Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Deuxième partie. Notions

Potentialités, contraintes, ressources : récurrence ou renouveau bien tempéré ?

Bernard Hubert et Nicole Mathieu

Texte intégral

1Potentialités, contraintes, ressources : ces trois termes, très souvent liés dans leur emploi, ont, pour la réflexion sur la pratique interdisciplinaire, l’intérêt de mêler dans leur sens le naturel et le social. Mais cette « ambiguïté » ne nuit-elle pas à leur valeur scientifique ? Dans quelles disciplines ces notions ont-elles un statut de concepts ? La place que leur ont accordée les aménageurs et les gestionnaires du territoire ne les a-t-elle pas définitivement disqualifiées ? Pourtant, on assiste aujourd’hui au développement de leur usage dans les recherches qui traitent des problèmes d’environnement. Il est donc important de réévaluer ces mots et surtout de se demander si l’on est déjà en mesure de les théoriser.

1. Des termes forts pour plusieurs disciplines

  • 1 On pourrait dire aussi de l'usage « normal » de ces notions dans la logique propre à chacune des di (...)

2L’examen de l’usage traditionnel1 qui est fait de ces notions dans un certain nombre de disciplines montre une diversité de leur place et du contenu de leur définition.

  • 2 Cf. ci-dessus Nicole Mathieu, « Géographie et interdisciplinarité : rapport naturel ou rapport inte (...)

3C’est en géographie que leur statut scientifique leur donne le sens le plus fort et établit le lien le plus étroit entre elles. Elles sont surtout centrales dans les périodes où le paradigme reconnu de la discipline est la relation homme-nature2 et elles sont surtout utilisées par les géographes dont la préoccupation est l’étude de l’interface société/nature et de l’anthropisation du milieu naturel. « L’action géographique des hommes concerne pour une large part les milieux naturels. De tout temps, ils ont recherché les moyens de “dominer” la nature, soit en utilisant les potentialités, soit en s’adaptant à ses impératifs, soit en maîtrisant ses contraintes »… « Les ressources d’un milieu sont une donnée essentielle dans le processus d’humanisation. Mais l’inventaire des potentialités d’un milieu est lié aux problèmes de perception. Les ressources d’un milieu ne deviennent telles que si les hommes les perçoivent comme de possibles richesses ou que si, les connaissant, ils les recherchent explicitement… À l’intérieur d’une culture, ce sont bien les conditions techniques, politiques et économiques qui “créent” les ressources naturelles » (Pinchemel, 1988).

  • 3 Le terme de « Raubwirtscbaft » (économie de pillage) est employé par Friedrich Ratzel dans les anné (...)

4La notion de ressource comme celle de potentialité est d’ailleurs un des « concepts mixtes » dont l’usage renouvelé est préconisé par Georges Bertrand (1991) parce qu’ils peuvent être traités comme des entités polysémiques « sur les marges floues de la nature et de la société ». On fait depuis longtemps dans cette discipline, la distinction entre les prélèvements sans restitution3, à propos des ressources naturelles qui peuvent être définitivement épuisées par exploitation abusive (bois, tourbières, gisements divers…) et les ressources insérées dans les écosystèmes, qui sont reproductibles (biomasse, productions animales…), ce qui n’exclut pas une conduite inégalement efficace de cette reproduction dans l’espace et dans le temps.

5« Contrainte » et « potentialité » sont également deux termes centraux de l’agronomie car on s’y attache à détecter les facteurs et les conditions qui lient le climat, le sol et la plante. « En un lieu l’agronome définit des potentialités : culturale à partir du climat et pour une succession de culture ; agricole à partir des données climatiques compte tenu des sols et du milieu biologique, et pour un système de culture… Il est alors possible de juger de manière globale d’un milieu en parlant d’aptitude culturale en examinant ce milieu d’un triple point de vue : des potentialités, des coûts d’externalisation des potentialités, des risques qui sont estimés à travers l’analyse de la souplesse et de la sécurité dans le choix et dans la mise en œuvre des systèmes de culture » (Boiffin, Sébillotte, 1982). Dans cette discipline, comme en géographie, les notions de potentialité et de contrainte permettent donc de mettre en relation des facteurs naturels et biologiques d’une part, et des facteurs humains d’autre part ; mais ces derniers n’y sont généralement pas appréhendés directement, mais par le filtre des concepts de « techniques » et de « pratiques » qui établissent le lien entre le « naturel » et le « social ». La dimension sociale des notions y est de ce fait plus instrumentale et moins ample qu’en géographie.

6Le terme de « contraintes » a également valeur de concept en économie où il est associé à celui de « ressources ». Ces deux catégories y trouvent sens par rapport à l’action, à une finalité et dans une fonction d’objectif. Les « ressources » se définissent par les usages que l’on peut en faire et qui peuvent être multiples, d’où les conflits d’usage et d’appropriation, ainsi que la tendance à l’augmentation du prix, quand une même ressource a plusieurs usages. Il n’y a de contraintes que pour un sujet économique qui sait ce qu’il veut produire et échanger. Il s’agit alors de donner une valeur aux « contraintes » dans la fonction d’objectif choisie (c’est-à-dire d’évaluer leur coût), car cette valeur est indispensable pour pouvoir calculer le prix. Le débat sur ce que sont les « contraintes » et ce que sont les possibles est donc stratégique en économie et l’on comprend l’intérêt porté dans cette discipline aux ressources épuisables ou à l’exploitation de ressources qui en détruisent d’autres (par exemple les gravières). Mais le milieu naturel, et donc la notion de « potentialité », sont moins présents et plus abstraits en économie. Les termes de ressources et de contrainte y ont un sens beaucoup plus large qu’en géographie et ne se restreignent pas aux objets « entre nature et société ».

7En ce qui concerne l’écologie, aucun des trois termes n’y a de réel statut scientifique comparé à d’autres concepts comme ceux de biodiversité, d’écosystème, de dynamique des populations… Leur utilisation est un moyen commode de prendre en compte les activités humaines sans avoir vraiment à en rendre compte. La notion de « ressources » n’intervient que pour faire un pseudo-constat de la diversité biologique ou du risque de raréfaction des « ressources génétiques », dans un discours qui glisse aisément vers la notion de patrimoine pour déboucher sur la proclamation de la nécessité de « conserver » et de « protéger » la nature. « Par utilisation optimale des ressources en terres, en eaux, en végétaux, en animaux, les écologues entendent un usage raisonné des ressources par l’homme, de telle manière que l’on puisse sauvegarder sur le long terme (plusieurs décennies) une productivité biologique élevée, diversifiée et soutenue, le maintien d’une grande diversité biologique, l’existence de dispositifs naturels d’autorégulation agissant sur le fonctionnement harmonieux et efficace des systèmes écologiques, et enfin une certaine stabilité (ou métastabilité) des systèmes écologiques en présence, en fonction de la contribution qu’ils apportent à l’équilibre écologique général, au niveau d’un territoire homogène d’une région ou d’un pays » (Long, 1985). En un sens, c’est la dimension sociale de ces notions qui les empêche d’avoir un statut scientifique en écologie ; la référence aux « contraintes socio-économiques », par exemple, aux « potentialités » ou aux « ressources potentielles », n’est, comme le souligne Lefeuvre en faisant la critique, qu’un moyen d’évacuer l’homme de l’analyse (Lefeuvre, 1989) et de sauvegarder ainsi la position centrale des concepts « naturalistes » de la discipline.

8Malgré des variantes propres au questionnement de chacune de ces disciplines, les notions de « ressources », « contraintes » et « potentialités » sont donc toujours associées et ont des définitions relativement peu différentes : les « potentialités » expriment les possibilités d’exploiter des ressources en fonction de certaines contraintes, ce qui implique à la fois téléonomie et contingence. En effet, des « potentialités » se définissent par rapport à un objectif donné, mais celui-ci peut changer ; des « ressources » n’existent que par rapport à un usage qui peut évoluer, se transformer, voire apparaître de novo ; des « contraintes » ne sont reconnues que pour certaines finalités, elles n’existent plus par rapport à d’autres ; en outre elles dépendent des moyens qui existent pour les dépasser, elles peuvent même devenir des « potentialités ».

9Mais le statut scientifique de ces notions a été fortement remis en cause dans les années 70 au sein des disciplines qui les utilisaient, de même que dans bon nombre de pratiques interdisciplinaires. Cette disqualification, très liée au mouvement de critique sociale de l’après 68, a pris plusieurs formes.

2. Des termes disqualifiés par un usage ambigu et finalisé

  • 4 En mettant à part la géographie physique appliquée à l'aménagement et la géographie tropicale.

10La diffusion des trois notions dans les sphères de l’aménagement du territoire et de la politique agricole et leur utilisation dans le discours de l’action est à l’origine de la quasi-disparition de leur usage, jusqu’à une période récente, dans la géographie des pays industrialisés4. Les termes de « vocations régionales » ou de « potentialités régionales » se sont en effet répandus dans les années 60 en même temps que la croissance et la modernisation de la France et des économies locales et régionales (la montagne par exemple) se négociaient entre les partenaires professionnels et politiques. C’est en s’appuyant sur les notions traditionnelles de « bon pays » ou de « mauvais pays » et en insistant sur les handicaps et les contraintes « naturelles » de certains milieux que l’on a justifié la position privilégiée de certaines régions dans l’espace français de production agricole, que l’on a délimité les zones de montagne ou les zones de rénovation rurale et plus tard les zones défavorisées. Le soupçon de collusion entre une analyse géographique et un discours d’expert se rejoignant dans une vision strictement déterministe du naturel sur le social (zones de montagne – zones défavorisées) a entraîné le rejet de ces termes (surtout de celui de « potentialités ») hors des catégories scientifiques. Il a même conduit à ignorer des travaux de grande qualité sur l’influence des conditions (ou « contrainte ») climatiques sur les systèmes d’élevage et les choix agricoles (Fel, 1954 ou Dubesset, 1972 par exemple). Il en est résulté une dévalorisation temporaire de ces concepts en géographie.

11Dans cette période, les notions de « contrainte » et surtout de « potentialité » ont subi un sort équivalent en agronomie. En effet elles y ont joué un rôle important dans les années de forte diffusion de la motorisation dans l’agriculture française. Des cartes de « potentialités » ont été établies, tenant compte de la pente qui, pour la mécanisation, était considérée comme une « contrainte » majeure et délimitait les espaces qui du fait de leur pente (supérieure à 20 %) étaient « voués » à l’abandon. La carte de Turc établie en 1972 sur un « indice climatique des potentialités agronomiques » qui mettait en évidence des zones de plus ou moins forte production potentielle de matière sèche par hectare servait de référence dans des décisions normatives (Bonnemaire, Deffontaines, 1978).

12Au départ, il ne s’agissait que d’une procédure d’évaluation, de diagnostic porté par des scientifiques (agronomes, pédologues, écologues, etc.) à l’intention de décideurs, de planificateurs confrontés à des diversités de situations qu’ils cherchaient à classer (« quelles sont les potentialités d’une région ? »), à des usages des sols entre lesquels ils devaient arbitrer, etc. Du point de vue des chercheurs qui se réfèrent au statut scientifique de ces notions, cette évaluation était éminemment contingente. Elle est en effet relative à la fois à l’échelle (d’espace et de temps) à laquelle elle est réalisée, au point de vue adopté (selon qu’il s’agit de l’agronome, du pédologue, de l’écologue etc.), aux indicateurs choisis comme pertinents. De ce fait les cartes très descriptives proposant des classements (de zones à « vocations » forestières ou pastorales, par exemple) que les organismes commanditaires privilégiaient leur ont paru très réductrices. La « réification » à laquelle on aboutit ainsi enlève tout intérêt heuristique à ces notions qui sont alors rejetées hors de l’usage scientifique.

13On comprend pourquoi, à cette époque, la « planification écologique » introduite en France en 1971 par Max Falque et Thierry Specker, a suscité la même réticence. La planification écologique prend en compte les composants du milieu et les fonctions qu’ils assurent : fournitures d’eau pure, d’air pur, ensoleillement, qualité du paysage, qualité sonore, aptitude des sols… Cartographiés, ces éléments sont ensuite groupés. Par superposition, la carte fait apparaître des secteurs offrant chacun des qualités, des « aptitudes », des « contraintes » ; ces découpages sont ensuite utilisés dans les documents d’aménagement, par exemple les SDAU (Schémas Directeurs d’Aménagement et d’Urbanisme) pour appuyer une politique de préservation des forêts périurbaines et des espaces verts. Dans la mesure où elle aboutissait à une affectation déterministe des espaces, cette démarche ne s’est pas diffusée dans le milieu des chercheurs.

14En somme, la perte de plasticité introduite par l’usage « technocratique » de ces notions les a disqualifiées ; exclues du champ scientifique, elles ont été reléguées dans celui de l’opérationnel et du normatif.

3. Une redécouverte progressive grâce aux recherches interdisciplinaires

15Aussi, dans les recherches engagées dans les années 70 autour des programmes interdisciplinaires (sur la France en particulier), ces trois termes sont employés avec parcimonie et organisent rarement les problématiques des programmes. En effet, dans les attitudes initiales des chercheurs de cette époque, on trouve un refus du fatalisme (et du déterminisme géographique, pédo-topo-climatique) qui a conduit à l’inégal développement et à l’état des ces régions (marginales, de montagnes ou fragiles) sur lesquelles ces programmes se déploient précisément (Corse, Briançonnais, Pyrénées, Camargue, vallée de la Plaine…).

16De même, du côté de l’agronomie, la priorité est de plus en plus donnée à la notion de diversité Gollivet, 1988), ce qui entraîne l’élimination du terme de « vocations ». Puisque dans des conditions semblables, les résultats sont différents, on se méfie de l’idée de « contrainte », et l’on croit éviter le normatif en parlant en termes d’« aptitude », de « suitability ».

17Mais, peu à peu, à la fois par des chemins internes aux disciplines et par la confrontation interdisciplinaire, les notions, liées, deviennent des mots stratégiques, retrouvent une valeur heuristique. Il n’est pas aisé de rendre compte de cette progression, car elle n’est pas toujours explicite et prend des aspects très divers. D’abord, soit naïvement, soit en cherchant à dépasser l’attitude de rejet, un travail critique s’engage sur ces termes et permet alors d’en retrouver le sens.

18Il en est ainsi du terme de « ressources ». En voulant rendre compte de l’évolution « des rapports que la société entretient avec la nature », Bernard Picon (1978) l’utilise abondamment dans la signification que lui donnait la géographie. Il montre que l’histoire de la Camargue est celle d’affrontements entre différents acteurs économiques pour valoriser certains des éléments de ce milieu naturel : la terre (ou la « Camargue fluvio-lacustre ») et la lagune (ou la « Camargue laguno-marine ») ; autrement dit qu’il s’agit purement et simplement de conflits pour la définition même des « ressources » que l’on peut en tirer.

  • 5 Cf. programme « Alsace-Eau », PIREN-Durance, SRAF-SODETEG-Corse, etc.

19Dans certains programmes, les « ressources » en eau, les « ressources » pastorales sont évaluées par rapport à des objectifs (eau agricole, eau potable, pâturages à brebis laitières, à génisses à l’entretien…)5 et en tenant compte des transformations qu’elles peuvent subir (méthodes de traitement des eaux, digestibilité d’une ration, interactions intraruminales entre éléments grossiers et azote...). Elles sont alors définies par rapport à leur utilisation, voire même à leur valorisation, c’est-à-dire que leur valeur ou même leur statut sont contingents de leur éventuelle transformation ; c’est bien le sens qu’elles trouvent dans la théorie économique.

  • 6 Cf, zonage agro-sylvo-pastoral de la Corse, Bases de l'aménagement agricole de l'Alsace, Action con (...)

20De même, il a pu être question « d’inventaires des ressources », c’est-à-dire de caractérisation de leur état à un moment donné dans le but de faire des cartes (des « ressources » en eau, des « ressources » en herbe...) souvent réalisées d’un seul point de vue disciplinaire et destinées à compléter le tableau des « potentialités » afin de fournir les bases du développement et de l’aménagement6.

21Mais ces recherches ont débouché très vite sur le double constat suivant. Ces états sont rarement figés, ils subissent des dynamiques propres et ils sont l’objet de transformations volontaires du fait des itinéraires techniques qui sont appliqués sur les dites ressources. Ces états en outre n’ont pas le même sens, ni les mêmes caractéristiques selon les finalités qu’il est possible de donner à une même « ressource ».

  • 7 Cf. ci-dessous Olivier Godard, Bernard Hubert et Geneviève Humbert, « Gestion, aménagement, dévelop (...)

22Aussi, en est-on venu à utiliser le terme de « gestion des ressources », en particulier des ressources dites renouvelables. ; C’est-à-dire de pilotage par l’homme de l’utilisation de ces ressources, mais également du renouvellement de ces capacités d’utilisation. L’« état » n’est plus alors qu’un moment et l’objet d’intérêt et de recherche se déplace de la caractérisation de cet état vers les pratiques de gestion7.

4. Des sens qui se précisent

  • 8 Cf. ci-dessus Jean-Pierre Deffontaines, « l'Agronomie : discipline et interdiscipline », p. 93.

23Parfois la critique de ces concepts, a conduit à un relatif progrès dans la précision de leur sens. C’est assurément le concept de « potentialité » qui, parce qu’il exprime le plus l’intentionnalité d’un discours portant sur les relations entre l’homme et les ressources naturelles, a fait l’objet du plus grand nombre de réflexions, voire de mises au point. Chez les agronomes engagés dans les recherches interdisciplinaires, la remise en cause de la vision déterministe s’est faite à travers ce terme. Elle a produit un véritable déplacement disciplinaire et une réflexion avec plusieurs points de vue sur les « valeurs » du réel qui ne sont plus ainsi données en soi, mais perçues de manière relative8. Elle a finalement débouché sur un travail sémantique de redéfinition d’une terminologie.

24Une illustration peut en être fournie par le travail réalisé dans le cadre des programmes « Causses et Vosges » (Auricoste et al., 1983). Une analyse du concept de « potentialité » y est proposée, les auteurs intégrant successivement les « contraintes » dérivant du sol et du climat, puis les conditions d’exploitation du point de vue technique, enfin les objectifs des exploitants (sans présumer pour autant de la maîtrise et du savoir-faire de l’exploitant). Il s’agit en fait du passage d’un objet simplifié et réduit à un objet complexe, représentant les conditions réelles des pratiques agricoles. Sont ainsi distinguées :

  • Les potentialités pédoclimatiques : ce sont les couverts végétaux qui expriment toutes les capacités de production ; ces potentialités peuvent se représenter à toutes les échelles, de la station à de vastes portions de territoires. Il s’agit d’un déterminisme lourd, de type « nature ».

  • Les potentialités techniques : elles prennent en compte la possibilité de réaliser certaines séquences d’opérations techniques (faisant intervenir la topographie par exemple) ; ces potentialités s’expriment à des échelles plus détaillées, pertinentes pour la réalisation des pratiques. Il s’agit de déterminismes prenant en considération les actions de l’homme et leurs modalités.

  • Les potentialités agricoles : le terrain est alors considéré comme faisant partie d’un système parcellaire constitutif d’une exploitation agricole ; la production est liée aux possibilités et aux besoins de systèmes de production, eux-mêmes susceptibles d’évoluer et de se transformer ; on peut les repérer et les classer à l’aide de typologies. Les potentialités s’expriment sur des portions d’espaces restreintes (les parcelles) ; c’est par extrapolation que l’on peut passer à des projets de développement ou d’aménagement. Il s’agit de déterminismes prenant en compte les usages et les facteurs sociaux ; ils nécessitent l’articulation de différents points de vue disciplinaires, couvrant du pédoclimat aux usages.

25Les cartes réalisées caractérisent des zones « iso-utilisables » qui expriment à la fois les séquences techniques possibles, les facteurs pédoclimatiques et topologiques ; elles se lisent en tenant compte des facteurs d’organisation qui caractérisent telle ou telle exploitation. Tout autant que la réalisation de la carte, c’est l’identification des critères de diagnostic utilisés à chaque étape qui participe du travail de recherche (Langlet, 1988).

26On peut aussi citer le travail fait par Sébillotte pour déconstruire (et reconstruire) la notion de « fertilité » qui renvoie aussi bien à la notion de « ressources » qu’à celles de « contrainte » et de « potentialité » (Sébillotte dir., 1989).

5. Une réflexion théorique qui s’engage

27Les zones marginalisées sont, nous l’avons vu, des terrains privilégiés des premières recherches sur l’environnement. Les problèmes théoriques que ces espaces posaient aux chercheurs pour distinguer ce qui était de l’ordre du « déterminisme naturel » et ce qui était de l’ordre du « déterminisme économique » ou « social » et pour désigner les facteurs expliquant les inégalités de développement dont souffrent ces milieux, les ont conduits à revisiter, toujours autour de ces trois concepts, une théorie qui est censée éclairer les phénomènes de localisation des activités productives, la théorie de la rente foncière. La critique de cette théorie dans sa relation avec le questionnement actuel a fait l’objet d’un article de fond (Jollivet, 1978), qui a servi de référence pour plusieurs programmes.

28Dans l’usage qui est fait de cette théorie par les économistes, la rente foncière est ramenée et réduite à la dimension naturaliste des « potentialités ». On y affirme que, grâce au développement des moyens de transport, les évolutions de la localisation des activités sont liées aux « potentialités » différentes des milieux et des sols à partir du moment où ceux-ci sont mis en concurrence les uns avec les autres pour une production donnée.

29Or, l’analyse des « campagnes marginales », « convoitées », « disputées », met en évidence l’importance des structures sociales. Les caractéristiques et l’évolution des systèmes techniques et des structures de production, ainsi que celles des relations existant entre les uns et les autres, sont nécessairement une des composantes majeures de l’explication de l’évolution de la localisation des productions et des activités. Ce point de départ admis, la prise en considération des phénomènes méso et macro-économiques ayant trait aux marchés des produits concernés redevient à son tour explicative et conduit même à un enrichissement de la connaissance des mécanismes économiques de localisation.

30La prise en compte de la diversité tant interne qu’externe, tant économique, sociale et technique qu’écologique, de situations localisées, est une démarche de connaissance indispensable pour rendre compte de la distribution spatiale et du fonctionnement des systèmes de production. Le jeu de la rente foncière s’inscrit nécessairement dans les relations entre ces systèmes régionaux en place, voire même en découle, quand il n’est pas purement et simplement annulé au profit d’une rente de situation technico-économique ou sociale, les notions de « potentialité » et de « contrainte naturelle » perdant alors toute signification économique. Ceci souligne la complexité des interrelations entre caractéristiques des milieux biophysiques, savoirs et savoir-faire, systèmes techniques, structures productives locales, système social local, marchés, État, etc.

  • 9 Cf. programmes « Causses-Cévennes », « Pyrénées ».

