Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes du Sahara

 | 
Olivier Pliez

Troisième partie. Vers une urbanité saharienne

Chapitre IX. L’urbanité sans ville du Wadi Al Haya

Texte intégral

1Hors du Sahara et de son aire d’influence directe, peut-on encore évoquer le terme d’urbanité ou bien la présence des rubans de palmeraies confine-t-il les vallées oasiennes dans la ruralité ? L’ajout du suffixe « ité » cache mal la tentation du chercheur à opérer une séparation entre l’urbain et le rural, les villes et les campagnes. Il paraît nécessaire de rappeler quelques faits : en 1995, plus d’une personne sur deux dans le Sahara libyen vit dans une agglomération de 1 500 à 10 000 habitants. Le processus d’urbanisation a donc d’abord été dans le désert un processus de micro-urbanisation par création et/ou croissance démographique de centres petits et moyens.

2L’exemple du Wadi Al Haya illustre bien les caractères de ce processus. Dans un premier temps, le mouvement d’urbanisation-modernisation mené du haut vers le bas s’exprime à travers une politique d’aménagement fondée sur la rénovation rurale de la région et la promotion de centres administratifs. Mais progressivement, à travers leurs pratiques quotidiennes et routinières, les habitants du Wadi Al Haya s’approprient cet espace de vie façonné par des interventions extérieures ; ils le signifient en le transformant, construisent un discours qui reflète des représentations collectives, véritables clés de compréhension du quotidien dans les espaces oasiens.

3Pour autant, la lecture selon laquelle un mouvement du bas vers le haut se substituerait à un mouvement inverse, jusqu’alors prédominant, du haut vers le bas, reste évidemment schématique. Dans un cadre fixé par d’autres, les Fezzanais redéfinissent leur rapport à l’espace sous l’expression d’une urbanité qui se déploie dans un réseau villageois, en somme une urbanité sans villes.

Consternants paysages urbains !

4La rapidité – oserait-on dire la brutalité ? – du processus d’urbanisation a laissé plus d’un observateur perplexe. L’uniformisation des paysages tout comme la rapidité des changements spatiaux et sociaux ont été à l’origine, en réaction, d’un discours nostalgique sur la ville. D’As Smara, dans le Sahara occidental, Le Clézio (1997) donne une description très évocatrice : « Au-dessus de la vallée, la citadelle est en ruine. Elle est flanquée de casernes, de garnisons ; une grande antenne de radio jaillit des anciens remparts. La vaste agglomération de tentes en peau de chameau […] a laissé la place à des constructions précaires en parpaing, coiffées de dômes blancs. Il y a un souk où les commerçants venus des quatre coins du Maroc vendent des tissus, des comestibles. Le palais de la Province domine la ville de ses hauts murs de pierre noire. Il y a des avenues rectilignes, des trottoirs, quelques maigres jardins. La cité mystique s’est changée en garnison militaire et en centre commerçant […]. » Le regard distancié que posent les écrivains sur un village du Sud marocain, où ils arrivent après un long et onirique trajet automobile, nous permet de souligner la difficulté à laquelle est confronté le géographe face à son objet d’étude. Ce bourg saharien, à travers les yeux d’un romancier plus soucieux de capter le sensible que le réel, n’est qu’un artefact qui semble n’avoir été fait ni par ni pour ceux qui y vivent. De même, avec une pointe d’ironie, Mustapha Boudiaf (1994) constate qu’El Oued, principale ville du Souf, dans le Sahara algérien « a adopté le béton […]. Ici, comme ailleurs, c’est l’architecture nationale qui domine […] à telle enseigne qu’on a l’impression de ne pas bouger quand on voyage ».

5Mais une fois le constat posé, quelle lecture sociétale faire de ces « non-lieux » ? La diffusion d’un modèle standard, imposé par le haut, a souvent été interprétée comme un facteur de remise en cause des traditions et valeurs villageoises. Mohamed Naciri exprime bien cette tendance à travers l’étude d’un village du Sud marocain effectuée au début des années 1980. Son analyse sur les causes du déclin rapide du mode de vie « ksourien » mettait l’accent sur l’importance de la route : y « transitent hommes et produits […] l’argent mais aussi les modèles, les valeurs, les aspirations nouvelles ». La nouvelle agglomération, dénommée Nimirou (numéro) « par référence au chiffre de la borne kilométrique » symbolise cette tendance de l’urbanisation à fondre les villages dans « l’anonymat, l’uniformisation et la monotonie ». Ici, comme cela a souvent été le cas dans les espaces ruraux marginaux du Maghreb des années 1960 aux années 1980, les émigrés ont impulsé un mouvement d’urbanisation que l’État a accompagné en construisant des axes routiers. En effet, grâce à leurs revenus, ils ont investi dans la construction d’une villa, hors du ksar, le long de l’axe, suivis par les autres familles. Ce processus banal fut souvent perçu au plan local et par les observateurs extérieurs comme le premier signe du délitement social. Toutefois, la lecture du processus proposée ici est symptomatique du discours dominant dans un contexte de bouleversement total des « campagnes sahariennes ». On a cru pouvoir, en analysant l’espace, tirer des conclusions sur le changement social : individualisation des comportements, anonymat, perte des référents identitaires « traditionnels », au détriment de la cellule communautaire protectrice et de son expression matérielle, le ksar.

6Alors que l’achèvement de la transition urbaine se dessine dans l’ensemble du Sahara maghrébin ne devient-il pas nécessaire d’explorer d’autres approches ? La route a un effet structurant, spatial autant qu’imaginaire, mais symbolise-t-il pour autant la dissolution des identités locales dans un ensemble uniforme ?

Visions et discours des habitants du Wadi

  • 1 Dans cette optique, afin de disposer d’un corpus de données cohérent, j’ai recueilli des informati (...)

7On parle souvent de réappropriation matérielle de l’espace mais l’idée même de réappropriation est multiforme et dépasse la simple transformation du cadre bâti ; elle est aussi un processus selon lequel chacun tend à redéfinir ses repères dans l’espace vécu. Les discours révèlent quelques biais selon lesquels s’effectue cette réappropriation discrète et conduisent progressivement à chercher une définition de l’urbain par ceux qui le vivent1.

8Paradoxalement, si le nom Fezzan est bien présent dans le registre du tourisme, pour qualifier des circuits ou des enseignes d’agences de voyage… il n’est pas sûr qu’il connaisse le même succès dans la région qu’il est censé qualifier.

9La question des limites du Fezzan ne pouvait que surprendre les enquêtés et les conduire en fait à formuler les contours de l’espace régional dans lequel eux se reconnaissent (fig. 15). Néanmoins, elle permettait de distinguer deux manières de voir l’ensemble régional, l’une élargie, l’autre restrictive. La vision élargie renvoie à un vaste territoire s’étendant de Ghadamès au nord à la frontière avec le Niger au sud alors que la vision restrictive se limite au noyau central, de Sebha à Oubari et Mouzouq. Le Wadi Ash Shati est dans ce cas rarement évoqué, moins en tout cas que Ghat, pourtant beaucoup plus distante du Wadi Al Haya.

10Ces éléments nous permettent de conforter la prégnance de deux conceptions territoriales fondamentales. La vision élargie correspond peu ou prou à celle du Fezzan « historique », c’est-à-dire un carrefour saharien. Est-il étonnant que ceux qui le représentent ainsi soient surtout les personnes âgées et les plus diplômés ? Ils restituent alors un cadre appris plus que vécu. Par contre, les jeunes réduisent le territoire à celui de leur pratique quotidienne et occasionnelle. « Leur » Fezzan se réduit alors à une portion du Sahara libyen méridional.

11Ces deux conceptions du territoire s’accompagnent à nouveau d’une dualité dans les repères choisis pour le borner. La vision élargie associe les qualificatifs d’erg, de jardins, de vallée, en somme une vision naturaliste qui correspond bien à une certaine idée de ce qu’est le Fezzan : une permanence, renvoyant au passé mais sans réel lien avec la situation qui prévaut aujourd’hui. La vision restrictive, par contre, s’appuie tantôt sur les routes, tantôt sur les agglomérations principales, voire les deux à la fois, c’est-à-dire sur les repères mis en place par les différents plans d’aménagement et l’urbanisation rapide.

12La vision du territoire d’un jeune Touareg est intéressante car elle s’inscrit à la fois dans l’une et l’autre des représentations. En effet, on devine une proximité entre cette représentation et le fait que « pour décrire son territoire, un nomade dessinera sur le sable les vallées et les puits qui s’y inscrivent […] le puits représente un véritable “centre” de rencontre, un point nodal entre plusieurs fractions ou tribus nomades » (H. Claudot-Hawad, 1996). Or la transcription graphique triangulaire représente ce territoire nomade, à ceci près que les agglomérations s’y substituent aux puits.

Figure 15. Quatre visions du Fezzan

Figure 15. Quatre visions du Fezzan

Source : Enquêtes d’après O. Pliez (2000).
En haut, deux représentations contrastées, révélatrices d’un clivage générationnel : en haut à gauche, un jeune homme réduit le Fezzan à l’espace de ses pratiques, c’est-à-dire le long de l’axe routier et des agglomérations qui le jalonnent. Le Shati, au nord, et l’est de la dépression de Mourzouq sont exclus. Notons, en outre, qu’elles correspondent respectivement au « Fezzan arabe », lié à la Tripolitaine au nord et au « Fezzan toubou », lié au Tchad et au Niger vers le sud-est. À droite, on retrouve une vision plus classique, celle du « carrefour saharien ».
En bas, deux croquis : à gauche, le Fezzan dans ses limites administratives ; à droite, le Fezzan reconstitué dans une représentation de l’espace nomade, les agglomérations se substituant aux autres repères comme points d’ancrage spatiaux. Ici, seules sont représentées celles comptant une communauté touarègue notable ou majoritaire, finalement assez proche de la représentation « routes et villes ».

13Ces deux représentations du territoire traduisent deux glissements majeurs : glissement d’échelle lorsque, à un niveau d’identification supposé régional, le Fezzan, se substitue un espace vécu essentiellement local ; glissement des repères lorsque à ceux, « immuables », de la nature se substitue le cadre spatial produit par l’État par le biais d’une politique d’aménagement volontariste. Ainsi, la rétraction du territoire qui s’esquisse à travers les représentations témoigne de l’intensité de la territorialité à l’œuvre. Le clivage est générationnel mais révèle sans doute aussi la propension des sociétés sahariennes à digérer les interventions extérieures, principalement l’urbanisation et le désenclavement, en procédant progressivement à leur réappropriation.

14Ce qui s’apparente, vu de loin, à un mouvement d’urbanisation des campagnes, déstructurant et uniformisant, prend-il alors dans le discours de ceux qui sont censés le subir la même tonalité ?

15Invitées à énumérer les mots qui permettent de qualifier la ville et l’urbain, les personnes enquêtées ne distinguent pas le fait d’être dans ou hors du Sahara. Pas de spécificité saharienne, donc, mais une définition presque unanime de ce que signifie l’urbain. En effet, qu’il s’agisse des habitants (cités 18 fois), des voitures et des embouteillages ou des commerces (10 fois chacun), des immeubles et de l’habitat (9 fois), presque systématiquement leur sont accolés les qualificatifs de « trop », « beaucoup », « les uns sur les autres ». Ils révèlent une définition de la hiérarchie urbaine fondée sur l’entassement et la quantité. En somme, plus la ville est grande, plus les habitants s’y entassent, plus les immeubles, les usines, les embouteillages sont nombreux. Cette perception négative ne concerne pas l’ensemble des agglomérations mais seulement les plus grandes, Sebha, centre régional comptant environ 150 000 habitants, comprise. La transformation des vallées sahariennes n’est assimilée à ce mouvement que par un biais particulier. En effet, les entretiens et questionnaires laissent transparaître une représentation assez largement partagée de l’espace : on y trouve désormais les attributs de la ville mais à faible dose. Ce qui apparaissait à l’observateur extérieur comme un trait majeur des paysages, la négation de la ville, se réduit alors à un inconvénient mineur. Ainsi, si l’uniformité de l’habitat est nettement perçue, elle se justifie comme le pendant inévitable du confort. L’habitation « populaire », ou de manière plus évocatrice « salubre » (sahî), terme selon lequel les personnes qualifient leur domicile, devient alors pour ceux qui en possèdent une l’un des critères majeurs de la qualité de vie.

16Les représentations de la nature confortent cette conception de l’urbain. Les vocables relatifs à l’agriculture tels que ferme, agriculture ou oasis sont très rarement mentionnés, de même que ceux évoquant la vie villageoise traditionnelle puisqu’il n’est question qu’une seule fois d’« union sociale » pour qualifier les villages. Au contraire, le discours se construit autour d’une idée forte : ici, on bénéficie aussi du confort mais sans pâtir des inconvénients de la ville. Pourquoi ? Parce que le Sahara libyen cumule les éléments qui étayent l’argument, à leurs yeux, de « bonnes conditions de vie », le calme (9 fois cité), l’air pur (6 fois), le repos (5 fois). Ces éléments sont à mettre en relation avec ceux qui concernent la définition de l’urbain car ils s’opposent à ce qui caractérise le désagrément de la vie citadine. La fréquence avec laquelle ces termes reviennent correspond sans doute à une volonté d’opposer deux modes de vie.

17Une vision inversée de l’urbain se dessine progressivement, en porte-à-faux avec la vision extérieure, parfois plaquée sur la réalité villageoise.

18Il est admis, tacitement, que l’urbanité est d’autant plus forte et évidente que la taille des agglomérations et la densité urbaine d’un espace donné sont importantes. Mais si l’on poursuit ce raisonnement jusque dans des espaces dont la marginalité semble indiscutable, des problèmes d’interprétation se posent. Ainsi, il apparaît que partir de la strate des métropoles et descendre jusqu’au niveau des plus petites agglomérations conduit à constater un appauvrissement progressif de l’urbanité des lieux observés. On retrouve une représentation classique des hiérarchies urbaines, celle d’un continuum partant du haut, les mégalopoles, vers le bas, le « rural profond », dont l’urbanité serait en fin de compte niée. Paradoxalement, alors que le consensus se noue autour de l’absence de pertinence du clivage ville-campagne, de manière plus discrète, le Sahara pourrait se trouver relégué dans une ruralité aux contours flous.

19À cette vision, les enquêtés en renvoient une autre. L’urbain n’est pas perçu ici du haut vers le bas, prisme bien négatif et peu valorisant pour ceux qui le vivent à « la base », mais du bas vers le haut. Ceci semble logique et peut n’apparaître que comme un banal renversement de perspective mais il faut peut-être préciser les conséquences de cette perception. On pourrait les résumer en disant qu’à la base de la hiérarchie se trouvent les attributs élémentaires de l’urbain ; plus on monte, plus ils se pervertissent par accumulation d’inconvénients inhérents à la (grande) ville, ceux cités par la plupart des personnes.

20Il ne s’agit évidemment pas de présenter une approche comme plus pertinente que l’autre mais de tenter de cerner une autre manière de percevoir l’urbain. Paradoxalement, s’il y a urbanisation des campagnes – et on mesure maintenant les précautions qu’il faut prendre pour accompagner l’utilisation du terme –, on compterait plus de détracteurs du mouvement parmi ceux qui l’observent et le commentent que parmi ceux qui le vivent. N’y a t-il pas là un décalage paradoxal, entre la vision d’un espace idéalisé par ceux qui y sont extérieurs et la revendication de sa matérialité par ceux qui le pratiquent quotidiennement ? En fait, le discours sur l’urbain dans le Fezzan se calque sur ce que l’État a créé puisqu’en disant « urbain », on parle du confort et de l’amélioration du quotidien. Pour les enquêtés, l’uniformisation des paysages qu’implique la succession de villages et de demeures identiques le long de l’axe routier n’est pas perçue de manière négative. Au contraire, résider dans un logement construit par l’État renvoie à une image positive, celle d’une conception de la modernité pour le moins inattendue aux yeux des partisans de l’idéal perdu du ksar.

Territorialiser par les pratiques routinières et quotidiennes

21Ainsi, alors que la phase d’urbanisation des campagnes s’achève, des indices laissent supposer qu’une urbanité se construit. Elle est perceptible à travers les discours mais c’est essentiellement par le biais des pratiques routinières quotidiennes que progressivement les habitants s’approprient et donnent sens à l’espace produit par l’État.

22Si l’on traverse les vallées oasiennes du Sahara libyen sans descendre de son véhicule, l’impression d’uniformité domine, similaire à celle qu’évoque Le Clézio à propos d’As Smara, dans le Sahara occidental. Les commerces de chaque village s’alignent le long de l’axe ; on trouve généralement une épicerie, un café, un ou deux vendeurs de cigarettes, autant de primeurs, parfois une station d’essence Libya. Ces quelques boutiques sont fermées durant la journée et accroissent l’impression de non-lieux laissée par ces villages. Elles n’ouvrent que le soir lorsque leurs propriétaires rentrent dans le village après l’emploi de fonctionnaire qu’ils occupent ou les cours qu’ils suivent dans l’un des nombreux centres universitaires dont le Fezzan est doté. Les véhicules qui circulent sur la route klaxonnent, s’arrêtent, leurs occupants descendent, saluent un ami, achètent quelques fruits ou légumes et repartent, contribuant à créer un peu d’animation.

23Cette animation conduit à souligner un changement majeur du quotidien villageois : la palmeraie, les jardins ou la mosquée ne sont plus (autant) les lieux de sociabilité aujourd’hui. La route s’y substitue car elle émerge non seulement comme le vecteur essentiel de la circulation mais aussi de l’urbanité dans un cadre spatial plus étendu qu’auparavant. En effet, la circulation est omniprésente : on va voir ses amis, on les retrouve dans des lieux à l’écart des villages, parfois dans des sites touristiques. Les jardins, pourtant cités comme l’un des avantages de la localisation dans le Sud, sont peu pratiqués si ce n’est pour les loisirs.

24L’analyse des pratiques habitantes confirme de manière plus tangible cette territorialité. Il suffit d’ailleurs de localiser certaines activités pour en avoir une idée. Ainsi, les centres administratifs et commerciaux, ces lieux où l’on va par nécessité, contribuent à étendre l’aire des déplacements, tout autant que ceux des loisirs et de l’amitié. Les lieux de loisirs correspondent rarement à des villes, au mieux au domicile, mais le café ne concerne « que les étrangers ou bien si l’on veut voir ensemble une rencontre sportive à la télévision », dit un jeune d’Al Gharayfa. En fait, deux éléments sont recherchés, d’abord l’isolement, jardins, déserts ou bien les sites de baignade tels les lacs d’oasis situé dans l’erg d’Oubari. Les lieux où l’on va pour voir ses amis recoupent en partie ceux des loisirs mais lorsqu’il s’agit de les localiser, c’est l’ensemble du Wadi qui est représenté. Seule la localisation de la famille diffère puisque toutes les personnes questionnées disent vivre là où vivaient leurs ascendants.

25La facilité avec laquelle les déplacements individuels peuvent être effectués donne une tonalité bien particulière aux modalités selon lesquelles les Fezzanais pratiquent leur espace. Elle contribue à créer une proximité spatiale susceptible d’intensifier et de diversifier les liens sociaux. L’accès généralisé aux études supérieures – permis grâce à la multiplication de petits centres universitaires de proximité (6 dans le Fezzan, en dehors de l’université de Sebha) – et la tertiarisation de l’économie contribuent en effet à l’accroissement des déplacements. En conséquence, le cadre spatial dans lequel se déploie le quotidien s’est singulièrement étendu car tous les habitants peuvent circuler d’un village à l’autre et ainsi accéder à de nouveaux lieux de sociabilité. La dissociation des lieux de la pratique spatiale révèle que le quotidien des Fezzanais s’inscrit dans un espace sélectif et éclaté, selon un jeu d’échelle emboîté : la famille, c’est le village, les amis, la vallée, au-delà s’exprime l’altérité envers les étrangers et les Italiens, nom moqueur donné aux Tripolitains.

26L’impression qui ressort est donc celle d’une diffusion de l’urbanité à l’initiative des habitants, non pas en s’installant dans une agglomération importante mais en intégrant la ville et les pratiques urbaines dans son quotidien. Nombreux sont les habitants qui, par exemple, critiquent les villes du reste de la Libye, notamment celles du Sahara, tout en fondant leur idéal urbain autour de l’idée d’une urbanité sans villes. Nombreux sont, en conséquence, ceux qui ne se considèrent ni comme ruraux alors qu’ils vivent dans l’espace rural, ni comme urbains puisqu’ils évitent tous les tracas supposés de la vie quotidienne dans les grandes villes. Ce positionnement médian est très prégnant dans le discours, ouvertement comme un signe de distinction, voire de fierté mais aussi, de toute évidence, comme un ferment identitaire. Est-ce là l’équation réussie de l’urbanisation saharienne dans les petites agglomérations ?

Les limites d’une urbanité idéale

27L’impression laissée en tentant de cerner les contours d’une urbanité saharienne est finalement assez mitigée. Il est nécessaire de nuancer un discours un peu unanimiste à propos d’un « modèle idéal » mais on peut aussi risquer d’évoquer quelques pistes de réflexion.

28Au premier regard, l’impression est positive. Le discours majoritaire se construit autour d’une conception de la modernité, dite urbaine, sans les inconvénients de la ville. Dans cette logique, les villes sont suspectées de présenter deux inconvénients majeurs, celui d’accélérer le délitement des structures sociales traditionnelles et celui de promouvoir l’anonymat, « ce signe d’une société tout entière urbanisée » (C. Petonnet, 1994). Ce qui n’est en fait pas du tout avéré comme le révèle le cas de Sebha, la « capitale » du Fezzan, où les stratégies familiales sont extrêmement actives.

29Rapidement les limites d’un « modèle idéal » se précisent. L’urbanité est indéniable, certes, mais aussi incomplète. Curieusement, c’est chez un vieil homme que l’on retrouve la phrase la plus amère : « la moindre des choses est plus attirante en ville que dans le village ». On pense alors à tous ces non-dits, tels l’absence d’anonymat et le contrôle social dont pâtissent les jeunes et les travailleurs immigrés. Le regard croisé semble ici peser plus lourd qu’ailleurs, peut-être parce qu’il résulte de deux niveaux de surveillance qui finalement convergent dans le modèle urbain diffusé dans le Sahara libyen. Pour le premier niveau, institutionnel, accélérer l’agglomération des populations, c’est offrir le confort mais aussi contrôler, alors que pour le second niveau, social, l’enjeu vise à la perpétuation de la régulation villageoise traditionnelle dans un nouveau cadre spatial. En conséquence, l’urbanisation signifie l’atteinte de la normalité par rapport au reste du pays et la matérialisation d’une intégration nationale achevée. Mais derrière l’unanimité de façade que révèle le discours, on perçoit aussi des décalages entre les attentes de chacun, les limites d’un modèle pour tous.

30L’urbanisation des campagnes n’est pas la finalité de la mutation mais une étape majeure dont la particularité est d’avoir été menée par l’État. Il est évidemment toujours plus aisé de juger a posteriori mais on sait aussi le risque qu’il y a à porter des jugements trop hâtifs et à considérer que là où l’on ne voit pas un fait, il convient peut-être de chercher les indices d’un processus émergent ; peut-être que l’urbanité sans ville est l’un d’eux. Dès lors, les constats alarmistes portés sur un processus en cours ont pu induire en erreur, en conduisant à souligner la mort de la ville là où il serait peut-être plus prudent d’évoquer la mort d’une conception de la ville ou en diagnostiquant des pertes d’identité là où de nouveaux référents émergent.

  • 2 Cornelius Castoriadis, « L’individu privatisé », Le Monde diplomatique, février 1998, n˚ 527.

31Un des éléments les plus intéressants est l’intense fabrique des lieux publics dans les sociétés sahariennes, telle que la révèle l’étude des pratiques spatiales. On connaît les précautions d’usage liées à l’utilisation de ce terme ; nous entendons ici par lieu public les lieux « public-privé », selon la tripartition proposée par Cornelius Castoriadis2, entre l’oïkos (la maison, la famille, la vie privée) et « l’ecclésia, le lieu public-public […] où s’exerce […] le pouvoir politique ». Ces lieux n’existent pas dans les agglomérations actuelles, où chacun est incité à rester confiné à la sphère privée, et leur production s’effectue selon des modalités bien particulières. En réponse au contrôle social, ces lieux sont généralement créés à l’écart des agglomérations ; ils peuvent coïncider avec les palmeraies, devenues pour beaucoup des jardins d’agrément, ou tout simplement avec un espace suffisamment éloigné des villages que trahissent les traces de pneus hors des pistes, afin de se livrer à des activités prohibées comme la consommation d’alcool. Parfois, ces lieux émergent en coïncidence avec d’autres, notamment ceux du tourisme naissant. On en devine les motivations : symboles de l’ouverture à l’extérieur, ils sont en même temps ceux où l’on peut transgresser les interdits du quotidien sans pour autant avoir à se cacher ; les fêtes d’étudiants, de collègues de bureaux s’y déroulent désormais. On notera d’ailleurs, selon une démarche identique, que les jeunes de Koufra privilégient les hôtels internationaux de la ville de Benghazi lorsqu’ils désirent se marier ; elle est pourtant située à près de 2 heures d’avion, soit 1 100 kilomètres, de l’oasis. Il s’agit de contourner des pratiques sociales du mariage particulièrement onéreuses à Koufra mais aussi de chercher des lieux éloignés, comme c’est le cas dans le Fezzan. La distance rime alors avec l’émancipation.

Notes

1 Dans cette optique, afin de disposer d’un corpus de données cohérent, j’ai recueilli des informations par entretiens et questionnaires. Les entretiens, rarement formalisés, sont le résultat de rencontres avec des étudiants, des jeunes engagés dans la vie active, des responsables locaux, parfois des travailleurs immigrés, originaires d’Afrique de l’Ouest, du Sahel et du monde arabe. J’ai obtenu auprès d’eux des informations très diverses sur leur quotidien, leurs pratiques, leur vision de la région, du village, de la route, des touristes. Ces éléments m’ont permis de mieux cerner les spécificités du Sud libyen par rapport à ce qui se dégageait de mes lectures sur le reste du Sahara maghrébin. Néanmoins, j’ai ressenti le besoin de savoir si ces informations étaient représentatives de ceux qui, polyglottes, souvent diplômés, s’étaient prêtés aux entretiens ou bien si elles reflétaient une tendance générale hors de ce cercle étroit. En effet, les entretiens, à la fois informels et formulés à l’écart du groupe, étaient pour certains un exercice d’expression libre ou bien de propagande appuyée ; le risque d’une certaine artificialisation de ce corpus d’informations n’était pas négligeable.
J’ai donc soumis 26 questions à 41 personnes qui résident pour l’essentiel dans le Wadi Al Haya occidental, de Gabraoun Jedid à Oubari. Les différents niveaux de la hiérarchie des agglomérations sont représentés, quoique très inégalement, dans un secteur qui a largement bénéficié des sollicitudes de l’État et connaît aujourd’hui des taux de croissance encore élevés.
Les résultats obtenus sont très mitigés. En effet, il n’a pas été possible d’interroger de femmes et les étrangers ont généralement décliné. Leur situation délicate les pousse plus facilement à s’exprimer oralement. Autre élément limitant, la « sincérité » des réponses qui s’assimilent parfois à une vulgate officielle. Plus de la moitié des enquêtés sont engagés dans la vie active, les autres se répartissant de manière équitable entre retraités et lycéens ou étudiants. Dans la mesure où nous n’avons pas de questionnaire d’immigrés, la part des fonctionnaires dans le total des actifs est élevé, 19 sur 25, dont 3 reconnaissent pratiquer une activité dite complémentaire, souvent principale dans les faits. Les actifs du secteur privé sont donc peu représentés.
L’exploitation systématique s’est donc avérée impossible à mettre en œuvre et a rendu caducs les regroupements de questions trop formels, finalement remplacés par d’autres, thématiques. Des réponses ont rapidement révélé le caractère artificiel de certaines séparations, celle par exemple entre la région et le village. Souvent, on n’obtient de réponse qu’à l’une ou l’autre des questions sur ces thèmes ou bien une redite. L’élément est intéressant en soi puisqu’il permet de supposer que le village n’est pas toujours un cadre pertinent de réflexion, du moins dans le contexte d’un réseau villageois dense ; mieux vaut y substituer la vallée.

2 Cornelius Castoriadis, « L’individu privatisé », Le Monde diplomatique, février 1998, n˚ 527.

Table des illustrations

Titre Figure 15. Quatre visions du Fezzan
Légende Source : Enquêtes d’après O. Pliez (2000).En haut, deux représentations contrastées, révélatrices d’un clivage générationnel : en haut à gauche, un jeune homme réduit le Fezzan à l’espace de ses pratiques, c’est-à-dire le long de l’axe routier et des agglomérations qui le jalonnent. Le Shati, au nord, et l’est de la dépression de Mourzouq sont exclus. Notons, en outre, qu’elles correspondent respectivement au « Fezzan arabe », lié à la Tripolitaine au nord et au « Fezzan toubou », lié au Tchad et au Niger vers le sud-est. À droite, on retrouve une vision plus classique, celle du « carrefour saharien ».En bas, deux croquis : à gauche, le Fezzan dans ses limites administratives ; à droite, le Fezzan reconstitué dans une représentation de l’espace nomade, les agglomérations se substituant aux autres repères comme points d’ancrage spatiaux. Ici, seules sont représentées celles comptant une communauté touarègue notable ou majoritaire, finalement assez proche de la représentation « routes et villes ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540