Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes du Sahara

 | 
Olivier Pliez

Deuxième partie. Des dynamiques locales encadrées par l’État

Agir sur l’espace à l’heure de l’« Infitah » libyenne

Texte intégral

1Les modalités selon lesquelles l’État libyen se désengage des objectifs économiques, sociaux et spatiaux qu’il s’était lui-même assignés restent difficiles à cerner et par conséquent à appréhender de manière globale. D’évidence, malgré quelques mesures spectaculaires et de nombreux discours, l’Infitah libyenne n’a pas été à la hauteur des promesses des gouvernants. En effet, les dirigeants ont rapidement été forcés de préserver les éléments sur lesquels se fonde leur légitimité alors que les leviers économiques sur lesquels ils se sont toujours appuyés, ceux de la rente des hydrocarbures, se sont progressivement érodés. Afin de résoudre ces paradoxes, le pouvoir central a privilégié deux options, plus « discrètes » mais dont on prend à peine la mesure : il a procédé à une redistribution des pouvoirs vers le niveau local et laissé se développer une économie, à dominante informelle, laissant à chacun le soin de trouver les moyens de compléter des revenus amputés par une inflation élevée et durable et la moindre redistribution de la rente.

2On devine la manière dont les disparités sociales peuvent s’accroître dans le système qui se met en place. Observer quelques-uns des ressorts de l’économie, les agglomérations et l’espace rural conduit ainsi à pointer les principaux mécanismes et les indices de la mutation qui s’opère depuis la fin des années 1980 alors que l’intervention étatique était encore largement prépondérante.

3La redistribution des pouvoirs s’est concrétisée par un « dégonflement » rapide et spectaculaire de l’appareil d’État mais les intentions des dirigeants libyens vont d’évidence au-delà des apparences. Cette déconcentration massive des moyens a profité à de nouveaux acteurs, régionaux et locaux, peu visibles pour l’observateur extérieur. Les relations entre l’État et les élites locales se placent donc sous le signe du renouvellement des modes de transactions entre les différents échelons de pouvoir. La relation qui lie l’État et les tribus perd progressivement de sa substance sous sa forme initiale mais en revanche, le soutien du régime aux élites semble aller dans le sens d’une nouvelle répartition du pouvoir. Ces dernières consolident leur place dans les rouages politiques et économiques locaux et, en retour, garantissent leur soutien au régime en place.

4Il n’est donc pas étonnant que ce soit au sein des familles, et de manière plus large en s’appuyant sur les réseaux lignagers, que la redistribution des pouvoirs s’opère : certains gèrent les entreprises, les autres assurent des fonctions administratives et politiques. Les notables villageois s’associent ainsi plus étroitement aux rouages de l’État, à la fois bien intégrés dans les réseaux du pouvoir sur place et à Tripoli. Ces notables participent à l’évolution de l’espace urbain à titre privé grâce à des moyens financiers qui leur permettent d’organiser des stratégies résidentielles familiales à l’intérieur des villages et d’agir comme de véritables promoteurs immobiliers.

5Grâce à leurs responsabilités locales, ils peuvent aussi exprimer une vision de l’espace éloignée des préoccupations immédiates des villageois. Ainsi, les aménagements touristiques tels que les auberges de jeunesse ou les hôtels, construits sur fonds publics, sont les manifestations du désir de certains de ces responsables de susciter de nouvelles activités mais aussi d’en être les principaux initiateurs. Ces quelques exemples montrent à quel point la séparation entre acteurs publics et privés est à manier avec précaution. Une même personne – ou famille – assume les deux fonctions mais dans les deux cas, c’est une même vision de l’espace qui s’exprime.

6La fragmentation des tissus urbains traduit assez finement les disparités croissantes qui se dessinent au sein de la société libyenne, disparités de niveau de vie entre Libyens ou selon le clivage national-étranger vis-à-vis des immigrés. L’habitat, avec l’extension des formes résidentielles et non réglementaires, est un observatoire privilégié de ces processus de hiérarchisation. Mais s’il traduit une forme de crise sociale, marquée notamment par l’appauvrissement des couches modestes, jusque-là tributaires des subsides de l’État, et la marginalité des migrants dont l’installation dans le Fezzan tend à se pérenniser, l’évolution de l’habitat prouve aussi que les habitants deviennent de plus en plus les acteurs de la transformation de l’espace dans lequel ils vivent.

7La mutation des espaces ruraux du Fezzan va dans le même sens que celle des espaces urbains. Cela ne peut pas surprendre puisque les campagnes sont de plus en plus la projection de logiques et de demandes impulsées depuis les villes, tant pour la consommation que pour les investissements et les pratiques d’une société très largement urbanisée.

8Nous disposons donc d’un fil directeur permettant de pousser plus avant le décryptage des dynamiques spatiales au prisme du changement social, en posant la question de l’émergence de l’urbanité dans le Fezzan, c’est-à-dire les modalités selon lesquelles les habitants s’approprient et territorialisent un espace durablement marqué par l’emprise de l’État.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540