Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Deuxième partie. Notions

Gestion, aménagement, développement : mobiles pour la recherche et catégories d’analyse

Olivier Godard, Bernard Hubert et Geneviève Humbert

Texte intégral

1Les trois notions de gestion, d’aménagement et de développement ici rassemblées ont ceci de commun qu’elles se réfèrent explicitement aux actions des hommes intentionnellement conçues par eux pour transformer le milieu physique qui forme leur cadre de vie et pour tirer le meilleur avantage du monde d’êtres et d’objets qu’il abrite. Puisque la quête de solutions à des problèmes techniques, économiques et sociaux inspire la recherche finalisée, ces notions tiennent un rôle central pour articuler à une perspective d’action la connaissance scientifique des milieux physiques et des pratiques humaines les affectant. C’est l’un de leurs principaux rôles.

2Mais elles jouent aussi un rôle scientifique clé comme catégories d’analyse des modes d’action des hommes sur leur environnement. Il s’agit même d’objets de connaissance et de concepts incorporés à la sémantique de certaines sciences sociales, qui en donnent d’ailleurs des modèles théoriques : il existe des sciences de la gestion, qui élaborent et testent des modèles de gestion des entreprises et des organisations, et des théories économiques du développement qui étudient les propriétés explicatives de différentes relations (par exemple entre l’investissement et l’épargne) et l’intérêt de différents modèles (la croissance équilibrée versus la croissance déséquilibrée, par exemple) ; il y a de la même manière des sciences de l’aménagement au croisement de la géographie, des sciences physiques pour l’ingénieur, de l’économie spatiale et des sciences administratives et juridiques…

3Cette double posture de référent externe de la recherche et de catégorie d’analyse est la source d’un trouble. Certains chercheurs manifestent une réticence à employer des termes trop marqués à leur goût par le contexte idéologique de l’action. Mais il paraît difficile de s’intéresser aux interactions entre les sociétés et leur milieu en ignorant les catégories qui organisent et justifient une partie de ces interactions ! On ne peut enfin pas ignorer que ces catégories de l’action définissent des exigences particulières quant aux caractéristiques de l’information scientifique requise d’une recherche finalisée ou appliquée : délais de disponibilité des résultats, degré d’approfondissement, pertinence des résultats au regard des questions posées, choix des échelles privilégiées, par exemple.

4Au total, nous proposons de comprendre ces trois notions comme des catégories organisant le passage, dans les deux sens, entre l’univers de l’action et celui de la connaissance. Il n’y a peut-être pas de meilleure illustration de cet entrecroisement, dédoublant celui entre sociétés et nature, que l’émergence du thème de l’intégration qui s’est affirmé à la croisée de la recherche et des politiques publiques depuis une vingtaine d’années, en réponse à la prise de conscience des problèmes d’environnement : gestion intégrée (Godard, 1980), aménagement intégré, développement intégré.

5Dans un premier temps nous chercherons à situer la signification générale des trois catégories considérées pour, dans un deuxième temps, porter intérêt à la manière dont elles interviennent dans les recherches interdisciplinaires. Nous conclurons sur certains faux-semblants de la recherche finalisée.

1. De quoi s’agit-il ?

1.1. Le développement et l’aménagement

6La notion de « développement » évoque d’abord une valeur forte de notre société qui puise sa source dans plusieurs de ses composantes idéologiques : le progrès technique identifié au progrès humain, l’ambition d’une maîtrise de la nature où se joueraient la créativité humaine, la rareté primordiale des ressources naturelles et des biens de consommation face aux besoins toujours plus nombreux, le caractère par essence bénéfique de la croissance économique. Partagée par un grand nombre de chercheurs impliqués dans des recherches finalisées, cette valeur assure une sorte de lien minimal entre des personnes aux disciplines et aux idéologies par ailleurs fort différentes. Mais la notion de « développement » a aussi un sens scientifique plus précis dans le cadre de la théorie économique. Elle s’inscrit alors en contrepoint de la notion de croissance économique en la complétant par la prise en compte explicite des services collectifs comme l’éducation, la formation professionnelle ou la santé, par l’idée de transformation des structures sociales (propriété foncière, répartition du revenu, institutions politiques) et par celte de changements culturels, conditionnant par exemple l’apparition et la diffusion d’une mentalité d’entrepreneurs ou le fonctionnement correct de mécanismes de marché.

  • 1 Le terme de développement intégré a été notamment adopté, au début des années 70 par des chercheurs (...)

7Depuis les années 70, l’une des questions centrales soulevées à un niveau international porte sur le degré de compatibilité entre le développement économique et la préservation de l’environnement. À la thèse d’une incompatibilité par essence entre ces deux objectifs, qui débouche sur l’idée de la nécessité d’une croissance zéro, ou même d’une décroissance (Georgescu-Roegen, 1979), s’opposent deux antithèses : pour les uns, seule une croissance forte permettait de financer une politique vigoureuse de l’environnement misant sur la diffusion rapide de l’innovation, la prise en charge des coûts d’entretien ou de restauration des milieux et la mise en place de mécanismes de recyclage des matériaux ou d’élimination des déchets ; pour les autres, l’harmonisation entre objectifs du développement et préservation de l’environnement serait possible mais nécessiterait la conception de nouveaux modèles de développement se traduisant par des changements substantiels des modes de vie, des modes de production et des choix techniques, voire des formes sociales d’organisation. C’est ainsi qu’ont fleuri des vocables symbolisant la recherche de ces nouvelles voies comme nouvelle croissance, développement intégré, écodéveloppement, puis plus récemment développement durable, qui ont focalisé les réflexions et les débats à l’échelle nationale et internationale1.

8Tout cela forme l’arrière-plan des recherches considérées ici mais sans qu’on en trouve d’échos très directs. Ce sont en fait les horizons du développement agricole, de l’aménagement rural et du développement régional ou local auxquels les chercheurs se réfèrent explicitement le plus souvent ; dans plusieurs programmes, la motivation principale paraît être de fournir les bases scientifiques de l’invention de nouveaux modèles de développement agricole et d’exploitation des ressources qui, par leur diversification, permettraient une meilleure prise en compte des conditions écologiques propres à chaque espèce (Jollivet, 1988).

9La notion d’« aménagement » revêt plusieurs significations. La plus ancienne est technique. Elle s’inscrit en effet dans le cadre des procédures prévues pour l’exploitation des forêts soumises au régime forestier. Elle se situe alors à la confluence de la logique professionnelle des forestiers et d’une logique administrative étatique s’exerçant au nom de l’intérêt supérieur de la nation. L’aménagement désigne dans ce cadre le programme d’exploitation d’un domaine forestier donné. Sanctionné par un arrêté du ministre de l’Agriculture, ce programme comprend les objectifs à poursuivre sur le long terme et les opérations techniques datées à mener pour les réaliser. Par extension, la notion désigne aussi la réalisation de grands travaux planifiés visant à réorganiser certains espaces naturels, tels les marais ou le littoral, comme dans le cas de l’aménagement des polders.

10Une signification plus récente, celle d’aménagement du territoire a été introduite en France depuis les années 50 et consacrée administrativement et politiquement dix ans plus tard par la création en 1963 de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR). Parallèlement des institutions spécifiques ayant compétence à l’échelle du territoire d’une région ont été créées pour concevoir et mettre en œuvre de grandes opérations en dérogation aux procédures administratives ordinaires. L’aménagement du territoire désigne alors l’action de l’État et des collectivités locales visant à corriger les déséquilibres régionaux en matière de population et d’activité économique. Il s’agit de tenir compte, dans une même approche, des aspects démographiques, économiques et spatiaux afin de corriger les excès issus d’évolutions spontanées résultant d’une croissance économique et d’une urbanisation rapides et insuffisamment maîtrisées.

11Ces diverses significations de la notion d’« aménagement » ont en commun l’idée d’une action collective volontaire visant la maîtrise du développement du territoire, à la fois sous l’angle spatial et sous celui de l’exploitation des ressources. Il s’en dégage aussi l’idée que la nature ne devient utilisable pour des usages humains qu’une fois convenablement aménagée pour la rendre fonctionnelle.

1.2. Quand la catégorie de gestion est étendue aux milieux naturels

12Historiquement le concept de « gestion » prend naissance dans le domaine privé et concerne l’administration des biens. Deux idées importantes sont ici en jeu : a) ces biens sont susceptibles d’appropriation par des personnes, mais ils peuvent être séparés de ces personnes au point que leur administration puisse être confiée à un tiers ; b) reposant sur un rapport sujet/objet, la gestion présuppose que le devenir de l’objet, y compris sa destruction, est soumis aux projets, usages et préférences du sujet. Le domaine traditionnel d’application de ce concept est celui des biens matériels, meubles ou immeubles, résultant d’une activité de production ou nécessitant un travail pour être maintenus dans leur état utile. C’est ce sens qui va être systématisé dans l’analyse de l’activité des entreprises, où le concept reçoit une première extension : le domaine de la gestion désigne l’ensemble des facteurs matériels et immatériels (les actifs financiers, une image de marque…), humains et non-humains, qui concourent à la réalisation d’une certaine performance ; on remarquera ainsi l’apparition d’une notion de « gestion des ressources humaines ».

13Une évolution sensible marque, dans ce dernier quart de siècle, les manières d’envisager l’aménagement du milieu physique et le problème de la protection de la nature. Deux mouvements simultanés se rejoignent pour converger sur la notion de gestion.

14Du côté de l’aménagement, une conception plus humble et moins sommaire du rapport au milieu physique est substituée à la vision exclusive et quelque peu prométhéenne soumettant ce milieu aux ambitions humaines grâce aux prouesses de la technique. L’aménagement garde sa justification, mais flanqué de deux restrictions : certains milieux ne doivent pas faire l’objet d’aménagements destructeurs de leur équilibre et de leur qualité, mais être gérés au moyen d’un ensemble d’interventions légères et ciblées (Henry et Toutain, 1986) ; il ne suffit pas d’aménager les milieux pour résoudre les problèmes, encore faut-il mettre en place une gestion globale des milieux aménagés, faute de quoi déséquilibres, dégradations, dysfonctionnements et effets pervers viennent vite altérer le bilan de l’aménagement. Certains chercheurs vont même jusqu’à suggérer qu’il ne saurait y avoir d’exploitation rationnelle des milieux naturels sans respect de règles écologiques de gestion et d’aménagement (Mc Harg, 1969 ; Falque, 1972 ; Tarlet, 1984). Du côté de la protection de la nature, on observe une évolution symétrique conduisant d’une approche en termes de protection à une approche en termes de conservation et de gestion (Lefeuvre, 1990 ; Mathieu et Jollivet, 1989). L’idée a fait son chemin qu’une protection sans intervention humaine « engendre des effets pervers (…) (et qu’) à la notion de protection se substitue celle de conservation qui implique une intervention sélective visant à réguler les dynamiques naturelles que l’on veut protéger » (Jollivet, 1986).

  • 2 Cf. ci-dessus Geneviève Humbert et Jean-Claude Lefeuvre, « à chacun son patrimoine ou patrimoine co (...)

15La gestion est désormais le nœud où se confrontent les objectifs de développement et d’aménagement et ceux qui ont trait à la conservation de la nature ou à la qualité de l’environnement. Elle est introduite partout : gestion des équilibres naturels, gestion des peuplements, gestion des ressources naturelles, gestion de l’espace, gestion des ressources génétiques, etc. Les pouvoirs publics ont d’ailleurs consacré cette évolution vers la gestion dans de nombreux textes législatifs à partir des années 80 (lois « pêche », « montagne », « forêt », « littoral »). Cependant, cette extension de la catégorie de gestion à des objets complexes comme les milieux ou les espaces naturels, ou à la faune sauvage, ne manque pas de soulever des problèmes touchants soit à la relation d’appropriation et de maîtrise de l’objet de la gestion, soit à la relation de soumission aux finalités du sujet de cette gestion. En particulier, le recours à ce concept risque de traduire, ou de provoquer, un glissement vers un réductionnisme économique dans la manière d’aborder les biens naturels. C’est pourquoi de nombreux chercheurs et responsables publics se sont rejoints pour introduire un garde-fou : gérer la nature, oui, mais comme un patrimoine. La nature devient alors un bien qu’il convient de gérer de manière à le transmettre aux générations futures avec une qualité préservée2. Ainsi apparaît la notion de gestion écologique.

16Naturellement, les recherches considérées ici témoignent de cette évolution, certaines y ayant d’ailleurs pris une part active. Ce sont par exemple des sociologues et des écologues qui avancent l’idée d’une gestion écologique des milieux naturels. Pour les premiers, la gestion écologique s’entend comme « l’exploitation du milieu qui tient compte de l’ensemble des interdépendances caractéristiques de l’écosystème (ou des écosystèmes) dans lequel (ou dans lesquels) se situe l’action de l’homme. Dans une “gestion écologique”, les conséquences écologiques (i.e. sur l’écosystème) d’une modification ponctuelle du milieu induite par l’action de l’homme et, inversement, les systèmes de contraintes que l’écosystème constitue pour l’action de l’homme sont des paramètres de la décision » (Jollivet, 1982). Les seconds vont plus loin, puisqu’il s’agirait pour eux de « l’ensemble des mesures qui favoriseraient le maintien d’une diversité des communautés d’êtres vivants et garantiraient une productivité biologique globale élevée, obtenue au meilleur coût énergétique, tout en satisfaisant au moindre coût économique les besoins sociaux, culturels et esthétiques diversifiés de la société » (Lefeuvre, Raffin et de Beaufort, 1979).

17Ces définitions, par leurs imprécisions mêmes ou par l’accumulation de références à laquelle elles recourent, témoignent des tensions à l’œuvre. On peut même y lire la tentative d’un coup de force intellectuel et sémantique que certains voudraient opérer – mais auquel d’autres résistent ! L’enjeu en est l’inversion du rapport de soumission constitutif du concept de gestion : l’action de l’homme sur les milieux devrait désormais avoir pour principe premier la reproduction de la nature, même si une place reste ménagée à la satisfaction des besoins humains. Le tout est d’ailleurs présenté de manière qu’aucune contradiction ne soit immédiatement perceptible entre l’épanouissement de la nature et l’utilité pour l’homme. Autant dire que, s’agissant de la nature, l’idée de gestion est devenue un carrefour, un point d’équilibre instable entre des forces contraires. Un réseau de chercheurs a d’ailleurs entrepris de consolider cet équilibre en élaborant une doctrine et une démarche originale d’analyse et d’intervention, la gestion patrimoniale des ressources naturelles (De Montgolfier et Natali, 1987 ; Ollagnon, 1989).

18Dans le contexte des rapports à la nature, la définition du contenu de la gestion apparaît comme un enjeu et un lieu de confrontation tacite entre des points de vue opposés qui engagent la conception de base que les chercheurs se font du rapport de l’homme à la nature. Mais elle est aussi un enjeu dans la rivalité entre disciplines. C’est en particulier clair pour l’écologie à la recherche d’une légitimation dans le champ de l’action publique : incontestablement certains scientifiques cherchent à utiliser et à faire reconnaître l’idée de gestion écologique de manière à donner à leur savoir un statut normatif et pratique de grande valeur pour les décideurs publics et les acteurs économiques, le statut d’un savoir susceptible d’être institutionnalisé dans les processus de décision.

2. Le jeu des attentes des comités scientifiques et des réponses des chercheurs

19Très présentes dans certaines des recherches interdisciplinaires examinées (Programmes « Vosges » [V.4.], « Pyrénées » [V.7.B.], « Alsace-Eau » [V.16.], « Savoirs naturalistes » [V.37.], « Vallée du Buech » [V.32]), les trois catégories de « développement », « d’aménagement » et de « gestion » fournissent d’abord des références permettant aux chercheurs d’articuler leurs projets scientifiques aux questions et attentes formulées par les Comités scientifiques.

  • 3 Appel d'offres du Comité « Gestion des ressources naturelles renouvelables » de la DGRST.
  • 4 Premier appel d'offres du PIREN du CNRS.
  • 5 JATBA, « Tubercules et pouvoirs ».

20Dans leur conception d’origine, bon nombre de recherches interdisciplinaires ont pour objectifs assignés par les instances commanditaires de servir à éclairer des choix dans le domaine du développement agricole et de l’aménagement rural. Elles doivent par exemple « fournir aux populations locales et aux responsables une meilleure appréciation des possibilités mais aussi des risques de choix en matière de développement et d’aménagement du territoire »3. Il leur faut également permettre de « définir les modalités d’une gestion écologique des ressources terrestres de l’espace national français »4. Il s’agit encore pour elles d’optimiser les décisions d’aménagement afin qu’elles prennent en compte les facteurs socio-économiques et les données écologiques (Programmes « Canton d’Aime » [V.19.]) ou qu’elles concilient la conservation de la diversité génétique avec les besoins du développement économique5. Enfin, en réponse aux demandes des Comités scientifiques, certains programmes se proposent de définir les règles d’une gestion de l’environnement qui intègrent les préoccupations d’aménagement et de développement économique et de protection de l’environnement (Programmes « Pyrénées » [V.7.B.], « Alsace-Eau » [V.16.], « Vallée du Buech » [V.32.]).

21L’analyse des réponses données à ces attentes fait ressortir l’existence de deux grands types de réponse. Avec le premier, les processus de développement et les pratiques d’aménagement et de gestion forment l’objet même de l’investigation scientifique. Identifier ces processus et ces pratiques, en comprendre la cohérence ou les contradictions, en saisir les déterminants ou les origines, mais aussi les conséquences immédiates et lointaines sur la société ou sur le milieu biophysique, voilà les composantes de telles recherches dont on trouve, à différents degrés, des illustrations dans les programmes « Amoral », « Pyrénées » [V.7.B.], « Vosges » [V.4.], ou « Cévennes » [V.34.]. Le moindre intérêt de ces recherches n’est pas de rappeler que les systèmes d’action sont bien des objets de science à part entière et ne sauraient être considérés comme le simple prolongement des connaissances acquises par les sciences naturelles ou techniques ou comme l’expression directe d’une volonté politique. On doit néanmoins constater que, dans les programmes cités, les notions de développement, d’aménagement et de gestion disparaissent assez vite du langage utilisé. Il leur est préféré une terminologie beaucoup plus précise : systèmes et itinéraires techniques, entretien du sol, intensification, création d’emplois, etc. On note alors que l’absence relative des termes ne traduit pas l’absence des préoccupations correspondantes.

22Avec le deuxième type de réponse, la perspective ouverte par la solution de problèmes ou l’orientation d’une action intervient essentiellement au stade de la justification du lancement d’un programme de recherche : il s’agit de recueillir des informations et de constituer des connaissances susceptibles d’avoir ultérieurement une valeur informative pour des acteurs sociaux particuliers en position de gérer, d’aménager ou de développer. L’hypothèse commune est alors que l’insuffisance des connaissances est à l’origine d’actions mal conçues, de pratiques inadaptées ou inefficaces, d’une stagnation économique ou de modes de développement déséquilibrés. Cette manière de concevoir le rapport de la connaissance à l’action est très présente dans de nombreux programmes (Programmes « Canton d’Aime » [V.19.], « Vosges » [V.4.1.], « Vallée de la Plaine » [V.23.]). Mais souvent, dans ces cas, les termes gestion, aménagement, développement sont employés, sauf exceptions notoires (« Vosges » [V.4.3.]), sans être définis ou utilisés avec précision.

23Il est aussi des cas où deux types de réponse sont superposés dans une même démarche : la connaissance des modes effectifs de gestion et d’aménagement, resitués dans leur champ de conséquences, y a pour but de permettre leur amélioration (Programmes « Cévennes » [V.34.1.] et « Vosges » [V.4.1. et 4.]).

3. Des conséquences pour l’organisation de la recherche interdisciplinaire ?

24La référence à la gestion, à l’aménagement et au développement, soit comme objet de la recherche, soit comme justification donnée à sa réalisation, ne devrait pas manquer d’avoir des conséquences pour l’organisation de la recherche interdisciplinaire. Néanmoins, on peut discerner un écart sensible entre les exigences formulables a priori et la manière dont la plupart des chercheurs se sont organisés pour y faire face. Il est d’autant plus remarquable que la perspective ouverte par la compréhension des systèmes d’action et par les préoccupations de gestion ait conduit une partie des chercheurs à effectuer ce que certains perçoivent comme un retournement épistémologique.

3.1. Un décalage fréquent entre exigences a priori et pratiques de recherche

  • 6 Ainsi, selon M. Godron (1973), un modèle écologique doit posséder quatre caractères pour être appli (...)

25La référence à l’action et aux politiques publiques, si elle était prise au sérieux, ne devrait pas manquer d’avoir des effets sensibles sur la place respective des démarches disciplinaires et sur le processus de coordination de la recherche : le choix des disciplines réunies dans un programme, la formulation des interrogations de base à partir desquelles s’organisent le travail d’ensemble et la contribution de chacune, la définition du niveau d’approfondissement à atteindre, l’organisation du transfert des connaissances d’une discipline à l’autre devraient s’en trouver affectés6.

26Dans plusieurs cas, la perspective gestionnaire a été une source d’incompréhension et de conflits entre chercheurs de différentes disciplines n’ayant pas la même vision de ce que devait être la recherche. Ce fut par exemple le cas entre agronomes, orientés vers le développement agricole et souhaitant obtenir assez rapidement des résultats expérimentaux, et ethnologues soucieux d’accumuler des connaissances fondamentales dans la durée et, de ce fait, de préserver leur objet de recherche (pratiques, techniques, organisation sociale) vis-à-vis des différentes sortes de changements occasionnés par le développement économique (Programme « Népal » [V.5.]. Ce fut aussi le cas entre agroéconomistes et phytosociologues dans le programme « Vosges » [V.4.4.] ; les derniers se lancèrent dans des travaux biologiques pointus peu exploitables par les premiers dans une perspective d’aménagement ; et pourtant, c’était cette perspective qui justifiait l’engagement de la recherche, et l’on manquait vivement d’une information recueillie à une échelle plus agrégée sur les composantes écologiques des systèmes d’exploitation.

27De tels décalages entre les échelles traitées et les niveaux d’approfondissement montrent bien que tous les chercheurs ne perçoivent pas aisément les changements qu’ils doivent apporter à leurs pratiques de recherche dès lors qu’ils s’inscrivent dans une perspective finalisée et qu’ils prétendent apporter une lumière utile sur des problèmes de gestion et d’aménagement.

28Dans beaucoup de cas, il faut le dire, la référence à l’aménagement et au développement n’a pas eu d’autres conséquences que de justifier une implication des sciences sociales au côté des sciences naturelles, avec parfois l’hypothèse plus ou moins implicite qu’il appartenait aux premières de trouver les meilleures manières de valoriser les résultats fondamentaux des secondes auprès des décideurs.

3.2. L’occasion, pour certains chercheurs, d’opérer un retournement épistémologique

  • 7 Cf. ci-dessous C. Friedberg, « Représentations, classifications : comment l'homme pense ses rapport (...)

29Soucieux de porter leur attention sur ce qui leur paraissait être l’élément moteur des interactions entre les sociétés et leurs milieux physiques, certains chercheurs se sont centrés sur la relation « acteur-action » : au-delà de l’analyse des effets et des conséquences des actions proprement dites, ils ont voulu prendre en compte le rôle des systèmes de représentations7, les processus de formation des connaissances et d’acquisition de l’information, de définition des objectifs, de prise de décision, de mobilisation des savoirs et savoir-faire, et de sélection et de mise en œuvre des techniques. L’idée directrice était alors qu’il y avait dans un « système d’action » une cohérence suffisante pour en permettre l’intelligibilité – ce qui n’excluait pas la possibilité de contradictions – et qu’on ne pouvait pas disjoindre les actions des acteurs qui les mènent (Petit, in « Népal » [V.S.1.]). Cela a conduit ces chercheurs à spécifier les trois notions de développement, d’aménagement et de gestion dans un ensemble conceptuel unique visant à désigner les différentes relations établies au sein du système complexe – que certains ont appelé écosociosystème – qui résulte de l’enchevêtrement de systèmes sociaux et de systèmes écologiques :

30—– la gestion résulte des décisions d’un ou plusieurs acteurs visant à contrôler la reproductibilité de certains sous-systèmes, en termes sociaux, économiques et/ou écologiques. Cette définition élargit à d’autres points de vue les conceptions du gestionnaire économiste. Le plus souvent, les acteurs visés sont des agriculteurs considérés comme « des gestionnaires techniques et économiques de leurs exploitations agricoles » (Colloque « Écologie et aménagement » de la DGRST, Programmes « Vosges » [V.4.] et « Vallée du Buech » [V.32.]) ;

  • l’aménagement correspond à la spatialisation de ces actions, à leur projection sur un territoire donné. Par exemple, même implicite, le système d’usages, différencié dans l’espace et dans le temps, des différentes parcelles d’un territoire pastoral est organisateur de l’espace et peut être considéré à ce titre comme un aménagement ; il en est de même de la mise au point d’un assolement ou d’un plan de gestion (Programmes « Vosges » [V.4.] et « Vallée du Buech » [V.32.] ;

  • le développement intégré d’un système local apparaît comme la résultante indirecte de plusieurs classes d’interactions : entre les différents acteurs sociaux, entre ces derniers et le milieu biophysique, entre le système local et son environnement socio-économique et naturel plus large. Il correspond à un territoire qui « aussi réduit soit-il, ne correspond presque jamais, du moins dans ce contexte où la propriété est divisée et les exploitations agricoles imbriquées les unes dans les autres, à un niveau décisionnel clairement identifié ; au contraire, il met en jeu un enchevêtrement d’agents économiques variés » ; pour comprendre son état et son évolution « l’analyse des relations d’interdépendance entre les différents acteurs intervenant dans le même espace est nécessaire » (Programme « Vosges » [V.4.], Colloque « Écologie et Aménagement »).

31La seule approche d’une discipline, la sociologie par exemple, est insuffisante pour analyser ces systèmes d’action, si l’on veut se donner les moyens de comprendre les pratiques observées en tant qu’instruments de gestion des interactions avec les milieux biophysiques. Ainsi la plupart de ces recherches ont associé agronomes, sociologues, économistes et écologues (Programmes « Vosges » [V.4.] et « Vallée du Buech » [V.32.] par exemple). Plusieurs équipes pluridisciplinaires ont même été amenées à produire de manière expérimentale des connaissances propres, destinées à servir de repères pour situer les observations réalisées sur le terrain : réalisation d’éclaircies et fertilisation dans des interventions sylvopastorales (Programme « Cévennes » [V.34.2.], ou définition d’itinéraires de remise en valeur de friches embroussaillées ou envahies par les fougères (Programme « Vallée du Buech » [Y.32]).

32Au sein du courant de la gestion patrimoniale des ressources naturelles, tout un ensemble de méthodes est utilisé qui exigent et organisent la coopération interdisciplinaire : analyse systémique, approche « systèmes-acteurs », méthodes de prospective, méthodes multicritères d’aide à la décision, dans des séquences où se succèdent analyse, diagnostic, pronostic et négociation des modes de gestion (de Montgolfier et Natali, 1987).

33Sur le plan de la démarche de recherche, l’une des principales leçons de ces travaux tient en ceci : accepter jusqu’au bout une approche centrée sur la relation « acteur-action » fait obligation aux chercheurs de reconnaître et de prendre en compte les interactions qu’ils établissent avec le système local par les entretiens qu’ils réalisent, les mesures qu’ils effectuent, les expérimentations qu’ils mettent en place, les résultats qu’ils communiquent. Le chercheur doit se concevoir lui-même comme un acteur immergé dans le système local qu’il étudie, puisqu’il crée une information nouvelle dont l’usage par les acteurs locaux va infléchir le cours des choses. L’un des aboutissements logiques de cette prise de conscience est l’adoption par le chercheur d’une posture d’aide à la décision envers des acteurs bien spécifiés.

34Avec cette approche, le passage de l’aménagement au développement n’est plus attendu de la mise au point extérieure et de l’application de modèles de gestion qui tenteraient d’allier une optimisation écologique et une optimisation économique définies abstraitement, mais de la réorganisation de certains processus et de certaines actions au sein d’un système auto-organisé. Le rôle des chercheurs est alors de participer à la création des nouvelles informations que traite ce système et de contribuer à l’émergence de nouveaux modes de fonctionnement.

4. Bref retour sur les rapports entre recherche et action : les faux-semblants de la recherche finalisée

35La référence à la gestion, à l’aménagement et au développement résulte souvent, on l’a vu plus haut, d’une préoccupation ou d’une exigence affichée par les comités scientifiques et les organes d’orientation et de décision dont dépendent les programmes de recherche. Cette exigence est d’ailleurs souvent symbolisée par le nom qui a été donné aux divers comités : « Équilibre et lutte biologiques », « Écologie et gestion du patrimoine naturel », etc. On pourrait donc s’attendre à ce qu’une telle orientation résulte d’une demande effective d’acteurs sociaux ou de décideurs, et notamment des administrations chargées de définir et de mettre en œuvre des politiques. Or tel n’est pas toujours le cas.

36L’analyse rétrospective que le comité scientifique « Espace et cadre de vie » a faite de son fonctionnement met ainsi au jour plusieurs faits curieux. Il y est d’abord adressé un reproche explicite aux représentants de l’administration dans ce comité : absences physiques ou changements fréquents lors des réunions, absences de demandes claires. Ensuite le même comité se plaint du très faible soutien logistique dont il dispose de la part de l’administration, ce qui ne témoigne pas d’un vif intérêt de cette dernière pour la bonne conduite et pour la qualité des résultats des recherches qu’il impulse. Si bien que ce sont des scientifiques qui, par conviction personnelle ou sens des responsabilités, se mettent en position d’interpréter la demande sociale et de formuler les problèmes qui se posent aux acteurs sociaux ! Cette situation d’autoréférence déguisée et de simulacre de demande sociale est malsaine pour tous les partenaires de la recherche et en premier lieu pour les chercheurs eux-mêmes. S’ils ne sont pas dupes, ces derniers peuvent légitimement soupçonner les scientifiques membres de ces comités d’invoquer une demande sociale dont ces derniers se prétendent l’interprète afin de les faire travailler sur des thèmes qui n’ont en définitive pas de véritable justification ni du côté scientifique, ni du côté des partenaires sociaux…

37Après avoir noté que les chercheurs ne tiraient pas toujours les conclusions appropriées de l’affichage d’une perspective finalisée, on s’aperçoit donc que ce peut être également le cas du côté des « partenaires de l’action ». La coïncidence de ces deux défaillances fait dans certains cas de la référence aux problèmes de gestion, d’aménagement et de développement une référence alibi. Au jeu de la recherche finalisée, les dés sont parfois pipés. À n’en pas douter, pour apprécier l’étendue du phénomène, il y aurait une investigation à lancer sur la manière dont les résultats des recherches affichant la finalisation de leurs objectifs ont, ou n’ont pas, été effectivement utilisés par divers types d’acteurs sociaux.

38Dans le champ des recherches sur le milieu rural, le seul pilotage des recherches finalisées par des comités scientifiques nationaux coupés de demandes sociales effectives est en définitive source de malentendus et de gaspillage des efforts de recherche. La réduction du décalage entre justifications affichées et réalisées des pratiques pourrait venir d’un rapprochement entre les instances de programmation de la recherche et les demandes sociales localisées dont l’expression pourrait le mieux s’organiser à un niveau régional. Une telle régionalisation ne serait pas incompatible avec le maintien d’une évaluation scientifique organisée à un niveau national. Naturellement, la recherche à visée fondamentale continuerait à dépendre des niveaux national et international.

Bibliographie

Clark W.C. et Munn R.E. eds (1986), Sustainable Development of the Biosphere, Cambridge et London, Cambridge University Press, on the behalf of the « IIASA ».

Commission mondiale sur l’environnement et le développement (ONU) (1988), Notre avenir à tous, Montréal, Éd. du Fleuve.

Falque M. (1972), « Pour une planification écologique », l’Irrigant (59).

Georgescu-Roegen N. (1979), Demain la décroissance, Paris et Lausanne, Pierre-Marcel Favre.

Godard O. (1980), Aspects institutionnels de la gestion intégrée des ressources naturelles et de l’environnement, Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme (« Un autre développement »).

Godard O. (1990), « Environnement, modes de coordination et système de légitimité : analyse de la catégorie de patrimoine naturel », Revue économique 41 (2), mars.

Godron M. (1973), « Quelques réflexions sur les “modèles écologiques” applicables à l’aménagement du territoire », in Coll. « Analyse socio-économique de l’environnement. Problèmes de méthodes », Paris et The Hague, Mouton (« Environnement et sciences sociales n° 3 »).

Henry C. et Toutain J.C. eds. (1986), Milieux naturels. Illustration de quelques réussites, Paris, Éd. du CNRS et Palaiseau, Presses de l’École Polytechnique.

Jollivet M. (1986), « Écologie et monde rural ou le monde rural à l’heure de l’environnement », in H. Mendras ed. – l’Agriculture dans le monde rural de demain : à nouveaux enjeux, droit nouveau, Paris, Documentation française (« École Nationale de la Magistrature »).

Jollivet K. ed. (1988), Pour une agriculture diversifiée, Paris, L’Harmattan.

Lefeuvre J.C. (1990), « De la protection de la nature à la gestion du patrimoine naturel », in H.P. Jeudy ed. Patrimoines en folie, Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme (« Ethnologie de la France, Cahier n° 5 »).

Lefeuvre J.C., Raffin J.P. et De Beaufort F. (1981), « Protection, conservation de la nature et développement « in J.C. Lefeuvre, G. Long et G. Riou eds., Écologie et développement. journées scientifiques du CNRS 19-20 septembre 1979, Paris, CNRS.

Mathieu N. et Jollivet M. eds. (1989), Du rural à l’environnement. La question de la nature aujourd’hui, Paris, Éditions de l’ARF et l’Harmattan.

Mc Harg I. (1969), Designe with Nature, New York, The Natural History Press, trad. franç., Composer avec la nature, Paris, LAURIF, 1980.

Montfgolfier J de, et Natali JM. (1987), le Patrimoine du futur. Approches pour une gestion patrimoniale des ressources naturelles, Paris, Economica.

Ollagnon H. (1989), « Une approche patrimoniale de la qualité du milieu naturel », in N. MATHIEU et M. JOLLIVET eds.

Sachs I. (1980), Stratégies de l’écodéveloppement, Paris, Éditions « Économie et Humanisme » et les Éditions ouvrières (« Développement et civilisations »).

Tarlet J. (1984), la Planification écologique. Méthodes et techniques, Paris, Economica, (« Géographia -5 »).

Union internationale pour la conservation de la nature et des ses ressources (UICN) (1980), Stratégie mondiale de la conservation, Genève.

Notes

1 Le terme de développement intégré a été notamment adopté, au début des années 70 par des chercheurs en écologie soucieux de la prise en compte des résultats de leurs recherches par les planificateurs et les aménageurs, comme en a témoigné le colloque « Écologie et développement » du CNRS en 1979 (Lefeuvre et al., 1981). Il voisinait avec la notion d'écodéveloppement proposée en 1972 par le Secrétaire Général de la Conférence des Nations Unies sur l'Environnement, puis élaborée ensuite par des chercheurs (Sachs, 1980) et diverses institutions qui y trouvaient une référence utile pour repenser les stratégies de développement économique, en particulier dans le contexte des pays en voie de développement. Aujourd'hui une inspiration similaire s'est cristallisée dans le vocable de développement durable (« sustainable development ») adopté par l'VICN (1980), par l'ONU (Commission mondiale sur l'environnement et le développement, 1988) et par certains scientifiques (Clark et Munn, 1986).

2 Cf. ci-dessus Geneviève Humbert et Jean-Claude Lefeuvre, « à chacun son patrimoine ou patrimoine commun ? », p. 223, et également Jean-Claude Lefeuvre (1990) et Olivier Godard (1990).

3 Appel d'offres du Comité « Gestion des ressources naturelles renouvelables » de la DGRST.

4 Premier appel d'offres du PIREN du CNRS.

5 JATBA, « Tubercules et pouvoirs ».

6 Ainsi, selon M. Godron (1973), un modèle écologique doit posséder quatre caractères pour être applicable à l'aménagement du territoire : comprendre plusieurs facettes, ou modules, correspondant à la pluralité de régions ou de secteurs écologiques composant un territoire ; prendre en compte l'évolution des formations végétales (à partir de matrices de transition) ; intégrer des variables économiques dès les premières phases du travail ; segmenter les variables agrégées des schémas de fonctionnement jusqu'au degré de finesse pertinent pour les usagers du modèle.

7 Cf. ci-dessous C. Friedberg, « Représentations, classifications : comment l'homme pense ses rapports au milieu naturel », p. 277.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable