Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes du Sahara

 | 
Olivier Pliez

Première partie. Les villes du Fezzan entre territoire d’État et carrefour

Les cycles urbains du Fezzan

Texte intégral

1Dans le Fezzan, quatre temps forts rythment donc l’articulation entre logiques d’organisation de l’espace et dynamiques urbaines durant le xxe siècle.

2Le premier cycle de l’organisation spatiale se fonde sur deux éléments essentiels, l’échange et la distance. L’échange entraîne l’émergence de villes sahariennes (Mourzouq, Ghadamès), véritables carrefours situés à la confluence des axes de l’échange. Entre ces centres, les relais sont nombreux, puits, villages isolés, ensembles oasiens. En les recensant, on retrouve le fondement de la trame de peuplement actuelle. Au bout des axes, des ports, ouverts vers l’extérieur, rappellent le primat du réseau sur le territoire. Les limites, plus que les frontières entre aires d’influence des puissances dominantes situées hors du Sahara, transforment souvent les régions-carrefours du désert en hinterland. Selon les vicissitudes géopolitiques du moment, des villes déclinent, d’autres émergent, les axes se déplacent mais conservent leur organisation méridienne.

3Du début du xxe siècle aux années 1970, le Fezzan est un territoire sans villes parce que la domination coloniale, brève, brutale et partielle, achève la déstructuration de l’organisation spatiale fondée sur le commerce. Le contrôle devient l’élément majeur de la structuration spatiale avec la multiplication des forts, des centres administratifs et des aéroports souvent distincts des vieux foyers de peuplement oasiens. Mais au-delà des apparences de la décadence la trame sur laquelle s’appuie ensuite l’État issu des indépendances se dessine.

4Le troisième cycle, celui de l’intégration nationale, se caractérise d’abord par la fermeture du Sahara libyen, devenu partie d’un territoire d’État. En l’espace d’une trentaine d’années, les mutations sont spectaculaires : le réseau routier est étendu, la vieille agriculture de palmeraie est rénovée, les populations nomades se fixent et tous bénéficient des subsides d’un État redistributeur. L’uniformité spatiale est à l’ordre du jour ; la multiplication des agglomérations, considérées comme des lieux de concentration des personnes, s’accompagne de l’imposition d’un modèle-État d’urbanisation. C’est par le haut que la dynamique d’urbanisation-modernisation des vallées oasiennes s’effectue. En parallèle, la coupure nord-sud avec les comptoirs sahariens situés dans les États du Sahel s’accroît.

5Actuellement, la moindre intervention de l’État, une porosité croissante des frontières entre États et la réactivation des réseaux sahariens se conjuguent pour dessiner un nouveau contexte. Il serait sans doute erroné de conclure à la substitution d’une dynamique du réseau à celle de la logique stato-nationale. Les échanges ne contribuent en effet pas à la restructuration globale de l’organisation spatiale mais ils s’immiscent dans les interstices du territoire national. À l’échelle locale, le dynamisme des agglomérations chefs-lieux, des plus petites à Sebha, et parfois même au-delà des frontières, s’explique en partie par les flux qui y transitent, les personnes qui y passent ou s’y installent. On ne peut penser le réseau régional et les évolutions de l’urbain sans tenir compte de cette dimension saharienne. En somme, des indices probants émergent de la conjonction de deux dynamiques souvent opposées, le temps long du réseau et le temps court du territoire d’État.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540