Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Deuxième partie. Notions

Le paradoxe du paysage

Monique Barrué-Pastor, Chantal Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines

Texte intégral

1Le terme de « paysage », dans son acception la plus banale, désigne la « partie d’un pays que la nature présente à l’observateur » (Robert). Il est évident qu’une telle définition ne permet en aucun cas de rendre compte de l’extrême polysémie du terme, dans ses utilisations scientifiques, ni de la multiplicité des fonctions qu’il joue dans la recherche et la diversité des méthodes d’analyse qu’il suscite. Le terme est reconnu comme ambigu par la plupart des chercheurs qui l’utilisent. Il est pourtant de plus en plus utilisé et s’avère une notion indispensable tout à la fois sur un plan strictement écologique lorsque l’on veut intégrer les unes aux autres les composantes proprement écologiques et les composantes sociales de l’action de l’homme sur les milieux et les ressources. Telle est la singularité, et pour tout dire, le paradoxe auquel on est confronté lorsqu’on a à l’utiliser. Éclaircir ce paradoxe, voilà ce que ces lignes vont tenter.

2Le flou sémantique de ce terme est d’autant plus grand qu’à partir des années 60, il a connu une véritable vogue, envahissant le langage commun et le discours usuel sous la montée des préoccupations environnementalistes. Le paysage est devenu objet de politiques publiques. Le paysage matériel, considéré sous ses aspects formels, voire esthétiques, devient le support d’une résistance symbolique qui l’érige en emblème de l’identité régionale et ceci d’autant plus qu’avec la décentralisation, le paysage n’est plus uniquement une affaire d’État, mais est passé dans le champ d’action des collectivités locales. Cette extension de l’usage et de la fonction du terme « paysage » est présente dans de nombreux programmes interdisciplinaires, où son emploi « savant » se multiplie ; soit en filiation avec certaines traditions disciplinaires, soit avec un sens nouveau. En effet, si le paysage reste un thème classique de la recherche géographique depuis Vidal de la Blache, il a par ailleurs rapidement pénétré le champ de l’agronomie (coll. INRA-ENSSAA, 1977), puis progressivement celui de l’écologie (Baudry, 1985 et 1986), de la sociologie, de l’histoire (Archéologie du paysage, 1978), et enfin du droit.

3Le fait que le paysage occupe une place croissante dans le discours social a conduit certains chercheurs (et en particulier des sociologues) à l’écarter comme notion utilisable pour l’analyse et à en faire au contraire une catégorie « idéologique » à analyser comme une simple catégorie du discours d’acteurs sociaux. Le paysage est alors vu comme une entité purement symbolique, expression d’enjeux purement sociaux. À l’inverse, d’autres programmes interdisciplinaires sont bâtis autour d’une notion de paysage renvoyant à la réalité physique, écologique et géographique qui est à la fois la réalité produite (et détruite) par l’action de l’homme et celle sur laquelle cette action s’appuie. On assiste alors à une entreprise de construction d’un objet d’analyse en soi, considéré comme un niveau d’intégration propre et pertinent pour la recherche (cf. travaux de Chantal Blanc-Pamard à Madagascar et V.41). Dans l’état actuel des recherches, peu de rapport direct a été établi entre les deux points de vue, qui continuent la plupart du temps à s’ignorer, voire à s’exclure : on retrouve là, énoncé en d’autres termes, le paradoxe du paysage.

1. Place de l’analyse du paysage dans le déroulement des recherches

4La polysémie du terme pose de nombreuses questions ayant trait au rôle du paysage dans l’évolution des disciplines, aux trajectoires de ses diverses définitions, aux évolutions de son usage et des méthodes utilisées pour l’analyser, y compris chez un même chercheur. On se contentera ici de mettre en évidence plusieurs caractéristiques générales de la place de l’analyse du paysage dans le déroulement des recherches concernées par cet ouvrage.

5On notera d’abord que le paysage est beaucoup moins présent dans ces recherches que ne le suggèrent leurs titres. Le terme peut apparaître souvent utilisé de façon incantatoire. Mais il faut dire que cela a aussi une signification, la notion de paysage organisant l’analyse sans que le terme soit utilisé. On reviendra sur ce point. Par ailleurs, l’apparition du paysage dans les recherches est relativement tardive (on peut la situer aux alentours de 1975). Dans les premiers programmes interdisciplinaires, on parle de structures agraires, d’espace, de milieux naturels (éventuellement qualifiés d’« anthropisés »).

6Enfin, la place et le rôle du paysage dans les recherches sont extrêmement variables. On peut, de façon très schématique, distinguer quatre types d’usages qui en sont faits :

71. Le paysage est tout à la fois outil de reconnaissance et initiateur d’une recherche interdisciplinaire. Il contribue à une explicitation des points de vue et d’une problématique commune qui intègre la relation nature-société. Il aide également à la définition des niveaux d’analyse et à la reconnaissance de lieux où seront menées des analyses fines, mais il disparaît dans les travaux ultérieurs. C’est le cas par exemple des programmes « Briançonnais » et « Espaces fourragers et aménagement dans les Vosges » [V.4.1.].

82. Le paysage est au contraire présent à tout moment dans le déroulement de la recherche ; il introduit une dimension spatiale qui est constitutive de la démarche de recherche. Il est tout à la fois objet même de la recherche et outil véritable de recherche. Il permet ainsi une articulation entre les échelles d’analyses des diverses disciplines et, par là même, une confrontation des points de vue disciplinaires. Il en est ainsi dans les programmes « Corse » [V.35.], « Vosges » [V.4.]…

9Cette utilisation de la notion de paysage peut être plus ou moins élaborée ou proche du sens commun et plus ou moins explicite ou souterraine : le paysage peut être utilisé comme moyen de construire des hypothèses mais sans que le terme soit utilisé. Elle prend aussi plusieurs formes sur lesquelles on reviendra ci-dessous.

103. Il peut même être récusé comme notion analytique. On a déjà évoqué ce point. Il en va notamment ainsi chez les sociologues ; pour qui le paysage est une simple construction sociale, fondée sur des représentations propres à plusieurs groupes sociaux et objet d’enjeux sociaux (à travers des finalités tant symboliques que productives) entre ces groupes. Le terme de paysage est alors évacué non seulement en raison du caractère flou de ses définitions, mais surtout par souci de prendre du recul par rapport à une demande sociale, au demeurant souvent conflictuelle, qui est précisément formulée en termes de paysage. On lui préfère les notions de « milieu », ou d’« espace » qui sont supposées permettre une approche plus « objective » des mécanismes sociaux de transformation à l’œuvre. On peut considérer que derrière ces termes, on retrouve en fait « en creux » la notion de paysage telle qu’elle a été comprise ci-dessus. On pourrait parler d’une influence « occulte » de cette notion [V.34., V.20.].

11En ce qui concerne l’économie et l’anthropologie pour l’emploi de la notion de paysage qui reste très marginal, le problème se pose différemment. Lorsque l’économie est associée à l’agronomie [V.4. ; V.5.] ou à l’écologie [V.23.], le paysage donne matière à une inter-disciplinarité élargie ; sinon il a tendance à prendre une forme abstraite et à rejoindre la notion de bien collectif. Pour l’anthropologie, il renvoie à celle de bien patrimonial. Une exception toutefois : l’association récente entre ethnologie et économie (Lizet et de Ravignan, 1987).

124. Le paysage joue un rôle à l’issue de la recherche. Il peut alors être considéré à la fois comme un produit et comme un catalyseur de l’interdisciplinarité dans la mesure où il s’avère un moyen commode pour articuler les résultats de recherches menées à différentes échelles ou dans des unités spatiales différentes, pour les spatialiser, les rendre opératoires et les communiquer. La carte est alors un support pédagogique complémentaire et efficace. Cependant le paysage n’intervient pas comme outil de recherche. On peut citer à titre d’exemple les unités de paysage élaborées dans le cadre du programme de recherche sur les conditions des choix des techniques agricoles dans une petite région des Vosges qui sont proposées une fois la recherche achevée aux agents du développement agricole pour favoriser la diffusion des résultats par zone [V.4.].

2. Le paysage en tant qu’outil pour la connaissance

13Sans vouloir sous-estimer l’intérêt du recours à la notion de paysage dans les seules phases initiales ou finales de la recherche, qui introduit une incontestable contrainte à l’interdisciplinarité, on voudrait revenir plus particulièrement sur les modalités de son utilisation comme véritable outil pour la reconnaissance. On en distinguera trois, selon que le paysage est utilisé pour :

141. L’analyse des pratiques (notamment agricoles) dans l’espace, à l’aide d’indicateurs visuels. Le paysage peut être vu comme un support des facteurs qui interviennent sur les pratiques qui s’y déroulent, par exemple, l’étagement des modes d’utilisation agricole de l’espace le long des versants andins et himalayens [V.11.]. Ou comme le produit des pratiques. Ce sont les marques visibles de ces pratiques que l’on observe ou les traces des pratiques disparues. Par exemple des systèmes de rigoles dans la vallée de la Plaine [V.23.], ou bien encore du passage d’une horticulture à un élevage extensif sur les terrasses envahies par le maquis en Castagniccia [V.35.].

152. Le repérage et la lecture de structure spatiale c’est-à-dire de structures dans l’espace signifiantes à l’égard de la question posée. Il s’agit d’une analyse des formes dans le paysage qui débouche sur la définition d’unités de paysage. Elles se distinguent par leurs contrastes, se répètent, s’emboîtent ou encore se superposent. Les termes de parcelles, secteurs, zones, quartiers, terrains, terroirs, maillage, témoignent de recherches de partitions de l’espace selon des points de vue variés. Les chercheurs qui participent à de telles démarches (géographes, agronomes et plus récemment écologues) sont en quête de structures spatiales fonctionnelles qui ne trouvent pas forcément de relations entre elles [V.7. ; V.5. ; V.4. ; V.30.].

163. La recherche de modèles spatiaux en référence à des systèmes, à des fonctionnements techniques, écologiques, économiques ou sociaux :

  • a) soit par la mise en relation des structures spatiales visibles des diverses unités de paysage. Ces modèles simples (co-localisation de deux occupations du sol) ou complexes (modèle d’un finage ou d’un espace pastoral) suggèrent des modes d’organisation.

    • 1 PAR : Plan d'Aménagement Rural. POS : Plan d'Occupation des Sols. SDAU : Schéma Directeur d'Aménage (...)

    b) soit par la mise en relation de formes inscrites dans le paysage avec des formes non inscrites telles que des unités de fonctionnement écologiques (écosystèmes) ou économiques (exploitations agricoles ou bassins de ramassage) ou administratifs (communes ou petites régions agricoles ou unités statistiques) ou zones d’intervention (PAR, POS, SDAU, OGAF1…) ou encore des flux (comme des déplacements de matières, de troupeaux, d’informations…).

17Cette confrontation entre formes inscrites et non inscrites dans le paysage est source de connaissance et de compréhension et débouche sur des informations utilisables pour la gestion et l’aide à la décision en matière de développement et d’aménagement du territoire. On peut considérer que le paysage est ici un moyen de mise en relation des résultats de recherches mobilisant des indicateurs, des échelles et des unités d’organisation différentes. Qu’il s’agisse du paysage, production spatiale des systèmes d’activités, ou bien du paysage considéré comme un système écologique, dans tous les cas il est utilisé pour la modélisation.

18Ces recherches, qui essaient d’articuler différentes unités d’organisation, privilégient trois types de dimension en associant chaque fois des disciplines différentes. Quand la dimension sociale prime, il s’agit d’unités de gestion pilotées : la place principale est faite à l’acteur (par exemple l’exploitant agricole). La zootechnie, la géographie et la sociologie peuvent être associées à l’architecture (Barrué-Pastor et al., 1987) [V.7.B.]. Quand c’est la dimension écologique qui domine, c’est l’écologie et l’agronomie qui sont le plus souvent partenaires, notamment dans les recherches sur la genèse paysagère [V.23.].

19Lorsque la dimension physionomique prime, les rencontres entre les disciplines sont extrêmement multiformes, notamment entre agronomes et pédologues (dans les problématiques d’aménagement des espaces fourragers) mais aussi entre géographes et pédologues (Mexique). On peut observer une extrême diversité dans les points de vue retenus et, en conséquence, dans les associations disciplinaires suscitées :

  • recherches des :
    • correspondances entre les unités de découpage du paysage du paysan et du scientifique comme cela a été fait le long de transects à Madagascar (Blanc-Pamard, 1986) ;
    • relations entre des unités de paysages et des types d’exploitations (« Vosges » [V.4.], « Corse » [V.35.], « Pérou » [V.11.]) ;
    • rapports entre des unités de paysage et des circuits de troupeaux (« Alpes » [VI.5.], « Pyrénées » [V.7.A.]) ;

  • confrontation de points de vue de l’architecte, du sociologue et du géographe sur les structures du paysage (programme « Bâtiments d’élevage » [V.7.B.]) ;

  • tentative pour restituer une image globale des systèmes étudiés (comme dans le film : « Pays, paysans, paysages » portant sur les Vosges [V.4.], etc.).

Étude d’un système agraire de la montagne corse : la Castagniccia [V.35]

Fonction générale du paysage
Contribution à l’étude d’un système agraire.

Fonctions particulières
1. Reconnaissance régionale, une contribution à un ajustement interdisciplinaire de la problématique et au choix des niveaux clés d’analyse

  • 2 « Pratiques d'élevage en Castagniccia », op. cit., p. 99.

Le tour de pays
« Le tour de pays est une reconnaissance pluridisciplinaire de la région qui s’est déroulée au début de la recherche au niveau du massif. Aux données bibliographiques et aux analyses cartographiques s’ajoutent, au gré d’itinéraires variés, des observations et des enregistrements paysagiques et des témoignages divers. Cette démarche exploratoire, faite collectivement, paraît fondamentale car ce premier contact avec un paysage, l’esprit n’étant pas guidé par le souci d’observer un aspect particulier, fournit un ensemble de questions qui, une fois organisées peuvent être à l’origine de diverses pistes de recherches et du choix des niveaux. C’est le tour de pays qui a montré l’intérêt d’une analyse au niveau des villages et de leur terroir » (Deffontaines et al., 1982).
2. Caractérisation des pratiques d’élevage à l’aide d’indicateurs visuels : typologies
Les « systèmes de pratiques » d’élevage
Trois techniques sont retenues pour discriminer les élevages : la surveillance des animaux aux périodes critiques (saillie, mise bas, sevrage, maladie…), l’alimentation et l’action directe de l’éleveur sur le territoire. En combinant les manières de procéder (trois modalités par technique) on obtient neuf possibilités ; seules six sont observées qui sont appelées systèmes de pratiques : la cueillette, la cueillette et la surveillance, la cueillette et la supplémentation, la cueillette et le pâturage aménagé, la cueillette et la conduite directive, le pâturage aménagé et la conduite suivie.
Paysage des systèmes de pratiques (SP)
« Chaque SP façonne le territoire et laisse des traces spécifiques plus ou moins pérennes, si bien que l’on peut parler du paysage d’un SP. Ces traces sont des éléments du milieu dont on ne saisit la signification que lorsqu’on connaît les SP ; en retour, elles représentent autant d’indicateurs visuels des SP utilisés » (Christofini et al., 1978).
3. Recherche d’une structure spatiale du massif en unités de paysage et mise en relation de ces unités avec des systèmes de pratiques. Analyse des logiques de localisation des systèmes de pratiques et des interactions entre eux
Les systèmes de pratiques dans le massif
« Pour comprendre la diversité des SP, il faut introduire également des faits géographiques comme le relief, les distances, le paysage. À chaque grand type de relief correspond un ou un ensemble de SP, ce qui permet de dresser une carte indiquant leur répartition dans le massif. À l’échelle du terroir, des interactions entre les SP apparaissent en relation avec la distance qui les sépare. Enfin, l’observation physionomique du territoire met en lumière des interactions entre les divers SP et le paysage »
Les systèmes de pratiques dans le terroir des villages
« En montagne la culture est très ponctuelle. Lorsqu’un éleveur veut mettre en culture, il doit donc se “protéger” des autres éleveurs : il est en opposition avec le milieu environnant. De plus, les éleveurs de ce type s’installent généralement sur des replats, peu nombreux en altitude. Compte tenu des avantages proposés par la Société de mise en valeur de la Corse (SOMIVAC) pour leur aménagement, n’y a-t-il pas rapidement concurrence dans l’utilisation de ces terrains plats ? »2.
« L’aménagement d’une châtaigneraie pour la récolte de châtaignes de bouche, de farine ou de marrons de confiserie se fait au détriment d’un élevage de porcs conduits selon les SP de cueillette » (Christofini et al., 1978).
4. Repérage des dynamiques et contribution à l’élaboration de scénarios. Effet et conséquences des pratiques sur le milieu
Pérennité des systèmes de pratiques
« Les dispositifs qui caractérisent les usages antérieurs du territoire, tels que les chemins, les sources, les terrasses, les canaux d’irrigation, se détériorent, soit par manque d’entretien, soit directement par l’effet des animaux. Cela est particulièrement vrai dans le cas des élevages de porcs menés, selon les SP de type cueillette où la châtaigneraie n’est jamais entretenue, taillée, traitée. Aussi le potentiel productif diminuant, ces SP seront-ils amenés à évoluer »…
« Nous ignorons, par exemple, l’évolution à terme d’un type de végétation utilisé dans le cadre des SP cueillette avec des chèvres, des bovins, des porcs ou une combinaison de ces espèces » (Chris-tofini et al., 1978).
5. Diagnostic visuel des opérations de développement et d’aménagement. Proposition d’unités spatiales d’intervention
« On peut prendre à titre d’exemple, parmi les actions de développement peu nombreuses et récentes engagées dans cette région de montagne, les interventions pour la Renaissance de l’Agriculture de Montagne (IRAM) de la SOMIVAC. Celle-ci propose, entre autres, des actions techniques, accompagnées d’une aide financière importante pour la mise en valeur d’une portion de territoire ; les subventions se montent à 80 % du prix des travaux exécutés par les entreprises. Ces interventions intéressent les éleveurs utilisant les SP de cueillette et supplémentaires qui sont les mieux à même de valoriser les ressources nouvelles. D’autres éleveurs, notamment ceux qui mettent en œuvre le SP cueillette, ne procèdent pas, malgré ces aides, à de réelles modifications de leurs élevages. Au lieu de profiter du supplément fourrager qui vient d’être créé pour mieux alimenter leur troupeau, ils augmentent souvent l’effectif de ce dernier ; cette attitude se marque dans le paysage par l’enfrichement progressif des parcelles mises en valeur » (Christofini et al., 1978).

3. Conclusion

20On peut dire que la notion de paysage fait l’objet d’une entreprise simultanée de conceptualisation et de reconceptualisation.

21Le paysage n’est toujours pas un concept. S’il est possible de rencontrer une grande diversité d’usages de la notion de paysage en tant qu’outil de la connaissance ou de la construction de problématiques de recherches…, en tant que concept il reste inexistant malgré les tentatives de définition des géographes (Bertrand, 1977, 1978).

22Le paysage est recomposé et réapproprié par les écologues. En effet au cours de ces dernières années, on est passé de « l’écologie dans le paysage » à « l’écologie du paysage » (Lefeuvre et Barnaud, 1988). L’écologie a fait du paysage une forme d’organisation terminale et une échelle spatiale de rencontre avec d’autres disciplines, géographie et sociologie. Cela lui permet d’intégrer les notions d’hétérogénéité et d’interactivité entre les différents écosystèmes (considérés comme mutuellement dépendants) (Blandin et Lamotte, 1988).

23Plusieurs questions essentielles demeurent. L’importance croissante accordée aux facteurs d’anthropisation prend en compte l’homme (quelquefois…) mais considère-t-elle la société ? L’étude des fonctionnements a débouché sur des problématiques en termes d’analyse de processus et d’évolutions… mais la question de l’intégration de l’histoire reste non résolue, notamment l’articulation entre histoire sociale et histoire écologique.

24La polysémie : atout ou handicap ? L’ambiguïté de ce terme qui tient précisément à sa polysémie se retrouve non seulement sur le terrain scientifique, mais aussi sur le terrain politique. Il est intéressant de noter qu’aux fluctuations des justifications scientifiques, qui jouent selon les cas sur la prédominance des sciences de la nature et ou sur celle des sciences de la société, correspondent sur le terrain politique de l’aménagement, les ambiguïtés entre option de « développement » et option de « protection. (Barrué-Pastor, 1987).

25La notion de paysage témoigne des difficultés de l’interdisciplinarité soumise à la fois aux impératifs de rigueur et aux exigences d’une demande sociale et d’une communication élargie. Le paysage est également porteur de toutes les ambiguïtés des relations entre le « fondamental », « l’appliqué » et le « finalisé ».

26Il ressort de cette analyse d’une part que la diversité des recherches sur le paysage est avant tout dépendante de leur finalité, d’autre part que l’interdisciplinarité permet de redonner au paysage une certaine pertinence en tant qu’outil de prospective et d’analyse pour l’aménagement et la gestion des territoires et une plus grande rigueur en tant qu’outil d’acquisition des connaissances. Certes, le paysage reste un terme complexe, aux usages et aux utilisations très différents, mais cette polyvalence et cette polysémie lui donnent la richesse qui constitue paradoxalement un atout pour l’interdisciplinarité.

Bibliographie

« Archéologie du paysage, Actes du colloque », Paris, ENS, mai 1977 in Caesarodnum, Bulletin de l’Institut d’Études latines et du Centre de Recherches A. Piganiol, n° 13, 1978.

Baudry, J. (1985), Utilisation des concepts de « Landscape Ecology » pour l’analyse de l’espace rural : occupation du sol et bocage, thèse de doctorat d’État, Université de Rennes, 487 p.

Baudry, J. (1986), « Approche écologique du paysage », in Lectures du paysage, Foucher éditeur (coll. « INRAP »), pp. 23-32.

Barrué-pastor, M., barrué, M., consola, C. (1987), Bâtiments agricoles et système social, rapport CNRS-comité DMDR, 1987, 619 p. (en cours d’édition CNRS).

Barrué-pastor, M. (1987), « Construction et protection des paysages : les ambiguïtés du développement local et de la loi montagne », Droit et ville, n° 24, 1987, pp. 217-237.

Bertrand, G. (1977), « la “Science du paysage”, une “science diagonale” », RGPSO (« La science du paysage »), vol. 43, n° 2, pp. 127-133,

Bertrand, G. (1978), « le Paysage entre la nature et la société », RGPSO (« Géographie et aménagement »), vol. 49, n° 2, pp. 239-258.

Blanc-pamard C. (1986), « Dialoguer avec le paysage ou comment l’espace écologique est vu et pratiqué par les communautés rurales des Hautes Terres malgaches », in Milieux et Paysages, Y. Chatelin et G. Riou éd., Paris, Masson, 154 p., pp. 17-35.

Blandin, P., lamotte, M. (1988), « Recherche d’une entité écologique correspondant à l’étude des paysages : la notion d’écocomplexe », Bulletin d’écologie, t. 19, 4, pp. 545-555.

Collectif INRA-ENSSAA (brossier, j., brun, a., deffontaines, j.p., houdard, y., osty, p., bonnemaire, j., petit, m., roux, m., tessier, j.- h.) (1977), Pays, paysans, paysages dans les Vosges du Sud, Versailles, Éd. INRA, 192 p.

Christofini et al. (1978), « Pratiques d’élevage en Castagniccia. Exploration d’un milieu naturel et social en Corse », Études rurales, pp. 89-109.

Deffontaines, J.-P., raichon, C., verneuil, B. de (1982), « Chronique d’une recherche. Réflexion sur l’étude interdisciplinaire d’un système agraire de la montagne corse », Agronomie, (3), pp. 257-268.

Lefeuvre, J.-C., barnaud, G. (1988), « Écologie du paysage : mythe ou réalité ? », Bulletin d’écologie, t. 19, 4, 1988, pp. 493-522.

Lizet, B., ravignan, F. de (1987), Comprendre les paysages, INRA, 47 p.

Notes

1 PAR : Plan d'Aménagement Rural. POS : Plan d'Occupation des Sols. SDAU : Schéma Directeur d'Aménagement et d'Urbanisme. OGAF : Opération Groupée d'Aménagement Foncier.

2 « Pratiques d'élevage en Castagniccia », op. cit., p. 99.

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable