Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archives « secrètes » , secrets d’archives ?

 | 
Sébastien Laurent

Faire l’histoire de la censure politique

Olivier Forcade

Texte intégral

  • 1 Maxime Dury, La Censure, Paris, Publisud, 1995, 325 p.
  • 2 Jean-Pierre Machelon, La République contre les libertés ?, Paris, 1979, PFNSP, 462 p.
  • 3 Censures, de la Bible aux Larmes d’Eros. Le livre et la censure en France, Paris, Éd. du Centre Ge (...)
  • 4 Pascal Ory (dir.), La Censure en France à l’ère démocratique. Déclin et survivance (1848-…), Bruxe (...)
  • 5 Le centre a consacré un colloque en 2002 à « Censure et imprimé (Belgique, France, Québec, Suisse) (...)
  • 6 Georges Minois, Censure et culture sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1995, 335 p.

1Faire l’histoire de la censure, cela revient-il à inventer un nouveau problème, une nouvelle approche ou un nouvel objet ? À s’en tenir à l’approche juridique du problème, la censure cesserait d’exister comme objet en France en 1830 ; demeurent cependant les parenthèses des régimes politiques restreignant l’exercice des libertés1 depuis 1830 et les entorses aux libertés en démocratie2. À vrai dire, ni le problème ni l’objet ne sont nouveaux, investis par l’histoire de l’imprimé et de la littérature, le droit et la science politique, mais aussi l’histoire culturelle et l’histoire de l’art3. L’approche comme le territoire ne sont pas totalement inédits si l’on regarde le colloque programmatique dirigé par Pascal Ory en 1994 sur la censure en France à l’ère démocratique, de 1848 à nos jours4. Ce dernier a trouvé des prolongements dans les travaux du groupe de recherches « censures » du centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelynes, notamment sous l’impulsion de Jean-Yves Mollier5. En histoire moderne et contemporaine, l’étude de la censure s’est autant portée sur les objets culturels que politiques, en observant des manifestations culturelles comme la production scientifique6.

2Faire l’histoire de la censure politique invite à s’inscrire délibérément dans le champ d’une histoire politique attentive non seulement aux mots mais aux lieux, aux espaces du politique, comme aux pratiques et au rapport au droit dans l’exercice des pouvoirs. Pourtant, à quelles conditions est-elle possible et avec quelles espérances de résultats ? Toute étude nouvelle s’inscrit dans une historiographie qui est promesse d’horizon nouveau. Notre contribution s’oriente vers les archives et leur exploitation spécifique puis vers les promesses du territoire de recherches.

LES ARCHIVES ET LEUR EXPLOITATION

  • 7 Robert Netz, Histoire de la censure dans l’édition, Paris, PUF, 1997, 128 p. ; pour une rapide syn (...)
  • 8 Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996.
  • 9 Pascal Fouché, L’Édition française sous l’Occupation 1940-1944, Bibliothèque de littérature frança (...)
  • 10 Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de la Ville de Paris, Paris, 1988, 245 p. Archives cot (...)

3Le premier enjeu tient dans le repérage, sinon « l’invention » des archives, et leur traitement. La distinction entre les archives de la censure et des archives donnant à voir la censure est élémentaire. Les premières sont rares, surtout en démocratie libérale qui répugne, théoriquement, mais non en pratique comme on le verra, à recourir à ses usages, les secondes nombreuses au pays proclamé de la défense des libertés. L’histoire de la censure politique repose sur ce paradoxe que l’invocation et l’indignation devant la censure sont d’autant plus fortes que les archives donnant à voir son histoire sont rares. S’appliquant au livre et à la pensée, elle est en accusation universelle devant le tribunal des écrivains et des penseurs. Voilà pourquoi son histoire est, en premier lieu, indissociable de celle de l’imprimé, du livre, des images enfin. L’histoire de l’imprimé a fait un détour par celle de la censure7. Cette thématique a été illustrée par les travaux fondateurs de R. Chartier sur le xviiie siècle et J.-Y. Mollier sur l’édition au xixe siècle. La critique de la censure sociopolitique et religieuse constitue un pan de l’histoire de l’Ancien Régime8. Son histoire est bien connue aux xviie et xviiie siècles, des académies à la librairie. En est-il de même à l’époque contemporaine où les formes de la censure politique se font moins officielles ? De l’« enfer » de la Bibliothèque nationale aux listes Otto de 19409, en passant par la censure des bibliothèques municipales (liste des livres de la Bibliothèque administrative de la Ville de Paris en 191710), les fonds particuliers sont plus ou moins aisément repérables dans les dépôts publics nationaux et départementaux, en raison de l’inégalité du travail d’inventaire. Entre raison d’État et raison d’Église, la censure a donc un lourd passé d’histoire qui se confond d’abord avec celle de l’imprimé.

  • 11 Claude Bellanger (dir.), Histoire générale de la presse française, Paris, PUF, 4 tomes, 1972.
  • 12 Pierre Rosanvallon, La Monarchie impossible. Les chartes de 1814 et 1830, Paris, Fayard, 1994, p. (...)
  • 13 Jean Favier (dir.), Les Archives nationales. État général des fonds, tome II, sous la direction de (...)
  • 14 Marc-Olivier Baruch et Vincent Duclert (dir.), Justice, politique et République : de l’Affaire Dre (...)
  • 15 Hélène Puiseux, Les Figures de la guerre : représentations et sensibilités 1839-1996, Paris, Galli (...)

4Il est certes aisé de repérer les archives publiques et nationales de la censure, notamment aux Archives nationales pour la censure des xixe-xxe siècles grâce à l’excellence des inventaires d’archives, sinon des travaux pionniers. L’analyse de la presse est un préalable au sujet, en mettant l’accent sur la presse d’opinion et la presse périodique des revues11, cibles de la censure d’État au xixe siècle. L’histoire politique du xixe siècle a fait de l’étude des libertés et de leur conquête un terrain de prédilection. C’est davantage par l’histoire anthropologique de l’État, de ses pratiques et de sa construction dans la longue durée que l’objet serait ici appréhendé12. La documentation de la censure dramatique ou théâtrale au xixe siècle a ainsi été remarquablement analysée par Odile Krakovitch13. Les sous-séries F7 (police générale), F18 (imprimerie, librairie, presse, censure), plus exceptionnellement la sous-série F23 sur les services extraordinaires en temps de guerre (1914-1918 et 1939-1945), identifient une documentation assez explicite sur la censure d’État. Plus inattendue, non sans intérêt pour notre sujet, la sous-série BB18 permet l’étude de certains procès à caractère politique, sinon idéologique, mettant en jeu le pouvoir et la presse14. L’avant et l’après 1905, avec la suppression du chapitre du budget de la censure au ministère des Beaux-Arts, date la censure d’État à la période démocratique hormis les périodes de conflits restrictives pour l’exercice des libertés. L’histoire administrative de la censure politique aurait donc une césure chronologique aisée à marquer en histoire contemporaine. À vrai dire, la censure se dérobe souvent à l’analyse en contournant la loi. Censurer le goût, la morale, les contestations de l’ordre établi, mais aussi les images des violences d’État et de guerre, a longtemps été implicite dans l’action publique. Les guerres sont les événements les plus représentés, et des plus surinvestis dans la mémoire, mais aussi les plus déformés et masqués au regard et à la conscience15.

  • 16 Odile Krakovitch, « La censure des théâtres pendant la Grande Guerre », in 115e congrès national d (...)
  • 17 Gaetano Manfredonia, La Chanson anarchiste en France des origines à 1914, Paris, L’Harmattan, 1997 (...)
  • 18 Olivier Forcade, La Censure politique en France pendant la Grande Guerre, éd. Noésis (à paraître).
  • 19 Voir la communication de Christine Pétillat dans ce volume.

5Il est ainsi possible de faire l’histoire, désormais bien connue, de la censure du xixe siècle avec les dossiers de la surveillance des spectacles et cafés-concerts de la préfecture de police de Paris, incorporant la Première Guerre mondiale16. L’étude des livrets et des chansons politiques interdits du Second Empire à la IIIe République y est réalisable (séries Ba/Bb et versements Ga/Gb depuis 1996 pour des biographies et surveillance de personnages suspects). Si la chanson anarchiste et sociale perd de sa vigueur après 1918, elle demeure un objet original de saisie des contestations et de la critique du pouvoir17. L’étude des contestations et résistances à la République dévoile la confiscation et l’interdiction de la parole, de l’écrit et de l’image à l’heure du syndicalisme anarchiste, des manifestations interdites, des œuvres à dérober au regard. Au juste, c’est aussi l’histoire de l’institution policière qui est abordée par ce biais. Les archives de la censure d’État pendant les conflits offrent une autre coupe dans l’histoire politique contemporaine : avec les archives de la guerre de 1914-1918, par l’apport original d’une collection de 200 registres de censure conservés à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine18 ; avec celles de la censure allemande en partant des listes Otto étudiées pour une histoire de l’édition pendant la Seconde Guerre mondiale par Pascal Fouché ou les pièces d’une censure d’État pendant la guerre d’Algérie à partir des archives des ministères (Défense nationale, Intérieur, Information, en priorité). Ces archives commencent à peine à révéler leur saveur sur les stratégies de la censure d’État en démocratie. Il faut partir des archives du sommet de l’État (Élysée, services du Premier ministre, ministères…) pour saisir les interventions d’une censure d’État, pour peu qu’elles se donnent à voir. La création des missions auprès des institutions et organes centraux du pouvoir garantit la constitution et le versement des archives d’État depuis cinquante ans19.

  • 20 Matériaux pour l’histoire de notre temps, no spécial « Le secret dans l’histoire », avril-juin 200 (...)
  • 21 AN, fonds Michel Debré, 2 DE 3, dossiers de presse et liberté d’expression. Dossier RTF. Voir les (...)
  • 22 AN, Archives d’histoire contemporaine, fonds Debré, 2 DE 22, affaires. Correspondance ministères d (...)
  • 23 AN, Archives de l’Élysée, fonds privé Foccart, deux inventaires détaillés manuscrits.
  • 24 Pierre Albert, André-Jean Tudesq, Histoire de la radio-télévision, Paris, PUF, 4e éd., 1995, 126 p (...)
  • 25 Jean-Noël Jeanneney, Histoire des médias des origines à nos jours, Paris, éditions du Seuil, 1996, (...)

6L’historien se heurte pourtant ici à trois difficultés. Corréler les séries d’archives par recoupement est nécessaire car les fonds sont rarement constitués de façon homogène. Il convient de travailler alors à « front renversé », c’est-à-dire de partir des séries départementales M (questions administratives), R (armée), Y et T, voire E (élections), pour vérifier que l’impact de la censure politique est analysable en temps de paix comme de guerre. Ainsi l’effet d’écran des archives nationales est-il corrigé par la saveur locale des archives départementales et municipales pour les xixe-xxe siècles. La deuxième difficulté est d’accéder à des fonds constitués et ouverts quand intérêt national et secret d’État se combinent pour rendre plus difficile l’accès aux archives20. Sur la guerre d’Algérie, l’exemple du fonds Debré sur les instructions personnelles du Premier ministre sur la censure des publications est inédit pour sa période aux affaires en 1959-196221. Les discussions sur les poursuites à engager contre des écrits « orientant leurs informations dans le sens d’une subversion dirigée contre les lois et les autorités de la République en avril 1961 » y transparaissent. L’étude des médias est l’un des aspects de cette approche : ainsi l’analyse de « l’orientation » des médias officiels par le ministère de l’Information se conçoit-elle22. La constitution d’un fonds d’archives Alain Peyrefitte, incluant les archives du ministère de l’Information, ouvre la voie. L’accès au fonds privé Foccart, conseiller technique à l’Élysée puis secrétaire général de la Communauté, posera d’autres enjeux sur les secrets d’État23. En effet, l’histoire administrative et institutionnelle des médias, entre public et privé, souligne par ailleurs les interventions du pouvoir, pour contrôler et orienter l’information publique depuis la IIIe République jusqu’à la Ve République. Elle montre des périodes de haute et de basse fréquence de la censure, qu’il s’agisse de la radio d’État24 ou de la télévision. L’histoire de médias et des journalistes a renouvelé l’approche ici25. Les fonds privés et publics sont plus nombreux qu’on ne le croit (série AP aux Archives nationales), complétés par les séries ministérielles.

7La troisième difficulté a trait à l’écriture d’une histoire sérielle de la censure, c’est-à-dire de trouver des séries d’archives permettant une saisie des pratiques politiques dans la longue durée, sans s’attacher à l’histoire particulière de telle entreprise de presse ou de tel écrivain censuré. C’est la condition d’une histoire générale de la censure politique dont la portée et la signification ont quelque valeur pour une histoire de l’État et des systèmes politiques. L’étude sérielle des morasses de presse pour les périodes de guerre permet d’opérer la saisie de la censure effective, soit l’intervention préalable du pouvoir qui réalise la censure avant que la loi ne se mette en branle (saisie, interdiction). Elle est par exemple possible dans les archives militaires et celles de la BDIC.

  • 26 Isabelle Brot, Les Archives de l’agence Havas. Inventaire (branche Information) 1875-1940, Paris, (...)

8L’ampleur et la nature de cette censure politique ne sont pas toujours aisées à saisir. A-t-on affaire à une censure administrative, quasi « réglementaire » et ne laissant pas de traces archivistiques ? A-t-on affaire à une « censure par la moyenne », élaguant le trop et le trop peu, ou à d’autres formes plus subtiles mais tout aussi insaisissables pour l’historien que déploie la censure économique et financière qui ne dit pas son nom. Car faire l’histoire des rapports entre médias et pouvoirs, du xixe siècle à aujourd’hui, c’est d’abord s’intéresser aux entreprises et agences de presse comme à l’économie des médias. Or les archives économiques sont très inégales sur ce point pour saisir les nuances d’opinion entre les médias gouvernementaux et ceux d’opposition. On peut en effet censurer un journal par une stricte asphyxie financière, prit-elle la forme du droit de timbre au xixe siècle, ou par des prises de participation à son capital. Les archives d’Havas ne donnent pas, de ce point de vue, toutes les réponses sur les relations avec le pouvoir26. La série « AR » des Archives nationales est très féconde pour saisir les relations entre les grands quotidiens nationaux, les agences de presse et le pouvoir. En somme, l’existence et le choix des archives préorientent l’histoire des formes de censure.

LES CHANTIERS ET LES PISTES D’UN TERRITOIRE ENCORE PEU EXPLORÉ

Une histoire politique de la censure

9Traditionnellement, l’histoire et la mythologie républicaine attachent la République au régime des libertés. D’une thèse dont Jean-Pierre Machelon a montré les limites en 1979, l’historien du politique retient deux constats. Si la censure est un traceur des systèmes politiques contemporains, elle continue à exister et à agir par des formes subtiles et indirectes dans la démocratie libérale moderne, métamorphose de la vieille censure d’État du xixe siècle. Elle prend le visage de la censure économique quand elle frappe le théâtre sous la Ve République. Les festivals subventionnés apprennent le prix d’un financement public et les enjeux des pouvoirs locaux. En second lieu, il s’agit d’une censure idéologique par condamnation ou négation des cultures politiques concurrentes. Autrement dit, l’adhésion ou le rejet des valeurs républicaines exclut de la Cité politique, sans contradiction avec l’idée pourtant invoquée de la liberté. C’est par les pratiques juridiques que cette censure qui n’en a pas le nom agit. En temps de guerre, états de siège et d’urgence, lois d’exception sur la répression des délits de presse, établissent un socle d’exceptions au droit commun et de suspension de nombreuses libertés publiques. En temps de paix, la puissance publique jouit de ressources multiples qui censurent les opinions. Les élections de novembre 1919 constitueraient ici un laboratoire de l’hypothèse. L’état de siège maintenu jusqu’en octobre 1919, il s’était agi pour le gouvernement Clemenceau de maîtriser la campagne aux élections législatives en repoussant le spectre des désordres intérieurs et de la révolution (bolchevik comme spartakiste).

10La censure à l’intérieur des appareils politiques et des institutions, enjeu du contrôle des minorités par les majorités, se produit plus systématiquement. La difficulté est de voir de la censure partout quand il s’agit du contrôle politique, de la surveillance des opinions, à des fins d’ordre public. La panoplie des actions contre l’Action française ou le PCF est ici des plus intéressantes. Ne confondons pas pourtant compétition sur le marché politique et censure. C’est par l’étude des associations politiques et parapolitiques comme syndicales que la censure politique s’étudie le mieux. Dira-t-on tout l’intérêt des congrès nationaux de la Ligue des droits de l’homme et de leurs procès-verbaux ?

  • 27 J.-M. Mayeur (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, Paris, Fayard-Desclée de (...)

11Un dernier thème peut être abordé au travers de l’histoire des relations de la France avec le Vatican. Les relations du Vatican avec les États peuvent-elles encore révéler des secrets ? Les archives vaticanes, malgré l’ouverture partielle des archives de l’Index, gardent de nombreux secrets pour l’histoire de la papauté et sur ses relations avec les églises nationales. Quelles furent les politiques du Vatican avec les épiscopats nationaux à l’heure de la sécularisation de l’État en France par exemple ? La politique étrangère de la France a-t-elle toujours convergé avec les objectifs de la papauté ? Des réponses méritent encore d’être faites en dépit des travaux scientifiques sur la question27.

Une histoire des structures et des pratiques de la censure

  • 28 Le Crayon bleu. Association des anciens censeurs du bureau de la presse du ministère de la Guerre, (...)

12Ce deuxième thème ouvre à l’étude de la mise en œuvre concrète de la censure d’État et des pratiques de censure du pouvoir. Quels sont les organismes de la censure d’État ? Il n’y en a pas théoriquement, sauf en temps de guerre. Ce sont des institutions relais qui la mettent en œuvre par l’intervention préalable ou la répression : police, armée et gendarmerie pour le maintien de l’ordre. L’histoire des académies a été un point de départ. Reste à étudier les censeurs en tant que « groupe socioprofessionnel » pour peu qu’ils se donnent à voir au travers d’une institution ou d’une association. La Grande Guerre en montre l’exemple avec la création d’une association des anciens censeurs du ministère de la Guerre en 191928. Elle édite un bulletin, Le Crayon bleu, de 1919 à 1923.

13La censure « par la moyenne » établit une dictature de l’opinion du goût. Puis, l’intervention économique du pouvoir sur les médias, le procès politique à l’instar du procès politique Caillaux en 1919, l’interdiction d’un parti ou d’une publication, offrent divers visages de la censure. L’action sur l’opinion peut passer par la censure, sinon l’absence de publicité de l’information politique. Ainsi en est-il des comités secrets sous la IIIe République, faisant siéger le Parlement à huis clos pour masquer aux ennemis de l’intérieur des faits politiques, des informations vitales à la survie du régime. Le constat perd de sa vigueur au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle.

Une histoire socioculturelle

  • 29 Annie Stora-Lamarre, L’Enfer de la IIIe République. Censeurs et pornographes (1881-1914), Paris, I (...)
  • 30 Sur le sujet, on renvoie à notre étude, « L’historiographie française de l’opinion publique en Fra (...)
  • 31 Un regard sur la Grande Guerre. Photographies inédites du soldat Marcel Felser, préface et comment (...)

14Faire l’histoire de la censure, c’est s’arrêter à l’objet de la censure : le censuré, l’idée interdite, le débat faussé, le regard voilé. Il faut écarter l’étude de la censure des mœurs, licencieuse, qui sort de notre champ stricto sensu29. La frontière entre censures et autocensures est délicate à établir pour l’historien. Les archives du contrôle postal en 1914-1918 et de 1940 à 1944 l’ont fait progresser dans le continent de l’histoire des mentalités, des autocensures de générations de combattants30. Pourtant, la source sérielle des correspondances n’a pas encore épuisé toutes ses richesses. Mais ce sont aussi les images du regard, du cinéma, de la photographie, qui sont à explorer31.

  • 32 Cf. Patrick Champagne, Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, éditions de Minuit, 1990.

15La censure répond parfois encore à des stratégies plus complexes. La loi du 16 juillet 1949 sur la presse enfantine, défendue par le MRP et le PCF pour des motifs distincts, prend prétexte de la protection de l’enfance pour endiguer l’invasion culturelle américaine. Elle donne son sens à l’intervention du pouvoir. Elle est au pouvoir ce qu’est la révolte à l’artiste, une conscience d’exister. Une censure invisible procède ainsi dans les médias dans les années 1980-1990 par la standardisation et la tyrannie des sondages32. C’est une censure par la moyenne où l’opinion de la majorité s’impose comme la norme.

Notes

1 Maxime Dury, La Censure, Paris, Publisud, 1995, 325 p.

2 Jean-Pierre Machelon, La République contre les libertés ?, Paris, 1979, PFNSP, 462 p.

3 Censures, de la Bible aux Larmes d’Eros. Le livre et la censure en France, Paris, Éd. du Centre Georges-Pompidou/BPI, 1987, 216 p., et Philippe Dagen, Le Silence des peintres. Les artistes face à la Grande Guerre, Paris, Fayard, 1996, 338 p.

4 Pascal Ory (dir.), La Censure en France à l’ère démocratique. Déclin et survivance (1848-…), Bruxelles, Complexe, 1997, 357 p.

5 Le centre a consacré un colloque en 2002 à « Censure et imprimé (Belgique, France, Québec, Suisse) xixe-xxe siècles », à paraître en 2003 aux éditions Fides. Il annonce une journée d’études sur le thème « censure et auto-censure : l’explicite et l’implicite », le 28 mars 2003.

6 Georges Minois, Censure et culture sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1995, 335 p.

7 Robert Netz, Histoire de la censure dans l’édition, Paris, PUF, 1997, 128 p. ; pour une rapide synthèse sur le sujet, on prendra surtout Roger Chartier, Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française, Paris, Promodis, 4 volumes, 1982-1984.

8 Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996.

9 Pascal Fouché, L’Édition française sous l’Occupation 1940-1944, Bibliothèque de littérature française contemporaine, 1987, et sous la direction du même, Dictionnaire encyclopédique du livre : A-D, Paris, Éditions Électre-Cercle de la Librairie, 2002, 900 p.

10 Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de la Ville de Paris, Paris, 1988, 245 p. Archives cotées 156 à 159, commissions locales de bibliothèques, procès-verbaux ; listes d’achat des livres pour les bibliothèques populaires.

11 Claude Bellanger (dir.), Histoire générale de la presse française, Paris, PUF, 4 tomes, 1972.

12 Pierre Rosanvallon, La Monarchie impossible. Les chartes de 1814 et 1830, Paris, Fayard, 1994, p. 7., et Histoire de l’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 1990, 370 p.

13 Jean Favier (dir.), Les Archives nationales. État général des fonds, tome II, sous la direction de Rémi Mathieu, 1789-1940, p. 343-346, en renvoyant à la sous-série F18 579 à 1725 sur la censure dramatique des cafés et spectacles à Paris de 1786 à 1906. On recourt également à la sous-série F21 pour l’administration des institutions culturelles. Cf. Odile Krakovitch, « La censure théâtrale de 1830 à 1850 », thèse, Université d’Aix-en-Provence, 1979, et Hugo censuré. La liberté du théâtre au xixe siècle, Paris, Calmann-Lévy, 1985, 308 p.

14 Marc-Olivier Baruch et Vincent Duclert (dir.), Justice, politique et République : de l’Affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, Bruxelles, Complexe, 2002, 266 p.

15 Hélène Puiseux, Les Figures de la guerre : représentations et sensibilités 1839-1996, Paris, Gallimard, 1997, 266 p.

16 Odile Krakovitch, « La censure des théâtres pendant la Grande Guerre », in 115e congrès national des sociétés savantes, Avignon, 1990, Histoire moderne et contemporaine, p. 331-353.

17 Gaetano Manfredonia, La Chanson anarchiste en France des origines à 1914, Paris, L’Harmattan, 1997, 445 p. ; Marie-Véronique Gauthier, Chanson, sociabilité et grivoiserie au xixe siècle, Paris, Aubier, 1992, 311 p. ; Robert Brécy, Florilège de la chanson révolutionnaire. De 1789 au Front populaire, Paris, Éditions ouvrières, 1990, 305 p.

18 Olivier Forcade, La Censure politique en France pendant la Grande Guerre, éd. Noésis (à paraître).

19 Voir la communication de Christine Pétillat dans ce volume.

20 Matériaux pour l’histoire de notre temps, no spécial « Le secret dans l’histoire », avril-juin 2000, no 58.

21 AN, fonds Michel Debré, 2 DE 3, dossiers de presse et liberté d’expression. Dossier RTF. Voir les actes du colloque organisé par le CHEVS-Sciences-Po Paris, Michel Debré, chef de gouvernement 1959-1962 (à paraître). On prendra aussi Fabrice d’Almeida, « La censure de la guerre d’Algérie », in Laurent Gervereau (dir.), La France en guerre d’Algérie novembre 1954-juillet 1962, Nanterre, BDIC, 1992, 320 p.

22 AN, Archives d’histoire contemporaine, fonds Debré, 2 DE 22, affaires. Correspondance ministères de l’Information-Justice-Intérieur. Alain Peyrefitte est très évasif sur cet aspect de son action ministérielle.

23 AN, Archives de l’Élysée, fonds privé Foccart, deux inventaires détaillés manuscrits.

24 Pierre Albert, André-Jean Tudesq, Histoire de la radio-télévision, Paris, PUF, 4e éd., 1995, 126 p. ; Jean-Noël Jeanneney (dir.), L’Écho du siècle : dictionnaire historique de la radio et de la télévision, Paris, Hachette-Littératures-Arte Éditions, 1999, 602 p.

25 Jean-Noël Jeanneney, Histoire des médias des origines à nos jours, Paris, éditions du Seuil, 1996, 374 p. ; Marc Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997, 494 p. ; Christian Delporte, Les Journalistes en France 1880-1950 : naissance et construction d’une profession, Paris, Éditions du Seuil, 1999, 449 p.

26 Isabelle Brot, Les Archives de l’agence Havas. Inventaire (branche Information) 1875-1940, Paris, Sevpen, 1969, 270 p.

27 J.-M. Mayeur (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, Paris, Fayard-Desclée de Brouwer, 13 tomes ; Ph. Levillain (dir.), Dictionnaire de la papauté, Paris, Fayard, 1994, 1759 p.

28 Le Crayon bleu. Association des anciens censeurs du bureau de la presse du ministère de la Guerre, 1914-1918, 1919-1923.

29 Annie Stora-Lamarre, L’Enfer de la IIIe République. Censeurs et pornographes (1881-1914), Paris, Imago, 1989.

30 Sur le sujet, on renvoie à notre étude, « L’historiographie française de l’opinion publique en France pendant la Grande Guerre », in actes du colloque international 80 ans d’histoire et de représentations de la Grande Guerre, Université de Montpellier-III, novembre 1998, à paraître. Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, « Violence et consentement : la “culture de guerre” du premier conflit mondial », in Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 251-271.

31 Un regard sur la Grande Guerre. Photographies inédites du soldat Marcel Felser, préface et commentaires de Stéphane Audoin-Rouzeau, Paris, Larousse, 2002, 192 p.

32 Cf. Patrick Champagne, Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, éditions de Minuit, 1990.

Auteur

Maître de conférences à l’Université Jules Verne de Picardie

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable