Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes du Sahara

 | 
Olivier Pliez

Préface

Marc Côte

Texte intégral

1La Libye est un peu la mal-aimée des études sur l’Afrique septentrionale et particulièrement des études en langue française. Car elle n’appartient pleinement ni au Maghreb ni au domaine égyptien, et constitue un espace « en creux » entre ces deux pôles. Cette position intermédiaire en fait pourtant un territoire central de la géopolitique saharienne, de même que sa richesse pétrolière en fait le prototype de ce que seront (probablement) les paysages et la vie demain dans l’ensemble du Sahara.

2Quelques travaux récents viennent combler ce vide : études d’histoire (J. Thiry 1995, N. Lafi 2002), approches géopolitiques (M. Djaziri 1996), guides d’initiation au pays (D. et J. Bisson, J. Fontaine 1999). Le présent travail d’Olivier Pliez est celui d’un géographe qui allie l’observation sur le terrain et la réflexion générale sur les processus. Les processus analysés ici sont ceux de l’urbanisation et des changements sociaux, spectaculaires en ce pays : généralisation de l’urbanisation, pénétration du réseau de routes et équipements loin dans le Sud, villages nouveaux supplantant les ksour, émergence d’une agriculture nouvelle en rupture avec les vieilles oasis. Le terrain d’analyse retenu ici est celui du Fezzan, cette partie sud-ouest de la Libye qui constitue – la frange littorale étant à part – le principal sous-ensemble saharien du pays et compte quelque 400 000 habitants. Ce choix n’empêchant pas l’auteur d’élargir souvent ses observations à l’ensemble du Sahara libyen afin de saisir constantes et spécificités.

3Cet observatoire met en exergue des questions passionnantes. Comment ces mutations, portées par un État volontariste et riche, ont-elles été progressivement réappropriées par la société civile ? Comment celle-ci juxtapose-t-elle et combine-t-elle les stratégies des différents groupes sociaux-ethniques ? Comment se vit l’urbain aujourd’hui, depuis les plus petits centres jusqu’à cette capitale régionale que constitue Sebha ? Comment les mouvements migratoires à partir des pays d’Afrique noire, devenus intenses depuis une décennie, réactivent-ils les réseaux et itinéraires des siècles passés ?

4C’est pour répondre à quelques-unes de ces questions qu’Olivier Pliez s’est attelé à la tâche. Une ouverture claire et intelligente sur le Sud libyen et, par delà ce territoire attachant, sur tout le Sahara.

5Marc Côte, professeur émérite de géographie, université de Provence.

Auteur

Professeur émérite de géographie, université de Provence

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540