Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes du Sahara

 | 
Olivier Pliez

Troisième partie. Vers une urbanité saharienne

Une urbanité, des urbanités

Texte intégral

1Au fil de cette dernière partie, il est apparu que la ville « se fait » à la fois par le haut et par le bas.

2Par le haut, elle traduit la vision des aménageurs dont l’objectif était essentiellement de répondre à une urgence et d’accompagner une dynamique où les agglomérations sont la somme des communautés juxtaposées. Les velléités de ce modèle se lisent dans le plan d’aménagement de Sebha pour 1988. Dans le reste du Fezzan, la question se posait avec moins d’acuité. En effet, la politique du logement concernait toute la population des villages, donc une seule communauté, ensemble homogène malgré des clivages familiaux encore prégnants. Ce modèle d’aménagement perd de sa justesse, tant au plan fonctionnel comme le prouve les « crises urbaines » qu’au plan humain.

3Par le bas, les modalités de l’appropriation de l’habitat et des quartiers témoignent de l’évolution du modèle importé. Elles relèvent en partie du fait de civilisation, qu’il s’agisse de la fermeture des espaces ouverts ou de l’intégration progressive des groupes nomades. Sur ce point, rien ne diffère fondamentalement des constatations effectuées dans le reste du Sahara maghrébin. Plus discrets, mais tout aussi fondamentaux, les échanges, migrations ou négoces internationaux, se développent, contribuant à l’émergence de nouvelles centralités et donc à de multiples opportunités d’interactions sociales.

4En somme, pour reprendre les termes de la définition de Jacques Lévy (1994) de l’urbanité, la densification s’accompagne d’une diversification croissante. Mais la diversité suscite-t-elle pour autant le passage de l’agglomération à la ville ? Reprenons le rapport au monde énoncé plus haut. La maison est dans le quartier, le quartier dans la ville mais la ville est plus que l’addition des quartiers car elle fait système. Or elle ne peut faire système que dans l’interaction : si la diversité sociale s’accompagne du cloisonnement spatial, le modèle se limite à celui de l’agglomération.

5Cette idée nous semble fondamentale dans le Sahara libyen, et sans doute même dans l’ensemble du Sahara car elle pose problème. Elle conduit à repenser la question du lien entre la communauté et l’agglomération. La relation entre ces deux entités, l’une sociale, l’autre spatiale, a été abordée à plusieurs reprises au fil de ce travail. Le fait d’évoquer Sebha et le réseau du Wadi Al Haya incite à pousser un peu plus avant la réflexion, dans deux cadres géographiques différents.

6À Sebha, l’effet de taille contribue, dans un premier temps, à créer l’altérité et donc à ce que les personnes privilégient le lien familial sur les interactions sociales avec l’extérieur. L’installation dans l’agglomération étant collective, le quartier est le niveau le plus pertinent afin d’appréhender le marquage spatial de cette altérité. Pour autant, la dynamique initiale ne doit pas conduire à sous-estimer les petits signes de « la ville en train de se faire ». On les repère à travers les nouvelles centralités et les ambiances qui s’en dégagent. On repense à cet esprit des lieux évoqué en introduction auquel contribue de manière sensible la présence d’immigrés. Pour autant, ces lieux de sociabilité ne concernent pas tous les habitants. Nous parlons ici des hommes, car ce sont eux qui participent à la sociabilité citadine. Les femmes restent cantonnées à celle des espaces privés ou semi-privés, maison et quartier. Le niveau de la ville, qui correspond à celui de l’interaction hors du cercle familial et communautaire, est masculin, si l’on excepte ce qui concerne l’emploi.

7Dans le Wadi, le fait que la communauté et la ville ne fassent qu’un en restreint tout autant la diversité. Celle-ci n’est perceptible qu’en prenant un peu de hauteur, c’est-à-dire en abandonnant définitivement l’idée du village cellule autarcique pour le penser dans son environnement social et spatial, celui de la vallée. On perçoit alors mieux à quel point, ici, l’étroite association entre la circulation et les interactions sociales contribue à l’élargissement de l’aire spatiale des pratiques. Or en multipliant ces pratiques par le travail, les études ou bien les loisirs, les personnes multiplient les lieux faisant partie de leur vécu, créant ainsi la diversité. Trivialement, nous pourrions résumer cette idée en disant que la voiture repousse les limites de l’altérité entre l’ici et l’ailleurs.

8Finalement, à Sebha, la ville se dessine ou, plutôt, est redessinée par ses habitants de la maison à la ville en passant par le quartier. Dans le Wadi Al Haya, on assiste plutôt à une recomposition régionale multiscalaire appuyée sur des représentations spécifiques de l’urbanité. Elles s’expriment à la fois dans les pratiques et le discours. Partout la ville se fait mais autrement. Peut-être est-ce là la spécificité d’une hypothétique urbanité saharienne.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540