31Ainsi, dans la démarche interdisciplinaire, la notion de « potentialité » est remise en question, disséquée, relativisée, précisée ; la multiplicité des facteurs de toutes natures entrant en ligne de compte pour l’appréciation des « potentialités » est mise en évidence, ainsi que la diversité des situations à l’intérieur même d’une région donnée ou d’une région à l’autre pour une production donnée : le schéma explicatif se complique9.

32Le programme « Causses/Cévennes » constitue une tentative d’application à la recherche de cette position théorique. « Peut-on dégager des règles concernant les rapports entre les différentes activités ou formes d’utilisation de l’espace et des ressources naturelles et les complémentarités qui peuvent s’établir entre elles dans l’optique d’une “gestion écologique” des milieux ? Quelles marges de liberté s’offrent ainsi à l’action et à une utilisation rationnelle des ressources naturelles et des milieux ? Ce sont les notions couramment utilisées de “potentialités” et de “vocation” des terres qui sont au centre de la réflexion et de la critique. Il en va de même de la notion de “fragilité” qui doit être précisée et dont l’origine doit être recherchée autant dans l’histoire de l’utilisation des milieux que dans les caractéristiques intrinsèques de ceux-ci… Il s’agit d’inventer des techniques, voire des systèmes techniques, qui gèrent les milieux et les ressources naturelles en même temps qu’ils en permettent une exploitation dans des conditions économiques satisfaisantes pour l’éleveur. Ce souci de concilier prélèvements sur les écosystèmes et reproduction de ces écosystèmes, a produit la notion de “gestion écologique” des ressources naturelles renouvelables pour gérer au mieux les ressources naturelles » (Jollivet, 1986).

  • 10 Cf. ci-dessous M. Barrué-Pastor, « l'Interdisciplinarité en pratiques », p. 353.
  • 11 L'utilisation de ces termes au sein d'une équipe interdisciplinaire peut être éclairée par une anal (...)

33Mais la mise en œuvre d’une telle position n’est pas sans poser des problèmes bien qu’elle retrouve l’usage originel de ces concepts dans certaines disciplines. Son inégal degré d’appropriation par les différents partenaires de la recherche et les relations particulières qu’ils ont avec leur discipline d’origine10 limitent encore la portée théorique de l’utilisation qui est faite de ces termes et donc leur valeur. C’est ainsi que dans ce même programme « Causses-Cévennes », l’analyse détaillée de l’emploi des trois notions dans la publication de synthèse sur le Méjan (Jollivet, 1989)11 révèle la diversité des positions des chercheurs qui ont plus ou moins bien assimilé la perspective commune de la démarche interdisciplinaire. Certains bannissent le terme de « potentialités » que d’autres utilisent, certains utilisent le terme de « contraintes » dans le sens naturaliste qui a pourtant été critiqué collectivement alors que d’autres y incluent toute la complexité explicative préconisée.

34Souvent, comme dans beaucoup de recherches interdisciplinaires, le terme permet de cacher par une expression vague une insuffisante identification des conditions de réalisation d’un phénomène. Beaucoup de disciplines emploient en effet le terme « contrainte » quand il s’agit de prendre en compte des facteurs mal connus et relevant d’autres disciplines. Bref, dans les publications, les recherches interdisciplinaires ne rendent pas pleinement compte de l’avancée théorique qu’implique le bon usage de ces concepts.

6. Des instruments du dialogue entre disciplines et acteurs

35Pourtant ce sont des catégories essentielles d’une pensée pratique de l’interaction homme-milieu. Ces mots ont en effet comme propriété de mettre les esprits en tension, de révéler les différences des discours, de permettre l’affrontement des points de vue sur ce qui est, ce qui risque d’arriver, ce qui est possible. En ouvrant des zones d’incertitude et des jeux de questions, leur fonction est alors d’acculer les chercheurs à entrer dans une argumentation complexe qui n’exclut pas les contradictions et qui donne une valeur au dialogue et à la négociation.

  • 12 L'analyse des différents points de vue sur les risques d'érosion des sols liés à la pratique des dé (...)

36Prenons l’exemple du terme « contrainte » dans l’observatoire « Causses-Cévennes ». Il a fait l’objet d’une véritable bataille entre les différents partenaires de la recherche qui au départ du programme, adoptaient pour des raisons diverses, les points de vue de tel ou tel acteur social12. Analyser les « contraintes » perçues, ou dites, pour cerner ce que l’emploi du terme recouvre, ajuster différemment « contraintes » et « ressources », deviennent alors des enjeux de la recherche elle-même. Ces termes font partie des stratégies des acteurs. Il faut partir des discours qui affirment l’existence de ces « contraintes » ou de ces « ressources potentielles » pour mettre en évidence l’écart entre les affirmations d’une part et, d’autre part, les « potentialités » et « contraintes réelles ». Cette démarche peut parfois conduire jusqu’à la négation d’une « pseudo-contrainte » par la preuve apportée du caractère contingent, voire erroné, de ce qui n’est souvent qu’un point de vue de l’instant par rapport à l’ensemble des dynamiques en cause. Inversement, la volonté des chercheurs de mettre en œuvre la notion de « potentialité » en démontrant, par exemple, la possibilité d’augmenter les « ressources », peut modifier la représentation des « contraintes » et les pratiques de certains acteurs.

37On voit bien alors que ce terme est essentiel dans toute négociation ; c’est-à-dire qu’ici également l’objet de recherche peut se déplacer d’une tentative d’objectivation des « contraintes » vers l’observation et l’analyse des pratiques des acteurs, dans leur dimension technique (comment on contourne une « contrainte ») aussi bien que sociale (comment on utilise les « contraintes » pour définir les valeurs et comment on peut en jouer au cours d’une procédure de négociation).

38Avec ces notions, et surtout celle de « potentialité » la recherche reprend à sa charge la multiplicité des positions et des enjeux et reproduit ainsi le jeu social. Les confrontations disciplinaires, le jeu parfois contradictoire des hypothèses et des méthodes, sont en adéquation avec les stratégies des acteurs ; l’interdisciplinarité entre les chercheurs correspond à la situation interdisciplinaire de tout acteur. Ainsi, les recherches interdisciplinaires ont montré que ces trois expressions, saisies dans le discours des acteurs, sont révélatrices des rapports que ceux-ci entretiennent avec les ressources naturelles et, partant, elles ont permis de mieux comprendre quel rôle elles jouent quand plusieurs de ces discours se confrontent dans le cadre d’une négociation. Ces deux éclairages devraient permettre aux scientifiques de sortir de l’ambiguïté liée à la recherche d’une objectivation pour admettre que l’usage de ces termes est éminemment lié aux acteurs qui les emploient, et que leur polysémie dépend ainsi de la pluralité des perceptions et des enjeux. Il s’agit d’une remise en question d’une certaine « rigidité naturaliste » reconnue à partir d’une évaluation externe (des chercheurs, des techniciens) pour déplacer l’objet des recherches vers les relations entre les acteurs et leur environnement « naturel ».

39Les liaisons entre ces trois concepts en sortent éclairées : les « potentialités » peuvent ainsi exprimer le champ des utilisations possibles de certaines « ressources » sous les « contraintes » liées aux objectifs qui ont été définis pour un projet donné, C’est donc alors ce dernier point qui conditionne l’ensemble : des « ressources », des « contraintes », des « potentialités » pour qui et pour quoi faire ? Il reste à exploiter, à travers une démarche interdisciplinaire, les ouvertures qu’un tel point de vue offre à la recherche, à condition de s’y tenir fermement.

Bibliographie

Auricoste Caroline, Deffontaines Jean-Pierre, Fiorelli J.-L., Langlet Alain, Osty Pierre Louis, (1983), Friches, parcours et activités d’élevage. Points de vue d’agronomes sur les potentialités agricoles, Paris, INRA, 55 p.

Bertrand Georges (1991), « la Nature en géographie, un paradigme d’interface », Géodoc, n° 34, 16 p., biblio.

Boiffin Jean, Sebillotte Michel (1982), « Fertilité, potentialité, aptitudes culturales ? Signification actuelle pour l’agronomie », in Fertilité et agriculture, Paris, BTI/ministère de l’Agriculture, pp. 370-372, 345-353.

Bonnemaire Jean, Deffontaines Jean-Pierre (1978), Une approche des facteurs déterminant les systèmes de production de viande bovine en liaison avec le territoire, éléments pour une géo-zootechnie, Dijon/Versailles, ENSSAA/INRA, 28 p. + cartes.

Dubesset Pierre (1972), « Choix agricoles et caractères du climat dans la région du Rhône moye », R.G.L., n° 3, pp. 137-165 et n° 4, pp. 297-326.

Fel André (1954), « Problèmes des limites entre les systèmes d’élevage, exemples tirés du Massif Central françai », B.A.G.F., n° 243-244, pp. 97-103.

Jollivet Marcel (1978), « Rente foncière et gestion des ressources naturelles : quelques remarques sur la rente foncière dans une perspective interdisciplinaire », Études Rurales, n° 71-72, juillet-décembre, pp. 257-274, biblio.

Jollivet Marcel (1986), « Un programme interdisciplinaire de recherche : l’observatoire Causses-Cévennes », in Vivre en Sud-Lozère, Paris, CREP, 140 p., pp. 25-29.

Jollivet Marcel, dir., (1988), Pour une agriculture diversifiée, Paris, L’Harmattan, coll. « Alternatives Rurales », 336 p.

Jollivet Marcel, dir., (1989), « Être éleveur sur un Causse : le Méjan », Annales du Parc National des Cévennes, t. 4, Florac, 280 p.

Langlet Alain (1988), « l’Évaluation des potentialités agricoles des terrains de parcours sur le Causse du Larzac. Intérêt de la notion de point de vue pour structurer approches et échelles différentes », in De la touffe d’herbe au paysage, Paris, B. Hubert et N. Girault, éd., INRA, pp. 41-65.

Lefeuvre Jean-Claude (1989), « l’Écologie ne peut plus être une réflexion sur la nature », in Du rural à l’environnement, Paris, ARF Éditions/l’Harmattan, pp. 23-30.

Long Gilbert (1985), « Phyto-écologie et aménagement rural », in Fondements rationnels de l’aménagement du territoire, Paris, M. LAMOTTE, dir., Masson, pp. 57-97.

Picon Bernard (1978), l’Espace et le temps en Camargue, Arles, Actes Sud, 231 p. (réédition, 1988).

Pinchemel Philippe et Geneviève (1988), la Face de la terre, Paris, A. Colin, 518 p.

Sebillotie Michel, dir., (1989), Fertilité et systèmes de production, Paris, INRA, 369 p.

Turc Louis (1972), « Indice climatique de potentialité agricole », Bulletin des sciences du sol, n° 2, pp. 81-102.

Notes

1 On pourrait dire aussi de l'usage « normal » de ces notions dans la logique propre à chacune des disciplines évoquées et en dehors de toute influence de l'interdisciplinarité ; les citations qui suivent ont été choisies pour illustrer la définition archétypale de ces notions dans ces disciplines.

2 Cf. ci-dessus Nicole Mathieu, « Géographie et interdisciplinarité : rapport naturel ou rapport interdit ? », p, 129.

3 Le terme de « Raubwirtscbaft » (économie de pillage) est employé par Friedrich Ratzel dans les années 1880.

4 En mettant à part la géographie physique appliquée à l'aménagement et la géographie tropicale.

5 Cf. programme « Alsace-Eau », PIREN-Durance, SRAF-SODETEG-Corse, etc.

6 Cf, zonage agro-sylvo-pastoral de la Corse, Bases de l'aménagement agricole de l'Alsace, Action concertée Briançonnais, Formations pâturées d'altitude, etc. Actuellement, cette recherche d'expression et de cartographie des « potentialités » paraît moins mobiliser les chercheurs, mais elle pourrait rapidement revenir à la mode, car le concept de « potentialité » est attrayant pour les décideurs. Il ne faudrait pas alors qu'il perde la complexité qu'il a regagnée à travers les recherches interdisciplinaires.

7 Cf. ci-dessous Olivier Godard, Bernard Hubert et Geneviève Humbert, « Gestion, aménagement, développement : mobiles pour la recherche et catégories d'analyse », p. 249.

8 Cf. ci-dessus Jean-Pierre Deffontaines, « l'Agronomie : discipline et interdiscipline », p. 93.

9 Cf. programmes « Causses-Cévennes », « Pyrénées ».

10 Cf. ci-dessous M. Barrué-Pastor, « l'Interdisciplinarité en pratiques », p. 353.

11 L'utilisation de ces termes au sein d'une équipe interdisciplinaire peut être éclairée par une analyse détaillée de leur emploi dans les publications de l'équipe « Causses-Cévennes » regroupées dans le numéro spécial des Annales du Parc National des Cévennes (Jollivet, 1989). On y trouve des articles de géographes, de géomorphologues, d'agronomes, d'écologues, d'économistes et de sociologues. « Ressources » et « contraintes » sont citées une quarantaine de fois chacun ; « potentialités » ne l'est que trois fois, mais si on y ajoute « potentiel », « possibilités » et « capacités », on arrive à vingt citations. Une analyse fine montre que chacun des spécialistes utilise ces termes dans des sens différents et les combine de façon extrêmement variable.

12 L'analyse des différents points de vue sur les risques d'érosion des sols liés à la pratique des défrichements qui a servi de point de départ à la problématisation d’une des questions de recherche, illustre bien ce point : pour les responsables du Parc national des Cévennes, ces risques étaient importants du fait des « contraintes » des pentes et des sols, point de vue partagé par certains chercheurs au départ ; pour d'autres, ils ne devaient pas être pris en compte parce que les « contraintes » économiques pesant sur les éleveurs étaient encore plus grandes, point de vue partagé évidemment par plusieurs éleveurs, etc.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable