Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Sixième partie – Nouvelles approches dans la recherche

23. La durabilité domestiquée : les pratiques « do-it-yourself »

Morgan Meyer

Texte intégral

1Le développement durable est généralement perçu comme une problématique du ressort des gouvernements, des communautés scientifiques et des acteurs économiques. Quand le « public » est inclus dans cette équation, celui-ci est généralement perçu comme une entité passive qu’il faut sensibiliser et éduquer, comme un consommateur qui doit être transformé.

2Cependant, il y a parmi ce public un nombre croissant de personnes qui contribuent de façon originale au développement durable. Loin d’être des consommateurs passifs, ils sont particulièrement actifs et créatifs. Différentes appellations existent pour les dénommer : les biologistes et chimistes « do-it-yourself » ou les « bios punks ». Et leurs activités sont qualifiées de « biologie de garage » ou de « sciences citoyennes » (cf. VI.3).

Des projets originaux

3Un exemple emblématique de projet collaboratif est l’initiative BioWeatherMap, lancée aux États-Unis, qui vise à analyser la répartition géographique et temporelle de la vie microbienne. Ce projet fait activement participer le public dans le but de générer des échantillons de l’environnement à partir de nombreux emplacements géographiques, grâce notamment à des techniques de séquençage de l’ADN à faible coût. À plus petite échelle, des particuliers fabriquent de l’énergie ou des biocarburants « maison ». Que ce soit la fabrication d’éthanol à partir de sucre, d’eau et de levure, de biofuel à partir d’huiles végétales et de méthanol, d’électricité à l’aide de panneaux solaires ou de turbines à vent, les alternatives aux carburants et formes d’énergie classiques se multiplient. Certains vont jusqu’à la création de bioréacteurs pour produire de la biomasse ou des métabolites, grâce à des microorganismes. L’association française de biologie « do-it-yourself » La Paillasse, par exemple, a récemment lancé un projet pour faire pousser et pour manipuler des algues au sein de bioréacteurs. Parmi les applications possibles, il y a l’étude d’écosystèmes artificiels fermés, la fabrication de vêtements liquides et la production de biocarburants. Enfin, d’autres cherchent des alternatives aux équipements scientifiques et techniques conventionnels, et transforment leurs webcams en microscopes, leurs perceuses en centrifugeuses, leurs cocottes-minute en autoclaves* ; ils vont même jusqu’à utiliser une machine PCR* (Polymerase Chain Reaction) « ouverte » (servant à copier l’ADN) au lieu d’une machine PCR classique, ou encore une RepRap (imprimante 3D en source libre) au lieu d’une imprimante 3D conventionnelle.

Bénéfices et inquiétudes

4D’un côté, ces initiatives sont encourageantes. Elles promettent de démocratiser et de domestiquer la science, de repenser et de contourner les modèles économiques dominants, de transformer les consommateurs en vrais contributeurs, de redistribuer le pouvoir d’action et d’expérimentation parmi les citoyens. Parallèlement aux institutions et aux acteurs politiques, scientifiques et économiques, un autre acteur, le citoyen, peut ainsi contribuer au développement durable de façon active et innovante.

5De l’autre côté, certaines de ces initiatives soulèvent des inquiétudes. Bricoler des dispositifs pour fabriquer des biocarburants ou faire des expérimentations biologiques n’est pas sans danger pour les personnes elles-mêmes et pour l’environnement. Comment éviter les accidents et les dérives et comment garantir la sécurité pour ces activités « doit-yourself » ? Le risque de voir des amateurs fabriquer des armes biologiques (une inquiétude surtout exprimée aux États-Unis), est-il réel et à prendre au sérieux ? Quelle est la fiabilité, la robustesse et la stabilité des énergies, carburants, ou équipements « faits maison » ? Que faire si ces initiatives se heurtent aux impératifs et aux régulations des pouvoirs politiques et des marchés économiques ?

6Tandis que ces questions méritent encore des réponses, les biologies et chimistes « do-it-yourself » sont d’ores et déjà en train de se constituer en réseaux. Des communautés et des associations ont été créées, comme la revue MAKE Magazine ou le site Internet www. instructables. com (en 2005), l’association DIYbio en 2008 aux États-Unis et son antenne européenne en 2012. Ces initiatives favorisent la circulation d’équipements, d’informations et de solutions scientifiques au sein de l’espace domestique. Elles contribuent à faire émerger une économie plus citoyenne et distribuée de l’expertise scientifique.

Sciences citoyennes

7Mais ces sciences citoyennes ne sont pas un phénomène nouveau (cf. II.24). Depuis plusieurs siècles déjà, des amateurs contribuent aux savoirs scientifiques dans des disciplines comme la botanique, la zoologie, l’entomologie, l’ornithologie, la géologie ou l’astronomie. Par ailleurs, ces formes de sciences citoyennes sont liées au mouvement « do-it-yourself », qui s’est développé depuis les années 1960-1970, et aux mouvements des hackers et de l’open source, qui se développent à partir des années 1990. Cependant, l’inédit réside dans l’« amateurisation » de disciplines comme la biologie moléculaire et la chimie et dans la possibilité actuelle de construire des laboratoires à la maison. Ces formes de sciences citoyennes permettent une triple ouverture : une accessibilité matérielle aux savoirs, aux équipements et aux infrastructures scientifiques et techniques ; une ouverture sociale de l’expertise par une démocratisation de la science ; et une alternative par rapport aux cultures fermées de la science (basées sur des brevets, des copyrights, ou des produits standardisés).

« Biologie de garage » : l’Américain Rob Carlson dans son laboratoire de garage, en train de faire de la biologie moléculaire. Carlson est l'un des premiers à avoir parlé de « biologie de garage ». © S. L. Keller

8Pour conclure, ce n’est donc pas seulement à travers les institutions et les acteurs scientifiques et politiques qu’il faut faire face aux problèmes énergétiques, climatiques et environnementaux. La participation, la contribution et l’inventivité du public peuvent aussi y jouer leur rôle. Que ce soit par des projets « do-ityourself » ou à travers des initiatives comme Vigie Nature ou BioWeatherMap, les citoyens veulent et peuvent contribuer aux savoirs scientifiques. Leur place et leur relation par rapport au monde académique sont donc une question d’actualité.

Bibliographie

Références bibliographiques

• A. DELFANTI – Biohackers. The Politics of Open Science, Pluto Books, 2013.

• F. CHARVOLIN, A. MICOUD et L. NYHART – Des sciences citoyennes ? La question de l’amateur dans les sciences naturalistes, Éditions de l’Aube, 2007.

• M. MEYER – Bricoler, domestiquer et contourner la science : l’essor de la biologie de garage, Réseaux n° 173-174, 2012.

Table des illustrations

Légende « Biologie de garage » : l’Américain Rob Carlson dans son laboratoire de garage, en train de faire de la biologie moléculaire. Carlson est l'un des premiers à avoir parlé de « biologie de garage ». © S. L. Keller
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/10876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

Auteur

Sociologue des Sciences, Chercheur Post doctorant, Centre de Sociologie de l’Innovation, MINES ParisTech, Paris.
morgan.meyer@mines-paristech.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540