Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figure de la ville et construction des savoirs

 | 
Frédéric Pousin

Partie III. Architecture, communication et culture visuelle

Chapitre X. Images d’une ville moderne pour l’Italie fasciste. La photographie publiée, Quadrante 1933-1936

Hélène Jannière

Texte intégral

1La publication architecturale n’est pas uniquement vecteur de diffusion d’édifices, de projets ou de doctrines constituées : elle peut élaborer et fixer des savoirs et des discours sur l’architecture et l’urbanisme. Les composantes visuelles de la publication, les figurations dans l’espace matériel du livre ou de la revue, jouent en cette matière un rôle non négligeable, qu’il convient d’approfondir.

  • 1 Bontempelli (1878-1960), écrivain, avait fondé en 1926 avec Curzio Malaparte la revue 900 (Novecen (...)
  • 2 Carlo Belli (1909-1985) critique d’art, est l’auteur de Kn (Milan, éd. de la Galleria del Milione, (...)
  • 3 M. Bontempelli, éditorial in Quadrante, n° 12, avril 1934, p. 1.
  • 4 Pour une analyse détaillée de l’histoire de cette revue, cf. F. Biscossa, « Quadrante : Il dibatti (...)

2Cette étude porte sur les dispositifs visuels employés pour diffuser le projet de ville moderne soutenu par la revue italienne Quadrante (1933-1936). Fondée et dirigée par l’écrivain Massimo Bontempelli1, codirigée par le critique d’art et d’architecture Pietro Maria Bardi, Quadrante est une revue politique et culturelle. Elle publie de nombreux articles sur la peinture, la sculpture, la littérature et la musique contemporaines et, au titre des arts dits de masse qui intéressent particulièrement le régime fasciste, le théâtre et le cinéma. Le critique d’art Carlo Belli2 y soutient l’abstraction italienne. Si Quadrante place l’architecture au centre des arts, ce n’est pas au titre d’une anachronique œuvre d’art totale. Ce sont la rationalité et la fonctionnalité du langage qui pour Bontempelli, écrivain, doivent relier l’architecture aux autres arts. Rationalité et fonctionnalité sont en effet synonymes de « naturalité » du langage, naturalité qu’il définit comme le « principe qui domine l’architecture moderne : la construction esthétique comme résultat naturel de la construction utilitaire ; ce qui autrefois était appelé “fonctionnalisme”3 ». Enfin, tout en présentant un panorama culturel relativement ouvert sur l’Europe, Quadrante fait des rapports de l’art et de l’architecture italiens avec le fascisme une question centrale : non au sens d’expression rhétorique du régime, mais de renouvellement de la production artistique, entendue comme l’un des facteurs du renouvellement de la nation italienne4. Dans ce renouveau, l’architecture rationaliste doit occuper une place de premier plan.

  • 5 Cf. M. Stone, « The State as Patron : Making Official Culture in Fascist Italy », in M. Affron et (...)
  • 6 Cf. L. Malvano, Fascismo e politica dell’immagine, Turin, Bollati Boringhieri, 1988.

3Quadrante paraît au moment où s’intensifie en Italie le débat sur la « ville fasciste », et où se consolide un discours professionnel sur l’urbanisme et l’aménagement du territoire, disciplines dont le pouvoir fasciste a fait un instrument politique. De plus, la prise en main des instances culturelles se renforce à ce moment de durcissement du régime fasciste, tandis que la politique culturelle du régime s’approprie des formes esthétiques, en art et en architecture. La culture est alors perçue comme un facteur d’unité de la nation ; art et propagande ne sont pas, loin s’en faut, systématiquement opposés5. Les rhétoriques visuelles utilisées par le fascisme ont été étudiées par ailleurs, en tant que vecteur d’une propagande6 et en tant que formes esthétiques. Si l’on s’intéresse ici aux figurations des projets d’urbanisme dans Quadrante, c’est moins pour y déceler de telles formes de rhétorique ou pour analyser l’esthétique des images publiées, que pour examiner les dispositifs de visualisation construits par la publication (dispositifs hybrides : collages et juxtaposition d’images, photomontages faisant appel à la technique du « choc », relations de ces images au graphisme et à la typographie). Il s’agit de montrer que ceux-ci jouent un rôle primordial dans la concrétisation du projet de ville moderne et fasciste que soutient Quadrante. Cette construction comporte deux aspects.

4Grâce au procédé rhétorique de l’ellipse, les associations d’images photographiques dans Quadrante semblent d’abord forger une représentation que l’on peut qualifier de « surévaluée » de la ville dite moderne, et plus encore de la ville rationnelle - par rapport à sa réalité effective en Italie au début des années 1930. Elles visent à rendre présent ce projet de ville, fort peu défini par ailleurs. Par leurs rhétoriques propres, la juxtaposition et la mise en série d’images permettent de construire une représentation de la ville qui s’appuie sur un nombre restreint de projets, en outre souvent non réalisés. Ceux-ci se résument essentiellement aux concours lancés dans la première moitié des années 1930 et aux villes nouvelles des marais pontins, concours publics qui revêtent pour le pouvoir fasciste une haute valeur symbolique. Cette représentation se construit de surcroît à partir de photographies d’architecture, plutôt que de figurations propres à l’urbanisme. L’ellipse est au centre de cette construction.

5Second point, les figures rhétoriques créées par les dispositifs visuels autorisent la revue à associer sa propre conception de la ville rationnelle - en grande partie redevable aux discussions des Congrès internationaux d’architecture moderne - aux évocations de la ville dite « corporatiste », censée découler « naturellement » de la doctrine politique du même nom. Le rôle des images est ici prépondérant, étant donné la difficulté théorique d’incarner dans les structures et la forme urbaine les principes du corporatisme : les exemples illustrés montreront que ce sont les figurations de la ville, incluses dans l’espace de la publication et grâce aux collisions sémantiques qu’engendrent mises en série et montages, qui étayent l’équivalence entre ville rationnelle, ville fasciste et ville corporatiste. Nous émettons l’hypothèse que cette équivalence - point nodal de la doctrine de Quadrante - ne se formule pleinement qu’à travers le discours visuel.

Ville corporatiste, ville rationnelle

  • 7 P.M. Bardi (1900-1999) critique d’art, a fondé avec Bontempelli la revue d’art Belvedere en 1929. (...)
  • 8 Piero Bottoni, Mario Cereghini, Guido Frette, Enrico Griffini, Pietro Lingeri, Gino Pollini, Luigi (...)

6L’interrogation sur la nature et la forme de la ville rationnelle apte à représenter le fascisme est au cœur de Quadrante, depuis sa création en mai 1933 - elle a été fondée afin de soutenir la frange la plus offensive du rationalisme italien, issue des groupes de Milan et de Côme du défunt Movimento Italiano per l’Architettura Razionale (dissous en 1931) - à son dernier numéro en 1936, consacré à la Casa del Fascio de Giuseppe Terragni à Côme. Elle est surtout animée par son codirecteur, le critique Pietro Maria Bardi7. Personnage central dans les débats de l’entre-deux-guerres, Bardi est l’un des principaux défenseurs de l’architecture rationaliste, envisagée comme art fasciste, au sens non de l’État mais de la révolution fasciste. Quadrante soutient une conception restrictive du rationalisme italien, issue certes du rationalisme européen, mais à condition que celui-ci puise ses racines dans la « méditerranéité8 ». Sur le plan de l’urbanisme, la revue traite abondamment du IVe Congrès international d’architecture moderne (IVe CIAM, Athènes, 1933) sur la ville fonctionnelle : la délégation italienne à ce CIAM (Bottoni, Bardi, Terragni et Pollini) appartient à la rédaction de Quadrante. Elle aborde les grands concours lancés par le régime fasciste, tel celui, en 1934, du palais du Licteur dans la zone archéologique de Rome, et les concours pour la construction des villes neuves dans la région des Marais Pontins, au sud de la capitale. Enfin, la discussion sur le plan régulateur du Val d’Aoste, promu par Adriano Olivetti, amène la revue à envisager à partir de 1934 la planification territoriale. Les positions de Quadrante sur la ville moderne reflètent le débat italien (la définition de la ville fasciste) et en même temps constituent en Italie la chambre d’écho des réflexions des CIAM et de Le Corbusier sur la ville fonctionnelle.

  • 9 Giuseppe Bottai (1895-1959), journaliste et essayiste, fondateur de Critica fascista en 1923, fais (...)
  • 10 Cf. F. Cordova, Le origini dei sindacati fascisti, 1918-1926, Rome-Bari, Laterza, 1974.
  • 11 E. Ragioneri, « Storia politica e sociale », in Storia d’Italia, vol. IV, 3,Turin, Einaudi, 1976, (...)
  • 12 Ibid.
  • 13 G. Zucconi, La Città contesa. Dagli ingegneri sanitari agli urbanisti, 1885-1942, Milan, Jaca Book (...)
  • 14 G. Ciocca, « La città corporativa », Quadrante, n° 11, mars 1934.

7La réflexion sur les méthodes de planification, la structure et la forme de la ville dite « corporatiste » domine dans Quadrante le débat sur la ville. Réflexion politique sur une nouvelle organisation de l’État et de la société, amorcée dès 1926, et portée notamment par Giuseppe Bottai en réponse à la crise de l’État libéral9, le projet corporatiste se renforce au début des années 1930 ; mais sa réalisation est encore balbutiante lors de la fondation de Quadrante en 1933. Le corporatisme consiste pour le pouvoir à trouver les voies d’une pacification sociale, et en même temps à substituer les organisations syndicales politiques par des syndicats - les corporations - structurés de manière sectorielle et inféodés au régime10. Ces corporations devront, en confluant dans une organisation pyramidale, refléter la construction de la société sous le fascisme. De 1929 à 1934, le projet corporatiste s’inscrit dans l’édification de l’État totalitaire et du « régime réactionnaire de masse11 ». L’idée de « plan » - au sens de planification économique à l’échelle nationale - en fait partie, même si le projet corporatiste en tant que planification économique et territoriale globale reste jusqu’à la fin du régime fasciste lettre morte12 et se limite à des déclarations le plus souvent incantatoires : de 1922 à 1943, les actions de plus grande envergure se bornent aux concours d’architecture dans les centres-ville, à l’édification des villes nouvelles et à la bonification des marais pontins. Entre 1933 et 1935 s’amorce de plus, dans la sphère politique, l’idée que l’urbanisme doit refléter, sur le plan territorial, l’organisation de l’État corporatiste13 : les plans régulateurs à l’échelle urbaine ou régionale devraient ainsi devenir des « parcelles du plan régulateur de la nation14 » et incarner dans leur processus même de planification l’organisation corporatiste. Quadrante se fait l’écho d’une telle volonté politique.

  • 15 M. Bontempelli, éditorial de Quadrante, n° 12, avr. 1934, p. 1.
  • 16 G.L. Banfi, L.B. di Belgioioso, « Urbanistica anno XII. La città corporativa », Quadrante, n° 13, (...)

8« Si la politique et l’architecture ont eu dans notre travail la part du lion, c’est parce que seules la politique et l’architecture travaillent aujourd’hui avec grandeur, variété et ténacité à construire le temps moderne15 », écrit Bontempelli au terme de la première année de parution. L’équivalence entre ville rationnelle et ville corporatiste s’établit graduellement. Quadrante consacre un espace non négligeable à la définition du corporatisme en tant que doctrine politique. Parallèlement, elle recèle un vif débat sur les structures et les formes de la ville moderne, les rapports de celle-ci avec la ville fasciste et, à partir du IVe CIAM d’Athènes, avec la ville fonctionnelle. Concernant la ville corporatiste, Quadrante affirme qu’afin de prévoir et d’anticiper la croissance des villes, il faut assigner à chacune une « mission précise » dans l’« ordre et la hiérarchie16 » propres au corporatisme.

9Elle considère ensuite que ville corporatiste et ville fasciste sont deux aspects d’un même projet :

  • 17 L.B. di Belgioioso, G.L. Banfi, « Urbanistica corporativa », Quadrante, n° 16-17, août-sept. 1934, (...)

Il n’existe pas d’opposition entre ville corporatiste et ville fasciste. La ville fasciste doit être l’expression fonctionnelle, politique et esthétique de la théorie corporatiste. La ville est corporatiste dans la mesure où elle est un élément de l’ensemble des villes, organisées et encadrées dans la vie corporative de la nation. La ville est fasciste, dans sa physionomie particulière, en ce qu’elle incarne les différentes entités que l’état corporatiste lui a assignées, dont elle reçoit l’empreinte politique et donc esthétique. La distinction du problème en deux aspects est évidente : c’est la caractéristique essentielle qui différencie le nouvel urbanisme de l’ancien. [...] 1) Mettre en place les données sur la base des nécessités de toute la Nation et des possibilités de chaque ville (entité « ville corporatiste »). 2) Offrir un visage à chaque ville selon les données fournies (« ville fasciste »)17.

10Mais si la rhétorique propre au fascisme permet de construire une telle analogie, la place et le rôle de la ville fonctionnelle dans la trilogie ville fasciste/ville corporatiste/ville fonctionnelle restent imprécis.

  • 18 A. Mortara, Quadrante, n° 22, fév. 1935, p. 18.
  • 19 Des architectes E. Aleati, G.L. Banfi, L.B. di Belgioioso, G. Ciocca, M. Mazzocchi, E. Peressutti. (...)

11En effet, l’équivalence proposée entre ville fonctionnelle et ville corporatiste s’appuie avant tout sur la croyance en la rationalité et la fonctionnalité de l’organisation de la société corporatiste. Quadrante définit la ville corporatiste au sens de « nouvel urbanisme, conçu afin d’offrir à chaque agglomérat urbain l’aménagement répondant à sa fonction spécifique et à sa finalité18 ». Pour les architectes rationalistes proches de Quadrante (Figini, Pollini, Bottoni), une telle organisation rationnelle et une telle hiérarchie entre planification à l’échelle urbaine, régionale et nationale, promises par le « mythe corporatiste », rencontrent l’une des préoccupations majeures du CIAM d’Athènes : l’organisation de la planification urbaine et territoriale au niveau des États. Or, le discours de la revue reste à un niveau de généralité qui ne permet pas d’estimer la rationalité et la fonctionnalité des projets d’urbanisme eux-mêmes. Les confrontations d’images de ville, leurs associations au texte, jouent alors un rôle majeur, afin d’incarner l’équivalence entre ville corporatiste et ville rationnelle. Des jeux de décalages et de juxtapositions placent des textes d’ordre général, exposant la doctrine corporatiste, en regard de projets - notamment le plan régulateur pour Pavie (1934)19 et le plan de la ville nouvelle de Sabaudia ; par l’effet de ces juxtapositions, ceux-ci prennent valeur d’exemple. Comment la revue met-elle en figures ces projets ?

Les figurations propres à la discipline : cartes, plans, photographies aériennes

  • 20 « Sul piano di Milano », Quadrante, n° 14-15, juin-juil. 1934, p. 46-47.
  • 21 « Inchiesta su Aprilia », Quadrante, n° 33, 1935, p. 1-13.

12Quadrante use, certes, de figurations traditionnelles de l’urbanisme, mais en nombre relativement limité. Bien qu’elle se concentre essentiellement sur la relation entre ville rationnelle et corporatisme, elle publie en grande majorité des images d’édifices et de nombreuses photographies de maquettes de projets non réalisés. Les cartes et les plans, à l’échelle urbaine ou territoriale, ne sont pas le mode de représentation privilégié, hormis pour le plan régulateur de Pavie et celui de Milan20, ou à l’occasion de l’inauguration de villes nouvelles comme Aprilia21.

  • 22 G. Ernesti, « La formazione dell’urbanistica in Italia (1900-1950) : intersezioni di discipline, c (...)
  • 23 Cf. P. Nicoloso, « L’urbanistica delle riviste di architettura, tecnica, igiene e amministrazione  (...)

13La position de Quadrante dans le débat architectural et urbanistique italien peut, en partie, expliquer ce faible nombre de figurations propres à la discipline. Sa courte période de parution (1933-1936) se situe à un moment particulièrement intense de renforcement des institutions et des instruments professionnels de l’urbanisme en Italie. L’Istituto Nazionale Urbanisti a été fondé en 1930. En 1932, lorsque se prépare le lancement de Quadrante, est créée Urbanistica, premier périodique exclusivement consacré à ce domaine. Or, les compétences professionnelles en jeu dans l’urbanisme ont été un objet de discussion dès le début du siècle. Bien que depuis le milieu des années 1920 l’urbanisme italien ait conforté, en tant que discipline, son propre corpus théorique et ses instruments, ses frontières avec l’architecture continuent d’être débattues. Périodique professionnel dominant, Architettura e arti decorative ne désigne pas l’urbaniste mais l’« architecte intégral » (historien, architecte, artiste, spécialiste de l’art urbain) comme le plus qualifié à intervenir sur la ville22. Transformée en 1932 en Architettura, cette revue assigne alors à l’architecture le rôle dominant dans l’intervention urbanistique : l’edilizia cittadina (la construction des édifices urbains) doit être, selon Marcello Piacentini, le moteur de la rénovation urbaine23 ; en retour, l’urbanisme devient pour Piacentini le cadre unique dans lequel doit se développer l’architecture moderne. Mais, bien que paraissant dans cette période d’intenses questionnements, Quadrante ne donne pas de place au débat sur les frontières disciplinaires : selon elle, les deux éléments à la base de l’urbanisme sont l’architecture et la décision politique.

  • 24 Cf. E. Chapel, « Représenter la “ville fonctionnelle” », les Cahiers de la recherche architectural (...)
  • 25 B. Merkelbach et Ch. Karsten, cités par E. Mumford, The CIAM Discourse on Urbanism 1928-1959, Camb (...)

14En termes de figurations propres à la discipline, Quadrante reproduit les schématisations des CIAM, par exemple les séries de planches d’analyse au 1/10 000e et 1/50 000e, servant de base de comparaison aux trente-trois villes présentées au IVe CIAM d’Athènes. Ces cartes résultent d’un processus d’unification des symboles visuels, prétendument « objectifs » car en relation avec des données quantitatives qui sont convoquées pour démontrer l’universalité des solutions apportées par la ville fonctionnelle24. Selon les membres des CIAM, ces cartes visent à rendre visibles « les relations qui existent entre la forme de la ville et ses fonctions économiques et autres25 ». Or, Quadrante illustre également le numéro consacré au IVe CIAM par des images métaphoriques, à forte portée symbolique : une vue générale de la ville d’Athènes, couronnée par le Parthénon, symbole de la « méditerranéité » défendue tant par Le Corbusier que par les rationalistes de Quadrante. En tant que condition de la « pureté du langage », cette méditerranéité est perçue comme expression spécifiquement italienne de l’architecture moderne et fasciste. La présence de telles illustrations, très peu informatives sur le plan de l’urbanisme, s’explique si l’on rappelle que la délégation italienne au CIAM de 1933 se rallie aux positions de Le Corbusier sur les origines « classiques » et méditerranéennes du rationalisme, plus qu’aux positions des Allemands et des Néerlandais sur l’analyse fonctionnelle des villes comme base de conception de la ville rationnelle.

  • 26 L. Figini, « Case di Libia (aerofotografie) », Quadrante, n° 16-17, août-sept. 1934, p. 43.

15De même, la photographie aérienne fait dans Quadrante plus souvent office de véhicule d’une rhétorique que d’instrument d’analyse ou de visualisation du territoire. En témoignent les photographies de villages de Libye (ill. 1), qui révèlent, selon l’architecte Luigi Figini26, des « aspects inattendus de classicisme » par leurs formes « simples, solaires, géométriques, essentielles, des profils tendus, rectilignes », c’est-à-dire qui incarnent la civilisation méditerranéenne. Ces photographies et leurs commentaires insistent sur l’aspect formel ordonné et hiérarchisé de ces villes ou villages, métaphores de l’ordre de la ville rationnelle. Les textes réitérant la définition de la ville corporatiste (dans ses processus de planification plus que dans sa configuration spatiale) sont à plusieurs reprises mis en regard des photographies aériennes. Celles-ci sont incluses dans des séries qui associent des figurations urbaines à d’autres images : photographies en plongée de foules ordonnées ou chaotiques, associées par exemple à des vues aériennes de villes régulières, ou à l’inverse d’un tissu médiéval dense. Leur agencement dans la page permet de mettre en opposition ces séries, qui font appel à la métaphore. Or, ces séries d’images procèdent de deux rhétoriques différentes. D’une part, les mises en opposition et les légendes - en réalité des juxtapositions de mots à la manière des slogans - font écho aux mots clés de la propagande fasciste (l’opposition entre chaos et hiérarchie, entre individualisme et esprit collectif). D’autre part, l’agencement dans la page rappelle les figures d’opposition entre ancien et nouveau, divulguées par les architectes rationalistes européens et codifiées, au niveau de l’imagerie, par les CIAM.

Illustration 1. Confrontation de vues aériennes de villes illustrant l’opposition : « Ordre - Hiérarchie. Désordre - Chaos », Quadrante, n° 16-17, août-sept. 1934, p. 41 (photographies de G.L. Banfi et L.B. Belgioioso).

Photomontages : la rhétorique du régime fasciste ?

16Mais le lien entre corporatisme - amplement commenté sur le plan politique - et ville rationnelle reste peu explicite dans la revue, que cela soit dû à l’imprécision de l’idée corporatiste au niveau politique et social, ou à la difficulté d’incarner cette idée dans la ville rationnelle des CIAM. Aussi les associations d’images et les photomontages doivent-ils assumer une valeur démonstrative de premier plan, pour concrétiser le lien entre la ville rationnelle et la nouvelle organisation politique.

  • 27 Ce photomontage juxtaposait des édifices alors jugés académiques à cause de leur éclectisme et don (...)
  • 28 Par exemple « Susanna e i vecchioni », collage qui inclut le projet de concours du palais du Licte (...)
  • 29 Aujourd’hui via dei Fori Imperiali.

17Auteur en 1931 du photomontage polémique « Table des horreurs », présenté à la 2e Exposition d’architecture rationnelle à Rome27, Pietro Maria Bardi signe dans Quadrante une grande partie des photomontages, désignés par le terme de « compositions ». C’est ainsi que dans une rhétorique assez convenue, par exemple l’opposition de l’ancien et du nouveau, ces collages traduisent l’écrasement de la nouvelle architecture par le poids de l’académisme28. Mais, au-delà de l’intérêt de Bardi pour ce procédé, les origines de ce dispositif dans Quadrante sont multiples. Le régime fasciste a, dès ses débuts, usé du photomontage comme rhétorique de persuasion dans sa propagande politique, s’appuyant sur les pouvoirs supposés de l’image - fixe ou animée -sur les foules, et sur la collision sémantique propre au montage. Les meilleurs témoins en sont les expositions, comme celle de la Révolution fasciste en 1932, organisée pour le dixième anniversaire de la marche sur Rome. C’est probablement plus par l’influence supposée de telles mises en scène de l’image que par l’intérêt de Quadrante pour l’art contemporain que peut s’expliquer la présence de nombreux photomontages dans cette revue. Contrairement à Casabella, qui au même moment applique à ses mises en page les leçons du graphisme et de la typographie fonctionnalistes, et parallèlement divulgue des photographies, des mises en page et des typographies allemandes ou d’Europe centrale en les désignant comme témoins du « goût moderne », on ne trouve pas dans Quadrante un tel parallèle. Néanmoins, certains de ses photomontages présentent des analogies avec ceux de l’avant-garde des années 1920. Illustrant le concours du palais du Licteur (ill. 2), une photographie à vol d’oiseau de la zone archéologique de Rome, récemment remodelée par le percement de la via dell’Impero29, sur laquelle est plaquée une main que l’on peut interpréter comme un frein à un processus en acte, rappelle plusieurs photomontages des avant-gardes, pour lesquelles le thème de la main est récurrent, notamment chez John Heartfield. Or, cette main peut être ici celle des architectes conservateurs proches du régime fasciste, qui empêchent le développement du rationalisme. Ce concours en 1934, dont l’issue est âprement critiquée par Quadrante, marque en effet la fin des espérances des rationalistes à l’égard du pouvoir politique.

Illustration 2. Photomontage de P.M. Bardi pour le concours du palais du Licteur à Rome : « Cela, nous ne le permettrons pas », Quadrante, n° 18, oct. 1934, p. 11.

La mise en série d’images : vie moderne, ville moderne, urbanisme rural

18La construction des villes nouvelles offre à Quadrante l’occasion d’affirmer une position sur la ville et le territoire, et de renforcer l’équivalence - non démontrée - entre ville moderne fasciste, ville rationnelle et ville corporatiste. De nouveau, le discours visuel est essentiel pour formuler ce lien.

  • 30 Date des premières expériences (infructueuses) de « colonisation intérieure ». Cf. R. Mariani, Cit (...)
  • 31 L’aggravation du déficit de terres est causée par le retour des combattants. Cf. R. Mariani, Fasci (...)
  • 32 G. Ernesti, « La formazione dell’urbanistica in Italia... », art. cité, p. 171.
  • 33 G. Ciucci, Gli Architetti e il Fascismo. Architettura e città 1922-1944, Turin, Einaudi, 1989, p. (...)
  • 34 Le numéro 30 (oct. 1935) y consacre presque un tiers de la surface rédactionnelle.

19La planification de plusieurs de ces villes neuves (Littoria, Sabaudia, Pontinia, Aprilia, projetées à partir de 1932) fait partie de la bonification des marais pontins, au sud-ouest de Rome. Souhaitée exemplaire par le régime fasciste, cette opération se situe néanmoins en continuité d’actions entreprises depuis les années 188030 pour remédier au chômage des paysans et pallier le manque de terres agricoles. S’emparant du mot d’ordre « la terre aux paysans », devenu après 1918 consensuel31, le régime fasciste l’inscrit dans un vaste dessein de stabilisation du corps social par la colonisation intérieure. Par cette opération, il s’agit aussi de rééquilibrer le territoire et de désurbaniser l’Italie. L’« urbanisme rural » devient ainsi, selon le vœu du régime, une branche à part entière de l’urbanisme32 et sera défini comme telle par le Ier Congrès national d’urbanisme (1937)33. Or, son objet n’est pas tant l’intrication croissante de la ville et de la campagne, ni l’interdépendance entre plans d’urbanisme et planification territoriale (souhaitée depuis le début du siècle par ingénieurs et techniciens), que la fondation de villes neuves. Centrale dans la politique territoriale et dans la politique tout court du régime fasciste, la question rurale en tant que question économique et politique trouve un fort écho dans Quadrante34. La revue argumente par exemple en faveur de l’économie autarcique, à la suite des sanctions prises en octobre 1935 par la SDN contre l’Italie en réponse à l’invasion de l’Éthiopie.

20La présentation de la ville neuve Sabaudia donne lieu à des photographies en plongée, montrant son inauguration par Mussolini, avec le ciel de la ville constellé d’avions, symboles de la modernité ; la première photographie évoque d’ailleurs plus une attaque aérienne sur un site encore vierge qu’une opération d’urbanisme (ill. 3). Mais l’un des articles clés sur la bonification, « L’urbanismo di Mussolini », s’accompagne de photographies illustrant des scènes d’activité agricole et, parmi celles-ci, un cliché en plongée du Duce « célébrant la première moisson à Littoria » (ill. 4). C’est une série d’images à thème « rural » qui illustre ici les expériences les plus avancées de l’urbanisme italien en matière de ville rationnelle. Si la rareté des figurations urbanistiques est frappante, le thème de la culture de la terre n’est néanmoins pas contradictoire avec l’objet traité : sur le plan politique, la métaphore exprime le souhait du régime fasciste de valoriser les composantes rurales et traditionnelles de l’Italie. En outre, la série des images exaltant ces premières moissons pourrait confirmer l’interdépendance entre urbanisme rationnel et urbanisme rural postulée par la revue.

Illustration 3. « Visions aériennes de l’architecture de Sabaudia », Quadrante, n° 13, mai 1934.

Illustration 4. Le Duce et la première moisson. Quadrante, n° 5, août 1933.

La technique des expositions

  • 35 Cf. H. Jannière, Politiques éditoriales et architecture moderne, Paris, éd. Arguments, 2002, p. 20 (...)
  • 36 J. Drucker, The Visible Word : Experimental Typography and Modem Art 1909-1923, Chicago-Londres, T (...)

21La fréquence des procédés hybrides (dispositifs associant photographie, typographie, graphisme) s’intensifie à l’occasion d’expositions, que Quadrante illustre en en dévoilant, en quelque sorte, la mise en scène. Quadrante reproduit l’exposition sur le logement collectif organisée en 1931 par Walter Gropius et mise en images par Xanti Schawinsky, scénographe du Bauhaus. Celle-ci recourt à des modes de mise en images emblématiques de l’Ausstellungstechnik mise au point par les artistes proches du Bauhaus. Les techniques d’exposition de ce type ont été divulguées par les architectes du Neues Bauen allemand dans plusieurs manifestations (Deutsche Bauausstellung, Berlin, 193135), qui utilisent en tant que procédés les résultats d’expérimentations initialement menées par les avant-gardes36. Le caractère exploratoire, critique, voire subversif de telles expérimentations s’est dès lors estompé, au profit d’une généralisation de techniques mises au service d’une efficacité fonctionnaliste de communication visuelle, dans les expositions, le livre ou la publicité. Ainsi, lorsqu’ils sont utilisés par Quadrante, ces procédés sont désormais divulgués et diffusés à grande échelle.

22Les photographies d’expositions d’urbanisme (comme le plan de Pavie exposé, en 1934, à la Galleria del Milione à Milan (ill. 5), en recadrant et redécoupant les panneaux, et en les mettant en situation dans l’espace de l’exposition, redoublent en quelque sorte les opérations constitutives de la mise en figures de la ville ou des projets d’urbanisme. La revue met en scène dans son propre espace des photographies de panneaux qui, en eux-mêmes, exploitent les potentialités plastiques et expressives des caractères typographiques, et qui utilisent le montage de photographies. Ces panneaux juxtaposent de surcroît des plans, des photographies aériennes, ou encore des diagrammes avec des images de la vie quotidienne, des schémas ou des photographies a priori étrangères à l’urbanisme. Ces figures hybrides rappellent les techniques d’exposition des CIAM - et effectivement le plan de Pavie se réclame de la doctrine de la ville fonctionnelle (ill. 6). À partir de confrontations entre, d’une part, des figures issues d’une discipline et, d’autre part, des informations « scientifiques » transformées en symboles graphiques ou images concrètes directement perceptibles par les non-spécialistes, ces techniques d’exposition parviennent à communiquer une série d’informations abstraites, grâce précisément à la présence d’images évoquant la vie quotidienne.

Illustration 5., Le Plan régulateur de Pavie à la Gallerìa del Milione, Milan, 1934, architectes : E. Aleati, G.L. Banfi, L.B. di Belgioioso, G. Ciocca, M. Mazzochi, E. Peressuti, E.N. Rogers, Quadrante, n° 11, mars 1934, p. 17.

Illustration ó. Panneaux d’exposition du Plan régulateur de Pavie : figurations hybrides, Quadrante, n° 11, mars 1934, p. 11.

  • 37 Luigi Banfi, Lodivico Barbiano di Belgioioso, Francesco Palanti, Ernesto N. Rogers.
  • 38 BBPR, « Il fatto Esposizione », Quadrante, n° 26, 1935, p. 32.

23En outre, publier des photographies d’expositions permet à Quadrante de montrer qu’au-delà d’une discipline de spécialistes, l’urbanisme est une affaire publique : elle prouve ainsi qu’elle ne néglige pas la volonté pédagogique, voire d’éducation des « masses », chère au régime fasciste. Par la voix du groupe BBPR37, la revue prend position, à propos de l’Exposition du Sport à Milan (1935) et de celle de la Mer à Trieste, dont la scénographie a été confiée à Ernesto Nathan Rogers : « Il est inutile de proposer au public des listes interminables de données qu’il oubliera immédiatement, des longues suites de photographies qui amusent seulement le bourgeois [...]. C’est inutile de vouloir fixer avec l’objectif un instant de l’activité de la Nation, dans une lourde représentation statique, parce que le public trouve beaucoup plus vivante la succession des faits relatifs aux activités singulières. Le public veut trouver dans les expositions ce qu’il ne peut saisir facilement dans la vie : une vision panoramique efficace, une profonde unité38. » Or, l’efficacité visuelle de telles juxtapositions de photographies ne se limite pas à la communication de données informatives.

  • 39 Selon J. T. Schnapp (« Fascism’s Museum in Motion », The Journal of Architectural Education, vol. (...)

24On peut se demander, en effet, si les figures rhétoriques véhiculées par les photomontages dans la revue, plus encore qu’elles ne tentent d’exprimer le lien entre corporatisme et ville rationnelle, ne sont pas destinées à exprimer l’idée fasciste ; si elles n’ont pas pour fonction implicite de combler les imprécisions de la doctrine fasciste quant à la ville ou ses positions à la fois redondantes et vagues sur le corporatisme. Le régime fasciste joue sur la surabondance de signes pour compenser une base idéologique qui présente des faiblesses théoriques39. De même, les effets escomptés des procédés (photomontages, collision d’images) des grandes expositions (Révolution fasciste en 1932) ne sont pas ceux d’une vision analytique des images et de leurs contenus symboliques ou factuels, mais d’une empathie du visiteur ou du lecteur avec les effets de la surabondance de signes, condensés dans la vision panoramique et synthétique qu’évoquait plus haut Ernesto N. Rogers.

La publication comme espace autonome ?

25Les procédés et les figures de rhétorique utilisés par le régime fasciste imprègnent les dispositifs visuels de Quadrante. Mais les usages de l’image dans l’espace de cette revue ne se limitent pas à répercuter ou à reproduire de telles rhétoriques de persuasion.

26Si les figurations traditionnelles de la ville y sont rares, des photographies évoquant des modes de vie « modernes » et un ensemble de projets non réalisés d’urbanisme y concrétisent le projet d’une ville à venir. À côté des images à thématique rurale, l’usage de la photographie dans Quadrante met en scène la vie moderne plus que la ville moderne : ainsi, la revue consacre de nombreuses planches à des scènes de sport ou à l’évolution des techniques, par exemple dans le domaine des moyens de transport (ill. 7). Ces images renvoient à une société moderne qui doit encore s’accomplir, et s’accomplir dans le fascisme auquel croient les rédacteurs et architectes proches de Quadrante : le fascisme comme renouvellement des structures de la société, renouvellement dont l’architecture et l’urbanisme doivent être l’un des moteurs.

Illustration 7. « La vie sportive », Quadrante, n° 24, avril 1935

  • 40 É. Michaud, « La construction de l’image comme matrice de l’histoire », Vingtième Siècle, n°72, oc (...)

27Traditionnellement traces ou témoignages d’un événement, et généralement envisagées comme des documents, les images sont de plus en plus fréquemment considérées par les historiens comme des espaces de production de sens à part entière. Elles tendent à « constituer une action orientée vers l’avenir40 » plus qu’à représenter des événements ou des objets en « amont d’elles-mêmes » et doivent ainsi être scrutées « en aval ». Peut-on émettre une hypothèse similaire quant à la publication architecturale ? L’exemple de la ville dans Quadrante amène à réfléchir aux effets intrinsèques de la publication, conçue comme espace d’élaboration de significations inédites, à partir des opérations sur les textes et les reproductions graphiques et photographiques. Dans la publication ainsi considérée, se trouve en jeu le degré d’autonomie relative des images mises en scène dans l’espace matériel d’un support de publication - par rapport aux référents reproduits et au contexte d’énonciation des discours architecturaux diffusés. Ainsi, l’ellipse permet d’évoquer une « ville absente » ou à venir : la ville rationnelle dans le contexte de l’Italie des années 1930, à la recherche de la définition de la ville fasciste. À l’ellipse s’ajoutent plusieurs procédés d’association entre images qui offrent au lecteur la possibilité de formuler une équivalence - ou au moins une analogie - entre ville rationnelle, ville fasciste et ville corporatiste, palliant ainsi les insuffisances et les imprécisions tant de la doctrine politique que de la doctrine urbaine. Les dispositifs visuels, contenus dans l’espace matériel de la publication, sont ainsi les seuls à offrir cette analogie.

Notes

1 Bontempelli (1878-1960), écrivain, avait fondé en 1926 avec Curzio Malaparte la revue 900 (Novecento). Cahiers d’Italie et d’Europe (en italien et en français), qui traitait, en littérature et en peinture, du langage artistique et de sa « traductibilité ». Le Novecento de Bontempelli était fondé sur l’idée de méditerranéité, moins restrictive que celle du Novecento animé par Margherita Sarfatti et soutenu par le régime fasciste, mouvement pictural qui prône le retour à l’archaïsme du Quattrocento.

2 Carlo Belli (1909-1985) critique d’art, est l’auteur de Kn (Milan, éd. de la Galleria del Milione, 1935), tentative de théorisation de la peinture abstraite italienne. Cf. catalogue, Il mondo di Carlo Belli. Italia Annitrenta, la cultura artistica, Milan, Electa, 1991.

3 M. Bontempelli, éditorial in Quadrante, n° 12, avril 1934, p. 1.

4 Pour une analyse détaillée de l’histoire de cette revue, cf. F. Biscossa, « Quadrante : Il dibattito e la polemica », in G. Ernesti, La costruzione dell’utopia. Architetti e urbanisti nell’Italia fascista, Rome, éd. Lavoro, 1988, p. 67-89.

5 Cf. M. Stone, « The State as Patron : Making Official Culture in Fascist Italy », in M. Affron et M. Antliff (dir.), Fascist Visions. Art and Ideology in France and Italy, Princeton University Press, 1997, p. 205-238.

6 Cf. L. Malvano, Fascismo e politica dell’immagine, Turin, Bollati Boringhieri, 1988.

7 P.M. Bardi (1900-1999) critique d’art, a fondé avec Bontempelli la revue d’art Belvedere en 1929. Il est directeur de la Galleria Bardi (1929-1930), puis à partir de juin 1930, de la Galleria di Roma (plus proche des choix esthétiques du Sindacato Nazionale Fascista delle Belle Arti). Lors de la IIe Exposition d’architecture rationnelle à Rome en 1931, il enjoint le pouvoir de reconnaître officiellement dans l’architecture rationaliste l’architecture du fascisme.

8 Piero Bottoni, Mario Cereghini, Guido Frette, Enrico Griffini, Pietro Lingeri, Gino Pollini, Luigi Banfi, Lodovico B. di Belgioioso, Enrico Peressutti et Ernesto N. Rogers ont signé dans le premier numéro un « Programme d’architecture » qui livre à partir de ce critère une définition sélective du rationalisme italien.

9 Giuseppe Bottai (1895-1959), journaliste et essayiste, fondateur de Critica fascista en 1923, faisant à l’origine partie de l’« aile gauche » du fascisme, fut nommé le 6 novembre 1926 sous-secrétaire puis en 1929 ministre des Corporations.

10 Cf. F. Cordova, Le origini dei sindacati fascisti, 1918-1926, Rome-Bari, Laterza, 1974.

11 E. Ragioneri, « Storia politica e sociale », in Storia d’Italia, vol. IV, 3,Turin, Einaudi, 1976, p. 2199.

12 Ibid.

13 G. Zucconi, La Città contesa. Dagli ingegneri sanitari agli urbanisti, 1885-1942, Milan, Jaca Book, 1989, p. 175-176.

14 G. Ciocca, « La città corporativa », Quadrante, n° 11, mars 1934.

15 M. Bontempelli, éditorial de Quadrante, n° 12, avr. 1934, p. 1.

16 G.L. Banfi, L.B. di Belgioioso, « Urbanistica anno XII. La città corporativa », Quadrante, n° 13, mai 1934, p. 2.

17 L.B. di Belgioioso, G.L. Banfi, « Urbanistica corporativa », Quadrante, n° 16-17, août-sept. 1934, p. 40.

18 A. Mortara, Quadrante, n° 22, fév. 1935, p. 18.

19 Des architectes E. Aleati, G.L. Banfi, L.B. di Belgioioso, G. Ciocca, M. Mazzocchi, E. Peressutti. Cf. Quadrante, n° 11, mars 1934, pl. 11.

20 « Sul piano di Milano », Quadrante, n° 14-15, juin-juil. 1934, p. 46-47.

21 « Inchiesta su Aprilia », Quadrante, n° 33, 1935, p. 1-13.

22 G. Ernesti, « La formazione dell’urbanistica in Italia (1900-1950) : intersezioni di discipline, conflitti. Fra utopia e realtà », in La Costruzione dell’utopia, op. cit., p. 163-173 ; P Nicoloso, Gli architetti di Mussolini : scuole e sindacato, architetti e massoni, professori e politici negli anni del regime, Milan, Franco Angeli, 1999.

23 Cf. P. Nicoloso, « L’urbanistica delle riviste di architettura, tecnica, igiene e amministrazione : 1931-1932 », in C. Bianchetti (dir.), Città immaginata e città costruita. Forma, empirismo e tecnica in Italia tra Otto e Novecento, Milan, Franco Angeli, 1992, p. 210-225.

24 Cf. E. Chapel, « Représenter la “ville fonctionnelle” », les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 8, mai 2001, « Pouvoir des figures », sous la dir. de Fr. Pousin, p. 41-50.

25 B. Merkelbach et Ch. Karsten, cités par E. Mumford, The CIAM Discourse on Urbanism 1928-1959, Cambridge-Londres (Mass.), MIT Press, 1999, p. 73.

26 L. Figini, « Case di Libia (aerofotografie) », Quadrante, n° 16-17, août-sept. 1934, p. 43.

27 Ce photomontage juxtaposait des édifices alors jugés académiques à cause de leur éclectisme et donc indignes de représenter le nouveau pouvoir, perçu encore en 1931 comme « jeune » et « révolutionnaire ».

28 Par exemple « Susanna e i vecchioni », collage qui inclut le projet de concours du palais du Licteur (1934) à Rome soutenu par la revue, illustrant l’article de Bardi, « Il concorso del palazzo su Via dell’Impero », Quadrante, n° 18, oct. 1934, p. 11.

29 Aujourd’hui via dei Fori Imperiali.

30 Date des premières expériences (infructueuses) de « colonisation intérieure ». Cf. R. Mariani, Città e campagna in Italia 1917-1943, Milan, Comunità, 1986, p. 179-185.

31 L’aggravation du déficit de terres est causée par le retour des combattants. Cf. R. Mariani, Fascismo e « città nuove », Milan, Feltrinelli, 1re éd. 1976, p. 9.

32 G. Ernesti, « La formazione dell’urbanistica in Italia... », art. cité, p. 171.

33 G. Ciucci, Gli Architetti e il Fascismo. Architettura e città 1922-1944, Turin, Einaudi, 1989, p. 174.

34 Le numéro 30 (oct. 1935) y consacre presque un tiers de la surface rédactionnelle.

35 Cf. H. Jannière, Politiques éditoriales et architecture moderne, Paris, éd. Arguments, 2002, p. 205-207.

36 J. Drucker, The Visible Word : Experimental Typography and Modem Art 1909-1923, Chicago-Londres, The University of Chicago Press, 1994, p. 242.

37 Luigi Banfi, Lodivico Barbiano di Belgioioso, Francesco Palanti, Ernesto N. Rogers.

38 BBPR, « Il fatto Esposizione », Quadrante, n° 26, 1935, p. 32.

39 Selon J. T. Schnapp (« Fascism’s Museum in Motion », The Journal of Architectural Education, vol. 45, fév. 1992, p. 87-97), « le fascisme requérait une surproduction esthétique -une surabondance de signes, images, slogans, livres et bâtiments fascistes - afin de combler et recouvrir son noyau idéologique instable » (p. 88).

40 É. Michaud, « La construction de l’image comme matrice de l’histoire », Vingtième Siècle, n°72, oct.-déc. 2001, n° spécial « Image et histoire », p. 42.

Table des illustrations

Légende Illustration 1. Confrontation de vues aériennes de villes illustrant l’opposition : « Ordre - Hiérarchie. Désordre - Chaos », Quadrante, n° 16-17, août-sept. 1934, p. 41 (photographies de G.L. Banfi et L.B. Belgioioso).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Illustration 2. Photomontage de P.M. Bardi pour le concours du palais du Licteur à Rome : « Cela, nous ne le permettrons pas », Quadrante, n° 18, oct. 1934, p. 11.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Illustration 3. « Visions aériennes de l’architecture de Sabaudia », Quadrante, n° 13, mai 1934.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Illustration 4. Le Duce et la première moisson. Quadrante, n° 5, août 1933.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4304/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Illustration 5., Le Plan régulateur de Pavie à la Gallerìa del Milione, Milan, 1934, architectes : E. Aleati, G.L. Banfi, L.B. di Belgioioso, G. Ciocca, M. Mazzochi, E. Peressuti, E.N. Rogers, Quadrante, n° 11, mars 1934, p. 17.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4304/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Illustration ó. Panneaux d’exposition du Plan régulateur de Pavie : figurations hybrides, Quadrante, n° 11, mars 1934, p. 11.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4304/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Illustration 7. « La vie sportive », Quadrante, n° 24, avril 1935
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4304/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

Auteur

Hélène Jannière, architecte et docteur en histoire de l’art, enseigne l’histoire et la théorie de l’architecture et de la ville à l’École d’Architecture de Paris-Val de Seine. Elle est chercheur au LADYSS (CNRS, UMR 7533). Ses recherches actuelles portent sur les représentations de l’architecture et de la ville dans la publication, et sur l’histoire de la critique architecturale et urbaine au xxe siècle. Dernières publications sur ce thème : Politiques éditoriales et architecture moderne, Éditions Arguments, Paris, 2002 ; notice « Critique architecturale », Encyclopaedia Universalis, édition 2002 (avec Valérie Devillard).

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable