Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes du Sahara

 | 
Olivier Pliez

Introduction. Une lecture urbaine du Fezzan

Texte intégral

1Parler du Sahara conduit rapidement à se heurter à la représentation que l’on se fait des déserts. Les « beaux livres » de photographies ou les brochures d’agences de voyage médiatisent des images attendues, celles d’infinités vides, de nomades qui scrutent ces paysages en buvant du thé vert, d’agriculteurs sédentaires passés maîtres dans l’art du ciselage des jardins d’oasis ou des techniques séculaires d’irrigation.

  • 1 Citons, sans prétention à l’exhaustivité, H. Duveyrier (1864), J. Despois (1946), J. Lethielleux ( (...)

2Vu de loin, au prisme de l’imaginaire, des récits de découvertes ou des belles études géographiques menées de l’entre-deux-guerres aux années 19601, le Fezzan, cette vaste région du Sahara libyen longtemps à la croisée de grandes routes caravanières historiques, réunissait a priori les ingrédients de ce que l’on imagine être encore le Sahara. Pourtant, dans cet espace que l’on serait un peu vite tenté de classer parmi les « confins » dont la science sociale coloniale était si friande, point de « civilisation paysanne » similaire à celles que de nombreux travaux ont tenté de circonscrire dans l’ensemble du Maghreb, point non plus de laborieux agriculteurs travaillant ces jardins comme le révélait le piteux état des palmeraies. Au contraire, plusieurs missions, étalées sur trois années, ont révélé l’ampleur du décalage entre l’image que j’avais de cette région, le Fezzan, et ce qui constitue réellement le quotidien de ceux que l’on appelle encore parfois les Fezzanais.

3Il faut donc se rendre à l’évidence et constater que le Sahara contemporain est d’abord urbain. Le désert est parsemé de villes où se concentre la majeure partie des populations. Alors pourquoi les photographes ne nous donnent-ils pas à voir ces villes du Sahara ? Sans doute parce que leur objectif, légitime, consiste à vendre du rêve sur papier glacé… Or les paysages urbains sahariens suscitent plutôt la consternation dans le regard des observateurs extérieurs. On ne peut évidemment pas en rester là mais, pour appréhender les mutations sociales et spatiales qu’a connues le Sahara durant ces trois dernières décennies, il est nécessaire d’effectuer un retour sur l’ampleur du processus d’urbanisation au Sahara, les grilles de lecture héritées et celles permettant de comprendre ce que signifie l’urbain dans un espace où l’on ne s’attend a priori pas à le rencontrer.

Vers l’urbanisation totale du Sahara

Un état des lieux

  • 2 L’état des lieux le plus récent sur l’ensemble de l’aire est celui de Jacques Fontaine (1996).

4Le processus d’urbanisation au Sahara frappe par son ampleur, sa sélectivité spatiale et sa rapidité2.

  • 3 C’est-à-dire l’ensemble sous domination coloniale française comprenant le Maroc, l’Algérie, la Tun (...)
  • 4 Nous utilisons comme limite du Sahara l’isohyète 100 mm, choix discutable mais qui permet d’écarte (...)

5La population saharienne, dans les limites du Sahara « français »3, est estimée à 1,7 million d’habitants en 1948, 2 millions en 1966 et 10 millions au milieu des années 19904. La croissance démographique est donc récente puisque entre 1948 et 1966 l’importance de l’émigration annulait les effets du croît naturel alors que quarante ans plus tard le Sahara compte cinq fois plus d’habitants. Pour autant, le plus vaste désert du monde compte moins d’habitants que la seule agglomération du Caire.

6Le Sahara, peu peuplé, l’est aussi inégalement puisque la moitié des Sahariens vivent le long des marges du désert. Par ailleurs, la croissance démographique contribue à différencier les versants maghrébin, au nord, et sahélien, au sud (tableau 1). En effet, alors que les régions sahariennes des États du Sahel perdent des habitants, les régions les plus méridionales de Libye et d’Algérie, dans le Sahara central, dont les densités sont de l’ordre de 0,5 habitant au km2, connaissent des taux de croissance démographique très élevés, supérieurs à 4 % l’an.

Tableau 1. Les villes sahariennes de plus de 10 000 habitants (mi-1990) (dans les limites de l’aire définie par Capot-Rey, soit zone saharo-steppique non comprise)

Tableau 1. Les villes sahariennes de plus de 10 000 habitants (mi-1990) (dans les limites de l’aire définie par Capot-Rey, soit zone saharo-steppique non comprise)

Source : J. Fontaine, 1996.

7Ces disparités posent question quant aux ressorts de la croissance d’autant plus que le déséquilibre Nord-Sud est tout aussi urbain que démographique. On compte 53 villes dans le Sahara maghrébin contre 8 dans le Sahara sahélien et si à l’échelle du désert le nombre de villes se réduit au fur et à mesure que l’on monte dans la hiérarchie urbaine, en revanche, à l’échelle des États, les situations sont très différentes entre le Tchad et le Mali, sans villes sahariennes de plus de 10 000 habitants, et le Maroc, l’Algérie et la Libye où certaines des agglomérations dépassent désormais 100 000 habitants, paradoxalement situées loin des marges. L’urbanisation saharienne ne relève d’évidence pas d’un mouvement spontané mais de choix d’aménagements nationaux.

8Pour autant, ce premier niveau de lecture s’applique surtout aux villes de plus de 10 000 habitants, alors que le fait spatial le plus marquant de ces dernières années, commun à tous les États et extrêmement rapide, est la multiplication des petites agglomérations. Partout, une véritable « micro-urbanisation » saharienne accompagne la fixation des nomades, la création de centres administratifs et les regroupements forcés de populations. Le phénomène, massif et donc complexe, concerne tout le Sahara.

9Le processus d’urbanisation au Sahara est donc caractérisé par l’agglomération généralisée des populations, le clivage entre versants maghrébin et sahélien, le déséquilibre systématique des hiérarchies urbaines, la présence sélective de quelques grandes villes et surtout la multiplication des plus petites. Établir des parallèles entre ce processus et celui qu’ont connu d’autres régions du monde n’est pas chose aisée ; le Sahara, et sans doute aussi par extension d’autres espaces arides, présentent des logiques qui diffèrent de celles communément admises. C’est donc une grille de lecture que nous tenterons d’élaborer au fil de cette recherche, fondée sur les questions que posent les terrains sahariens et sur les « évidences » que nous venons d’énumérer ; questions empiriques donc, mais dans un cadre plus large dont il convient de définir les contours spatiaux et thématiques.

  • 5 Afin de ne pas multiplier les croquis, je renvoie le lecteur à la présentation détaillée du Fezzan (...)

10Dans ce contexte, l’étude d’une région comme celle du Fezzan apporte un éclairage à une lecture plus générale des changements socio-spatiaux dans le Sahara contemporain5.

11La localisation du Fezzan est exceptionnelle. Éloigné de près de 700 kilomètres du littoral libyen, dont la capitale, Tripoli, est déjà à la latitude du Bas Sahara algérien, il fait partie du Sahara central ; frontalier de l’Algérie, vers Tamanghasset, du Niger, vers Agadès et du Tchad, vers Bardaï et le Tibesti, espace de contacts entre trois grands groupes ethniques sahariens, les Arabes, les Touaregs et les Toubous, il bénéficie depuis le Moyen Âge d’un privilège de situation que les commerçants arabes et sahéliens ont pérennisé jusqu’aux premières décennies du xxe siècle.

12Le Fezzan est, par ailleurs, libyen, un cadre géographique incontournable mais hélas très peu investi par les recherches en sciences sociales. La Libye pâtit de la longue parenthèse due aux tensions géopolitiques qui fait que peu de travaux de terrain ont pu y être menés depuis les années 1970. Bien heureusement, le contexte politique change mais laisse les chercheurs sans l’assise théorique nécessaire pour mener une recherche de fond dans ce cadre national. Le « cas libyen » est pourtant à plusieurs titres exemplaire, pays saharien, rentier, d’immigration, dont le médiatique dirigeant, Mouammar Kadhafi, a mené avec force un projet social et spatial ambitieux qui a transformé en deux décennies l’ensemble du territoire national.

13Le Fezzan est, enfin, l’une des régions les plus peuplées du Sahara, 350 000 habitants, et l’une des plus urbanisées, à près de 90 %. Cette urbanisation généralisée constitue une incontestable originalité qui préfigure le devenir de la plupart des régions sahariennes mais dont l’étude permet peut-être aussi d’éclairer le devenir urbain d’espaces sis hors des déserts. Deux modalités de peuplement dominent, largement répandues dans l’ensemble du désert. D’une part les grandes villes, dont Sebha, avec près de 120 000 habitants, à la fois centre administratif et ville cosmopolite d’un Sahara parcouru par des migrants venant de toute l’Afrique noire, en est l’un des exemples les plus éclairants. D’autre part, trois vallées, densément peuplées, dont les habitants vivent dans des villages et des bourgs alignés le long de rubans de palmeraies d’une centaine de kilomètres de long, qui constituent de fins observatoires de la micro-urbanisation qui caractérise désormais tout le désert.

14Une recherche sur le Fezzan permet donc d’enrichir trois champs de connaissances, ceux de la Libye, du Sahara et des nouvelles dynamiques de l’urbain.

15Deux fils directeurs fondent la lecture des mutations socio-spatiales du Sahara contemporain. Le premier a trait aux modalités selon lesquelles a été mené le processus d’urbanisation, commodément imagé par la dichotomie « urbanisation du haut vers le bas et du bas vers le haut ». Derrière cette formule, se profile toute la question des rapports de l’État au processus urbain mais aussi aux espaces et aux sociétés sahariens. Le second concerne l’articulation entre l’urbanisation et les réseaux. Des systèmes sont construits, commerçants ou étatiques, dans lesquels les villes ont des fonctions différentes selon le type de réseau où elles sont insérées, qu’il s’agisse du commerce transsaharien ou de la construction du territoire national. C’est donc à l’épaisseur historique de ce rapport qu’il faut se référer afin de donner sens à une urbanisation qui semble surgir ex nihilo.

Urbanisation par le haut, urbanisation par le bas

16La distinction proposée par Gilles Sautter (1982) entre l’urbanisation du haut vers le bas et l’urbanisation remontante illustre bien les modalités du processus d’urbanisation dans l’ensemble du Sahara maghrébin. Pour autant, le « cas libyen » est singulier car la masse des moyens financiers dont a disposé l’État afin de mener cette politique en fait à bien des égards un cas d’école de l’urbanisation de haut en bas, menée par un État rentier, plus proche en cela du cas saoudien que des autres États sahariens. Plus que dans le reste du Maghreb, les autorités politiques libyennes ont eu les moyens de leurs ambitions, appliquant une politique d’urbanisation systématique sur l’ensemble du désert, mais ce processus s’est heurté à plusieurs obstacles, la chute des cours du baril de pétrole, une crise économique durable et l’ostracisme international qu’a finalisé la mise sous embargo de 1992. En conséquence, la Libye représente aussi un exemple intéressant de la manière dont le mouvement inverse d’urbanisation a été impulsé, du bas vers le haut, en réponse à des dynamiques locales fortes mais, surtout, parce que le désengagement de l’État imposait aux sociétés sahariennes de prendre en charge l’héritage récent que leur laissaient deux décennies d’intervention massive de l’échelon national vers l’échelon local.

17Le manichéisme sous-jacent à cette lecture du processus d’urbanisation en deux temps mérite cependant d’être nuancé, car en fin de compte, aucun des deux mouvements n’agit indépendamment de l’autre ; en revanche, ils varient en intensité selon les lieux et les périodes. La question de « l’après-État », comme acteur largement prépondérant, n’en est donc que plus essentielle puisque l’État ne s’est substitué qu’un temps au « retour du local » (P.R. Baduel, 1985, M. Lavergne, 1995) longtemps différé mais aujourd’hui actif et multiforme. Alors que la logique d’État a, durant deux décennies, promu un modèle égalitariste d’« urbanisation des campagnes », aujourd’hui, les espaces sahariens se transforment sous l’impulsion de nouveaux ressorts et selon de nouvelles logiques d’action. Les pratiques habitantes, par exemple, révèlent que l’aspect rural n’est plus le déterminant majeur du Fezzan mais bien l’une des manifestations de son identité urbaine.

18La petite ville survivra-t-elle ? se demandaient Richard Lawless et Saad Qezeiri en 1986. Disposant de revenus considérables et dans un contexte de croissance démographique et de migrations intenses, l’État libyen a créé les petites villes tout en les rendant dépendantes de ses subsides, eux-mêmes indexés sur les cours du baril de pétrole. Or cette politique fut impulsée alors que les cours augmentaient rapidement, et tout laissait supposer que cette urbanisation de la croissance deviendrait une urbanisation de la crise avec la chute des cours. En somme, la baisse des revenus de l’État aurait révélé le caractère artificiel de cette urbanisation, « simple épisode dans la longue évolution du système de peuplement libyen ». Cette conclusion pessimiste ne surprend pas rétrospectivement, tant on peut être frappé par l’importance de l’intervention de l’État. Dans une large mesure, elle a différé la dynamique inverse de « retour du local » repérée dans l’ensemble du monde arabe durant les années 1980. Mais une quinzaine d’années après les analyses de Richard Lawless et Saad Qezeiri, nombre de petites villes des années 1960 et 1970 sont désormais des agglomérations de rang supérieur, intégrées dans une hiérarchie urbaine qui ne cesse de s’étoffer. Par ailleurs, la dynamique se poursuit malgré le contexte de crise économique et politique, laissant supposer que la petite ville a non seulement survécu mais qu’elle devient même au Sahara le mode de peuplement dominant.

19Il convient donc de distinguer la crise de l’agglomération et les dynamiques urbaines car il existe un décalage entre ce que l’État a créé et les évolutions par rapport à ce support. C’est ainsi que, d’un côté, la pénurie en logements ou les problèmes d’assainissement s’inscrivent dans les paysages et marquent le quotidien des habitants tandis que, de l’autre, les migrations et de nouveaux repères identitaires contribuent au développement rapide d’une urbanité qui remet en cause le découpage ville-campagne. La rapidité des changements a pour conséquence l’absence de coupure nette, inscrite dans la durée, entre une ville et « sa » campagne car pendant que la ville émergeait, les campagnes connaissaient des mutations tout aussi rapides. Le continuum urbain n’est donc pas ici une dynamique qui transcenderait la coupure traditionnelle entre rural et urbain mais une évidence qu’il convient de préciser dans ses modalités et ses caractères.

Les réseaux de circulation produisent de l’urbain

20On aura compris que le « retour du local » ne peut être réduit au seul affaiblissement de l’État. Il est révélateur, autant que produit, du système relationnel dense dans lequel est inséré le Fezzan, visible aux échelles régionales, nationales et sahariennes. Ceci est particulièrement net lorsque l’on prend la mesure des réseaux urbains actuels, véritables pivots d’une intégration régionale en cours. Le dynamisme des villes situées dans le Sahara libyen doit aujourd’hui moins qu’on ne pourrait le supposer a priori à l’effet des politiques d’intégration nationale et plus à un rôle de marge entre deux aires culturelles. On prend en effet sans doute à peine la mesure de l’intensité avec laquelle s’effectue actuellement la réactivation du réseau saharien. Une intensité qui rime souvent avec fragilité, due aux géopolitiques qui se jouent dans ces « confins saharo-sahéliens » où, au gré des opportunités, la circulation s’établit de part et d’autre des frontières entre la Libye, l’Algérie, le Tchad et le Niger, s’appuyant sur un ensemble de relais et de carrefours qui redessinent la trame urbaine du Sahara.

21Le « cas libyen » révèle donc une dimension que l’on croyait totalement disparue dans le Sahara maghrébin en voie d’intégration aux États nationaux, celle de la circulation dans des espaces transnationaux. Ainsi se profile un fil directeur fondamental pour comprendre le Sahara libyen contemporain dans toute sa dimension historique, l’étroite relation entre les agglomérations et les réseaux dans lesquels elles sont insérées.

  • 6 Le terme « sédentarisation », utilisé ici par commodité et pour son caractère évocateur, sera remp (...)

L’approche diachronique des relations entre réseaux et agglomérations au Sahara maghrébin (fig. 1) peut être décomposée en quatre étapes chronologiques mais non datées pour la simple raison que les modalités diffèrent fortement selon les régions et les États. Quelques lieux clés reviennent : le nord, entendu ici au sens de littoral et de lieu de pouvoir où se décide le devenir du Sahara. L’organisation spatiale des quatre États maghrébins se décline selon un gradient nord-sud, littoral/montagnes/désert de densités et d’activités décroissant dont l’intensité varie selon les spécificités nationales de chaque système spatial ; le Sahara est le second lieu clé, espace parcouru ou cloisonné selon les périodes et donc selon le rôle qui lui est imparti par le Nord. Les types de centres sont les noyaux initiaux de peuplement, ksour (sing. ksar), villages généralement fortifiés, centres militaires coloniaux, zaouïas (centres confrériques) ou souks (marchés) et plus récemment centres administratifs ou lotissements d’État lorsque les centres administratifs sont doublés de programmes d’habitation. Les types de centres se transforment au fil des quatre périodes par des dynamiques internes d’extension, de sédentarisation6 et de fragmentation ou de contre-fragmentation selon que la tendance est plutôt à la segmentation sociale ou à la porosité entre les différents quartiers qui composent les agglomérations. Les dynamiques de la circulation ont un effet déterminant sur la transformation des agglomérations qui rend nécessaire d’en distinguer les modalités et l’intensité.
L’organisation transsaharienne se caractérise par la valorisation de la fonction de circulation. Les acteurs essentiels en sont les commerçants et les nomades. Les sites se répartissent en deux catégories, soit des oasis-relais dynamiques situées sur les grandes routes caravanières dépendantes de ceux qui circulent (ou en déclin si elles ne le sont plus), soit des points d’ancrage, puits, zaouïa, souk, situés à la convergence d’aires de parcours pastorales différentes. Dans les deux cas, le système spatial se fonde sur le réseau comme principe organisateur essentiel.
La crise de l’organisation débute à la fin du xixe siècle, sous l’impulsion des Ottomans et des colonisateurs européens pour s’achever progressivement après les indépendances. Partout la volonté de contrôler les territoires conduit les autorités militaires à implanter des infrastructures administratives, militaires ou médicales à proximité des sites habités ou sur les aires de parcours pastorales. Ceci aura deux conséquences spatiales majeures : d’une part, les oasis perdent progressivement leur rôle de relais, la « vocation agricole » est insuffisante à assurer un niveau de vie convenable aux oasiens et l’émigration prend de l’ampleur ; d’autre part, la sédentarisation qui doit être interprétée comme le signe de la crise de la fonction de circulation concerne de plus en plus de nomades. Elle s’effectue autour des oasis avec lesquelles ils étaient liés ou à proximité de lieux qui n’étaient jusque-là habités que temporairement alors que les parcours pastoraux subissent une désaffection.
En Libye, la coupure entre l’intérieur et le littoral a été autant marquée, sans doute, par la résistance à l’avancée coloniale italienne que par sa brièveté. Ici, point de traces de l’esquisse de politiques de développement dans lesquelles s’inscriront par la suite les États nationaux, celles que l’on retrouve dans la littérature coloniale en France sous le nom d’« œuvre française » pour reprendre le titre de la dernière partie de l’ouvrage de Robert Capot-Rey sur le Sahara français (1953). En ce sens, la domination italienne a eu en Libye des effets destructurants sur l’organisation spatiale précédente sans pouvoir – ou vouloir – réellement y substituer un nouveau modèle comme ce fut parfois le cas dans l’aire française voisine.

Figure 1. Urbanisation et circulations : une approche diachronique

Figure 1. Urbanisation et circulations : une approche diachronique
  • 7 L’expression est d’Emmanuel Ma Mung, « L’urbanisation-intégration : la ville au service de l’État (...)

L’urbanisation intégration7 correspond à la période où l’interventionnisme des États nés des indépendances se concrétise par une vigoureuse politique d’intégration nationale et par conséquent de consolidation du territoire hérité de la colonisation. Ce mouvement part des villes vers les campagnes et du littoral vers l’intérieur et c’est donc avec un certain décalage chronologique que le Sahara est touché par le mouvement. Celui-ci prend deux formes, la croissance rapide des agglomérations par croît naturel et migratoire (la sédentarisation et l’arrivée de fonctionnaires) et l’intégration par la création ou l’amélioration d’axes de circulation qui relient les villages entre eux et au nord.
Cette période est pleinement celle de l’« urbanisation des campagnes » avec l’émergence d’une strate de centres ruraux et de petites villes aux caractères homogènes, dotés de fonctions de base dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’administration. Les populations s’installent du centre vers la périphérie selon l’ancienneté de l’arrivée dans les villages oasiens ou bien par quartiers situés dans l’axe de l’aire de parcours pastoral dans le cas des villes-nomades. Mais dans les deux cas, la segmentation est partout très poussée.
Une rupture durable se dessine entre nord et sud du Sahara maghrébin car tandis que les agglomérations de la partie septentrionale se rapprochent dans leur évolution de celles du reste des territoires nationaux, dans la partie méridionale, comme l’illustre le cas du Fezzan, l’intervention des autorités publiques est beaucoup plus marquée et contribue à la multiplication des « villes d’État », Laayoune au Maroc, Tamanghasset en Algérie, Sebha et Koufra en Libye.
L’urbanité est un mouvement récent qui concerne surtout les agglomérations où le mouvement d’urbanisation se ralentit et où la sédentarisation n’a plus la même ampleur qu’auparavant. Le passage ou non à cette phase témoigne d’un degré d’intégration inégal au système spatial de l’urbanisation-intégration. Cette inégalité est source de différenciation spatiale non seulement entre les agglomérations d’une même strate mais aussi entre les régions sahariennes, tant varient les politiques – et leur efficacité – selon les États et entre les régions de chacun d’eux.
Les itinéraires pastoraux disparaissent alors que se renforcent le réseau régional et l’intégration au réseau national. Pour autant, la différenciation nord-sud du rapport entre les dynamiques urbaines et celles des réseaux s’accroît. Les agglomérations des marges septentrionales sont de plus en plus intégrées aux régions littorales mais de moins en moins avec le Sahara central. Les dynamiques intra-urbaines se caractérisent par le ralentissement des rythmes de croissance démographique des années 1970 et 1980 et une atténuation des segmentations, ces divisions sociales de l’espace urbain fondées sur le regroupement des habitants par appartenance tribale ou origine géographique. Cette tendance a commencé dans le Sahara central, où l’exode rural était achevé depuis dix à vingt ans selon les lieux mais où les flux de réfugiés et de migrants contribuent à un nouveau processus de division, fondé notamment sur la nationalité, provoquant une fragmentation urbaine des agglomérations.

22La présence, ou non, de villes au Sahara est donc étroitement corrélée à celle des réseaux, commerçants, nationaux et aujourd’hui transsahariens dans le Fezzan et tout le Sahara central.

Lectures et relectures géographiques du Sahara

Une géographie saharienne rurale et fractionnée par les aires culturelles

23La géographie saharienne est l’héritière de la tradition de récits de voyages écrits par les explorateurs qui empruntent les pistes sahariennes, parfois à leurs risques et périls, durant les xviiie et xixe siècles, souvent pour le compte des sociétés de géographie européennes, friandes d’informations sur des espaces méconnus et donc fascinants, voire mythiques. La domination coloniale du Sahara, à la charnière des xixe et xxe siècles, entraîne un glissement vers une dimension scientifique des travaux, laquelle se renforce jusqu’aux décolonisations des années 1960, notamment, pour le domaine français, sous l’égide de l’Institut de recherches sahariennes (IRS) d’Alger avec entre autres les deux grands géographes que sont Robert Capot-Rey et Jean Despois. Cette géographie, on peut encore l’apprécier à travers la lecture des bulletins de liaison saharienne ou des travaux de l’IRS. Sans revenir sur l’ensemble des thématiques, retenons quelques points particulièrement intéressants car ils ont contribué, parfois à l’insu de leurs auteurs, à la diffusion de poncifs durablement en usage dans la lecture des sociétés sahariennes.

24La géographie saharienne est placée sous le double signe de la découverte des espaces et des populations et de l’accumulation de connaissances. En marge de brillants travaux menés par des scientifiques qui ont sillonné le « Sahara français », et des militaires, à la fois observateurs, fins connaisseurs et acteurs chargés du maintien de l’ordre et de l’encadrement administratif, une fabrique de « petite géographie » (D. Retaillé, 1989) s’esquisse. Peu à peu, la collecte riche et diversifiée d’informations sur les tribus – leur composition, les plans de palmeraies ou de villages, les genres de vie nomades et sédentaires – participe de la construction de catégories qui figent le Sahara dans des images promptes à satisfaire les imaginaires en quête d’exotisme.

25Les ensembles oasiens, véritables foyers de peuplement du Sahara, constituent le socle des travaux de géographie régionale. De nombreuses monographies sont lancées sur les différentes régions qui composent le Sahara avec pour objectif d’effectuer une description exhaustive, physique ou humaine – sommes parfois inégalées depuis –, portant sur des espaces peu étudiés par la suite, tels le Fezzan par Jean Despois (1946), le Souf par Claude Bataillon (1955), le Gourara par Jean Bisson (1957). Ces travaux sont intitulés selon le nom de ces ensembles régionaux oasiens circonscrits par l’alternance des « pleins » et des « vides » que tracent sur les cartes les inégales densités de population. La démarche empruntée par les chercheurs est logique : en l’absence d’informations, la priorité est au comblement des lacunes et à l’accumulation des connaissances sur l’ensemble du Sahara mais elle ne sera pas toujours comprise car progressivement une vision du désert se construit, celle d’oasis considérées comme des isolats spatiaux, sortes de cellules autarciques. Or rien n’est plus faux que cette image qui renvoie à un contexte datable, celui de la crise que traverse le Sahara après le déclin du commerce transsaharien et qui coupe les oasis des réseaux de circulation le long desquels elles assuraient une fonction de relais.

26Le classement du Sahara dans le champ de l’urbain ou du rural est une question récurrente du discours géographique. Pour Robert Capot-Rey (1953), « on peut hésiter à reconnaître des villes au Sahara tant les caractères ruraux et urbains sont intimement mêlés » dont les principales distinctions apparaissent à travers l’habitat, mieux entretenu dans les villes, et les fonctions, telles que l’artisanat, le commerce de négoce et la taille des souks. Cette difficulté à cerner la ville renvoie au Sahara sous domination coloniale à un espace qui a « perdu » ses villes comme Mourzouq, brillant exemple de la civilisation citadine du Sahara jusqu’au xixe siècle, encore qualifiée de ville dans les années 1950 alors que, marginalisée et délabrée, elle ne compte plus que quelques centaines d’habitants. Cette différenciation formelle entre mondes rural et urbain est reprise quarante ans plus tard par exemple par Abdelfettah Kassah (1993) à propos de l’oasis de Tozeur où le caractère rural ou urbain est défini par l’habitat, maison traditionnelle versus villa, l’aspect des rues, goudronnées ou pas, ou la présence ou non d’animaux. Pourtant les débats actuels ne visent plus à dissocier ce qui est urbain de ce qui ne l’est pas mais cherchent plutôt à réfléchir à ce qui fait la ville dans le Sahara contemporain.

27Il existe en effet un débat scientifique remettant en cause les poncifs qui ont sous-tendu les représentations du Sahara. L’association trop rapide entre Sahara et ruralité ne paraît plus en mesure d’aider à cerner avec pertinence les dynamiques spatiales qui transforment aujourd’hui les foyers de peuplement du désert. L’analogie entre vide démographique et espace délaissé fait partie de ces faux-semblants qui conduisent à négliger la dimension « sensible » des espaces qui, à défaut d’être habités, n’en ont pas moins une place déterminante dans la conception territoriale des populations sahariennes. Enfin, la « totalité spatiale » que représenteraient le ksar et la palmeraie semble contredite par la vivacité des réseaux de circulation sahariens. Toutefois, ces débats ne sont pas abordés de la même manière sur les versants maghrébin et sahélien du Sahara.

28Les géographes du Sahel opèrent, pour répondre à leurs questionnements, une « montée vers le Nord ». Leurs travaux sont inscrits dans des problématiques en prise avec les spécificités de leurs terrains et portent sur les échanges informels ou les circulations (E. Grégoire), les représentations ou les conceptions du territoire (D. Retaillé), Or ces terrains sont de plus en plus éclatés ou du moins ne sont plus considérés sous l’angle d’ensembles régionaux clairement délimités. Les géographes, comme tous les chercheurs en sciences sociales de cette aire géographique, prennent acte de la porosité des frontières dans les pratiques et non pas théoriquement, en partant de la vision géopolitique formalisée lors du Congrès de Berlin ou du principe d’intangibilité des frontières fixé après les indépendances.

29La géographie du Sahara maghrébin a privilégié une lecture du Sahara selon le « gradient nord-sud » car ce versant du désert n’était considéré que comme le prolongement, vaste et périphérique, du littoral. Dans cette optique, le Sahara maghrébin est d’abord pensé à travers le rapport des États à cet espace et aux sociétés qui y vivent. Durant les années qui suivent les indépendances, la question essentielle est celle de l’intégration du Sahara aux territoires nationaux, objectif fondamental pour les autorités nationales, soucieuses de légitimer les frontières internationales et de construire des territoires étatiques « cohérents », en rupture avec les mécanismes de la dépendance qu’avaient mis en place les colonisateurs. On porte alors attention aux découpages administratifs, aux aménagements, à l’urbanisation, à la croissance démographique, bref à tous les éléments qui témoignent d’une plus ou moins grande intervention étatique dans le développement des portions nationales du Sahara. Par la suite, des études fines permettent de pointer l’émergence d’acteurs qui initient de nouvelles dynamiques locales, liées à une importante émigration, à l’agriculture privée, en expansion rapide, et à la consolidation de la trame urbaine. En revanche, les travaux de recherche publiés décroissent en nombre du nord vers le sud. Ces disparités dans la couverture géographique du Sahara limitent notre compréhension des dynamiques socio-spatiales qui le traverse puisque nous connaissons mieux ses marges que son centre. Le déficit en travaux sur les espaces méridionaux du Sahara maghrébin n’a pour ainsi dire pas permis d’en repérer les mutations les plus récentes.

30La lecture géographique du Sahara selon le gradient nord-sud pose aujourd’hui de plus en plus problème car c’est sur les marges, comme souvent dans les modèles d’interprétation, que les limites de cette vision se manifestent le plus nettement. La déconstruction des grilles de lecture héritées de la période coloniale est encore fortement ancrée dans le découpage politique en huit États (Maroc, Algérie, Tunisie et Libye au nord, Mauritanie, Mali, Niger et Tchad au sud) et deux aires culturelles (le monde arabe et l’Afrique noire) du Maghreb et du Sahel. Ces divisions ne sont évidemment pas sans fondements car elles renvoient à des processus différents de construction territoriale sous impulsion coloniale puis nationale. Elles s’expliquent aussi par l’inégale propension des États maghrébins et sahéliens à maîtriser et à intégrer le Sahara aux territoires nationaux. Les premiers ont mené le mouvement d’intégration avec force alors qu’il reste encore en projet au sud. L’inégalité en ressources financières est un facteur essentiel d’explication puisque les États sahéliens n’ont jamais réellement eu les moyens d’une politique pour désenclaver ou développer les régions sahariennes sur lesquelles ils exercent leur souveraineté. Mais l’inégalité en moyens financiers n’explique pourtant pas tout et notamment le fait que le Sahara central ait été une zone de conflits, secouée par les guerres entre le Tchad et la Libye et au Sahara occidental, ou les conflits internes, principalement entre les Touaregs du Mali et du Niger et les États centraux.

31Le Sahara n’était évidemment pas divisé dans les approches de manière artificielle, seulement ces divisions perdent aujourd’hui en pertinence. Du centre du Sahara vers ses « périphéries » littorales et sahéliennes, part un gradient inverse, fondé sur les dynamiques impulsées par la circulation des migrants et des marchandises dont l’importance est telle qu’il contribue à redessiner la géographie de nombreuses villes et régions.

Une entrée urbaine sur le Fezzan contemporain

  • 8 Notamment dans les articles consacrés au Sahara dans les fascicules de recherches URBAMA, cités da (...)

32Le Sahara est d’abord urbain, mais il l’est autrement. Aborder le Sahara au prisme de l’urbain devient une nécessité largement soulignée par les travaux menés depuis deux décennies8. Dans cette perspective, la notion même d’urbain n’est pas satisfaisante et il convient donc de la préciser et de tenter de définir quelques-uns de ces aspects.

33L’urbanisation n’en est qu’une facette. Il est légitime qu’elle ait focalisé l’attention des chercheurs tant elle fut spectaculaire dans tout le Sahara. Mais en inscrivant les études urbaines dans la continuité du processus d’urbanisation, ne risque-t-on pas de poser des questions pertinentes à une échelle d’analyse mais pas aux autres ou de privilégier des approches justifiées ailleurs mais pas ici ? Odette Louiset (2000) souligne que « les phénomènes et processus considérés comme majeurs dans l’histoire et l’organisation de nos villes [sous-entendu européennes] ne peuvent être abordés comme des évidences » et rappelle que « ce que nous appelons ruralité dans les villes africaines, marginalité dans les slums […], c’est de la ville pour ceux qui ne sont pas moins urbains, mais qui le sont autrement ». Cette optique incite désormais à relativiser l’intérêt porté au processus d’urbanisation afin de repérer comment se manifeste l’urbain dans le Fezzan aujourd’hui. Certaines manifestations y relèvent de la plus simple matérialité, fondée sur les décalages, les dysfonctionnements, les hésitations qui témoignent de la construction pas à pas d’un espace vécu alors que d’autres relèvent de l’idéel. Trois pistes méritent une attention particulière selon cette dernière optique : l’urbain est projet et transaction qui lie ceux qui détiennent le pouvoir à ceux qu’ils gouvernent ; revendication lorsqu’il transparaît dans le discours comme un symbole du confort et de la norme sociale ; pratique lorsque l’on évoque les regroupements communautaires et les nouvelles formes de sociabilités.

34L’enjeu émergent est celui d’une conceptualisation de l’objet ville, enjeu qui, séduisant du point de vue théorique, s’avère évidemment délicat dans son application. À ce prix, peut se trouver une sortie permettant de ne plus considérer la ville seulement comme le produit de l’aménagement, de l’échange ou le réceptacle de diverses migrations mais aussi comme un objet qui produit de la société – une configuration sociétale dirait Jacques Lévy (1994, 1999). Cette question constitue une passerelle avec le sujet de cette recherche à condition de l’aborder selon les spécificités de l’aire saharienne où le bouleversement social a largement accompagné le bouleversement spatial. La rapidité de ces dynamiques et le fait qu’elles se poursuivent actuellement contribuent à multiplier les questions. Mais il est à craindre que les réponses manquent encore, pour les scientifiques, certes, et surtout pour les habitants et les acteurs locaux, notamment ceux du Fezzan, cette vaste région du Sahara libyen, sur laquelle porte ce travail.

35La première partie tourne autour d’une question centrale : qu’est-ce qui institue la ville ? L’approche diachronique, entendue ici comme « histoire regardée avec les yeux de la géographie, c’est-à-dire en privilégiant la lecture de la dimension spatiale pour approcher les causes et les effets de ces changements » (J. Lévy, 1997), permet de réfléchir à l’évolution de l’organisation spatiale afin de comprendre la place qu’y occupe l’urbain. Il apparaît qu’à chaque période le ou les acteurs dominants, ceux qui façonnent l’espace et contribuent à son organisation, donnent un sens et un contenu différents à la notion d’urbain. Au commerce transsaharien correspond la ville, lieu de rencontres, d’échanges, de pouvoir. Durant la colonisation, les autorités militaires réduisent ces fonctions et déplacent les sites, privilégiant le contrôle des circulations pastorales et commerçantes plutôt que celui des foyers de peuplement oasiens. Par la suite, l’État, tout en confortant la trame coloniale, multiplie les agglomérations afin de contrôler mais surtout de permettre à l’ensemble des populations d’accéder à des normes de confort similaires au reste du pays. Actuellement, ce modèle est remis en cause par la réactivation des circulations transsahariennes entre la Libye et l’Afrique qui, sans constituer une véritable rupture, n’en conduit pas moins à nuancer le principe de relations exclusives entre échelons nationaux et locaux.

36La seconde partie présente les principales traductions spatiales de ces mutations, tant urbaines que rurales. Sur bien des points, la coupure apparaît synthétique entre ces deux objets et si elle l’est, c’est sans doute parce que les acteurs n’agissent pas dans un champ cloisonné mais qu’au contraire ils saisissent les opportunités et les failles perceptibles dans un système national qui se rétracte. On rejoint sur ce point des constats établis dans l’ensemble du monde arabe et on repense en conséquence à des concepts utilisés à ce propos. La fragmentation urbaine signifie-t-elle la crise de la ville ? N’y a-t-il de campagnes que sous l’influence des villes ? Le local, représenté par ses acteurs, est-il un contrepoids au national ? L’analyse spatiale nous donne des pistes sur ces questions, et sur d’autres, mais aussi sur les intentions d’acteurs divers et aux marges de manœuvre bien inégales.

37Finalement se pose le problème du sens de l’urbain, thème central de la troisième partie. Par-delà les chiffres et les formes matérielles qui expriment le processus d’urbanisation, comment les populations expriment-elles leurs urbanités ? Chercher « l’esprit du lieu » comme Jacques Lévy (1999) en géographie ou Jean-Claude Guillebaud (2000) en littérature le suggèrent ne va pas de soi et risque même dans les villes du Sahara libyen de mener au « non-lieu » (M. Augé, 1992), « sans identité, sans épaisseur historique, incapable de provoquer ces relations interindividuelles qu’encourage normalement un véritable espace social » (G. Di Meo, 1995). Le questionnement peut paraître de prime abord artificiel mais souvent encore la référence au lieu reste attachée dans nos représentations à celle du patrimoine, conduisant à regretter que « de plus en plus, la ville s’efface au bénéfice de l’urbain » et à ne voir comme futur que « la juxtaposition de morceaux de villes qui ne se fondent pas dans un tout » (R. Escallier, 1998).

38Mais parle-t-on de la mort de la ville ou de celle d’une conception de la ville ? L’urbain a parfois des connotations d’uniformité, de quantité, d’anonymat en opposition à la ville, elle clairement circonscrite, porteuse d’une identité partagée par ses habitants. Or une telle ville est peut-être plus marginale qu’il n’y paraît au Sahara. Avant l’urbain pensé dans un cadre national, il y avait d’autres conceptions du territoire, pas forcément antithétiques de la ville, comme l’a suggéré Denis Retaillé (1989). C’est peut-être plus à cet itinéraire qu’il convient de réfléchir, en considérant alors la ville comme projet plutôt que comme un idéal perdu, mais certainement sous d’autres formes spatiales.

39Il ne s’agit pourtant pas de faire l’économie d’une description des formes et de leur évolution car si l’urbain peut se définir autrement que par la forme, c’est dans un espace donné que les sociétés sahariennes déploient leur quotidien et sur cet espace nous ne disposons que d’informations lacunaires et éparses. Entendons-nous bien, nous souscrivons au constat d’Odette Louiset pour qui « la morphologie ne suffit pas à rendre compte et surtout à comprendre la ville comme lieu et comme concept » mais cette position pose cependant à notre sens un autre problème : travailler sur le Sahara libyen, c’est travailler sur les marges d’un État marginal au plan des travaux scientifiques et si passer outre une lecture strictement spatiale de la ville est nécessaire, dans quelle mesure doit-on tenir compte du cadre spatial ? On conviendra qu’il n’est pas neutre et cette absence de neutralité rend, à notre sens, nécessaire l’appréhension précise du cadre. Or rien ne serait plus faux, afin d’esquiver cet impératif, que de l’assimiler à un cadre maghrébin type. Considérant que si, sans société, il n’y a pas d’espace mais qu’en retour, sans éclairage spatial, la compréhension d’une société est incomplète, je prends le parti, parfois, de privilégier une démarche centrée sur le décryptage des faits spatiaux plutôt que sur la lecture sociale de ces faits.

40Les apparences plaident pour l’absence de lieux et donc de possibilités d’interactions sociales. Or les lieux dans le Sahara urbain émergent, au même titre que la ville d’ailleurs. Ils ne sont jamais une évidence immédiatement perceptible dans le paysage de l’agglomération tant la privatisation de l’espace est partout flagrante au détriment des lieux publics. Sommes-nous alors dans un de ces lieux où les obstacles seraient tels que l’urbanité et la ville comme lieu de production de société sont impossibles ? L’approche scientifique exclut des réponses catégoriques et des questions qui ne le sont pas moins mais plaide plutôt pour la durée, un temps long de l’émergence de la ville.

Notes

1 Citons, sans prétention à l’exhaustivité, H. Duveyrier (1864), J. Despois (1946), J. Lethielleux (1948) et L. Eldblom (1968).

2 L’état des lieux le plus récent sur l’ensemble de l’aire est celui de Jacques Fontaine (1996).

3 C’est-à-dire l’ensemble sous domination coloniale française comprenant le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Tchad, soit une superficie de 4 300 000 km2.

4 Nous utilisons comme limite du Sahara l’isohyète 100 mm, choix discutable mais qui permet d’écarter les zones semi-arides des marges, dont l’organisation spatiale s’assimile de plus en plus à celle des foyers de peuplement hors Sahara.

5 Afin de ne pas multiplier les croquis, je renvoie le lecteur à la présentation détaillée du Fezzan dans le chapitre premier de la première partie.

6 Le terme « sédentarisation », utilisé ici par commodité et pour son caractère évocateur, sera remplacé dans le corps du texte par l’expression « fixation des nomades » afin d’éviter l’équivoque qui conduirait à supposer que les nomades deviennent sédentaires en se fixant.

7 L’expression est d’Emmanuel Ma Mung, « L’urbanisation-intégration : la ville au service de l’État (Sbiba, Tunisie centrale) », in P. Signoles (dir.), Petites Villes et villes moyennes dans le Monde arabe, Fascicule de recherche n˚ 16-17, Tours, URBAMA, 1986.

8 Notamment dans les articles consacrés au Sahara dans les fascicules de recherches URBAMA, cités dans la Bibliographie (J. Bisson, 1989, 1991, 1993, et J. Fontaine, 1996).

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les villes sahariennes de plus de 10 000 habitants (mi-1990) (dans les limites de l’aire définie par Capot-Rey, soit zone saharo-steppique non comprise)
Légende Source : J. Fontaine, 1996.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 1. Urbanisation et circulations : une approche diachronique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 377k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540