sont actives. » Fein E., « Zivilgesellschaftlicher Paradigmenwechsel oder PR-Aktion ? Zum ersten allrussischen “Bürgerforum” im Kreml », Osteuropa 52, n° 2, 2002, pp. 158-179, ici p. 160.

4 Ma taxinomie est basée sur le concept de démocratie proposé par Robert A. Dahl, non seulement en tant que notion idéal-typique, mais comme projet utopique ultime. Dahl applique le terme de « polyarchie » aux régimes qui, même s’ils représentent inévitablement une application incomplète de l’idéal démocratique, sont fondamentalement inspirés de lui. La démocratisation est, dans ce schème terminologique, vue comme un processus continu et potentiellement infini. Cf. Dahl R. A., Polyarchy : Participation and Opposition, New Haven, Yale University Press, 1971.

5 Diamond L., Developing Democracy : Towards Consolidation, Baltimore, London, Johns Hopkins University Press, 1999, p. 221.

6 Putnam R. D., Leonardi R. et Nanetti r. Y., Making Democracy Work : Civic Traditions in Modern Italy, Princeton, Princeton University Press, 1993.

7 La construction de la « société incivile » (concept probablement perfectible) a été introduite par l’étude des tendances nationalistes russes. Voir par exemple Kopstein J. S. et Hanson S. E., « Paths to Uncivil Societies and Anti-Liberal States : A Reply to Shenfield », Post-Soviet Affairs 14, n° 4, 1998, pp. 369-375. Il existe aussi une lettre appelée (Un) Civil Societies disponible sur Radio Free Europe/Radio Liberty (http://www.rferl.org/ucs/). La connotation du terme « incivil » est ici, de toute évidence, différente de la signification que lui donnait par exemple Rose R., « Uses of Social Capital in Russia : Modern, Pre-modern, and Anti-modern », Post-Soviet Affairs 16, n° 1, 2000, pp. 33-57, ici p. 37.

8 La plupart des sources secondaires pertinentes publiées sur le sujet jusqu’en 1996 ont été recensées dans Umland A., « Pravyj èkstremizm v postsovetskoj Rossii », Obščestvennye nauki i sovremennost’, n° 4, 2001, pp. 71-84 ; pour une version abrégée en anglais, voir « The Post-Soviet Russian Extreme Right », Problems of Post-Communism 44, n° 4, 1997, pp. 53-61.

9 En classant ces quatre partis à l’extrême droite, nous n’excluons cependant pas les considérables différences qui les distinguent, tant du point de vue organisationnel que programmatique. Le concept d’extrême droite tel que nous l’utilisons ici inclut des idéologies aussi divergentes que le fondamentalisme, l’ultra-conservatisme et le fascisme. De plus, le PCFR est une organisation politique non seulement plus grande, mais moins homogène que les trois autres (qui comptent toutefois différentes factions). Malgré tout, ce terme d’« extrême droite » semble être l’un des concepts génériques les moins inappropriés pour saisir les idées politiques de Ziouganov, même s’il est trop fort ou faux pour certaines tendances mineures à l’intérieur du Parti. Sur les différentes tendances idéologiques au sein du PCFR, voir Urban J. B. et Solovei V., Russia’s Communists at the Crossroads, Boulder, Westview Press, 1997.

10 Fish M. S., Democracy from Scratch : Opposition and Regime in the New Russian Revolution, Princeton, Princeton University Press, 1995, et, des mêmes auteurs, « The Advent of Multipartism in Russia, 1993-1995 », Post-Soviet Affairs 11, n° 4, 1995, pp. 340-383.

11 Orttung R. W., « The Russian Right and the Dilemmas of Party Organisation », Soviet Studies 44, n° 3, 1992, pp. 445-478.

12 Umland A., « Wladimir Shirinowskij in der russischen Politik : Einige Hintergründe des Aufstiegs der Liberal-Demokratischen Partei Rußlands », Osteuropa 44, n° 12, 1994, pp. 1117-1131.

13 Le terme de « libéral-démocratique » complique évidemment la visibilité du parti et doit être replacé dans le contexte de naissance du LDPR en 1990. Voir Umland A., « Ein Gespräch mit Wladimir Shirinowskij », Die Neue Gesellschaft : Frankfurter Hefte 41, n° 2, 1994, pp. 114-117. Consulter également Wishnevsky J., « Multiparty System, Soviet Style », Report on the USSR, 23 novembre 1990, pp. 3-6 ; Dunlop J. B., « The Leadership of the Centrist Bloc », Report on the USSR, 8 février 1991, pp. 4-6 ; Luchterhandt G., « Der “zentristische” Block », Aktuelle Analysen des BIOST, n° 46, 1991, et tout particulièrement Dunlop J. B., « The Party and the KGB Dabble in Democracy », in Dunlop J. B., The Rise of Russia and the Fall of the Soviet Empire, 2e édition, Princeton, Princeton University Press, 1995, pp. 108-111 Jirinovski a par la suite donné son interprétation du nom de son parti, affirmant qu’il souhaitait la « libération » de la Russie des forces étrangères et sa gestion par le seul peuple russe.

14 L’effet négatif qu’eurent sur son parti les provocations de Jirinovski a été surévalué par les observateurs occidentaux et russes et il aurait dû en conséquence disparaître de la politique depuis longtemps. Jirinovski a consciemment joué le rôle du personnage russe traditionnel de Iourodiv (un fou exprimant la sagesse populaire) et défend explicitement ce style théâtral comme une nécessité lui permettant de maintenir l’attention populaire. Voir Lee M. A., The Beast Reawakens, Boston, Little, Brown & Co, 1997, pp. 323-325.

15 Un document du PNB datant de 1994 parle par exemple des « israélites du LDPR ». Voir Pribylovskij V. (dir.), Russkie nacionalističeskie i pravoradikal’nye organizacii, 1989-1995 : dokumenty i teksty, t. 1, Moscou, Panorama, 1995, p. 185.

16 Dunlop J. B., « Alexander Barkashov and the Rise of National Socialism in Russia », Demokratizatsiya, n° 4, 1996, pp. 519-530 ; Simonsen S. G., « Aleksandr Barkashov and Russian National Unity : Blackshirt Friends of the Nation », Nationalities Papers 24, n° 4, 1996, pp. 625-639 ; Lihačev V. et Pribylovskij V. (dir.), Russkoe Nacional’noe Edinstvo : Istoriâ, politika, ideologiâ. Informacionnyj paket, Moscou, Panorama, 1997 ; Jackson W. D., « Fascism, Vigilantism, and the State : The Russian National Unity Movement », Problems of Post-Communism 46, n° 1, 1999, pp. 34-42.

17 Umland A., « The Pseudo-Threat of Russian Neo-Nazism : Symbolical and Ideological Handicaps of the RNE », texte présenté à la 33e conférence annuelle de l’American Association for the Advancement of Slavic Studies, Arlington, Virginia, 15-18 novembre 2001.

18 C’est pour ces raisons qu’il semble que, dans certaines études sur l’extrême droite russe, une attention trop grande ait été accordée à l’UNR. Voir, par exemple, Shenfield S. D., « The Weimar/Russia Comparison : Reflections on Hanson and Kopstein », Post-Soviet Affairs 14, n° 4, 1998, pp. 355-368, et, du même auteur, Russian Fascism : Traditions, Tendencies, Movements, New York - Londres, M. E. Sharpe, 2001, pp. 113-189 et 264-266.

19 Lihačev V., « Čto predstavlâet soboj Russkoe Nacional’noe Edinstvo kak organizaciâ », texte présenté par Vladimir Pribylovski à la 33e conférence de l’American Association for the Advancement of Slavic Studies, Arlington, Virginia, 15-18 novembre 2001.

20 Cette vulnérabilité fut particulièrement remarquée pendant les élections présidentielles de 1996, lorsque Boris Eltsine lança une campagne contre le leader du PCFR en faisant référence au passé soviétique de la Russie. Voir McFaul M., The 1996 Russian Presidential Elections : The End of Polarized Politics, Stanford, Hoover Institution Press, 1997.

21 Un pionnier de l’analyse du PNB reste Markus Mathyl. Voir Mathyl M., « “Die offenkundige Nisse und der rassenmäßige Feind” : Die National-Bolschewistische Partei (NBP) als Beispiel für die Radikalisierung des russischen Nationalismus », Halbjahresschrift für südosteuropäische Geschichte, Literatur und Politik 9, n° 2 1997, pp. 7-15, et vol. 10, n° 1, 1998, pp. 23-36. Voir également, du même auteur, « Hammer und Sichel in der Fahne Hitlers », in Roth R. et Rucht D. (dir.), Jugendkulturen, Politik und Protest : Vom Widerstand zum Kommerz, Opladen, Leske, Budrich, 2000, pp. 211-37.

22 Matich O., « The Moral Immoralist : Edward Limonov’s Èto Ja - Èdička », Slavic and East European Journal 30, n° 4, 1986, pp. 526-540.

23 Cité in Lee M. A., The Beast Reawakens, op. cit., p. 313. Pour plus de détails sur Limonov, voir Rogachevskii A., « Dangerous Liaisons : Eduard Limonov and Ataman Krasnov », in Pesonen P., Kheinonen Yu. et Obatnina G. V. (dir.), Modernizm i postmodernizm v russkoj literature i kul’ture, Studia Russica Helsingiensa et Tartuensa 5, Helsinki, Slavica Helsingiensa, 1996, pp. 419-439.

24 Par exemple, dans un sondage effectué par le ROMIR le 30 juin 2001, 35 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles voteraient pour le PCFR aux élections. Voir http://www.rferl.org/newsline/2001/07/1-rus/rus-030701.html.

25 Lihačev V., « Čto predstavlâet soboj Russkoe Nacional’noe Edinstvo kak organizaciâ », op. cit.

26 Muhin A. et Rostova N., « Eduard Limonov popal iz bani v “Lefortovo” », Segodnâ, n° 82, 14 avril 2001, p. 3.

27 Umland A., « Der russische Rechtsextremismus nach den Wahlen 20032004 : Bestands-aufnahme und Perspektiven », Russlandanalysen, n° 23, 2004, pp. 14, www.forschungsstelle.uni-bremen.de/04_publikationen/0405_russlandanalysen/.

28 L’un des meilleurs spécialistes de l’ultra-nationalisme russe est arrivé, à l’été 2001, à la conclusion que « le temps des radicaux nationaux est révolu ». Lihačev V., « My i naš diagnoz : Radikaly načinaût i proigryvaût », Obščaâ gazeta, n° 24, 14 juin 2001, p. 15. Je remercie Robert C. Otto de m’avoir envoyé cet article.

29 Levy R. S., The Downfall of the Anti-Semitic Political Parties in Imperial Germany, New Haven, Yale University Press, 1975.

30 Goldhagen D. J., Hitler’s Willing Executioners : Ordinary Germans and the Holocaust, New York, Vintage Books, 1997, p. 75.

31 Katz J., From Prejudice to Destruction : Antisemitism, 1700-1933, Cambridge, Harvard University Press, 1980, pp. 245-272.

32 Goldhagen D. J., Hitler’s Willing Executioners, op. cit., p. 76.

33 Kulka O. D., « The Critique of Judaism in Modern European Thought : Genuine Factors and Demonic Perceptions », in Wistrich R. S. (dir.), Demonizing the Other : Antisemitism, Racism and Xenophobia, Amsterdam, Harwood Academic Publishers, 1999, pp. 197-209, ici pp. 204-205.

34 Goldhagen D. J., Hitler’s Willing Executioners, op. cit., p. 72.

35 Jochmann W., « Structure and Functions of German Anti-Semitism, 18781914 », in Strauss H. A. (dir.), Hostages of Modernization : Studies on Modern Anti-semitism, 1870-1933/39, Berlin, Walter de Gruyter, 1993, pp. 52-53.

36 Pulzer P. G. J., The Rise of Political Antisemitism in Germany and Austria, Cambridge, Harvard University Press, 1988, pp. 282, 291.

37 Goldhagen D. J., Hitler’s Willing Executioners, op. cit., p. 76.

38 Kitschelt H. et McGann A. J., The Radical Right in Western Europe : A Comparative Analysis, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1995 ; Mudde C., The Ideology of the Extreme Right, Manchester, University of Manchester Press, 2000.

39 Minkenberg M., Die neue radikale Rechte im Vergleich : USA, Frankreich, Deutschland, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1998.

40 Umland A., « Sravnitel’nyj analiz krajne pravyh grupp na Zapade. Po povodu knigi M. Minkenberga », Političeskie issledovaniâ, n° 3 (62), 2001, pp. 174-179.

41 Voir aussi Minkenberg M., Neokonservatismus und Neue Rechte in den USA : Neuere konservative Gruppierungen und Strömungen im Kontext sozialen und kulturellen Wandels, Baden-Baden, Nomos, 1990, et, du même auteur, « Die amerikanische konservative Revolution : Radikale Rechte und Republikanische Partei am Ende des Jahrhunderts », Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 43, 1996, pp. 45-53.

42 Pfahl-Traughber A., Konservative Revolution und Neue Rechte : Rechtsextremistische Intellektuelle gegen den demokratischen Verfassungsstaat, Opladen, Leske, Budrich, 1998.

43 Demirovic A., « Kulturelle Hegemonie von rechts : Antonio Gramsci – gesehen von der “nouvelle droite” », Die neue Gesellschaft : Frankfurter Hefte 37, n° 4, 1990, pp. 352-357 ; Pfahl-Traughber A., « “Gramscismus von rechts” ? : Zur Gramsci Rezeption der Neuen Rechten in Frankreich und Deutschland », Blick nach rechts, n° 21, 28 septembre 1992, pp. 3-5.

44 Schroeder B., Im Griff der rechten Szene : Ostdeutsche Städte in Angst, Reinbeck bei Hamburg, Rowohlt, 1997 ; Wagner B., Rechtsextremismus und kulturelle Subversion in den neuen Ländern, Berlin, Schriftenreihe des Zentrums Demokratische Kultur, 1998.

45 Griffin R., « Net Gains and GUD Reactions : Patterns of Prejudice in a Neofascist Groupuscule », Patterns of Prejudice 33, n° 2, 1999, pp. 31-50 ; du même auteur, « From Slime Mould to Rhizome : An Introduction to the Groupuscular Right », manuscrit non publié, Oxford Brookes University, 2002, article publié ultérieurement dans Patterns of Prejudice 36, n° 3, 2002, pp. 27-50.

46 Blinkhorn M., Fascism and the Right in Europe, 1919-1945, Harlow, Pearson, 2000, p. 112.

47 Le PNB dit par exemple beaucoup de bien du Front de libération européen et est même devenu membre de son réseau international. Voir Pribylovskij V. (dir.), Russkie nacionalističeskie i pravoradikal’nye organizacii, op. cit., pp. 186-187.

48 Griffin R., « From Slime Mould to Rhizome… », op. cit., p. 3.

49 Diamond L., Developing Democracy : Towards Consolidation, op. cit., p. 224.

50 Griffin R., « From Slime Mould to Rhizome… », op. cit., p. 8.

51 Mathyl M., « The National-Bolshevik Party and Arctogaia. Two Neo-fascist Groupuscules in the Post-Soviet Political Space », Patterns of Prejudice, vol. 36, n° 3, 2003, pp. 62-76.

52 Griffin R., « Net Gains and GUD Reactions… », op. cit., p. 46.

53 Umland A., « Die rechtsextremistische APO im heutigen Russland : Ultranationalistische Denk-fabriken als Bestandteil der postsowjetischen‚ unzivilen Gesellschaft », in Haney V., Wegner M., Jahn A. (dir.), Russland : ein starker Staat ?, Schriftenreihe Europäisches Denken 3, Jena, Thüringer Forum für Bildung und Wissenschaft, 2003, pp. 123-143.

54 Brudny Y., Reinventing Russia : Russian Nationalism and the Soviet State, 1953-1991, Cambridge, Harvard University Press, 1998.

55 Horvath R., « The Specter of Russophobia », The Soviet and Post-Soviet Review 25, n° 2, 1998, pp. 199-222.

56 Antonenko O., New Russian Analytical Centers and Their Role in Political Decisionmaking, Cambridge, Strengthening Democratic Institutions Project, John F. Kennedy School of Government, Harvard University, 1996.

57 Pour un recensement utile des différentes évaluations de l’impact de ces institutions, voir Podberezkin A., Russkij put’ : sdelaj šag !, 3e édition, Moscou, RAU-Universitet, 1998, pp. 300-314. L’étude la plus complète de RAU-Corporation jusqu’à aujourd’hui est celle de Reddaway P. et Glinski D., The Tragedy of Russia’s Reforms : Market Bolshevism Against Democracy, Washington, United States Institute of Peace Press, 2001.

58 Ivanov L., Rußland nach Gorbatschow. Wurzeln-Hintergründe-Trends der sich formierenden Gruppierungen – Perspektiven für die Zukunft, Passau, Wissenschaftsverlag Rothe, 1996, pp. 347-363.

59 Dans cette étude, nous nous appuyons essentiellement sur des sources secondaires et sommes en mesure de nous pencher de manière détaillée sur un seul de ces centres.

60 GleisnerJ., « Russia’s Post-Industrial Patriots », Russia and the World, n° 17, 1990, pp. 19-24 ; Yasmann V., « Red Religion : An Ideology of Neo-Messianic Russian Fundamentalism », Demokratizatsiya 1, n° 2, 1993, pp. 20-40 ; Černych A. « Sergej Kurginjan : Das siebente Szenarium », Berliner Debatte INITIAL, n° 3, 1994, pp. 61-64 ; Dunlop J. B., « Sergei Kurginyan », in The Rise of Russia and the Fall of the Soviet Empire, Princeton, Princeton University Press, 1993, pp. 165-169.

61 Brudny Y., Reinventing Russia, op. cit., p. 252.

62 Nezavisimaâ gazeta, cité in Kurginân S., Sed’moj scenarij. Do puča, Moscou, ETT, 1992, vol. 1, p. 6.

63 Cité in Yanov A., Weimar Russia – And What We Can Do About It, New York, Slovo-Word, n. d., p. 274.

64 Cité in Kurginân S., Sed’moj scenarij, op. cit., p. 6.

65 Dunlop J. B., « Sergei Kurginyan », op. cit., p. 165.

66 Ibid., p. 166.

67 Yanov A., Weimar Russia, op. cit., p. 274.

68 Kurginân S., Sed’moj scenarij, op. cit., p. 116.

69 Cité in Dunlop J. B., « Sergei Kurginyan », op. cit., p. 166.

70 Kurginân S. E. et al., Postperestrojka. Konceptual’naâ model’ razvitiâ našego obščestva, političeskih partij i obščestvennyh organizacij, Moscou, Izda-tel’stvo političeskoj literatury, 1990.

71 Černyšev S. B., « Ot “penovedeniâ” k institutu buduščego : Sergej Ervandovčič Kurginân » in Černyšev S. B. (dir.), Inoe : Hrestomatiâ novogo rossijskogo samosoznaniâ, Moscou, Argus, 1995, pp. 52-54.

72 Kurginân S. E., Rossiâ : Vlast’ i oppoziciâ, Moscou, ETT, 1993.

73 Ivanov, Rußland nach Gorbatschow, op. cit., pp. 349-350.

74 Dunlop J. B., « Sergei Kurginyan », op. cit., pp. 167-169 ; Brudny Y., Reinventing Russia, op. cit., pp. 253-254.

75 Cité in Yanov A., Weimar Russia, op. cit., p. 274.

76 Voir Gregor A. J., « Fascism and the New Russian Nationalism », Communist and Post-Communist Studies 31, n° 1, 1998, pp. 1-15.

77 On ajoutera toutefois qu’il existe un certain nombre de similarités fondamentales dans la perception du monde entre Kurginian et Dougin. Cymburskij V. L., « “Novye pravye” v Rossii : Nacional’nye predposylki zaimstvovaniâ ideologii », in Zaslavskaâ T. I. (dir.), Kuda idet Rossiâ ? Alternativy obščestvennogo razvitiâ, vol. 2, Moscou, Aspekt Press, 1995, pp. 472-482, ici pp. 478, 481.

78 Yanov A., Weimar Russia, op. cit., pp. 273, 296.

79 Shenfield S., « Making Sense of Prokhanov », Détente, n° 5, 1987, pp. 28-29, 51 ; Dunlop J. B., « Aleksandr Prokhanov », in The Rise of Russia and the Fall of the Soviet Empire, op. cit., pp. 169-177 ; Hahn G. M., « Opposition Politics in Russia », Europe-Asia Studies 46, n° 2, 1994, pp. 305-335 ; Simonsen S. G., « Aleksandr Prokhanov : The Last Soldier of the Empire », in Simonsen S. G., Politics and Personalities : Key Actors in the Russian Opposition, Oslo, PRIO, 1996, pp. 91-108.

80 Cité in Dunlop J. B., « Aleksandr Prokhanov », op. cit., p. 169.

81 Ibid, p. 171.

82 Ivanov,Rußland nach Gorbatschow, op. cit., pp. 350-351.

83 Verhovskij A., Papp A. et Pribylovskij V., Političeskijèkstremizm v Rossii, Moscou, Panorama, 1996, pp. 284-286. Sur l’eurasisme classique, voir Shlapentokh D. V., « Eurasianism : Past and Present », Communist and Post-Communist Studies 30, n° 2, 1997, pp. 129-151.

84 Bondarenko V., « Prohanovskij proryv : O romane “Gospodin Geksogen” », Sovetskaâ Rossiâ, 27 avril 2002, http://www.geksogen.veshnyaki.ru/p70.html.

85 Proskurin O., « Naciona’nyj bestseller-2001, ili apofeoz Prohanova », Russkij žurnal, 4 juin 2002, http://www.geksogen.veshnyaki.ru/p72.html ; Gavrilov A., « Radi krasno-koričnevogo slova », Grani, 4juin 2002, http://www.grani.ru/bookprize/articles/prochanov/print.html. Je remercie Robert C. Otto de m’avoir indiqué ces articles.

86 Yasmann V., « Book on 1999 Apartment-block Bombings Wins National Award », RFE/RL Newsline 6, n° 107, 10 juin 2002, http://www.rferl.org/newsline/2002/06/100602.asp.

87 Umland A., « Formirovanie fašistskogo “neoevrazijskogo” intellektual’nogo dviženiâ v Rossii : Put’Aleksandra Dugina ot marginal’nogo èkstremista do ideologa post-sovetskoj akademičeskoj i političeskoj elity, 1989-2001 gg. », Ab Imperio, n° 3, 2003, pp. 289-304.

88 Parmi les premières et meilleures analyses, en anglais, du phénomène Dougin, on consultera Allensworth W., « Eurasia, Prokhanov, Dugin, and Den », in Allensworth W. The Russian Question : Nationalism, Modernization, and Post-Communist Russia, Lanham, Maryland, Rowman & Littlefield, 1998, pp. 243-262 ; Shenfield S., « Dugin, Limonov and the National-Bolshevik Party », in Shenfield S. Russian Fascism, op. cit., pp. 190-220.

89 Yanov A. Weimar Russia, op. cit., p. 279.

90 Cela n’est bien évidemment pas un problème spécifique des études sur la Russie contemporaine. Comme le mentionne Roger Griffin dans son introduction sur la droite groupusculaire, « la recherche de ce type [i.e. sur les groupuscules] suppose une passion pour l’arabesque et le byzantin qui ne fait pas partie des qualités principales des politologues universitaires ». Griffin R. « From Slime Mould to Rhizome », op. cit., p. 4.

91 Clover C., « Dreams of the Eurasian Heartland », Foreign Affairs 78, n° 2, 1999, pp. 9-13 ; Shlapentokh D., « Russian Nationalism Today : The Views of Alexander Dugin », Contemporary Review 279, 2001, pp. 29-37 ; Mathyl M., « Grenzenloses Eurasien », Jungle World, n° 45, 2002 ; Berman I., « Slouching Toward Eurasia ? », http://www.bu.edu/iscip/voll2/berman.html.

92 Voir http://elem2000.virtualave.net/. Sur ce journal, consulter von Kreitor N. K. (devenu par la suite membre du comité de rédaction d’Elementy), « Elements of the New Russian Nationalism », Telos 26, n° 2 (96), 1993, pp. 61-64 ; Luks L., « Der “Dritte Weg” der “neo-eurasischen” Zeitschrift ‘Elementy’ – zurück ins Dritte Reich ? », Studies in East European Thought 52, n° 1-2, 2000, pp. 49-71.

93 Yanov A., Weimar Russia, op. cit., p. 275.

94 Mathyl M., « Die Konstruktion eines Feindes : Antisemitismus und Antiamerikanismus in Aleksandr Dugins Neo-Nationalbolschewismus », texte présenté à la conférence annuelle de la Société allemande pour les études sur l’Europe de l’Est, « Vorurteile als politische Barrieren », Göttingen, 7-8 mars 2002, et, du même auteur, « Das Entstehen einer nationalistischen Gegenkultur im Postperestrojka-Rußland », Jahrbuch für Antisemitismusforschung 9, 2000, pp. 68-107.

95 Consulter www.geopolitika.ru/, www.resist.gothic.ru/, http://A.webring.com/hub?ring= traditio&page =1&list, ainsi que A.webring.com/webring ?ring= traditio ;list. Voir également www.arctogaia.com/public/texts.shtml. Je remercie Robert C. Otto pour avoir attiré mon attention sur ce site.

96 Mathyl M., « The National-Bolshevik Party and Arctogaia : Two Neo-Fascist Groupuscules in the Post-Soviet Political Space », Patterns of Prejudice, vol. 36, n° 3, 2002, pp. 62-76.

97 Le titre officiel de l’institut rattaché au Bureau de G. Seleznev et dirigé par Dougin est le « Centre d’expertise géopolitique du conseil expert-consultatif sur les problèmes de sécurité nationale près la Douma d’État de l’Assemblée fédérale de la Fédération russe ».

98 Dugin A., Osnovy geopolitiki : Geopolitičeskoe buduščee Rossii, Moscou, Arktogeâ, 1997.

99 Sur ce livre, voir Dunlop J. B., « Alexander Dugin’s Foundations of Geopolitics », manuscrit non publié, Stanford, Hoover Institution on War, Revolution and Peace, 2001.

100 Shenfield S., Russian Fascism, op. cit., p. 199 ; Ingram A., « Alexander Dugin : Geopolitics and Neo-Fascism in Post-Soviet Russia », Political Geography 20, 2001, p. 1032.

101 Consulter http://universitet.virtualave.net/.

102 Consulter http://eurasia.com.ru. Latyševa M., « Putin i bezdna », Versiâ, n° 19, 29 mai - 4 juin 2001, http://www.agentura.ru/text/press/2001/bezdna.txt.

103 Je remercie Robert C. Otto de m’avoir donné cette information. Voir par exemple Kolesnikov A., « Posle podvodnoj lodki : Na katastrofah otrabatyvaetsâ informacionnaâ politika », Izvestiâ, n° 161, 29 août 2000, p. 3.

104 Levkin A. « Čto takoe Evraziâ, každyj (poka ?) ponimaet po svoemu », www.smi.ru/2001/04/24/988131062.html.

105 Ševčenko M., « Podderživaetli Patriarhiâ radikal’nyh sionistov ? », Nezavisimaâ gazeta. Religii, n° 8, 25 avril 2001, p. 1 ; Radyševskij D., « Soûz ravvinov s kazakami », Moskovskie novosti, n° 15, 10 avril 2001, p. 13 ; Nehorošev G. « “Evrazijcy” rešili operet’sâ na Vladimira Putina », Nezavisimaâ gazeta, n° 73, 24 avril 2001, p. 2 ; Yasmannn V., « The Rise of the Eurasians », The Eurasian Politician, n° 4, août 2001, p. 1 (http://www.cc.iyu.fi/~aphamala/pe/issue4/Yasmannn.htm). Je remercie Robert C. Otto de m’avoir envoyé les trois premiers articles et Michael Hagemeister de m’avoir donné une copie du dernier.

106 http://eurasia.com.ru/syezd.htm.

107 Sur les idées de Panarin, voir Oittinen V., « Eurasismus – eine Integrations-ideologie für Rußland ? », Blätter für deutsche und internationale Politik, n° 11, 1994, pp. 1379-1386, ici pp. 1385-1386 ; Laruelle M., « Pereosmyslenie imperii v postsovetskom prostranstve : novaâ evrazijskaâ ideologiâ », Vestnik Evrazii – Acta Eurasica, n° 1 (8), 2000, pp. 5-18 ; Afanasjew W., Nichtmarxistische russische Geschichtsphilosophie des 19. und 20. Jahrhunderts am Beispiel der slawophilen und eurasischen Philosophie, thèse de doctorat non publiée, Berlin, Freie Universität, 2001 ; Hahn G., « The Rebirth of Eurasianism », CDI Russia Weekly, n° 215, 12-18 juillet 2002, http://www.cdi.org/russia/215-14-pr.cfm.

108 Bazhanov V. A., « A Note on A.S. Panarin’s Revansh istorii », Europe-Asia Studies 51, n° 4, 1999, pp. 705-708, ici p. 705.

109 Obščaâ gazeta, cité in Kosichkina M., « Putin’s New Style : Moderation and Precision, Against the Backdrop of a “Soviet Mentality” Renaissance », Politruk, n° 56, 6 juin 2001, p. 2, www.wps.ru :8101/chitalka/politruk/en/20010606.shtml.

110 Une photographie commune de Dougin et de Leontev est publiée dans « Analitiki o evrazijstve », Evrazijskoe obozrenie, n° 5, 11 février 2002, p. 2.

111 http://eurasia.com.ru/syezd.htm.

112 Panarin A., « Pravoslavnaâ civilizaciâ v global’nom mire », Evrazijskoe obozrenie, n° 4, 11 décembre 2001, pp. 4-5, http://eurasia.com.ru/eo/4-5.html ; du même auteur, « Ontologiâ terrora » in Melent’eva N. (dir.), Geopolitika terrora : geopolitičeskieposledstviâ terrorističeskih aktov v SŠA 11 sentâbrâ 2001 g., Moscou, Arktogeâ, 2002, pp. 45-51 ; Russkaâ pravoslavnaâ cerkov’v prostranstve Evrazii : materialy VI Vsemirnogo russkogo narodnogo sobora, Moscou, Artkogeâ, 2002, pp. 90-101.

113 Panarin A. S., Politologiâ : učebnoe posobie, Moscou, Gardariki, 2002, p. 372. Il n’est pas surprenant, dans ce contexte, que Panarin cite également le leader de la nouvelle droite française, Alain de Benoist (ibid., pp. 226, 355). Ainsi, celui-ci est présenté aux étudiants russes de science politique dans un manuel explicitement recommandé par le ministère de l’Éducation de la Fédération de Russie.

114 http://evrazia.org/modules.php ?name=News&file=article&sid=1508.

115 http://eurasia.com.ru/stenogramma.html.

116 http://eurasia.com.ru/polit.htm. Sur E. Bagramov, ancien membre du Comité central du PCUS et éditeur de Evraziâ : narody, kul’tury, religii, voir Laruelle M., « The Two Faces of Contemporary Eurasianism. An Imperial Version of the Russian Nationalism », Nationalities Papers, n° 1, 2004, pp. 115-136.

117 Yasman V., « Aleksandr Dugin – Eurasia Party Founder and Chief Ideologue of the Russian Geopolitical School », http://www.rferl.org/specials/russianelection/bio/dugin.asp.

118 L’une des rares exceptions était Dmitri Riourikov, conseiller en politique étrangère de Boris Eltsine dans les années 1990 et devenu en 2001 membre du conseil central d’Evrazia alors qu’il était ambassadeur de Russie en Ouzbékistan (il sera par la suite nommé au Danemark). Voir Dunlop J. B., « Alexander Dugin’s Foundations of Geopolitics », op. cit., p. 6.

119 http://www.evrazia.org/ modules.php ?name=News&file=article&sid=1636. Voir Umland A. et Gregor A. J., « Andreas Umland and the “Fascism” of Alexander Dugin », Erwägen Wissen Ethik 15, n° 3, 2004, pp. 426-427 ; Umland, A., « Some Addenda on the Relevance of Extremely Right-Wing Ideas in Putin’s New Russia », Erwägen Wissen Ethik 15, n° 4, 2004, pp. 591-593.

120 Diamond L., Developing Democracy : Towards Consolidation, op. cit., p. 222.

121 Demirovic A., « Kulturelle Hegemonie von rechts : Antonio Gramsci – gesehen von der “nouvelle droite” », op. cit. ; Pfahl-Traughber A., « “Gramscismus von rechts” ? Zur Gramsci-Rezeption der Neuen Rechten in Frankreich und Deutschland », op. cit., pp. 3-5.

122 Umland A., « Zhirinovskii as a Fascist : Palingenetic Ultra-Nationalism in the Ideology of the Liberal-Democratic Party of Russia », texte présenté à la 97e conférence annuelle de l’Association américaine de science politique, San Francisco, 30 août - 2 septembre 2001.

123 Interfax, 12 février 2002 et 12 mars 2002.

124 Zimmerman W., The Russian People and Foreign Policy : Russian Elite and Mass Perspectives, 1993-2000, Princeton, Princeton University Press, 2002. Sur l’anti-américanisme, voir Shlapentokh V., « Russian Attitudes toward America : A Split between the Ruling Class and the Masses », World Affairs 164, n° 1, 2001, pp. 17-23.

125 Griffin R. D., « Interregnum or Endgame ? : Radical Right Thought in the “Post-fascist” Era », Journal of Political Ideologies 5, n° 2, 2000, pp. 163-178.

126 Breuer S., Anatomie der Konservativen Revolution, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1993.

127 Griffin R., « Plus ça change ! The Fascist Mindset behind the Nouvelle Droite’s Struggle for Cultural Renewal », in Arnold E. (dir.), The Development of the Radical Right in France 1890-1995, London, Routledge, 2000, pp. 217-252.

128 Holmes D. R., Integral Europe : Fast-Capitalism, Multiculturalism, Neo-fascism, Princeton, Princeton University Press, 2000, p. 78.

129 Verhovskij A., Papp A. et Pribylovskij V., Političeskij èkstremizm v Rossii, Moscou, Institut èksperimental’noj sociologii, 1996 ; Ivanov, Rußland nach Gorbatschow, op. cit. ; Tolz T., « The Radical Right in Post-Communist Russian Politics », in Merkl P. H. et Weinberg L. (dir.), The Revival of Right-Wing Extremism in the Nineties, London, Frank Cass, 1997, pp. 177-202 ; Allensworth W., The Russian Question, op. cit. ; Devlin J., Slavophiles and Commissars : Enemies of Democracy in Modern Russia, Basingstoke, Hampshire, Macmillan, 1999.

130 Williams C. et Hanson S. E., « National-Socialism, Left Patriotism, or Superimperialism ? : The Radical Right in Russia » in Ramet S. (dir.), The Radical Right in Central and Eastern Europe Since 1989, University Park, The Pennsylvania State University Press, 1999, pp. 257-278 ; Vujačić´ V., « Serving Mother Russia : The Communist Left and Nationalist Right in the Struggle for Power, 1991-1998 », in Bonnell V. E. et Breslauer G. W. (dir.), Russia in the New Century : Stability and Disorder ?, Boulder, Westview Press, 2001, pp. 290-325.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable