Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort collective

 | 
Gaëlle Clavandier

Chapitre premier. La catastrophe, un espace de ruptures et d’espérances

Texte intégral

1Quels sont les effets du drame quand il vient de se produire ? Comment y font face la population, mais également les autorités en place ? Compte tenu du nombre d’accidents collectifs référents et de leurs spécificités, une description de chacun d’entre eux s’avère improbable, l’objectif étant de mettre en évidence les grandes modalités de la catastrophe : la vitesse, le choc, la panique, la surprise, la rupture d’avec une situation « ordinaire ». D’un point de vue méthodologique, cette démarche est davantage pertinente qu’une présentation linéaire et exhaustive.

2En raison d’une distance avec l’accident – ce travail ne consistant pas à être en direct sur le lieu du drame – nous nous référons à des données « de seconde main » ; les descriptions seront donc instruites par des représentations et élaborées à partir de dossiers d’archives, de témoignages ou d’articles de presse pour la plupart. Compte tenu de notre problématique, ce qui pouvait apparaître comme un biais insurmontable n’a en fait que peu d’incidences, puisque l’objectif n’est pas d’analyser l’accident en lui-même, mais bien d’envisager sa réalité sociale. Les informations à disposition sont donc des faits traduits, des réalités qui permettent d’appréhender la « teneur sociale » de la catastrophe. Ainsi, notre propos n’est pas de répertorier toutes les formes d’accidents collectifs possibles, ni même de dire : « l’accident collectif, c’est cela », mais bien de montrer qu’il s’accompagne de ruptures, de voir également comment il se construit par rapport à un contexte. Il est aussi de comprendre comment une société participe à sa construction, notamment par l’intermédiaire d’une mise en événement, et comment elle y fait face.

3Étymologiquement, accidents et catastrophes portent l’idée d’un changement. L’accident est quelque chose qui « survient », la catastrophe quant à elle suppose un bouleversement. Ils sont inattendus, non conformes aux prévisions. Ils impliquent une discontinuité, de la rareté, du hasard. La distinction entre accident et catastrophe serait plus une question de degré que de valeur, la nuance se faisant sur la gravité des conséquences de l’événement et son envergure. Tout deux induisent l’image d’une rupture et c’est celle-ci que nous allons tester ici.

4Si les accidents sont générateurs de changements et qu’ils introduisent dans la vie sociale une forme d’inédit, comment cela se traduit-il ? Est-ce davantage une reconstruction analytique a posteriori ou cela se manifeste-t-il de manière tangible au présent ? Ce désordre post-accidentel serait-il un paramètre récurrent à toute catastrophe collective ? Finalement se questionner sur cette capacité de déstabilisation et de désordre, n’est-ce pas mettre en avant, voire accentuer la menace, afin d’insister sur l’exigence d’une prise en charge sociale ? Qu’elles soient tangibles ou de l’ordre du discours, ces ruptures semblent avoir des conséquences ; elles conduiraient à la mise en œuvre d’un traitement social codifié de l’accident.

LA VIOLENCE DU DRAME

5Il existe un réel décalage entre le drame et la vie quotidienne. Une série d’images, images quasi structurelles, est observable pour la grande majorité des accidents collectifs analysés.

Le choc, la démesure, la surprise

6La violence du choc se manifeste par le déchaînement de forces physiques et par un choc émotionnel ; la catastrophe est associée à un cataclysme. L’image d’un choc est à prendre au sens premier du terme : un jeu de forces venant déstabiliser une situation par l’intervention de nouvelles énergies.

  • 1 La République de Seine-et-Marne, 21 octobre 1991, à propos de l’accident ferroviaire de Melun.

Soudain : l’horreur ! Il percute de plein fouet un train de marchandises. La violence du choc est telle que la première voiture du train se trouve catapultée sur sa propre motrice1.

  • 2 Le Parisien, 18 octobre 1991, à propos de l’accident ferroviaire de Melun.

Un choc effroyable, suivi de secondes interminables pendant lesquelles les tôles sont tordues, broyées, coupées, dans un bruit indescriptible2.

7Le deuxième registre correspond à l’effet de cette violence sur les hommes. Il s’agit des pleurs, des bousculades, des paniques, des prostrations, de la stupeur. Ces images pénètrent dans le domaine des émotions et des impressions.

  • 3 Témoignage d’un jeune rescapé, Le Dauphiné libéré, 3 novembre 1970, à propos de l’incendie du « 5/ (...)

« J’entendis encore un appel au secours, et des coups contre des portes. Puis plus rien. Il me semble que cela dura quelques secondes, une minute au maximum.
Au-dehors, personne ne réalisait. J’ai vu un garçon se précipiter dans la salle sans qu’on puisse le retenir. Il n’en est pas ressorti. Une fille voulut faire de même mais nous avons pu la retenir. Il y avait une odeur atroce. Les pompiers sont arrivés très rapidement, mais c’était inutile. Et tout le monde le savait. Dehors le temps était bizarre, il y avait beaucoup de brouillard. Cela ajoutait une note sinistre, une impression de rêve, de cauchemar. Je sais que personnellement, je n’ai réalisé ce qui m’était arrivé que le dimanche soir3... »

8Le choc provient de l’impuissance devant la catastrophe. Les accidents collectifs ont ceci de particulier qu’ils sont présentés comme irrémédiables.

  • 4 Témoignage, Le Monde, 25 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

« Le plus terrible, c’est que parmi tout ce qui était emporté, voitures, citernes à gaz, toits entiers, on a vu passer des gens qui appelaient au secours, des enfants hurlaient, sans rien pouvoir faire pour eux4. »

9Très fréquemment, ces deux registres s’informent mutuellement, laissant entrevoir des similitudes entre choc physique et émotionnel. L’image de la cicatrice est fréquemment employée – cicatrice visible du paysage, mais aussi cicatrice émotionnelle des hommes, des blessés, d’une ville – comme pour montrer qu’il est impossible de sortir indemne d’une catastrophe. À terme l’objectif est d’effacer ou de masquer ces cicatrices, pour que ne restent que les signes positifs de la gestion post-catastrophique, non les stigmates de l’accident.

10Le choc émotionnel est d’autant plus violent qu’il se conjugue avec un effet de surprise. L’accident n’était pas prévisible, du moins il ne l’a pas été. La catastrophe virtuelle, celle que l’on imagine ne réduit pas cet effet ; elle n’est pas associée à un vécu à venir. La surprise est toujours là, même si des signes avant-coureurs avaient pu être détectés. Les pouvoirs publics, tout comme la population, considèrent qu’une catastrophe peut survenir (des traitements préventifs sont envisagés), mais elle n’est pas corrélée à un « ici et maintenant ». La surprise est d’autant plus marquée quand l’impression que la catastrophe aurait pu être évitée est forte. Dans la plupart des accidents collectifs, des paramètres inhabituels font que l’accident atteint une ampleur à laquelle on n’avait pas songé. De nombreux témoignages attestent cette surprise.

  • 5 Témoignage, ibid.

« Il y a trois ans que l’on a fait construire ici. Le coin était magnifique et il n’y a eu aucun problème pour obtenir le permis. Pourquoi nous serions-nous méfiés ? C’est vrai qu’on est bien dans l’ancien lit de la rivière. On s’en rend mieux compte aujourd’hui que tout a été laminé5. »

  • 6 Entretien avec la mère d’une victime, 31 août 1996, à propos de la catastrophe ferroviaire d’Argen (...)

« Ma fille m’avait téléphoné la veille de son départ pour me dire qu’elle rentrait de Paris en train. J’étais rassurée, car le train est plus sûr que la voiture6. »

  • 7 Le Monde, 7 mai 1992, commentaire de J. Fournet-Fayard, président de la Fédération française de fo (...)

« C’est une catastrophe que j’ai beaucoup de mal à admettre, que des gens meurent en venant voir un match de football. Ça devait être la fête et la fête a tourné au drame7. »

11La surprise est également subordonnée à la vitesse à laquelle se produit la catastrophe. Le temps de l’accident n’est pas assimilable aux normes habituelles. Des phénomènes climatiques comme ceux de Nîmes, de Vaison-la-Romaine ou du Grand-Bornand n’ont rien de commun avec les crues automnales.

  • 8 Témoignage, Le Monde, 16 juillet 1987, à propos de la catastrophe du Grand-Bornand.

« Un véritable mur d’eau... Comme un raz de marée... Une vitesse incroyable8. »

12Cette image de la surprise introduit donc l’idée d’un décalage par rapport à la vie ordinaire. Or, le décor de la catastrophe demeure du registre du quotidien, indiquant que, parfois, l’inédit, la rupture, semblent se construire ou se reporter sur du régulier. Ainsi, la surprise relève de l’imprévu venu se greffer sur quelque chose qui au contraire est du domaine de la routine : « le danger est là où l’on s’y attend le moins ».

  • 9 Libération, 18 octobre 1991, à propos de l’accident ferroviaire de Melun.

« Ils étaient à l’heure. Ils venaient de se croiser. Ils se sont heurtés. De face. Seize morts au moins [...]. Ça aurait dû être la routine. Ce fut l’horreur9. »

  • 10 G. Auclair, Le Mana quotidien – Structures et fonctions de la chronique des faits divers, Paris, A (...)

13La surprise peut se doubler d’un imprévu fatal. Le thème de la fatalité, du hasard, de la chance et de la malchance est également récurrent. Il regroupe les diverses modalités qui semblent incontrôlables par l’homme. Ce thème se décline en plusieurs modes : l’explication du drame, les signes avant-coureurs, la contamination post-catastrophique (image du cercle vicieux), la chance des survivants et la malchance des victimes. La fatalité et le hasard peuvent alimenter les explications du drame. Pour G. Auclair, le hasard (la chance et la malchance) est momentané. Il appartient au domaine de l’aléatoire, alors que la fatalité, comme le destin ou la providence, participent du champ de la loi, une loi qui nous est extérieure10.

  • 11 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 2 septembre 1985, à propos de la catastrophe ferroviaire d (...)

« C’est la fatalité, un mauvais hasard11. »

14La presse à scandale utilise abondamment cette thématique, parfois de manière si condensée qu’il est difficile d’en saisir la portée.

  • 12 Paris Match, deuxième semaine de novembre 1970, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

Dans cette tragédie, orchestrée par le destin et d’autant plus bouleversante que tous ces acteurs avaient moins de vingt ans à peine, les passions de la jeunesse moderne – ajoutées au hasard, cet agent de la fatalité pour la plupart ou de la chance pour quelques rares autres – ont joué les premiers grands rôles12.

15La fatalité peut se lire dans les signes avant-coureurs annonciateurs de la catastrophe. La vigilance aurait dû conduire à ce qu’on leur porte attention. Les illustrations sont nombreuses. Elles se déclinent en : expériences passées vécues, données effectives collectées à la suite du drame, signes supra-empiriques où l’intuition joue un rôle prépondérant. Dans le premier cas c’est la connaissance des phénomènes passés, leur recensement qui permet d’être en état d’alerte. Dans le second, c’est une enquête in vivo supposant une grande réactivité qui livre les conditions pour éviter le pire. Le troisième cas est typiquement une relecture du drame en train de survenir qui combine différents indices qui s’instaurent en système. Le contexte catastrophique est reconstruit après coup en répertoriant les signes qui auraient pu laisser transparaître l’imminence d’un drame. Les exemples ci-dessous participent de cet exercice.

  • 13 Noir et Blanc, 9 novembre 1970, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

— Signes avant-coureurs relatifs à des expériences passées :
[Un précédent incendie a détruit le premier établissement des gérants du « 5/7 » :] Un sévère avertissement qui aurait pu « mettre la puce à l’oreille » des autorités de surveillance et redoubler d’attention13.

  • 14 Le Monde, 12 mai 1992, à propos de la catastrophe de Furiani.

— Signes avant-coureurs factuels construits sur des données effectives :
La Fédération française de football et le Sporting club de Bastia organisateurs de la rencontre publique de Furiani sont incriminés à propos de leur absence de réaction après les réclamations de plusieurs spectateurs constatant des mouvements latéraux de la tribune. Il en est de même à propos d’un accident, une heure avant la catastrophe, au cours duquel un spectateur a été sérieusement blessé à la poitrine par la chute d’une tôle sous la tribune14.

  • 15 Paris Match, deuxième semaine de novembre 1970, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

— Signes avant-coureurs d’ordre supra-empirique qui reposent sur une croyance, une intuition :
[À 1 h 40 du matin (quelques minutes avant l’incendie), les Storms jouent un morceau prémonitoire :] C’est « Question 67 and 68 ». Cela veut dire que c’est la fin15.

  • 16 Ouest-France, 13 juin 1955, à propos de l’accident des 24 heures du Mans.

Les 24 heures du Mans 1955 avaient débuté sous les auspices les plus défavorables. Le mauvais sort, la « poisse », comme on dit en langage sportif, avaient, dès le départ, marqué de sa griffe la célèbre compétition. Il y a tout d’abord la mort sur la route du fils Lyons apportant au Mans la coupe Biennale. Il y a eu ensuite la rencontre Storez-Moss et les blessés qu’elle occasionne16...

16Le thème de la fatalité est également utilisé pour montrer comment l’après-accident est contaminé par le drame. Comme si la catastrophe engendrait d’autres événements dramatiques, comme si la fatalité dressait une toile d’araignée dont il est difficile de s’extraire. La contamination paraît irrémédiable, froide, sans médiateur.

  • 17 Détective, 19 octobre 1972, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

Le plus horrible, me raconte encore l’ami des victimes, c’est que la fatalité ne s’est pas arrêtée là pour eux. Elle a continué à s’acharner sur la fiancée de Kartels Landborg. Celle-ci restée à Copenhague pendant leur excursion en France, décida de venir chercher le corps du jeune homme à qui elle avait l’intention d’unir sa vie. Hélas, peu avant d’arriver à Grenoble, en voiture, elle manqua un virage et se tua17.

17L’image de la démesure est proportionnelle au choc, mais aussi à l’effet de surprise. Dans certaines catastrophes tout est perçu comme excessif : l’ampleur des dégâts, le nombre de victimes, les traces physiques laissées après le drame et la réaction des personnes atteintes. Prenons l’exemple de Vaison-la-Romaine :

  • 18 Le Monde, 24 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

Durant plus d’une heure mardi, autour de midi, c’est quelque chose comme une averse de mousson qui s’est abattue sur la région. Le bilan provisoire est assez terrible pour dissiper le soupçon d’exagération. En quelques minutes l’Ouvèze qui prend sa source sur la montagne de Chamousse, dans la Drôme, une de ces rivières pittoresques et chétives qui, en été, laisse à peine aux touristes de quoi se baigner, a grossi, s’est gonflée démesurément pour se muer non pas en torrent furieux, selon l’image qui s’impose d’ordinaire, mais en fleuve bouillonnant capable de pulvériser des maisons, d’éventrer des chaussées, de noyer des rues entières, balayant les voitures comme des fétus18.

18Les crues, les avalanches, les déraillements, les accidents de la route, même s’ils sont peu fréquents, restent des éléments « communs » de la vie, non des événements démesurés et rares tels que les accidents collectifs. La démesure généralisée est surtout perceptible lors des catastrophes « naturelles » comme les séismes, les éboulements de terrain, les crues qui ont une action de grande envergure. Dans d’autres cas, cette image peut se centrer sur un aspect spécifique, non plus sur l’ensemble des caractères du sinistre. Cette figure représente ce qui dépasse la « mesure normale ». Elle est associée à la destruction d’un quartier, au nombre élevé de morts, aux phénomènes de panique ; mais plus largement, elle déborde les impacts physiques et émotionnels pour se matérialiser sur ce qui représente un écart à la norme.

19Le recours à des images guerrières pour relater la catastrophe est relativement fréquent. Elles se construisent sur le thème du bombardement et plus largement sur celui des ruines. Très usitées lors de catastrophes naturelles et lors des explosions ou effondrements d’édifices, les références à la guerre apparaissent quand les dégâts sont importants et visibles.

  • 19 Le Monde, 24 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

Comme dans une ville bombardée, deux camions gisent disloqués face à face19.

  • 20 Témoignage d’un rescapé, Dépêche du Maine libre, 19 juin 1955, à propos de l’accident des 24 heure (...)

« J’eus l’étrange impression d’être revenu en arrière lorsque, soldat en Alsace, une bombe d’avion tomba au milieu de mon groupe. C’était le même spectacle. Des blessés, assis, couchés, debout, hurlant leur frayeur. C’était encore plus horrible que la guerre car des enfants se trouvaient dans la foule20. »

20Ces analogies avec la guerre prennent une seconde forme, celle du combat, de l’organisation militaire. Ici, c’est l’action guerrière, non les conséquences désastreuses qui sont mises en exergue, c’est la capacité à mettre à mal un ennemi redoutable, car appartenant au monde de l’accident. Le vocabulaire employé est ciblé : on parle de bataille, de troupes, de stratégie, de front. Un seul exemple, retenu pour son caractère hyperbolique, suffit à comprendre cette figure.

  • 21 Le Monde, 26 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

Pour cette bataille contre la boue, la tenue des premières lignes était certes déterminante. Encore fallait-il que l’intendance suive. C’est à ce niveau modeste, ingrat souvent, que les petits fantassins de la société civile ont déployé des prodiges de dévouement et de talent. [...] Pas de profil moyen pour présenter cette troupe de bonne volonté dont la richesse tient précisément dans la diversité, l’exemplarité dans la différence21.

21Outre ces figures symboliques dont l’objet premier est de rendre intelligible le drame en le nommant, en le qualifiant, en lui associant des images connues, un autre enjeu se trame dès les premiers instants de la catastrophe. La menace qui plane doit être immédiatement intégrée dans un registre explicatif. Dès lors une bataille s’ouvre entre ce qui est du ressort de la responsabilité et ce qui lui échappe de fait. Le plus souvent un processus complexe se forme avec dans un premier temps une réification du mal (objectivation du drame pour le rendre extérieur) et dans un second temps une personnification de ces objets à qui l’on prête des intentions. Cette symbolisation permet de comprendre que le schéma explicatif des catastrophes de grande envergure ne se réduit pas à des enquêtes administratives et judiciaires. Le poids des représentations est ici primordial dans la mesure où l’accident n’est pas réductible à des explications techniques et organisationnelles dès lors qu’il touche à un univers où désirs, craintes, dénis sont congruents avec des éléments perçus comme rationnels.

Une dynamique menaçante : entre réification et personnification du mal

  • 22 La menace réifiée est portée sur un objet extérieur qui nous dépasse : « Nous ne sommes pas person (...)

22La menace que véhicule la catastrophe prend corps dans un objet ou une force naturelle. Ces derniers varient selon les accidents, mais ont toujours la particularité de porter une réification de la menace, qui par ce biais devient une puissance extérieure. Puis, chose complexe, la réification se poursuit par une personnalisation de l’objet : il ne s’agit pas d’un train, mais du « train fou », pas plus que d’une avalanche, mais de « l’avalanche meurtrière »22.

23La menace, pour les catastrophes de Malpasset et de Vaison-la-Romaine, se concentre métaphoriquement sur la vague qui engloutit tout sur son passage. Elle a une composante physique : elle mesure quarante mètres, avance à la vitesse de soixante-dix kilomètres par heure, et rejoindra la mer en quarante minutes, alors qu’elle avait mis vingt minutes pour atteindre Fréjus. Cette vague, le téléspectateur a pu la voir franchir le pont romain de Vaison-la-Romaine, entraînant sur son passage des caravanes. Elle est avant tout une représentation de l’accident collectif sur laquelle se greffent des impressions, des craintes, plus qu’un attribut direct de celui-ci. Les témoins, pour « raconter » la vague, la font pénétrer dans un univers langagier commun, tout en employant des superlatifs qui l’éloignent d’un monde connu. Ils ont entendu le hurlement d’une dizaine de locomotives, le fracas d’une centaine de bombardiers, le souffle monstrueux d’un ouragan, le grondement d’un tremblement de terre, plusieurs bangs supersoniques… Ces qualificatifs témoignent de la violence de la catastrophe, une violence qui est difficilement communicable.

24Pour d’autres accidents, c’est le thème de la machine infernale qui permet d’extérioriser la menace. L’image du train fou qui poursuit sa course sans qu’on puisse l’arrêter est fréquente lors des catastrophes ferroviaires.

  • 23 Témoignage d’une victime rescapée, La Nouvelle République du Centre-Ouest, 2 septembre 1985, à pro (...)

« On aurait dit que le train s’était emballé, le conducteur n’était plus maître du convoi. Et ensuite il y a eu un choc23. »

  • 24 Le Monde, 29 juin 1988, à propos de la catastrophe de la gare de Lyon.

Il faudra tenter de savoir pourquoi le « train fou » est arrivé sur une autre voie que celle qui lui était destinée24.

  • 25 Le Monde, 22 juillet 1992.

25De même, lors de l’effondrement de la tribune de Furiani, tribune qui devient l’objet de la catastrophe, la « machine de fête est transformée en piège infernal25 ». Par sa formulation, un second extrait confirme cette autonomisation de la tribune qui agit au détriment du public venu se masser sur elle pour assister au match de football.

  • 26 Déclaration du président de la commission d’enquête administrative, venant résumer le rapport remi (...)

« Nous pouvons dire qu’il n’y a pas eu de fatalité. Cette tribune ne pouvait que s’effondrer et transformer le public en victime. C’était une tribune mortelle26. »

  • 27 Vérité Rhône-Alpes, décembre 1971.

26La catastrophe du dancing le « 5/7 » de Saint-Laurent-du-Pont est, elle aussi, marquée par un objet de ce type. Deux tourniquets étaient placés à l’entrée du dancing. L’un permettait d’entrer, l’autre de sortir. Leur ouverture se faisait au moyen d’une pédale actionnée par une caissière. Au moment de l’incendie, ils vont se bloquer sous la pression de la foule et parce que l’employée s’était enfuie. La présence de la majorité des corps à cet emplacement du dancing fera de cet objet une image obsédante. Sa dénomination par la presse est sans équivoque : les tourniquets de « l’octroi », le portillon tragique, les griffes d’acier des portillons. Quelle que soit la terminologie employée, la valeur attribuée au tourniquet est toujours menaçante. S’il n’est pas associé à un monstre, il l’est à la mort ou à une entité à valence négative, voire maléfique. Le journal Vérité Rhône-Alpes, d’obédience marxiste, emploiera une formule choc pour illustrer un dessin qui l’est tout autant : « Le tourniquet de la mort : payez... ou... mourez !! » Le croquis représente une caricature du tourniquet, traversé sur son axe vertical par une succession de cinq croix gammées27. On assiste à une réification-personnification du mal, lui donnant ainsi un nom et une consistance. Le tourniquet peut s’appréhender également comme une figure du passage (ou de l’anti-passage, dans ce contexte), comme une jonction entre deux espaces radicalement différents : l’intérieur, l’extérieur. Il est surtout passage de la vie à la mort pour ceux qui ne parviendront pas à le franchir. Lors de l’incendie, la majorité des jeunes gens se précipitèrent vers ce qui fut une des causes de leur mort. L’instrument de passage devenait ainsi un mur infranchissable.

  • 28 Détective, 19 octobre 1972, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

[Une jeune fille était sortie, mais avait oublié son sac à main], elle rentra dans la salle, repassa le tourniquet. C’était comme si elle scellait la dalle de son cercueil derrière elle28.

27Le tourniquet, comme la vague, le nuage toxique, la tribune mortelle et le train fou correspondent à des images ne permettant pas d’envisager l’entre-deux. Les expressions de « tunnel mortel » et de « passerelle mortelle » ont également été utilisées lors de l’incendie du tunnel du Mont-Blanc le 24 mars 1999 et de la catastrophe du Queen Mary 2 à Saint-Nazaire le 15 novembre 2003. Aucun retour en arrière n’est possible puisque ces objets ou puissances sont devenus totalement autonomes et extérieurs à toute volonté humaine. Ces images, structurelles ou plus contextuelles (associées dans ce cas à un drame précis), marquent la catastrophe alors qu’elle vient de se produire. Dès l’instant où un drame collectif survient, la question du passage est posée. Dans un premier temps les images et les discours s’orientent vers la dynamique menaçante de la catastrophe pour ensuite la balayer au profit d’une vision plus sereine sur les traitements post-accidentels.

SPATIALISATION ET TEMPORALITÉ DU DRAME

28Les accidents sont par définition générateurs de changements et introduisent dans la vie sociale une forme d’inédit, quelque chose qui n’avait pas été prévu. Précisons tout de même que ces ruptures peuvent être de deux ordres que l’on ne peut à terme différencier, celui d’une rupture effective subie et parfois inéluctable et celui de sa représentation. Ces deux niveaux s’interpénètrent et ne forment en fait qu’une seule catégorie, dans la mesure où les principaux intéressés (hommes politiques, journalistes, populations sinistrées) se construisent une vision du monde post-catastrophique qui s’élabore de manière indistincte d’après des éléments factuels et symboliques. Le sociologue ne peut a posteriori juger de la véracité ou non de ces ruptures supposées effectives par les acteurs d’un drame. Cela confirme la nécessité d’interroger ce désordre post-accidentel, car il est un des paramètres récurrents des catastrophes collectives. Accentuer cette potentialité et identifier une menace, c’est insister sur l’exigence d’une prise en charge sociale.

  • 29 A. Gras, Sociologie des ruptures – Les pièges du temps en sciences sociales, Paris, PUF, 1979, p. (...)

29En même temps qu’il est rupture de la continuité, l’accident permet de porter un regard nouveau, distancié et décalé sur la vie. Pour A. Gras, « toute rupture contient un moment d’éternité durant lequel il y a incertitude sur le champ des déterminations29 », ce que nous appelons une potentialité. L’accident ouvre le champ des possibles, sans que l’on puisse savoir à l’avance si des changements durables verront le jour. Son étude empêche par conséquent toute vision déterministe où les données seraient fixées par avance et irrémédiablement intégrées au système antérieur ; ce qui ne veut pas dire pour autant que des redondances ne soient pas perceptibles. La nature de la catastrophe, ainsi que ses conséquences, nous informent sur cette capacité qu’a l’événement de surprendre et de redéfinir des parts du monde social, scientifique et technique mais aussi juridique.

  • 30 La Vie du rail, octobre 1985.

30À chaque accident collectif correspondent une période d’intense vie sociale et une phase de bouleversements inéluctables, que l’on essaye de maîtriser tant bien que mal. Cette impression de coupure est mise en exergue dans une réflexion de La Vie du rail pour laquelle « il est difficile d’imaginer qu’après sera comme avant ». Le magazine fait ici référence à la série de collisions ferroviaires qui ont marqué l’été 198530. Chacun de ces accidents amène à réexaminer des priorités définies par les pouvoirs publics ou déterminées par les acteurs en cause, notamment les entreprises.

31Il nécessite de réétudier les systèmes de sécurité et d’évaluer les procédures administratives avant et durant la catastrophe.

32Il est nécessaire d’adopter deux niveaux de lecture pour parvenir à dresser un tableau significatif des évolutions et ruptures consécutives à un accident collectif et voir leur portée. Le premier est celui des ruptures qui ont la particularité, dans la majorité des cas, de n’être que provisoires. Comme leur nom l’indique, ces changements sont temporaires et dépendants du contexte. Ils touchent plus particulièrement un espace et une population proches du drame. Le second degré concerne les modifications durables ou à moyen terme, celles qui s’inscrivent dans le temps. Elles marquent de leur empreinte la résolution d’un accident, même si celle-ci n’est pas définitive. D’autres catastrophes ou innovations technologiques pourront par la suite entraîner de nouvelles transformations. Parfois, ces changements sont plus de l’ordre d’une déclaration d’intention que d’une réalisation.

  • * Le jugement établi par la Cour de cassation fut rendu en décembre 1967, soit huit ans après le dra (...)
  • ** ** On peut penser au cas de l’amiante, qui ne peut dans certains cas être remplacée par d’autres pr (...)

L’accident peut être :
— Un « impulseur » : dans le sens où il précipite un changement qui, irrémédiablement, allait survenir, bien que de façon plus souple et sans doute plus lente. L’accident amène une bonne raison de déclencher un processus de transformation ou des modifications techniques. Il permet parfois de tester à échelle réelle ou d’obtenir des données empiriques qui serviront à étayer des innovations au regard des prévisions déjà effectuées. En créant une situation exceptionnelle, il vient, dans certains cas, compléter, affiner des dispositifs en cours d’élaboration dans les bureaux d’étude.
Les accidents ferroviaires de l’été 1985 ont joué ce rôle d’ « impulseur », des innovations techniques étant déjà annoncées pour améliorer la sécurité. Cependant, il ne fait aucun doute que les pressions gouvernementales, ainsi que les craintes réitérées des voyageurs, ont précipité les changements.
— Un « révélateur » : dans certaines circonstances, la catastrophe fait surgir des données inédites, ignorées des experts. On se situe ici dans le cas de figure où le drame, par des caractéristiques uniques, conduit à reconsidérer des éléments de la réalité que l’on croyait stables. Cette intrusion de l’inédit est due à plusieurs facteurs : à la conjugaison de phénomènes rares, qui en situation réelle produit des résultats concrets que l’on ignorait, ou à la méconnaissance de certains paramètres qui antérieurement n’avaient pas été recensés par les experts. Cette conjoncture peut émerger lors de l’utilisation de nouveaux produits ou techniques inédites.
Dans le premier cas, c’est la combinaison de plusieurs phénomènes qui produit un effet inconnu, dans le second c’est l’absence de données empiriques relatives à une situation pratique (non pas de laboratoire) ou le manque d’éléments objectifs, qui font que l’on se trouve face à une situation inconnue. Ce contexte est délicat. Il nécessite des réajustements rapides pour éviter toute possibilité de répétitions. Il est générateur d’incertitudes parce qu’il montre que tous les paramètres ne sont ni connus, ni encore moins maîtrisés. Avec l’apparition des systèmes complexes, ce cas de figure est de plus en plus fréquent.
La rupture du barrage de Malpasset entre dans cette catégorie. Sa technologie de pointe, ainsi que la multiplicité des données de terrains (relevés géologiques, qualité de la roche) et l’analyse des décisions prises, ont nécessité plusieurs enquêtes. Le résultat des expertises et contre-expertises fut connu en 1962*. Dès lors des réajustements ont été formulés, ayant pour conséquence de modifier la construction des barrages voûtes.
— Un « déclencheur nécessaire » : dans ce cas, le problème technique ou le dysfonctionnement était connu, mais aucune action corrective n’était engagée. Deux explications permettent de comprendre cette situation qui peut paraître incongrue. Comment envisager qu’en connaissance de cause, ces accidents n’aient pas été anticipés afin d’être évités ou minimisés ? La première se justifie par l’absence de solutions satisfaisantes : quand aucune information à disposition ne garantit l’efficacité de la mesure, parce que les experts et gestionnaires des risques se trouvent confrontés à un problème insoluble en l’état des connaissances****. La seconde explication est relative à des calculs économiques en termes de coût/bénéfices. Les probabilités d’accidents sont dans certains cas si ténues que le coût à payer paraît bien supérieur aux bénéfices que l’on pourrait en tirer. Dans d’autres situations c’est le coût financier des changements qui est rédhibitoire (des risques comme le nucléaire ne peuvent être assurés). Lorsque le drame survient, les raisonnements changent, et les bénéfices des transformations sont perçus comme prépondérants par rapport aux raisonnements en termes de coûts.

33Outre des changements durables, il faut bien comprendre que la scène de la catastrophe est l’objet d’un bouleversement des repères tant spatiaux que temporels. Il serait exagéré de prétendre que toute la vie sociale d’un État ou même d’une ville est transformée lors d’un accident collectif. Cependant des pans entiers en sont modifiés. Ces changements touchent un nœud de la vie sociale, la sphère « publique », et atteignent généralement un espace assez vaste.

Un temps de l’urgence

  • 31 L’état d’urgence est devenu un terme juridique qui spécifie que durant une période jugée exception (...)
  • 32 H.-P. Jeudy, « L’état d’alerte et le silence des morts », Actions et recherches sociales, n° 3, vo (...)

34L’organisation sociale post-accidentelle correspond à toutes les actions coordonnées et au déclenchement des différents plans ayant trait à la gestion de la catastrophe. Ceux-ci représentent un terrain d’analyse à privilégier dans la mesure où ils cristallisent, de manière administrative tout au moins, cette prise en compte de l’accident dans l’urgence. Deux modalités sont à retenir : la modification de l’organisation sociale au regard d’un temps dit normal, et la particularité de cette nouvelle organisation (l’urgence). Sa gestion a la particularité d’être programmée sur un temps très bref. Après l’évacuation des victimes et le rétablissement des réseaux, la pression s’amenuise et l’urgence retombe d’elle-même. Poursuivre des actions durant une longue période – quand la réponse aux nécessités considérées comme vitales est de nouveau assurée – reviendrait à signifier que la catastrophe n’est pas totalement maîtrisée. L’urgence pourrait alors se définir comme un « état d’alerte » permanent durant une courte période31, ce qui a pour conséquence immédiate un resserrement des préoccupations sur un seul fait (l’accident), dans un unique espace (celui dans lequel il s’est déroulé). L’urgence exige d’établir des hiérarchies qui repoussent « le reste du monde » dans un périmètre extérieur au domaine d’action où elle s’exerce. L’accident accapare les énergies, il renvoie à un temps exclusif et excluant. L’urgence suppose que l’événement qui survient n’était pas prévu (cela ne veut pas dire qu’il n’était pas prévisible, mais qu’on ne l’attendait pas à ce moment-là). Or, dans un premier temps, la gestion de la catastrophe est fondée sur la faculté à minimiser cette période de surprise pour réagir efficacement, dès son arrivée. Le schéma analytique de cette réponse impérative et rapide prend la forme d’un raisonnement tautologique. L’urgence relative à la catastrophe, dont on ne maîtrise pas tous les paramètres et dont on subit les conséquences, doit être remplacée par une urgence sociale qui elle, au contraire, est organisée. En ce sens, les différents plans sont soumis à des règles strictes et précises qui requièrent un arsenal de procédures parfois peu nécessaires. L’important est à la fois d’endiguer ses conséquences néfastes, mais aussi et peut-être surtout d’envisager un cadre social à cette régulation qui ne tolère aucune faille, aucune possibilité de justifier une situation de désordre du point de vue des pouvoirs en place, politiques, administratifs et judiciaires. Selon H.-P. Jeudy, « l’urgent et le nécessaire coïncident souvent à ce point que le travail de légitimation en devient secondaire face à l’imminence des effets désastreux que supposerait une absence d’intervention32 ».

  • 33 La multiplication des cellules psychologiques, si elle est légitimée par le fait de venir en aide (...)
  • 34 H.-P. Jeudy, « L’état d’alerte et le silence des morts », article cité, p. 114.

35L’urgence n’est jamais remise en cause. Elle est légitime dès lors que l’on perçoit la situation comme telle. Le traumatisme est identifié comme un problème de gestion33. Par conséquent, mettre en œuvre des traitements post-catastrophiques, c’est pour les pouvoirs publics régler en grande part la question du trauma. Le risque d’une telle conception est « de transformer la gestion du social, l’organisation de la prévention et de l’alerte, en un système de plus en plus autonormé34 ».

36Ces modifications, bien que provisoires, conduisent à s’interroger sur la définition des temporalités sociales. Pour analyser ces modalités temporelles, nous utiliserons la notion de « rythmes sociaux ». La notion de rythme a l’avantage de considérer la durée, la succession, les récurrences, mais aussi les ruptures.

  • 35 G. Gurvitch, « La multiplicité des temps sociaux » dans La Vocation actuelle de la sociologie, Par (...)
  • 36 Ibid., p. 327.

37G. Gurvitch définit la notion de rythme comme « une accentuation des durées et des intervalles, un équilibre recherché entre la continuité et la discontinuité dans les temps35 ». Nous empruntons également à cet auteur l’idée que ce n’est pas le temps en soi qu’il est nécessaire d’étudier, mais sa perception et sa construction. La formule de « prise de conscience du temps » implique l’idée d’une perception, mais aussi celle d’une saisie. Cette dernière regroupe plusieurs modalités : saisie des représentations et de la symbolisation du temps, saisie de sa conceptualisation et de sa connaissance et, plus prosaïquement, saisie de sa mesure et de sa quantification36. L’analyse sociologique du temps repose donc sur cette prise de conscience du point de vue des acteurs sociaux, non sur le temps comme entité extérieure à toute construction humaine et sociale.

38Lors d’accidents, un certain équilibre est rompu. La catastrophe porte dans son étymologie même l’idée de rupture, de discontinuité et de menace. Elle met en scène un temps court et concentré, un temps fort et éphémère – d’où l’image du grouillement –, un temps vécu pour certains (les personnes impliquées dans la catastrophe), représenté pour d’autres (les téléspectateurs par exemple).

39Dans une première période on perçoit une « accélération du temps » qui est concomitante à l’organisation mise en place, une organisation de l’urgence destinée à sauver des vies et à contenir la catastrophe. L’urgence suppose une alerte qui permet à cette représentation du temps et aux actions qu’elle va susciter de trouver un point d’ancrage.

  • 37 Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 22 janvier 1992, à propos du crash du mont Sainte-Odile.

C’est une véritable course contre la montre qui s’est engagée dans la nuit de lundi à mardi dans le massif du mont Sainte-Odile pour retrouver l’Airbus A320 porté disparu vers 19 h 00. Elle a commencé avec le P.C. mis en place à Obernais et à Barr dès que l’alerte rouge a été déclenchée. Elle s’est matérialisée sur le terrain par des recherches actives des patrouilles d’hélicoptères [...]. Elle s’est poursuivie dès la localisation de l’appareil, pour secourir les blessés. 22 heures. Le centre de secours d’Obernais est en effervescence. Il s’est transformé en poste de commandement où affluent37...

  • 38 Le Monde, 25 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

Le vrombissement incessant des hélicoptères, le hululement des sirènes des véhicules de secours, le grondement des engins de travaux public renforcent l’impression d’extrême mobilisation qui n’a rien d’une agitation désordonnée. Radio-France Vaucluse diffuse en permanence des messages et des informations pratiques38...

40Une sorte de course contre la montre pour sauver des vies, mais aussi pour trouver les causes de l’accident et dénombrer les victimes secoue les habitudes. Nous sommes face à une rupture d’avec les temporalités de la vie ordinaire, et il s’agit d’une temporalité de l’urgence. Si l’on suit les typologies des temps sociaux proposées par G. Gurvitch, cette temporalité vient contrecarrer un temps connu (en sachant que celui-ci se décompose en autant de temps sociaux qu’il y a de groupes, d’activités et de structures sociales) par un temps inconnu qui se manifeste par une exagération des caractères habituels : accélération ou ralentissement de la perception du temps.

41Pour qualifier cette composante du temps de l’accident, l’exemple de la prise d’antenne télévisée est révélateur. Le premier signe d’un changement est l’annonce du drame qui s’effectue en deux temps : un bandeau défile en bas (ou en haut) de l’écran indiquant les grandes caractéristiques de la catastrophe, puis une coupure d’antenne vient interrompre le cours des programmes. On pénètre alors dans l’univers de l’édition spéciale. Sans entrer précisément dans le contenu et les mises en scène qui le composent, on peut relever plusieurs éléments manifestant une accélération. Tout d’abord, des envoyés spéciaux apparaissent à l’écran. Ils s’expriment comme si l’urgence relative à l’accident lui-même (sauver des vies, éviter toute propagation) requérait également une urgence de la parole. Parler vite en employant un vocabulaire évoquant le mouvement, c’est sans doute rattraper un peu le temps de la catastrophe qui s’écoule très vite. À l’inverse, la répétition des arguments permet une certaine stabilisation de l’événement en un récit construit. Parfois, les envoyés spéciaux passent à l’antenne avant même que les premiers bilans ne soient connus, quand les équipes de secours sont encore à pied d’œuvre, c’est-à-dire quand la catastrophe n’est pas totalement circonscrite. Plusieurs exemples reviendront sans doute à la mémoire du lecteur : Furiani, où la rencontre de football devait être retransmise devant plusieurs millions de téléspectateurs ; mont Sainte-Odile où la télévision s’empara du sujet avant même que les autorités n’aient pu localiser l’appareil ; mais aussi l’attentat du RER B à la station Saint-Michel en 1995 où l’on voyait s’affairer les secours en direct. En dehors de la parole, la diffusion de très courts reportages qui s’enchaînent amplifie cette impression d’urgence. Cependant, l’élément le plus évocateur et le plus recherché par les journalistes (parce qu’il est en prise avec la réalité en train de se faire) est la fuite des victimes et le travail des secours. Les gens qui courent, les déplacements des véhicules du SAMU, les sirènes, traduisent un mouvement rapide. Un dernier élément informatif procède d’un raisonnement en creux. S’arrêter pour analyser le contexte, se donner des moments de répit, c’est notifier qu’il y a urgence. Les périodes de mise au point effectuées en studio manifestent que la situation change ou peut changer à tout instant. Elles supposent que le contexte est encore évolutif.

  • 39 L.-V. Thomas, « L’urgence, la mort et la vigilance », Bulletin de la société de thanatologie, n° 7 (...)

42L.-V. Thomas remarque que l’urgence se caractérise par deux temps, l’un qui s’accélère et l’autre qui se rétrécit39. Nous préférons parler, à propos de la seconde modalité, d’un temps concentré et exclusif – le terme « rétrécissement » comporte une ambiguïté. On peut penser que ce temps de l’urgence, de la catastrophe, se rapetisse tant à un niveau quantitatif (il devient plus court, plus concentré) qu’à un niveau qualitatif – c’est à ce propos que nous formulons des réserves sur l’emploi du verbe « rétrécir » –, ce qui supposerait qu’il perde de sa substance, de son contenu. Or, le temps de l’accident est tout sauf un temps où les significations seraient minimisées. Il est concentré, parce que durant une courte période de nombreux enjeux se condensent, et exclusif puisqu’en grande part excluant. L’organisation post-catastrophique requérait une forme de mise à l’écart d’autres phénomènes pour mieux se concentrer sur l’événement.

43En poursuivant l’étude des manifestations temporelles post-catastrophiques sur la base de l’exemple de la télévision, on constate qu’au-delà de l’accélération aisément perceptible, la seconde modalité identifiable est un temps concentré et exclusif. Lors des coupures d’antenne suite à un accident, l’équipe de rédaction et le présentateur sur le plateau ne parlent plus que de « ça », c’est-à-dire du drame. Les autres éléments de l’actualité et surtout les programmes initialement prévus sont supprimés ou placés en attente. Une définition des priorités, une hiérarchisation s’opère dans le traitement de l’information. L’événement dérange les pratiques télévisuelles. Les éditions spéciales nécessitent une conception en direct qui, par une espèce d’effervescence, insiste sur l’idée d’urgence. Elles peuvent commencer à des horaires inaccoutumés (en dehors des horaires habituels des tranches d’information), même si l’événement qui survient en début de soirée sera « privilégié » parce qu’il touche un plus large public.

44Sans entrer dans une analyse précise du traitement de l’information, nous repérons qu’à la suite d’une catastrophe il est impossible pour le téléspectateur de savoir quand cette retransmission imprévue va se terminer. Il s’agit, par définition, d’un temps difficilement maîtrisable dont on ne connaît pas l’issue, même si l’on sait qu’il se joue principalement au présent. Des mises en scène permettent d’accentuer l’idée d’un temps rapide et concentré. Les autres informations, présentées comme annexes, sont évoquées brièvement, mettant en évidence du même coup, de façon mécanique, une impression générale d’accélération du temps.

45Autre élément remarquable, ces prises d’antenne sont rarement entrecoupées de spots publicitaires, attestant ainsi à la fois la valeur confiée à l’événement (trop important pour être interrompu) et la rapidité des changements qui peuvent survenir (une coupure de plusieurs minutes peut faire perdre des informations ou déstabiliser les jalons que l’on venait à l’instant de fixer). L’accident n’attend pas, à la télévision pas plus qu’ailleurs ; et c’est ce qui fait la spécificité de l’urgence et de sa rupture d’avec les rythmes ordinaires. En cela, ce temps est exclusif et disqualifie les autres.

  • 40 L’accident du mont Sainte-Odile, par l’attente qu’il généra, amplifie encore plus l’idée d’urgence (...)

46Au-delà, c’est le sentiment de ne « vivre plus que pour cela » qui prend le dessus. Cette représentation vient en partie du degré d’urgence que l’on applique à l’accident, plus ou moins fort selon les cas40. Il faut traiter la situation pendant qu’il en est encore temps, cela suppose un déploiement des énergies exclusivement autour de l’accident et la prise en compte du paramètre de la durée. Toute dispersion serait préjudiciable, le temps à prendre et à se donner est un temps nécessairement court et centré sur un objet.

47Le temps des catastrophes est imprégné par le présent ; il est particulièrement dépendant d’un contexte. Marqué par une construction « de l’ici et du maintenant », il est plus subi que choisi. Aucun groupe social ne souhaite vraisemblablement le voir perdurer. L’accident, ayant provoqué une césure avec le temps plus stable le précédant, permet de dégager des potentialités. Ce temps est un temps de l’incertitude ; il se manifeste par un rapport indécis entre présent, passé et futur. Cette potentialité est une ouverture sur le monde motivant un imaginaire de la catastrophe.

48Le présent pèse de tout son poids, particulièrement lors de la phase critique des secours et des bilans. Cependant, ce temps ne se prolonge pas puisqu’il devient tout de suite l’objet d’un enjeu. Il faut tenter de revenir à la situation initiale, celle d’avant la catastrophe, afin de réaffirmer des règles, des repères. Cela est ardu dans la mesure où la catastrophe laisse toujours un impact même s’il est minime. Pendant son déroulement, le présent est le support d’un surinvestissement. Bien que les autorités, assistés d’experts, procèdent à des feed-back consistant à évaluer un plan de secours, de tels drames se vivent toujours en direct et se gèrent avant tout dans l’instant.

  • 41 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 1er septembre 1985.
  • 42 G. Gurvitch, La Vocation actuelle de la sociologie, op. cit., t. 2, p. 352.

49Le temps de la catastrophe semble se scinder en deux moments qui s’informent mutuellement. Le temps de l’accident en lui-même se caractérise par une accélération, une concentration et une exclusivité ayant pour particularité d’être consensuelles. En parallèle, coexiste une autre étape, celle de l’évaluation. À la différence du premier, il nécessite un appui sur le passé pour trouver des référents (autres catastrophes du même type, contextes similaires) et une anticipation de l’avenir pour montrer en quoi le travail sur l’accident est primordial pour éviter la reproduction d’un drame. Le temps de l’estimation repose également sur l’idée d’une accélération, sur le repérage d’une situation d’urgence qu’il faut traiter au plus vite. Toutefois, seule l’évaluation permet directement de passer à l’action et d’envisager des traitements sociaux. Elle nécessite de déconstruire la catastrophe. Dans un éditorial sur les accidents ferroviaires, La Nouvelle République du Centre-Ouest montre quelles sont les implications de ce processus : « Lorsqu’il y a une catastrophe, c’est forcément tout le système qui est à réexaminer avec l’éternelle discussion des choix de priorité41. » On voit ici le décalage entre le temps de la catastrophe et le temps de l’évaluation dans leur relation au présent, au passé et à l’avenir. Ainsi, est-il possible de stratifier le temps de la catastrophe, strates qui composent une seule et même réalité : le temps relatif à la perception de l’accident lui-même et celui de la catastrophe comprise comme phénomène social. Le premier est rattaché à un événement vécu, subi et encore peu socialisé, dont le second sera la phase de socialisation. L’on comprend alors pourquoi il est impossible de les séparer, en dehors d’une modélisation théorique. Ce temps inhérent à une réalité concrète est constitutif d’un vécu et de représentations permettant d’appréhender l’accident collectif sous l’angle de la durée et de coordonner des actions en fonction d’une définition, ici celle de l’urgence. C’est en grande partie cette mesure du temps qui organise l’action, c’est l’urgence qui en détermine les modalités. La caractérisation sociologique de ce temps se rapproche du « temps des battements irréguliers entre l’apparition et la disparition des rythmes » défini par Gurvitch. L’intérêt de cet appui théorique est de voir que ce temps repose sur d’autres temps pour acquérir un caractère concret42. Étant celui de l’incertitude par excellence, il ne trouve pas toujours de portes de sortie vers l’avenir. Il doit à un moment ou un autre se référer à un autre temps (celui du « trompe-l’œil », du temps cyclique ou encore celui en avance sur lui-même) pour envisager une construction sociale plus durable.

  • 43 Dans sa théorie de la mémoire collective, M. Halbwachs a mis en évidence que la mémoire suppose un (...)

50Dernière caractéristique, le temps qui jouxte une catastrophe collective est un temps spécifique de l’activité humaine et génère des représentations qui le sont tout autant. Il a la particularité d’être fédérateur, dans le sens où il est vécu et conçu de façon consensuelle par les acteurs directs ou indirects. Bien loin de remettre en cause les travaux sur les temporalités sociales et leur multiplicité repérées par M. Halbwachs puis modélisées par G. Gurvitch43, nous proposons de montrer ici que l’idée de consensus est plus opérationnelle que celle de pluralité ou de différence catégorielle. Cette idée est directement reliée aux composantes d’exclusivité et d’urgence. Ce temps est excluant, non pas parce qu’il rejette volontairement d’autres points de vue, mais parce qu’en opérant une hiérarchisation des priorités, il en exclut d’autres de fait. L’urgence a pour corollaire que ce temps devient une source d’investissement et que tout le monde ou presque – personnes directement impliquées ou non – y souscrit. En effet, durant une courte période, les dissensions semblent dangereuses ; elles pourraient être préjudiciables aux actions qui visent à circonscrire la catastrophe. Même s’il est vécu de manière différente par les sauveteurs, les blessés, les spectateurs, ce temps suscite des représentations consensuelles, au sens de partagées.

51L’étude des temporalités de l’accident nous conduit à déborder du cadre des temps sociaux pour parvenir à une analyse plus générale des tenants et aboutissants de la catastrophe. Cette dernière laisse place à une incertitude importante relative au champ des possibles qu’elle ouvre, puisque la coupure est là, irréversible. Ce temps marque une rupture, même si elle n’est pas durable, tout autant qu’il naît de la rupture provoquée par l’accident collectif. Il en est à la fois un indicateur, mais aussi à la source. Ainsi, conformément aux analyses de sociologie des temps sociaux, l’étude de la structure temporelle des accidents nous autorise à les appréhender en tant que réalité sociale construite. En outre, ce temps permet aux acteurs d’une catastrophe et à ceux qui la vivent de manière interposée de mesurer, de coordonner, de rythmer leurs actions en fonction d’une réalité concrète : l’urgence. Il repose sur une nécessité, celle de tout mettre en œuvre pour sauver des vies humaines et éviter que la catastrophe ne se propage. Puis, dans un second temps, il se comprend par l’exigence de reprendre la situation en main dans les plus brefs délais.

La contamination du territoire

52Lors d’accidents, les repères territoriaux sont également modifiés. Des lieux dont les contenus spatiaux et sociaux étaient clairement établis vont être, durant une période plus ou moins longue, confrontés à des variations. On observe trois grands ensembles de modifications.

  • 44 Voir C. Gilbert, « Archaïsme et modernité du pouvoir régalien », dans Le Pouvoir en situation extr (...)

53Le premier concerne les lieux « stratégiques », dans le sens où ils sont porteurs d’une symbolique en rapport avec une institution. Durant la phase qui suit l’accident, des espaces pour la majorité publics deviennent le centre des secours. Ils sont choisis pour des raisons stratégiques et administratives mais aussi symboliques. La préfecture est presque toujours au cœur du dispositif. Elle se transforme en poste de commandement. Elle accueille pour quelques heures de nombreux représentants de services publics (DDASS, DDE...). Elle est au centre d’une bataille symbolique, où les pouvoirs locaux et nationaux se mesurent. Le préfet, représentant de l’État dans les départements, a, en cas d’accident collectif, un rôle à jouer. Il est le garant du bon fonctionnement de la « machine » étatique44.

  • 45 Nous faisons référence à l’échelle locale car il n’est pas envisageable de transporter les corps p (...)
  • 46 C. Gilbert, Le Pouvoir en situation extrême, op. cit., p. 15.

54La seconde modification de l’espace a trait aux victimes. Dans toutes les catastrophes étudiées, les corps des victimes sont regroupés dans un espace unique : la chapelle ardente. Aucun lieu n’est communément réservé à cet effet, ni même adapté pour recevoir des dizaines de cadavres. Les chapelles ardentes sont élevées, le plus souvent, dans des lieux publics qui en temps normal accueillent des activités autres. C’est ainsi que des gymnases, des salles des fêtes ou municipales, des centres culturels vont abriter durant quelques jours des dépouilles. Une église peut jouer le même rôle ; ce fut le cas pour le drame de Furiani, avec l’église Saint-Jean-de-Bastia. Les chapelles ardentes sont des espaces hautement symboliques. Le choix d’un espace laïc, notamment la mairie ou un funérarium, tend à s’imposer. L’appartenance des victimes à des confessions religieuses diverses ou à aucune en particulier amène les autorités à éviter les édifices religieux qui pourraient être perçus dans certaines situations comme une ultime provocation. Elles privilégient de plus en plus les funérariums (quand cela est possible) puisqu’ils permettent de ne pas faire pénétrer des morts dans un lieu de vie. Ces dernières années ont vu également l’apparition des tentes réfrigérées utilisées le plus généralement à titre provisoire. Une autre explication de cette laïcisation peut être avancée. Les catastrophes modernes sont prises en charge, durant les heures qui suivent le drame, par les pouvoirs politiques et administratifs. Or, qui mieux que la mairie peut représenter au niveau local cette double instance45 ? Cette prise en charge est une constante, un devoir, mais aussi une reconnaissance. C. Gilbert note qu’en « cas de catastrophe, l’État et ses représentants sont conduits à donner la preuve de leur capacité à exercer leur pouvoir, puisque c’est là un des fondements de leur légitimité46 ». On peut également concevoir une analyse similaire pour les identifications des victimes par les médecins légistes, pour les soins apportés aux blessés légers ou l’accueil des rescapés indemnes. Lors de toutes ces opérations, l’espace de la commune se trouve modifié en ses points névralgiques.

55Par ailleurs, et ce sera la troisième catégorie de modifications de l’espace, le lieu où s’est produite la catastrophe est investi symboliquement. Dans certains cas il peut être défiguré. Le stade de Furiani, le pont de la Grenouille à Argenton-sur-Creuse, le site du barrage de Malpasset, sont des territoires porteurs d’une aura particulière qui n’existaient pas jusque-là. Certains journalistes utilisent le terme de « sanctuaire » pour qualifier ces lieux par analogie avec le respect qui s’impose dans les lieux de culte. Que l’on emploie ce terme, celui de « lieu maudit », ou encore tout autre qualificatif, on s’aperçoit que la représentation de l’espace – et par extension l’espace lui-même – ont été modifiés. Ils prennent une teneur symbolique nettement plus marquée qu’auparavant. Cette déclaration du collectif des victimes de Furiani, suite au rachat du terrain par le district urbain de Bastia en vue de la réhabilitation du stade, en est une illustration :

  • 47 Déclaration des représentants des victimes de Furiani, Le Monde, 7 août 1992.

« Nous trouvons indécent toute cette publicité honteuse et la recherche de fonds sur l’intention d’achat du stade, et que si, malheureusement, cela se produit, on puisse piétiner, profaner et faire la fête dans cette enceinte où tant de sang s’est répandu47. »

  • 48 Plusieurs mois après l’accident, ces espaces sont encore marqués par la présence courte mais puiss (...)
  • 49 « Les plus grandes éventrations, les bombardements ne créent jamais un espace vide, ils provoquent (...)
  • 50 G. Balandier, Le Dédale – Pour en finir avec le XXe siècle, Paris, Fayard, 1994, p. 58.

56Ici, les répercussions sont plus durables et l’espace marqué. La monumentalité commémorative se trouve confrontée au même type de questionnements relatifs à l’espace et aux lieux, lieux de mémoire cette fois-ci. Pendant la période qui suit la catastrophe, des lieux à forte connotation institutionnelle comme la mairie deviennent des territoires de l’entre-deux, difficilement qualifiables ; sortes de palimpsestes, où s’entremêlent des données passées et présentes, qui marqueront leur futur réinvestissement48. H.-P. Jeudy insiste sur cette réalité de l’espace post-catastrophique. Il s’agit pour lui d’un trop-plein de traces plutôt que d’une absence49. Il ne faut pas oublier qu’outre ces aspects normatifs (cadre et matérialisation), l’espace et les lieux sont l’objet « d’une connaissance immédiate, sensuelle, émotionnelle et imaginaire50 ».

  • 51 A. Cauquelin, L’Invention du paysage, Paris, Plon, 1989, p. 17.

57L’analyse des modifications du paysage rejoint par certains aspects celle de l’espace, même si elle relève davantage du domaine visuel. A. Cauquelin le conçoit comme une construction visible sous la forme d’un tableau, avec « ses limites (le cadre), ses éléments nécessaires (formes d’objets colorés) et sa syntaxe (symétries et associations d’éléments)51 ». Le paysage est le résultat d’une intervention. Il a une portée sur la manière d’envisager le monde et l’environnement, et plus particulièrement ce que l’on nomme communément la « nature ». Certaines catastrophes laissent une vision quasi apocalyptique, principalement celles provoquées par les crues et inondations ; car en France peu de séismes ont occasionné de gros dégâts. Les inondations de Fréjus et de Vaison-la-Romaine sont, à quarante ans d’intervalles, très proches dans leur action sur le paysage, même si la première eut des effets plus dramatiques.

  • 52 Extrait de Gaston Bonheur, À Fréjus ce soir-là, Paris, Petit in-4°, 1960.

Le port de Fréjus, le kilomètre 888 de la nationale 7, avec ses snack-bars, ses stations-service, ses villas, ses fermes, ses jardins, sa plage ? Disparus. [...] À leur place, d’une montagne à l’autre, sur quatre kilomètres de large, une espèce de delta sauvage, asiatique, préhominien. Ni terre, ni eau. Une immense coulée de boue rouge et grise, dont les contours vont s’estomper dans le bleu immobile de la mer. Çà et là, crevant la peau flasque du limon, le profil démentiel d’un pan de mur ; un arbre repiqué par la tête, racine en l’air ; des volutes d’acier tordu, qui étaient des rails de la ligne Paris-Nice ; deux gros navires échoués, éventrés, démâtés [...]. Au milieu, dominant tout, tel le Phare de la Désolation, la flèche blanche, ultramoderne, absurde du relais Ozo [...]. Le seul repère qui vaille, dans ce désert liquide, c’est Fréjus-le-Haut. Il est toujours là, sur son éperon, avec ses toits de tuiles rondes, sa cathédrale crénelée52...

58On peut parler ici de défiguration du paysage, défiguration au sens où l’action de l’homme est en partie détruite ou modifiée. D’autres descriptions surréalistes abreuvent les discours de presse. Les « choses » semblent avoir perdu leur place et forment ainsi un monde original.

  • 53 Le Monde, 25 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

Juste à côté du pont Romain, dont les énormes blocs du parapet disloqué forment un curieux jeu de construction, une maison du quartier médiéval a été amputée d’un pan entier. Accrochés au-dessus du vide vertigineux et des eaux toujours grondantes de l’Ouvèze, une cuvette de W.C. et un lavabo rétro, avec, sur sa tablette, des flacons, des objets de toilette, savon, dentifrice, mousse à raser intacts. Le pommeau de la douche, lui, pend au bout du tuyau. Cette seule image dit tout du drame qui s’est joué mardi à Vaison53.

  • 54 Le Monde, 22 décembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

[Ou encore à la manière de Prévert :] Une carcasse de voiture, un guidon de vélo, un bidet, deux robinets, une poupée décapitée, un cahier d’écolier, une pochette de disque, un tube de dentifrice, une cuillère, un abat-jour, une chaussure, des murs sans toit et des toits sans mur, des morceaux de tout et de rien... Triste inventaire que celui des débris de vie. Ils s’émiettent toujours, sur des kilomètres, de part et d’autre de l’Ouvèze, la rivière folle du Nord du Vaucluse. Trois mois après la déferlante du 22 septembre, ni le temps ni les pelleteuses n’ont déblayé le dépotoir abandonné par les eaux après ce jour d’apocalypse54.

59Le travail sur le paysage effectué par la catastrophe a une incidence sur ce que l’on voit, sur la manière dont on se représente et se représentait une ville, une région. L’accident intervient ici sur la structuration d’un espace de vie, sur un bâti, puisque ceux-ci perdent un sens collectivement défini. Le paysage est bouleversé et l’on devra le reconstruire. Cela nécessitera plusieurs années et laissera parfois des traces indélébiles qu’il faudra reconquérir socialement, en établissant de nouveaux repères, en dictant des règles et normes à respecter, en délimitant à nouveau ces espaces.

  • 55 Y. Peyre, Configuration d’un désastre, catalogue de l’exposition « La catastrophe du Paris - Port- (...)

60Parfois, le paysage d’ensemble n’est guère touché, mais la catastrophe se concentre sur un espace réduit où la défiguration peut être qualifiée de totale. Les accidents de transports sont représentatifs de cette situation. Ici, il existe une unité de lieu resserrée. Le spectacle de deux trains encastrés, suspendus dans le vide sur un pont à Argenton-sur-Creuse, transforme un espace et un champ de vision. À tel point qu’un sculpteur local en a fait l’objet d’un travail aboutissant à une exposition55. La catastrophe peut ainsi devenir un motif artistique, l’idée centrale étant que l’art, par des procédés de mise en décalage, produit un mode de recours symbolique face à la destruction du paysage.

61Un dernier cas, l’absence ou presque de modifications visibles et tangibles, est une sorte d’antithèse des deux précédents. Le fait de n’avoir rien vu alors que les morts sont là est déroutant. Une jeune femme relate plusieurs années après les faits son passage devant le dancing du « 5/7 » le matin du drame.

  • 56 Entretien avec une habitante de la commune, 2 février 1997.

« Quand on est passé devant, il y avait un brouillard épais comme pas possible. Moi, j’ai vu un trou dans le toit de ce bâtiment et j’ai dit à mon ami, je lui ai dit : “les copains qui y sont allés, ils ont dû avoir chaud ”, mais j’ai vraiment vu ça comme... Je n’ai pas perçu la catastrophe, je n’ai rien vu. Il faut dire qu’il y avait du brouillard. Mais je n’y suis jamais retournée après et je crois qu’aussi le bâtiment, vu de l’extérieur ne donnait pas l’impression d’un drame. [...] J’ai vu les pompiers, je garde cette image des pompiers, mais alors vraiment pas une impression de drame, ça ne m’est pas venu une seconde à l’esprit qu’il y aurait des morts là-dedans56. »

62L’idéal-type de cette absence de transformation du paysage se définit par les naufrages et les crashs d’avion en pleine mer. Ici, le paysage n’est pas transformé ; cependant, la situation reste complexe pour d’autres raisons, relatives notamment à la localisation de l’accident. L’état d’abattement, la surprise peuvent alors difficilement se matérialiser sur des données effectives et significatives. Ces catastrophes sont acceptées à grand-peine car elles ne laissent pas de traces, malgré leurs terribles conséquences. Lorsqu’un bateau coule, il emporte avec lui des indices, des objets et des corps, il empêche par là même la formation de vestiges, de substituts physiques au drame.

  • 57 A. Cauquelin, L’Invention du paysage, op. cit., p. 74.

63De façon générale, le paysage dont il est question ici est transformé par l’action de la catastrophe. Il a subi des modifications en décalage avec une réalité quotidienne qui n’ont que peu de choses en commun avec le résultat d’un travail paysager répondant à des encodages implicites et explicites. Il implique d’être réinvesti pour être saisi. Ce paysage « sauvage » renverse les protocoles d’accord entre l’impression des sens et les lois qui le régissent culturellement. Il produit une réaction d’ordre émotionnel (il bouleverse ceux qui le regardent) ayant pour conséquence de provoquer une distance et une difficulté à l’analyser. Il doit être ré-encodé pour en permettre la lecture. Un temps d’adaptation est nécessaire pour que ce que l’on voit devienne cohérent avec ce que l’on sait percevoir habituellement. A. Cauquelin parle à ce propos de constante révolution entre le couple voir et comprendre57. Ce paysage pour être vu nécessite un cadrage, une mesure : il requiert une catégorisation.

64La catastrophe déroute et vient interrompre une certaine routine. Dans sa phase de production, elle est de l’ordre d’un régime de la rupture (d’un environnement, d’une organisation, de temporalités), du choc et de la surprise. Cette coupure constitue une ouverture sur le monde, ouverture porteuse d’incertitudes, notamment parce qu’elle brise momentanément des repères permettant d’appréhender une situation. Dans la vision contemporaine du monde, l’accident nécessite une prise en charge sociale et des actions à conduire dans l’urgence. Pour cela, il faut sérier, classer, mesurer, comprendre, évaluer, médiatiser, partager avec d’autres, le drame qui vient de se produire. Connaître les premiers instants qui font suite à un accident collectif est essentiel à sa compréhension. Afin de poursuivre cette logique diachronique, il convient de se pencher sur la question de la redéfinition de la réalité consécutive aux bouleversements qu’engendre toute mort collective.

Notes

1 La République de Seine-et-Marne, 21 octobre 1991, à propos de l’accident ferroviaire de Melun.

2 Le Parisien, 18 octobre 1991, à propos de l’accident ferroviaire de Melun.

3 Témoignage d’un jeune rescapé, Le Dauphiné libéré, 3 novembre 1970, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

4 Témoignage, Le Monde, 25 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

5 Témoignage, ibid.

6 Entretien avec la mère d’une victime, 31 août 1996, à propos de la catastrophe ferroviaire d’Argentonsur-Creuse.

7 Le Monde, 7 mai 1992, commentaire de J. Fournet-Fayard, président de la Fédération française de football, à propos de l’effondrement de la tribune du stade Furiani.

8 Témoignage, Le Monde, 16 juillet 1987, à propos de la catastrophe du Grand-Bornand.

9 Libération, 18 octobre 1991, à propos de l’accident ferroviaire de Melun.

10 G. Auclair, Le Mana quotidien – Structures et fonctions de la chronique des faits divers, Paris, Anthropos, 1970, p. 79-81.

11 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 2 septembre 1985, à propos de la catastrophe ferroviaire d’Argenton-sur-Creuse.

12 Paris Match, deuxième semaine de novembre 1970, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

13 Noir et Blanc, 9 novembre 1970, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

14 Le Monde, 12 mai 1992, à propos de la catastrophe de Furiani.

15 Paris Match, deuxième semaine de novembre 1970, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

16 Ouest-France, 13 juin 1955, à propos de l’accident des 24 heures du Mans.

17 Détective, 19 octobre 1972, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

18 Le Monde, 24 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

19 Le Monde, 24 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

20 Témoignage d’un rescapé, Dépêche du Maine libre, 19 juin 1955, à propos de l’accident des 24 heures du Mans.

21 Le Monde, 26 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

22 La menace réifiée est portée sur un objet extérieur qui nous dépasse : « Nous ne sommes pas personnellement responsables. » Puis, dans un second temps, cet objet se dote de caractères humains : il a des intentions malveillantes, il peut être décrit comme fou.

23 Témoignage d’une victime rescapée, La Nouvelle République du Centre-Ouest, 2 septembre 1985, à propos de la catastrophe ferroviaire d’Argenton-sur-Creuse.

24 Le Monde, 29 juin 1988, à propos de la catastrophe de la gare de Lyon.

25 Le Monde, 22 juillet 1992.

26 Déclaration du président de la commission d’enquête administrative, venant résumer le rapport remis au ministre de l’Intérieur P. Quilès, Le Monde, 14 mai 1992, à propos de la catastrophe de Furiani.

27 Vérité Rhône-Alpes, décembre 1971.

28 Détective, 19 octobre 1972, à propos de l’incendie du « 5/7 ».

29 A. Gras, Sociologie des ruptures – Les pièges du temps en sciences sociales, Paris, PUF, 1979, p. 16.

30 La Vie du rail, octobre 1985.

31 L’état d’urgence est devenu un terme juridique qui spécifie que durant une période jugée exceptionnelle, les autorités civiles peuvent exercer un pouvoir de police et les pouvoirs de police renforcer leurs actions. L’état d’urgence est désormais réglementé. Il est décrété par le Conseil des ministres et au-delà d’une durée de douze jours une loi doit être votée.

32 H.-P. Jeudy, « L’état d’alerte et le silence des morts », Actions et recherches sociales, n° 3, vol. 24, octobre 1986, p. 108.

33 La multiplication des cellules psychologiques, si elle est légitimée par le fait de venir en aide aux victimes et à leurs familles, suppose parallèlement que le trauma peut être pris en charge par des professionnels immédiatement après la catastrophe, que celui-ci peut et doit se dire en direct afin qu’il s’éteigne au plus vite.

34 H.-P. Jeudy, « L’état d’alerte et le silence des morts », article cité, p. 114.

35 G. Gurvitch, « La multiplicité des temps sociaux » dans La Vocation actuelle de la sociologie, Paris, PUF, t. 2, 1950, p. 372.

36 Ibid., p. 327.

37 Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 22 janvier 1992, à propos du crash du mont Sainte-Odile.

38 Le Monde, 25 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

39 L.-V. Thomas, « L’urgence, la mort et la vigilance », Bulletin de la société de thanatologie, n° 75-76, 1988, p. 14.

40 L’accident du mont Sainte-Odile, par l’attente qu’il généra, amplifie encore plus l’idée d’urgence : urgence de savoir, de localiser l’appareil, de sauver des vies. Que dire des attentats du 11 septembre 2001 où l’on atteint un paroxysme en la matière.

41 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 1er septembre 1985.

42 G. Gurvitch, La Vocation actuelle de la sociologie, op. cit., t. 2, p. 352.

43 Dans sa théorie de la mémoire collective, M. Halbwachs a mis en évidence que la mémoire suppose une périodisation du temps, quantitative (mesure du temps) et qualitative (faits sociaux marquants ayant valeur de symbole). La mémoire repose donc sur une construction sociale du temps. L’auteur, à partir de nombreux travaux, notamment sur les musiciens et les ouvriers, conclura qu’il existe une multiplicité, une diversité et une hétérogénéité du vécu et de la représentation du temps. G. Gurvitch va modéliser l’idée de multiplicité des temps sociaux qui aujourd’hui est un des grands fondements de la sociologie du temps. Depuis ces travaux, le temps en sociologie a pris une forme plurielle. R. Sue dans son ouvrage, Temps et ordre social (Paris, PUF, 1994), retrace la construction de cette sociologie.

44 Voir C. Gilbert, « Archaïsme et modernité du pouvoir régalien », dans Le Pouvoir en situation extrême – Catastrophe et politique, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 212-236.

45 Nous faisons référence à l’échelle locale car il n’est pas envisageable de transporter les corps pour des raisons sanitaires, mais aussi symboliques. L’accident s’est déroulé dans un lieu, et ce lieu restera celui de l’accident. Les victimes ne peuvent être déplacées puisqu’elles sont mortes ici, les transférer dans un autre espace reviendrait à élargir le champ de la catastrophe, ce qui étendrait le danger.

46 C. Gilbert, Le Pouvoir en situation extrême, op. cit., p. 15.

47 Déclaration des représentants des victimes de Furiani, Le Monde, 7 août 1992.

48 Plusieurs mois après l’accident, ces espaces sont encore marqués par la présence courte mais puissante des cadavres. Cette présence dépasse parfois le cadre symbolique : à plusieurs reprises il nous a été dit dans les entretiens que ces espaces conservaient l’odeur de la mort. Celle-ci n’a rien de métaphorique. Par exemple, pour l’incendie du « 5/7 », les corps brûlés avaient imprégné d’une odeur insupportable le gymnase, une odeur qui est restée sans doute plus longtemps dans les mémoires que dans les murs. De façon générale, le souvenir des odeurs est très durable, M. Augé l’analyse dans son ouvrage consacré à la mémoire, Les Formes de l’oubli, Paris, Payot, 1998.

49 « Les plus grandes éventrations, les bombardements ne créent jamais un espace vide, ils provoquent un bouleversement des traces, un remue-ménage fantastique de tous les vestiges comme si les rythmes de destruction étaient déjà des formes de reconstruction. La ville qui se redresse de ses ruines n’efface rien, elle garde en abîme tous les vestiges de son unité originaire. […] Les images de destruction, d’éventration, d’abandon, de disparition […] demeurent dans les mémoires malgré l’ampleur fantastique de la cicatrisation des cités. » (H.-P. Jeudy, Le Désir de catastrophe, Paris, Aubier, 1990.)

50 G. Balandier, Le Dédale – Pour en finir avec le XXe siècle, Paris, Fayard, 1994, p. 58.

51 A. Cauquelin, L’Invention du paysage, Paris, Plon, 1989, p. 17.

52 Extrait de Gaston Bonheur, À Fréjus ce soir-là, Paris, Petit in-4°, 1960.

53 Le Monde, 25 septembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

54 Le Monde, 22 décembre 1992, à propos de la catastrophe de Vaison-la-Romaine.

55 Y. Peyre, Configuration d’un désastre, catalogue de l’exposition « La catastrophe du Paris - Port-Bou », de l’artiste P. Hémery, abbaye des Cordeliers, Châteauroux, octobre 1990.

56 Entretien avec une habitante de la commune, 2 février 1997.

57 A. Cauquelin, L’Invention du paysage, op. cit., p. 74.

Notes de fin

* Le jugement établi par la Cour de cassation fut rendu en décembre 1967, soit huit ans après le drame. Ce n’est qu’en 1962 qu’une contre-expertise remit en cause l’origine unique de la rupture due à la mauvaise qualité de la roche. Ce comité d’experts conclut que c’est l’organisation géologique du terrain, l’orientation des failles et le régime des eaux souterraines qui ont vraisemblablement provoqué la catastrophe.

** ** On peut penser au cas de l’amiante, qui ne peut dans certains cas être remplacée par d’autres produits dont l’efficacité serait avérée. Les freins des poids lourds fabriqués avec des composants à base d’amiante sont considérés aujourd’hui comme une exception à la règle et ne subiront pas d’interdiction, jusqu’à la découverte d’une solution substitutive satisfaisante.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable