Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Troisième partie. Questions et méthodes

Événement, avènement ? À la recherche d’une nature partenaire

Chantal Blanc-Pamard

Texte intégral

1Dans la perspective de cet ouvrage, il ne s’agit pas d’envisager les disciplines en tant que telles dans leur étude du milieu naturel mais les disciplines redéfinies par un objet de recherche commun proposé aux sciences naturelles et aux sciences sociales et par un souci de démarche unifiée. Les programmes de recherche interdisciplinaires qui sont à la base de cette réflexion affichent tous leur volonté de travailler sur les relations entre milieu naturel et société. Mais la notion de milieu naturel est ambiguë et il convient de resituer cette notion dans son environnement scientifique.

2Le milieu naturel dans le sens de milieu sans perturbation d’origine anthropique n’existe pratiquement plus. Mais s’il n’y a plus de « milieu naturel » que l’on puisse considérer comme fonctionnant de manière autonome, les éléments « naturels » – climat, relief, eaux, sols, végétaux, animaux – participent en interaction à la structuration et à la dynamique de l’espace.

  • 1 Cf. ci-dessus Nicole Mathieu, « Géographie et interdisciplinarité : rapport naturel ou rapport inte (...)

3C’est au XIXe siècle que s’est développée la notion de milieu naturel, plus particulièrement avec Humboldt (1848). Le terme d’écologie a été retenu par Haeckel en 1866 pour désigner la science qui étudie les rapports réciproques entre les êtres vivants et le milieu où ils vivent. Depuis ses origines, la géographie se situe sur le terrain des rapports de l’homme et du milieu : la question posée a longtemps été celle du rôle déterminant ou non du milieu. Dès les années 60, se constitue une géographie qui s’efforce d’assumer sa double vocation en manifestant son intérêt simultané pour la nature et les sociétés1 Inventorier les caractères du milieu naturel est une chose : c’en est une autre de l’étudier en fonction de la perception qu’en ont les sociétés et de l’utilisation qu’elles en font en rapport avec ce qu’elles sont.

  • 2 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « la Question du déterminisme dans les rapports homme-nature », p (...)

4Les schémas déterministes ou possibilistes ont gêné toute tentative pour traiter scientifiquement des rapports entre les hommes et le milieu. Ces deux conceptions ont été au centre d’un débat très animé à la fin du XIXe siècle qui est à l’origine de difficultés de compréhension entre sciences naturelles et sciences sociales2.

5Longtemps, les géographes, et, avec eux les naturalistes, ont cherché à étudier « un milieu naturel » hors de toute intervention humaine. Les deux notions de « milieu naturel » et d’« environnement » sont souvent confondues ; le terme anglo-saxon « environment » est la traduction de « milieu naturel » ; l’expression « environnement naturel » est parfois utilisée dans ce sens. Le vocable d’« environnement », qui apparaît vers 1960 pour accompagner le développement d’approches prenant en compte le rôle des sociétés locales dans la production du milieu, traduit ces nouvelles préoccupations. Il désigne le milieu ressenti non plus en termes de rapports à sens unique nature/société mais en termes d’actions et réactions réciproques. L’environnement est « à la fois un milieu et un système de relations » (George, 1971). En géographie, on ne peut pas parler d’environnement sans évoquer le paysage. C’est par le paysage que la société s’approprie son environnement.

  • 3 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs· natures », (...)

6De nouvelles perspectives se sont ouvertes avec l’intérêt manifesté, depuis une vingtaine d’années, pour la prise en compte de la dimension écologique dans l’étude des relations des sociétés avec leur milieu naturel. En géographie tropicale, on doit à Pierre Gourou l’idée que les sociétés ne sont pas strictement déterminées par les conditions naturelles qu’elles interprètent par leurs savoir-faire. « Ce qui compte, ce n’est pas seulement le milieu “écologique”, c’est l’idée que les hommes s’en font, les hommes ou plutôt la “civilisation” à laquelle ils appartiennent » (Gourou, 1954). L’analyse écologique du milieu naturel requiert aussi bien la connaissance des éléments qui le composent que celle de leur utilisation par les sociétés ainsi que celle de leur point de vue sur cet environnement. Les sociétés se construisent elles-mêmes à partir d’une nature « interprétée » (Espaces vécus et civilisations, 1982). « Le naturel des terroirs » (Bertrand, 1975) est vécu et ressenti dans sa globalité par les communautés rurales. La perception paysanne est alors combinée avec l’analyse scientifique abordée de l’extérieur (Chatelin et Riou, 1986). Cette démarche s’inspire, pour une part, d’une discipline nouvelle, l’ethnoscience, à base ethnologique et naturaliste à la fois3. De même, l’approche écologique en anthropologie économique, constituée autour de Maurice Godelier, privilégie la recherche des conditions de reproduction des sociétés d’un point de vue qui situe les sociétés et leur histoire dans la nature. Jacques Barrau propose que les disciplines des sciences humaines et celles des sciences naturelles se rencontrent dans le champ d’une « histoire naturelle »… dont la tradition voulait qu’elle ne dissociât point les hommes de la nature dont ils font partie (Barrau, 1985).

  • 4 Cf. ci-dessus Geneviève Barnaud et Jean-Claude Lefeuvre, l'Écologie : avec ou sans l'homme ?, p. 59
  • 5 Cf. ci-dessus Monique Barrué-Pastor et Tatiana Muxart, « le Géosystème : nature « naturelle » ou na (...)

7La géographie étudie le milieu naturel en considérant son extension spatiale et en lui donnant une dimension. L’écologie voit dans le milieu naturel un système qui fonctionne indépendamment de sa spatialisation4. C’est une des différences entre l’approche géographique du milieu naturel et l’approche écologique. Les autres différences tiennent aux problèmes d’échelle et de finalité. « Le milieu n’est pas une entité isolée » (Pinchemel, 1988). Dans le domaine de la géographie physique, le CIMA (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Milieux naturels et l’Aménagement rural), sous l’impulsion de Georges Bertrand, a proposé et pratiqué un type d’étude intégrée des milieux dits « naturels » fondé sur le concept de géosystème5. L’ouvrage d’un géographe (J. Tricart) associé à un pédologue (J. Kilian) recense la diversité des études intégrées, ces deux auteurs définissent une « écogéographie » comme une nouvelle approche intégrée et dynamique du milieu naturel (1977).

  • 6 . Cf. ci-dessus, Jean-Pierre Deffontaines, « l'Agronomie : discipline et interdiscipline », p. 93.

8En ce qui concerne l’agronomie, le milieu naturel est l’occasion d’un débat important car il pose un problème d’échelle. Les agronomes considèrent classiquement le milieu comme l’ensemble des conditions et des facteurs physiques qui interviennent sur un peuplement végétal6. La confrontation de concepts qui sont propres à des disciplines et qui ont connu un renouveau dans les années 60, le profil cultural des agronomes et le paysage des géographes, ont permis des relations entre les deux disciplines. L’ouvrage collectif (Pays, paysans, paysages, 1977) en est une illustration.

9La dimension historique soulignée par Georges Bertrand dans le chapitre liminaire à l’Histoire de la France rurale (Bertrand, 1975) tient une place importante dans l’analyse des rapports entre les milieux et les sociétés. Le jeu de l’interférence entre la nature et la société n’est pas seulement actuel ; il combine l’histoire écologique et l’histoire sociale.

10Le terrain de rencontre entre les disciplines est vague, difficile à cadrer. D’une part, l’idée de milieu naturel considéré comme un milieu global n’est pas mise en évidence par les démarches disciplinaires, d’autre part, la diversité des points de vue sur le milieu naturel rend difficile la recherche interdisciplinaire. Celle-ci va s’efforcer de prendre en charge le milieu naturel en le recomposant ; ceci entraîne également une modification de la place des disciplines entre elles et par rapport aux relations milieux/sociétés. Le milieu naturel n’est pas restreint à un support organisateur ni même à un décor ; il est aussi un « acteur ». Ainsi, dans le chapitre introductif de son ouvrage sur les Sociétés paysannes paru en 1976, Henri Mendras souligne l’importance de l’écologie sans toutefois intégrer cette dimension à sa théorie des sociétés paysannes. C’est ce vide que les sociologues vont chercher à combler en passant d’une intuition à une construction sociale de la nature. Il faut attendre les recherches menées dans le cadre du PIREN pour que ceci se produise.

1. Les définitions du milieu naturel dans les recherches interdisciplinaires

11Le milieu naturel est défini par des chercheurs de disciplines différentes engagés dans ces programmes de recherche. On prendra quelques exemples. Notons, au préalable, que les géographes (physiciens et humains) en ressentent, eux, toujours le besoin. D’autres disciplines explicitent la place qu’ils font au milieu naturel dans une démarche qui n’est pas classique (agronomie, anthropologie, sociologie). Certaines n’utilisent pas la notion de milieu naturel (écologie, économie, droit). L’ethnoscience, enfin, est peu présente bien qu’elle soit une voie d’accès à la compréhension qu’une société peut avoir de son milieu.

12Les géographes physiciens (« Causses-Cévennes ») : « Le milieu naturel est considéré comme un système complexe où sont prises en considération les interactions milieu naturel/activités humaines. » Cette définition globale n’évite pas que le cadre régional soit présenté en deux parties (le milieu naturel et le milieu anthropisé).

13Les géographes humains : « On entend par “milieu naturel“ l’ensemble des milieux et ressources physiques et biologiques que sont l’eau, le sol, la végétation (forêt, pelouse…), la faune sauvage, le paysage parce qu’il intègre l’ensemble de ces éléments mis en forme par l’homme. Il ne s’agit pourtant pas d’étudier la nature ou le paysage en soi mais d’analyser les interactions entre écosystèmes et systèmes sociaux » (Mathieu, 1986).

14Les agronomes : ils élargissent la conception du milieu en prenant en compte l’effet en retour du milieu physique sur les interventions techniques et en incluant « le Fait technique considéré comme une “charnière“ entre le milieu physique et le milieu socio-économique ». (le Fait technique en agronomie, 1989).

15Les anthropologues : « Le milieu naturel n’est jamais une variable complètement indépendante de l’homme ni un facteur constant. C’est une réalité que l’homme transforme plus ou moins par ses diverses façons d’agir sur la nature, de s’en approprier les ressources. » Cette définition (Godelier, 1984) situe la façon dont ceux-ci se sont intéressés au milieu naturel non plus seulement comme donné mais comme domestiqué (Descola, 1986).

16Les sociologues : ils insistent sur la mise en relation en étudiant « l’évolution des systèmes sociaux dans leur rapport avec le milieu qui leur sert de support et qu’ils doivent apprendre à préserver pour se préserver eux-mêmes » (Jollivet, 1978). Le qualificatif de « naturel » apposé à « milieu » ne convient pas aux sociologues qui parlent d’un milieu « dit naturel », ou anthropisé, d’un milieu biophysique ou encore s’intéressent à tel ou tel processus (érosion…).

17Les écologues : ils parlent d’un milieu aquatique, terrestre, halophile ou xérophile, plutôt que d’un milieu naturel non spécifié, pour donner la caractéristique majeure qui entraîne un certain nombre de propriétés de fonctionnement liées à des contraintes.

18Les juristes : ils s’intéressent au milieu naturel en tant qu’espace naturel, non productif, plutôt qu’aux impacts des activités humaines en proposant une réglementation concernant la protection de la nature. Ils ont du milieu naturel une vision restrictive.

19Les économistes : ils ont longtemps envisagé le milieu naturel comme un simple ensemble de ressources, à envisager du seul point de vue de leur usage marchand.

2. La place faite au milieu naturel

20Les intentions sont affichées très clairement par le groupe « Écologie et Sciences humaines » : « L’objectif est de passer de l’observation des conséquences des activités sur les milieux dits « naturels » à une analyse systématique des rapports entre écosystèmes et systèmes sociaux ». Il n’en reste pas moins que les deux façons de considérer la place à accorder au milieu naturel qu’expriment des expressions telles que « les effets sur… », « sous l’effet des… » et « les relations entre… », restent présentes dans les programmes.

21Beaucoup de ces recherches construisent (ou se construisent à partir) de schémas qui situent le milieu naturel (ou les éléments du milieu naturel) dans l’analyse globale (voir schémas ci-joints).

2.1. Des prises en compte diverses du milieu naturel

22Un même milieu naturel peut être considéré différemment en fonction des chercheurs en présence et selon les disciplines. Par exemple, dans la première phase du programme « Contact forêt-savane » en Côte d’Ivoire, le botaniste de l’équipe recherche les formations végétales qui représentent « les conditions les plus pures possible ». Dans la seconde phase, un autre botaniste accepte de mener en collaboration avec le géographe une étude sur les recrus forestiers à l’échelle de la parcelle, en prenant comme point de départ la connaissance paysanne, « là où l’homme a cultivé, la forêt avance ». (Blanc-Pamard et Spichiger, 1973). De la même manière, des clivages sont apparus entre écologues « soucieux d’affiner leur approche méthodologique sur des séquences spatio-temporelles où l’action de l’homme est faible » et socio-économistes préoccupés des mutations brutales (« Garrigues du Montpellierais »).

23Dans d’autres études, le milieu naturel est traité de façon classique par la juxtadisciplinarité (« Canton d’Aime ») alors que les disciplines de sciences naturelles et de sciences sociales étaient réunies et que le projet affichait une intention d’interdisciplinarité. Un découpage du programme en rubriques montre l’impuissance de ce type d’organisation à réaliser une recherche interdisciplinaire.

2.2. Un milieu naturel sur mesure

24Dans la pratique, les définitions globales s’effacent pour laisser place à un milieu naturel ou plutôt à des éléments de celui-ci retenus interdisciplinairement. On passe d’un milieu naturel global à une construction parcellaire.

25Ces choix concernent par exemple : des processus comme l’érosion (pluviale) qui. est saisie et traitée comme un indicateur des déséquilibres se produisant à l’interface de la Nature et de la Société » (Programme « Causses-Cévennes ») ; ou la fertilité agronomique (Programme « Élevage Pyrénéen » ; Sébillotte, 1989) ; des éléments tels l’eau (« Durance », « Alsace/Piren »), la végétation (« Vallée du Buech »), la lisière forêt-savane (« Contact forêt-savane ») ; des « contraintes » de trois types : édaphiques, hydriques, climatiques.

26Dans le cadre de ces recherches « pilotées » par la demande sociale, le milieu est le plus souvent considéré comme un facteur « limitant » avec des potentialités et des contraintes. Ainsi dans la recherche sur les Espaces fourragers des Hautes Vosges, les chercheurs (agronomes et économistes) privilégient, parmi les éléments du milieu naturel, l’étude de deux « contraintes fondamentales » qui sont l’excès d’eau et le développement des friches.

27Le choix précis de l’étude de quelques composants peut poser des problèmes. C’est le cas de travaux (« Briançonnais ») où certains ont été laissés de côté et d’autres suranalysés. Un autre cas est celui d’indicateurs naturels d’évolution qui sont retenus a priori en liaison avec la demande sociale alors que d’autres ne sont pas pris en compte (la répartition de l’avifaune, par exemple).

28Malgré la volonté affichée de prendre en compte le milieu naturel dans les travaux interdisciplinaires, les chercheurs rencontrent des difficultés qui sont dues peut-être pour certaines disciplines à une préoccupation encore récente. Le souci de dépasser ces incompréhensions mutuelles a permis de proposer une autre approche du milieu naturel.

3. Le milieu naturel comme construction sociale

29Les études qui décloisonnent le naturel et le rural à l’échelle de l’espace étudié (« Camargue », « Vallée de la Plaine ») témoignent d’un véritable renouvellement apporté par une réflexion interdisciplinaire. Ces recherches montrent en effet la liaison très étroite qui existe sur un espace caractérisé par des données « naturelles » entre rapports sociaux et milieux naturels. « La Camargue est le « produit » historique d’un rapport nature/société » (Picon, 1978). L’approche historique est inséparable d’une telle recherche mais en l’absence d’historien, l’accrochage interdisciplinaire se caractérise par la réussite d’une interdisciplinarité élargie entre sociologues et écologues. On peut faire la même remarque pour la « Vallée de la Plaine » où écologues et économistes analysent l’histoire de la production du milieu naturel et l’histoire d’une reproduction sociale.

30L’exemple de la Camargue est significatif de nouvelles orientations. Le milieu naturel est un élément supplémentaire dans l’analyse des mutations de l’espace rural étudié sur le plan des rapports entre les groupes sociaux localisés et les mécanismes économiques dominants. « Les données naturelles conditionnent les formes prises par les rapports sociaux localisés qui, variant en fonction des contraintes économiques de chaque période historique, modifient à leur tour les milieux naturels » (Picon, 1978). Avec des préoccupations similaires, des sociologues et écologues sont réunis sur des terrains identiques entre 1972 et 1976 par le comité « Lutte et équilibres biologiques » de la DGRST (« Mécanismes sociaux de transformation de l’espace – Camargue/Lubéron »). Un numéro spécial d’Études rurales « Campagnes marginales, campagnes disputées » paru en 1978 rend également compte de ces travaux où l’espace rural comme enjeu est au centre des réflexions et où le milieu naturel est au cœur de ces enjeux. La rente foncière est « le concept clé de l’analyse du rapport entre la société et le milieu naturel car elle en rend compte de la manière la plus totale et unificatrice qui soit » (Jollivet, 1978).

4. Le dispositif de recherche interdisciplinaire : des choix discutés

31Toutes les recherches interdisciplinaires soulignent combien ces démarches sont difficiles mais enrichissantes. La mise en, application ne va pas de soi… et demande un certain effort. « Étudier l’interface homme/milieu naturel nécessite que les disciplines en présence ou les chercheurs intéressés (phyto-sociologues, géomorphologues, socio-économistes) définissent en commun les variables à retenir pour chaque sous-système sans privilégier une discipline et les échelles d’analyse commune » (Programme « Causses-Cévennes »). Autrement dit se poser les bonnes questions à la bonne échelle pour reconsidérer les relations de causalité conçues de façon trop simpliste et passer au crible des notions tenues pour acquises.

32C’est ainsi que l’opposition initiale entre sociologues et écologues a été dépassée pour évoluer vers une compréhension mutuelle.

33Autre exemple, le Projet « Taï de Côte d’Ivoire » (1984). Le choix de la station fut l’objet d’une controverse entre sciences de la terre et de la vie et sciences de l’homme. Les uns voulaient se situer en plein cœur du front pionnier, « là où il se passait quelque chose au point de vue humain », sur la marge est du Parc national, les autres exactement à l’opposé dans une région où l’activité humaine restait la plus traditionnelle possible et où ce faisant la végétation était peu altérée.

34Par ailleurs, autant les sciences humaines ont l’habitude de travailler au niveau régional, autant il est tentant et sécurisant pour les disciplines relatives au milieu de s’en tenir à des observations localisées (stations) et à des méthodes et à des protocoles généralement bien connus et susceptibles d’être développés dans les meilleures conditions. C’est ainsi que dans le cadre du « projet pilote » (de recherche interdisciplinaire), dans la forêt de Taï, sous la direction d’un géographe physicien et regroupant géographe (humain) et sociologues, a été proposé un « schéma intégrateur transdisciplinaire » car chaque discipline engagée conserve sa perception du milieu, ses niveaux d’étude privilégiés et s’exprime par son langage, langage qui n’a souvent que peu de points communs avec celui de la discipline voisine. On peut lire dans le même rapport paru en 1977 : « une conception plus globale et plus unitaire du milieu naturel permettrait d’aborder les rapports entre l’homme et ce milieu de façon plus compréhensive et mieux hiérarchisée. » À la suite de cette recherche, une équipe de géographes physiciens et de naturalistes a élaboré un vocabulaire pour l’étude du milieu naturel (1977), considérant le langage commun comme moyen de « diagonalisation » et imputant l’échec des études intégrées à l’absence de langage commun entre les disciplines.

  • 7 Cf. ci-dessus Monique Barrué-Pastor et Tatiana Muxart, op. cit.

35Les recherches interdisciplinaires se sont accompagnées d’une réflexion sur la définition de cadres spatiaux – facettes – (Blanc-Pamard et Sautter, 1989), d’instruments – géosystèmes7 – ou de concepts « mixtes » – rente foncière – (Jollivet, 1978) permettant la prise en compte simultanée et articulée du naturel et du social.

36Une convergence des points de vue se manifeste également quand les chercheurs en présence s’accordent sur l’étude d’un objet « transversal ». Le feu a donné lieu à divers travaux (Métailié, 1978, Blanc-Pamard et Spichiger, 1973) ; il est analysé comme facteur écologique, et dans ses rapports avec la dynamique végétale. La haie qui a été le fil directeur dans l’étude sur les bocages ou encore l’érosion dans le programme « Causses-Cévennes » est un autre exemple d’objet transversal qui peut aider à surmonter la coupure entre analyse naturaliste et analyse sociale.

37Georges Bertrand tient pour acquis l’analyse systémique qui a canalisé les recherches ces vingt dernières années. Il estime néanmoins qu’elle ne permet plus de répondre aux interrogations actuelles sur les rapports homme/nature car elle n’a pas su entraîner une mobilisation conjointe des sciences de la nature et des sciences sociales. Georges Bertrand se situe dans une phase tout à la fois « post-interdisciplinaire, post-systémique et post-écologique » et suggère de poser les problèmes en termes d’interface pour ouvrir de nouvelles perspectives (Bertrand, 1986).

5. Les conditions d’une meilleure prise en considération du milieu naturel

38Ce point concerne tout à la fois les disciplines, les chercheurs en présence, le type de milieu étudié, l’échelle retenue et le problème posé.

39Il ne semble pas qu’il y ait un profil de discipline qui prendrait mieux en compte le milieu naturel dans l’interdisciplinarité. On sait que son étude est depuis longtemps une des bases de la géographie, et, paradoxalement, la place de la géographie est marginale dans l’interdisciplinarité.

40Par contre, il paraît exister un type de « bon » milieu naturel. Ainsi un milieu indifférencié n’assure pas les conditions d’une bonne mise en relation. Dans le canton de Guiscard (Oise) « le milieu naturel ne présente pas assez de contraste à l’intérieur du canton » (Sébillotte, 1985).

  • 8 Cf. ci-dessous Monique Barrué-Pastor, « l'Interdisciplinarité en pratiques », p. 353.

41En ce qui concerne le profil du chercheur interdisciplinaire, « l’interdisciplinarité en pratiques »8 contribue à mieux le caractériser. On peut, d’ores et déjà, remarquer que l’expérience de recherches hors du champ français, et plus particulièrement dans le monde tropical, a façonné des chercheurs ouverts sur l’interdisciplinarité ; et ceci indépendamment d’une discipline.

42L’intérêt porté au milieu naturel se manifeste précisément à travers l’échelle retenue qui permet de prendre en compte différents niveaux d’investigation, du local (parcelle, exploitation, terroir) au global. L’interdisciplinarité trouve le plus d’échos, semble-t-il, aux deux pôles que représentent la parcelle et la région.

43Les programmes interdisciplinaires concernent des milieux spécifiques, d’un point de vue naturel. L’entrée par la nature (les Causses-Cévennes : un milieu fragile, les Dombes : une région « naturelle et prestigieuse », les estives de montagne du Briançonnais, le maquis en Corse, les garrigues du Montpelliérais, la forêt de Taï et le milieu de contact forêt-savane en Côte d’Ivoire) peut être une garantie pour l’étude du milieu naturel quelles que soient les disciplines en présence. De plus, il faut savoir lesquelles, des sciences naturelles ou des sciences sociales, posent les questions en privilégiant l’entrée naturelle (érosion, désertification, dégradation, sécheresse, friches…) ou sociale (déprise, crise, mutation…).

44La composition scientifique des comités n’est pas sans influence sur le traitement du milieu naturel. De même, la façon dont les problèmes ont été formulés prédispose à une meilleure prise en compte du milieu naturel. Pour le programme « Causses-Cévennes », le point de départ est « la grande fragilité du milieu physique »… C’est la nature du problème qui façonne le protocole de recherche.

45Cette interrogation en appelle une autre, celle des raisons d’une meilleure « naturalisation » des recherches tropicales (Sautter, 1985). Celles-ci renvoient principalement à une démarche qui part des milieux naturels et de leur connaissance empirique pour en apprécier l’utilisation par les sociétés (Blanc-Pamard, 1978 et 1986 in Milieux et Paysages ; Gallais, 1984).

6. Conclusion

46Cette recension de la prise en compte du milieu naturel dans les programmes de recherche interdisciplinaire permet de mettre en évidence plusieurs points.

47On note tout d’abord l’inégale prise en charge du milieu naturel dans ses rapports avec la société suivant les disciplines en présence. La géographie reste en retrait alors qu’elle devrait occuper une place plus importante. Les ethnologues sont peu présents. Par contre une interdisciplinarité élargie (écologues et sociologues) se noue autour du milieu naturel en Camargue.

48En ce qui concerne le milieu naturel, celui-ci perd son contenu global. Les recherches composent avec le milieu naturel et le façonnent à leur mesure. Cette nouvelle orientation implique des simplifications, des choix, des discussions entre les disciplines présentes qui donnent lieu à des réajustements ou à des rééquilibrages. Les approches sont modifiées dans la mesure où sciences naturalistes et sciences sociales se retrouvent autour de concepts mixtes ; ceci change considérablement l’esprit dans lequel une recherche est réalisée (Bertrand, 1986).

49S’agissant des rapports entre milieu et sociétés, force est de constater que l’heure n’est plus aux grands débats qui virent s’affronter les tenants de l’un ou de l’autre déterminisme. Le « nationalisme » disciplinaire cède la place aux mises en relation entre sciences naturelles et sciences sociales sur des questions précises voire pointues. Ceci entraîne pour les disciplines un élargissement (agronomie, sociologie) ou un renouvellement (géographie).

50Plutôt que des recherches qui divisent parce qu’elles veulent prendre en compte l’ensemble des relations entre l’homme et la nature, et qui, ce faisant, n’échappent pas le plus souvent au déterminisme naturel, la façon de concevoir des éléments du milieu naturel comme objet de recherche facilite l’interdisciplinarité et mobilise les chercheurs sur des objets transversaux (eau, feu ou friche), sur des concepts mixtes entre nature et société comme le paysage ou la rente foncière, ou encore sur des champs de recherche comme les pratiques et les représentations. L’apport le plus significatif de ces démarches est certainement d’imposer une réflexion sur les relations entre la nature et la société, autrement dit de prendre en compte la production sociale de la nature.

51Avec un souci d’environnement de plus en plus pressant et une prise en charge plus institutionnelle de ces questions, ces recherches se sont multipliées jusqu’à déboucher sur une notion plus récente de « gestion écologique » qui repose sur l’hypothèse, déjà maintes fois vérifiée dans d’autres milieux et d’autres sociétés, qu’il y a plusieurs façons d’utiliser le milieu dans des conditions socio-économiques différentes.

Premier schéma d’analyse de la zone observée

Premier schéma d’analyse de la zone observée

Le contenu des cartouches, établi d’après les premières observations de terrain, recense les évolutions écologiques, économiques et sociales, ainsi que les actions sur le milieu, qui paraissent devoir être retenues et faire l’objet de recherches. Les flèches indiquent les premières hypothèses faites sur les liaisons entre les différentes évolutions et actions repérées.
In Actes du Colloque PIREN « Recherches sur l’environnement rural. Bilan et perspectives » 1985.

Bibliographie

Barrau J., (1985), « À propos du concept d’ethnoscience., in les Savoirs naturalistes populaires, MSH, Paris, pp. 5-12, Coll. « Ethnologie de la France », 94 p.

Bertrand G., (1968), « Paysage et géographie physique globale », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, n° 3, pp. 249-272.

Bertrand G., (1975), « Pour une histoire écologique de la France rurale », in Duby G. et Wallon A. (eds.), Histoire de la France rurale, Paris, Seuil, t. 1, 624 p.

Bertrand G., (1986), Communication au colloque « La nature et le rural », ARF, Strasbourg, 4, 5 et 6 décembre.

Bertrand G., (1986), « l’Élément et le système », numéro spécial, Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, n° 3, pp. 281-484.

Blanc-pamard C. et spichiger R., (1973), « Contact forêt-savane et recrû forestier en Côte d’Ivoire », l’Espace géographique, n° 3, pp. 199-206.

Blanc-pamard C., (1979), Un Jeu écologique différentiel : les communautés rurales du contact forêt-savane au fond du « Baoulé » (Côte d’Ivoire), ORSTOM, Paris, Coll. « Travaux et Documents », n° 107, 313 p.

Blanc-pamard C. et Sautter G., (1990), « Facettes », in Paysages, Aménagement, Cadre de vie, Mélanges offerts à Gabriel Rougerie, AFGP, Paris, 229 p.

Chatelin V. et riou G. (eds), (1986), Milieux et paysages, Paris, Masson, 151 p.

Espaces vécus et civilisations, Paris, CNRS (1982), 106 p. (« Mémoires et documents de Géographie »).

Degenne A., flament C., picon B., windenberger J., (1977), Mécanismes sociaux de transformation de l’espace – Camargue-Lubéron, LESTCNRS/ministère de la Qualité de la vie, Aix-en-Provence, 237 p.

Descola P., (1986), la Nature domestique : symbolique et praxis dans l’écologie des Achuar, MSH, Paris, 450 p.

Gallais J., (1984), Hommes du Sahel, Paris, Flammarion, 289 p.

George P., (1971), l’Environnement, Paris, PUF, 126 p.

Godelier M., (1984), l’Idéel et le matériel : Pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard, 348 p.

Gourou P., (1955), « Remarques sur les régions écologiques », Annales biologiques, t. 51, pp. 125-130.

Gras R., benoit M. et al. (1989), le Fait technique en agronomie, INRA/l’Harmattan, 184 p.

Jollivet M. (1978), « Rente foncière et gestion des ressources naturelles », Études rurales, 71-72, pp. 257-274.

Haeckel E., (874), Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles, Paris, C. Reinwald et Cie, 551 p.

Humboldt A. de, (848), Cosmos, Essai d’une description physique du monde, Paris, Gide et Baudry, 5 vol.

Les Bocages : Histoire, écologie, économie, CNRS-ENSA et Université de Rennes, 1977, 586 p.

Mathieu N., (1986), la Nature et le rural, Actes du Colloque, ARF, Strasbourg, 4, 5 et 6 décembre.

Mendras H., (1976), Sociétés paysannes, Paris, Armand Colin, Coll. « U ».

Metailie J.P., (1978), « les Incendies pastoraux dans les Pyrénées centrales », Revue géo. des Pyr. S.0., fasc. 4, pp. 517-526.

Pays, paysans, paysages dans les Vosges du sud, (1977), Groupe de recherches INRA/ENSSAA, INRA, Paris, 192 p.

Picon B., (1978), l’Espace et le temps en Camargue : essai d’écologie sociale, Actes/Sud, le Paradou, 260 p.

Pinchemel P. et G., (1988), la Face de la terre, Paris, Armand Colin, 519 p.

Richard J.F., kahn F., chatelin Y., (1977), « Vocabulaire pour l’étude du milieu naturel (tropiques humides) », Travaux et documents de l’ORSTOM, n° 91, Paris, 143 p.

Sautter G., (1985), « la Géographie en question », l’Espace Géographique, n° 1, pp. 59-64.

Sebillotte M. (1985), « Changement écologique et socio-économique en région de grande culture : le cas du canton de Guiscard (Oise) », pp. 40-60, in Actes du Colloque « Recherches sur l’environnement rural ; bilan et perspective », Paris, 8-9-10 novembre 1983, Paris, CNRS-PIREN, février 1985, 254 p. ronéo.

Sebillotte M. (sous la direction de) (1989), Fertilité et systèmes de production, Paris, INRA, 369 p.

Tricart J. et kilian J. (1979), l’Écogéographie et l’aménagement du milieu naturel, FM Hérodote, Paris, Maspéro, 326 p.

Notes

1 Cf. ci-dessus Nicole Mathieu, « Géographie et interdisciplinarité : rapport naturel ou rapport interdit ? », p. 105.

2 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « la Question du déterminisme dans les rapports homme-nature », p. 47.

3 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs· natures », p. 125. »

4 Cf. ci-dessus Geneviève Barnaud et Jean-Claude Lefeuvre, l'Écologie : avec ou sans l'homme ?, p. 59.

5 Cf. ci-dessus Monique Barrué-Pastor et Tatiana Muxart, « le Géosystème : nature « naturelle » ou nature « anthropisée » ? p. 203.

6 . Cf. ci-dessus, Jean-Pierre Deffontaines, « l'Agronomie : discipline et interdiscipline », p. 93.

7 Cf. ci-dessus Monique Barrué-Pastor et Tatiana Muxart, op. cit.

8 Cf. ci-dessous Monique Barrué-Pastor, « l'Interdisciplinarité en pratiques », p. 353.

Table des illustrations

Titre Premier schéma d’analyse de la zone observée
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable