Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences de la nature, sciences de la société

 | 
Marcel Jollivet

Première partie. Cadrages

Géographie et interdisciplinarité : rapport naturel ou rapport interdit ?

Nicole Mathieu

Texte intégral

  • 1 Je remercie Monique Barrué-Pastor, Chantal Blanc-Pamard, Tatiana Muxart, Marcel Jollivet et Yves Gu (...)
  • 2 Selon les auteurs cette relation est appelée « rapports homme-nature » ou « rapports sociétés-natur (...)

1Pour comprendre le rapport de la géographie à l’interdisciplinarité (dans la définition que nous donnons à ce terme, à la fois mise en relation des sciences naturelles et des sciences sociales, et mouvement scientifique en cours de constitution et dont le corpus témoigne)1, il ne suffit pas d’observer et d’interpréter les relations de cette science sociale avec les autres dans la période récente où émerge la question de l’interdisciplinarité. C’est que « la géographie, d’une certaine manière est de fondation écologique » (Blanc-Pamard, Sautter, 1980). Les problèmes de l’interdisciplinarité se posent au sein même de cette discipline dont le paradigme principal, pourtant controversé surtout dans certaines de ses phases de développement, est la relation des sociétés à leur environnement2.

2Il faut donc conduire ce bilan d’un double point de vue en considérant d’abord la discipline en soi pour se demander dans quelle mesure ses paradigmes offrent des conditions favorables à l’approfondissement des « rapports société-nature ». Ses acquis tant conceptuels que méthodologiques sont-ils transférables pour traiter des problèmes d’environnement qui se posent aujourd’hui ? Inversement, est-elle apte à intégrer des paradigmes nouveaux ou encore plus extensifs ? En se plaçant ensuite d’un point de vue conjoncturel pour analyser les années 70 ; car évaluer la place que la géographie tient dans les programmes interdisciplinaires implique une analyse de son état dans ce moment particulier de son histoire.

3Car si l’on confronte la place effective que les géographes ont dans le corpus à la place que l’on serait en droit d’attendre, compte tenu des fondements même de cette discipline, le problème est bien de comprendre pourquoi cette place est paradoxalement si faible, pourquoi les rapports des géographes avec l’interdisciplinarité sont aujourd’hui assez tièdes alors même que cette discipline pourrait être en un sens considérée comme un archétype de l’interdisciplinarité sur le front des rapports entre sciences sociales et sciences de la nature. Or résoudre ce problème, c’est précisément faire la part entre ce qui revient dans l’explication à la conjoncture et ce qui tient à des questions de fond qui touchent le fonctionnement même et la progression d’une science (de toute science ?) composite dans son essence.

1. Une discipline potentiellement bien placée

  • 3 Pour illustrer cette position, il suffit de donner l'exemple de la notion de paysage même si son im (...)
  • 4 Le terme de constitutif ne doit pas être confondu avec celui de traditionnel sauf si l'on prend le (...)

4La définition, l’identité d’une discipline, ne sont certes pas séparables de son développement dans le temps, de son historicité. En ce sens la réflexion sur la géographie et sur les rapports qu’elle entretient avec l’interdisciplinarité ne peuvent s’établir sans considérer qu’elle existe selon les époques avec des configurations variables par ses concepts dominants ou par les controverses du moment. Mais au-delà de ces variations historiques, un certain nombre de caractères sont en quelque sorte permanents ou structurels même si leur visibilité est plus ou moins intense dans le temps3. Or ce que nous voulons montrer c’est que certains traits que nous pensons constitutifs4 de cette discipline, qui forment son être, lui donnent une position qui la rend potentiellement apte à figurer en bonne place dans l’interdisciplinarité appliquée aux problèmes d’environnement.

1.1. La relation homme-nature comme paradigme originel

5Dès le milieu du XIXe siècle, au moment où le problème de la définition et de la classification des sciences occupe les meilleurs esprits, l’ambivalence fonde en effet la spécificité de la géographie : « Nous créons une section spéciale pour les sciences géographiques, car la description de la Terre et de ses habitants, embrassant des choses actuelles plus que des choses passées, ne doit pas être comprise dans les sciences historiques ; on ne doit pas la renfermer non plus dans les sciences sociales (Politique, Jurisprudence, Législation, Administration) ; car elle n’a pas pour but que la classification des peuples et des États ; ce n’est pas davantage une des sciences naturelles, puisqu’elle n’a pas pour objet unique de décrire l’état naturel de la surface du globe, quoique ce soit un de ses plus importants travaux. Les sciences géographiques ont donc leur propriété, leur valeur et leur place propres et indépendantes, comme les sciences historiques les leurs, et elles sont avec les sciences économiques, la transition entre les sciences physiques et les sciences morales. » (Eugène Cortambert, 1852, texte choisi par Numa Broc, Pinchemel et al., 1984.

6Ce caractère de « transition » de carrefour on pourrait presque dire « inter-sciences » n’est pas remis en cause à la fin du XIXe siècle lorsque la géographie française instaure sa dimension nationale et internationale avec Vidal de la Blache et son école. La relation homme-nature est toujours son paradigme principal et fonde son unité duale de science naturelle et sociale. La naissance de la « géographie humaine », expression utilisée au début des années 1890 et consacrée en 1903 par un article de Vidal de la Blache publiée dans la Revue de synthèse historique joue un rôle essentiel dans cette affirmation identitaire. Les recherches de Marie-Claire Robic viennent de montrer qu’à l’époque, cette nouvelle branche de la discipline, prend une place aux côtés de la géographie physique dont elle reconnaît la distinction déjà solidement établie par les travaux de De Martonne, mais qu’elle tient à se définir, comme une « science biologique », comme « une branche de la biogéographie », en somme comme une « écologie de l’homme » (Robic, 1990).

  • 5 Sauf dans les années 70 comme nous le verrons en troisième partie.

7Par la suite et bien que la géographie n’ait jamais été une discipline unifiée – elle comporte, comme les autres disciplines, des traditions variées et mêmes contradictoires (Pinchemel et al., 1984) –, on peut affirmer que cette discipline, « entrée en possession de la planète Terre », n’a jamais tout à fait perdu5 cette définition originelle même si les termes (on est passé de l’homme à la société) comme le sens de cette relation (selon qu’on lui donne une définition dominante de science naturelle ou de science sociale) se sont modifiés.

  • 6 Moins souvent dans les années 70 où ce paradigme est contesté.

8Ce paradigme constitutif et la position originale de la géographie parmi les autres disciplines scientifiques sont en effet régulièrement réaffirmés6. Le président de l’Union Géographique Internationale s’exprime ainsi au Congrès de Paris en 1984 : « À la charnière entre les sciences naturelles et les sciences humaines, dans un champ scientifique où se retrouvent la géologie et l’histoire, la géographie (est) passerelle entre les sciences naturelles et les ) sciences sociales » car « tout le monde s’accorde à reconnaître que son principal objet est l’étude de la terre en tant qu’habitat de l’homme… Il en découle que la géographie est l’étude des relations entre l’homme et l’environnement ou qu’elle a trait à ces relations. En tout état de cause, il ne fait aucun doute que son objet n’est ni l’environnement en soi ni l’homme en soi, mais plutôt leurs interactions, de sorte que les connaissances du géographe doivent porter à la fois sur l’homme et sur son milieu (Mabogunje, 1984).

9Ce point de vue est exprimé par des géographes de spécialités diverses : « Si la géographie est une discipline qui étudie un espace organisé par une société et s’inscrit donc dans le champ des sciences humaines, elle est la seule parmi celles-ci à prendre expressément en compte dans son projet le milieu physique » (Marchand 1986, climatologue) ; « La géographie étudie les relations entre la nature et l’homme· (Pinchemel, 1988). Une telle définition aurait dû et devrait donner une position centrale à la géographie dans l’interdisciplinarité.

1.2. Une diversité de positions pour théoriser cette relation

10Décrire, étudier la relation entre deux ordres de phénomènes ne se fait pas sans problématique ou sans un corps théorique minimum.

11La géographie académique s’est fondée au XIXe siècle sur la problématique de la relation causale, milieu → homme. Alexandre de Humboldt en fut la personnalité la plus représentative, lui dont Emmanuel de Martonne disait : « Nul n’a montré de façon plus précise comme l’homme dépend du sol, du climat, de la végétation… Le darwinisme fut le courant scientifique porteur de ces idées avec les concepts explicatifs d’adaptation et d’évolution » (Pinchemel, 1988). Mais outre que cette relation n’a jamais été conçue par les géographes en termes abstraits ou généraux mais en termes d’adaptation plus ou moins organique, harmonieuse ou réussie d’un « homme concret », (d’une société localisée), à une « nature concrète », elle a toujours été fortement débattue et a donné lieu à une diversité de positions théoriques quant à la nature et au sens de cette causalité.

  • 7 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « la Question du déterminisme dans les rapports homme-nature »., (...)

12La théorie dite du déterminisme naturel expliquant les localisations (l’eau et l’habitat) et les comportements des hommes et des « communautés rurales » par des facteurs climatiques, hydrologiques ou topographiques est tout compte fait une position peu répandue et très controversée au sein même de la géographie. On lui reproche l’univocité de la relation de causalité qu’elle privilégie7. L’histoire de la discipline est jalonnée par sa critique : Roger Dion dans sa célèbre démonstration de 1940 sur l’absence de corrélation entre les facteurs naturels et l’« agglomération et dispersion de l’habitat rural dans le nord de la France » (texte cité par Barthélémy, Weber, 1989) ; Pierre Gourou rejetant violemment la pensée de Montesquieu dans sa Géographie humaine et considérant que « les civilisations jouent dans la formation des paysages un rôle plus décisif que les relations entre faits humains et conditions physiques » (Gourou, 1973) ; et plus récemment, lors du débat de l’Espace Géographique consacré au déterminisme, François Durand-Dastès mettant en avant à la fois « la reconnaissance quasi générale de l’échec des modèles explicatfs fondés sur le déterminisme mécaniste du milieu physique sur les actions humaines et les caractères de l’espace géographique » et « la complexité de l’ensemble des options possibles » par rapport au déterminisme (Durand-Dastès, 1985).

13Dans ce débat récurrent, les géographes français par la solide formation historique qu’ils reçoivent et par leur recours à l’« observation de terrain » savent, en général, « éviter les pièges d’un déterminisme outrancier » ; d’ailleurs Lucien Febvre dont la critique du déterminisme est bien connue fait de Paul Vidal de la Blache « le théoricien implicite du possibilisme » (Pinchemel, 1988). Les travaux récents de Daniel Loi (1984) et de Marie-Claire Robic (1990) ont montré, l’un l’étendue, l’autre la variété, des postures de recherche sur la question du rapport homme/nature ou de la causalité au XIXe et au début du XXsiècles. Tandis que le sens de la totalité conduit Élisée Reclus à une théorie « romantique » de ce rapport caractérisé par la solidarité et l’« harmonie », l’action de l’homme allant « vers une réconciliation de l’utile et du beau » la même définition de la géographie conduit Marcel Dubois à une vision utilitaire du « rapport de l’homme avec le sol » : « La recherche de l’influence du milieu ne peut plus être que la recherche, sur toute la surface du globe, des ressources que chaque société, grande ou petite, tire à elle ou expédie au prochain » (texte de 1898 cité par Robic, 1990), la connaissance des lois de la nature étant toute entière tournée vers une finalité productive.

14Par la suite, cette diversité théorique s’enrichit des nuances apportées par la conception· vidalienne déjà évoquée et culmine avec André Cholley qui, tout en restant fidèle à la géographie des « combinaisons » vidalienne la perfectionne en définissant le fait géographique (dans ce cas l’activité agricole) comme un complexe d’éléments empruntés à des domaines différents très étroitement liés pourtant ; éléments à tel oint solidaires qu’il n’est pas concevable que l’un d’eux se transforme radicalement sans que les autres n’en soient pas sensiblement affectés et que la combinaison toute entière ne s’en trouve pas modifiée dans sa structure, dans son dynamisme, dans ses aspects extérieurs mêmes. Cette combinaison, comme la plupart de celles qui sont l’expression d’une activité humaine, est d’ordre à la fois physique, biologique et humaine (Cholley, 1946). Tout récemment les auteurs de la Face de la Terre, font de la relation entre « spatialité » et « naturalité » le noyau central d’une « géographie recentrée ». « Le milieu naturel est spatialisé dans le même temps où l’espace humain est naturalisé. Plutôt que de parler d’une double influence, il est plus juste d’évoquer une double logique et l’intégration éventuelle de cette double logique : l’ajustement de l’humanisation du milieu naturel à la logique de l’espace, l’ajustement de la logique de l’espace humain à la différenciation et aux contraintes géo-écologiques. C’est à ce problème qu’est confrontée l’analyse géographique. Quels sont les effets de cette double logique ? Dans quelle mesure les systèmes spatiaux différencient-ils les caractères de l’humanisation des milieux naturels ? Dans quelle mesure les données naturelles modifient-elles les systèmes spatiaux ? » (Pinchemel, 1988, p. 354).

15Cette interrogation permanente sur la théorisation possible de la relation entre des ordres de fait distincts, l’inertie, le vivant et l’humain, comme est récurrente la question de « l’unité de la discipline » (ce qui n’est pas courant dans la plupart des autres disciplines qui s’accommodent de leurs divisions et les réfèrent plutôt à des questions d’« écoles ») peut donc être considérée comme constitutive de la géographie. Or la mise en relation de logiques (ou de lois) d’ordre distinct est bien un des problèmes centraux de l’interdisciplinarité.

1.3. Des concepts mixtes

  • 8 Entre autres objectifs car le terme signifie pour l'auteur « le sens d'un milieu » et c'est aussi « (...)

16La prédisposition théorique à l’interdisciplinarité est aussi à rechercher dans un certain nombre de concepts clés de cette discipline, concepts dont la plupart figurent sur la liste retenue pour notre propos (contraintes, ressources, potentialités, paysage, système spatial et géo-système, diversité…). Ces concepts ont la particularité d’être, selon l’expression de Georges Bertrand, des « concepts mixtes » (Mathieu, Jollivet, eds, 1989) comportant à la fois une dimension naturelle et une dimension sociale. « À la croisée des champs sémantiques et disciplinaires », ils incarnent l’« interface » société/nature (Bertrand, 1991). Récemment, le terme de « médiance » a été construit par Augustin Berque (990)8 pour rendre compte, entre autres objectifs, de cette nécessaire ambivalence de la conceptualisation en géographie.

  • 9 Par exemple le concept de paysage sans cesse remis en question, soit parce que, privilégiant le vis (...)

17Bien que plus ou moins employés selon les époques, parfois très controversés, voire réfutés9, trois concepts mixtes sont particulièrement importants en géographie : le paysage, la région (ou territoire), le milieu. Ce n’est pas le lieu d’entrer dans l’histoire des contenus et des usages de ces notions, et nous ne retiendrons pour chacune d’elles que les définitions les plus démonstratives de la longévité de cette « mixité » conceptuelle.

  • 10 Cf. ci-dessous Monique Barrué-Pastor, Chantal Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines, « Le Parado (...)

18Le paysage10, pour Camille Vallaux (1870-1945), est déjà une totalité et non une dualité physique et humaine. C’est une partie de la surface terrestre observée par le géographe depuis un « point élevé » permettant de faire un « tour d’horizon », moment fondamental de la description géographique qui fait reconnaître les données « molaires » (observables directement « en masse »). L’observation doit se poursuivre par la mobilisation de connaissances empruntées aux autres sciences et par l’examen des données « moléculaires » (non observables directement : éléments chimiques, forces physiques, etc.). Le géographe groupe alors les données en « complexes » qui ne sont pas forcément matérielles comme la structure agraire. « Le paysage géographique, c’est la description raisonnée, pour un compartiment donné de la surface terrestre, du mécanisme engendré par les trois états de la matière, solide, liquide et gazeux et par les réactions diverses du milieu sur les organismes et des organismes sur le milieu » (Vallaux, 1925, cité par Robic, 1990).

  • 11 Sans parler des travaux d'André Meynier sur les paysages agraires.

19La notion de paysage a été par la suite au centre de la pensée de nombreux géographes, en particulier de celle de Georges Bertrand et de Gilles Sautter11. Plusieurs numéros spéciaux de revue et de nombreux colloques lui ont été consacrés récemment. Mais si nous avons choisi cette définition plus ancienne, c’est pour montrer qu’en dépit de son âge et malgré les modifications postérieures du contenu de sa définition (« la quadrature du paysage » dit Georges Bertrand), la modernité de cette notion réside dans le fait qu’elle intègre, pour tous ceux qui la privilégient, la complexité des dimensions des objets géographiques.

20Le concept de région est également une notion constitutive dont la discussion jalonne l’histoire de la géographie. La « région naturelle » telle que l’a définie Lucien Gallois dans Régions naturelles et noms de pays (1908) désigne une entité complexe qui n’est ni homogène ni homothétique. Pour lui, comme pour Vidal de la Blache, le travail du géographe consiste précisément dans sa capacité à « procéder à une régionalisation complexe d’emblée combinatoire », à exercer une activité chorologique en dégageant des « individualités » d’une portion terrestre, dont le principe d’organisation peut être aussi bien d’ordre naturel que social, une question de polarisation ou de connexité. La notion plus tardive, et surtout plus moderne, de « système spatial » (parfois dénommée « formation spatiale ») n’est pas très éloignée malgré la différence de vocabulaire.

  • 12 En particulier par ceux qui lui préfèrent le terme d'« espace géographique » comme Roger Brunet par (...)

21Enfin la notion de milieu géographique est sans doute un des concepts les plus importants, mais aussi le plus controversé12 de la discipline : La géographie humaine est l’étude des groupements humains dans leurs rapports avec le milieu géographique. affirme A. Demangeon en 1942. « L’expression de milieu géographique est plus compréhensive que celle de milieu physique : elle embrasse non seulement les influences naturelles qui peuvent s’exercer, mais encore une influence qui contribue à former le milieu géographique, l’environnement tout entier, l’influence de l’homme lui-même » (Demangeon, 1941, cité par Pinchemel, 1988). Divisé en trois « complexes » interreliés, le « milieu physique » (ou naturel), le « milieu vivant » (ou biologique) et le « milieu humain » (ou anthropogéographique) par M. Sorre en 1928, ce concept traduit un des objectifs fondamentaux de la discipline : atteindre une connaissance ne « séparant pas ce que la nature rassemble », une intelligibilité des lieux où « la connaissance de toutes les parties est nécessaire à la connaissance de l’ensemble » (Vidal de la Blache, 1905). Si bien que la géographie, science de la totalité de la surface terrestre, est à la recherche de concepts intégrateurs à base de combinaison, complexité, système dont la « région » et le « paysage » sont les « couronnements » (Pinchemel, 1988). Le « milieu géographique » est le produit de l’analyse de la double logique naturelle et spatiale.

1.4. Une formation ambivalente

  • 13 Surtout avant la critique des années 70 qui a provoqué un certain malaise dans l'enseignement de la (...)
  • 14 Rappelons pour mémoire que Philippe Pinchemel fait sa thèse en géographie physique (les rideaux en (...)

22C’est pourquoi, durant sa formation, un géographe doit obligatoirement étudier les aspects « naturalistes » de la discipline (les branches de la géographie physique) et ses aspects sociaux (les branches de la géographie humaine) étant entendu que théoriquement la géographie régionale transcende la division et doit rendre compte des relations entre « spatialité » et « naturalité », entre faits sociaux et configurations physiques. La monographie régionale est, de ce fait, restée longtemps13 l’instrument exemplaire de cette formation, sanctionnant les différentes étapes de l’apprentissage, mobilisant les outils liés à la discipline dont en particulier les outils cartographiques. Les géographes qui font une thèse de géographie physique doivent, jusqu’à la fin des années 60, faire la preuve par leur thèse secondaire qu’ils sont capables de traiter un sujet de géographie humaine et réciproquement14. Mais, même si on constate, nous le verrons par la suite, une dévalorisation de la monographie régionale qui cesse d’avoir une utilité pour ceux qui font de la « véritable recherche », « pointue » et « sérieuse » et alors perd ses lettres de noblesse y compris dans l’enseignement supérieur, le mouvement de remise en cause ne va pas jusqu’à toucher la dualité de l’enseignement de la discipline. Avec ses différentes branches (au contenu mouvant) de géographie physique et de géographie humaine, la formation reste jusqu’à présent ambivalente.

1.5. Des méthodes visant à articuler des phénomènes d’échelle et de nature différentes

23La réflexion sur les niveaux d’organisation et sur l’emboîtement des échelles est une préoccupation constante en géographie de même que la mise au point de méthodes permettant d’analyser des objets par essence composites et dont il faut articuler les dimensions et les logiques différentes (« méthode de groupement » de Vallaux, « combinaisons » de Cholley, « géosystème » de Bertrand, « systèmes spatiaux » et principe d’auto-organisation spatiale d’Auriac et de Durand-Dastès). Cet effort traduit la spécificité des problèmes méthodologiques qui se posent à cette discipline. On doit en effet y trouver des moyens de construire des combinaisons d’éléments hétérogènes (relevant de la biogéographie à l’analyse des acteurs sociaux) ; on doit mettre en relation des niveaux d’analyse allant de la parcelle à l’exploitation agricole, de la région au « système monde ».

24La méthode géographique implique de ce fait, ce qui devrait prédisposer favorablement cette discipline à l’interdisciplinarité, la réflexion sur le problème de la relation de la géographie avec les autres disciplines et les autres connaissances que celles produites par elle-même, dans la mesure où la mobilisation de ces autres savoirs est incluse dans la définition de la discipline elle-même. Ainsi Demangeon met en avant la notion de « base territoriale des groupements humains » car « c’est précisément la considération de ce lien territorial qui différencie la méthode géographique de la méthode sociologique. Les sociologues ont trop tendance à méconnaître les relations des hommes avec la terre, à traiter de l’homme comme s’il était détaché de la surface de la terre » (Demangeon, 1933, cité par Barthélémy, Weber, 1989).

25En vertu de la définition même de la géographie, « étude des rapports de l’homme avec la terre », le géographe se doit de dégager des « méthodes de sélection des matériaux qu’implique cette définition » pour éviter « la banqueroute de l’encyclopédisme » (Dubois 1898, cité par Robic, 1990). Il doit donc définir soit un objet scientifique cohérent dont les déterminations fondent la géographie comme science originale, soit un art de pratiquer les seuls emprunts utiles aux autres sciences qu’elles soient naturelles ou humaines. « Nous avons le devoir impérieux de transformer ce que nous empruntons ; car les sciences physiques et naturelles, étudiant les phénomènes et les êtres en eux-mêmes et pour eux-mêmes, emploient des classifications et des procédés qui ne conviennent pas nécessairement à notre étude philosophique de rapports qui vise l’homme ». Récusant l’intérêt de la spécialisation pour la discipline géographique, Dubois dresse un tableau des rapports avec les sciences voisines, véritable « hiérarchie des relations interdisciplinaires », depuis les plus distinctes (géographie mathématique, géoaésie, cartographie) jusqu’aux plus proches (pédologie et surtout climatologie, biologie-botanique et zoologique – très directement reliée à la géographie, sciences morales et politiques et surtout sociologie, discipline pour laquelle il envisage même une fusion). Cette hiérarchie est évidemment discutable et il peut paraître étrange de considérer la cartographie comme une discipline éloignée de la géographie, mais l’intérêt de cette citation réside dans la preuve qu’elle donne de la précocité et de la profondeur de la réflexion sur l’interdisciplinarité en géographie.

1.6. Une discipline qui ne refuse pas de servir

  • 15 Le terme de tradition n'est pas utilisé ici dans son sens péjoratif qui s'opposerait à modernité ma (...)

26Une tradition15 humaniste assortie parfois d’un penchant « ancillaire » est le dernier trait de la discipline qui aurait dû donner aux géographes une ouverture et un intérêt pour les problèmes qui ont été traités dans les programmes interdisciplinaires et donc une place de choix dans le corpus.

27Plongeant ses racines dans la position spiritualiste de Reclus, mais aussi dans l’usage courant qui est fait de la géographie comme moyen de connaître pour agir, d’abord dans les pays inconnus, ensuite dans ceux où les statistiques abondent, cet humanisme donne au géographe un regard particulier sur les « paysages humanisés » auquel il accorde des valeurs. Ainsi Pierre Deffontaines, auteur du Petit guide du voyageur actif (934), s’interrogeant sur les conséquences de la « véritable et brusque crue humaine » prévoit que pour le XXIe siècle « la question de la place des hommes déjà préoccupante, deviendra alor primordiale » ; il affirme que « la géographie humaine sera plus que jamais à l’ordre du jour » parce que « la direction géographique de la Terre réclame une ascension constante de la sagesse humaine ; elle doit régler les répartitions et densités des effectifs et des ressources, assurer une utilisation des énergies humaines nouvellement libérées par les progrès de la machine…, diminuer les déséquilibres entre les sur-développés et les sous-développés » (Deffontaines, 1966 cité 1984), en somme apprendre à gérer avec humanité et conscience son action sur la terre.

28On pourrait évidemment citer des propos de tonalité moins généreuse car la géographie a aussi servi comme moyen de domination, de prise de possession de territoires, de colonisation et sert encore « à faire la guerre ». Mais quel qu’en soit le contenu, le souci de ce que certains appellent « l’action géographique » et d’autres, dans les années 60, la « géographie appliquée » est permanent et touche pour ainsi dire tous les courants de la géographie, même la plus « théorique et quantitative ». C’est évidemment la « géographie tropicale » ou la « géographie des pays sous-développés » qui exprime avec le plus de constance cette recherche d’efficacité territoriale, d’un rapport de bien-être entre des habitants et leur territoire. Mais, dans l’ensemble, la banalisation – au moins partielle – des résultats de recherche est jugée presque toujours incontournable.

29Pour toutes ces raisons, on peut affirmer que la discipline géographique, dans ses fondements, a une réelle « vocation » pour le traitement des problèmes d’environnement et pour la pratique de l’interdisciplinarité. Et pourtant, dans les années 70, au moment où les programmes interdisciplinaires se mettent en place, puis au fur et à mesure qu’ils se développent, on constate que les géographes n’ont paradoxalement pas une place correspondant à ce qu’ils pourraient apporter.

2. Une place relativement faible

30La géographie est pourtant présente dans le corpus, plus que l’ethnologie, l’économie générale et surtout le droit. Mais, outre le fait qu’elle ne l’est pas à la mesure de ses capacités et de son paradigme originel, sa place, surprenante et inégale, se résume à certaines personnalités et à certaines spécialités. La mise en évidence de ces présences et des absences notoires est déjà un début d’interprétation de cette relative carence.

2.1. Une discipline parfois absente

31Ainsi les géographes sont totalement absents de nombreux programmes. Ce fait est d’autant plus paradoxal que certains de ceux-ci s’appliquent à des terrains et à des thématiques qui sont de véritables « spécialités » géographiques, sur lesquelles des géographes continuent à faire des recherches parallèles. C’est ainsi que l’opération « bocages de l’Ouest » est conduite par des agronomes et des écologues alors qu’il s’agit d’un des objets les plus classiques de la géographie, que des géographes de l’Ouest (Le Rhun, Renard…) étudient d’ailleurs dans le même temps. Le fait d’avoir analysé un terrain, à la manière de la monographie régionale, très antérieurement (Les Grands Causses de Marres), ou à l’époque du choix des terrains (Cévennes, Margeride, Mont-Lozère, Camargue ou vallée de la Plaine), ne donne aucun avantage à la géographie et aux géographes « spécialistes » de ces terrains qui auraient pu être mobilisés. Lorsqu’un programme ne comporte que très peu de sciences sociales, la sociologie est préférée à la géographie (exemple, la Camargue). C’est que, interprète Bernard Picon le géographe n’a ni la compétence du phyto-écologue qui précise la notion de « riziculture » par celle de « variétés » ni celle du spécialiste de l’avifaune, il est perçu comme trop généraliste. La géographie qui est pourtant une science biologique, se voit alors doublement dévalorisée aux yeux des autres : parce qu’elle ne fait pas le poids devant les biologistes, elle perd aussi sa valeur de science sociale face à la sociologie qui apparaît plus moderne. En définitive Bernard Picon réalisé une monographie de la Camargue qui, faisant l’histoire de la mise en valeur de cet espace et des conflits d’usage de ses éléments « naturels », aurait pu être considérée comme une bonne thèse de géographie avant les années 70. Ce travail d’un « non-géographe » va redevenir plus tard, du moins pour certains, exemplaire en géographie (Plet, 1989).

32La concurrence est bien entre les disciplines de sciences sociales, car là où l’économie est présente (vallée de la Plaine), la géographie et la sociologie sont absentes ; inversement, cas toutefois rare, lorsque la géographie est la discipline dominante, les autres disciplines sollicitées ont une part réduite (exemple la baie des Veys, baie de Bourgneuf).

2.2. La géographie physique plus présente

33Mis à part les quelques programmes ouverts à une géographie « générale » et intégrant les géographes de manière équilibrée, ce sont les branches de la géographie physique qui sont impliquées plutôt que celles de la géographie humaine, en particulier la géographie rurale qui aurait convenu à plusieurs terrains.

  • 16 Qui n'apparaît que très tardivement dans les programmes interdisciplinaires (cf. l'observatoire Cau (...)

34Dans les équipes de recherche pluridisciplinaires, les géographes interviennent le plus souvent dans des créneaux assez étroitement spécialisés : la climatologie, l’hydrologie et la « morpho-dynamique » d’un versant d’alpage en Briançonnais, la climatologie, la pédologie et surtout la modélisation dans les recherches du programme PIREN « Eau-Alsace »… À l’exception de la biogéographie16, qui pourtant a des préoccupations très proches des problèmes environnementaux, les spécialités de géographie physique sont presque toutes mobilisées. Mais il s’agit bien là de « spécialistes », à qui l’on ne demande aucune vision globale. Le profil de « généraliste » (capable de conduire une analyse dans la tradition de la géographie régionale) est, dans ce cas encore, totalement exclu. D’ailleurs, les géographes physiciens sont présents et moteurs dans les programmes où l’entrée se fait par le milieu naturel et où l’accent est mis sur l’environnement plus que sur la société. Ainsi tous les programmes du PIREN « Eaux Continentales » ont fait appel aux laboratoires de géographie physique (Rhin, CEREG à Strasbourg ; Rhône, Bravard à Lyon ; Garonne, CIMA à Toulouse ; Seine, URA 141 à Paris).

35Aucune spécialisation de géographie humaine, celle de géographie rurale par exemple, n’est favorisée par la présence de la géographie physique. Ainsi dans le programme « Briançonnais », les géographes physiciens de Paris VII sont introduits par Olivier Dollfus qui, dans le même temps, donne sa préférence à des sociologues (ou à des chercheurs de l’INRA) pour les analyses socio-économiques plutôt qu’à des géographes ruralistes. Les géographes humains ont une participation faible, parfois même inexistante (exemple les Dombes où les géographes forment sur le papier plus de la moitié des participants, ce qui ne se traduit pas du tout dans les publications).

2.3. Des géographes généralistes « spéciaux »

36Dans certaines opérations la géographie est fortement présente quantitativement et qualitativement. Ce sont en particulier les programmes ivoiriens de l’ORSTOM, ceux portant sur le Mexique, le Népal, et, plus que dans le Briançonnais, les recherches sur l’élevage pyrénéen. Les géographes y tiennent, fait exceptionnel, la position de leader ou de co-leader. La géographie dite « tropicale » qui a gardé un caractère ambivalent a une position forte aux yeux des autres disciplines. Elle constitue aussi une spécialité très autonome au sein de la géographie. Dans le cas du programme « élevage pyrénéen », les géographies sont acceptées parce que « précisément ils ont affiché une spécificité par rapport aux autres disciplines » (interview Pastor-Barrué, 1990).

  • 17 Cf. ci-dessous, Monique Barrué-Pastor, « L'Interdisciplinarité en pratiques », p. 353.

37Ces géographes bien placés dans l’interdisciplinarité, sont pourtant minoritaires : peu nombreux par rapport à la masse des géographes recensés dans l’« annuaire des géographes », ils ont souvent un profil spécial. Tous plus ou moins en marge de la géographie universitaire (chercheurs au CNRS, à l’ORSTOM ou à l’EHESS), ils ne font pas partie de l’establishment. Par ailleurs leur formation n’est pas toujours la formation classique bivalente, ce qui explique peut-être leur ouverture à d’autres disciplines (Mathieu, 1989). Souvent aussi, ces, chercheurs reconnaissent l’importance de certains « maîtres à penser » de l’interdisciplinarité (Bloch, Coutin Haudricourt, Sautter, Bertrand) ou l’influence de traditions scientifiques comme celle du travail collectif préconisé par Lucien Febvre (qui fonde en 1935 la Commission des Recherches Collectives), ou encore le refus de tout cloisonnement entre les disciplines prôné par Marc Bloch, Albert Demangeon ou Braudel. Enfin, un trait semble les réunir : la volonté de concilier recherche théorique et recherche finalisée et l’intérêt pour le « développement » que leur terrain soit en pays « développé » ou « en voie de développement »17.

  • 18 Olivier Dollfus a fait partie du groupe de travail « Socio-économie » du comité ELB présidé par Gri (...)

38Certains « patrons » de la géographie sont cependant aussi fortement impliqués soit directement, soit implicitement. On note alors tous les cas de figure : le géographe en position institutionnelle comme Olivier Dollfus18 qui a été choisi par le président du comité ELB pour « sa connaissance des deux langages, celui des sciences naturelles et sociales » (interview Dollfus, 1989) ; il devient un personnage très influent dans le milieu de l’interdisciplinarité sans pour autant se faire le promoteur de la réflexion sur la juste insertion de la géographie dans ces programmes car il y voit surtout une affaire de pouvoirs entre institutions ; le géographe qui, comme Gilles Sautter même s’il ne figure pas dans les programmes, inspire l’interdisciplinarité par l’influence qu’il a sur les chercheurs géographes mais surtout non-géographes ; le géographe en position de réflexion sur l’interdisciplinarité, la relation société/nature, la relation entre les branches de la géographie physique, celle entre la géographie physique et la géographie humaine, la notion de géosystème, tel Georges Bertrand qui devient une référence pour plusieurs chercheurs de disciplines diverses engagés dans l’interdisciplinarité ou dans la réflexion sur les questions d’environnement (Mathieu, Jollivet, 1989).

2.4. Une inégale présence dans le temps

39Dans la « préhistoire » de l’interdisciplinarité, lorsque le Comité d’Analyse Démographique Économique et Sociale de la DGRST lance l’étude de la commune de Plozévet (Mathieu, 1989), la géographie tient une place équilibrée, conforme à sa tradition d’analyse régionale, et confortable par le nombre de chercheurs engagés sous la direction de Le Lannou. Mais elle disparaît des programmes interdisciplinaires portant sur la France jusque vers le milieu des années 70 où elle est réintroduite par Dollfus dans une spécialisation de géographie physique. En revanche, elle se maintient en bonne position dans les recherches en Afrique (la géographie tropicale agraire est de plus restée très proche de la définition originelle) et en Amérique latine (Pérou en particulier) et au Népal où la géographie s’insère dans la pluridisciplinarité en compagnie des agronomes, des écologues, et des anthropologues. Des équipes de géographes, en « monodisciplinarité » obtiennent des contrats de recherche du Comité ECV (Cartographie de l’environnement, SEGESA, 1978), du comité ECAR (Diversification/spécialisation de l’espace rural) ou du Comité DMDR pour des recherches ne comportant pas d’analyse du milieu naturel où géographes « humains » et sociologues sont associés. Depuis le début des années 80, en liaison avec la création du PIREN au CNRS, l’implication des géographes est à la fois plus variée et mieux insérée dans la pratique interdisciplinaire.

40Quoi qu’il en soit, et malgré cette progression récente de son implication dans l’interdisciplinarité, la géographie est encore aujourd’hui beaucoup moins présente ou sollicitée qu’on ne s’y attendrait.

2.5. Une forte présence indirecte

41Si les géographes ne sont pas très impliqués dans les programmes interdisciplinaires, la géographie et ses concepts sont mis à l’honneur dans le corpus en particulier par les agronomes. L’absence des géographes s’explique pour Jean-Pierre Deffontaines par le fait que d’autres disciplines s’intéressent à l’espace. Cet agronome, avec d’autres qu’il entraîne, se passionne pour les notions de paysage, de terroir, de système de production et de système technique. Il préconise la monographie, l’analyse de terrain, le « transect », l’enquête, le « regard ». Il engage des débats, hors programmes interdisciplinaires, avec des géographes comme Jacqueline Bonnamour et l’équipe rurale du laboratoire de géographie humaine sur « l’approche géographique des exploitations » et les typologies d’exploitation. Curieusement dans les premiers numéros de la revue Espace Géographique, c’est à lui que l’on donne la parole plutôt qu’à ces géographes « métropolitains » avec lesquels il dialogue. Son équipe est encore à l’honneur dans le numéro de Mappemonde consacré à la modélisation des pratiques de gestion de l’espace rural et agricole (1990).

42Une présence faible par le nombre des chercheurs et des programmes strictement géographiques n’exclut donc pas l’influence de la discipline sur les autres et sur l’interdisciplinarité en général. C’est ainsi qu’André Fel, sans aucune légitimité institutionnelle, joue un rôle, reconnu par eux, auprès des chercheurs sociologues et de l’INRA impliqués dans les programmes sur « les hautes terres du Massif central ». Influence par la « connaissance intime » des terrains étudiés mais aussi influence sur les concepts, sur les objets ou par les méthodes d’articulation entre différents segments d’objets composites ? On ne peut répondre à ces questions avant d’avoir tenté d’expliquer l’insuffisante présence de la géographie dans les recherches interdisciplinaires de ces années 70-80.

3. Question de conjoncture ou question de fond

43On peut expliquer le rendez-vous pour ainsi dire manqué de la géographie avec l’interdisciplinarité, d’une part par son histoire récente et l’état dans lequel elle se trouvait au tournant des années 70, d’autre part par des raisons plus profondes, qui touchent à son statut épistémologique proprement dit.

3.1. Les années 70, un moment pour la géographie

44Jusqu’au milieu des années 60, la géographie française qui s’était construite « à l’ombre de Vidal » est une géographie homogène dans son fondement, même si les ténors ont des personnalités et des champs d’analyse divers. Dans sa présentation de Deux siècles de Géographie française, Philippe Pinchemel justifie ainsi la périodisation retenue pour ce choix de textes : « 1927-1960… L’école française est reconnue ; elle s’impose et essaime… Cette géographie de la deuxième génération se prolonge jusqu’à la fin des années 50, géographie en pleine maturité, relativement sûre d’elle-même… L’année 1960 s’est dégagée comme une charnière symbolique. Les nouveaux courants venus de l’étranger touchent la France, la mutation quantitative et ses corollaires, la diversité, l’ouverture, de nouveaux “contextes” “provoquent” la géographie et les géographes. » Avec l’arrivée d’une nouvelle génération on passe de la « géographie établie » à une « géographie à plusieurs voies » (Pinchemel et al., 1984).

45Les années 60 sont incontestablement une période de déstabilisation pour la discipline. Alors que le territoire français entre en mutation accélérée, la géographie française voit naître une contestation interne de la géographie vidalienne qui apparaît à une fraction de la génération nouvelle comme une géographie statique, intégrant certes le temps passé mais incapable de s’appliquer au temps présent et de théoriser les dynamiques spatiales en cours de formation. Les concepts de « région naturelle » et de « paysage » sont discutés voire rejetés par certains comme catégories obsolètes qui ne rendent compte ni des nouveaux découpages, ni des nouvelles formes d’organisation de l’espace que la croissance des villes impose, ni des manifestations invisibles du changement que seule l’analyse sociale et économique met en évidence.

46Ce tournant dans l’histoire de la discipline s’explique à la fois par des changements internes à la discipline et par des raisons externes, de caractère institutionnel.

3.1.1. Un changement de paradigme : la géographie humaine traite de l’espace sans nature

47Il est difficile de démêler si la coupure qui s’instaure à cette époque revient surtout à un mouvement de critique interne ou à l’influence de la géographie de langue anglaise (cf. traduction du livre de Hagget en 1973) qui fait naître la « nouvelle géographie » appelée aussi géographie quantitative. Mais dans l’intense activité de re-définition de la géographie qui commence alors, avec les batailles entre anciens et modernes, les tensions entre les courants modernes, « les notions centrales de la géographie traditionnelle telles la région (à la fois physique et humaine) ou le paysage (considéré comme un fait objectif) volent en éclats » (Grataloup, Lévy, 1976, in Pinchemel et al., 1984). La géographie vidalienne est alors perçue comme une géographie de caractère subjectif à laquelle on ne peut accorder aucun crédit scientifique parce qu’elle n’est valable que pour certaines époques et pour certains lieux. Le concept de « milieu » sombre dans l’oubli et disparaît du vocabulaire usuel même en géographie rurale car il est assimilé à celui décrié de « synthèse » et renvoie à la monographie régionale.

48Quand les programmes interdisciplinaires des années 70 sont lancés, l’éclatement de la discipline se confirme à deux niveaux : d’une part par la dissociation nette entre géographie physique et géographie humaine, la première se définissant comme l’étude du milieu physique sans l’homme, sans la société ; d’autre part, en géographie humaine, par l’affirmation de courants distincts (le traditionnel, le marxiste, la géographie appliquée, le quantitativiste, la géographie sociale etc.). Sans pour l’instant parler de l’accentuation des divisions par spécialités en géographie physique (où s’établissent des coupures en véritables sous-disciplines, géomorphologie dominante, hydrologie, climatologie, biogéographie et un petit secteur d’océanographie) comme en géographie humaine qui procède d’une autre logique sur laquelle nous reviendrons.

49Dans ce mouvement de décomposition/recomposition, l’unité se fait pourtant par la critique du « déterminisme naturel », abusivement assimilé au paradigme originel (et traditionnel) de la géographie que l’on veut enterrer et la mise en avant d’un nouveau paradigme : l’espace et la spatialité, notions qui évacuent presque entièrement la dimension conjointe, naturelle et sociale, des objets géographiques.

50Nous n’insisterons pas sur ce point évoqué par Claudine Friedberg et Chantal Blanc-Pamard, si ce n’est pour le relier à la faible place de l’interdisciplinarité au sein même de la géographie. Le débat sur le déterminisme a été si violent qu’il a entraîné, à partir des années 50, une prudence généralisée sur la question de la nature des relations entre le milieu naturel et les groupes et sociétés humaines. Toutes les interprétations convergent. Pour dire quelque

51chose de « sensé » sur l’homme et sur la société, affirme Gerhard Bahrenberg, la géographie a dû rompre avec le déterminisme et changer son paradigme. It resulted in a stronger separation of physical and human geography by bringing these two subdisciplines with the neighbouring natural and social sciences (Bahrenberg, 1989). Pour la géographie humaine, cela signifia l’éloignement (voire le rejet) de l’analyse régionale pour se tourner vers la distribution et l’organisation spatiales des activités socio-économiques. De même, d’après certains, la controverse sur le déterminisme et le possibilisme « a fait perdre à la géographie son unité. Il a provoqué son éclatement en une géographie physique et une géographie humaine. Chacune de ces branches s’est spécialisée dans un champ scientifique différent : sciences naturelles et physico-chimiques pour la géographie physique, sciences sociales et économiques pour la géographie humaine » (Pinchemel, 1988).

52Ce paradigme nouveau et moderne peut être appelé « spatialisme », il est devenu celui de la géographie humaine en constituant une logique interne à cette sous-discipline qui ne cessa dès lors de se subdiviser. Dans cette mutation, le géographe substitua la notion d’espace à celle de milieu.

  • 19 presqu'inaperçus alors que d'une certaine manière ils sont précurseurs.
  • 20 Ainsi Gilles Sautter écrit en 1979 dans la préface d’Un jeu écologique différentiel : les communaut (...)

53Le pseudo-« péché » originel du déterminisme, contre lequel se constitue la nouvelle géographie des années 70, a entraîné une désaffection, jusqu’à une période récente, pour toute analyse approfondie des interactions observables entre société et « facteurs naturels »19 à l’exception de quelques travaux en climatologie en particulier, au point que le renversement du sens de la causalité homme → milieu qui s’est effectué avec la montée de la question de l’environnement est passé presque inaperçu, ne modifiant pas radicalement les thématiques de recherche dans la discipline qui s’est finalement moins investie dans ce domaine que sa « tradition » le lui permettait. Ceci explique peut-être pourquoi les géographes physiciens ont été plus sollicités dans les programmes interdisciplinaires ; ils n’avaient à faire qu’avec des éléments du milieu naturel. Car du côté de la géographie humaine, et malgré la prise de position nuancée de Pierre Gourou (Gourou, 1973), tout rapport avec la « nature » devient interdit, sauf autour de Gilles Sautter et de Pélissier20. Ainsi, deux jeunes géographes (qui s’inscriront plus tard dans le courant de « géographie sociale ») peuvent écrire : « Nous nous attaquons à une certaine géographie, celle qui prétend être à la fois humaine et physique, fondant notre critique sur la constatation qu’il ne peut exister de science à la fois naturelle et humaine » (Grataloup, Lévy, 1976).

54Mais le rejet du déterminisme n’est pas la seule raison de l’explosion de la notion d’espace qui devient le « concept intégrateur de la géographie ». L’influence de la géographie anglophone, « les recherches, les idées, les théories de Von Thünen, Christaller, Lösch, les apports des économistes “spatiaux” et “régionaux” CF. Perroux et J.-R. Boudeville en France, W. Isard et la regional science aux États-Unis), les contributions de la nouvelle géographie ont abouti à l’élaboration d’une lecture renouvelée de la surface humanisée. Sous l’expression d’organisation de l’espace (terrestre) un ensemble de notions a introduit explicitement ou implicitement, un modèle d’analyse géographique à partir des concepts… : réseau (armature), hiérarchie (contrôle, domination, commandement), division (pavage), centre et périphérie, distance (gradient, gravité, attraction). Un vocabulaire plus large encadre ses concepts : structure spatiale, système spatial, intégration spatiale, configuration spatiale » (Espace Géographique, 1985).

  • 21 Cf. la remarque de Pierre Péguy, in « le Géographe est celui qui sait que la terre est ronde », Bro (...)
  • 1

55La création de la revue Espace Géographique en 1972 est l’expression la plus remarquable du changement de paradigme et de méthode qui, dès lors, fait de la mathématique la discipline la plus proche, dans l’interdisciplinarité, de la géographie alors que Cortambert, dans sa classification déjà citée, la considérait comme la plus éloignée. Dorénavant, et jusqu’à une période récente, la géographie pour être théorique, pour exister en tant que discipline scientifique21, se donne comme objectif de découvrir des « lois spatiales », des régularités qui impliquent des mesures et la confection de modèles plutôt que l’observation et la « description raisonnée »22.

3.1.2. Des raisons institutionnelles

56Dans le rendez-vous manqué, l’état du « corps des géographes » a aussi compté. Contrastant avec l’instabilité qu’induit l’effervescence théorique, une certaine prospérité marque la période. Grâce à l’école de géographie française, la discipline est aussi, contrairement à la sociologie ou à l’ethnologie, une science qui s’enseigne depuis longtemps non seulement dans le secondaire mais aussi à l’université. De nombreux emplois s’offrent aux géographes précisément dans ces années 70 où s’ouvrent et se renforcent plusieurs départements de géographie dans les universités de la banlieue parisienne et de province. La convergence de vue entre la Direction du CNRS et le milieu scientifique des géographes permet le développement d’une section « Géographie et Aménagement » au CNRS, certes de petite taille, mais qui s’oriente, à la différence de la section d’histoire, vers la reconnaissance (difficile) d’un corps de chercheurs à temps plein et le soutien de laboratoires propres disposant de gros moyens financiers par rapport aux autres sections de sciences sociales.

57Tout ceci n’est pas sans conséquence sur les géographes qui s’engagent dès lors dans un processus de « distinction » interne en spécialités de plus en plus pointues et de plus en plus dissociées dans la pratique : spécialités de géographie physique qui se rapprochent des sciences dures pour prouver leur « scientificité », la géomorphologie, la climatologie et l’hydrologie, l’océanographie etc. ; spécialités de la géographie humaine qui découpent les objets en catégories spatiales ou en branches, la géographie urbaine (inter et intra), la géographie des transports, du tourisme, de la santé, de l’alimentation etc. Cette spécialisation progresse encore au fur et à mesure qu’augmente le nombre de professeurs d’université et d’enseignements tenus de faire preuve d’originalité dans leurs articles et dans leurs thèses. Le mouvement de spécialisation, qui consacre la séparation entre les « physiciens » et les « humains » (cf. la création simultanée des laboratoires associés de géographie physique et humaine à Paris I) s’accentue encore avec l’apparition d’écoles ou d’« avant-gardes » (la géographie sociale par exemple) qui cherchent à démontrer leur particularisme théorique ainsi que leur capacité d’innovation scientifique. Les systèmes de pouvoirs s’accommodent d’une vision de la discipline composée de brillants spécialistes (on sait tout de la dynamique du froid ou de la pêche) sans se préoccuper du risque de passer d’une image de science globale à une science en miettes.

58Parallèlement et avec la nécessité d’un discours et d’une action sur le territoire (l’« aménagement du territoire » est la grande affaire des années 70), les géographes sont sollicités, en termes d’emplois comme en termes de recherches, par les institutions (DATAR, ministère de l’Agriculture, ACEAR et DDA) qui fonctionnent distinctement voire parfois sur un mode compétitif avec celles qui sont à l’origine des programmes interdisciplinaires.

59Quant à la géographie rurale « métropolitaine » (la géographie dite tropicale résiste et garde, avec la notion de « terroir » et d’« écologie humaine » (Sautter, 1979) son intérêt à la fois à la nature et aux sociétés) qui aurait pu tenir une place importante dans des programmes interdisciplinaires qui ont été très souvent ruralistes, les années 70 lui ont été fatales, non seulement pour les raisons déjà énoncées, mais aussi parce qu’elle se voit concurrencée sur ses terrains, l’exploitation agricole comme système, la relation avec le paysage et le milieu naturel etc. par des institutions, l’INRA en particulier, qui recomposent la pluridisciplinarité, naturelle à cette branche de la géographie, en embauchant des historiens, des sociologues et même des géographes.

60Dernière raison à la limite de l’institutionnel et du scientifique : depuis son intervention dans le premier programme pluridisciplinaire, la géographie n’est pas perçue par les autres disciplines comme une discipline innovante. Elle est intervenue dans le programme Plozévet sur « les conditions géographiques de la commune » et ne semble pas avoir fait la preuve de sa légitimité. Inversement, comme nous l’avons déjà dit, les géographes sont peu nombreux à investir les comités et le champ des recherches interdisciplinaires et à s’appliquer à y imposer une image positive de la discipline.

3.2. Une question de fond

61Au-delà des raisons conjoncturelles, des problèmes de fond expliquent la modeste place de la géographie dans les programmes interdisciplinaires au regard de ses paradigmes. En ce sens la réflexion sur le fond ne porte pas seulement sur la pratique de l’interdisciplinarité en géographie mais sur cette pratique même en général.

3.2.1. La question de la pratique de l’articulation entre lesdisciplines

62Il ne suffit pas de désigner les disciplines qui sont proches ou qui doivent être mobilisées pour traiter d’un problème, il faut aussi disposer d’un code de pratique. L’interdisciplinarité interne à la géographie n’a jamais été, mises à part les tentatives récentes, conçue comme une mise en relation pratique de « spécialités » et de « spécialistes » de géographie physique avec des spécialités et des « spécialistes » de géographie humaine dans une interaction thématique ou dans un travail d’équipes coordonnées. Si le modèle du « bon » géographe est en un sens celui qui est géographe sans qualificatif, à la fois « physicien » et « humain », ce modèle reste celui d’un praticien solitaire, peut-être à la manière de l’explorateur d’autrefois que tout géographe reste implicitement (la curiosité pour les lieux, dit Pinchemel, le goût de la « découverte »).

63C’est pourquoi parmi les géographes des années 70, certains géographes physiciens comme Tricart, ont cru sincèrement qu’ils faisaient un travail de « géographie tout court » (pour reprendre l’expression de M.C. Robic, 1990), conforme à cette géographie globale des origines. Ils l’ont d’ailleurs appelée « éco-géographie » (Tricart, Killian, 1979). Ils ont pensé que le rapport homme-nature était présent scientifiquement dans leurs travaux et que la place de la géographie humaine y était respectée. Certes, quand il s’agit d’étudier le milieu physique à l’occasion de la mise en place d’un barrage ou à propos des risques d’érosion des sols, les décisions et les comportements humains interviennent dans l’analyse ; mais, sans spécialisation dans ce domaine le géographe physicien est-il à même, à lui seul, de traiter la dimension humaine avec une pertinence égale à celle dont il fait preuve dans l’analyse géomorphologique ? Mais ce problème de la pratique d’une articulation entre différents compartiments et spécialités de la recherche n’est-il pas un problème qui reste encore posé ? Fort de sa tradition, mais sans l’approfondir, le géographe croit encore que sa pratique individuelle est le garant de cette articulation.

3.2.2. Interdisciplinarité et science de l’« universel-concret »

64Comme le rappelle Jean-Marc Besse en citant le Cours de Géographie Physique de Kant, « la description géographique de la nature » considère « la Terre elle-même, et les régions où l’on rencontre réellement les choses » (Robic et al., 1990). La nature est un tout et un tout Concret. La géographie prétend donc être une science de la totalité de la surface terrestre, saisissant des « ensembles » des « systèmes », des objets complexes impliquant l’inerte et le vivant. Elle a l’ambition de saisir un « universel-concret ». Mais depuis les textes fondateurs, elle n’a presque plus rien dit sur la façon d’atteindre cette ambition que reprennent précisément les recherches interdisciplinaires.

65C’est une manière de reposer la question de la contradiction spécialiste/généraliste. La géographie a un capital théorique pour y répondre, en particulier en raison de sa réflexion sur le principe de la sélection des disciplines pour traiter d’un problème (cf. Dubois cité plus haut), mais elle n’a pas, faute d’y avoir suffisamment réfléchi dans ces dernières années, de capital pratique. Car le généraliste, pensé comme un homme seul, peut-il pratiquer sa discipline à la hauteur de ces objectifs ? Il existe une contradiction au sein même du praticien géographe entre l’ampleur de son objet et sa méthode de travail. Sa quête de totalité l’enferme dans des lieux singuliers qu’il ne peut intégrer dans une théorie générale, la volonté d’en sortir le condamne à une autre forme de travail partiel qui est celui de la spécialisation. Cette contradiction est encore au cœur de questions de méthodes qui se posent à l’interdisciplinarité. Les recherches interdisciplinaires sont presque toujours monographiques et leur généralisation n’est pas toujours évidente. En géographie, comme ailleurs, les courants s’opposent : un côté ceux qui mettent en avant l’approche disciplinaire et ne remettent pas en cause le travail solitaire ; de l’autre ceux qui voient la solution de la contradiction dans la mise en pratique collective de l’articulation des connaissances (avec ou non référence à des disciplines) pour atteindre cette « totalité »

4. Conclusion

66La période actuelle est donc particulièrement intéressante et pourrait être un tournant pour la géographie française. D’abord parce que ses paradigmes constitutifs sont en quelque sorte « retrouvés » par les autres sciences et par elle-même. « Si aujourd’hui l’image de la géographie est positive, c’est qu’elle répond de par sa nature à des interrogations actuelles. On peine dans une société pensée « hors-sol » alors qu’il faudrait la réfléchir « au-sol », à la surface. On souffre d’un morcellement du savoir, d’une sectorisation. Or la géographie, bien qu’elle ait, elle aussi, cédé ces dernières années à cette tendance à la spécialisation, à la verticalité, reste une pratique de l’horizontalité et sait tenir compte de toutes les composantes de son objet : l’homme, la nature, l’inerte et le vivant. Il ne s’agit pas seulement d’une revalorisation de la géographie, mais d’une valorisation de l’interdisciplinarité, de l’idée qu’il faut saisir son objet comme complexe, comme un tout. Et la géographie, science du lien entre l’homme et la nature, entre la société et la surface terrestre, reste en son fondement une discipline de l’interdisciplinarité » (Mathieu, 1987).

67On peut donc percevoir des signes d’une réhabilitation non pas de la « tradition » de l’école française de géographie mais de son intention initiale, ceci sous une triple influence. Citons d’abord celle du mouvement interne de recentrage de la géographie préconisé par Pinchemel qui met en garde contre un spatialisme hégémonique de la géographie humaine. C’est ensuite l’effet en retour des recherches interdisciplinaires sur la discipline (Mathieu, 1987). Car même si les spécialités et les chercheurs ont été inégalement mais le plus souvent peu impliqués, ne sont-ils pas aujourd’hui les vecteurs d’une nouvelle réflexion de la discipline sur elle-même, sur son interdisciplinarité interne et sur ces rapports avec l’interdisciplinarité qui se constitue autour des problèmes d’environnement.

68Enfin, c’est l’invasion même des problèmes d’environnement qui pose question à la géographie et redonne sens et finalité précise à la question de la ré-articulation de fait entre les spécialités de géographie physique et celles de la géographie humaine. Les problèmes méthodologiques qu’elle pose sont au centre des préoccupations de nombreux géographes. C’est l’occasion de réfléchir sur les sens donnés au terme d’environnement qui sont aussi peut-être à l’origine des difficultés actuelles de la discipline. D’une notion d’environnement qui leur était familière et que, seuls les géographes physiciens avaient continué d’investir (le milieu naturel), ils sont obligés de passer à une autre notion d’environnement qui leur vient en quelque sorte de la société et qui les fait sortir de leurs habitudes même dans le traitement des risques (risques de solifluction, risques d’avalanches, d’inondations, climatiques etc.). Le concept de milieu est à reprendre complètement compte tenu des nouvelles formes d’interactions société-nature qui n’étaient pas appréhendées jusqu’à présent (par exemple le bruit dans environnement urbain) ; une nouvelle posture de recherche est également à constituer car il ne s’agit plus seulement de décrire des rapports homme-nature déjà élaborés et négociés sur longue durée (par exemple le rapport des paludiers à leur milieu, le rôle des terrasses comme moyen de lutte contre l’érosion…), mais d’inventer (ou de réinventer) de nouveaux types de négociation des rapports sociétés-natures, de nouvelles pratiques, à partir des techniques et des représentations du milieu naturel contemporain ou à venir.

69Si l’on revient à une analyse historique de la discipline, il semble bien que, dans sa définition dominante, la géographie ait traversé trois périodes : la réussite des années 20 jusqu’aux interrogations des années 60, où elle est science du contact homme-nature ; les années 70 où l’analyse spatiale est un moyen de redonner une spécificité à la discipline avec pour corollaire la désaffection pour le lien physique-humain ; la période actuelle marquée par une question : comment reconstruire l’interdisciplinarité au sein de cette science sociale ?

Bibliographie

Bahrenberg Gerhard (1989), « Territoriality – a basic principle of Geography ? », paper presented at the sixth European Colloquium of Theoretical and Quantitative Geography, Chantilly, 5-9 September 1989, 10 p.

Barthelemy Tiphaine, Weber Florence (1989), les Campagnes à livre ouvert. Regards sur la France rurale des années 30, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure/éd. EHESS, 262 p.

Bertrand Georges (1991), « la Nature en géographie : un paradigme d’interface », Géodoc, n° 34, 16 p. (texte de la conférence prononcée au Grand colloque de prospective du ministère de la Recherche et de la Technologie du 12-13 décembre 1990, « la Géographie, situer, évaluer, modéliser »).

Berque Augustin (1990), Médiance. De milieux en paysages, GIP Reclus, 163 p.

Blanc-Pamard Chantal, Sautter Gilles (979/1980), « Rapport à l’espace : écologie, environnement », in la Recherche en sciences humaines, sciences sociales, Paris, CNRS.

Cholley André (1946), « Problèmes de structure agraire et d’économie rurale », Annales de géographie, pp. 81-10I.

Deffontaines Pierre (1966), « le Phénomène humain et ses conséquences géographiques », in Géographie générale, Paris, Gallimard, 1883 p. (Extrait pp. 881-887 commenté par Philippe Pinchemel (984)).

Durand-Dastes François (1985), « À propos du déterminisme, la complexité des options possibles », l’Espace Géographique, n° 2, pp. 105-108

L’Espace géographique, revue trimestrielle, créée en 1972 par Roger BRUNET, Paris, Doin, avec le concours du CNRS.

Gallois Lucien (1908), Régions naturelles et noms de pays. Étude sur la région parisienne, Paris, Colin, 356 p.

Gourou Pierre (1973), Pour une géographie humaine, Paris, Flammarion, 381 p.

Loi Daniel (1985), « Une étude de la causalité dans la géographie classique française », l’Espace Géographique, n0 2, pp. 121-125 (article rendant compte des résultats d’une thèse soutenue en 1984).

Mabogunge Akin L. (1984), la Géographie passerelle entre les sciences naturelles et les sciences sociales, Paris, 5 p. (communication au 25e Congrès de l’UGI publiée par Nature et ressources).

Marchand Jean-Pierre (1986), « Contraintes physiques et géographie régionale », l’Espace Géographique, n0 4, pp. 278-282.

Mappemonde (1990), « Gestion de l’espace rural, des pratiques aux modèles », 1990, 4, 48 p.

Mathieu Nicole (1987) ; « Contribution à la table ronde sur la Géographie », Esprit.

Mathieu Nicole (1987), « l’Interdisciplinarité en question dans l’observatoire Causses-Cévennes », B.S.L.G., fasc. 3-4, pp. 492-504.

Mathieu Nicole, Jollivet Marcel, eds (1989), Du rural à l’environnement ; la question de la nature aujourd’hui, Paris, ARF/l’Harmattan, 352 p.

Mathieu Nicole (1989), « Démarches interdisciplinaires et perspectives d’avenir : bilan de 25 ans de pratique », B.S.L.G., fasc. 3-4 juillet-décembre 1989, pp. 256-269.

Pinchemel Philippe, ROBIC Marie-Claire, TISSIER Jean-Louis (1984), Deux siècles de géographie française, choix de textes, Paris, C.T.H.S., 380 p.

Pinchemel Philippe et Geneviève (1988), la Face de la terre, Paris, A. Colin, 518 p.

Plet Françoise (1989), « l’Espace et le Temps en Camargue de Bernard Picon : une relecture », Strates, 4, 1989, pp. 163-166.

Robic Marie-Claire et al. (1990), les Géographes français entre milieu et environnement, Paris, SRETIE/GEOMEDIA, 276 p. + livret.

Sautter Gilles (1979), « Préface » de l’ouvrage de Chantal BLANC-PAMARD un jeu écologique différentiel : les communautés rurales du contact forêt savane au fond du « V Baoulé » (Côte d’Ivoire), Paris, ORSTOM, 313 p., pp. I-VI.

Tricart Jean, KILLIAN J. (1979), l’Écogéographie et l’aménagement du milieu naturel, Paris, Maspéro, 326 p. (Coll. « Hérodote »).

Notes

1 Je remercie Monique Barrué-Pastor, Chantal Blanc-Pamard, Tatiana Muxart, Marcel Jollivet et Yves Guermond pour leurs lectures attentives et leurs critiques ; elles m'ont été d'une aide précieuse pour aboutir à la version définitive de ce texte.

2 Selon les auteurs cette relation est appelée « rapports homme-nature » ou « rapports sociétés-nature », cette distinction étant pour certains l'expression d'une différence, voire d'une opposition dans la conception de l'analyse sociale (le concept « homme » étant réducteur) ; nous n'entrerons pas dans ce débat car nous considérons qu'il s'agit d'une distinction interne aux géographes qui privilégient la relation, ce qui n'est pas toujours le cas comme nous le verrons en particulier dans le spatialisme.

3 Pour illustrer cette position, il suffit de donner l'exemple de la notion de paysage même si son importance a été contestée par certains et à certaines périodes, elle n'a jamais disparu comme concept associé à la géographie, même dans les périodes où son utilisation était limitée du fait de cette contestation ou de la domination d'autres concepts comme celui d'espace par exemple.

4 Le terme de constitutif ne doit pas être confondu avec celui de traditionnel sauf si l'on prend le sens positif de tradition : savoir transféré mais réapproprié et renouvelé à chaque génération.

5 Sauf dans les années 70 comme nous le verrons en troisième partie.

6 Moins souvent dans les années 70 où ce paradigme est contesté.

7 Cf. ci-dessus Claudine Friedberg, « la Question du déterminisme dans les rapports homme-nature »., p. 47.

8 Entre autres objectifs car le terme signifie pour l'auteur « le sens d'un milieu » et c'est aussi « un point de vue », « notion corrélative de la crise au paradigme occidental moderne classique, celui du dualisme cartésien dans la neutralité d'un espace newtonien (i.e. homogène, isotrope, infini) ».

9 Par exemple le concept de paysage sans cesse remis en question, soit parce que, privilégiant le visible, il est, insuffisant pour rendre compte de changements économiques et sociaux profonds mais « souterrains », soit parce que sa polysémie et l'usage qu'en font les autres le rendent inapte à jouer le rôle de concept fort dans la discipline.

10 Cf. ci-dessous Monique Barrué-Pastor, Chantal Blanc-Pamard et Jean-Pierre Deffontaines, « Le Paradoxe du paysage », p. 231.

11 Sans parler des travaux d'André Meynier sur les paysages agraires.

12 En particulier par ceux qui lui préfèrent le terme d'« espace géographique » comme Roger Brunet parce qu’« on peut établir des lois spatiales mais on ne connaît pas de lois du milieu » (Séminaire organisé par l'équipe de recherche PARIS sur les concepts espace, territoire, milieu, avril 1991).

13 Surtout avant la critique des années 70 qui a provoqué un certain malaise dans l'enseignement de la géographie régionale.

14 Rappelons pour mémoire que Philippe Pinchemel fait sa thèse en géographie physique (les rideaux en Picardie) et sa thèse secondaire sur la dépopulation en Picardie ; réciproquement Roger Brunet soutient une thèse de géographie humaine sur la région toulousaine après un mémoire de maîtrise et une thèse secondaire de géographie physique.

15 Le terme de tradition n'est pas utilisé ici dans son sens péjoratif qui s'opposerait à modernité mais renvoie à l'hypothèse qui sous-tend notre démonstration, à savoir l'existence de traits constants au-delà des déformations qui les affectent à chaque époque du développement de la discipline.

16 Qui n'apparaît que très tardivement dans les programmes interdisciplinaires (cf. l'observatoire Causses-Cévennes avec Marianne Cohen), alors que la biogéographie traite incontestablement les problèmes d'environnement de certains milieux, le milieu forestier par exemple ou les zones humides.

17 Cf. ci-dessous, Monique Barrué-Pastor, « L'Interdisciplinarité en pratiques », p. 353.

18 Olivier Dollfus a fait partie du groupe de travail « Socio-économie » du comité ELB présidé par Grison de l'INRA (1972-1975) : choix de la sociologie (Nanterre) et de l'économie rurale (INRA, IREP) pour représenter les chercheurs en sciences humaines ; il est responsable du groupe « Montagnes humides » quand le comité se réorganise sous la présidence de Sauvage (1974) ; puis membre du comité GRNR (1977-1979) ; puis président du comité ECAR (1980-1982).

19 presqu'inaperçus alors que d'une certaine manière ils sont précurseurs.

20 Ainsi Gilles Sautter écrit en 1979 dans la préface d’Un jeu écologique différentiel : les communautés rurales du contact forêt-savane au fond du « V Baoulé » : « L'ouvrage de Chantal Blanc-Pamard peut légitimement se prévaloir de ce qu'on tend à appeler aujourd'hui l'écologie humaine. Autrement dit, d'un point de vue qui situe les sociétés, surtout rurales, dans et face à la nature. Une nature mise en scène, mise en œuvre et souvent transformée, bien au-delà de sa dynamique intrinsèque et de ses possibilités de "récupération" par les acteurs sociaux. Contrairement à la représentation que se font souvent les naturalistes, cette nature-là n'a rien d'un support organisateur. Elle ne se borne pas non plus à permettre et à subir, mais participe à un jeu irréductible à sa propre logique. »

21 Cf. la remarque de Pierre Péguy, in « le Géographe est celui qui sait que la terre est ronde », Brouillons Dupont, 1982, pp. 42-51, sur l'élimination totale de la géographie dans l'Histoire Générale des Sciences de R. Taton paru de 1957 à 1964 : « Mais vous y chercheriez en vain ce qu'est la "projection de Mercator" ou simplement le voyage de Magellan. Rien ne montre mieux que ces détails à quel point les auteurs de cette encyclopédie, philosophes et historiens des sciences de la génération d'après la "Seconde Guerre" – celle de Sartre, pour fixer les idées – étaient totalement allergiques à la géographie. »

22

© CNRS Éditions, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable