Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Deuxième partie. Notions

Techniques et pratiques : à la jonction du naturel et du social

Chantal Blanc-Pamard, Jean-Pierre Deffontaines et Claudine Friedberg

Texte intégral

1Techniques et pratiques sont deux notions qu’il faut examiner conjointement. Elles sont le plus souvent définies l’une par rapport à l’autre et l’on constate la plupart du temps dans les recherches qui utilisent ces termes, un va-et-vient entre les deux. Les techniques et les pratiques, lieux d’articulation entre les sociétés et leur environnement, jouent inévitablement un rôle important dans les programmes interdisciplinaires ; il n’est cependant pas le même pour toutes les disciplines intervenantes. Les deux termes ont eu tendance, dans un premier temps, à être utilisés sans rigueur ; ce n’est que par la suite qu’ils ont acquis une valeur analytique réelle.

2Chez certains, on est passé d’une attention vague aux pratiques à une attention mieux ciblée sur des techniques particulières (notamment en ethnologie) ; chez d’autres (les géographes et surtout les agronomes) d’un intérêt pour une « technique » définie dans un contexte général à la façon dont elle se « pratique » dans un contexte particulier. C’est souvent la méconnaissance des caractéristiques d’une technique par rapport aux normes connues quand on travaillait dans une zone marginale, qui a amené le chercheur à effectuer des observations plus générales sur les pratiques.

3Nous nous proposons de suivre l’évolution dans le corpus, de la référence aux techniques et aux pratiques dans les disciplines les plus concernées par ces termes : l’agronomie, la géographie, la sociologie et l’ethnologie.

1. Des pratiques aux techniques. Point de vue ethnologique

4Pour l’ethnologue, le terme « pratiques » ne renvoie pas uniquement à des faits techniques, mais à un ensemble d’actions appartenant à un domaine particulier et impliquant des relations soit avec d’autres hommes, soit avec des éléments de l’environnement matériel, soit avec des êtres de l’au-delà. On parle ainsi de « pratiques religieuses », de « pratiques alimentaires » ou de « pratiques pastorales ».

5Pour ce qui est du domaine qui nous intéresse ici, l’ethnologue précisera qu’il travaille sur les « pratiques techniques et symboliques » concernant la gestion de l’environnement, des plantes et des animaux. L’utilisation du terme « pratique » signifie que l’on ne s’intéresse pas seulement à une action ponctuelle mais à un ensemble d’opérations se déroulant dans le temps et faisant intervenir différents acteurs. On prend en compte le contexte dans lequel intervient chaque geste technique ou rituel. Mais il ne faut pas dissimuler la difficulté qu’il y a pour l’ethnologue à maîtriser de bout en bout les différentes étapes du processus technique intervenant entre l’écosystème et le système social de la production à la consommation.

  • 1 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs natures », (...)

6Rappelons que les modèles d’analyse issus des enseignements d’Haudricourt et de Leroi-Gourhan sont établis dans une perspective comparative générale d’histoire des techniques1. De plus, que ce soit dans la mise en ordre typologique fondée sur les gestes et les modes d’action sur les matières entreprise par Leroi-Gourhan ou dans celle d’Haudricourt s’inscrivant dans un souci de compréhension de la façon dont les hommes se sont adaptés aux différents milieux (Haudricourt, 1968, p. 736), l’objet constitue le point de départ privilégié de la réflexion. Chez l’un comme chez l’autre, la société à laquelle appartient l’homme qui tient l’outil est peu présente.

  • 2 Les premiers textes (Lemonnier, Cresswell, Geistdoerfer, Matras) ont été publiés en 1976 dans le bu (...)

7À partir de cette analyse des objets et des outils, plusieurs démarches se sont développées. Dans les unes, on demeure à l’intérieur d’une problématique technologique et l’intérêt du chercheur se porte sur la façon dont les processus mis en cause à travers les différentes séquences des « chaînes opératoires » s’inscrivent dans le système technique d’une société. Cette problématique conduisant à isoler une anthropologie des techniques a suscité de nombreux débats dont on trouve les échos dans la revue Technique et Culture et dans les Cahiers du CERM2.

8Dans un autre type de démarche, on s’interroge non seulement sur l’insertion de ce système technique dans le système social par l’intermédiaire des forces productives et des rapports de production, mais aussi sur la façon dont « les techniques comme pratiques sont aussi production de sens » (P. Bonte, 1985).

  • 3 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, op. cit., « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs n (...)

9La prise en compte de ce dernier point renvoie à l’ethnoscience3, c’est-à-dire à l’analyse de la terminologie appliquée aux outils, gestes, actions et aux représentations dont ils sont l’objet. Cet accent mis sur l’aspect cognitif des techniques et des pratiques explique l’usage de plus en plus courant des termes « savoirs et savoir-faire » qui apparaissent dans les appels d’offres et les rapports au début des années 80. Ces termes s’accompagnent souvent de la qualification de « populaire » ou de « traditionnel » entraînant une polémique sur le risque que ces recherches ne relèvent que des savoirs et savoir-faire n’existant plus qu’à l’état de reliques sans se préoccuper de la façon dont ces derniers évoluent face aux nouvelles conditions socio-économiques.

10Le rôle que joue, dans les recherches interdisciplinaires, l’approche ethnologique des techniques et des pratiques dépend de la capacité du chercheur à prendre en compte le présent, mais également à inclure dans sa réflexion plusieurs niveaux de fonctionnement. Ainsi, nous trouvons dans les travaux sur l’Aubrac (CNRS, 1970-1986) un exemple de concentration du regard ethnographique sur l’outil. Dans ce programme, les autres niveaux sont traités par des agronomes et c’est à un ethno-historien, Parain, que revient la tâche d’expliquer le présent par le passé.

  • 4 Cf. ci-dessous, Claudine Friedberg, « Représentations, classifications : comment l'homme pense ses (...)

11On retrouve la volonté de reconstituer le passé sans souci de savoir comment il s’intègre dans les pratiques modernes, dans le programme « Chatillonnais » et d’une façon générale dans plusieurs des contributions faites dans le cadre de l’appel d’offres « savoirs naturalistes » du Conseil du Patrimoine Ethnologique (ministère de la Culture)4.

12Notons simplement qu’en guise d’interdisciplinarité, on ne nous offre généralement, dans ces travaux, que les noms scientifiques des plantes et animaux impliqués dans des usages qui, eux, ne font pas l’objet d’une véritable analyse technologique. Mais c’est également le cas quand il y a mention des utilisations de telle ou telle espèce dans les travaux des biologistes.

13Avec F. Sigaut et les réflexions qu’il a suscitées sur l’utilisation du feu en agriculture et la conservation des grains (1985), c’est l’interface avec le physico-chimique qui est traitée. Les niveaux d’interaction se sont multipliés avec les chercheurs du groupe « Écologie et Société » et ceux du laboratoire d’Ethnobotanique-Ethnozoologique du Muséum national d’Histoire naturelle.

14Ainsi, dans Bérard et al., 1984, il est explicitement fait référence aux pratiques dans le titre et l’étude prend en compte aussi bien les savoir-faire concernant l’eau et sa circulation, les techniques piscicoles, les espèces animales et végétales de l’agrosystème connues des exploitants que le système social associé, le droit coutumier, etc. L’évolution de la végétation est traitée dans sa profondeur historique en liaison avec les pratiques agricoles, la composition floristique des haies est analysée en fonction des techniques de palissage.

15Lory (1982) étudie les différents types de jardins en fonction des espèces cultivées et des formes de droit d’usage et d’entraide chez les Baruya de Nouvelle-Guinée ; il met en évidence la façon dont la circulation des boutures de taro suit celle des femmes dans les échanges matrimoniaux. Bonte (1985) montre comment, ce qu’il est convenu d’appeler « le fétichisme du bétail » en Afrique de l’Est, est en fait fondé sur des contraintes climatiques associées à un certain type de technique d’élevage.

16Friedberg (1975) analyse par quel processus les Bunaq assurent la régénération de légumineuses sur les champs abandonnés mais, en même temps s’interroge sur les corrélations entre les pratiques agricoles et les rituels agraires qui y sont liés.

17Au fur et à mesure que des données étaient ainsi recueillies sur des cas de plus en plus diversifiés, le regard des chercheurs sur les différents lieux et moments d’articulation du naturel et du culturel s’est affiné. Ceci a conduit à développer la notion de contrôle social sur les points stratégiques de la chaîne opératoire (Lemonnier, 1987) ou sur la reproduction des plantes et des animaux (B. Lizet, 1989, Ph. Marchenay et M.F. Lagarde, 1987).

2. Des techniques aux pratiques. Points de vue géographique et agronomique

18Les géographes ont toujours souligné la place des techniques dans le système agraire, mais les ont peu étudiées (Sigaut, 1981). Les techniques sont vues comme un des nombreux facteurs qui interviennent dans la création des structures agraires et qui s’expriment dans les paysages : mais elles ne constituent pas un domaine spécifique d’étude. Les travaux de géographie rurale en France ont plus porté sur le repérage des formes locales de chacune des techniques que sur l’analyse de ces dernières. L’intérêt pour les techniques a été plus présent chez les géographes tropicalistes (P. Gourou, P. Pélissier, G. Sautter) menant des recherches dans des sociétés différentes et s’explique en raison de leur méconnaissance des techniques agricoles qu’ils observaient : ils regardaient faire et décrivaient sans pouvoir se référer à des normes.

19Jusqu’à la fin des années 70, le terme de techniques est employé par les géographes dans le sens large de « techniques mises en œuvre » ou plus restreint de « façons culturales ». Au terme « technique » sont associés d’autres termes comme usage ou utilisation du sol.

20Dans les années 80, des géographes (Blanc-Pamard, Marchal, Sautter) étudient « les pratiques de gestion du milieu ». La mise en relation se fait avec les atouts et les contraintes du milieu physique. Il est clair aujourd’hui qu’on ne peut plus proposer des mesures de protection contre l’érosion sans prendre en compte les pratiques agricoles et pastorales locales des sociétés rurales concernées par un aménagement anti-érosif. Le travail du sol, la gestion de l’eau, la conservation des récoltes… sont autant de pratiques à prendre en compte dans la caractérisation d’un système de culture. Le problème est d’identifier les différentes pratiques, de les situer dans une chaîne opératoire, de mesurer leur efficacité et leur validité afin de les mobiliser au service du développement rural.

21Pour des géographes (Blanc-Pamard, 1986 et 1989), l’analyse du système agraire passe par une lecture du paysage qui apparaît comme une construction paysanne, résultat de pratiques agricoles fondées sur la perception paysanne du milieu. Dans certaines études, les pratiques renvoient à une échelle, celle de la parcelle ou celle d’unités homogènes définies dans le cadre d’une utilisation précise : les facettes écologiques.

22Pour les agronomes, au sens large, c’est-à-dire économistes ruraux, agronomes et zootechniciens, principalement, le terme de pratiques apparaît dans les années 70 dans les recherches clairement orientées vers le développement agricole. Initialement fondées sur une conception d’un développement considéré dans une perspective technocratique, ces recherches évoluèrent vers la conception d’un « auto développement ». Cette évolution est liée à un constat, celui d’une adoption très limitée et sélective du « progrès technique » par les agriculteurs. Ce constat est à l’origine d’un questionnement sur les « freins » du progrès technique.

23L’orientation vers une problématique d’auto développement est fondée sur l’hypothèse que ce qui est appelé progrès technique, – qui est élaboré par la recherche et diffusé par des institutions de vulgarisation – est, le plus souvent, inadapté aux situations concrètes dans lesquelles se trouvent les agriculteurs. De cette hypothèse découle un ensemble de recherches qui considèrent comme prioritaires la connaissance et la compréhension de la situation des agriculteurs, des conditions dans lesquelles ils exercent leur activité agricole, de leurs pratiques propres.

24À l’origine de ces travaux, un postulat est formulé, qui modifie profondément l’attitude des chercheurs à l’égard du développement agricole. Il consiste à dire que les agriculteurs ont de « bonnes raisons de faire ce qu’ils font » et que, sans connaissance de ces « raisons », les innovations proposées ont toutes chances d’être inadaptées. Mais il y a plus : ce changement de point de vue revient à considérer que l’analyse des façons de faire des praticiens est elle-même source de connaissances et qu’elle peut donc être à l’origine de progrès techniques. L’objet de recherche n’est plus l’efficacité de telle ou telle technique et ses ajustements dans telles conditions de milieu, mais la compréhension des pratiques des agriculteurs dans le contexte singulier de leur exploitation. Leur analyse ne peut se faire indépendamment de l’acteur, de ses objectifs, de son environnement écologique, économique et social.

25Les agronomes s’intéressent de plus en plus aux situations agricoles vécues. La nécessité d’une recherche en milieu réel, c’est-à-dire non plus dans des stations expérimentales mais sur les lieux mêmes où les techniques sont appliquées et soumises à une double contrainte – les conditions naturelles mais également socio-économiques de la production – s’affirme. En Corse, une équipe de l’INRA [(V.35.3.)] a pu enrichir la conception que l’on a de la typologie des élevages en utilisant la notion de systèmes de pratiques et en réalisant un classement des différents éleveurs selon leurs relations avec le milieu naturel et la maîtrise technique des moyens de production. Des terrains particuliers (Corse, Vosges, Népal) sont l’occasion de progresser dans cette recherche où les pratiques deviennent l’objet central d’une étude sur la gestion des exploitations agricoles (Milleville, 1987, Landais et Deffontaines, 1988).

26Les conséquences de changement d’objet de recherche ont été très importantes, d’une part sur les pratiques et les procédures de recherche, d’autre part sur les articulations avec les autres disciplines, enfin sur les institutions de recherche. Le choix de prendre des pratiques agricoles comme objet de recherche était une « décision de complexité » (Jean-Marie Legay, 1988). En effet, leur analyse supposait la prise en compte de systèmes complexes où les phénomènes biotechniques et écologiques interagissent avec les phénomènes sociaux et économiques. C’était donc aussi s’engager dans l’interdisciplinarité, impliquant la participation des sciences de la terre, des sciences biologiques et des sciences de l’homme. Prendre des pratiques agricoles comme objet de recherche c’était enfin choisir la recherche « de terrain », c’est-à-dire considérer les situations concrètes et singulières dans lesquelles opèrent les praticiens.

27L’étude de telles situations singulières localisées mettait en lumière une diversité dont il fallait rendre compte. Mais pour être opératoire dans une perspective de connaissance aussi bien que de développement, il fallait élaborer des procédures de généralisation (analyse comparée, réseau, modélisation, typologie, cartographie…).

  • 5 Cf. ci-dessus, Jean-Pierre Deffontaines, « l'Agronomie : discipline et interdiscipline », p. 93.

28Dans ces recherches sur les pratiques, se posait aux « chercheurs-techniciens » la question du jusqu’où aller dans la prise en compte de l’homme-praticien et de la société. Sur ce « front » trois types de « rencontres disciplinaires » se sont opérés. Une première rencontre qui est à l’origine de l’interdisciplinarité de ces programmes de recherche a mis en relation les « chercheurs-techniciens » avec une économie de la décision dans l’exploitation agricole. Elle s’est nouée autour de notions de recherche opérationnelle comme celles de stratégie et de tactique pour déboucher sur une problématique de « gestion technique ». Un deuxième type de rencontre a eu lieu avec des ethnologues de la technologie. Certains comme Sigaut étaient très sensibles aux filiations et aux cohérences techniques. La notion de « chaîne opératoire » bien que plus large, présente une grande convergence avec celle d’« itinéraire technique »5. D’autres ouvraient très largement sur les dimensions sociales du technique ; ce fut la « découverte » d’auteurs comme Leroi-Gourhan, Parain, plus récemment Haudricourt, qui n’est pas indépendante du développement chez les agronomes des problématiques fondées sur les pratiques. Enfin une articulation, dont les implications furent grandes s’est faite avec des chercheurs (sont-ils anthropologues ou sociologues ?) comme Darré et Salmona dont les travaux portaient sur les relations psychologiques et symboliques qu’ont les agriculteurs avec leurs pratiques. Ces relations furent très importantes et stimulantes pour les recherches qui suivirent malgré l’indifférence, voire l’hostilité, manifestées par les institutions de recherche.

  • 6 Cf. ci-dessous en annexe, Jean-Pierre Deffontaines, « Chronique des comités », p. 539.

29Enfin les conséquences du choix des pratiques comme objet de recherche sont institutionnelles ; ainsi il a été déterminant dans la décision de l’INRA de créer un département, par construction, interdisciplinaire6. Au cours des vingt dernières années, les pratiques des agriculteurs sont donc apparues comme une notion charnière entre une société et un milieu pour les recherches sur le développement de l’agriculture.

30Ainsi, nous pouvons durant les dix années que couvre notre analyse des programmes interdisciplinaires, constater grâce à la prise en compte des techniques et des pratiques, un enrichissement des observations faites sur le terrain, plus de clarté et de précisions dans les données recueillies ; les chercheurs ont progressivement appris à découvrir de la pertinence là où ils ne voyaient auparavant que de la banalité. Le besoin de comprendre les tenants et les aboutissants des pratiques et des techniques qu’ils observaient les a obligés à sortir de leur discipline pour se préoccuper de ce qui se passait à côté, dans d’autres champs de recherche ; ils ont ainsi été poussés à entrer dans une dynamique. interdisciplinaire.

Bibliographie

L’Aubrac, Étude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain, Paris, CNRS, 1970-1986, 7 vol. + 1 vol. documents.

« Par où passe la technologie ? », Techniques et Culture, 1985, 5.

Auricoste C., Deffontaines J.P., Fiorelli J.L. et al. (1983), Friches, parcours et activités d’élevage. Points de vue d’agronomes sur les potentialités agricoles ; le cas des Vosges et des Causses, Versailles, INRA-SAD.

Berard L., Brisebarre A.M., Gilloire A. et al. (1984), Rôle des savoirs et pratiques naturalistes populaires dans la gestion des écosystèmes humanisés, Paris, ministère de l’Environnement/Muséum national d’Histoire Naturelle, 150 p., ronéo.

Blanc-Pamard C., Hoffmann O., Rossignol J.P. (1989), Autour du café. Un paysage qui se construit et une société qui se fait : l’ejido d’Ursulo-Galvan (État de Veracruz, Mexique), Versailles, document de travail de l’URSAD, Versailles, Dijon, Mirecourt, 81 p.

Blanc-Pamard C., Milleville P. (1985), « Pratiques paysannes, perception du milieu et système agraire », in : Dynamique des systèmes agraires. À travers champs ; agronomes et géographes, Paris, ORSTOM, pp. 101-138.

Blanc-Pamard C. (1986), « Dialoguer avec le paysage ou comment l’espace écologique est vu et pratiqué par les communautés rurales des Hautes Terres malgaches », in : Milieux et Paysage, pp. 17-33, sous la direction d’Y. Chatelin et G. Riou, Paris, Masson, 154 p.

Bonte P. (1985), « Faits techniques et valeurs sociales : quelques directions de recherche », Techniques et Culture, 5.

Darre J.P., la Parole et la technique, Paris, Éd. L’Harmattan.

Friedberg C. (1974), « Agricultures timoraises », Études rurales, 53-56, pp. 375-405.

Haudricourt A.G. (1968), « la Technologie culturelle : essai de méthodologie », Ethnologie générale, Paris, Encyclopédie de la Pléiade.

Koechlin B. et Matras J. (1971), « Pour une ethno-technologie. Élément d’un manuel de technologie culturelle (Un prototype de grille documentaire) », Bull. du CeDRASEMI, II (3), 172 p.

Landais E., Deffontaines J.P. (1988), « les Pratiques des agriculteurs », Études Rurales, 109.

Landais E., Deffontaines J.P. (1988), Un Berger parle de ses pratiques, Unité de recherche SAD, Versailles-Dijon-Mirecourt, 133 p.

Legay J.M. (1985), Contribution à l’étude de la complexité dans les systèmes biologiques. Étude de biologie théorique, (Ve séminaire, 10-12 juin), Solignac, CNRS.

Legay J.M. (1988), « Méthodes et modèles dans l’étude des systèmes complexes ; le monde n’est pas un chao », in Jollivet M. et al. ed., Pour une agriculture diversifiée ; arguments, questions, recherches, Paris, l’Harmattan, 335 p.

Lemonnier P. (1987), « la Technologie culturelle », le Courrier du CNRS, suppl. n 67, pp. 26-30, (« Images des Sciences de l’Homme »).

Lizet B. (1989), la Bête noire : à la recherche du cheval parfait, Paris, Éd. de la MSH, XI + 341 p. (« Ethnologie de la France »).

LORY J.-L. (1982), « les Jardins Baruya », Journ. d’Agriculture traditionnelle et de Botanique appliquée, XXIX (3-4) 247-274, (n° spéc. « Tubercules et pouvoir »).

Marchenay Ph. et LAGARDE M.F. (1987), À la recherche des variétés locales de plantes cultivées, Hyères, PAGE-PAC, Conservatoire botanique de Porquerolles ; Paris, Muséum d’Histoire naturelle, 211 p.

Milleville P. (1987), « Recherches sur les pratiques des agriculteurs », Cahiers de la Recherche-Développement, 16, pp. 3-7.

Pays, Paysans, Paysages dans les Vosges du Sud, Versailles, INRA, 1977.

Pelras Ch. (1973), « Technologie, ethnographie, ethnologie », in l’Homme, hier et aujourd’hui, Recueil d’études en hommage à André Leroi-Gourhan, Paris, Cujas, pp. 716-730.

Salmona M., Devries H. (1974), « le Développement agricole en France : pour une psychologie du travail agricole. Résultats d’une étude psychologique de l’éleveur ovin et applications pédagogiques », Économie rurale, 101.

Salmona M., Beltrame G. (1980), Jardins, Maraîchers, Maraîchage sur le littoral Est et Ouest Varois, Rapport Cordes, CAESAR.

Sebillotte M. (1989), Fertilité et systèmes de production, Paris, INRA, 369 p. (coll. « Écologie et aménagement rural »).

Sigaut F. (1975), l’Agriculture et le feu. Rôle et place du feu dans les techniques de préparation du champ dans l’ancienne agriculture européenne, Paris, La Haye, Mouton, 320 p.

Sigaut F. (1978), Conservation des grains à long terme. Techniques de conservation et fonctions sociales dans l’histoire, Paris, MSH et Univ. Lille III.

Sigaut F. (1987), « Pourquoi les géographes s’intéressent-ils à peu près à tout, sauf aux techniques ? », l’Espace géographique, 4 pp. 291-293.

Sigaut F. (1985), « Une discipline scientifique à développer : la technologie de L’agriculture », in « À travers champs », pp. 11-29, Cahiers ORSTOM, Série « Sciences humaines ».

Teissier J.M. (1979), « Relations entre techniques et pratiques », Bull. INRAP, 38.

Toffin G., Meyer F., Jest C., Garine L. de (1986), « Salmé, ethnologie et démographie d’un village tamang », in les Collines du Népal central, écosystème, structures sociales et systèmes agraires, t. I, Paysages et sociétés dans les collines du Népal, t. II, Milieux et activités dans un village népalais, Paris, INRA, 2 vol, pp. 55-120.

Notes

1 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs natures », p. 125.

2 Les premiers textes (Lemonnier, Cresswell, Geistdoerfer, Matras) ont été publiés en 1976 dans le bulletin n° 1 de l'équipe de recherche 191 « Techniques, milieu de culture » qui a précédé la revue proprement dite. Ont également participé à ces débats autour de l'héritage de Leroi-Gourhan et d'Haudricourt, des chercheurs du Cedrasemi « Centre de Documentation et de Recherche sur l'Asie du Sud-Est et Monde Insulindien » : Koechlin, Pelras et Matras. Pour les Cahiers du CERM, voir le n° 132 « A propos des forces productives », 1977, 83 p.

3 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, op. cit., « Ethnologie, anthropologie : les sociétés dans leurs natures », p. 125.

4 Cf. ci-dessous, Claudine Friedberg, « Représentations, classifications : comment l'homme pense ses rapports au milieu naturel », p. 277.

5 Cf. ci-dessus, Jean-Pierre Deffontaines, « l'Agronomie : discipline et interdiscipline », p. 93.

6 Cf. ci-dessous en annexe, Jean-Pierre Deffontaines, « Chronique des comités », p. 539.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable