Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Troisième partie. Questions et méthodes

L’interdisciplinarité en pratiques

Monique Barrué-Pastor

Texte intégral

1Les questions traitées dans ce livre sont nées d’une pratique. Elles constituent autant d’acquis progressivement identifiés et formulés par les chercheurs. Certes ce genre d’analyse peut paraître commun à toute entreprise de recherche, mais ce qui l’est moins, c’est la nature des problèmes posés par une démarche à la fois collective et interdisciplinaire. Ces questions ont été secrétées par un cheminement de recherche très particulier, qui constitue en fait la spécificité de l’interdisciplinarité. On peut considérer que leur découverte est un de ses résultats et non des moindres.

  • 1 Une vingtaine d'entretiens ont été effectués auprès de praticiens de l'interdisciplinarité, choisis (...)

2Elles engendrent une structuration de la démarche scientifique en termes de stratégies et de pratiques qu’il est possible aujourd’hui de définir et dont les produits sont l’objet des développements de cet ouvrage. Il est cependant utile de revenir aux pratiques de ceux qui ont eu à mener ces recherches pour mieux discerner comment la pratique interdisciplinaire suscite de nouvelles interrogations : il y a là aussi des leçons à tirer de l’expérience. Les entretiens effectués auprès des chercheurs ayant participé à ces programmes montrent que nombreux sont les enseignements de l’interdisciplinarité qui n’ont pas été tirés et donc réinjectés dans le processus d’évaluation des connaissances. À quelques exceptions près, la plupart de ceux qui ont pratiqué l’interdisciplinarité1 n’avaient jamais eu à répondre aux questions posées : ils découvraient à la fois un mode de questionnement sur leur pratique et, en y répondant, de nouveaux enseignements, restés inconscients, enfouis ou sous-estimés en tant que tels, parce que sans « valeur » sur le terrain des critères habituels d’évaluation des résultats de la recherche.

3Aujourd’hui avec plus de recul et dégagés des enjeux et des conflits institutionnels, ces chercheurs ont accepté d’analyser et de réévaluer le sens de leurs expériences ainsi que les traces qu’elles engendrent ; et de mettre ainsi à l’actif de l’interdisciplinarité des facteurs de l’évolution des connaissances, méconnus ou sous-estimés.

1. De l’exercice imposé au choix : le projet interdisciplinaire

4Si la grande majorité des praticiens de l’interdisciplinarité sont entrés dans cette démarche par une participation imposée à de grands programmes pluridisciplinaires financés et suscités par les institutions de la recherche [Monts Dôme, Pyrénées, Noyonnais…], la plupart sont passés dans un deuxième temps à une pratique interdisciplinaire lancée dans le cadre de programmes qu’ils ont contribué à construire et à concevoir en continuité directe ou indirecte avec les premiers [Petits fruits, Bâtiments d’élevage, Système de grande culture, Système céréalier tunisien…].

  • 2 Cf. contributions de Jean-Marie Legay, notamment.

5Ainsi la relation avec d’autres disciplines, initialement imposée, est progressivement devenue un choix. C’est ce choix qu’il est important de clarifier, dans ses origines, ses caractéristiques, son évolution et ses incidences. Il est souvent présenté en opposition avec les premiers grands programmes, accusés de reposer sur un conglomérat d’études sectorielles et d’articulations factices construites a posteriori. Sa motivation est empreinte de fortes exigences sur le plan scientifique ; ce choix est présenté comme un mélange de décisions, raisonnées à la fois sur le plan théorique et idéologique. Il y a eu chez la plupart, passage de motivations très floues, à la volonté de construire une démarche scientifique basée sur la relation entre complexité et action, et qui contient en elle-même (presque en conséquence) la question de l’interdisciplinarité (telle qu’elle a été théorisée ici2). La question de l’échange conceptuel entre discipline y est bien située au centre de l’enjeu ainsi créé. L’évaluation de l’hétérogénéité des disciplines du point de vue de leur aptitude à coopérer a permis d’identifier deux grands types de pratique interdisciplinaire (Jollivet, Marduel, 1989). La première, très pragmatique, consiste à s’adjoindre d’autres spécialités susceptibles de procurer les compétences techniques que l’on n’a pas. La démarche reste personnelle et ne nécessite pas le partage d’un projet commun (il semble que cela soit la manière la plus courante de débuter dans l’interdisciplinarité mais elle peut rester occasionnelle), La seconde procède du sentiment que l’explication des phénomènes étudiés exige la mise en commun de connaissances de disciplines différentes. Elle engendre donc une modification de la démarche d’analyse habituellement pratiquée. Les chercheurs ont développé et argumenté un questionnement nouveau et ont recherché à partir de là, dans les autres disciplines, des partenaires qui partagent cette même curiosité. Ils s’accordent cependant à reconnaître que cette communauté de point de vue est indispensable mais elle ne suffit pas à donner corps à une pratique interdisciplinaire ; c’est un point de départ ; il a besoin de s’incarner dans un langage et des procédures collectives.

6Pour traduire les tensions d’une pratique scientifique en mouvement, il a fallu pousser plus loin l’enquête.

2. Les atouts de la réussite

7À partir de la multiplicité des expériences, il est possible aujourd’hui de dresser un tableau des ingrédients nécessaires à la mise en œuvre de l’interdisciplinarité et d’esquisser les règles essentielles à respecter pour atteindre ses objectifs.

2.1. Portrait du chercheur indiscipliné

8La première caractéristique, on ne le dira jamais assez, réside dans l’aspect humain : l’état d’esprit, la motivation et le profil des chercheurs. Quatre mots clefs semblent le caractériser : ouverture d’esprit, curiosité, volontarisme et indiscipline. Est-ce une question de tempérament ou une question de formation ? Les deux en même temps. Chez les jeunes chercheurs, ce qui semble primer c’est l’absence de tout souci concernant l’avancement de leur carrière et l’absence de territoire à défendre. Chez leurs aînés, mal à l’aise dans les paradigmes disciplinaires, c’est à la fois un esprit de contradiction et de conciliation très fort. Tous partagent de fortes motivations personnelles à la fois basées sur la structuration de leur personnalité, de leur pensée et de leurs références scientifiques, mais aussi sur leur formation universitaire, souvent polyvalente. Cette motivation à travailler avec d’autres et à rompre une solitude jugée « stérilisante », imprégnée à la fois de charge affective et de volonté raisonnée, assure une cohérence au travail dont l’intérêt prime souvent sur les incitations financières.

9Au départ, l’essentiel, semble-t-il, c’est qu’un « chercheur découvre la complexité de l’objet et de sa recherche et qu’un spécialiste refuse le ghetto de sa discipline en même temps que la position hiérarchique qui lui a été attribuée par rapport aux autres disciplines » (Legay, 1986). Partant de là chacun se met sciemment hors la loi par rapport aux limites prescrites à son domaine traditionnel et se met en position de rencontrer d’autres partenaires. L’indiscipline (Legay, 1986) est devenue un facteur décisif. Cette indiscipline est à la fois scientifique, politique et idéologique : dans la volonté de transgresser les frontières disciplinaires, de remettre en cause les logiques institutionnelles, d’essayer de déstabiliser le manque d’audace de ceux qui depuis longtemps déjà ont condamné l’interdisciplinarité.

2.2. Small is beautiful

10Les pratiques de l’interdisciplinarité ont beaucoup évolué en relation étroite avec la conception des programmes de recherche, mais selon une logique qui est autant liée à l’itinéraire de vie des chercheurs qu’à celle des choix institutionnels de la recherche. En effet, les anciens grands programmes DGRST ont beaucoup de points communs avec les premiers programmes du PIREN : ils suscitent bien peu de réelles pratiques interdisciplinaires et la plupart des chercheurs s’y sont sentis mal à l’aise. Les pratiques les plus satisfaisantes se déroulent ailleurs. Elles sont le fait de groupes plus restreints ayant une communauté de conception de la recherche.

11Dans l’itinéraire de ces individus, il y a eu la plupart du temps passage des grands programmes à effectifs importants, pluridisciplinaires et aux champs thématiques larges, à des programmes aux objectifs plus modestes, structurés à partir de questions bien définies, limitées et partagées par les différents participants, souvent en prise avec les grandes préoccupations sociales.

12La multiplicité des références prises en considération nous permet de conclure qu’il y a diversité, mais aussi continuité, enfin un gradient de l’articulation. L’ampleur et la réussite de cette dernière semblent être inversement proportionnelles aux ambitions affichées au départ des programmes et à la taille des équipes concernées.

13Les chercheurs de terrain ne veulent plus entendre parler de grands programmes trop lourds à gérer, ils cherchent à occuper des champs plus restreints avec des équipes peu nombreuses, constituées de « gens avec qui l’on sait que l’on peut travailler » pour s’aventurer dans une démarche qui se veut innovante. Il est clairement apparu que l’interdisciplinarité était une « affaire d’homme » avant d’être une affaire de « discipline ».

2.3. Un terrain propice

14Le choix du terrain joue un rôle essentiel sur le mode de fonctionnement de la recherche dans la mesure où il détermine et dépend à la fois des rapports de proximité, des relations entretenues entre chercheurs et acteurs locaux mais aussi des rapports de pouvoirs qui traversent la recherche. Le choix du terrain apparaît comme le résultat d’un premier consensus entre chercheurs de base et responsables (des comités et des programmes) [Monts Dôme, Margeride…], entre disciplines [Causses-Cévennes…], entre chercheurs et acteurs locaux [Mangrove, Vosges, Pyrénées, Corse…], mais aussi entre chercheurs parisiens et chercheurs de province [Monts Dôme, Causse, Méjean, Linguas…]. La capacité de l’équipe à éviter les deux écueils que constituent le jacobinisme des comités très centralisés et le balisage territorial de certains potentats locaux, influe directement sur la panoplie des disciplines présentes et leur mode d’interrelation. Ceci étant, la simultanéité des recherches sur un même lieu n’est pas une condition suffisante pour garantir une articulation réussie.

  • 3 Cf. ci-dessus Tatiana Muxart, Patrick Blandin, et Claudine Friedberg, « Hétérogénéité du temps et d (...)

15Le terrain n’est pas non plus, qu’une portion d’espace dont la pertinence réside dans son seul découpage. Certes, les règles qui régissent la délimitation de l’espace étudié commencent à être clairement définies, notamment celles qui doivent permettre l’articulation des différents niveaux d’intégration et des échelles d’observation, en fonction des problématiques choisies3, mais la question du statut et du rôle accordés au terrain en tant qu’élément essentiel de la définition des pratiques interdisciplinaires est loin d’être résolue. Territoire des opérations, espace-objet de recherche, le « terrain » est aussi une portion d’espace-temps essentielle pour la démarche scientifique. Tout à la fois ou selon les cas, support, objet, lieu d’échange, de rencontre, de conflits entre chercheurs, il devient pratiquement toujours le creuset d’une nouvelle manière de travailler basée sur la confrontation directe et concrète avec le réel ; ce réel qu’il s’agit bien d’appréhender en même temps, sachant que chacun n’y voit pas la même chose et n’en saisit qu’une partie. La mise en œuvre de l’interdisciplinarité repose essentiellement sur l’application de méthodes d’analyse directe, elle régénère en conséquence l’empirisme de la pénétration du terrain à partir de la progression à tâtons, de regards croisés.

2.4. La stimulation par l’action

  • 4 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, « Pluridisciplinarité, interdisciplinarité et recherche finalisée o (...)

16Il ne suffit pas de partager des questions communes, encore faut-il en accepter les objectifs, notamment leur caractère finalisé. La principale caractéristique des programmes interdisciplinaires est d’être placés sous le signe de la finalité économique et sociale dans des zones et sur des problèmes d’actualité, qui n’ont pu se satisfaire de démarches scientifiques « classiques »4. Le défi lancé par l’interdisciplinarité est souvent vécu comme une exigence à produire de l’innovation et à s’ouvrir sur l’action même dans le cadre de recherches essentiellement fondamentales. La finalité, dans ce qu’elle peut avoir de prédictif, s’inscrit ici dans une démarche qui ne veut plus être fondée sur des modèles construits à partir d’enquêtes d’experts, mais sur des expérimentations en vraie grandeur, effectuées en étroite collaboration avec les intéressés eux-mêmes. Elle engendre un passage de l’interdisciplinarité « simple » (c’est-à-dire entre sciences de la nature, ou à l’intérieur de la géographie physique) à l’interdisciplinarité « élargie » (selon la formule de G. Sautter, c’est-à-dire une articulation entre sciences sociales et sciences de la nature ou bien entre géographie physique et géographie humaine, encore très rare [contact Forêt-Savane].

  • 5 Cf. ci-dessous Jean-Pierre Deffontaines et Jean-Marie Legay, « Complexité, observation et expérienc (...)

17Il y a rattachement du qualitatif, de l’observation classique à des demandes de type expérimental, donc notification méthodologique. Mais aussi modification théorique sur le statut de l’acteur-objet d’étude par un rapprochement plus étroit au terrain. Les méthodes pratiquées jusque-là séparément ont été transformées : l’outil d’enquête et d’observation directe s’est à la fois affiné et diversifié par l’intégration de champs d’interrogation modifiés (issus notamment de l’agronomie et la zootechnie) ; l’expérimentation s’est étendue et rapprochée des sciences sociales5. L’interdisciplinarité a provoqué un nouvel usage du qualitatif et de l’expérimentation qu’elle a l’un et l’autre valorisés en élargissant le champ de ses praticiens, mais aussi en modifiant leur pratique. L’expérience est sortie des laboratoires pour se faire in situ et l’observation, de même que l’enquête, ont été construites de manière plus rigoureuse. Sans conteste, l’usage de l’enquête pratiquée en commun par plusieurs disciplines, a été un facteur de valorisation de cette méthode. Elle a été réhabilitée en tant que moyen d’acquisition de connaissances ; sa scientificité s’est trouvée confortée par la rigueur du travail d’organisation préalable qu’elle a engendrée.

  • 6 Cf. ci-dessus Marcel Jollivet, « Présentation »,

18Si l’on considère que la méthodologie est un élément essentiel de la définition d’une discipline, alors nous avons là quelques-uns des fondements théoriques de l’interdisciplinarité. L’objectif de « progrès des connaissances » n’est pas dissocié de celui de son application et donc d’une certaine valorisation plus directe des acquis scientifiques. Dans la diversité des pratiques et des résultats qu’ont pris ces recherches finalisées, l’élaboration de propositions techniques constitue la réponse maximaliste à la volonté de transformer une situation concrète6 [Bâtiments d’élevage].

2.5. Une longue fréquentation : un lieu et du temps

19Le choix de se donner une phase préalable de réflexion influe directement sur la pratique de l’interdisciplinarité et l’organisation des recherches. Elle permet de limiter l’attirance vers des objets disciplinaires préétablis. L’importance accordée à cette phase préliminaire est claire, non seulement c’est une nécessité, mais encore faut-il qu’elle soit relativement longue pour permettre la construction d’un plan d’observation. C’est une phase de recherche essentielle, que l’interdisciplinarité a réhabilitée en tant que telle puisque c’est sur elle que repose en grande partie sa réussite [Pyrénées].

20Entre la question mise en avant pour construire un programme de recherche et le choix des objets et des questions qui vont l’organiser, il y a une distance ; précisément celle qui différencie objet concret et objet scientifique. Sa mesure semble être un indicateur pertinent des pratiques de l’interdisciplinarité. La distance la plus grande se réfère aux études où il y a juxtaposition d’objets monodisciplinaires et qui se traduisent par une accumulation de résultats sans relations entre eux. La distance la plus petite traduit les efforts les plus grands de mise en correspondance. Ce sont précisément les programmes où problématique et objectifs sont communs qui débouchent la plupart du temps sur des résultats de recherche fondamentale, transposables en partie sur le terrain des questions vives émanant de la société.

21Contrairement – peut-être –, à d’autres démarches scientifiques, l’interdisciplinarité, pour être fructueuse et porteuse de renouveau, nécessite une certaine continuité temporelle et territoriale, ne serait-ce que pour assurer la maîtrise des différentes phases de recherche, rendue beaucoup plus compliquée par la mise en relation de plusieurs disciplines. C’est aussi une manière de valoriser le lourd investissement qu’elle suppose. L’articulation des disciplines suppose donc non seulement une certaine durée sur un même terrain mais encore un minimum de continuité entre plusieurs programmes successifs.

  • 7 Cf. ci-dessous, Bernard Picon, « De nouvelles pratiques de recherche, prémices d'un nouveau courant (...)
  • 8 Comme ils ont pu le pratiquer par ailleurs dans le cadre de « l'observatoire du changement économiq (...)

22L’interdisciplinarité conduit à relativiser le paradigme comparatif, qui n’est plus considéré dans son projet fondamentaliste comme la panacée de la démarche scientifique. Certes la multiplication des observations et leur comparaison permettent d’obtenir des résultats féconds7, mais les praticiens de l’interdisciplinarité ont contribué à la relativiser en refusant de se limiter à la multiplication des sites et des lieux d’observation8. Ce qui prime, c’est avant tout l’approfondissement et le renouvellement des démarches, et non pas une diversification systématique des lieux à des fins comparatistes. L’enjeu n’est pas tant, de comparer que de renouveler son expérience en se donnant les moyens de l’approfondir. Si les chercheurs qui ont su changer de terrain en changeant de programme sont nombreux, c’est qu’il y a eu décalage entre les choix institutionnels de la recherche, soucieuse de couvrir le maximum de terrains à problèmes, encore méconnus, et les désirs des chercheurs. La plupart se sont montrés soucieux de valoriser de premiers et lourds investissements par des démarches complémentaires sur les mêmes terrains pour aboutir et peaufiner des méthodes qu’ils avaient le sentiment de n’avoir qu’esquisser, avec toutes les insatisfactions que peut laisser un travail interrompu, alors qu’il était chargé de grandes espérances. Ce besoin d’approfondissement devient antinomique avec le paradigme comparatif ; sa conduite navigue entre l’écueil de l’enfermement dans un lieu et le besoin de se renouveler sans pour autant comparer. À ce niveau il est intéressant de noter que la qualité et l’originalité des recherches pratiquées proviennent en général de programmes qui se sont succédé en cascade, sur un même terrain [Causses-Cévennes, Pyrénées, Noyonnais, Corse…].

2.6. Un langage pour communiquer

  • 9 Cf. ci-dessus, 2e partie de cet ouvrage.

23Il a fallu résoudre le difficile problème de la communication entre chercheurs qui utilisent des langages différents. Si le mythe de la construction d’un langage commun est vite tombé, il a fait place à la recherche de correspondances entre mots, concepts et définitions, mais aussi à l’émergence d’éléments de vocabulaire qui ont facilité la communication, et qui viennent renforcer l’importance de la phase préalable déjà mentionnée9.

24En effet, des pratiques de l’interdisciplinarité, ont émergé un certain nombre de notions dites « opératoires », dont la principale qualité est de faciliter les relations entre les différents niveaux d’organisations « forts », identifiés par ailleurs. Elles permettent aux différentes disciplines de s’interpeller, de se confronter mais aussi de s’articuler.

  • 10 Cf. ci-dessus, Olivier Godard, Jean-Marie Legay, « Entre disciplines et réalité l'artifice des syst (...)
  • 11 Cf. ci-dessus Tatiana Muxart, Patrick Blandin et Claudine Friedberg, op. cit., p. 313.

25Nous prendrons l’exemple le plus souvent mentionné, celui de « système », pour illustrer succinctement10 à quel point le poids des mots a pu fluctuer entre l’ouverture et l’enfermement, reflétant par là le niveau de la pratique interdisciplinaire. L’extension de l’utilisation de la notion de « système » lié à son pouvoir explicatif et structurant est par ailleurs perçue comme un facteur d’éclatement du réductionnisme disciplinaire. Un de ses principaux avantages est qu’il n’a ni échelle, ni niveau d’articulation privilégié11 ; les hiérarchies dans un système sont arbitraires, toute expression spatiale peut donc faire changer de niveau d’organisation. Le fait qu’il puisse y avoir des niveaux d’organisation forts (pour analyser des processus, des structures, des fonctionnements…) en fonction des questions posées, même si les niveaux pertinents (a priori) ne sont pas les mêmes pour toutes les disciplines, est apprécié comme un atout incontestable. La notion de système sert à construire un objet de recherche qui ne l’est pas en soi et qui va l’être en fonction de l’objectif poursuivi. C’est ce qui explique sans doute la prédominance de la notion de « système » dans les recherches interdisciplinaires.

  • 12 Cf. ci-dessus, Marcel Jollivet, Présentation de la 2e partie.

26Un danger cependant, celui des faux-semblant de certains outils de la communication interdisciplinaire. Certes ces notions peuvent être chargées de malentendus, mais elles sont des lieux de contacts stimulants qui interpellent les concepts (cf. paysage, géosystème, pratique, technique, ressource…) quand elles s’inscrivent dans une démarche basée sur la construction permanente d’une certaine rigueur, la seule susceptible de déstabiliser les utilisations approximatives12 (Mathieu, Jollivet, 1989).

2. 7. Un engagement tempéré des disciplines

27Le choix des disciplines et le type de relation entretenu entre elles semblent dépendre avant tout des relations humaines que les chercheurs entretiennent entre eux ; viennent ensuite les compatibilités scientifiques et la complémentarité des compétences en fonction des questions et des objectifs qui ont été définis.

  • 13 Cf. ci-dessus Olivier Godard, « la Science économique face à l'environnement : la résilience d'une (...)

28Quelques mots sur les disciplines concernées : d’une manière générale, l’intégration la plus difficile concerne les disciplines les plus fortement constituées sur leur noyau scientifique (exemple : le droit, mais aussi l’économie13).

  • 14 Cf. ci-dessus Jean-Pierre Deffontaines, « l'Agronomie : discipline et interdiscipline », p. 93.

29Mais le point présenté comme le plus important est l’évolution de l’engagement des disciplines liée à la pratique de l’interdisciplinarité (et inversement). L’exemple de l’agronomie est de ce point de vue fort intéressant : l’état de la discipline, fortement ancrée dans l’écophysiologie du peuplement végétal au moment du démarrage des programmes interdisciplinaires lui interdisait toute participation à ceux-ci. Avec la redéfinition des finalités assignées à la recherche, les agronomes se sont ouverts sur d’autres disciplines, d’abord à l’intérieur de leur propre institution (l’INRA), puis beaucoup plus largement avec d’autres14. Plusieurs raisons ont été identifiées. L’aspect normatif et prescriptif de l’agronomie a facilité son orientation vers la finalisation. Par ailleurs, la prise en compte de la diversité des situations locales a poussé l’étude sur les systèmes agraires à s’ouvrir sur l’environnement, et à s’ancrer dans le « local », ce qui a facilité son articulation avec l’écologie et la géographie. Aujourd’hui l’agronomie, du moins une certaine agronomie, se situe dans le camp des disciplines motrices des pratiques interdisciplinaires.

30L’ordre d’entrée en scène des différentes disciplines fait intervenir des stratégies très particulières, qui ont évolué dans le temps. La plupart des programmes interdisciplinaires sont présentés sous la forme de séquences, qui se caractérisent par des niveaux d’articulation et d’intégration différents entre disciplines. Le statut accordé aux sciences sociales est sans doute le plus remarquable puisqu’il s’est littéralement inversé au fil du temps. Dans les premiers programmes pluridisciplinaires, les sciences sociales sont cantonnées en amont ou en aval de la recherche. Les chercheurs s’y définissent comme des « palpeurs » de terrain, des « agents de huilage » qui sont là, en fait, pour faciliter l’acceptation des chercheurs en biologie sur le terrain ; ou bien encore en aval comme des « missionnaires » chargés de transmettre les « solutions-messages » issues de la recherche (Barrué-Pastor, 1989). Par la suite, c’est plutôt de leur capacité d’intégration que va dépendre le niveau d’articulation pluridisciplinaire. Quand elles se trouvent au centre du dispositif de recherche, comme c’est le cas notamment dans l’analyse des fonctionnements et des pratiques, l’analyse des interactions entre sociétés et milieux biophysiques en est grandement facilitée.

3. Acquis et prolongements de l’interdisciplinarité : vers une nouvelle praxis ?

31L’évaluation des acquis et des effets de l’interdisciplinarité est un exercice délicat dans la mesure où se mêlent ce qui demeure de simples modifications de pratiques disciplinaires habituelles et ce qui constitue déjà les bases de la construction d’une nouvelle démarche scientifique.

3.1. L’usage commun de notions opératoires

32Le propos de la pratique interdisciplinaire est d’être en perpétuel renouvellement. C’est à cela que l’on mesure mieux son pouvoir dérangeant, innovant et créateur, mais aussi l’écueil qui consisterait à en figer les acquis en les transformant en nouveau cadre disciplinaire. Certes de nouveaux champs disciplinaires peuvent émerger (comme la biochimie : Legay, 1988), mais il ne s’agira jamais que de recompositions partielles et temporaires ; l’interdisciplinarité poursuivra son chemin…

33Il serait donc impropre de parler de l’émergence de concepts théoriques qui trouveraient leur justification dans la construction d’une nouvelle discipline au-dessus des champs disciplinaires constitués. C’est pourquoi nous avons préféré parler de notions opératoires, utiles pour ne pas dire indispensables pour faciliter l’articulation entre disciplines (un certain nombre sont présentées dans la deuxième partie de cet ouvrage, auxquelles nous pourrions en rajouter bien d’autres : « flexibilité », « irréversibilité », « risque »…) ; des concepts définis comme « porteurs » dans la mesure où ils permettent d’ouvrir le champ des questionnements et des réponses adaptées à ces derniers.

3.2. Transformations et déplacements des champs disciplinaires : de « l’effet en retour » au « retour sur les disciplines »…

34La transformation des pratiques de recherche en référence aux habitudes disciplinaires est certainement la chose la plus difficile à évaluer étant donné la diversité des processus qui entrent en ligne de compte et l’extrême mobilité de ses effets, les plus marqués étant par ailleurs souvent les plus récents. Dissocier ce qui relève de l’évolution de la discipline elle-même et de l’interdisciplinarité demeure une entreprise délicate, c’est pourquoi nous avons choisi de différencier ce qui correspond à de simples transformations et ce qui relève de véritables déplacements dans les champs disciplinaires.

35Pour ce faire, il semble préférable de prendre un exemple précis ; le suivi concret de l’itinéraire de Monsieur X chercheur en économie nous permettra plus facilement de rendre compte de la complexité du processus. Il a commencé, comme beaucoup d’autres, par une participation obligée à un grand programme pluridisciplinaire, sans que ceci soit accompagné d’une modification de sa pratique professionnelle habituelle et avec des résultats qui se sont traduits par une juxtaposition d’analyses. C’est au cours d’un programme ultérieur dont le fonctionnement était basé sur une articulation des disciplines aux différentes étapes de la recherche (analyse de situation commune, définition épistémologique des objectifs, définition des objets scientifiques, problématique, construction méthodologique, analyse des données et production des résultats) qu’il y a eu transformation de sa pratique disciplinaire. L’analyse de l’exploitation agricole et de son économie a été modifiée ; les regards des autres disciplines ont entraîné une redéfinition des questions économiques. Cette redéfinition n’a pas simplement conduit à interpréter les éléments techniques ou agronomiques à partir du champ de l’économie ; elle suppose une remise en cause globale de la discipline elle-même à partir d’un champ qui lui est extérieur. La reconstitution de cet itinéraire permet d’identifier l’origine de la démarche. Tout part de la prise en compte de la complexité de ce qu’est une région et un acteur (aucun n’étant réductible à une somme d’approches disciplinaires). Ce chercheur a débouché dans un premier temps sur une analyse des pratiques ; mais très vite cette démarche a dévoilé ses limites : à savoir son incapacité à engendrer une compréhension de la stratégie de l’acteur et de son choix. Il y a donc eu déplacement de l’objet de recherche vers « les processus de décision », construction de nouvelles méthodes et quête de nouveaux partenaires en fonction des articulations que l’objet engendrait avec les sciences cognitives. Il y a eu déplacement dans une certaine filiation néo-classique de la discipline, notamment vers le domaine de l’économie cognitive et de l’économie décisionnelle. Ce déplacement s’est accompagné d’une prise en compte des mécanismes d’ordre économique (micro, meso ou macro) et des modes de raisonnement se référant à la manière dont sont conçus et posés les problèmes par les acteurs eux-mêmes. Dans cette logique, aujourd’hui, c’est moins l’articulation entre domaine économique et domaine technique qui compte, que le questionnement de plus en plus fort de l’agronomie et de l’économie par le domaine des sciences de la décision.

  • 15 Cf. ci-dessus Olivier Godard, « la Science économique face à l'environnement : la « résilience » d' (...)

36Il est par ailleurs impossible de négliger le fait que, dans la même période, l’économie avait vécu le passage de la « rationalité substantielle » à la « rationalité procédurale » Et les premières approches dans le cadre du département « SAD » (INRA) notamment ne s’inscrivaient pas si mal dans le cadre d’une démarche économique où l’acteur est censé maximiser son objectif15, avoir des finalités précises et mettre en œuvre des moyens rationnels, cohérents et conformes à l’attente de ses objectifs. L’ouverture vers la « rationalité procédurale » est un des résultats de ce questionnement par d’autres disciplines.

  • 16 Cet itinéraire nous a permis de cheminer concrètement dans l'évolution des rapports entre disciplin (...)

37La pratique interdisciplinaire de Monsieur X est basée, comme beaucoup d’autres, sur une prise en compte raisonnée de la complexité et ouverte sur l’action. Elle l’a amené, avec les agronomes, à ouvrir un champ de recherches en gestion dans le domaine agricole : celui du pilotage des exploitations agricoles considéré comme un système par nature complexe. Il est passé de « l’économie de l’exploitation » au sens classique du terme à une ouverture des recherches sur la gestion, pour revenir au bout du compte dans le champ de l’économie mais d’une manière différente : avec un questionnement qui essaye d’aborder les pratiques par la confrontation avec d’autres disciplines. Le paradigme de référence n’est plus celui de l’acteur néo-classique mais celui d’un acteur soumis à toute une série de déterminations (sociales, économiques, naturelles, culturelles…) et pour lequel il est tout aussi important de se fabriquer des objectifs que de les suivre et de les atteindre16.

3.3. Des disciplines renforcées

38Ainsi l’interdisciplinarité enrichit les disciplines plus qu’elle ne les détruit par une sorte d’effet en retour lourd de questionnements reformulés ; questionnements qui révèlent à leur tour d’autres articulations disciplinaires. C’est ainsi que par rapport à l’exemple présenté précédemment, une question reste posée, celle de la connaissance des conditions sociales d’élaboration des processus cognitifs. Y répondre suppose de pousser plus loin l’articulation entre l’économie, l’agronomie, la sociologie et les sciences cognitives.

  • 17 Cf. 1re partie.

39Il ne s’agit là que d’un exemple ; si remarquable qu’il soit, il ne concerne qu’une petite partie de l’économie, mais précisément celle qui a choisi l’articulation avec d’autres disciplines. C’est pourquoi il est nécessaire de la compléter par un rappel des principaux changements qui ont affecté les autres pratiques disciplinaires17.

40Ces changements ne semblent pas se limiter aux deux scénarios généralement présentés : l’introduction de nouveaux thèmes et de problématiques différentes, ou bien leur reformulation. Ces changements affectent avec plus ou moins de force les différentes disciplines. Mais l’hypothèse de « la vérité » comme critère de scientificité a été mise à mal, chaque discipline ayant eu l’occasion de se confronter à ses limites propres et de découvrir qu’elle n’apportait qu’une portion de connaissance.

  • 18 Par contre « le paysage » n'apparaît pas, conformément aux analyses développées par Monique Barrué- (...)

41Pour la sociologie, l’interdisciplinarité a surtout été une manière de repenser la ruralité, d’ancrer les faits et les groupes sociaux dans un territoire, un lieu et un milieu18 notamment à travers la médiation de la technique. Elle a contribué à la rénovation de la démarche monographique qui est l’objet de multiples redéfinitions.

42Les efforts des géographes se sont traduits pour l’essentiel par l’acceptation d’un travail à l’échelle de la parcelle, à un moment où l’essentiel d’entre eux restait polarisé sur l’échelle régionale. Si les contacts avec les pédologues se sont le plus souvent limités à des échanges d’informations, il y a eu construction de méthodologies innovantes avec les botanistes qui acceptaient « la parcelle cultivée » [contact Forêt-Savane]. Pour les géographes physiciens, soucieux d’intégrer les facteurs anthropiques dans l’analyse, l’originalité a été de prendre comme niveau d’intégration privilégié « la parcelle cadastrée », alors que l’unité élémentaire d’organisation de l’espace (l’unité de fonctionnement) restait le bassin-versant en tant que géosystème élémentaire [Causses-Cévennes]. Le fait le plus marquant reste cependant le retour à une certaine collaboration entre les différentes spécialités de la géographie (physique et humaine), renouant avec une tradition scientifique dont la revitalisation a favorisé l’ouverture sur les questions d’environnement. Il semble en effet que ce soit les disciplines qui contiennent en leur sein, dès le départ, une multiplicité d’approches qui se soient senties fragilisées par l’interdisciplinarité. Mais cette fragilisation, loin d’être destructrice, peut être porteuse d’avenir, dans le sens d’une recomposition de paradigmes à partir de l’ouverture interdisciplinaire du noyau théorique.

3.4. La mobilité des articulations entre disciplines

43La pratique de l’interdisciplinarité qui semble la plus performante se présente comme un perpétuel mouvement. Aux phases d’ouverture et d’échanges interdisciplinaires succèdent des phases de replis plus disciplinaires pour pouvoir rebondir avec plus d’efficacité encore sur le terrain des autres et les interpeller différemment.

44La gestion des rapports entre les différentes disciplines est perçue comme un des choix parmi les plus déterminants de la démarche. Elle s’effectue aux différentes étapes de la recherche, en fonction de la spécificité de chacune, en jouant de leur caractère plus ou moins spécialisé ou plus ou moins généraliste. La découverte qu’à des moments différents de la recherche correspondent des individus ou des disciplines qui se trouvent en position stratégique a permis de construire un mode de fonctionnement qui évite les réflexes impérialistes disciplinaires, tout en préservant l’existence d’un « noyau dur », garant de la cohérence et de la coordination des opérations. Le choix des interlocuteurs, des participants et le rapport entretenu avec les acteurs de terrain sont très fluctuants. Il nécessite d’être adapté en permanence aux objectifs et à l’avancée des travaux. À chaque étape, et à chaque niveau d’échelle correspond un niveau de coordination, une zone d’intersection entre plusieurs disciplines mais aussi un lieu de résolution des conflits entre acteurs et chercheurs.

3.5. Une démarche ouverte sur le développement rural

45Les recherches étant fortement finalisées, la construction et les choix méthodologiques intègrent les impératifs du développement. C’est ainsi que la question de l’interdisciplinarité posée sous la forme de l’articulation des disciplines ne suffit pas à rendre compte des pratiques « modifiées » des chercheurs intégrés dans un programme interdisciplinaire. C’est souvent en essayant de répondre à la fois à la demande sociale et aux exigences de la recherche fondamentale que les chercheurs ont été amenés à élargir l’horizon de leurs méthodes et de leurs outils. Les méthodes « classiques » ont été modifiées dans le cas optimal à toutes les étapes de la recherche : qu’il s’agisse de la définition du programme, des méthodes utilisées ou des modes de restitution des résultats.

  • 19 Les matériaux recueillis sont beaucoup plus affirmatifs que ne le laissent supposer Tatiana Muxart (...)

46L’organisation du travail à de multiples échelles en est la traduction de loin la plus appréciée. Les recherches les plus diversifiées sont menées à la fois à l’échelle de la parcelle (cadastrée et d’utilisation), du troupeau, à celle de l’exploitation agricole, du terroir, de la commune mais aussi de la région19. Chaque échelle correspond à un niveau d’interactions plus ou moins complexes entre disciplines mais aussi à des niveaux où peuvent se traiter différents questionnements issus des populations locales ou des agents du développement et pas uniquement de la recherche.

3.6. Une autre conception des résultats, du rendu et de la valorisation

47Le « mythe » de la synthèse finale et globale est en train de s’effriter. Les chercheurs qui ont participé aux premiers programmes y ont cru, et c’est d’eux qu’émanent les plus vives déceptions. Par la suite, d’autres l’ont d’emblée évacuée en tant qu’objectif [Pyrénées] préférant y substituer la construction de nouveaux programmes basés sur les acquis du précédent, et miser sur une conception de la recherche et de l’interdisciplinarité gérée comme un long processus cumulatif, jalonné de moments où l’articulation devient intégration partielle et constitue un nœud ou une étape de l’interdisciplinarité. Les plus récents, refusant de l’abandonner, l’ont transformée en une étape postérieure au programme lui-même, une fois les bilans disciplinaires décantés et que de nouveaux prolongements, laissaient déjà entrevoir de nouvelles « audaces », dans l’articulation des disciplines [Causses-Cévennes] (Mathieu, 1987). C’est par exemple ce que proposent certains chercheurs en passant de l’interdisciplinarité à la recherche-action (Barrué-Pastor, 1989).

48Un nouveau rapport méthodologique s’essaye entre les chercheurs et le territoire. Il y a là une volonté de construire un nouveau processus scientifique qui place les sciences sociales en position d’expérimentation : ce qui suppose un travail d’analyse conduit en très grande proximité avec les acteurs. La mise en œuvre de ce processus est souvent présentée sous le concept de « recherche-action », c’est-à-dire un travail conjoint mené entre une demande locale et les ambitions des chercheurs, négocié à partir d’un travail de terrain préalable qui a permis la construction de questions et d’hypothèses composites.

49La relation entre science et société, plus précisément entre le scientifique et le politique y est directement en cause. C’est d’elle que découlent la diversité des pratiques scientifiques et les choix qui seront faits par les chercheurs vis-à-vis de l’interdisciplinarité, notamment ses effets et ses prolongements. Deux choix extrêmes peuvent être identifiés :

501) Les uns prennent leurs distances après une expérience interdisciplinaire en pratiquant un repli sur la discipline. Ceci se fait au nom d’un argument essentiel : l’autonomie de la recherche qui ne peut souffrir de longues compromissions avec la demande sociale, au risque sur le plan éthique d’être inféodée (directement ou indirectement) au politique, et sur le plan scientifique de perdre toute identité (c’est-à-dire tout ancrage disciplinaire). Dans ce cas, l’interdisciplinarité a correspondu à un moment de vie, à une expérience de jeunesse, qui a beaucoup marqué mais dont les enjeux, les efforts et les risques ont engendré un repli sur des démarches plus disciplinaires, souvent jugées plus confortables.

512) Les autres ayant ouvertement choisi d’opter pour une approche interdisciplinaire recherchent toujours des méthodologies et des concepts qui soient opérationnels pour résoudre les difficiles relations entre sciences de la nature et sciences humaines. L’ouverture sur l’action y est de plus en plus affichée en correspondance avec le rapport étroit qui s’est établi avec les acteurs sociaux concernés par la recherche elle-même, puis par l’utilisation de ses résultats. Ici prime le souci d’utilité [Pyrénées] et de continuité [Causses-Cévennes].

52L’interdisciplinarité est considérée comme un long cheminement dont il faut construire et recomposer les éléments à chaque étape. Sur le plan méthodologique et théorique, l’interdisciplinarité a alors débouché sur une sorte de « post-interdisciplinarité » ouverte sur l’action, perçue comme un atout supplémentaire dans cette construction scientifique. La recherche-action part d’emblée d’un travail d’entente sur les objectifs, les hypothèses et les moyens. Ceci pose la question de la possibilité et de la nécessité d’une évaluation permanente multiforme. C’est un moyen d’éviter la pénalisation ou la dévalorisation de l’interdisciplinarité soumise à un système d’évaluation qui reste celui des recherches disciplinaires. Dans la recherche-action, le processus d’évaluation est intégré au processus d’avancement des travaux et des savoirs. C’est un processus itératif et multicritères.

3.7. Un niveau d’exigence qui ne cesse de croître

  • 20 Les recherches effectuées dans le département SAD de l'INRA en fournissent d'excellents exemples.
  • 21 Telle que l'a analysée ci-dessous, Bernard Picon, op. cit., « De nouvelles pratiques de recherche, (...)
  • 22 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs "natures" » (...)

53Ce n’est sans doute pas un hasard si les recherches interdisciplinaires se prolongent souvent par des programmes disciplinaires extrêmement pointus20. Certaines innovations méthodologiques peuvent être interprétées comme étant le résultat d’un niveau d’exigences qui ne cesse de monter. Exigence scientifique d’autant plus stimulée qu’elle se situe dans un contexte où l’interdisciplinarité peut être indifféremment perçue comme une pratique dévalorisante ou bien stimulante. Cette pratique de l’inconfort21 a favorisé paradoxalement les audaces méthodologiques ; par exemple l’usage pour la première fois en géomorphologie de la photogramétrie terrestre ou de la télémétrie infrarouge pour étudier les processus érosifs [Causses-Cévennes]. Elle fait de l’interdisciplinarité un vecteur d’innovation disciplinaire dans des secteurs très spécialisés. Elle repose sur une rupture avec les modèles extérieurs construits au préalable et les visions normatives. Les références anthropologiques multiples (comprendre les catégories d’acteurs, expliquer les comportements…) qu’elle intègre n’y sont certainement pas étrangères, même si cette discipline n’a pas directement participé au mouvement interdisciplinaire22.

4. Conclusion

54Si l’on partage l’idée que « la science est une des composantes de la culture » (Legay, 1986), l’interdisciplinarité peut être considérée comme une nouvelle base culturelle, un ferment nécessaire à la dynamique d’acquisition des connaissances.

55Un moment…, un état d’esprit…, une culture…, certes, mais aussi une praxis en construction. C’est une manière de travailler, d’accepter de se poser les mêmes questions que d’autres au-delà des différences, c’est une manière d’entrer dans un système de représentation de la recherche qui repose sur le travail en équipe, lourd en exigences de toutes sortes. Il suppose de passer du temps en réflexions préalables, qui permettent la construction de schémas initiaux nécessaires au dialogue mais surtout de définir de véritables stratégies de recherche particulières, les plus adaptées possibles à l’équipe, à sa problématique et à ses objectifs. La spécificité de ces stratégies en fait une démarche de recherche à part entière sans pour autant la transformer en nouvelle discipline qui engloberait à elle toute seule « le » paradigme de l’interdisciplinarité. C’est cette caractéristique qui fait sa force. Elle repose sur sa capacité à mobiliser les compétences propres à chaque discipline, autant que sur sa capacité à assurer une certaine pérennité dans leurs confrontations de manière à créer un mouvement de recomposition du savoir qui les interpelle et les fasse évoluer sans les détruire. Le pari de l’interdisciplinarité est bien de ne pas se rigidifier en discipline tout en étant capable de s’inscrire dans le processus de spécialisation des savoirs, à un niveau sans cesse plus élevé de mise en relation. L’écueil serait bien de se fondre à un moment donné dans les résultats qui ne correspondent qu’à un moment d’ajustement de l’état d’avancement des connaissances.

56En ce qui concerne les chercheurs et leur itinéraire, c’est la même chose. On n’entre pas en interdisciplinarité comme dans les ordres, c’est un choix certes, mais il n’est ni exclusif, ni définitif. Nombreux sont les chercheurs qui posent le problème en termes de balancement nécessaire entre deux pratiques : l’une dont la logique est monodisciplinaire, l’autre interdisciplinaire. Ceci se traduit le plus souvent par une succession de phases, où les acquis de l’interdisciplinarité engendrent un retour sur la discipline, pour y développer un aspect « extrêmement pointu » devenu nécessaire à l’avancement de l’ensemble.

  • 23 Cf. ci-dessus Olivier Godard, « la Relation interdisciplinaire : problèmes et stratégies », p. 331.

57L’interdisciplinarité c’est avant tout la possibilité de construire sans cesse des champs thématiques transversaux et de pousser toujours plus loin l’appréhension du réel. Il s’agit d’une reconstruction d’objets qui permet d’aborder différemment l’investigation scientifique dont les conditions sont maintenant définies23. La construction de la recherche repose sur une phase préliminaire longue conçue comme une phase de recherche fondamentale. C’est à partir de cette dernière que s’établissent les accords sur les problèmes à élucider, sur les questions à prendre en compte, sur les objectifs et donc sur les priorités, mais aussi sur les notions opératoires communes sur lesquelles reposera en grande partie l’articulation entre les disciplines.

58L’interdisciplinarité repose sur des recherches de terrain à la fois simultanées et continues (temporellement et territorialement) qui assurent une certaine progression cumulative au savoir. Résultats d’expériences et résultats d’observations sont mêlés dans un souci d’efficacité et d’ouverture sur l’action. Elle favorise ainsi la rupture avec les dogmatismes méthodologiques et la destruction-restructuration des champs disciplinaires constitués. C’est en cela que réside son pouvoir créateur.

Bibliographie

Barrué-Pastor M. (1989), « Interdisciplinarité et recherche-action, quelles avancées, quelles interrogations », n° spécial, Revue de la Société languedocienne de Géographie (« l’Inter-disciplinarité sciences sociales/sciences de la nature : une histoire pour un devenir »), fasc. 3/4, juil-déc. 1989.

Barrué-Pastor M., Barrué M. (1991), Architecture, élevage et société en montagne. Une expérience pilote de développement local intégré dans les vallées pyrénéennes, Toulouse, éd. du CNRS.

Blanc-Pamard C. (1984), « Dynamique des paysages forestiers et pratiques culturales en Afrique de l’Ouest, Côte d’Ivoire Centrale », en coll. avec P. Peltre, pp. 55-74, in le Développement rural en question, Paris, Orstom, (coll. « Mémoires », n° 1006), 505 p.

Deffontaines J.-P., Raichon C., Verneuil B. de (1982), « Chronique d’une recherche. Réflexion sur l’étude interdisciplinaire d’un système agraire de la montagne corse », Agronomie, 1982 (3), pp. 257-268.

Jollivet M., Marduel M.L. (1986), Compte rendu d’une enquête sur les pratiques de l’interdisciplinarité, Rapport de recherche, Paris, PlREN-CNRS, 115 p.

Legay J.-M (1986), Quelques réflexions à propos d’écologie : défense de l’interdisciplinarité, Lyon, 8 p.

Legay J.-M. (1988), « Contribution à l’étude de la complexité dans les systèmes biologiques », in J. Demangeot et P. Malgrange, Dijon, Librairie de l’Université.

Mathieu N. (1987), « l’Interdisciplinarité en question dans l’observatoire Causses-Cévennes », BSLG, t. 21, fasc. 3/4, 1987, pp. 492-504 (Actes du colloque Valorisation et maîtrise du territoire dans les montagnes sèches de l’Europe du sud, Alès, 30 sept.-1er oct. 1987).

Mathieu N., Jollivet M. (1989), Du rural à l’environnement ; la question de la nature aujourd’hui, Paris, Éd. ARF, l’Harmattan, 1989.

Notes

1 Une vingtaine d'entretiens ont été effectués auprès de praticiens de l'interdisciplinarité, choisis en fonction de la diversité de leurs pratiques et de leur niveau d'engagement dans les programmes. Ce texte essaie de rendre compte à la fois des opinions de ces chercheurs qui ont pratiqué l'interdisciplinarité mais aussi et surtout des réflexions suscitées chez eux par le questionnement de l'auteur au cours des entretiens. Cette contribution intègre par ailleurs les textes des chercheurs de terrain qui ont réfléchi a posteriori sur la pratique interdisciplinaire du programme auquel ils avaient participé (cf. bibliographie). Cet ensemble de regards croisés sur les pratiques, y compris celui de l'auteur à partir de sa propre expérience, se présente comme une forme d'évaluation des enseignements que l'on peut tirer de l'interdisciplinarité et réintroduire dans le processus d'acquisition et d'évaluation de connaissances, sans pour autant en faire une reconstruction théorique (telle que la propose Olivier Godard, ci-dessus).

2 Cf. contributions de Jean-Marie Legay, notamment.

3 Cf. ci-dessus Tatiana Muxart, Patrick Blandin, et Claudine Friedberg, « Hétérogénéité du temps et de l'espace : niveaux d'organisation et échelles spatio-temporelles », p. 313.

4 Cf. ci-dessous Marcel Jollivet, « Pluridisciplinarité, interdisciplinarité et recherche finalisée ou des rapports entre sciences, techniques et sociétés », p. 399.

5 Cf. ci-dessous Jean-Pierre Deffontaines et Jean-Marie Legay, « Complexité, observation et expérience », p. 367.

6 Cf. ci-dessus Marcel Jollivet, « Présentation »,

7 Cf. ci-dessous, Bernard Picon, « De nouvelles pratiques de recherche, prémices d'un nouveau courant ? », p. 391.

8 Comme ils ont pu le pratiquer par ailleurs dans le cadre de « l'observatoire du changement économique et social ».

9 Cf. ci-dessus, 2e partie de cet ouvrage.

10 Cf. ci-dessus, Olivier Godard, Jean-Marie Legay, « Entre disciplines et réalité l'artifice des systèmes », p. 191.

11 Cf. ci-dessus Tatiana Muxart, Patrick Blandin et Claudine Friedberg, op. cit., p. 313.

12 Cf. ci-dessus, Marcel Jollivet, Présentation de la 2e partie.

13 Cf. ci-dessus Olivier Godard, « la Science économique face à l'environnement : la résilience d'une discipline », p. 155.

14 Cf. ci-dessus Jean-Pierre Deffontaines, « l'Agronomie : discipline et interdiscipline », p. 93.

15 Cf. ci-dessus Olivier Godard, « la Science économique face à l'environnement : la « résilience » d'une discipline », p. 155.

16 Cet itinéraire nous a permis de cheminer concrètement dans l'évolution des rapports entre discipline et interdisciplinarité, il ne veut en rien réduire ni schématiser la complexité de l'évolution de la science économique, telle que l'a analysée Olivier Godard dans la première partie de cet ouvrage (op. cit.). il peut au contraire être perçu comme une illustration de « l'emprise gestionnaire » et de son évolution récente.

17 Cf. 1re partie.

18 Par contre « le paysage » n'apparaît pas, conformément aux analyses développées par Monique Barrué-Pastor, Chantal Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines dans « le Paradoxe du paysage ».

19 Les matériaux recueillis sont beaucoup plus affirmatifs que ne le laissent supposer Tatiana Muxart et Claudine Friedberg, op. cit., « Hétérogénéité du temps et de l'espace : niveaux d'organisation et échelles spatio-temporelles », p. 313.

20 Les recherches effectuées dans le département SAD de l'INRA en fournissent d'excellents exemples.

21 Telle que l'a analysée ci-dessous, Bernard Picon, op. cit., « De nouvelles pratiques de recherche, prémices d'un nouveau courant », p. 391.

22 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs "natures" », p. 125.

23 Cf. ci-dessus Olivier Godard, « la Relation interdisciplinaire : problèmes et stratégies », p. 331.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540