Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Sicile, Péninsule italique, zone tyrrhénienne

La néolithisation de la Sicile occidentale d’après les résultats des fouilles a la grotte de l’Uzzo (Trapani)

Lorenzo Costantini, Marcello Piperno et Sebastiano Tusa

Résumé

Les fouilles à la grotte de l’Uzzo ont mis en évidence une séquence comprise entre la moitié du IXe et le début du Ve millénaire avant J.C. qui commence avec une intense fréquentation mésolithique matérialisée entre autre par des structures d’habitat et de nombreuses sépultures.
D’importantes modifications paléoéconomiques (début d’une activité de pêche régulière et capture récurrente des cétacés) et technologiques (apparition des tranchants transversaux) sont réalisées entre la fin de l’occupation mésolithique et les premiers témoignages relatifs à l’installation néolithique.
C’est dans cette dernière période, avec une céramique qui précède la phase de Stentinello et une technologie lithique caractérisée par une production laminaire et par de nombreux tranchants transversaux, que l’on assiste à la diffusion de l’agriculture, de l’élevage et à un très fort développement de la pêche.

Excavations at Uzzo Cave have brought to light a sequence comprised between the half of the IX,n and the beginning of the Vth millennium B.C., which starts with an intense mesolithic occupation documented, among other things, by some structures and several graves.
Some important paleoeconomical changes (starting of a regular fishing activity with recurrent captures of ceta-ceans) and technological innovations (appearence of transverse arrowheads) took place between the end of mesolithic times and the beginning of the first documentation concerning the neolithic presence at Uzzo bay.
During this last period, we do absist to the diffusion of farming and breeding together with a strong expansion of fishing activity, within a cultural background characterized by a pottery style preceding the Stentinello one’s and a lithic technology with blades and transverse arrowheads production.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Note portant sur l’auteur3

Texte intégral

Introduction, chronologie et paléoéconomie de la Grotte de l’Uzzo (M.P.)4

  • 4 Les fouilles à la Grotte de l’Uzzo sont effectuées par la Superintendance Archéologique de la Sicil (...)

1La baie de l’Uzzo s’ouvre sur la côte orientale du promontoire de S. Vito lo Copo en Sicile Occidentale, resserrée entre la mer au Nord et une chaîne de montagnes au Sud qui atteint par endroits les mille mètres. Cette position géographique relativement isolée peut laisser croire, encore de nos jours comme au temps de Vaufrey qui fut le premier à découvrir le site en 1926, à l’impossibilité d’une fréquentation importante de la grotte aux périodes mésolithiques et néolithiques (Vaufrey, 1928 ; 1929).

2En réalité l’Uzzo a bénéficié d’une heureuse combinaison de plusieurs facteurs (la présence de vastes plaines à moins de deux heures de marche de la grotte, l’existence de plateaux propices aux pâturages de montagne et situés sur les sommets surplombant la grotte, le jaillissement de sources d’eau douce à proximité (Cassinis, 1967), etc.) qui ont fait de ce « bout de monde », comme l’appelle Vaufrey, un lieu plus que propice à la présence de l’homme, en permettant une fréquentation ininterrompue pendant plus de quatre millénaires, comme en témoigne l’évidence archéologique (Segre, Piperno 1975 ; Piperno, Tusa 1976). On en trouve une confirmation, sur un plan ethnologique dirait-on, dans le fait que, il y a quelques années encore, une petite communauté paysanne vivait là, répartie dans une dizaine de maisons, et continuait à utiliser la grotte pour des travaux agricoles et pour l’élevage. Autarciques au niveau alimentaire, ces fermiers, bergers et pêcheurs actuels prospérèrent, à l’aide aussi d’un modeste commerce à longue distance. Il s’agissait d’un système économique dans lequel les différentes activités comme l’élevage de bovins, d’ovins et des suidés, la culture des céréales, des oliviers, de la vigne et des amandiers, l’exploitation de la manne et du sumac, l’utilisation du palmier nain pour la fabrication de paniers, de nasses, etc. et la pêche, réputée dans cette zone lors du passage des thons, prirent un caractère de complémentarité.

3Si l’on veut anticiper une conclusion, ou plutôt une hypothèse de travail, un système économique comme celui-ci est sans doute celui que l’on peut imaginer le plus proche et le plus vraisemblable pour l’époque néolithique, car les témoignages paléontologiques et paléobotaniques révèlent, dans la grotte de l’Uzzo, une gamme analogue et diversifiée des activités et des ressources.

4Nous avons reporté sur la coupe schématique en figure 1 l’ensemble des datations au C14 obtenues grâce à la collaboration du Radiocarbon Laboratory du Department of Physics de l’Université de Pennsylvanie. La fréquentation plus ancienne de la grotte est datée 10370 ± 100 B.P. L’ensemble des dépôts mésolithiques a fourni trois datations : 9580 ± 100 et 9300 ± 100 pour les niveaux mésolithiques de l’intérieur de la grotte et 8570 ± 90 pour la partie supérieure du niveau mésolithique sous-jacent au dépôt néolithique dans le talus extérieur de la grotte. Les échantillons prélevés à environ 15/20 cm au-dessus des niveaux correspondant à la datation 8570 ± 90 sont datés 8130 ± 80. Cette phase, que provisoirement nous appellerons « phase de transition » et sur laquelle on reviendra par la suite, voit apparaître les premiers éléments annonciateurs du processus de la néolithisation dans cette partie de la Sicile occidentale. La dernière date fournie par le C14, de 6940 ± 70, a été obtenue dans un niveau intermédiaire du dépôt néolithique et correspond au moment d’occupation le plus intense de la grotte, auquel on peut attribuer une imposante structure murale mise au jour ces dernières années.

5A plusieurs reprises, durant une grande partie de l’occupation mésolithique, l’intérieur de la grotte fut utilisé pour des sépultures, dont neuf ont été fouillées.

6Deux datations concernant deux sépultures doubles ont été obtenues par la méthode de la racémisation des amino-acides (Belluomini, Delitala, 1981) : 9 300 pour la première, en accord avec la chronologie du C14 et avec les données de la stratigraphie et 8 550 pour la deuxième (Piperno, 1976).

7On doit encore signaler une autre structure mésolithique conservée dans une niche près de la paroi du fond de la cavité : une partie d’un sol d’habitat a été préservée sur plus de quatre mètres carrés et se caractérise par une forte concentration de restes de faune, où prédominent Cervus et Sus. Un amas de pierres faisant partie du même sol, disposées intentionnellement et portant des traces évidentes de feu, entoure une sorte de plaque de cuisson circulaire ou elliptique, façonnée à l’aide d’argile épurée et de cendres compactées, considérablement durcies sous l’action de la chaleur, comportant au centre une légère dépression et sur le contour deux bourrelets faisant office de bord.

  • 5 Déterminations de P.F. Cassoli.

8D’après les premières études sur les charbons de bois et dans l’attente des résultats des analyses effectuées sur les pollens, le Préboréal présente dans cette partie de la Sicile une extension de la végétation à chênaie, attestée aussi par des glands carbonisés, du groupement virens (Costantini, 1983). Dans ce milieu ambiant, le tableau de chasse se compose essentiellement de deux espèces d’animaux, le cerf et le sanglier, le premier prévalant nettement sur le second pendant toute la période mésolithique. Cette chasse s’enrichit occasionnellement d’autres espèces : Vulpes vulpes, Erina-ceus europaeus, Felis silvestris, Meles meles et Capreolus capreolus, ainsi que d’une importante activité de récolte de mollusques terrestres et marins et de la capture d’oiseaux représentés par des Colombidés, des Corvidés et des Gallinacés5. Alors que l’exploitation des ressources du littoral caractérise toute la période mésolithique, la pêche reste une activité irrégulière jusqu’à l’approche de la phase de transition où elle acquiert beaucoup plus d’importance au point de constituer, au Néolithique, un aspect considérable de l’économie alimentaire de la baie de l’Uzzo. Dans les niveaux datés vers la moitié et la fin du VIP millénaire environ, ont été en effet retrouvés de nombreux restes de poissons et surtout de cétacés de grande taille.

9Les restes de poissons sont très fréquents dans tous les secteurs explorés et pour tout le Néolithique. Les espèces suivantes ont été identifiées : Epinephelus guaza, E. caninus, Dentex dentex, Sparus auratus, Muraena helena (Durante, 1980). Parmi les instruments en os des niveaux néolithiques, la fabrication d’hameçons, en os et en ivoire, est aussi bien attestée (Piperno, Tusa, Valente 1980).

Figure 1 : Corrélations stratigraphiques et datations absolues des niveaux mésolithiques et néolithiques de la grotte de l’Uzzo. Les lettres correspondent aux principaux secteurs explorés ; les points noirs aux sépultures mésolithiques (modifié d’après « Quaternaria XII, 1980).

10La diversification progressive des sources de l’alimentation néolithique à la grotte de l’Uzzo est une des principales caractéristiques de l’économie de cette période, lorsqu’on la compare au type d’alimentation du Mésolithique dépendant presque exclusivement, à l’Uzzo comme ailleurs, de la chasse au cerf et au sanglier. La chasse au cerf se maintient à l’Uzzo pendant la période néolithique mais en régressant régulièrement. Les restes de Sus posent un problème d’interprétation assez complexe, particulièrement en ce qui concerne la première attestation sûre de l’élevage de cette espèce. Dans l’état actuel de nos connaissances, il est impossible de savoir si la substitution assez rapide du cochon au sanglier dans la grotte de l’Uzzo est due à l’apport extérieur d’une espèce domestiquée ou à la domestication sur place, selon l’hypothèse suggérée par Jean Guilaine (Guilaine, 1976) d’une origine de l’élevage en Europe occidentale comme étant un « phénomène multipolaire ».

11L’apparition des ovins et du Bos domesticus est attestée, bien qu’avec un léger retard sur celle du Sus domesticus avant la fin du VIe millénaire. Le nombre des ovins tend à augmenter progressivement tandis que le Bos domesticus n’est représenté que par un très petit nombre de restes, ayant donc une signification alimentaire négligeable (Piperno, Scali, Tagliacozzo 1980). En conclusion il faut noter que l’une des conditions essentielles du démarrage d’un processus de néolithisation, c’est-à-dire l’acquisition d’un mode de vie sédentaire, nous semble réalisée à l’Uzzo dès la période mésolithique. Cette grotte n’est ni une halte de chasse ni une aire de passage de groupes nomades. Ses dimensions, la concentration de sépultures, l’épaisseur du dépôt, sa richesse en industrie lithique et en restes fauniques, la présence de structures utilisées sans doute durablement, l’absence de niveaux intermédiaires stériles, prouvent l’existence d’un établissement permanent qui a su exploiter pleinement toutes les ressources disponibles.

12Si l’hypothèse d’une sédentarisation pourra être confirmée par les données supplémentaires en cours d’élaboration, on pourra vérifier de manière plus ponctuelle une deuxième hypothèse de recherche : la correspondance de notre phase de transition avec la période au cours de laquelle se réalise à l’Uzzo l’intégration de nouvelles formes d’économie de production et de nouvelles technologies avant le contact avec le faciès de Sentinello.

La documentation paléobotanique (L.C.).

13Des grains de Lathyrus/Pisum apparaissent à l’Uzzo dès la seconde moitié du IXe millénaire et sont encore attestés dans les niveaux néolithiques. A la même époque des fruits du type des arbouses (Arbutus unedo) étaient aussi cueillis.

14Les premiers témoignages d’une présence des céréales sont datés dans la première moitié du VIe millénaire. Les caryopses de Triticum monococcum et de Triticum dicoccum caractérisent, ainsi que quelques grains de Lens culinaris, les couches du Néolithique ancien. Les attestations d’orge (Hordeum vulgaré) font suite à celles du T. monococcum et T. dicoccum et sont datables avant le début du Ve millénaire avant J.C., au moment où font leur apparition, à la grotte de l’Uzzo, les premières caryopses de froment hexaploïde et les grains de Vicia faba. Dans les niveaux supérieurs du Néolithique on note une augmentation importante des caryopses de T. dicoccum et de blé tendre tandis que le nombre des caryopses d’orge reste modeste. Les légumineuses augmentent également progressivement. Un fragment de Prunus amygdalus a été aussi trouvé ainsi qu’un petit fruit que l’on peut, semble-t-il, identifier comme un jeune fruit de Ficus carica. Il faut enfin signaler la présence de l’olivier, attestée par la découverte de noyaux carbonisés dans le niveau de transition et dans un niveau datable vers 4 500 av. J.C. Les restes en question ont été attribués à Olea europaea var. oleaster connue en Sicile dès le Quaternaire et considérée comme une preuve de la permanence de l’olivier dans la flore spontanée de la Sicile à l’époque holocène. On peut, enfin, faire les mêmes observations à propos de deux pépins de raisin qui portent des traces superficielles de carbonisation ; ces pépins de Vitis vinifera sp. silvestris proviennent des niveaux mésolithiques et sont datables de la première moitié du VIIIe millénaire (Fig. 2).

La céramique de la Grotte de l’Uzzo dans le cadre du Néolithique ancien de Méditerranée occidentale (S.T.).

15Les données présentées ici sur le développement céramique des diverses phases du Néolithique de l’Uzzo se fondent sur une étude en cours et sont donc, encore, sujettes à modifications.

16On a pu déterminer, grâce à une analyse de la distribution verticale des formes et des décors, au moins trois phases que l’on peut mettre en évidence surtout en fonction des schémas décoratifs, en raison du manque objectif de données et de l’absence de rupture dans le développement de la culture matérielle (Fig. 3).

17La phase la plus ancienne de céramique à décor imprimé provenant de la grotte de l’Uzzo semble constituée de quelques fragments décorés par impression unguéale, par pincements ou par impressions en forme de V minuscules. A cette période est attribué un vaste foyer marquant la phase initiale de l’occupation néolithique du talus.

18La décoration se caractérise par des motifs isolés ou disposés sur toute la surface du vase sans aucun ordre et trahissant l’absence de toute syntaxe décorative. Trois de ces motifs — l’impression cardiale, le poinçonnage circulaire et les impressions en V — n’apparaissent pas dans les phases suivantes, de même que dans d’autres complexes de céramique imprimée en Sicile.

19La deuxième phase présente constamment une association des motifs précédents qui évoluent vers une syntaxe de composition plus précise et les premières manifestations d’une distribution régulière de motifs estampés et de lignes incisées. On note l’apparition d’une tendance à la composition géométrique qui aura son plein essor dans la troisième phase et qui est pleinement caractéristique du répertoire de Stentinello. On attribue à cette phase le grand mur à double parement (Fig. 4).

20La durée de cette phase devrait atteindre le seuil du Ve millénaire, d’après la datation absolue des couches 7-8-9 de la tranchée F.

21La troisième phase se distingue par la disparition quasi définitive des motifs à encoches et pincements et par l’association de motifs estampés et de motifs incisés, parfaitement linéaires, souvent très distants les uns des autres en particulier sur les grands vases.

22En même temps, apparaissent les premiers produits de céramique fine, à décor peint de bandes brunes sur fond jaune-orangé, que l’on pourrait, avec toute la précaution requise, rapprocher de la production de Mas-seria La Quercia, dans les Pouilles, qui lui est à peu près contemporaine (San Vito 5050-4590 a.c.) (Tiné 1968, 1972, 1975, 1976).

23En ce qui concerne les formes, on remarque dans cette phase l’utilisation de vases au profil caréné et de récipients cylindriques sur pied haut, annulaire, qui nous ramène directement à la culture de Stentinello.

24La Sicile occidentale manque des quelques points de repères que procure la partie orientale de l’île. Toutefois on peut trouver des analogies typologiques précises avec de nombreux sites.

25Des plus proches — la grotte des Ciaravelli (Vaufrey 1928), la grotte Maiorana (Bovio Marconi 1941, 1944), la grotte de Cala del Genovesi (Bovio Marconi 1952, 1956 ; Graziosi 1954, 1962), la grotte d’Oriente (V. Tusa 1976-77), Parcazzi (Falsone, com. pers.) — dans la région de Trapani, aux plus lointaines — la grotte des Puntali (Mannino 1978), la grotte Regina, la grotte de la Molara (Mannino 1975), la grotte Geraci (Palumbo 1876) — aux alentours de Palerme, des indices plus ou moins faibles permettent de supposer, au moins pour quelques sites, un vaste processus de néolithisation qui naîtrait presque toujours des dernières manifestations du Mésolithique. Au mont Kronio, Tiné (Tiné 1971, 1975, Magi 1976-77) a récemment reconnu que la première phase constitue le fondement, au point de vue typologique, des développements ultérieurs des cultures à céramique imprimée de Stentinello et de Pienza (Calvi Rezia 1972).

26En plus de prendre en considération l’héritage et le lien phylogénique évident avec le faciès suivant, il est important de reconnaître une phase néolithique de la céramique à décor imprimé distincte de la culture propre de Stentinello et de refuser l’équation « phase néolithique de la céramique imprimée = Stentinello ».

Figure 2 : Grains et fruits carbonisés de la Grotte de l’Uzzo. a : Triticum dicoccum (× 4,5) ; b : Hordeum vulgare (× 5) ; c : Pisum sativum (× 5) ; d : Galium aparine (× 5) ; e : Olea cf. europaea (× 6) ; f : Vitis viniifera sp. silvestris (× 6) ; g : Ficus carica (× 4,5) ; h : cf. Arbutus unedo (× 4,5) ; i : Prunus amygdalus (× 4,5).

Figure 3 : Motifs décoratifs de la céramique et industrie lithique néolithique de la grotte de l’Uzzo, provenant du secteur F : a : F11; b-d : F10 ; e : F9 ; f : F8 ; g-h : F2 ; i : F4 ; j : F8 ; k : F6 ; 1 : F8 ; m : F6 ; n-o : F8 ; p : F4 ; q-y : F6 ; z-& : F12.

Figure 4 : Niveaux néolithiques de la Grotte de l’Uzzo. Mur à double parement. Environ 4900 av. J.C.

27Mais c’est dans la grotte Corruggi et dans l’abri de la Sperlinga que ce phénomène de la néolithisation a pris les aspects les plus semblables à la séquence connue dans la grotte de l’Uzzo (Bernabò Brea 1949, Cavalier 1971).

28La présence d’une séquence stratigraphique qui débute avec les niveaux mésolithiques et certains caractères propres à la période archaïque néolithique, comme l’industrie, définie par les auteurs comme « microlithique et de tradition mésolithique », et l’importance de la chasse à la Sperlinga, prouvent, à notre avis, l’existence de courants néolithiques initiaux antérieurs à la vaste diffusion de la culture de Stentinello.

29Hors de la Sicile, les témoignages offerts par Castel-laro Vecchio dans les îles éoliennes mériteraient une étude plus approfondie (Bernabò Brea - Cavalier 1956, 1957, 1980 ; Cavalier 1979). On peut également individualiser à Lipari une phase initiale du Néolithique dont témoigne la présence de nombreux tessons aux schémas décoratifs élémentaires et dont les contacts avec la phase initiale sicilienne sont attestés par la découverte d’obsidienne dans les niveaux immédiatement post-mésolithiques de la grotte de l’Uzzo, de la Sperlinga et de Corruggi.

30La situation en Calabre est très analogue à celle mise en évidence dans les îles éoliennes. L’étude de cette région est encore insuffisamment poussée, mais déjà les sites de Favella (Tiné 1962, 1964), Sant’Angelo III de Cassano Ionio (Tiné 1964 a), Capo Alfiere (Salvatori 1973) et de Praia a Mare (Cardini 1970) (dont la datation au C14 est de 5605 ans a.c.) indiquent de manière sûre une dichotomie culturelle et stratigraphique entre une phase initiale néolithique de la céramique imprimée et la diffusion de la production caractéristique de Stentinello, présente, outre dans les sites déjà cités, à Piano di Curinga (Ammerman, Bonardi, Carrara 1976 ; Ammerman, Diamond, Aldrige 1978) et à Prestarona (Costabile 1972). Plus au nord, la région des Pouilles et de Matera, versant ionique et adriatique, offre les témoignages les plus significatifs des liens entre les premières phases du Néolithique. Les phases initiales, avant l’apparition des premiers produits de céramique peinte en Sicile (du type Masseria La Quercia dans la grotte de l’Uzzo, ou du type à flammes rouges, comparables à celles de Passo di Corvo, en Sicile orientale), correspondent tout à fait aux deux premières phases du Tavoliere mises en évidence par Tiné (Tiné 1975, 1976).

31La céramique, avec ses formes élémentaires à décoration imprimée (cardiale, à encoches, à pincements) et le niveau économique atteint par l’intégration des activités productrices à leurs débuts avec la chasse et cueillette, indiquent des analogies dans le processus de néolithisation. Les données de la chronologie absolue procurent d’ailleurs des points de convergence significatifs. Coppa Nevigata (Mosso 1903 ; Puglisi 1955, 1975 ; Tiné 1976) pourrait confirmer (si l’on accepte sa datation au C14), comme dans la grotte de l’Uzzo, la fin du VIIe millénaire pour le début du processus de néolithisation, tandis que Passo di Corvo, avec un âge de 4990 a.c. (Tiné 1968, 1972) pour l’introduction de la céramique peinte du type Masseria La Quercia, donnerait la limite plus récente de ce même processus qui se situe à l’Uzzo en 4940.

32Si les comparaisons typologiques et les analogies d’évolution entre la Sicile, la Calabre, les Pouilles et la région de Matera concordent au point de vue historique et révèlent des liens directs d’interdépendance, on ne peut en dire autant pour le versant nord tyrrhénien. Bien que les recherches y soient encore à leurs débuts, il ressort clairement que dans le nord la tendance des cultures néolithiques initiales va davantage vers ce que Guilaine dénomme la famille cardiale hispano-française que vers le groupe imprimé italo-dalmate.

33Pour les premières phases néolithiques du sud de la France et de la Catalogne, il est intéressant de souligner, en dehors des quelques vagues ressemblances du décor cardial ou de la céramique imprimée du type Stentinello (Guilaine et al. 1979 ; Courtin, 1974 ; Guilaine, Vaquer, Barrié, 1971-72), d’une part les éléments de chronologie absolue qui indiqueraient que la néolithisation dans le nord (Guilaine, 1974, 1976, 1978) est plus tardive, d’autre part et surtout l’importante convergence des phénomènes de passage progressif de l’économie mésolithique aux premières formes de production (Guilaine, 1975, 1978). A partir de ces considérations, nous préciserons en quelques points les interprétations que nous proposons :

  1. Les éléments de stabilité et de continuité lors du passage du Mésolithique au Néolithique en Sicile s’enracinent dans la période épipaléolithique ; le sédentarisme acquis par certains groupes, témoigné par de longues séquences ininterrompues et la tradition culturelle et technologique qui lie le Mésolithique au Néolithique initial constituent des indications en ce sens.

  2. En Sicile, et non seulement dans la grotte de l’Uzzo, on trouve des séquences stratigraphiques indiquant sans doute la présence de cette transition (Cala del Genovesi, Corruggi, Sperlinga, Molara, etc.).

  3. Le Néolithique imprimé représente en Sicile un « continuum » en constante évolution. Le changement le plus net s’observe dans les progrès socio-économiques au moment du passage des systèmes de production mixte (où la chasse, la cueillette et la pêche étaient mêlées à l’agriculture et à l’élevage naissants) aux systèmes suivants où les activités sont uniquement agricoles et pastorales, ce qui, en termes sociologiques, signifie passage du groupe ou clan vivant dans les grottes aux communautés formant des villages comme Stentinello, Megara, Matrensa, etc...

  4. En conséquence, les changements les plus sensibles concernent la technologie lithique et les habitats tandis que la production céramique développe, régulièrement, un système décoratif toujours plus complexe associant les motifs imprimés et incisés initiaux à l’usage de plus en plus fréquent des motifs estampés et y ajoutant, dans la phase de Stentinello, des éléments particuliers comme les yeux apotropaïques et les files de losanges, sans parler de l’introduction de la céramique peinte.

  5. Il nous semble impossible d’accepter encore l’équation : Stentinello = cultures à céramique imprimée. Il existe, au Néolithique, une phase de céramique imprimée (Maiorana, Ciaravelli, Uzzo, Pietro Pallio, Cala del Genovesi, Regina, Puntali, Molara, Geraci, Sperlinga, Masella, Corruggi) à tenir distincte du faciès de Stentinello (Stentinello, Megara, Matrensa, Ognina, Fontara di Pepe, Poggio Rosso, Prestarona, Piano di Curinga) qui représente en fait l’épilogue de ce processus et sans doute un phénomène ultérieur de superposition ethnique et politique (mis en évidence par le recours à des structures de défense).

  6. Il faudrait aussi rappeler ici la possibilité de contacts avec l’Afrique du Nord. Le peu d’intérêt porté jusqu’à présent à cette question nous permet seulement de souligner quelques comparaisons générales à propos de la décoration imprimée et l’industrie lithique.

34Ainsi, la présence d’un village néolithique ancien à Lampedusa (Radi, 1972) semble nous renseigner sur la capacité de navigation à cette époque. Les hommes qui atteignirent Lampedusa en venant de Sicile eurent à affronter des périls bien plus grands que lorsqu’ils rejoignirent le Cap Bon en doublant Pantelleria, bénéficiant dans ce dernier cas d’une navigation toujours à vue. Pour terminer, il faut souligner que de nombreux points doivent encore être éclaircis en ce qui concerne la phase de transition mésolithique-néolithique de la grotte de l’Uzzo. Il est surtout nécessaire d’en préciser, par d’autres datations au Cl4, la position en chronologie absolue. Il sera également important de situer cette phase dans la séquence climatique dès que les résultats des analyses sédimentologiques et palynologiques seront disponibles. Restera toutefois valable l’idée-force d’un groupe social évoluant constamment jusqu’à atteindre le seuil de la production alimentaire, ensuite intensifiée et diversifiée.

35Bien qu’il ait franchi ce pas, notre groupe reste attaché à la vie en grotte, cherchant toutefois à la rendre plus confortable et plus fonctionnelle en construisant de grands ouvrages tel que le mur à double parement.

36L’isolement géographique de la baie de l’Uzzo aura pourtant des répercussions en provoquant un enclavement de la communauté par rapport aux villages naissants de la civilisation de Stentinello.

Bibliographie

Bibliographie

Ammerman (A.), Bonardi (S.), Carrara (M.). 1976. Nota preliminare sugli scavi neolitici a Piano di Curinga (Catanzaro), « Origini », X, p. 109-133.

Ammerman (A.), Diamond (G.P.), Albridge (D.D.). 1978. Un insediamento neoliîico presso Curinga (Catanzaro), « Rivista di Scienze Preisto-riche », XXXIII, p. 161-185.

Belluomini (G.), Delitalia (L.). 1983. Datazione di resti ossei del Pleisto-cene Superiore e dell’Olocene dell’area del Mediterraneo con la race-mizzazione degli aminoacidi, « Geogr. Fis. e Dimam. Quarter. », 2, sous presse.

Bernabò Brea (L.). 1949, La cueva Corrugi en el territorio di Pachino, « Ampurias », XI, p. 1 s.

Bernabò Brea (L.). 1961. Il neolitico e laprima civiltà del métalli nell’Italia meridionale, « Atti del Ie Convegno di studi sulla Magna Grecia », p. 62-97.

Bernabò Brea (L.), Cavalier (M.). 1956. Civiltà preistoriche delle isole Eolie e del territorio di Milazzo, « Bullettino di Paletnologia ita-liana », 65, p. 19 s.

Bernabò Brea (L.), Cavalier (M.). 1957. Stazioni preistoriche delle isole Eolie, « Bullettino di Paletnologia italiana », 66, p. 97 s.

Bernabò Brea (L.), Cavalier (M.). 1980. Meligunis Lipara IV, Palermo.

Borgognini Tarli (S.). 1976. Etude anthropologique de deux squelettes mésolithiques provenant d’une sépulture double dans la Grotte de l’Uzzo près de Trapani, Sicile, « Actes IXe Congrès U.I.S.P.P., Nice », en presse.

Bovio Marconi (J.). 1941. Prime tracce délia civiltà di tipo Stentinello nella Sicilia occidentale, « Archivio Storico per la Sicilia », VII, I, p. 103 s.

Bovio Marconi (J.). 1944. La coltura tipo Conca d’Oro nella Sicilia Nord-occidentale, « Monumenti Antichi del Lincei, XL, p. 78 s.

Bovio Marconi (J.). 1952. Esplorazioni archeologiche a Levanzo e Favignana, « Notizie degli Scavi », p. 185 s.

Bovio Marconi (J.). 1956. Lineamenti del Paleolitico superiore siciliano secondo i recenti scavi, « Congresos Internacionales de ciencias pre-historicas y protohistoricas. Actas de la IVe Session, Zaragoza », p. 235 s.

Calvi Rezia (G.). 1972. I resti dell’insediamento neolitico di Pienza, « Atti della XIVe Riunione Scientifica dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria ».

Cardini (L.). 1970. Praia a Mare. Relazione degli scavi 1957-1970 dell’IstitutoItaliano di Paleontologia Umana, « Bullettino di Paletnologia Italiana », 79, p. 31 s.

Cassinis (R.). 1967. Ricerca sugli afflussi di acqua dolce lungo le coste siciliane medianie misure di salinità in mare, « La ricerca scientifica », 37, 3, p. 267-280.

Cavalier (M.). 1971. Il riparo della Sperlinga di San Basilio (Novara di Sicilia), « Bullettino di Paletnologia Italiana », 80, p. s.

Cavalier (M.). 1979. Ricerche preistoriche nell’arcipelago eoliano, « Rivista di Scienze Preistoriche », XXXIV, p. 45 s..

Costabile (F.). 1972. La stazione neolitica di Prestarona in comune di Canolo, « Klearchos », XIV, 53-56, p. 5-27.

Costantini (L.). 1983. Semi e carboni del Mesolitico e Neolitico della Grotta dell’Uzzo (Trapani), « Quaternaria », XXIII, p. 233-247.

Courtin (J.). 1974. Le Néolithique de la Provence, Klincksieck, Paris.

Durante (S.). 1980. Grotta dell’Uzzo : nota preliminare sulla ittiofauna e sullo sfruttamento delle risorse marine, « sicilia Archeologica », 42, p. 65-66.

Graziosi (P.). 1954. Pietra graffita paleolitica e ciottoli dipinti della Grotta di Levanzo (Egadi) (Scavi 1953), « Rivista di Scienze Preistoriche », IX, p. 79 s.

Graziosi (P.). 1956. L’arte della antica età della Pietra, Sansoni, Firenze.

Graziosi (P.). 1962. Levanzo, Firenze.

Guilaine (J.). 1974. La chronologie absolue du Néolithique languedocien d’après les stratigraphies de la grotte Gazel et de l’Abri de Font-Juvenal, « Bull, de la Soc. Languedocienne de Géographie », 8, 3-4, p. 293-299.

Guilaine (J.). 1975. Il neolitico iniziale nell’occidente mediterraneo, « Atti del Colloquio Internazionale di Preistoria e Protostoria dellia Daunia », p. 167-172.

Guilaine (J.). 1976. Systèmes chronologiques et séquences culturelles des civilisations néolithiques et protohistoriques de la France, « La Préhistoire française II », p. 17 s.

Guilaine (J.). 1976 a. La néolithisation des côtes méditerranéennes de la France et de l’Espagne, « IXe Congrès U.I.S.P.P. », Nice, prétirage.

Guilaine (J.). 1978. La néolithisation du Languedoc et de la Catalogne, « Godisnjak », XVI, Sarajevo, p. 81-92.

Guilaine (J.). 1979. (ed.) L’abri Jean Cros, Toulouse.

Guilaine (J.), Vaquer (J.), Barrié (P.). 1971-72. Las excavaciones en la « Balme » de Montbolà (Pirineos Orientales). Contribucion al estudio del Neolitico catalán, « Ampurias », 33-34, p. 153 s.

Higgs (E.S.), Vita-Finzi (C). 1972. Préhistoric economies : a territoria approach, « Papers in Economie Préhistory », Ed. E.S. Higgs, p. 425-427, Cambridge University Press.

Jarman (M.R.). 1972. European Deer economies and the advent of the Neolithic, « Papers in Economie Prehistory », Ed. E.S. Higgs, p. 125-146, Cambridge University Press.

Magi (R.). 1976-77. Gli scavi nelle stufe di San Calogero sul Monte Kro-nio (Sciacca) e i rapporti fra Sicilia e Malta durante il Neolitico, « Kokalos », XXII-XXIII, p. 510 s.

Mannino (G.). 1973. Il riparo dell’Uzzo, « sicilia Archeologica », 23, p. 21-39.

Mannino (G.). 1975. Grotta dellia Molara, « sicilia Archeologica », 27, p. 47 s.

Mannino (G.). 1978. Le grotte di Armetta (Carini-Palermo), « sicilia Archeologica », 38, p. 73 s.

Mosso (A.). 1903. Stazione preistorica di Coppa Nevigata presso Manfredonia, « Monumenti Antichi del Lincei », XIX.

Palumbo (C). 1876. Necropoli Geraci della Montagnola Rocca, Termini Imerese.

Piperno (M.). 1976. Scoperta di una sepoltura doppia epigravettiana alla grotta dell’Uzzo (Trapani), « Kokalos », XXII-XXIII, p. 798-816.

Piperno (M.), Scali (S.), Tagliacozzo (A.). 1980. Mesolitico e Neolitico alla Grotta dell’Uzzo (Trapani). Primi dati per un’interpretazione paleoe-conomica, « Quaternaria », XXII, p. 275-300.

Piperno (M.), Tusa (S.). 1976. Relazione preliminare sulla seconda campagna di scavi alla Grotta dell’Uzzo (Trapani), « sicilia Archeologica », 21, p. 39-42.

Piperno (M.), Tusa (S.), Valente (I.). 1980. Campagne di scavo 1977 e 1978 alla Grotta dell’Uzzo (Trapani). Relazione preliminare e datazione del livelli mesolitici e neolitici, « sicilia Archeologica », 42, p. 49-64.

Puglisi (S.M.). 1965. Industria microlitica nei livelli a ceramica impressa di Coppa Nevigata, « Rivista di Scienze Preistoriche », X, p. 19 s.

Puglisi (S.M.). 1975. Lo strato neolitico di Coppa Nevigata, « Atti del Colloquio Internazionale di Preistoria e Protostoria della Daunia », p. 112 s.

Radi (G.).1972. Tracce di un insediamento neolitico nell’isola di Lampedusa, « Atti della Soc. Toscana di Scienze Natur., Memorie », serie A, 79, p. 197 s.

Salvatori (S.). 1973. Materiali preistorici di tipo stentinelliano da Capo Alfiere (Calanzaro), « Klearchos », 57-60, p. 29 s.

Segre (E.), Piperno (M.). 1975. Scavi alla Grotta dell’Uzzo. Relazione preliminare, « sicilia Archeologica », 27, p. 11-16.

Tiné (S.). 1962. Successione delle culture preistoriche in Calabria alla luce del recenti scavi in provincia di Cosenza, « Klearchos », IV, 13-14, p. 38 s.

Tiné (S.). 1964. Il neolitico in Calabria alla luce del recenti scavi, « Atti délia VIII-IXe Riunione Scientifica dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria », p. 277 s.

Tiné (S.). 1964 a. La grotta di Sant’Angelo 111 a Cassano lonio, « Atti e Memorie délia Società di Magna Grecia », V, p. 11 s.

Tiné (S.). 1968. Lo scavo di una capanna del villaggio neolitico di Passo di Corvo, « Atti délia XI-XIIe Riunione Scientifica dell’Tstituto Italiano di Preistoria e Protostoria », p. 165 s.

Tiné (S.). 1971. Lo stile del Kronio in Sicilia, lo stile di Ghar Dhalam a Malta e la successione del Neolitico nelle due isole, « Atti délia XIIIe Riunione Scientifica dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria », p. 75 s.

Tiné (S.). 1972. Gli scavi del villaggio neolitico di Passo di Corvo, « Atti délia XIVe Riunione Scientifica dellTstituto Italiano di Preistoria e Protostoria », p. 313 s.

Tiné (S.). 1975. La civiltà neolitica del Tavoliere, « Atti del Colloquio Internazionale di Preistoria e Protostoria della Daunia », p. 99 s.

Tiné (S.). 1976. La neolitizzazione dell’Italia peninsulare, IXe Congrès U.I.S.P.P., Nice », prétirage.

Tusa (S.). 1976. La ceramica preistorica della Grotta dell’Uzzo, « Kokalos », XXII-XXIII, p. 798-816.

Tusa (V.). 1976-77. Attività della Soprintendenza alle antichità della Sicilia occidentale nel quadriennio Maggio 1972 Aprile 1976, « Kokalos », XXII-XXIII, p. 658.

Vaufrey (R.). 1928. Le Paléolithique Italien, « Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine », 3, cap. 5, p. 112, Paris.

Notes de fin

4 Les fouilles à la Grotte de l’Uzzo sont effectuées par la Superintendance Archéologique de la Sicile Occidentale en collaboration avec la Superintendance Spéciale à la Préhistoire et à l’Ethnographie et l’Institut Italien de Paléontologie Humaine.

5 Déterminations de P.F. Cassoli.

1 M.N.A.O. et Is. M.E.O, Roma.

2 Soprintendenza Speciale alla Preistoria e all’Etnografia, Istituto Italiano di Paleontologia Umana, Roma.

3 Soprintendenza Archeologica della Sicilia occidentale, Palermo.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Corrélations stratigraphiques et datations absolues des niveaux mésolithiques et néolithiques de la grotte de l’Uzzo. Les lettres correspondent aux principaux secteurs explorés ; les points noirs aux sépultures mésolithiques (modifié d’après « Quaternaria XII, 1980).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 2 : Grains et fruits carbonisés de la Grotte de l’Uzzo. a : Triticum dicoccum (× 4,5) ; b : Hordeum vulgare (× 5) ; c : Pisum sativum (× 5) ; d : Galium aparine (× 5) ; e : Olea cf. europaea (× 6) ; f : Vitis viniifera sp. silvestris (× 6) ; g : Ficus carica (× 4,5) ; h : cf. Arbutus unedo (× 4,5) ; i : Prunus amygdalus (× 4,5).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Figure 3 : Motifs décoratifs de la céramique et industrie lithique néolithique de la grotte de l’Uzzo, provenant du secteur F : a : F11; b-d : F10 ; e : F9 ; f : F8 ; g-h : F2 ; i : F4 ; j : F8 ; k : F6 ; 1 : F8 ; m : F6 ; n-o : F8 ; p : F4 ; q-y : F6 ; z-& : F12.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1084/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 4 : Niveaux néolithiques de la Grotte de l’Uzzo. Mur à double parement. Environ 4900 av. J.C.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1084/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 687k

Auteurs

Lorenzo Costantini

Marcello Piperno

Sebastiano Tusa

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable