Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort collective

 | 
Gaëlle Clavandier

Conclusion. Pour une sociologie des catastrophes

Texte intégral

1On aurait pu penser que tout avait été dit sur les catastrophes, depuis les théories faisant leur éloge comme brèche ouverte laissant place à de l’inédit dans un monde verrouillé, aux théories qui au contraire valorisent la maîtrise des accidents par une gestion concertée, mettant dès lors l’accent sur la réduction des risques. Pourtant cet ouvrage fait la preuve qu’en décentrant les enjeux et les axes problématiques habituellement admis, en se confrontant à des terrains inexploités ou variés, en déconstruisant les catégories d’acteurs communément usitées, en se refusant à hiérarchiser des aspects « réalistes » et des aspects symboliques, ce qui reviendrait d’une certaine manière à vouloir démêler le vrai du faux, en excluant d’avoir un regard évaluateur visant à apporter des solutions, il est légitime de revenir sur un tel objet.

2Cette recherche est construite sur deux enjeux congruents : outre la volonté de contribuer à la caractérisation d’une notion qui se veut opératoire, elle s’inscrit de fait dans une réflexion sur les spécifications des catastrophes modernes. En effet, on peut se demander si dans le contexte contemporain catastrophe et accident ne tendent pas à se disjoindre davantage. On assisterait alors à un glissement sémantique. La multiplication des attentats ou tout au moins la perspective qu’ils peuvent se reproduire en est une illustration. Les attentats du 11 septembre 2001 sortent du registre de l’attentat stricto sensu pour laisser place à une menace de type catastrophique où la figure de l’ennemi à combattre est certes présente mais dont les conséquences apparaissent telles qu’elles ne peuvent ressortir uniquement de la condamnation unanime d’un acte criminel. De l’identification des enjeux politiques ne dépend pas la résolution du problème, le drame est là, isolé, irréductible. La marque faite sur les esprits, la trace, la cicatrice dépassent le cadre du terrorisme pour entrer plus largement dans le cadre herméneutique de la catastrophe. Rien de paradoxal alors, à ce que d’un côté la recherche de responsabilités soit poussée à son paroxysme et que de l’autre les registres de l’accident, du conflit armé, de l’attentat se redéfinissent, se chevauchent dans la perception du drame, la construction événementielle qui s’ensuit et le traitement apporté. Le débat sur l’origine du drame : accidentel ou provoqué, semble quelque peu dépassé dans le sens où même à propos des cas les moins polémiques – catastrophes naturelles – la recherche de responsabilités humaines est constamment engagée. En outre, la catastrophe sort également du simple registre de l’actuel, car la figure de la catastrophe virtuelle, possible, vraisemblable est régulièrement convoquée sans pour autant entrer en conflit avec les événements empiriquement observables. La catastrophe tout en étant rare est bien là, à portée, comme un avatar de la société contemporaine, toujours plus sûre, toujours plus incertaine. Malgré ce poids du contexte, la question centrale reste la même : comment une société fait-elle face à de telles morts, comment s’organise-t-elle pour les dépasser ? La caractérisation de la construction sociale de la mort collective apparaît d’autant plus pertinente que ce glissement sémantique de la catastrophe comme englobant des réalités très diverses est constaté. Bien sûr, il serait fort intéressant de comparer les résultats obtenus ici sur un terrain tel que celui des attentats : nous faisons l’hypothèse qu’ils ne seraient guère différents de ceux présentés dans le cadre de cet ouvrage, même si cela demanderait une vérification pointue.

3Si au départ de cette étude le doute était permis sur la pertinence de cette posture épistémologique, au final il faut bien constater que la volonté de caractériser la mort collective n’était en rien fantaisiste, pas plus qu’elle ne résultait d’un désir de faire « sociologique » à tout prix en accolant du collectif à une réalité maintes fois étudiée, la mort. Le recours à une telle démarche répondait à un projet sur lequel il est nécessaire de revenir. Il s’agissait d’un pari, osé diront certains, mais un pari raisonné. L’accent porté sur la méthode, le nombre de cas étudiés, la place faite au terrain afin d’éviter de tomber dans le piège du déjà vu, ainsi que la volonté d’établir des critères d’analyse précis nous ont conduite à faire des allers-retours entre perspectives inductive et déductive. Ce travail ne partait pas de rien, pour autant aucune ligne droite n’était tracée. Nous avons été confrontée en tant qu’observateur à des surprises régulières mais aussi à des attendus bien prévisibles. Néanmoins c’est au final que cette caractérisation a pris tout son sens lorsque nous avons compris comment s’agençaient ces différentes temporalités et quelle place était faite aujourd’hui au facteur humain.

4L’hypothèse de départ selon laquelle il existerait un traitement social codifié, relativement univoque, est validée à l’échelle du territoire français au xxe siècle. Toutes ces morts dites collectives répondent à une même logique. Les exemples plus récents, tels ceux de l’accident du tunnel du Mont-Blanc, du crash du Concorde, de la rupture de la passerelle du Queen Mary 2 à Saint-Nazaire, confortent cette thèse. Après la phase d’urgence suscitée par le drame lui-même, vient le temps de la prise en charge des familles et celui de la recherche des causes. Puis la catastrophe est ritualisée jusqu’à pénétrer le registre du commémoratif. Questionner la mémoire, le temps de la longue durée, permet de reconstruire l’événement afin de prendre en compte le vécu des populations. Ainsi, le registre de la gestion à court terme est dépassé pour mettre en relief les arcanes d’un phénomène social complexe et lourd de conséquences. Cette étude répond également à une nécessité relevée par les experts techniques et les personnalités politiques et administratives qui souhaitent mieux comprendre les motivations de leurs concitoyens, autrement dit de la population, face aux risques. L’intégration des « facteurs humains » dans la gestion des risques est désormais acquise. Un enjeu de société se fait jour, qui répond à une meilleure prise en compte des responsabilités de chacun, à tous les niveaux, et à une implication accrue des citoyens dans la prévention des risques. Pour autant les perspectives restent encore davantage celles de faire accepter des décisions (par exemple une expropriation en raison d’un risque identifié) plus que d’étudier des cultures du risque, voire plus généralement des cultures du danger (versus des habitants qui souhaitent rester dans un territoire connu où pour l’instant il ne s’est rien produit). Si chacun reconstruit à sa manière le drame, d’où des incompréhensions mutuelles, le sociologue peut quant à lui adopter un point de vue plus distancié. Les décalages sont nombreux : loin de vouloir les gommer, il apparaît ici important de les mettre en perspective.

5L’étude des morts collectives accidentelles nous livre donc des enseignements précis pouvant être interprétés dans une perspective globalisante, dans un premier temps une analyse diachronique en facilite la lecture.

6Cet ouvrage a présenté les réactions à très court terme, autrement dit comment la catastrophe vient interrompre une certaine routine. Elle est rupture, incertitude et menace. La période qui jouxte un accident est caractérisée par une grande incertitude ; certains repères sociaux comme le paysage, ainsi que l’organisation sociale et temporelle, sont bouleversés. Cette situation requiert une prise en compte rapide et efficace. Il est nécessaire de redéfinir la réalité, de « dire » la catastrophe, d’en comprendre les différentes modalités. Le drame subit une relecture, il est mis en série afin de dépasser la singularité du cas, il est médiatisé dans des discours officiels ou des rumeurs, il est désigné et porte la plupart du temps un nom générique. Des discours d’après catastrophe sont prononcés par les pouvoirs publics, l’objectif étant de montrer que l’ordre social et politique n’a pas été entaché, ni même menacé, malgré les craintes émises lors du drame. La catastrophe est mise à distance en procédant à une réification du mal, puis dans un second temps à une personnification de l’objet à qui l’on prête des caractères humains. Ainsi, apparaissent les images du « train fou », de l’« avalanche meurtrière », de la « tribune mortelle », du « tunnel funeste ». Suite aux premières remises en ordre qui consistent à envisager un réseau de solidarité, à entrevoir des modifications techniques, apparaissent d’autres problèmes, tels que la gestion des cadavres ou encore les craintes associées au retour du drame comme par un effet de boomerang. Un rituel du deuil très organisé vient contrecarrer les images les plus dramatiques, visant au travers de chapelles ardentes et de cérémonies funèbres à apaiser les vivants. Tout se construit autour de la figure d’un collectif uni pour faire face à la menace : collectif des victimes qui ne doivent en aucun cas être distinguées les unes des autres, collectif des survivants qui sont dans l’obligation de faire front pour éviter le pire et conjurer leur désarroi.

7Pour autant, la construction sociale des morts collectives ne se clôt pas avec l’inhumation des victimes. La catastrophe déborde très largement la gestion à moyen terme et l’événement s’enrichit de nouvelles formes archétypales. Deux mémoires, dévoilant que le retour à l’ordre n’est pas acquis a priori, confirment l’idée que chaque événement, chaque accident est unique, même si le traitement qui leur est réservé est ostensiblement régulier et codifié. Une première mémoire, floue, cachée, émotionnelle, fondée sur les images du drame, semble indiquer que la catastrophe refait obstinément surface et que le traitement social mis en place n’est pas totalement opérant. Une seconde mémoire, institutionnelle, plus contrôlée, correspond à la mémoire commémorative. Elle se manifeste comme un souvenir, un hommage aux victimes, mais elle cache plus profondément l’accident. Elle est bâtie sur un oubli, celui du drame, de ses images obsédantes, de la mort en général. Ces deux mémoires s’affrontent en silence : l’une est montrée, portée par les pouvoirs publics, l’autre est plus diffuse, elle sous-tend l’idée que le drame reste premier et qu’il pourra se reproduire.

8Le développement aurait pu se clore sur ce dilemme, cette incompréhension mutuelle qui a une incidence directe sur la prévention des risques. Cependant quelque chose de particulier se joue actuellement. Ainsi, il fallait dépasser une analyse diachronique du phénomène (temporalités du court, moyen et long terme), dépasser également une analyse synchronique transversale en termes de « retour à l’ordre » comme objectif ultime, pour s’interroger sur ce qui fait la spécificité des morts collectives aujourd’hui sur le sol français. Cela consistait alors à ouvrir le champ des possibles pour pénétrer dans un nouvel axe de questionnement venant refermer le premier. La thématique de la responsabilité revêt dorénavant une teneur particulière. De là, s’élabore la dernière partie de cette recherche, où il est montré que le xixe siècle, puis les années 1970 ont été décisifs. Les morts collectives ne s’expliquent plus par une vengeance divine ou une nature furieuse, désormais la responsabilité humaine partagée est questionnée. Cette analyse conduit à la conclusion qu’aujourd’hui se pose le problème quasi insoluble d’une responsabilité collective de l’homme qui suscite de réels questionnements en termes de droit : il n’existe pas de substitut à la hauteur du drame, pas de coupable unique. D’où l’idée d’un passage impossible (le passage n’étant jamais définitivement acquis), d’où aussi la nécessité d’une sur-ritualisation et d’un oubli récurrent. La catastrophe est là, comme figure irréductible et essentielle de notre rapport au monde.

  • 1 Voir principalement les travaux de U. Beck, La Société du risque, Paris, Aubier, 2001, et A. Gidde (...)

9Le recours à la notion de mort collective est une manière de comprendre comment de l’inédit devient du régulier, comment une possible remise en cause d’une vie en société fait surgir tout un arsenal de comportements, de valeurs, de rumeurs, de rituels commémoratifs, de principes conjuratoires pour repousser ou au contraire intégrer l’événement catastrophique comme du déjà vu. En cela l’image des morts collectives comme une réalité profondément contemporaine n’est pas contradictoire avec celle d’une survivance de modèles quasi intemporels. Si le phénomène est relativement stable, il met pourtant en scène des données fluctuantes dans le temps. Cette forme « archaïque » se manifeste à travers les images du désordre, celles du cercle vicieux, de la recherche d’un bouc émissaire et celles d’explications paralogiques. Elle relève d’une pensée qui se fonde sur des raisonnements d’ordre symbolique plus que matériel. Depuis le xixe siècle, à l’opposé de cette représentation de la catastrophe reposant sur des émotions, un vécu et un imaginaire spécifiques, existe une seconde représentation, celle d’une maîtrise des risques, avec des problématiques en termes de prévision, de prévention, de protection, de principe de précaution, de responsabilité, de retour d’expérience. Elle intervient en amont avec les calculs de probabilité et en aval avec une codification de la gestion post-catastrophique et de l’évaluation qui en découle. Il nous semble alors fondamental de comprendre que la problématique des risques, aujourd’hui en plein essor, ne peut faire l’économie de ce double positionnement. Loin d’amalgamer mort collective et risque, ou même catastrophe et risque, la posture théorique et méthodologique adoptée dans ce travail ouvre des pistes de réflexion qui peuvent amener à requestionner la modélisation des « risques ». Laquelle tend à devenir académique au sens où elle est désormais un domaine d’étude clairement identifié et dont les paradigmes, les acteurs et les terrains sont jalonnés. Ce succès de l’analyse des risques a ouvert la voie à une forme d’institutionnalisation de la sociologie du risque renvoyant à la théorie plus générale de la modernité réflexive, autrement dit au modèle de la société du risque1. Le risque devient alors un mode de lecture du monde, une expérience, une théorie générale. Si la pertinence de ces travaux n’est aucunement remise en cause, il faut élargir cette perspective à différents facteurs bien souvent exclus de l’analyse. Le projet de cette recherche était de rendre compte de la construction sociale des morts collectives afin d’en comprendre les différentes modalités mais surtout d’insister sur la pertinence et l’originalité de ce type de questionnement. Ce regard est à la fois proche des analyses contemporaines de la sociologie du risque, et éloigné dans son projet et les moyens d’investigation. Cette approche a nécessité de déconstruire certaines catégories et raisonnements. La question du caractère irréductible du drame, de sa temporalité, des publics en jeu s’est posée de façon récurrente. De même le choix des modèles interprétatifs, notamment le fait d’interroger la symbolique et la ritualisation de ces morts, a une incidence sur la portée du travail. L’étude des morts collectives montre qu’au terme de l’analyse diachronique, le drame reste premier, conservant son caractère univoque. Il ne connaît pas de substituts et refait surface dans ses aspects les plus originels dans la mémoire collective. Même si le traitement est efficace du point de vue de la gestion des risques, bien que les pouvoirs publics maîtrisent les réactions post-catastrophiques, sur un plan concurrent le drame est là, transformé par le regard des hommes. Se pose alors la question de la conception actuelle du risque qui tend à objectiver ces représentations et à axer son champ de compétence sur le risque « réel », sur ses aspects pragmatiques, non sur les risques perçus, imaginés, dont la probabilité peut être quasi nulle. Pour couper court à toute polémique, nous pensons qu’il ne s’agit pas de raisonner en termes de bonnes ou de mauvaises interprétations, consistant à dire que certains schémas théoriques sont valables et d’autres fallacieux, mais de prendre en compte ces différentes modalités d’une réalité complexe qui mêle : un raisonnement d’experts, des intérêts politiques, le choix d’une certaine gestion des risques, des implications juridiques et jurisprudentielles, des représentations, craintes et espérances des populations, une demande de soutien des victimes. Sans oublier que la métaphore du risque est congruente avec l’idée d’une maîtrise, d’un contrôle, métaphore qui conduit parfois à éluder des enjeux moins clairement identifiés et des aspects symboliques, voire identitaires relatifs à la catastrophe.

10Quand on se confronte à un tel objet, il ne faut pas redouter d’être face à des contradictions, à des zones d’ombres, à des trop-pleins de lumière. Les catastrophes sont des réalités complexes dans le sens où elles donnent à voir à la fois ce qu’on redoute le plus, mais elles fournissent également une clef de lecture sur nous-mêmes et le monde qui nous entoure. Leur portée heuristique a été maintes fois évoquée, dévoilée, mais jamais véritablement posée à plat, décrite, analysée. Ces catastrophes de grande envergure ayant pour particularité de mettre à jour la possibilité durable ou non d’une atteinte faite aux liens sociaux et plus généralement une capacité de désordre, ont pour conséquence de faire qu’une société s’organise afin que ce potentiel ne s’actualise pas. C’est parce que cela est possible qu’une société fait face dans ces différentes composantes pour dire : cela ne se passera pas, cela n’aboutira pas. Outre le fait que les pouvoirs publics et les associations de familles de victimes luttent pour que de tels drames ne se reproduisent pas, les enseignements à tirer de cette étude sont que, de manière très concrète, « tout » est mis en œuvre pour prendre acte que quelque chose d’exceptionnel vient de se passer. Pour autant, l’événement en soi, ce n’est pas ce fait brut qui nous dépasse, soudain, violent, de l’ordre de l’urgence, mais bien cette mise en discours, cette ritualisation de la prise en charge des victimes, des familles, des sinistrés. C’est la possibilité d’avoir recours dans l’instant à la perspective d’un temps long, un temps qui n’efface pas les traces, mais leur confère un sens. Dès lors, on peut considérer que la cicatrice est trace mémorielle, que l’accident est porteur de l’événement, que la commémoration est là aussitôt que le drame survient, alors même que certaines victimes sont entre la vie et la mort. La catastrophe c’est de l’inconnu déjà maîtrisé, du surprenant qui va devenir série, c’est de l’extérieur qui est en nous.

11Ainsi, la mort collective est un objet qui ne souffre aucune demi-mesure : la représentation de l’événement et le traitement qui en découle sont à la hauteur de la menace supposée. Plus que les désordres actualisés, c’est-à-dire les conséquences factuelles d’un drame, ce sont les débordements potentiels, les menaces virtuelles, les effets attendus et redoutés qui sont ici en jeu. Toutes ces catastrophes au sens large sont un défi au pouvoir et si elles sont naturalisées (rendues extérieures par un effet de mise à distance artificielle) c’est parce qu’elles nous parlent de nous. Elles nous renvoient à nos choix, à nos erreurs, à nos désirs. Les morts collectives sont un surgissement de sens, une possibilité momentanée d’envisager le monde autrement. Les ruptures qu’elles provoquent participent d’une logique imaginaire, d’un désir, tout autant que d’une réalité factuelle. Cette manière d’envisager ces événements permet de comprendre pourquoi les pouvoirs publics et la population accréditent encore la représentation d’une menace externe, même si elle ne se justifierait pas dans les faits. Pour les premiers, cette représentation accroît leur légitimité : ils ont su restaurer l’ordre et éviter le pire. Pour la seconde – populations affectées et victimes potentielles –, elle atteste la tentation de créer un rapport au monde différent, dont l’ensemble des issues n’est pas fixé à l’avance. Le retour à la normale est aussi un moyen d’éprouver de nouvelles solidarités, de tester ses capacités de résistance et de se rassurer quant à ses possibilités de faire face collectivement aux situations catastrophiques.

12Appréhender de façon mécanique une mort collective, en oubliant l’impact symbolique qu’elle a nécessairement, serait immanquablement se couper de toutes ces réalités. Ce serait accepter de vivre dans un monde fermé où tout est déterminé. Cette dialectique qui conduit du pire, du désordre potentiel, à une gestion le plus souvent sans encombre, met également en valeur le point d’arrivée. Plus le chemin est perçu comme difficile, plus l’effort entrepris et la réussite de sa mise en œuvre seront louables. Cette vision correspond à une nécessité, la représentation prend le pas sur le fait brut qui dans certaines occasions est un prétexte à autre chose. Ainsi, les morts collectives nous informent sur ce qu’est notre société aujourd’hui.

Notes

1 Voir principalement les travaux de U. Beck, La Société du risque, Paris, Aubier, 2001, et A. Giddens, Les Conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1994. Voir également l’article introductif de A. Bourdin, « La modernité du risque », Cahiers internationaux de sociologie, vol. CXIV, 2003, p. 5-26, extrait du numéro spécial « Faut-il une sociologie du risque ? ».

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable