Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement durable à découvert

 | 
Agathe Euzen
, 
Laurence Eymard
, 
Françoise Gaill

Sixième partie – Nouvelles approches dans la recherche

3. Une nouvelle approche pour les sciences : la participation des citoyens

Gilles Boeuf

Texte intégral

1La participation des citoyens dans le traitement des enjeux scientifiques fait l’objet d’un intérêt grandissant dans des domaines variés, allant de l’observation du ciel en appui aux astrophysiciens à l’observation de la nature en appui aux écologues. Prenons ici l’exemple de la biodiversité.

2Dans le domaine des sciences de la nature, les « professionnels » et les « amateurs » se sont toujours mêlés pour acquérir des données. Si les expressions « sciences participatives », « sciences citoyennes », « sciences collaboratives » sont récentes (moins de 10 ans), la participation de certains publics à la prospection, à la récolte de données et d’échantillons, ou tout simplement à l’amélioration de la connaissance, ne date pas d’hier et, au moins pour la botanique, elle remonte au XVIe siècle en Europe. Aujourd’hui, nous connaissons plus de 2 millions d’espèces, déposées et archivées dans les musées d’histoire naturelle, et nous continuons à en décrire entre 16 000 et 18 000 par an – les « amateurs » y contribuant pour plus de 50 % –, tout en sachant qu’il nous en reste 5 à 10 fois plus à découvrir.

3Cependant, si nous continuons, comme actuellement, à détruire les habitats ou à surexploiter les espèces, ces dernières devraient diminuer de moitié d’ici la fin de ce siècle (cf. II.23).

Les petites mains de la science

4Il est bien clair que la biodiversité ne saurait être représentée dans sa totalité par le seul inventaire et la seule description des espèces vivantes peuplant un écosystème particulier, ainsi que par leur seul archivage dans les musées. Il s’agit là de ce qu’il est convenu d’appeler la « diversité spécifique ». La biodiversité concerne, elle, tout l’ensemble des relations établies entre les divers êtres vivants, entre eux et avec leur environnement (cf. II.19). Elle a aussi été définie comme étant l’information génétique contenue dans chaque entité de diversité, un individu, une espèce, une population, un écosystème. Le climat change et le vivant doit s’adapter, tout est une question de capacités intrinsèques et de vitesse de réaction. Pour suivre cette évolution, la collecte des informations nécessaires à ces observations implique de mobiliser un très grand nombre de « petites mains » pour obtenir des résultats significatifs. Ces actions citoyennes permettent de mieux connaître la répartition et l’évolution des populations des espèces vivantes, de mieux comprendre les raisons de leur déclin ou de leur expansion, de mieux définir les indicateurs de mise en évidence de ces phénomènes, de proposer des scénarios d’évolutions et enfin de sensibiliser nos citoyens aux questions environnementales. Elles s’adressent à tous, du naturaliste le plus confirmé au simple amoureux de la nature. Les seules institutions scientifiques et les services de l’État dédiés à la gestion de l’environnement ne suffisent pas et les moyens sont limités. De nombreuses « sciences naturalistes » ne peuvent donc se passer d’un grand volant d’amateurs, répartis et disséminés sur le territoire, pour atteindre une masse critique que les sciences physiques, par exemple, compensent par l’utilisation de grands équipements dans un espace confiné, télescope ou accélérateur de particules. De plus, la participation citoyenne est vitale pour maintenir une pression constante sur l’urgence de réagir et sur la nécessité d’établir en commun l’état de la situation ainsi qu’une responsabilisation collective. Dans un monde fortement lié à la « Science », comment rendre justice à des approches cognitives liées à une approche en « plein air », et comment adopter une posture qui jette les bases d’une coexistence entre amateurisme et professionnalisme ?

5Du fait qu’il n’est ni totalement ignorant (la plupart du temps, loin de là !), ni totalement professionnel, l’« amateur » trouble l’image de la science « normale » organisée et reproductible. Cette dimension mériterait d’ailleurs d’être davantage étudiée, par des sociologues, par exemple.

6Si les techniques de relevés des observations n’ont guère évolué sur le terrain, la banalisation des outils modernes de communication, dont Internet, a profondément modifié les possibilités de diffusion des données et leur mise à disposition pour tous (cf. VI.17). Devant cette facilité technique, avec des outils informatiques plus conviviaux, une certaine rigueur méthodologique s’avère nécessaire pour tous les acteurs, dont les « amateurs ». Il est en effet essentiel de respecter des protocoles d’observation et de récolte des données, tant dans les objets observés que dans la manière de les traiter, afin de pouvoir les exploiter et d’en tirer des conclusions les plus pertinentes et étayées. Par exemple, la reprise aujourd’hui des inventaires d’hier et le traitement des données actuelles ont ainsi permis de proposer de nouvelles hypothèses sur la dynamique des populations, chez les arbres par exemple.

Vers une éducation du citoyen scientifique

7La « participation » au sens large permet aux scientifiques d’accéder à des données non démonstratives, car pas suffisamment denses et nombreuses, sans une couverture très étoffée des territoires ou des saisons (« ils » sont partout et tout le temps !). Cette sensibilisation du public amène également les observateurs à changer leur regard sur la nature et sur la biodiversité et donc, à contribuer collectivement à une bien meilleure prise en charge de la gestion raisonnée et soutenable des écosystèmes. De telles démarches doivent prendre racine et être relayées par l’éducation scolaire, et ce, dès le plus jeune âge, avec un intérêt fortement accru pour les sciences du vivant et de l’environnement. Aujourd’hui, le développement des sciences participatives est un fait de société et le combat permanent pour sauver la biodiversité en est imprégné. Aux niveaux des collectivités, des organisations institutionnelles et des services du ministère en charge de la protection de la nature, ces sciences participatives sont présentes et doivent très sérieusement être prises en considération. Lors du premier Congrès commun des Réserves naturelles de France et des Conservatoires d’Espaces naturels, à Aix-les-Bains en avril 2011, leur importance a encore été soulignée. Daniel Mathieu (du réseau Tela Botanica) en 2010 proposait même de passer du « scientifique citoyen » au « citoyen scientifique » ! L’« amateur » impliqué est un « citoyen ordinaire », doté de compétences particulières, qu’il met au service d’une cause publique, hors cadre professionnel. Le programme Vigie-Nature lancé par le Muséum national d’Histoire naturelle est l’outil le plus abouti en France aujourd’hui. Dans plusieurs domaines – sur les oiseaux, les papillons, les chauves-souris, les poissons marins littoraux, les escargots, les plantes sauvages des villes, les pollinisateurs*…, qu’il s’agisse d’observations des premières dates de récoltes ou dans l’année en cours – 15 000 « participatifs » nous accompagnent en permanence (cf. II.24).

8Les données collectées se révèlent de plus en plus pertinentes et utiles et amènent aujourd’hui à la publication d’articles fondateurs déterminants pour une meilleure prise en compte des grands changements présents. À ce sujet, un article publié en janvier 2012 dans Nature Climate Change par Devictor et al. est emblématique. En 18 ans, 10 000 « amateurs » ont permis de recueillir 1,5 million d’heures d’observation sur les migrations liées à la « traque climatique » des oiseaux et des papillons ! Les découvertes de demain sont prometteuses.

Bibliographie

Références bibliographiques

• G. BOEUF, Y. M. ALLAIN et M. BOUVIER – L’apport des sciences participatives à la connaissance de la biodiversité, La Lettre de l’OCIM, 144, 2012.

• F. CHARVOLIN – Comment penser les sciences naturalistes « à amateurs » à partir des passions cognitives ? Natures, Sciences, Sociétés, 2009.

• V. DEVICTOR et al. Differences in the Climatic Debt of Birds and Butterflies at a Continental Scale, Nature Climate Change, 2012.

• D. MATHIEU – Réseaux collaboratifs et sciences participatives, Conférence de Tela Botanica, 2010.

Auteur

Biologiste, Professeur, Université Pierre et Marie Curie, Sorbonne Université, Président du MNHN, Paris.
boeuf@mnhn.fr

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable