Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Séoul, ville géante, cités radieuses

 | 
Valérie Gelézeau

Préface

Jean-Robert Pitte

Texte intégral

1Existe-t-il un pays au monde dans lequel une majorité de la population aspire à vivre dans un grand ensemble et qui, progressivement, y parvient, créant ainsi un paysage hérissé par des dizaines de milliers de tours et de barres à peu près toutes semblables ? Oui, c’est la Corée. Non pas celle du Nord, dont le régime stalinien exsangue n’est pas plus capable de fournir du béton frais que du riz à ses citoyens-otages, mais celle du Sud, démocratique et libérale, dont le RNB par habitant est au 27e rang mondial et au 4e rang d’Asie. Le rêve de Le Corbusier est en train de s’y accomplir à grande vitesse. Des quartiers d’habitat individuel que tout visiteur européen rêve de moderniser et de sauvegarder, qui ailleurs se « gentrifieraient », y disparaissent chaque jour sous le coup des pelleteuses pour laisser la place à ces constructions brutales, bâties à touche-touche, uniformes par leur volume, leur raideur, leur blancheur, la sobriété de leur décoration qui se réduit à un logo et un numéro peints sur le côté, sans lesquels aucun visiteur n’aurait de chance de pouvoir s’y repérer.

2C’est cet étrange phénomène que Valérie Gelézeau a voulu comprendre au travers du cas de Séoul, grâce aux méthodes de la géographie et à sa très bonne connaissance de la langue et de la culture coréennes, grâce aussi au respect affectueux qu’elle porte aux Coréens, sans lequel une telle enquête n’aurait pas été possible. Le lecteur français se sentira d’autant plus interpellé par ce qu’il va lire dans cet ouvrage pénétrant qu’il est habitué en ouvrant son journal à voir associés les grands ensembles aux formes les plus poussées de la disparition du lien social, de l’incivisme et de la délinquance. Comment cette architecture et ce prétendu urbanisme, chez nous représentatif des « Trente Glorieuses » et triste avatar de la « Charte d’Athènes », peut-il séduire à ce point un peuple prospère, éduqué, héritier de l’une des civilisations anciennes et raffinées de l’Asie sinisée ? La question est simple et s’impose à tout étranger qui visite la Corée. Les réponses sont complexes et Valérie Gelézeau a dû dépouiller une abondante littérature, entrer dans les arcanes du rapport ambigu qui existe en Corée entre les entreprises privées et le pouvoir politique et, surtout, rendre visite aux habitants de ces tanji, les interroger inlassablement, eux et tout le petit peuple des gardiens et employés d’entretien.

3Ce travail est une analyse fine de la modernité coréenne, des aspirations et des rêves de ce peuple industrieux et optimiste qui regarde plus devant lui que derrière. Pas trop devant, tout de même, et Valérie Gelézeau se garde bien de prédire ce que deviendra ce type d’habitat, quel rapport entretiendront demain les Coréens en général, et les Séouliens en particulier qu’elle a étudiés, avec leurs tanji aujourd’hui si désirés et aimés des classes moyennes. Elle jongle avec les échelles : depuis l’espace coréen dans son ensemble, celui de la région capitale, des quartiers qu’elle a parcourus, jusqu’aux groupements de barres, à leurs espaces publics, à leurs cages d’escalier et à la sphère domestique de l’intérieur des appartements. Partout, on ressent l’existence de territoires, c’est-à-dire d’espaces appropriés, dans lesquels les habitants se sentent plutôt bien ensemble. C’est de la belle et bonne géographie, également une nouvelle manière de faire comprendre l’Extrême-Orient aux non-spécialistes, grâce à l’emploi d’une langue simple et claire.

4Les Coréens ont manifesté depuis un demi-siècle une ardeur à l’ouvrage et une inventivité qui forcent l’admiration. Demain, il ne fait pas de doute que leurs grands ensembles, vite construits, se dégraderont et que leurs habitants rêveront d’autres cadres de vie. Si la prospérité et la cohésion sociale du pays se maintiennent, d’autres formes d’urbanisation se développeront. Elles sont déjà perceptibles dans les périphéries lointaines de Séoul où l’élite de la capitale se fait construire de luxueuses villas respectueuses de la géomancie et jouissant d’une vue agréable. La capacité au changement des Coréens éclate dans le paysage urbain des tanji. Elle peut demain se manifester dans le retour à un habitat individuel d’un type nouveau, apparenté à ce que l’on voit au Japon. Ce pourrait également être l’évolution de la Chine des décennies à venir. Et pourquoi pas un jour de la France affligée de ses grands ensembles qu’elle n’a jamais véritablement aimés ? Il faut lire ce livre qui est un miroir cruel pour les Français, tentés de sourire des villes coréennes. Il invite à une réflexion décapante sur la nécessité de créer des espaces de vie conformes aux attentes des citoyens et non seulement à celles de leurs architectes, urbanistes, intellectuels ou décideurs politiques.

Auteur

Université de Paris-Sorbonne

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable