Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort collective

 | 
Gaëlle Clavandier

Introduction

Texte intégral

1Ce que la mort a de monumental, d’inattendu et de collectif, tel est le sujet de cette étude. Elle aborde la question essentielle des morts collectives à travers un regard sociologique, l’interrogation centrale étant : la mort d’un collectif d’hommes lors de guerres, de génocides, de pandémies, d’attentats terroristes, d’accidents, outre les traitements habituels (ceux présents pour toute mort ou presque), ne suscite-t-elle pas des réactions et pratiques spécifiques en lien avec le caractère collectif de ces morts ? De ce point de vue, cette mort serait collective parce qu’elle génère un traitement original différent des décès « ordinaires ». Le projet est donc d’explorer ce traitement supposé social des morts collectives. Comment une société fait face à de telles morts ? Quels sont les traitements mis en œuvre ? Sont-ils redondants ?

2Si la mort collective n’existe pas sous une forme répertoriée dans le langage courant ou même scientifique, elle est néanmoins un objet à part entière qui nécessite attention et approfondissements. Elle peut être analysée comme une réalité contemporaine, dans un contexte occidental. Nous verrons qu’il est possible de dater cette notion, et le propos de ce travail est de démontrer qu’outre sa qualité d’objet d’étude, cette réalité sociale peut être considérée comme une notion opérante. Cela suppose, non sans prise de risque, de considérer que des événements de nature très diverse (conflits armés, massacres, attentats, catastrophes naturelles, sanitaires, technologiques…) peuvent néanmoins passer sous le crible d’une grille interprétative univoque. L’un des enjeux est de caractériser les événements internes à la définition des morts collectives et au contraire de différencier ceux à la périphérie. Dès lors, toute catastrophe n’est pas mort collective, pas plus que ne le sont les morts massives.

3Une ambiguïté doit être immédiatement levée. Le caractère collectif de ces décès réside davantage dans les réactions qui leur font suite que dans le décompte strict des victimes. Deux conceptions coexistent. La première a trait à la « mort en masse » qui a pour caractéristique d’être un fait brut. En d’autres termes, elle correspond au descriptif d’une réalité qui existe en soi. Un seul indicateur est nécessaire et suffisant pour la définir : un nombre de morts relativement important. La seconde repose sur la construction sociale d’une réalité : celle de « mort collective ». Pour la décrire, il est alors nécessaire d’identifier une série d’indicateurs, le seuil chiffré n’ayant pas valeur d’exemplarité. Plus qu’un aspect quantitatif, représentatif de la mort en masse, ici l’idée principale repose sur une prise en charge collective de ces morts qui obéit à un modèle régulier et spécifique. La problématique consiste à définir comment une société donnée fait face à de telles morts et comment elle s’organise pour les dépasser. Elle permet de signifier que toutes ces morts – bien que différentes par leur origine, les dégâts occasionnés, les populations en jeu – répondent à une même logique. Après le choc vient le temps de la prise en charge des familles et de l’annonce de la nécessité d’une vigilance accrue pour qu’un tel phénomène ne se reproduise pas. Puis la recherche des causes, des responsables mobilise une bonne part des acteurs, comme les experts, les pouvoirs publics, les sinistrés, mais aussi des populations bien plus distantes de l’événement. Enfin, la catastrophe, par un lent processus de ritualisation, entre dans le registre du commémoratif.

4Outre cet enjeu de contribuer à la caractérisation d’une notion qui se veut opératoire, cette recherche s’inscrit de fait dans une réflexion sur les spécifications des catastrophes modernes. Quelles en sont les caractéristiques ? Comment sont-elles vécues, représentées ? Sont-elles irréductibles d’une emprise événementielle ? En quoi participent-elles d’une mise en mémoire ? À travers le prisme des catastrophes, le sociologue s’enquiert d’informations sur la société contemporaine. Le parti est ici de considérer que l’événement catastrophique n’est pas seulement constitué de la phase d’urgence qui le caractérise habituellement. Il ne se limite pas à une temporalité de l’instant. La catastrophe ne se clôt pas avec l’arrivée des secours et l’effacement des traces du drame sur le territoire. L’événement est aussi mémoire, il déborde très largement le temps présent. La conséquence immédiate de cette posture théorique suppose que la temporalité longue ne soit pas effacée comme c’est fréquemment le cas dans les travaux de sociologie des risques, où le regard du chercheur se centre sur ce qui constitue le moment de tension : la crise, l’organisation des plans de secours, le débat autour de la recherche de responsabilité, les retours d’expérience. Cette ouverture du champ de vision tant spatiale (aller voir du côté de personnes qui n’ont visiblement aucun lien avec la catastrophe mais qui en sont témoins) que temporelle (ne pas hésiter à étudier un drame qui s’est déroulé vingt ans en arrière et à procéder par la méthode des entretiens) a pour conséquence de faire surgir de nouveaux questionnements et d’expliquer certains décalages de perception entre les différentes populations en présence. Si l’événement ne se réduit pas à son origine mais s’élabore en permanence grâce à toutes les expressions qui viennent le modeler, le redéfinir, le préciser, le travail du sociologue consiste, non pas en une activité d’archéologue qui reviendrait à analyser successivement chacune des couches sédimentaires, mais en un travail d’interprétation qui prend en compte la temporalité sans pour autant en faire le critère d’analyse principal. Le temps phénoménologique a ici au moins autant d’importance que le temps historiquement daté, puisque la catastrophe passée, présente, virtuelle, à venir, peut s’analyser comme un ensemble sémantiquement cohérent. Cette conception a pour fondement de n’exclure a priori aucune donnée de l’analyse.

La mort collective, une notion mal cernée

5Les nombreuses études de sociologie et d’anthropologie de la mort ont questionné les aspects techniques, culturels, rituels, thérapeutiques de celle-ci. Cependant, la thématique des morts collectives n’a pas, ou très peu, été abordée. Si ces événements sont analysés séparément – il existe des travaux sur la Première Guerre mondiale, la guerre d’Algérie, le génocide juif, les attentats terroristes – aucune étude n’a envisagé de confronter ces terrains dont la caractéristique commune est qu’ils nécessitent une prise en charge sociale en réponse à une mort multiple.

  • 1 F. Chatillon, « La violence et la mort collective », Bulletin de la société de thanatologie, n° 44 (...)
  • 2 F. Bolot, « Considérations sur la mort en masse », Bulletin de la société de thanatologie, n° 52, (...)

6Un inventaire des articles parus dans le Bulletin de la société de thanatologie, sur trente ans de publication, montre que l’emploi de l’expression « mort collective » est quasi inexistant quel que soit le champ disciplinaire (sociologie, anthropologie, droit, psychologie, théologie, médecine). Deux contributions et un élément bibliographique sont recensés : le premier article date de 1979, le second de 1982 et les références bibliographiques de 1985. Le texte de 1979 traite de « la violence et la mort collective ». Il prend en compte uniquement les morts volontaires. Pour l’auteur, les morts collectives sont des crimes qui touchent une collectivité d’hommes : massacres, crimes de guerre, génocides, morts lentes par déportation ou internement, attentats politiques. Il parle de la « mort criminelle d’une collectivité1 ». Le projet de cet article est de mettre en évidence une forme d’institutionnalisation de la violence d’État et, en corollaire, d’identifier le manque de mesures juridiques pour réprimer ce type de phénomènes. La seconde contribution, écrite par un médecin des armées, s’emploie, à partir d’un vaste catalogue, à répertorier les causes de la mort en masse2. S’ensuit un assemblage de faits qui ont pour unique ressemblance de renvoyer à des décès multiples. L’autogénocide, la drogue ou encore l’avortement, sont pour cet auteur des morts en masse. Cette définition, pour le moins ambiguë, ne permet aucunement de qualifier une réalité sociologique dans la mesure où tous les décès ou presque renvoient à l’idée d’une répétition, que ce soient les cancers, les infarctus, les accidents de la route, ou encore les suicides, qui sont parmi les causes de mortalité les plus fréquentes dans les pays occidentaux.

  • 3 Dans ces deux cas, on ne meurt pas : on est tué ou on se laisse mourir. La Mort, Paris, PUF, Que s (...)

7L.-V. Thomas, spécialiste de ce champ de recherche, emploie le terme de « mort collective » dans son ouvrage La Mort. Force est de constater que cette thématique lui paraît secondaire. Il ne lui consacre que quatre pages et la considère comme un détour. Il ne définit pas précisément cette catégorie, indiquant seulement que les pandémies et les catastrophes font partie de ce type de décès3. Ses préoccupations sont ailleurs. L’ensemble de son œuvre sera orienté vers le « mourir », celui que les sociétés occidentales ont tendance à reléguer au second rôle au profit de la vie, celui qui subit une déritualisation et une désocialisation.

  • 4 C. Herzlich et J. Pierret, Malades d’hier, malades d’aujourd’hui – De la mort collective au devoir (...)
  • 5 Dans La Mort en toutes lettres, Nancy, PUN, 1983, p. 171-183.

8C. Herzlich et J. Pierret ont également utilisé ce terme dans un autre sens que le nôtre. Dans leur ouvrage sur la maladie et les malades, elles évoquent un transfert des « morts collectives », telles que les épidémies sur lesquelles une société a peu de moyens de lutte, vers une prise en charge individuelle des malades par des personnels soignants – d’où le titre de l’ouvrage : Malades d’hier, malades d’aujourd’hui – De la mort collective au devoir de guérison4. Dans cette perspective, les morts collectives sont datées et historiquement dépassées. Enfin, nous avons repéré une autre acception du terme qui correspond davantage à la problématique initiée dans cet ouvrage. Il provient d’un article de R. Guise, « Les romans de “fin du monde” – Le problème de la mort collective dans la littérature de l’imaginaire au xixe siècle »5. L’auteur définit la mort collective en ces termes :

  • 6 Ibid., p. 171.

Nous considérons que, pour que l’on puisse parler de mort collective comme sujet de littérature, il faut que toute une société se sache condamnée et vive dans l’attente du moment où la mort frappera tous ceux qui la composent, situation que fournissent parfois les guerres et les épidémies. Pour peu que l’on ne se borne pas alors à additionner ou à opposer des réactions individuelles, on peut observer des réactions face à la mort qui sont assez paradoxales6.

9Ici, la mort collective est une catégorie précise, excluante. Cette définition semble pertinente pour l’étude des aspects littéraires, puisqu’elle prend en considération davantage des données virtuelles qu’effectives. L’indicateur d’une « condamnation de la société tout entière » paraît exclusif et inopérant pour notre domaine d’étude. Deux idées sont cependant à retenir : la mort collective n’est en rien une sommation de réactions individuelles et elle est suivie de réactions spécifiques.

  • 7 La médecine légale de catastrophe emploie l’expression de « mort collective » pour désigner des ac (...)
  • 8 Bulletin de la société de thanatologie, n° 64-65, 1985, p. 93-97.

10On ne rencontre donc pas d’emploi du terme dans une discipline de recherche particulière, que cela soit en médecine7, en anthropologie, en droit ou en histoire. On observe une variété des objets d’études, des définitions et des problématiques. Les éléments de bibliographie proposés par le Bulletin de la société de thanatologie sont symptomatiques de cette diversité. En effet, ils font référence à des ouvrages sur les accidents et catastrophes, des écrits de journalistes sur les menaces virtuelles (menace apocalyptique, armes chimiques et biologiques, troisième guerre mondiale), des génocides actuels, passés ou oubliés des médias et pour finir à des romans de science-fiction sur l’apocalypse et la figure du monstre. La clef d’entrée de toutes ces références s’intitule : « Guerres et menaces apocalyptiques – morts collectives8 ». Si l’emploi du pluriel n’est généralement pas neutre, il se justifie pleinement ici, montrant que l’expression de mort collective ne fait référence à aucune réalité clairement identifiée. Ainsi, l’usage de cette expression est parfois simplement descriptif, il rend compte de morts massives. Il ne requiert pas de définition complémentaire. Dans d’autres cas, au contraire, l’utilisation est restreinte, soumise à des indicateurs précis et nécessaires. Ici seulement, la mort collective prend le caractère d’un concept.

  • 9 P. Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident – Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Seuil (...)
  • 10 L.-V. Thomas, Anthropologie de la mort, op. cit. ; Mort et pouvoir, Paris, Payot, 1978 ; La Mort a (...)
  • 11 P. Baudry, La Place des morts – Enjeux et rites, Paris, Armand Colin, 1999.
  • 12 Voir le numéro thématique de la Revue de l’Institut de sociologie, P. Baudry (dir.), « L’anthropol (...)

11Plusieurs facteurs justifient l’absence relative de cet objet dans le champ de la sociologie et de l’anthropologie de la mort. Des études, très nombreuses, se sont attachées à analyser et à expliquer les évolutions des comportements et des représentations relatifs à la mort. Dès les années 1950-1960, face à des transformations rapides perçues comme irréversibles, un nouveau domaine de recherche s’ouvrait à des terrains inexploités. Les possibilités semblaient si étendues que nombre d’ouvrages furent publiés dans les décennies 1970 et 1980. Les évolutions étaient en cours, le contexte semblait mouvant, ce qui étendait le champ de la réflexion. Ce sont les travaux de P. Ariès et M. Vovelle en histoire qui ont amorcé ce mouvement9. Puis, en sociologie et en anthropologie, les ouvrages de L.-V. Thomas, E. Morin, J. Ziegler, J. Baudrillard et J.-D. Urbain ont contribué à déchiffrer cette mort et à en comprendre les enjeux, enjeux de pouvoir notamment10. Ces différentes recherches se sont centrées sur des aspects ontologiques, contextuels voire idéologiques. Comme le note P. Baudry dans les années 70, le discours anthropologique ou sociologique sur la mort, sur le mourir et sur les mourants est critique et contestataire11. Puis, de grandes considérations sur la mort à visée comparative (historique ou culturelle), on est passé à des recherches plus spécialisées sur les hôpitaux, les cimetières, les pompes funèbres... L’ethnographie s’est largement emparée de ces terrains. L’analyse des rituels ou de leur absence, des nouvelles pratiques, notamment crématoires, a permis de préciser ces évolutions que l’on percevait de manière générale sans pouvoir leur donner de significations précises. Aujourd’hui, à l’image de P. Baudry, l’on s’interroge davantage sur le rapport entre les vivants et les morts, et ce dans l’espace de la quotidienneté12.

12Ces différentes approches et analyses se sont nourries de deux paramètres essentiels : la mort comme donnée anthropologique et ontologique, la mort comme réalité sociologique contemporaine renvoyant à des pratiques. Ces deux éléments ont coexisté durant plus d’une vingtaine d’années. Il paraît alors peu surprenant que les efforts se soient concentrés en ce sens. Certains domaines d’étude ont manifesté une sorte de caractère d’urgence, urgence nécessaire pour mesurer les transformations en cours et comprendre leurs origines et leurs conséquences probables. Il fallait évaluer si ces changements allaient affecter, durablement ou non, le vécu contemporain et quotidien de la mort. Ainsi, ces analyses contextuelles permettaient-elles de questionner à nouveau des éléments plus stables, voire ontologiques, et ce grâce à une nouvelle grille de lecture.

De la mort à la mort collective

  • 13 J.-H. Déchaux, Le Souvenir des morts – Essai sur le lien de filiation, Paris, PUF, 1997.
  • 14 L.-V. Thomas, Anthropologie de la mort, op. cit., p. 449.

13Si toute mort est perçue comme un désordre fondamental, qu’en est-il des morts collectives ? La mort laisse envisager une coupure radicale de soi avec le monde. Les rituels funéraires doivent gérer symboliquement cette séparation provisoire en vue de réintégrer les défunts dans le monde des vivants, comme ancêtres bienfaisants ou dans nos sociétés comme membres d’une lignée13. Cette idée de rupture est une caractéristique que tous les spécialistes confèrent à la mort. Elle est mise en avant par L.-V. Thomas lorsqu’il questionne la mort comme la forme la plus dramatique du désordre. Un désordre ontologique qui se traduit par un désordre social (séparation, douleur et deuil)14. Face à ce désordre d’ « expression » existerait un désordre de « dépassement » venant compenser la rupture de la mort. Le désordre de dépassement est une réaction collective pour faire contrepoids au désordre pernicieux de la mort. Plusieurs théâtres symboliques lui font perdre ce côté malfaisant. La dérision, l’inversion et la détermination volontaire en sont les principaux. Dans chacun de ces remèdes, une mise en scène codifiée permet de se distancier de la mort, de dénier tout sens au désordre en le maîtrisant symboliquement.

14Cette concomitance symbolique et factuelle de la mort et du désordre est mise en évidence par tous ceux qui ont travaillé sur ce thème et se sont rendus sur le terrain pour observer, décrire et interpréter les rites de passage de la mort à l’après-mort. Il s’agit d’une donnée anthropologique commune à toutes les sociétés, valable pour tout type de décès ou presque. Ces récurrences sont fort intéressantes, cependant l’on sait également que le caractère des réponses sociales apportées au désordre primordial varie d’une époque et d’une culture à l’autre. Toutes les morts ne contiennent pas la même potentialité de désordre. Certaines sont plus dangereuses et doivent être traitées avec d’autant plus d’attention. Comme le mentionne avec justesse L.-V. Thomas, la « mort » n’existe pas en soi, elle n’existe qu’en tant que notion. Elle ne se rencontre qu’au travers de mourir particuliers. Le décès d’un vieillard, d’un enfant, d’un malade chronique, d’un malade mental, d’un condamné à mort, n’engendrent ni les mêmes désordres, ni les mêmes traitements. Des exemples comme les suicides, les accidents de la route d’adolescents, indiquent que certaines morts ont un pouvoir évocatif supérieur à d’autres. La dangerosité sociale qui en découle doit être prise en charge par la famille et plus largement par des politiques publiques. Des paramètres sociologiques, culturels et contextuels, sont à questionner dans toute étude sur la mort.

15L’une des intentions de cet ouvrage consiste à rendre compte de la capacité de désordre que revêtent les morts collectives. Ainsi, il s’agit de tester leur propension à déstabiliser des liens sociaux et à mettre en difficulté les pouvoirs en place. Cette recherche expose la spécificité de ces ruptures. Notamment au-delà de l’idée d’un désordre paroxystique dû aux aspects inattendus et massifs de ces morts, elle montre la spécificité des représentations qu’elles engendrent. Peut-on alors envisager le passage d’un désordre ontologique à un désordre socialement acceptable ?

16Cette vision des choses a une incidence sur la manière d’appréhender l’objet d’étude. En effet, l’objet n’est pas d’analyser l’origine ou les causes de telles ou telles morts, l’enjeu n’étant pas ici de les prévenir ou de les éviter. Pour appréhender la spécificité supposée des morts collectives – celle des traitements consécutifs à l’idée d’un désordre actuel ou potentiel – il est nécessaire de se centrer sur la période de « l’après-mort », afin d’envisager les comportements qui font suite à la mort. Cela ne veut pas dire que les conditions du décès, les formes du mourir, les circonstances et causes d’un drame et les populations affectées seront exclues de l’analyse, mais elles n’en constituent pas la trame principale. Les différentes médiations permettant d’appréhender les modalités d’un fait et de les neutraliser, sa ritualisation correspondant aux traitements symboliques et codifiés qui suivent toute mort collective, constituent l’ossature de la recherche. Y sont analysées les réactions post-catastrophiques, les formes de socialisation qui en découlent et la mémoire qui se construit à long terme. En ce sens l’urgence et la longue durée se font face.

17Les réactions sociales qui font suite au drame proviennent d’acteurs institutionnels comme les pouvoirs publics, les médias, les experts juridiques et techniques, mais aussi d’acteurs directs comme les victimes, ou indirects constitués par la population dans son acception la plus large. En tant que sociologue, ce dernier aspect semble primordial. Si mort collective il y a, c’est que les conséquences de tels drames sont perçues au-delà d’un champ d’ « initiés ». L’impact social de ces catastrophes, aussi diverses soient-elles, tient au fait qu’elles génèrent des pratiques collectivement partagées.

Les accidents collectifs comme principal terrain

  • 15 En France, l’événement le plus marquant de cette catégorie est le « suicide » des adeptes du Templ (...)

18Restait le choix du terrain de recherche. Les accidents collectifs se sont rapidement imposés, dans la mesure où cet objet permettait d’étudier de multiples réalités. Bien que les accidents collectifs soient rares en France, ils existent tout de même en nombre suffisant pour les analyser de façon représentative, ce qui est moins le cas des épidémies et des attentats, encore moins celui des suicides collectifs15, si l’on prend le sol français au xxe siècle comme référent. En outre, les accidents ont l’avantage d’être en prise avec notre modernité. Ils sont répartis sur toute la durée du siècle et nombre d’entre eux se sont déroulés ces vingt dernières années. C’est l’unique source qui garantit une telle régularité dans le temps, les autres étant plus ponctuelles et circonstanciées – surtout en ce qui concerne les guerres et les attentats qui dépendent plus largement d’un contexte politique. Étant donné que ce qui motive cette réflexion ne sont pas les causes, mais les conséquences factuelles ou supposées d’un drame, de ce point de vue les accidents offrent l’intérêt d’être un terrain d’étude plus neutre. La rareté des travaux sociologiques sur ce thème a fini de sceller notre choix. Outre les questions relatives à la victimologie ou aux réactions « inappropriées » des populations face à des risques calculés, les paramètres humains ne sont pas ou peu pris en considération dans ce domaine d’étude. La plupart des recherches ont la particularité d’être appliquées ou de relever du domaine de la gestion des risques et d’être restreintes à des accidents particuliers.

19Nous avons retenu deux corpus d’accidents centrés sur le territoire français au xxe siècle. Le premier, « corpus de référence », constitue le socle de cette étude. Les accidents qui le composent ont été choisis en fonction des critères suivants : dispersion temporelle, dispersion sur le territoire, nature du drame, rareté, sérialité, nombre de morts, caractère symbolique marqué, diversité des publics en jeu.

20Le corpus de référence porte sur l’étude de trois catastrophes. La rupture du barrage de Malpasset en 1959 fit près de cinq cents victimes sur la commune de Fréjus. L’effet de surprise, le nombre de morts, la destruction de quartiers entiers, la couverture médiatique, la mobilisation de la population française qui s’ensuivit, le tout se cristallisant de façon symbolique sur la venue du général de Gaulle et sa volonté de devenir le parrain d’un enfant à naître dont le père venait de décéder dans le drame, en fait l’une des catastrophes majeures sur le territoire français au xxe siècle. Le drame du « 5/7 » a marqué les esprits. En 1970 un dancing aux environs de Grenoble (Saint-Laurent-du-Pont) est détruit en quelques minutes par un incendie. Cent quarante-sept jeunes gens périssent dans d’atroces conditions. L’image du tourniquet bloqué, celle des matériaux inflammables, l’impuissance des secours devant la rapidité du drame, l’existence d’une rumeur persistante sur l’origine criminelle de l’incendie, la mise en cause du maire, mais surtout l’âge des victimes font de cet accident un événement mémorable. Par opposition si l’on peut dire, la catastrophe ferroviaire d’Argenton-sur-Creuse a été choisie parce qu’au contraire des deux précédentes elle entre dans le registre du régulier. Par ses caractéristiques (collision entre deux trains, pluralité des victimes…), mais aussi en raison du contexte (série d’accidents ferroviaires durant l’année 1985), elle a un profil moins spécifique que les deux événements précités.

  • 16 Ces accidents viendront confirmer, préciser ou pondérer des hypothèses ou analyses formulées à par (...)

21Le second corpus, « corpus témoin », est constitué d’une vingtaine d’accidents sélectionnés pour leur caractère idéal-typique. Ils renvoient soit à des aspects événementiels (ampleur, rareté, caractère inattendu ou au contraire sériel), soit à des aspects plus symboliques (diffusion de rumeurs, spécificité des publics touchés, problèmes d’identification des corps). Ces cas variés offrent la possibilité d’effectuer des zooms sur des points spécifiques et de mesurer les évolutions sur le siècle étudié16. Sauf exception, les accidents survenus après 1993 ne seront pas traités car il est nécessaire de recourir à une mise en perspective temporelle afin d’étudier la construction d’une mémoire et la ritualisation commémorative des catastrophes.

22Ces accidents majeurs ont eu lieu sur le sol français au xxe siècle. Le plus ancien est celui de l’incendie du Bazar de la Charité en 1897, les plus meurtriers ceux des mines de Courrières en 1906 et du barrage Malpasset en 1959. Outre ces critères de datation et de nombre de victimes, des catastrophes diverses seront étudiées qui ont cependant la particularité de générer des réponses sociales identiques. Pour reprendre un schéma de présentation classique on trouve : accidents de transports (crash du mont Sainte-Odile, accidents ferroviaires d’Argenton-sur-Creuse, de la gare de Lyon et de Melun, accidents routiers de Beaune et du tunnel du Mont-Blanc), inondations, crues torrentielles et glissements de terrain (plateau d’Assy, Grand-Bornand, Vaison-la-Romaine, Nîmes), avalanches (Val-d’Isère, des « Orres », Montroc), incendies (salle Sainte-Madeleine de Valence, « 5/7 » à Saint-Laurent-du-Pont), accidents dans une enceinte sportive (Furiani, 24 heures du Mans), accidents du travail ou technologiques (coup de grisou de Liévin, Feyzin). Conformément à la problématique, un classement par origine des accidents n’a guère de sens dans la mesure où le choix d’une classification suppose une première interprétation des données. C’est pourquoi ces catastrophes sont présentées dans le tableau suivant par date d’apparition, critère plus neutre que la nature du drame et ses causes, le nombre de décès, le type de responsabilité et de publics en jeu.

Corpus témoin

Corpus témoin
  • * Les sources concernant le nombre de victimes n’étant pas unanimes, les chiffres donnés ci-après le (...)

Note **

Les arcanes de la catastrophe

23La catastrophe est intégrée dans deux logiques distinctes – l’une ayant aujourd’hui quasiment le monopole du discours. La catastrophe c’est la menace, c’est l’incertitude, c’est la gestion des risques qui visent à sa maîtrise mais surtout à sa non-répétition. La catastrophe c’est également une métaphore du « tout est possible », une ouverture faite sur le monde, quelque chose d’irréductible. Face à un régime d’expertise, de prise en charge technique et politique existerait un régime sans doute plus fataliste de la symbolisation du désastre comme figure de l’inédit, avec ses conjurations, ses peurs mais aussi ses espérances. Or, cette seconde vision est en partie occultée, d’où le terme de jugement erroné des populations, et c’est ici que les sociologues ont leur mot à dire parce qu’ils ne se situent – s’ils objectivent leur point de vue – ni dans la première alternative, ni dans la seconde.

24Pour rendre compte des morts collectives il faut tenir compte de ces différents registres. C’est une des raisons qui expliquent le choix de se centrer sur la catastrophe et uniquement sur elle, pour ne pas tomber dans le piège de ne voir que la partie visible de l’iceberg. Nous avons procédé par une immersion dans l’univers de la catastrophe en essayant de voir comment une « société » faisait face, répondait, construisait, niait… un fait qui à l’origine est considéré comme extérieur à ceux qui le reçoivent. Cela consiste en une approche descriptive ayant l’intérêt de poser l’événement comme fondement, non d’analyser les dysfonctionnements d’un système répondant à la volonté d’établir un diagnostic. La démarche choisie ne suppose pas de suivre des acteurs recensés : familles des victimes, sinistrés, secouristes, pouvoirs publics, journalistes…, mais bien de « pister » la catastrophe, le présupposé étant que l’accident en tant qu’il est événementialisé, mis en mémoire, est un construit social et que par conséquent les acteurs sont directement imbriqués dans ce processus de formalisation.

25Dès lors – si l’on poursuit la métaphore de l’iceberg – ce qui paraît le plus intéressant ce sont les liens qu’entretiennent cette partie émergée, face ostentatoire, polie, calibrée, et une face immergée, cachée, face sombre s’il en est, mouvante, douée d’affects. Comme si la première était là pour masquer la seconde. La catastrophe collective correspond au déclenchement des différents plans, au travail des secours, à la visite des ministres sur les lieux du drame, à la cérémonie funèbre, au réaménagement du territoire, au souvenir, c’est aussi des odeurs, des cris, des corps mutilés, des cercueils vides, des images obsédantes, des rumeurs de cadavres errants. La catastrophe c’est la tension irréductible entre « tout est prévu » et « tout est possible », c’est le lien indéfectible entre « cela ne se reproduira plus » et « c’est arrivé de nouveau ». Le travail du sociologue est alors d’observer, de décrire, d’analyser, de classer, d’interpréter pour rendre cette réalité intelligible.

26Ce livre est une exploration à travers ce construit social que sont les morts collectives. Les choix opérés, notamment méthodologiques, ont souvent été guidés par la spécificité même de l’objet étudié. Comme l’hypothèse de départ est qu’il existe un traitement social « original » des morts collectives – la démonstration se faisant ici sur le terrain des accidents – la méthodologie mise en œuvre devait permettre de valider ou non cette hypothèse. Nous avons donc travaillé sur les réactions faisant suite au drame en déclinant l’étude sur trois temporalités : à court, moyen, long terme. Cependant, il faut dès à présent garder à l’esprit que c’est le caractère systématique, le jeu entre la diachronie et la synchronie, qui donne à ce domaine de recherche toute sa teneur. On peut envisager une lecture linéaire du phénomène qui conduit d’un point à un autre (du drame à la mise en mémoire et aux oublis qui lui sont corrélatifs). On peut considérer également que le parcours est sinueux, constitué de retours en arrière, avec des arcanes, des chemins de traverse, voire des « arrêts sur image ». L’analyse du traitement social des catastrophes collectives suppose donc de croiser deux approches : une approche diachronique où la temporalité est un moteur à la compréhension et une approche synchronique qui, par une remise à plat, permet d’envisager des facettes du sujet jusque-là insondables.

27L’élaboration de cet objet « mort collective » est bien une reconstruction a posteriori car elle n’est pas celle des acteurs eux-mêmes. La catastrophe en particulier est à la croisée de plusieurs cadres référentiels, de plusieurs imaginaires, de plusieurs modes de traitement, en soi elle n’existe pas. Cette étude ne rend pas compte de quelque chose d’identifié, mais bien d’un travail d’élaboration d’ordre scientifique, le meilleur indice de cela étant que l’expression de mort collective n’est guère usitée. Or, ce qui fait la spécificité des morts collectives, c’est bien l’ensemble de ces composantes, son caractère à la fois polysémique mais également hyper-codifié.

28Cet ouvrage est le résultat d’un travail d’investigation qui a nécessité de mener de front deux pistes : l’analyse socio-anthropologique des accidents collectifs, l’examen critique de la construction sociale de la notion de mort collective.

29Y sont étudiées les dangerosités sociales, les réactions émotionnelles suite à une catastrophe d’envergure et mortifère, les ritualisations du deuil et la construction d’une mémoire collective. Ainsi, dans un premier temps l’accident est rendu intelligible grâce à une mise en événement. Il est mis en discours, décrit, nommé, sérié. Cette première étape de catégorisation étant assurée, un processus de ritualisation prend le relais afin de traiter les cadavres perçus comme dangereux, de cerner la mort dans un espace-temps précis. La chapelle ardente et la cérémonie funèbre en sont des exemples. Ces rituels du deuil préfigurent l’élaboration d’une mémoire collective qui se caractérise par deux mouvements antithétiques. Les pouvoirs publics et les associations de familles de victimes prennent en charge une mémoire commémorative qui voit la réalisation de mémoriaux et de cérémonies anniversaires. Cette mémoire a la particularité d’être institutionnalisée et de reléguer la mort au rang des oubliés pour faire émerger avant tout les aspects socialisateurs de la catastrophe. Outre cette mémoire, une seconde renvoie plus directement à l’accident, elle est le fait des populations directement impliquées, mais aussi du « quidam », c’est-à-dire de ceux qui ont vécu l’événement de manière différée. Ici, les aspects événementiels refont surface, le drame est premier. Des images telles que la menace extérieure, le choc physique et émotionnel, la communauté en péril, le cercle vicieux, sont de nouveau questionnées. La catastrophe que l’on croyait définitivement gérée revient à nous dans des formes d’autant plus complexes à traiter qu’elles se font résistantes. Aujourd’hui les morts collectives ne s’expliquent plus par une vengeance divine ou une nature furieuse, désormais la responsabilité humaine est interrogée. Se pose alors un problème quasi insoluble d’une responsabilité collective de l’homme qui suscite de réels questionnements en termes de droit. D’où l’idée d’un passage impossible, d’où aussi la nécessité d’une sur-ritualisation et d’un oubli récurrent. En cela la mort collective est plus qu’un terrain d’étude, elle offre la possibilité d’élaborer une grille d’analyse afin d’examiner d’autres phénomènes que les accidents : la réflexion sur l’épidémie du sida tend à le montrer. La construction sociale des morts collectives peut donc être décrite sous la forme d’une notion opératoire, une notion qui ne va pas de soi. Cette catégorie fait sens dans la mesure où elle consiste en un mode de lecture original, pertinent pour la connaissance de phénomènes qui ont tendance à se complexifier.

Notes

1 F. Chatillon, « La violence et la mort collective », Bulletin de la société de thanatologie, n° 44, 1979, p. 87.

2 F. Bolot, « Considérations sur la mort en masse », Bulletin de la société de thanatologie, n° 52, 1982, p. 3-19. La mort en masse y est définie comme une mort collective numériquement importante due à des éléments naturels, des épidémies ou à l’homme lui-même.

3 Dans ces deux cas, on ne meurt pas : on est tué ou on se laisse mourir. La Mort, Paris, PUF, Que sais-je ?, 1988. En sus, L.-V. Thomas emploie le pluriel pour qualifier cette réalité qui par conséquent n’est pas constituée. Pour cet auteur, l’étude de la mort se centre sur les formes du mourir. Dans Anthropologie de la mort (Paris, Payot, 1975), il parle de « faire mourir » à propos des guerres, des ethnocides et des génocides. Il sépare ainsi les conflits et génocides des épidémies, catastrophes et attentats.

4 C. Herzlich et J. Pierret, Malades d’hier, malades d’aujourd’hui – De la mort collective au devoir de guérison, Paris, Payot, 1984.

5 Dans La Mort en toutes lettres, Nancy, PUN, 1983, p. 171-183.

6 Ibid., p. 171.

7 La médecine légale de catastrophe emploie l’expression de « mort collective » pour désigner des accidents collectifs tels que les crashs qui correspondent à leur champ de pratique principal. Les catastrophes (suite de la note 7) naturelles, inondations, tremblements de terre… entrent dans cette nomenclature dans la mesure où le nombre de victimes est relativement important. Voir notamment R. Perrot (dir.), Catastrophe et mort collective – Acta medicinae legalis et socialis, vol. XXX, n° 2, Paris, Masson, 1980.

8 Bulletin de la société de thanatologie, n° 64-65, 1985, p. 93-97.

9 P. Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident – Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Seuil, 1975, et L’Homme devant la mort, Paris, Le Seuil, 1977. M. Vovelle, Mourir autrefois, Paris, Gallimard, 1975, et La Mort en Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983. On peut penser également à V. Jankélévitch, pour le domaine de la philosophie. Voir de cet auteur La Mort, Paris, Flammarion, 1977.

10 L.-V. Thomas, Anthropologie de la mort, op. cit. ; Mort et pouvoir, Paris, Payot, 1978 ; La Mort africaine, Paris, Payot, 1982 ; La Mort en question – Traces de mort et mort des traces, Paris, L’Harmattan, 1992 ; E. Morin, L’Homme et la mort, Paris, Le Seuil, 1970 ; J. Ziegler, Les Vivants et la Mort, Paris, Le Seuil, 1975 ; J. Baudrillard, L’Échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard, 1976 ; J.-D. Urbain, La Société de conservation – Sémiologie des cimetières en Occident, Paris, Payot, 1978 ; L’Archipel des morts – Le sentiment de la mort et les dérives de la mémoire dans les cimetières d’Occident, Paris, Plon, 1989.

11 P. Baudry, La Place des morts – Enjeux et rites, Paris, Armand Colin, 1999.

12 Voir le numéro thématique de la Revue de l’Institut de sociologie, P. Baudry (dir.), « L’anthropologie de la mort aujourd’hui », 1999, 1-4.

13 J.-H. Déchaux, Le Souvenir des morts – Essai sur le lien de filiation, Paris, PUF, 1997.

14 L.-V. Thomas, Anthropologie de la mort, op. cit., p. 449.

15 En France, l’événement le plus marquant de cette catégorie est le « suicide » des adeptes du Temple solaire à Saint-Pierre-de-Chérennes qui fit 18 victimes en 1995. Un doute subsiste encore concernant la nature de ce décès : suicide collectif ou homicide.

16 Ces accidents viendront confirmer, préciser ou pondérer des hypothèses ou analyses formulées à partir des trois accidents présélectionnés. Pour chacun d’eux, nous nous sommes concentrés sur des critères tels que : la couverture médiatique et les discours post-catastrophiques, l’apparition de rumeurs, l’existence de chapelles ardentes et de cérémonies funèbres, la constitution d’une association de famille des victimes, l’érection d’un monument commémoratif et la célébration de cérémonies anniversaires.

Notes de fin

* Les sources concernant le nombre de victimes n’étant pas unanimes, les chiffres donnés ci-après le sont à titre indicatif.

Table des illustrations

Titre Corpus témoin
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable