Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Salam America

 | 
Aminah Mohammad-Arif

Remerciements

Texte intégral

  • 1 Les musulmans du sous-continent indien à New York : culture, religion, identité, Paris, EHESS, 199 (...)

1Ce livre a pour origine une thèse1, réalisée sous la direction de Marc Gaborieau (CNRS/EHESS), que je tiens à remercier en premier lieu : sa confiance, ses précieux conseils et sa profonde bienveillance, associés à sa science et à son expérience, m’ont soutenue et aidée tout au long de mon travail. Ma gratitude va également aux membres du jury de la thèse, Claude Markovits (CNRS) qui m’a en partie suggéré le sujet, Denis Matringe (CNRS), Christophe Jaffrelot (CNRS/CERI), Jean Heffer (EHESS) et Constant Hamès (CNRS), qui tous se sont montrés très généreux en conseils et encouragements. Un grand merci également à Farhad Khosrokhavar (EHESS) qui a eu la patience et la gentillesse de relire un chapitre de ma thèse et m’a fait part de ses commentaires plus que pertinents. Éric Meyer (INALCO), Gérard Colas (CNRS) et Jacques Pouchepadass (CNRS) n’ont pas ménagé leurs efforts pour relire et corriger le manuscrit du livre ; je leur en suis très reconnaissante. Je suis extrêmement redevable à Françoise Pirot (CNRS/SIS) et à Maurice Legrand (CNRS/SIS) qui ont très patiemment réalisé les cartes. Je remercie enfin CNRS Éditions, et tout particulièrement Anne Cadiot, l’éditeur, qui ont permis à ce livre de voir le jour.

2Les recherches conduisant à ce travail ont été rendues possibles grâce à l’allocation de recherche de l’École des hautes études en sciences sociales. Que la formation doctorale d’histoire et de civilisations en soit remerciée, en particulier son directeur, Jean Andreau, ainsi que Liliane Adolphe.

3Je tiens aussi à exprimer mes remerciements aux membres de la Bibliothèque inter-universitaire des langues orientales et du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud, tout particulièrement Catarina Kasi et Radhika Shaunik, qui m’ont fait l’amitié de me signaler systématiquement toute parution d’ouvrages ayant trait à mon sujet. Mariam Abou-Zahab (INALCO) s’est montrée très généreuse, me fournissant régulièrement tout document sur le Pakistan susceptible de m’intéresser.

4Du côté américain, Yvonne Haddad (Amherst University, Massachusetts) m’a fait bénéficier de ses connaissances exceptionnelles sur la communauté musulmane, arabe tout particulièrement, aux États-Unis. Mes discussions avec Omar Khalidi (MIT) m’ont également beaucoup apporté. Je suis redevable à Sucheta Mazumdar (Duke University) et Vasant Kaiwar (Duke University) de mon rattachement à l’Asian-American Center de Queens College, à New York, de novembre 1995 à janvier 1996. Tous les membres du centre m’ont accueillie très chaleureusement, en particulier son Directeur, Jack Tchen, et l’historienne Madhulika Khandelwal. Mes conversations avec cette dernière ont été des plus éclairantes ; de même que celles avec David Lelyveld de l’Université de Columbia. Je n’oublie pas Usha Sanyal dont la générosité et la gentillesse m’ont vivement touchée. Grâce à Atheef Kabir et Naveen, j’ai fait quelques rencontres qui se sont révélées très précieuses pour mes enquêtes de terrain.

5Je tiens également à remercier tous les membres de la communauté sud-asiatique aux États-Unis qui ont accepté, patiemment et cordialement, de m’accorder des entretiens, d’« éclairer mes lanternes ». Sans eux, ce travail n’aurait pas été possible.

6Ma profonde reconnaissance va à la famille Mohan Das, Mohanji lui-même, son épouse Kalaji et leurs enfants, Sudha, Veena et Rikesh pour leur hospitalité et leur accueil des plus chaleureux dans la froidure extrême du New Jersey.

7Que dire de l’affection et du soutien moral de mes cousins, Mani et Shameem Menon, et de leurs enfants Nisha et Roshen, qui ont veillé sur moi durant chacun de mes séjours aux États-Unis et m’ont offert de réconfortantes pauses, loin de la frénésie new-yorkaise ?

8Ma dette est très grande envers mes amis. Mes conversations infinies avec Christine Moliner ont toujours été des plus stimulantes, ses connaissances sur la diaspora sikh des plus enrichissantes. Sa relecture attentive de chapitres entiers de ma thèse, de même que celles de Christèle Dedebant et Alexandra Quien m’ont été d’une aide fort précieuse.

9Je ne puis trouver les mots pour exprimer ma gratitude à Anne-Marie Waliullah pour ses remarques et ses corrections toujours très éclairantes, et ma profonde tristesse face à sa disparition soudaine.

10Florence Albrecht, amie d’enfance et sœur éternelle, a relu et corrigé avec sa rigueur habituelle le manuscrit du livre dans sa totalité. Je l’en remercie de tout cœur.

11À mes parents, dont la patience illimitée, les encouragements infaillibles m’ont soutenue et accompagnée tout au long de ces années de recherche, je dois une part inestimable de ce travail. Je ne leur serai jamais assez reconnaissante.

12Je remercie enfin mon époux et ami de toujours, Khalid, pour son soutien inconditionnel et, par-dessus tout, pour son humour qui m’a vivement secourue dans les moments difficiles.

Notes

1 Les musulmans du sous-continent indien à New York : culture, religion, identité, Paris, EHESS, 1997, thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable