Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes du Sahara

 | 
Olivier Pliez

Deuxième partie. Des dynamiques locales encadrées par l’État

Chapitre V. La fin du modèle urbain étatique

Texte intégral

1Le processus d’urbanisation provoque évidemment une extension importante des tissus urbains dans les villages et les villes du Fezzan. À peu près partout, cette extension s’effectue en trois étapes, des ksour, les vieux villages sahariens, aux formes étatiques nées durant les années 1970 jusqu’à la situation actuelle caractérisée par une diversité croissante des tissus urbains, au point que l’on puisse dégager un schéma commun d’évolution des formes, à la fois grille de lecture diachronique et synchronique. La rupture majeure dans cette évolution tourne autour du rôle de l’État, qui a créé les agglomérations actuelles puis s’est progressivement désengagé de ses fonctions de bâtisseur et de régulateur de leur croissance. Les mobilités et les hiérarchies sociales qui s’opèrent, rendues un temps peu visibles par la force du mouvement d’uniformisation urbaine, tendent désormais à marquer de plus en plus nettement les tissus urbains. Les agglomérations se fragmentent et deviennent ainsi dans leur morphologie, des observatoires du changement social et de dynamiques d’appropriation, individuelle et collective, du bâti.

Les étapes de la croissance

2En 1966, à l’exception de Sebha, le Fezzan ne compte que des villages, des hameaux et des centres ruraux de quelques centaines d’habitants. La faible diversité de l’habitat est donc marquée puisque dans la majorité des cas, les populations vivent encore dans les ksour ou bien dans les villages construits avec l’aide des autorités publiques durant les années 1950 et 1960. Ces villages sont peu diversifiés, mais aussi peu étendus car le ksar se compose d’un ensemble de logements individuels. Cette organisation éclate sous l’effet de politiques d’aménagement volontaristes et les villages connaissent désormais des trajectoires variables selon la place qui leur est dévolue dans les hiérarchies urbaines et le dessin que les bureaux d’études chargés de leur conception en avaient fait. Les quatre agglomérations sur lesquelles s’appuient les analyses qui suivent reflètent la construction d’une trame urbaine hiérarchisée. À partir des années 1980, Sebha conforte sa place de centre régional du Fezzan, Oubari chapeaute l’ensemble du Wadi Al Haya, la principale vallée de la région, tandis qu’Al Gharayfa retrouve son rôle de bourg à l’échelle de la partie occidentale de cette vallée. Germa n’occupe pas de fonctions administratives notables mais l’importance du tourisme lui confère une place à part.

Tableau 4. Les types d’habitats, essai de mesure (en pourcentage de la surface totale d’habitat)

Tableau 4. Les types d’habitats, essai de mesure (en pourcentage de la surface totale d’habitat)

Les mesures des différentes formes d’extensions urbaines ont été effectuées à partir d’éléments très disparates. Les cartes et les photographies aériennes les plus fiables datent de 1981 et sont issues d’un document sur l’aménagement du territoire de 1984. Le dernier ne concerne que le Wadi Gharbi ; nous n’avons donc aucune information à propos de Sebha. Pour l’an 2000, nous avons procédé par relevés de terrain à partir des documents dont nous disposions, c’est-à-dire ceux de 1981, ainsi qu’un plan d’aménagement de Sebha. Les inévitables approximations qui en découlent nous ont conduit à privilégier les valeurs relatives, qui donnent des ordres d’idées vraisemblables, par rapport aux superficies en hectares dont l’utilisation serait trop imprécise.

Sources : Mesures sur cartes, planches d’atlas et relevés de terrain.

  • 1 Certes, le déséquilibre est accru par le mode de calcul puisque en mesurant les surfaces, on sures (...)

3En 1981 (tableau 4), on prend la mesure de ce qu’est le modèle urbain étatique puisque de la moitié aux huit dixièmes de l’habitat est construit dans le cadre des plans d’aménagement. Au plan de l’extension spatiale, l’habitat public domine donc largement les formes d’initiative privée et à l’intérieur de cette première catégorie, les logements individuels l’emportent sur les collectifs1. Les autres formes d’habitat correspondent aux anciens villages, ksour ou noyaux construits durant les années 1950. Leur part dans le total est extrêmement variable mais toujours notable. Le résidentiel privé, très marginal, épars et relativement ancien, témoigne pour les cas relevés sur le terrain de la présence de familles de commerçants enrichis avant la nationalisation du commerce. La généralisation de l’urbanisation s’est donc accompagnée de l’extension du modèle étatique, contribuant à cette uniformisation si caractéristique des paysages urbains sahariens.

Types d’habitats : les définitions et leurs limites

Pour évoquer les différents quartiers des agglomérations, il convient d’utiliser des termes reconnus. Nous retenons la proposition de Pierre Signoles (1999) qui distingue des formes réglementaires, « où les règles d’urbanisme et les règles de construction sont peu ou prou respectées » et des formes non réglementaires, qui « ne respectent pas les règles édictées par la législation et la réglementation en vigueur ».
Pour autant, l’opposition entre le réglementaire et le non-réglementaire n’a pas dans le Sud libyen de validité réelle car les autorités n’établissent pas de ligne juridique étanche entre ces deux formes. À Sebha, par exemple, l’installation de réfugiés tchadiens, avec l’aval du pouvoir central, nécessite la construction de centaines de logements mais la demande est telle que les autorités locales ne peuvent faire face. Un noyau que l’on pourrait qualifier, selon une formule barbare, de « légal, non réglementaire et sous-intégré » se met en place : légal, on vient de voir pourquoi, non réglementaire car construit selon des principes qui dérogent aux règles urbanistiques en vigueur, sous-intégré car ne bénéficiant pas des mêmes équipements collectifs que le reste de l’agglomération. Ce contre-exemple montre les paradoxes de la catégorisation trop stricte. Des règles d’urbanisme sont édictées et globalement respectées par ceux qui désirent construire une résidence individuelle ; c’est peut-être plus l’écart à ces règles qui permet d’opérer une distinction.
Nous avons intégré sous la formule de non-réglementaire l’habitat insalubre car il ne compose qu’une infime partie des agglomérations. De même, l’extension du résidentiel et du collectif public a entraîné le déclassement des formes antérieures d’habitat dans la catégorie de non-réglementaire pour plusieurs raisons ; d’une part parce que l’accès généralisé à de meilleures conditions de confort dans les nouvelles constructions a marginalisé les vieux villages ; d’autre part, pour les Libyens les plus modestes, les migrants et les nomades, ces noyaux d’habitat partiellement abandonnés ont souvent constitué la seule possibilité de logement. L’extension du non-réglementaire correspond donc à une insertion par défaut dans la ville : on s’installe ici car on ne dispose pas des moyens afin de s’installer ailleurs.
Les ambiguïtés que génère une division fondée sur les seuls critères juridiques sont nuancées ici par la distinction entre public et privé. C’est l’occasion de pointer pour chaque date les acteurs prédominants de la construction et d’introduire des nuances qui appellent à une lecture sociale des formes de l’habitat. Il nous a, par exemple, semblé nécessaire de distinguer sous le terme d’ » habitat mixte » les quartiers où résidentiel public et privé sont juxtaposés. Si, du point de vue du clivage réglementaire/non réglementaire, cette distinction n’a pas de sens, elle permet en revanche de mettre l’accent sur des indices du changement social (voir chap. VIII).

4Le rythme de l’extension spatiale ralentit entre 1981 et 2000 mais en même temps, il change dans ses modalités (tableau 5). Plus que de mutation, il faudrait parler de nouvelle rupture dans les taux de croissance des types de bâti. L’ensemble du secteur public de la construction, qu’il s’agisse d’habitat et d’équipement, stagne alors qu’il contribuait quasiment en intégralité à la croissance entre 1966 et 1981. Le relais est désormais pris par le résidentiel privé, le non-réglementaire, le mixte en ce qui concerne l’habitat, le commerce et le tourisme pour le bâti fonctionnel. Initialement d’initiative publique, les agglomérations traduisent désormais l’emprise croissante d’acteurs privés, individuels ou collectifs, sur l’espace urbain. Ce basculement doit en effet être observé dans son processus. Le passage d’acteurs publics à des acteurs privés correspond à un rééquilibrage de l’action sur l’espace, sans doute aussi à un mouvement de réappropriation locale selon diverses modalités.

Tableau 5. Taux de croissance du bâti entre 1981 et 2000 (en % par an)

Tableau 5. Taux de croissance du bâti entre 1981 et 2000 (en % par an)

Sources : Mesures sur cartes, planches d’atlas et relevés de terrain.

5La dynamique de résidentialisation est très marquée même si les mesures ne permettent pas réellement de cerner l’ampleur du mouvement. L’amélioration de l’habitat individuel public, qui relève de cette dynamique, ne peut être que difficilement appréhendée par ce biais, contrairement aux deux autres modèles, mixte et résidentiel privé, directement mesurables sur les images. Ils contribuent à accentuer le clivage entre les petits centres et les plus importants, Oubari et Sebha. En effet, si partout les deux premiers modèles s’affirment, c’est de manière bien inégale. Par un paradoxe apparent, cette extension concerne essentiellement Al Gharayfa, Germa et Takarkiba. Dans les deux principales villes, le modèle mixte domine largement en terme de croissance et correspond au cinquième de l’ensemble de l’habitat.

6Partout, l’habitat non réglementaire se développe rapidement, à l’exception d’Al Gharayfa puisqu’il correspond selon les lieux au moins au quart et jusqu’à la moitié de l’habitat. Peut-être faut-il revenir sur les évolutions différenciées du résidentiel et du non réglementaire. Le premier est très récent, quasi absent du tissu urbain en 1981, contrairement au second. Précisons que nous englobons les ksour dans cette dernière catégorie car l’extension de l’habitat public contribue à leur déqualification. En revanche, entre 1981 et 2000, l’évolution du non-réglementaire correspond à l’autoconstruction, complétée par des formes d’habitat spontané à partir de ses noyaux ksouriens ou dans les interstices du tissu urbain récent.

7Ces développements d’autres formes d’habitat témoignent de la limite du modèle uniforme comme à Al Gharayfa où la croissance est due pour 60 % au résidentiel privé et à Oubari où le non-réglementaire y contribue pour moitié. L’habitat non réglementaire ne satisfait évidemment plus les catégories qui s’enrichissent mais sa part reste très insuffisante pour les couches les plus modestes et les migrants qui se voient en conséquence contraints de se loger par d’autres biais, notamment en recourant massivement à l’autoconstruction.

8Les équipements ont pour l’essentiel été construits en même temps que les nouveaux villages comme le montrent la situation en 1981 et une extension presque nulle depuis. Mais l’espace affecté aux différentes activités connaît parfois une dynamique plus marquée, tels le tourisme à Germa (14 %) et le commerce à Al Gharayfa (13 %). L’effet de rééquilibrage consécutif à la période où l’action publique était prépondérante joue de toute évidence à plein, mais de manière plus différenciée que dans l’habitat.

Un modèle d’évolution commun ?

9Takarkiba, Al Gharayfa, Oubari et Sebha diffèrent par leur taille, leurs fonctions mais présentent un modèle d’évolution en partie commun au plan morphologique, comme l’atteste le décryptage des formes. En revanche, leur trajectoire diffère totalement, permettant ainsi de comprendre comment, en quelques décennies, des villages sans fonctions historiques notables jusqu’au xxe siècle ont pu si diversement se transformer selon un schéma que l’on peut diviser en quatre étapes chronologiques (tableau 6).

Tableau 6. Trajectoires urbaines

Tableau 6. Trajectoires urbaines

10Durant la situation précoloniale, le centre le plus important était Al Gharayfa, tant en nombre d’habitants que par ses fonctions d’échange. Germa et Sebha présentaient des caractères communs, ceux de villages associés à une palmeraie et Oubari n’était qu’un puits, parfois lieu de négoce entre les Touaregs et les oasiens du Wadi Al Haya, un point nodal, très faiblement peuplé à la croisée de pistes importantes. La décadence de la première moitié du xxe siècle est une période de rupture durant laquelle Takarkiba et Al Gharayfa connaissent un exode rural marqué alors qu’Oubari et Sebha, après leur promotion administrative, voient leurs effectifs de population croître rapidement. À Sebha, chacune des quatre étapes ajoute à un processus cumulatif d’attractivité des populations et de renforcement du rayonnement qui se dessine durant le xxe siècle, faisant d’un village parmi d’autres une agglomération qui rayonne aujourd’hui sur tout le Sahara central. L’ensemble de villages oasiens du Fezzan laisse donc progressivement place à une trame de peuplement hiérarchisée où la répartition des fonctions touristiques, commerciales, administratives différencie de plus en plus nettement les agglomérations.

11Takarkiba résume les principales transformations de l’habitat dans le Sud libyen. Ce village du Wadi Al Haya, en bord de route, compte environ 700 habitants. Ici, la couleur dominante est l’ocre, couleur des bâtiments construits durant les années 1980. On mesure ainsi la prépondérance du poids de l’État puisque la majorité des équipements et des logements individuels en relèvent. Ce « cas d’école » nous permettra de mieux comprendre les évolutions des autres agglomérations.

12Le ksar, village saharien traditionnel, correspond au noyau initial. L’habitat y est groupé et les maisons qui donnent sur l’extérieur en constituent la barrière défensive. Le matériau utilisé est local, terre crue et troncs de palmiers. Durant les années 1950, un second village est construit dans la palmeraie à l’initiative des autorités publiques. Sa structure est identique à celle du ksar : la mosquée est au centre et les maisons autour, construites dans des matériaux identiques. En revanche, une velléité de planification se traduit par un quadrillage des rues qui ne sont plus « tortueuses » comme dans le ksar mais droites.

13La mise en œuvre des plans d’aménagement et de rénovation rurale après l’arrivée au pouvoir de Mouammar Kadhafi entraîne une rupture. Partout des villages sont construits par des entreprises étrangères, selon des normes identiques, le quadrillage des rues est de rigueur et les maisons standard. Mais à la différence du déplacement du ksar vers le premier village planifié, cette fois, seule une partie des villageois en bénéficie car les familles déménagent au fur et à mesure de la construction des maisons, processus qui n’est d’ailleurs toujours pas achevé. La succession des sites entraîne donc la juxtaposition de trois noyaux : le ksar est vide, le village de l’après-guerre en passe de l’être et le troisième est le véritable village actuel.

14Le village gouvernemental (photographie 2), au plan géométrique, aux maisons cubiques et aux rues rectilignes, est donc le centre actuel de Takarkiba. En parcourant ses rues, on constate que l’ocre y est concurrencé par le ciment ou des couleurs plus vives, les maisons centrales ont été surélevées par leurs habitants et quelques-unes transformées en résidences vastes et ostentatoires. Ces dernières se multiplient même si la taille du village exclut la présence d’un véritable quartier résidentiel, malgré d’évidentes velléités.

15Aujourd’hui, la dynamique de construction est palpable autour du noyau central. Au sud, les terrassements sont achevés, dans le prolongement géométrique du noyau. Un peu à l’écart, vers l’est, un lotissement de résidences étatiques est déjà habité et en voie de transformation. Projet postérieur au noyau villageois initial, celui-ci se compose de maisons de 250 m2, jardin compris, contre 500 m2 précédemment. En effet, les maisons du projet initial étaient vastes mais, depuis, les subventions de l’État ont été réduites et ceux qui veulent construire sur plus de 250 m2 le font à leur frais. On dispose donc d’un bon indicateur de la hiérarchisation sociale en cours et de ses effets spatiaux.

Photographie 2. Takarkiba, le modèle urbain étatique

Photographie 2. Takarkiba, le modèle urbain étatique

© O. Pliez

16Pourtant, les indicateurs les plus utiles ne se perçoivent pas directement dans le paysage. Le plus flagrant est celui de la présence de Libyens dans le vieux village construit à la fin des années 1950. Ce dernier est aujourd’hui en grande partie vidé mais des familles s’y maintiennent, des étrangers s’y installent, essentiellement Nigériens, Maliens et Mauritaniens. Les maisons effondrées jouxtent celles qui sont maintenues, voire améliorées par leurs propriétaires. Certes, quelques habitants restent, par attachement à la demeure familiale, mais la plupart des autres vivent ici à défaut d’avoir pu acquérir une résidence gouvernementale.

17C’est là une différence fondamentale entre la Libye et les pays voisins. Dans un ksar marocain, Mohamed Naciri (1986) décrit le déplacement du centre du pouvoir de l’intérieur du ksar vers l’extérieur, avec la création d’un centre administratif colonial, qui met à mal le système social. La contrainte communautaire s’atténue et les ksouriens s’installent dans des maisons individuelles. La communauté tente d’organiser ce déplacement afin qu’il concerne tous les villageois, que l’acte soit collectif et non individuel. Mais le plus souvent, ce sont les émigrés qui à leur retour prennent les premiers la décision de quitter le ksar, suivis par les autres habitants.

18On peut donc lire la mobilité résidentielle comme une mutation sociale où les choix du groupe laissent place à ceux de l’individu. Cet élément ne suffit pourtant pas à expliquer tous les changements comme permet de l’étayer le cas de Takarkiba. Les deux premiers déplacements concernent l’ensemble des villageois, « la sortie du ksar » durant les années 1960, puis le déplacement vers le village gouvernemental durant les années 1970. Dans les deux cas, les autorités publiques ont encouragé ce mouvement en construisant une nouvelle structure, alors qu’à Tinjad, Mohamed Naciri souligne que le mouvement initial est le fait d’individus qui, après un temps passé hors du village en émigration, ont constitué un pécule afin de construire une résidence individuelle.

19En Libye, l’État s’est substitué à ce mouvement individuel, donnant à la communauté les moyens d’assumer un déplacement collectif et donc de préserver la cohésion du groupe. Aujourd’hui, la situation diffère car l’étroite association entre la mobilité résidentielle et la fragmentation urbaine signifie aussi que le déplacement n’est plus tant communautaire qu’individuel. Le mouvement constaté au Maghreb a donc été différé. Ainsi, ceux qui n’ont pas pu bénéficier d’un logement individuel précédemment quittent le village construit durant les années 1950 pour aller s’installer dans le nouveau village au fur et à mesure de l’extension des lotissements publics. Par ailleurs, leurs logements vacants sont repris par la population immigrée qui vient s’installer dans le village. Enfin, l’amélioration des logements individuels des années 1970 et l’extension du résidentiel public constituent un dernier type de mobilité ou de dissociation de l’espace villageois uniforme.

20Exemple même de la « ville d’État », Oubari en illustre aussi la crise (fig. 9). En 1944, le village compte moins de 700 habitants et, malgré un doublement de la population en vingt ans, on peut considérer que la stagnation démographique perdure. Ce site de contrôle choisi par les autorités coloniales italiennes devient pôle régional dans le cadre des plans d’aménagement appliqués depuis l’indépendance. Cette promotion administrative contribue à intensifier le rythme de la croissance urbaine, 2 500 habitants en 1973, 7 200 en 1984 et 17 000 en 1995, soit le taux de croissance intercensitaire le plus élevé du Sud sur l’ensemble de la période, nourri ensuite par l’installation de nouvelles populations sur un vaste périmètre agricole aux marges de la ville-centre puis la fixation de Touaregs sur leurs anciens itinéraires pastoraux et de toubous venus après la guerre du Tchad.

21Sur les trois sites villageois initiaux, deux seulement sont encore présents. Le troisième, au cœur de l’agglomération actuelle, a sans doute été détruit. La part du bâti d’initiative étatique est largement majoritaire, qu’il s’agisse de bâtiments administratifs ou de logements individuels ou collectifs. Ces trois formes se répartissent de façons plus ou moins concentriques, le long d’axes goudronnés. Au centre, l’habitat individuel domine dans un quartier homogène mais largement transformé par les habitants et autour, le collectif est plus important en superficie mais très dégradé. Curieusement, le résidentiel privé est proportionnellement peu présent par rapport à ce que l’on observe dans les autres agglomérations et ne forme pas de quartier homogène. On peut supposer que l’importance de l’intervention de l’État a contribué à la construction d’un nombre suffisant de logements mais aussi que la proximité du périmètre agricole et de nombreuses parcelles privées entraînent un mouvement de résidentialisation hors de la ville. L’ouest est dominé par une zone de bâtiments administratifs, hôpital, caserne, établissements scolaires et universitaires. Au final, cette répartition relativement rigide de l’habitat traduit la volonté de « zoning spatial » exprimée par les aménageurs à travers les plans urbains.

Figure 9. Oubari, la morphologie urbaine (1981-2000)

Figure 9. Oubari, la morphologie urbaine (1981-2000)

Sources : Photographie aérienne, 1981, et relevés de terrain, 2000.

22Le développement de l’habitat informel est plus significatif de l’état de crise de la ville. On compte au moins quatre sites : deux se greffent sur les villages initiaux, l’un à l’est, dans la palmeraie, et le dernier au sud ainsi que de plus petits noyaux dans le tissu urbain central. La marque communautaire y est pourtant forte puisqu’une nationalité ou une aire régionale est majoritaire voire exclusive sur chaque site, Mauritaniens, Maghrébins, Toubous, Asiatiques (Pakistanais, Bangladeshi), Touaregs, Africains de l’Ouest… et Libyens. La « communautarisation » des quartiers croît donc avec la diversité sociale et géographique des agglomérations.

23La différence essentielle entre Takarkiba et Oubari, et plus généralement entre les villages et les principales villes du Fezzan, réside dans l’apport permanent de populations extérieures à l’agglomération. L’émergence d’une individualisation des comportements, en opposition au groupe, ne s’y pose pas avec autant d’acuité puisque, malgré la nette prédominance des familles touaregs parmi la population qui vient s’installer à Oubari, la préoccupation des autorités est plutôt de loger tous les arrivants. La fixation des nomades, par exemple, s’effectue autant en marge de l’agglomération que dans les logements publics qui la composent. À cette phase préliminaire de peuplement touareg, se surimpose une seconde phase de migrants internationaux et de réfugiés. Les seconds prennent la place des premiers dans les noyaux villageois initiaux lorsque ces derniers accèdent à un logement d’État ou bien construisent leur propre demeure en se regroupant à nouveau par origine. Deux types de trajectoires animent donc le tissu urbain, celle des premiers arrivants, majoritairement libyens, et celle des vagues plus récentes, généralement de migrants internationaux.

24En définitive, l’urbanisation du haut vers le bas a pris dans le Fezzan tout son sens grâce aux moyens dont a disposé l’État. La diversification croissante du tissu urbain atteste de la fin du modèle urbain étatique, synonyme d’uniformité du bâti. Elle reflète aussi la complexité croissante des liens établis entre le Sud libyen, le reste du territoire national et les États voisins. Cette complexité se traduit par l’arrivée de populations de différentes origines géographiques, dont les stratégies résidentielles et l’insertion dans le tissu urbain varient fondamentalement.

Notes

1 Certes, le déséquilibre est accru par le mode de calcul puisque en mesurant les surfaces, on surestime forcément le premier au détriment du second. Toutefois, le choix d’un modèle est évident car, à l’exception de Sebha, le collectif coïncide généralement avec des familles élargies. Il s’agit donc aussi d’habitat individuel, adapté à la demande des populations.

Table des illustrations

Titre Tableau 4. Les types d’habitats, essai de mesure (en pourcentage de la surface totale d’habitat)
Légende Les mesures des différentes formes d’extensions urbaines ont été effectuées à partir d’éléments très disparates. Les cartes et les photographies aériennes les plus fiables datent de 1981 et sont issues d’un document sur l’aménagement du territoire de 1984. Le dernier ne concerne que le Wadi Gharbi ; nous n’avons donc aucune information à propos de Sebha. Pour l’an 2000, nous avons procédé par relevés de terrain à partir des documents dont nous disposions, c’est-à-dire ceux de 1981, ainsi qu’un plan d’aménagement de Sebha. Les inévitables approximations qui en découlent nous ont conduit à privilégier les valeurs relatives, qui donnent des ordres d’idées vraisemblables, par rapport aux superficies en hectares dont l’utilisation serait trop imprécise.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 5. Taux de croissance du bâti entre 1981 et 2000 (en % par an)
Légende Sources : Mesures sur cartes, planches d’atlas et relevés de terrain.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 6. Trajectoires urbaines
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Photographie 2. Takarkiba, le modèle urbain étatique
Légende © O. Pliez
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3745/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Figure 9. Oubari, la morphologie urbaine (1981-2000)
Légende Sources : Photographie aérienne, 1981, et relevés de terrain, 2000.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3745/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 327k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540