Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rouge et le noir

 | 
Marlène Laruelle

Chapitre 4. Nationalisme et contre-culture jeune dans la Russie de l’après-perestroïka

Markus Mathyl

Texte intégral

« Notre objectif est que tous les styles jeunes, les punks et les skins, les membres du Komsomol, les fans de football et les délinquants soient regroupés en un seul et même genre : en nationaux-bolcheviks. […] Nous créons un nouveau type d’être humain : extrême, radical, révolutionnaire, musicalement et culturellement subversif. Seule la mort est plus forte que le national-bolchevisme. »
Limonka, n° 2, 1995, p. 4.

1Au début des années 1990, un nouveau type de culture jeune se développe en Russie. Cette contre-culture diffère, sous de nombreux aspects et parfois radicalement, de la culture de protestation jeune que connaît l’Occident, même si ses styles (rockers, punks, skinheads, etc.) et ses orientations politiques (anarchistes, trotskistes, léninistes, néonazis, etc.) sont en grande partie semblables. Le contraste tient plutôt au fait que ces groupes qui, en Occident, sont dans une certaine mesure opposés les uns aux autres, se sont, en Russie, unifiés pour partager un principe fondateur nationaliste, raciste et antisémite. Cette convergence, en grande partie menée par les idéologues de la nouvelle droite russe, résulte d’une neutralisation quasi complète du potentiel spécifique qui était celui de la culture antifasciste parmi la jeunesse, ainsi que du statut de plus en plus assuré du nationalisme politisé. Celui-ci compte dans ses rangs les groupes les plus populaires de punk et de heavy metal de la scène russe contemporaine, dont la musique et les textes jouissent d’une influence certaine sur des dizaines de milliers de jeunes. Les artistes les plus à la mode et les intellectuels impliqués de manière significative dans le développement de ce mouvement offrent à celui-ci une large présence dans les médias, au-delà même de ses propres structures de communication.

  • 1 Mathyl M., « Die National-Bolschewistische Partei als Beispiel für die Radikalisierung des russisch (...)

2Nous chercherons ici à présenter et à expliquer l’émergence de cette contre-culture nationaliste jeune issue des bouleversements politiques des deux dernières décennies, qu’on divisera en cinq phases chronologiques : la pré-perestroïka jusqu’en 1986, la perestroïka de 1986 à 1991, la période intermédiaire de 1991-1993, la phase de stabilisation du régime eltsinien jusqu’en 1998, la nouvelle donne qui émerge à partir de 1998. On commencera par éclaircir le phénomène de la culture ou contre-culture jeune de Russie1, encore peu étudiée d’un point de vue académique, afin de comprendre ensuite les raisons de cette convergence entre contre-culture jeune et doctrine nationaliste, qui aide à saisir les mutations de la société anciennement soviétique. Notre étude repose sur l’analyse de sources diverses telles que les principaux journaux nationalistes jeunes, les magazines de fans, les sites web nationalistes et contre-culturels, ainsi que des entretiens, des vidéos, des textes de chansons et des observations de terrain collectées pendant six années. Une attention toute particulière est portée au groupe punk le plus populaire, Grajdanskaïa Oborona, et à son chanteur Egor Letov : ce groupe, qui avait diffusé des opinions antifascistes et antinationalistes avant et pendant la perestroïka, est devenu depuis la chute de l’URSS l’un des principaux chefs de file de la contre-culture nationaliste.

  • 2 Eichwede W., « Auf der Suche nach Autonomie », in Beyrau D. et Eichwede W., Auf der Suche nach Auto (...)

3De nombreux aspects de cette contre-culture, en particulier l’esthétisation de la guerre et du combat ainsi que la volonté d’incorporer des éléments venus de l’expérience socialiste, étaient déjà récurrents au sein du premier fascisme italien. Ce mélange éclectique, qui pourrait conduire nombre d’observateurs à y voir une contradiction doctrinale et un signe d’excentricité, ne doit toutefois pas cacher le fait que la culture jeune est devenue un facteur important au sein du milieu nationaliste russe dans son ensemble. Rappelons que cette contre-culture [kontrkul’tura], terme que nous privilégierons ici, définit à l’origine la culture dissidente jeune qui a existé en Union soviétique et qui, dans un cadre de normalité et de légalité très strictement définies, cherchait avant tout à se dissocier d’une société majoritairement conformiste. Comme Wolfgang Eichwede l’a décrit dans son livre, la quête d’autonomie a été, pour ces groupes jeunes, un élément déterminant de leur résistance en faveur d’une identité alternative face au système soviétique2. Il est donc important d’analyser comment cette mouvance, qui tendait à l’émancipation de la société et insistait sur l’individualisme, s’est peu à peu trouvée intégrée au sein du courant nationaliste : ses flagrantes ruptures d’orientation ont été retravaillées idéologiquement pour apparaître comme la suite logique du mouvement de contestation de l’époque soviétique.

La pré-perestroïka : une contre-culture marginalese présentant comme « authentique »

  • 3 Erofeev A., « Die Kunst der Nonkonformisten », in Erofeev A. (dir.), Kunst im Verborgenen, Ausstell (...)

4À la période soviétique, toute contre-culture organisée se battant pour une certaine autonomie était considérée, par sa simple existence, comme un ennemi de l’État. La revendication totalitaire du pouvoir en place aspirait à réguler et à contrôler toute la vie du pays par des méthodes extrêmement centralisées et étatisées. Cette volonté de pénétrer dans les détails les plus insignifiants de la vie quotidienne n’a que partiellement atteint ses objectifs. Il en est toutefois résulté, durant des décennies, l’absence d’une « société civile » pleinement différenciable de l’État et du Parti, ainsi qu’une intervention extrêmement répressive contre toutes les initiatives remettant en cause, même indirectement, l’omnipotence des institutions gouvernementales. Les velléités contre-culturelles ont donc été contraintes de se replier sur la sphère privée des appartements ou des sous-sols parentaux, dans lesquels les groupes de musique répétaient et organisaient de mini-concerts, donnant ainsi naissance à un style spécifique connu sous le nom d’« art d’appartement »3.

5Ces contre-cultures n’étaient cependant pas à l’abri de la répression, y compris dans les appartements, comme cela a été illustré par le groupe punk le plus populaire de Russie, Grajdanskaïa Oborona : en 1985, la mère d’un participant à l’un de ces concerts privés dénonça le groupe à la police pour « activités antisoviétiques ». Cette délation eut de graves conséquences pour Egor Letov, le chanteur et compositeur du groupe, qui fut interné en hôpital psychiatrique en tant que dissident politique et drogué aux psychotropes. Les services spéciaux tentèrent de lui faire avouer une conspiration présumée avec le milieu de la contre-culture d’Omsk afin de l’accuser par la suite d’activités terroristes. La chanson La Glace sous le pied du commandant, qui date de 1986, décrit les sentiments de Letov pendant cet internement psychiatrique. Elle fait figure de métaphore de la résistance contre le système répressif soviétique et se termine par ces mots optimistes : « Mais le commandant tombera, car c’est nous qui sommes de glace. »

  • 4 Egor Letov a par exemple produit lui-même au moins 19 cassettes entre 1983 et 1986 sous le label «  (...)

6La répression soviétique contre la musique alternative était légitimée idéologiquement par l’argument, largement répandu, de la manipulation occidentale des mouvements contre-culturels. Les diffamations publiques envers ces groupes étaient donc accompagnées de termes tels que « fascistes » et « éléments antisocialistes », dans le but de stigmatiser les jeunes comme des éléments profondément étrangers et hostiles à la société soviétique. Ils étaient vus comme les symboles de la décadence occidentale et ne pouvaient donc, selon la logique officielle, que pervertir de l’intérieur le paisible ordre socialiste. Ces répressions permettaient toutefois aux militants de la contre-culture d’instrumentaliser sur le plan symbolique leur protestation puisqu’ils bénéficiaient, dans certains cercles limités, du prestige de la semi-dissidence. Ils ne risquaient pas de disparaître socialement, ni par une politique libérale de désintensification des tensions sociales, ni par un rachat commercial ou une dévaluation des moyens d’expression culturelle. Dans les conditions de la société soviétique pré-perestroïkienne, les partisans de cette contre-culture, qui s’auto-définissaient comme marginaux, étaient minoritaires et avaient tissé entre eux un réseau parfois impressionnant de relations informelles permettant de contourner l’État. Leurs réseaux de communication, par exemple sous la forme de cassettes « faites maison » et de distributeurs illégaux, diffusaient un art libéré de toute obligation commerciale, et eux-mêmes s’enorgueillissaient de cette authenticité artistique4.

La perestroïka : le soutien de la contre-culture aux réformes gorbatchéviennes

  • 5 Le travail d’Olga Alexandrova (Informelle Gruppen und die Perestrojka, Cologne, Berichte des Bundes (...)
  • 6 Levičeva V., « Neformal’naâ gruppa : iščem sebâ », Smena, n° 12, 1987, p. 5.

7Les réformes introduites lors de la perestroïka, à partir de 1986, ont offert aux groupes de la contre-culture de nouvelles opportunités afin d’étendre leur influence, opportunités qui ne résultaient pas uniquement de la libéralisation, encore limitée, du système politique. Les réformes s’efforçaient en effet de revigorer l’indépendance du corps social et de remettre au goût du jour le sens de l’initiative dans le but, en réalité, de prévenir la crise économique émergente. L’attention de certains partisans de la perestroïka s’est donc portée sur ces groupes qui semblaient mettre en pratique, au quotidien, un principe d’auto-organisation5. De plus en plus de rapports et d’analyses publiés sur divers groupes informels les présentaient comme des éléments moteurs de la libéralisation de la société et de sa responsabilisation politique6.

  • 7 Levada Û., « Der Aufbruch der Jungen », in Schlott W. (dir.), Die enterbte Generation, Leipzig, 199 (...)
  • 8 Pour plus de détails sur la perestroïka populaire, voir Engert S. et Garten-Schläger U., Der Aufbru (...)
  • 9 Levada Û., « Der Aufbruch der Jungen », op. cit., p. 169.

8Des sociologues connus tels que Iouri Levada confirment cette tentative, de la part de certains cercles politiques, de se saisir du mythe d’une jeunesse active ayant retrouvé « l’énergie cinétique perdue pendant les années d’hibernation7 ». Le rôle non seulement symbolique mais également quasi charismatique d’une jeunesse informelle, « à la base populaire de la perestroïka »8 et qui se développerait parallèlement aux réformes, conduit Levada à supposer l’existence de relations sociales non hiérarchiques. Celles-ci auraient permis à cette jeunesse, plus qu’à aucun autre groupe de la société soviétique, de s’émanciper des modèles paternalistes et impérialistes d’une idéologie en voie de désintégration9. Cette jeunesse citoyenne était donc censée avoir développé ses propres concepts démocratiques et remettre en cause sans ambiguïté le rôle dirigeant du PCUS. L’étroite association entre politique et culture était en effet typique du monde soviétique et plus encore de sa contre-culture. Ainsi, tout particulièrement en province, les clubs de rock servirent de fondement à la création de cercles politiques soutenant la perestroïka, et les jeunes étaient tout spécifiquement engagés dans les protestations écologiques et antimilitaristes, ainsi que dans l’opposition qui suivit le putsch conservateur d’août 1991.

  • 10 Au plénum du Comité central du mois d’avril 1989, le leader du PC d’Azerbaïdjan, Abulrakhman Vessir (...)
  • 11 Discours du leader de Pamiat, Dmitri Vassiliev, à Leningrad en 1986, cité in Laqueur W., The Black (...)
  • 12 Volodin V., « Für eine Perestrojka auf sozialistisch », Osteuropa, n° 3, 1990, p. 142.

9Au sein d’une société de plus en plus polarisée, les contrastes politiques ne pouvaient aller qu’en se renforçant et la contre-culture musicale de la jeunesse fut alors considérée comme un soutien important à la perestroïka. Dans les milieux conservateurs et/ou nationalistes qui luttaient contre les réformes gorbatchéviennes dominait le principe du combat idéologique contre ceux qui étaient encore définis comme des « cosmopolites » ou des « sionistes », stigmatisant sous cette dénomination ancienne tous les mouvements de renouveau social, alors présentés comme étrangers et dangereux pour l’avenir du pays. Ainsi, les milieux conservateurs parlaient de la contre-culture musicale comme d’un « sida idéologique occidental »10, tandis que les mouvances nationalistes telles que Pamiat accentuaient leurs sous-entendus antisémites en dénonçant la musique rock comme une « anti-culture sioniste11 » et l’« instrument d’une émancipation meurtrière promue par les cosmopolites12 ».

  • 13 Graždanskaâ Oborona, « Vse v porâdke », dans l’album de 1988-1989 « Vse idet po planu ».

10Les graves affrontements entre les membres du groupe de rock Notchnye Volki (Les loups nocturnes) et des groupes de jeunes de banlieue connus sous le nom de Lioubertsy, montrés dans le célèbre film Lunapark, contribuèrent à la montée des affrontements entre, d’un côté, les groupes de contre-culture et, de l’autre, les mouvances nationalistes. Aujourd’hui cependant, les premiers sont pleinement intégrés au milieu du heavy metal nationaliste et gèrent même l’intendance des meetings du LDPR de Jirinovski. Ces confrontations, qui avaient fait grand bruit à l’époque, ont servi d’inspiration à certaines chansons de Grajdanskaïa Oborona, qui cherchait alors à dénoncer indirectement l’antisémitisme : « Si je suis si vivant, alors tue-moi, Liouber ! Si je suis un Juif, alors assassine-moi, membre de Pamiat13! » L’importance que le groupe punk avait vouée à ce conflit est devenue encore plus apparente dans leur album de 1988-1989, « Tout se déroule selon le plan », qui ne contient pas moins de quatre chansons sur ce sujet. L’une d’entre elles, Un nouveau 37, fait allusion aux simulacres des procès de Staline et met les événements contemporains en parallèle : « La machine de la perestroïka ralentit son processus – Sans réaliser qu’ils nous préparent un nouveau 37 […] – Mais quand on frappera à la porte après-demain – Je me réfugierai dans la clandestinité et accueillerai ce nouveau 37 à la carabine. »

11Lors du putsch du 19 août 1991, pendant que l’aile conservatrice du Parti communiste déclarait l’état d’urgence, de nombreux jeunes se sont mis en travers de son chemin et ont ainsi, aux yeux de leurs opposants, pris clairement parti sur la scène politique en affichant leur soutien à Mikhaïl Gorbatchev. Toutefois, ces jeunes ne soutenaient que très rarement, en réalité, tel ou tel homme politique ; ils affirmaient avant tout leur opposition de principe à un retour de l’autoritarisme, comme le révèle cet extrait d’entretien d’un jeune militant présent sur place :

  • 14 Voir Ehlers K., « Wir lassen uns nicht in die Seele spucken », Die andere, n° 3, 1992. Selon des té (...)

« C’est vrai que ce sont essentiellement des jeunes qui ont érigé les premières barricades dans les squares de Saint-Pétersbourg et de Moscou. Mais l’idée que les jeunes soutenaient Eltsine est fausse. Ils se battaient contre le fascisme ! Les jeunes n’avaient rien à perdre et ne voulaient pas retomber dans un système dont ils venaient juste de s’extirper. Cela n’avait rien à voir avec un soutien à Eltsine. Ceux qui ont construit les premières barricades étaient des étudiants, des punks, des hippies, etc. C’était la même chose à Moscou. Le spectre y était plus large. Il est bien connu que l’une des premières barricades, à laquelle ont participé des centaines de personnes, avait été dressée par des partisans de heavy metal. Des chanteurs de rock étaient également présents14. »

Le tournant idéologique des années 1991-1993

  • 15 Bien que le terme « national-patriotique » fût déjà utilisé durant la perestroïka, il n’a acquis sa (...)
  • 16 Sont coprésidents de l’Assemblée nationale russe l’ex-général du KGB A. Sterligov, les communistes (...)

12L’échec du putsch d’août 1991, l’interdiction du PCUS et la dissolution de l’Union soviétique ont fondamentalement changé le paysage politique russe, particulièrement à l’intérieur du camp nationaliste. L’aile conservatrice de la vieille élite, très largement sur ses gardes, fut contrainte de développer de nouvelles stratégies politiques et idéologiques pour espérer reprendre le pouvoir. Ainsi, six mois seulement après ces événements, les premiers grands blocs national-patriotiques15 – l’Assemblée nationale russe et le Front de salut national, dont la figure centrale est, pour les deux, Guennadi Ziouganov – sont formés dans le but de rétablir l’Union soviétique et/ou l’Empire russe. Le spectre politique de ces coalitions va alors des néo-communistes aux organisations ouvertement fascistes16.

  • 17 Les leaders de la nouvelle droite occidentale, tels Alain de Benoist et Robert Steuckers, étaient m (...)

13Les centres intellectuels et les médias qui émergent à cette époque dans le camp nationaliste aident à constituer une idéologie transorganisationnelle se dénommant elle-même « national-patriotique ». Ces milieux se donnent pour mission de moderniser le nationalisme russe et d’en renouveler les doctrines, ce qui explique en grande partie le nom de nouvelle droite donné à ce mouvement spécifique. Ses principaux organes éditoriaux sont Den et Elementy, journaux publiés avec le soutien de certains cercles militaires et en coopération avec la nouvelle droite occidentale17. Ce courant, qui se pose comme une alternative au libéralisme du premier gouvernement Eltsine, cherche à formuler une théorie spécifiquement russe de la « troisième voie » qui conduirait à la fusion idéologique de forces de droite comme de gauche sous la bannière d’un nationalisme socialiste. La matrice idéologique de cette fusion est assurée en grande partie par l’antisémitisme, sous la forme d’un anticapitalisme romantique qui condamne le « capitalisme voleur » et le grand capital financier international contrôlé par les Juifs et leurs complices autochtones.

  • 18 Voir par exemple Âkušev V., « Sataninskij zagovor, ili tajnoe pružnoj perestrojki », Čto delat’ ?, (...)

14Le succès de cette stratégie, qui est parvenue – pour une courte période, cependant – à unifier presque toute l’opposition anti-eltsinienne dans un large mouvement nationaliste-socialiste, résulte de sa capacité à réagir en insistant sur les difficultés suscitées par les changements économiques. La dégradation de plus en plus visible de la situation sociale a en effet été mise en parallèle avec la désintégration de l’unité étatique et la perte du statut de grande puissance. Ainsi, selon ces doctrinaires, la destruction de l’Union soviétique serait la cause directe de la dégradation de la situation sociale et économique et non le résultat de déficits structurels régulant depuis plusieurs décennies déjà la vie des citoyens soviétiques. Afin de justifier et d’intérioriser ces changements politiques si brutaux, les leaders communistes du Front de salut national ont repris à leur compte les vieilles théories conspirationnistes antisémites18.

  • 19 Gibson J. L., « Understandings of Antisemitism in Russia », Slavic Review, n° 53, 1994, pp. 797-805 (...)
  • 20 Des articles sur ce sujet paraissaient dans chaque 4e ou 6e édition de Den et de son successeur Zav (...)

15Cette propagande ne semble pas être restée sans effet puisque sept études effectuées en Russie entre 1990 et 1993 montrent une certaine croissance de l’antisémitisme : en trois ans, de 9 à 18 % de la population russe affirment croire assurément en une intrigue sioniste contre la Russie et de 20 à 60 % n’excluent pas cette possibilité19. La fusion de diverses traditions idéologiques ainsi que la réactualisation pseudo-académique de théories conspirationnistes ont grandement facilité la naissance d’une contre-culture nationaliste, avec le soutien de cette nouvelle droite en attente d’une modernisation du nationalisme. Celle-ci espérait que le potentiel de rébellion, tel qu’il s’était manifesté durant la perestroïka, allait assurer un rajeunissement du mouvement nationaliste dans son ensemble et lui apporter un nouveau dynamisme. Dès leur création, Elementy et Den cherchent donc à exploiter la contre-culture jeune20 et l’éditeur d’Elementy, Alexandre Dougin, s’impliquera pleinement dans la constitution d’un parti nationaliste fondé sur la contre-culture jeune, le Parti national-bolchevik.

  • 21 Letov E., « Dvesti let odinočestvo », Kontrkul’tura, n° 3, 1991, pp. 17-18. Le dernier numéro du jo (...)
  • 22 Ibid., p. 10.
  • 23  Les démocrates, comme chacun sait, n’aiment pas le rock, pour on ne sait quelle raison », Russkij (...)

16Ainsi, entre 1991 et 1993, un nationalisme conservateur prosoviétique mené par l’arrière-garde du Parti et de l’appareil d’État contribue, en grande partie involontairement, à la constitution d’un nouveau nationalisme, révolutionnaire et marqué par les renversements politiques de ces deux années. La dissolution de l’Union soviétique, outre une crise sociale profonde qu’elle n’a fait qu’accentuer, met par ailleurs à mal la contre-culture établie durant la perestroïka, qui ne dispose plus alors d’opposition pour s’affirmer, ni de répression contre laquelle lutter. En outre, l’apparition d’un premier marché libre détruit les vieux réseaux de communication et de distribution de la contre-culture : les cassettes autoproduites et les concerts en sous-sols sont rapidement supplantés par des productions commerciales, des maisons de disques et des concerts publics. Cette perte d’« authenticité » de la contre-culture est dénoncée dès 1991 par Egor Letov, qui appelle à une nouvelle réorientation idéologique21. Le chanteur avoue même un certain complexe de culpabilité pour avoir contribué à la victoire d’un ordre social qui aurait créé, en Russie comme ailleurs, « un monde uniforme, matérialiste, privé de contenu22». Le ressentiment de nombreux partisans de la contre-culture est en grande partie, en effet, dirigé contre les intellectuels et hommes politiques de la perestroïka, critiqués pour avoir abandonné la culture aux lois du marché23.

17La contre-culture jeune ne pouvait donc subsister qu’en trouvant une nouvelle ligne de confrontation qui puisse instiller un sentiment d’existence et d’identité à travers l’expression d’une activité rebelle. Le nouvel ennemi se trouve tout naturellement être la démocratie occidentale tant vantée par les libéraux, qui suscite de profondes déceptions dans une société russe en attente d’un bien-être immédiat. L’Occident, appréhendé comme une « civilisation non héroïque de dealers et de débauchés par l’argent », aurait, selon Letov, volé à la jeunesse son authenticité culturelle et ses besoins sociaux fondamentaux. Ce réajustement idéologique de la contre-culture suppose toutefois la fin de l’inimitié entre celle-ci et les groupes nationalistes, ainsi que la disparition, chez ces derniers, de l’assimilation entre musique rock ou punk et Occident décadent. La nouvelle droite russe joue, là encore, un grand rôle dans ce redressement doctrinal en transformant le nationalisme russe traditionnellement slavophile et/ou stalinien en un nationalisme eurasiste impérialiste, tourné contre l’Occident mais non contre la modernité économique, et donc prêt à accueillir en son sein toutes les formes contemporaines de musicalité.

  • 24 Id., n° 2, 1993, p. 3.
  • 25 Id., n° 1, 1993, p. 29.

18Le principal magazine musical contre-culturel, Rousskii rok, a été l’un des premiers à prendre une nette orientation nationaliste, à affirmer la qualité exceptionnelle et la supériorité du rock russe sur son prédécesseur occidental, et à revendiquer haut et fort sa compatibilité avec la culture nationale24. Pour s’adapter aux schèmes de l’imaginaire nationaliste, la musique rock a été peu à peu présentée par ses partisans comme un culte dionysien de la force, appelant à la transformation, selon les termes mêmes de Rousskii rok, de la force anarchique féminine, typique de la contre-culture de la période soviétique, en une attitude nationaliste assumée et masculine25. Cette évolution implique toutefois une profonde modification des concepts de liberté et d’invidualisme qui constituaient les revendications initiales de la contre-culture. L’usage terminologique des idées de liberté, d’anarchie et de non-conformisme s’est donc poursuivi, afin d’assurer une apparente continuité, mais fut modifié dans son sens et sujet à des interprétations diverses.

  • 26 Pour plus de détails, voir Limonov E., Limonov protiv Žirinovskogo, Moscou, 1994.

19Outre les nombreux articles parus dans Elementy et Den, le premier signe concret de cette contre-culture devenue nationaliste apparaît avec la fondation du Parti national radical en 1992. Celui-ci se compose de nombreux partisans de la contre-culture à l’origine proches de Jirinovski et qui avaient joué un rôle considérable dans l’élaboration du style médiatique populiste et agressif du leader du LDPR26. Ce Parti national radical finance le magazine Rousskii rok, organise de nombreux concerts et présente même aux élections municipales de Moscou le chanteur du groupe de heavy metal Korrozia Metalla, faisant donc office de centre de coordination entre la contre-culture et le mouvement nationaliste. Son principal leader, Edouard Limonov, est l’un des seuls à bénéficier de la légitimité nécessaire pour encourager cette partie de la jeunesse, autrefois rebelle face au conservatisme soviétique, à passer à des activités révolutionnaires exaltant le passé socialiste.

  • 27 Limonov E., « Interv’û », Stolica, n° 32, 1994, p. 11.
  • 28 Dès 1993, Dougin et Limonov étaient déjà en accord sur la nécessité d’une telle popularisation prat (...)
  • 29 Dugin A., Konservativnaâ revolûciâ, Moscou, Arktogeâ, 1994, p. 165.

20Limonov avait été expulsé du pays en 1974 en raison d’un volume de poésie trop permissif paru en samizdat. Par la suite, son roman autobiographique, C’est moi, Eddie, dans lequel il décrit sa vie d’exilé à New York comme celle d’un beatnik, était devenu un livre culte de la contre-culture, vendu à plus d’un million d’exemplaires. À son retour en Russie, Limonov s’engage doublement, au sein du mouvement contre-culturel tout comme dans les mouvances nationalistes. L’atmosphère parfois proche de la guerre civile qui touche la Russie en 1993, les grandes manifestations nationalistes de cette époque ainsi que la vaine tentative d’interdire le Front de salut contribuent considérablement à déstabiliser le pays et créent un espace pour la glorification sans réserve de la violence. Limonov s’ancre dans ce champ et revendique pour son mouvement le droit à l’exaltation du combat, culminant avec la déclaration « La guerre, c’est la liberté27». Cette esthétisation de la violence le place dans la lignée intellectuelle d’Alexandre Dougin, l’idéologue d’Elementy avec lequel il fonde en 1994 le principal parti contre-culturel « rouge-brun » de la décennie28. Par la suite, les deux hommes continueront, par exemple, à vanter les mérites du régime de Slobodan Milošević et à considérer la Serbie comme un modèle de lutte de libération nationale pour la Russie et un exemple réussi, mais détruit par l’Occident, de « révolution conservatrice »29.

  • 30 Pour plus de détails sur l’UNR, voir Mathyl M., « Staatlicher Antisemitismus in Rußland- Auflösung (...)
  • 31 Izvestiâ, 6 septembre 1995, p. 1.

21Alors qu’en 1991, le putsch avait suscité la résistance des milieux contre-culturels, descendus dans la rue défendre les acquis de la perestroïka, les affrontements armés d’octobre 1993 autour du Soviet suprême et de la station de radio et de télévision Ostankino impliquent des punks, des anarchistes et de très nombreux groupuscules nationalistes organisés, mais cette fois-ci aux côtés des révoltés contre Eltsine. La principale force armée des nationalistes est constituée des milices de l’Unité nationale russe d’Alexandre Barkachov30, censées devenir, en cas de victoire, le noyau d’une unité spéciale du ministère de l’Intérieur31. La présence de cette contre-culture jeune aux côtés des insurgés a été très appréciée par les milieux nationalistes. Ainsi, le dernier numéro de Den, paru pendant les jours de troubles de début octobre et déjà illégal, contenait de nombreux articles concernant le futur Parti national-bolchevik et publiait une page supplémentaire dans laquelle d’éminents partisans de la contre-culture comme Egor Letov appelaient à soutenir le Parlement contre le Président. Letov s’y décrit de manière paradoxale comme un « nationaliste soviétique » et, contrairement à ses propres expériences et convictions antérieures, glorifie l’Union soviétique comme un pas important sur le chemin de l’unification de l’humanité tout entière. Le passage au nationalisme de la contre-culture était donc engagé.

Naissance du Parti national-bolchevik et de son syncrétisme doctrinal

  • 32 Sur la trajectoire politique de la Russie à cette époque, cf. Russland - Elemente einer postsowjeti (...)

22La défaite des conservateurs à la suite du bombardement du Parlement a accéléré les scissions au sein du mouvement patriotique. Bien qu’ayant perdu la bataille de la rue, le milieu nationaliste a su profiter des élections de décembre 1993 et en faire un succès. Une partie des nationalistes décide cependant d’abandonner l’idée d’une participation parlementaire. Cette permutation leur permet alors de se présenter comme seuls représentants d’un « réel » nationalisme russe non compromis avec le pouvoir et de critiquer non seulement les démocrates, mais également les nationalistes désormais représentés à la Douma. Le jeu politique se trouve donc troublé, tant par cette division interne au camp patriotique que par l’emploi, de plus en plus récurrent, de certains de ses éléments discursifs par les autorités dans leur lutte contre les revendications séparatistes tchétchènes32.

  • 33 Cet appel a été publié dans le journal Den’-Zavtra, n° 25, 1994.
  • 34 L’Opposition révolutionnaire, vieille alors de quelques semaines seulement, incluait des nationalis (...)

23Parmi les forces radicales qui n’ont pas considéré la bataille d’octobre 1993 comme une défaite, mais comme le signal de départ d’une lutte plus générale se sont retrouvés Alexandre Dougin, Edouard Limonov et Egor Letov. Début 1994, ceux-ci fondent l’Opposition révolutionnaire, mouvement qui se transforme rapidement en un Parti national-bolchevik (PNB). L’appel publié par l’Opposition révolutionnaire33 ainsi que le journal du PNB Limonka permettent une analyse plus approfondie de l’idéologie et de la stratégie de ce mouvement. Sa base sociale est celle des jeunes dits « nationalement orientés », rockers, anarchistes, nationaux-révolutionnaires, sociaux-révolutionnaires et autres opposants au système, présentés comme une « nouvelle élite nationale » qui « constitue cette aile des défenseurs du Parlement qui a préféré l’attaque à la défense ». La composition de cette « nouvelle élite » montre que la synthèse droite-gauche à laquelle aspire dès ses origines le PNB est non seulement réalisée – puisque certains se déclarent communistes, d’autres fascistes34 –, mais dépasse également ce cadre afin d’y inclure, par exemple, les anarchistes et tous les « antisystémiques ».

  • 35 Dugin A., discours au concert « La percée russe », Moscou, décembre 1993.

24Le PNB joue la carte d’une synthèse doctrinale entre ce que fut, d’un côté, la contre-culture à l’époque soviétique et perestroïkienne et, de l’autre, le ralliement au nationalisme. Ainsi, la terminologie employée dans Limonka (« révolution populaire », « union spontanée », « ni restauration, ni rétablissement, nous exigeons la révolution ! ») semble empruntée aux proclamations libertaires des années 1980. Elle suppose une continuité avec la contre-culture originelle sous une forme libérale et égalitaire, bien qu’elle se limite en réalité à un groupe spécifique (Russes, de sexe masculin, guerriers, etc.) et se pense donc également comme anti-égalitaire pour l’extérieur de la communauté. La phraséologie du journal est bien souvent anarchiste et le paragraphe final de l’appel se conclut par exemple par : « Radicaux et individus sans compromis, exigez l’impossible ! » Des termes tels que « opposition totale au système », « non-conformisme » et « radicalisme » sont censés convaincre la jeunesse contre-culturelle de la nécessité d’une union des extrêmes contre le centre. « Tôt ou tard, la non-conformité dirigée contre le système grandira. Cela a toujours été le cas et le sera toujours. […] Nous sommes unis par quelque chose qui dépasse la politique, nous sommes unis par la haine du système35. »

  • 36 La déclaration du Front national-bolchevik, précurseur direct du PNB, affirme : « Nous considérons (...)
  • 37 Voir par exemple, sur les liens entre judaïsme et capitalisme, Limonka, n° 1, 1994, p. 3.

25Au-delà du postulat d’une fusion dite naturelle entre les « extrêmes », le PNB affirme, dans la tradition des mouvements de la troisième voie, que révolution nationale et révolution sociale émanent d’un même principe, ce qui justifierait un front idéologique commun36. Il est logique que cette allégation caractérise également la perception du capitalisme, dénoncé à la fois sur le plan économique et en tant qu’importation étrangère au peuple russe37. L’identification à une race aryenne imaginaire confirme l’extension déjà mentionnée des paramètres du nationalisme russe, qui permet l’intégration d’éléments auparavant « culturellement étrangers » dans un cadre aryaniste aujourd’hui commun à la quasi-totalité du champ nationaliste. La fusion d’une idéologie fascisante avec le passé soviétique apparaît également dans le symbole du PNB, qui conjugue références à l’URSS tout comme au NSDAP : un drapeau rouge, avec un cercle blanc contenant en son centre, en lieu et place de la croix gammée, un marteau et une faucille se coupant en angle droit. Ce drapeau rappelle par ailleurs le symbole soi-disant runique qui était paru à la une du quatrième numéro d’Elementy.

26Un moment déterminant dans le développement de cette contre-culture nationaliste, dans les années 1990, a été marqué par les concerts « La percée russe » : des ligues très politisées accompagnent alors les groupes de musique nationaliste lors de leurs tournées devant des milliers de jeunes fans dans plusieurs villes comme Moscou, Saint-Pétersbourg, Minsk, Kiev et Kharkov. Le concert d’ouverture donné à Moscou en décembre 1993 à une valeur d’autant plus symbolique qu’il est le premier concert de Grajdanskaïa Oborona après plus de trois ans d’interruption. Lors de la conférence de presse qui suit, Egor Letov affirme qu’il est toujours le même tout en admettant que, contrairement à son ancienne allure anarchiste, il se considère dorénavant davantage comme un communiste dans la tradition des Brigades rouges. Dans d’autres entretiens, il proclame que l’anarchisme, le communisme et le fascisme constituent les diverses facettes d’une même médaille et sont préférables à toute démocratie.

  • 38 Id., n° 1, 1994, p. 2.
  • 39 Id., n° 14, 1991, p. 4.
  • 40 Id., n° 38, 1996, p. 4.

27Les nouvelles convictions politiques de Letov apparaissent encore plus nettement dans un article au titre révélateur : « Ceci symbolise ma liberté38», dans lequel il s’enthousiasme pour la civilisation « fanatique » et « ardente » des guerriers, héros, travailleurs et poètes qui ont pour mission d’abolir le régime actuel, cette « civilisation de cafards », qu’il oppose à la « civilisation cosmique » du système soviétique. Le terme de « contre-perestroïka » [kontrperestrojka] introduit par le PNB indique en outre que cette nouvelle utopie contre-culturelle cherche à raviver l’impulsion rebelle de la perestroïka, en l’orientant cette fois-ci contre les conséquences des réformes. Un article sur la fermeture des clubs de rock par les représentants du gouvernement démocratique explique, par exemple, que la contre-culture est revenue à son point de départ pré-perestroïkien, ce qui est perçu comme positif puisque prometteur de nouvelles déstabilisations sociales39. Le PNB s’inscrit également dans la tradition fasciste par ses appels révolutionnaires et reformule plus explicitement ce qui apparaît déjà dans l’article de Letov : la projection utopique d’une nouvelle société et d’un « homme nouveau » ayant réponse aux questions existentielles. « Le PNB vous apporte un sens à la vie et une position magnifiée dans la société que nous créerons ensemble. Vous serez la nouvelle élite de la Russie. La Russie vous appartiendra40. »

  • 41 Shenfield S. D., Russian Fascism. Traditions, Tendencies, Movements, New York - Londres, M. E. Shar (...)
  • 42 Narodnyj stroj, n° 1-2, 1995, p. 2.

28Afin d’évaluer correctement le statut du PNB sur la scène politique russe dans la première moitié des années 1990, il est nécessaire de prendre en compte ses stratégies d’infiltration de la société antisystémique locale. En deux années seulement, le PNB est devenu la deuxième organisation nationaliste extra-parlementaire de Russie et comptait au moins 8 000 membres dans 40 des 89 sujets de Russie et dans quelques-unes des anciennes républiques soviétiques41. S’inspirant de sa propagande, d’autres groupes contre-culturels se sont formés en étroite coopération avec les nationaux-bolcheviks. Parmi eux méritent tout particulièrement d’être mentionnés l’Union nationale russe et le Front national, dont l’antisémitisme est beaucoup plus explicite et plus violemment exprimé qu’au sein du PNB. Les deux mouvements font également référence, dans leurs principaux slogans de ralliement que sont « Volonté, sang, ordre » et « Pureté de la croyance, pureté du sang », à une conception racialiste de la nation. Dans sa déclaration de principe, le Front national parle ouvertement d’« hygiène raciale » et ajoute que la nation russe a pour mission de libérer la population européenne du « joug sioniste mondial »42.

  • 43 Mindal, 1994, p. 1.
  • 44 Klassovaâ vojna, n° 6, 1995, p. 1.
  • 45 Russkoe soprotivlenie, n° 2, 1994, p. 6.

29L’influence que le PNB exerce sur les organisations radicales, non seulement « de droite » mais aussi « de gauche », s’étend à des groupes staliniens, trotskistes et anarchistes qui comptent parmi leurs partisans essentiellement des jeunes. Malgré des sensibilités différentes, ces groupes sont souvent difficiles à dissocier puisque tous espèrent en une radicalisation de ce qu’ils pensent être à « la gauche » du Parti communiste. Leurs leaders appartiennent souvent au PNB en plus de leur affiliation originelle ou sont membres de plusieurs groupuscules à la fois. Ainsi, l’un d’entre eux, Dmitri Kostenko, est en même temps membre du groupe théoriquement anarchiste IREAN et du groupe staliniste RKRP, ainsi que président de l’Union des étudiants Zachtchita (« Défense »). Les publications de Kostenko défendent la répression stalinienne en tant que « méthode de nettoyage » nécessaire lors de tout événement révolutionnaire43 et assurent encore plus brutalement qu’« il n’y a pas de forme de protestation sociale qui corresponde davantage au caractère de la nation russe que le pogrom44». Kostenko publie également dans les journaux fascistes tels que Rousskoe soprotivlenie, édité par le Parti national républicain de Lyssenko45. Les divisions entre « droite » et « gauche » ne semblent donc pas pertinentes afin de définir ces mouvements.

  • 46 Korrozia Metalla était à l’origine étroitement associée au PNB et à son journal Limonka, mais a sui (...)
  • 47 Železnyj marš, n° 16, 1996, p. 39.

30Le PNB est devenu en quelques années l’organisation politique la plus présente dans la contre-culture russe. Son aire d’influence dépasse largement les individus politiquement actifs et touche une multitude de milieux associatifs, en particulier ceux proches des groupes Grajdanskaïa Oborona et Korrozia Metalla. Par sa publication du principal journal russe de heavy metal, Jeleznyi March, Korrozia Metalla jouit d’une remarquable influence dans les cercles musicaux46. Ce journal en couleur somptueusement imprimé et disponible dans tous les magasins de rock de Moscou propose aux lecteurs non seulement des articles liés à la musique, mais également des recensions de livres néofascistes et des commentaires tirés des ouvrages d’Alexandre Dougin, par exemple Conspirologie, promu avec une croix gammée sur sa couverture. Le journal, largement distribué et vendu légalement, inclut parfois des articles si racistes et antisémites que certains magazines fascistes à diffusion plus limitée hésiteraient à les publier. Un courrier de lecteur, adressé à l’éditeur du magazine et imprimé sans aucun commentaire, note ainsi : « Je suis tout à fait d’accord avec vos opinions et je crois qu’en ces temps si difficiles pour la Russie, une fascisation du régime est nécessaire, un ordre russe doit être instauré, tout d’abord en Russie puis dans le monde entier. » L’auteur continue en se prononçant en faveur de la « destruction physique » de tous les « Juifs, démocrates et de toutes ces cochonneries habituelles »47.

  • 48 Medved’, n° 3, 1996, p. 38.

31Enfin, la propagande du PNB et son insistance, par exemple, sur la nécessité de nouveaux codes vestimentaires symbolisant la contre-culture ont contribué à l’émergence d’une scène skinhead vers 19951996. Ce milieu, étroitement associé au journal de l’Union nationale russe Chtourmovik, recrute en effet par l’intermédiaire des journaux de heavy metal. Au-delà de ces milieux skinhead, heavy metal et punk, le PNB a également touché certains cercles artistiques d’avant-garde, par exemple le groupe moscovite Nikolaus Kopernik ou le chanteur très connu Sergueï Kouriokhin, décédé en 1996. Le concert « Kouriokhin pour Dougin », que ce musicien et son groupe, Pop Meckhanika, avaient donné pour la campagne électorale du PNB en octobre 1995, avait alors fait les gros titres de la presse russe. Dans des entretiens largement diffusés, Kouriokhin, membre du PNB, n’avait pas caché sa fascination, en tant qu’artiste, pour l’idéologie promulguée par Dougin, centrée sur l’héroïsme et une volonté sacrificielle48.

Recomposition du spectre politique russe et place du PNB en son sein

  • 49 Evrazijskoe vtorženie, n° 1, 1998, p. 8.

32Le schisme qui divise le PNB au début de l’année 1998 constitue un événement important dans les milieux de la contre-culture nationaliste. Le retrait de Dougin du Parti national-bolchevik ne signifie toutefois pas que celui-ci se soit éloigné des théories du national-bolchevisme. Il a même tenté, après son départ, d’interdire au PNB l’usage de ce terme, réclamant cette référence exclusivement pour lui-même et son association Arktogeïa49. L’entrée de Dougin dans les hautes sphères politiques, en tant que conseiller du porte-parole de la Douma Guennadi Seleznev, révèle le succès partiel de la nouvelle droite russe à intégrer des structures officielles. Parmi les principales figures du PCFR, Seleznev était justement considéré comme la personnalité pouvant faire le lien entre les milieux nationalistes et le cœur décisionnaire du pouvoir. Ainsi, le mouvement Rossia, fondé en novembre 2000 par Seleznev avec l’appui doctrinal de Dougin, s’est présenté comme une force centriste cherchant explicitement à occuper le champ laissé vacant entre le PCFR et le parti présidentiel Unité. Dougin et Arktogeïa se sont par la suite davantage encore rapprochés de V. Poutine en avril 2001, avec la fondation du mouvement Evrazia, et ont coopéré directement avec l’administration présidentielle sur des questions de sécurité intérieure et extérieure.

  • 50 Bien que membre du PNB, le groupe Zaprechtchennye Barabantchiki est parvenu à prendre ses distances (...)
  • 51 Par exemple, la petite encyclopédie de rock russe publiée par le nationaliste radical Vladimir Maro (...)

33Le théoricien et son think tank poursuivent donc leurs objectifs de conquête d’une hégémonie culturelle globale dans les cercles du pouvoir, mais n’en oublient pas pour autant la contre-culture jeune. En effet, malgré le schisme entre Limonov et Dougin, le champ contre-culturel nationaliste n’en reste pas moins toujours influencé par les doctrines du second, qui a investi le domaine d’Internet entre 1997 et 2000 et a su utiliser cette technologie plus qu’aucune autre figure nationaliste. Avec la perte de son principal idéologue, le PNB a toutefois abandonné une partie de son ambiguïté sociale et s’est réinscrit dans le champ antisystémique, ne semblant plus tenté par la carte de la normalisation telle que Dougin la joue, en solitaire, depuis 1998. Il continue néanmoins à dominer une bonne part du domaine musical rock, punk et heavy metal dont il est issu. Ainsi, en 1999, un groupe étroitement associé au PNB, Zaprechtchennye Barabantchiki, a réussi à atteindre le sommet du hit-parade russe avec une chanson subtilement raciste50.La présence du nationalisme dans le domaine musical est également confortée par la publication engagée de plusieurs encyclopédies de rock et le ralliement tardif de certains journaux contre-culturels au nationalisme51. Cet ancrage dans le champ contre-culturel, et non plus sur la scène politique officielle, s’est accentué à partir de 2001 avec l’emprisonnement de Limonov : la disparition momentanée du leader du PNB et les menaces juridiques pesant sur le parti, y compris son interdiction en 2005, ne contribuent pas à sa normalisation politique, mais renforcent au contraire ses stratégies de domination culturelle de l’underground.

  • 52 Deutsche Stimme, n° 10, 2001.

34Cette contre-culture nationaliste a néanmoins su établir des liens étroits avec ses proches en Europe occidentale, en particulier en Allemagne. Ainsi, alors que, dans la première moitié des années 1990, le national-bolchevisme disposait de peu de liens internationaux, on observe une nette croissance de la coopération depuis 1997, en grande partie liée aux nouvelles opportunités offertes par Internet. Arktogeïa a par exemple fondé des filiales en Finlande, en Grande-Bretagne et en Italie et, à travers le site « Nouvelle Résistance », a établi des alliances avec divers groupes nationaux-révolutionnaires : le groupe National Anarchy en Grande-Bretagne milite pour une synthèse des idéologies d’extrême droite et d’extrême gauche, à l’exemple du PNB ; Archivo Eurasia publie des traductions en italien des textes de Dougin disponibles en ligne ; Horst Mahler, ancien terroriste de la Fraction Armée rouge, grande figure du national-bolchevisme allemand et membre depuis 2000 du principal parti d’extrême droite de RFA, entretient des liens directs avec Dougin. L’organe du Nationaldemokratische Partei Deutschlands, Deutsche Stimme, contient de plus en plus régulièrement des articles favorables à l’expérience communiste, particulièrement en RDA, et glorifie un front national-bolchevik en devenir qui serait appelé à constituer le fer de lance du non-conformisme contemporain52.

  • 53 Il est intéressant de constater que le titre de la chanson Solnevorot n’a pas été traduit par « sva (...)

35Au-delà de l’extrême droite, l’extrême gauche a également noué des contacts avec la contre-culture nationaliste russe. Dans les groupes de l’ancienne opposition, à Berlin-Est en particulier, l’emprunt de concepts national-bolcheviks à la Russie s’inscrit dans une orientation avant tout anti-occidentale. À la suite de l’invitation de D. Kostenko à une conférence sur « les vrais révolutionnaires dans la Russie d’aujourd’hui », qui s’est tenue en mars 1998, le groupe anarchiste Sklaven a organisé un concert de Grajdanskaïa Oborona en novembre 2001 à Berlin et a fait la promotion de ses chansons liées au thème de la svastika dans son magazine Gegner53. Le mouvement anti-globalisation, de plus en plus influent, constitue lui aussi, depuis 2001, une cible très convoitée de la nouvelle droite russe. Les premières manifestations anti-globalisation ayant eu lieu en Russie ont en effet été dominées par des forces nationalistes radicales telles que le PNB, et un confident proche de Dougin a réussi à se distinguer en tant qu’éditeur du réseau antimondialiste international Indymedia sans que soient remarqués ses liens étroits avec les cercles internationaux de la nouvelle droite. Ainsi, en Allemagne, la présence publique de personnalités du champ contre-culturel nationaliste russe comme Sergueï Kouriokhin, Alina Vitouchnovskaïa, Iouri Mamleev ou Timour Novikov révèle le peu de conscience, en Occident, de la dimension politique de cette contre-culture.

* * *

36L’étude de la contre-culture nationaliste russe permet de réfléchir plus largement aux changements politiques et sociaux qui ont transformé la Russie perestroïkienne depuis maintenant une quinzaine d’années. L’évolution de cette contre-culture s’est en effet opérée en plusieurs stades distincts qui recoupent la chronologie des transformations subies par l’ensemble du champ politique : la convergence idéologique du communisme soviétique et du nationalisme russe durant la seconde phase de la perestroïka, après 1988, suivie d’un renversement des engagements politiques et des alliances de la contre-culture lors de la période charnière de 1993, puis l’affirmation de plus en plus prégnante du patriotisme comme idéologie dominante de la Russie contemporaine dès la deuxième moitié des années 1990. Ce dernier phénomène, qu’illustre le parcours de Dougin, renvoie paradoxalement la contre-culture non nationaliste dans la marginalité sociale.

37La croissance d’une orientation antisémite et nationaliste et son expression dans divers mouvements présents tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du système parlementaire révèlent la capacité d’évolution des milieux nationalistes, qui ont su profiter de l’émancipation offerte par la perestroïka pour intégrer des couches de population auparavant sans tendance nationaliste, en particulier les jeunes activistes de la contre-culture. De leur côté, ceux-ci ont dû ajuster leurs revendications de marginalité aux rapides changements politiques et donc passer du soutien de la perestroïka à sa critique virulente. Ainsi, une identité sociale contre-culturelle s’est maintenue malgré la brutalité des évolutions sociales ; elle a su préserver son ancrage social tout en changeant fondamentalement de sens, et a alors croisé le chemin de milieux nationalistes eux aussi à la recherche de nouveaux alliés.

38La contre-culture joue aujourd’hui un rôle symbolique central pour les groupuscules fascisants : ceux-ci sont à la recherche d’une esthétisation de leur volonté de violence et de guérilla urbaine et pensent pouvoir diffuser leurs préceptes par le biais d’une musique appréciée dans des cercles bien plus larges. Cette mouvance du nationalisme russe espère donc trouver sa pérennité en s’ancrant dans une contre-culture spécifiquement jeune, ce qui ne l’empêche pas, par ailleurs, en fonction des possibilités qui lui sont offertes, de préserver des liens intimes avec certaines figures, telles que Dougin, qui ont choisi la voie de la respectabilité publique. Comme en Occident, la nouvelle droite russe cherche à maintenir son influence sur les deux tableaux et sert de lieu de rencontre (en Russie, autour de l’idée de national-bolchevisme) entre, d’un côté, les milieux antisystémiques proches de l’underground, et, de l’autre, les cercles nationalistes ayant fait le choix de l’officialité et du jeu démocratique.

Notes

1 Mathyl M., « Die National-Bolschewistische Partei als Beispiel für die Radikalisierung des russischen Nationalismus », Halbjahreszeitschrift für südosteuropäische Geschichte, Literatur und Politik, n° 2, 1997, pp. 7-15, et n° 1, 1998, pp. 23-36.

2 Eichwede W., « Auf der Suche nach Autonomie », in Beyrau D. et Eichwede W., Auf der Suche nach Autonomie, Bremen, 1987, p. 7.

3 Erofeev A., « Die Kunst der Nonkonformisten », in Erofeev A. (dir.), Kunst im Verborgenen, Ausstellungskatalog, Munich, 1995, p. 14.

4 Egor Letov a par exemple produit lui-même au moins 19 cassettes entre 1983 et 1986 sous le label « Grob-disques » (Letov E., Â ne verû v anarhiû, Moscou, 1997). Jusqu’en 1986, le samizdat rock comptait à lui tout seul 47 publications différentes présentes dans presque toutes les régions de l’Union soviétique (Kusnir A., « Diskretnaâ ènciklopediâ rok-samizdata », Kontrkul’tura, n° 3, 1991, pp. 49-95).

5 Le travail d’Olga Alexandrova (Informelle Gruppen und die Perestrojka, Cologne, Berichte des Bundesministeriums für ostwissenschaftliche und internationale Studien, 1988) sur les groupes informels existant pendant la perestroïka montre que l’attitude de la société soviétique officielle à leur égard n’était déjà plus uniforme. Alors que l’État, le Parti et le Komsomol étaient particulièrement mal disposés envers eux, une grande part de l’intelligentsia ouverte aux réformes a bien accueilli ces activités indépendantes venant de la jeunesse et aidé à leur popularisation dans les médias.

6 Levičeva V., « Neformal’naâ gruppa : iščem sebâ », Smena, n° 12, 1987, p. 5.

7 Levada Û., « Der Aufbruch der Jungen », in Schlott W. (dir.), Die enterbte Generation, Leipzig, 1994, p. 167.

8 Pour plus de détails sur la perestroïka populaire, voir Engert S. et Garten-Schläger U., Der Aufbruch : Alternative Bewegungen in der Sowjetunion, Reinbek, 1989.

9 Levada Û., « Der Aufbruch der Jungen », op. cit., p. 169.

10 Au plénum du Comité central du mois d’avril 1989, le leader du PC d’Azerbaïdjan, Abulrakhman Vessirov, a décrit l’importante activité éditoriale des groupes informels comme un « sida idéologique qui infecte la nation » ; cité in Engert S. et Gartenschläger U., Der Aufbruch…, op. cit., p. 87.

11 Discours du leader de Pamiat, Dmitri Vassiliev, à Leningrad en 1986, cité in Laqueur W., The Black Hundreds, New York, 1993, dans sa version allemande Der Schoß ist fruchtbar noch, Munich, 1995, p. 261.

12 Volodin V., « Für eine Perestrojka auf sozialistisch », Osteuropa, n° 3, 1990, p. 142.

13 Graždanskaâ Oborona, « Vse v porâdke », dans l’album de 1988-1989 « Vse idet po planu ».

14 Voir Ehlers K., « Wir lassen uns nicht in die Seele spucken », Die andere, n° 3, 1992. Selon des témoins, il y aurait eu une barricade exclusivement défendue par les anarchistes, connue sous le nom de « barricade n° 6 ».

15 Bien que le terme « national-patriotique » fût déjà utilisé durant la perestroïka, il n’a acquis sa signification actuelle qu’à partir de 1991 avec l’émergence de larges alliances d’opposition et leur échiquier politique « rouge-brun ».

16 Sont coprésidents de l’Assemblée nationale russe l’ex-général du KGB A. Sterligov, les communistes Guennadi Ziouganov et Albert Makachov, l’écrivain de « prose de village » Valentin Raspoutin, le leader de l’Unité nationale russe Alexandre Barkachov et le directeur d’une grande usine chimique appartenant au complexe militaire industriel, Piotr Romanov. Ivanov L. J., Rußland nach Gorbatschow, Passau 1996, pp. 231, 284.

17 Les leaders de la nouvelle droite occidentale, tels Alain de Benoist et Robert Steuckers, étaient membres, dès la création du journal, du comité éditorial d’Elementy, qui a été le premier en Russie à publier des traductions de leurs principaux textes.

18 Voir par exemple Âkušev V., « Sataninskij zagovor, ili tajnoe pružnoj perestrojki », Čto delat’ ?, n° 21, 1992, p. 3. L’auteur de cet article est l’un des dirigeants du second plus grand parti néocommuniste de Russie, le RKRP, qui compte 10 000 membres environ.

19 Gibson J. L., « Understandings of Antisemitism in Russia », Slavic Review, n° 53, 1994, pp. 797-805 ; Gudko et Levinson, « Otnošenie k evreâm », Sociologičeskie issledovaniâ, n° 12, 1992, p. 111.

20 Des articles sur ce sujet paraissaient dans chaque 4e ou 6e édition de Den et de son successeur Zavtra, toujours à la une et sous le titre « Le rock de l’opposition russe ». Les numéros 1, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9 d’Elementy incluent eux aussi des articles aux références artistiques contre-culturelles, le numéro 9 étant quasi exclusivement consacré à ce thème.

21 Letov E., « Dvesti let odinočestvo », Kontrkul’tura, n° 3, 1991, pp. 17-18. Le dernier numéro du journal Kontrkul’tura exprime la crise profonde et tout à fait consciente de la contre-culture. L’éditorial affirme même qu’au moment où ce numéro était sous presse, le projet de contre-culture n’avait déjà plus cours puisque la professionnalisation de la musique était jugée comme une contradiction fondamentale au principe samizdat de l’autopublication. La « fin de l’underground » est mentionnée dans un article du même nom ainsi qu’à la une du journal.

22 Ibid., p. 10.

23  Les démocrates, comme chacun sait, n’aiment pas le rock, pour on ne sait quelle raison », Russkij rok, n° 1, 1993, p. 14.

24 Id., n° 2, 1993, p. 3.

25 Id., n° 1, 1993, p. 29.

26 Pour plus de détails, voir Limonov E., Limonov protiv Žirinovskogo, Moscou, 1994.

27 Limonov E., « Interv’û », Stolica, n° 32, 1994, p. 11.

28 Dès 1993, Dougin et Limonov étaient déjà en accord sur la nécessité d’une telle popularisation pratique des idées élitistes de la nouvelle droite. Elementy, n° 4, 1993, pp. 49-52.

29 Dugin A., Konservativnaâ revolûciâ, Moscou, Arktogeâ, 1994, p. 165.

30 Pour plus de détails sur l’UNR, voir Mathyl M., « Staatlicher Antisemitismus in Rußland- Auflösung oder Renaissance », Jahrbuch für Antisemitismusforschung, Frankfurt a. M., 1999, pp. 60-81.

31 Izvestiâ, 6 septembre 1995, p. 1.

32 Sur la trajectoire politique de la Russie à cette époque, cf. Russland - Elemente einer postsowjetischen Kultur, Bremen, Forschungsstelle Osteuropa, 1996.

33 Cet appel a été publié dans le journal Den’-Zavtra, n° 25, 1994.

34 L’Opposition révolutionnaire, vieille alors de quelques semaines seulement, incluait des nationalistes contre-culturels comme Limonov, Dougin et Letov, ainsi que l’UNR de Barkachov et le RKRP d’Anpilov.

35 Dugin A., discours au concert « La percée russe », Moscou, décembre 1993.

36 La déclaration du Front national-bolchevik, précurseur direct du PNB, affirme : « Nous considérons la révolution nationale comme un synonyme de la société, et vice versa. » Tract du Front national-bolchevik, Moscou, 1993.

37 Voir par exemple, sur les liens entre judaïsme et capitalisme, Limonka, n° 1, 1994, p. 3.

38 Id., n° 1, 1994, p. 2.

39 Id., n° 14, 1991, p. 4.

40 Id., n° 38, 1996, p. 4.

41 Shenfield S. D., Russian Fascism. Traditions, Tendencies, Movements, New York - Londres, M. E. Sharpe, 2001, p. 190 ; Pribylovskij V., « Nezametnyj raskol », Russkaâ mysl’, n° 4229, 1998, p. 9.

42 Narodnyj stroj, n° 1-2, 1995, p. 2.

43 Mindal, 1994, p. 1.

44 Klassovaâ vojna, n° 6, 1995, p. 1.

45 Russkoe soprotivlenie, n° 2, 1994, p. 6.

46 Korrozia Metalla était à l’origine étroitement associée au PNB et à son journal Limonka, mais a suivi à partir de 1997 une voie plus indépendante tout en continuant à être un élément clé de la contre-culture nationaliste. Le groupe a fondé un Parti anarchiste, institué son propre label de musique professionnelle et joué un grand rôle dans la constitution du milieu skinhead.

47 Železnyj marš, n° 16, 1996, p. 39.

48 Medved’, n° 3, 1996, p. 38.

49 Evrazijskoe vtorženie, n° 1, 1998, p. 8.

50 Bien que membre du PNB, le groupe Zaprechtchennye Barabantchiki est parvenu à prendre ses distances face aux accusations de racisme suscitées par sa chanson Ils ont tué un Noir, tout en préservant un style rebelle qui dénonce le « politiquement correct » occidental. Le chanteur du groupe s’est très clairement engagé en faveur du principe de révolution nationale et son attirance pour la culture africaine et latino-américaine n’est qu’un simple instrument de création musicale. Zavtra, n° 43, 1999, p. 8.

51 Par exemple, la petite encyclopédie de rock russe publiée par le nationaliste radical Vladimir Marotchkin en 2001 ou la réapparition de Kontrkul’tura, le magazine contre-culturel le plus connu, après une interruption de près de dix ans.

52 Deutsche Stimme, n° 10, 2001.

53 Il est intéressant de constater que le titre de la chanson Solnevorot n’a pas été traduit par « svastika » mais par « solstice », alors que ce mot désigne très nettement en russe le symbole aryen et que Letov se déclare par ailleurs être lui-même l’incarnation du « paradigme de la svastika ».

Auteur

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable