Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Trésors de la chanson populaire française. Autour de 50 chansons recueillies en Acadie

 | 
Geneviève Massignon
, 
Georges Delarue

Chapitre XVII. Chansons de quête

45. Quête de la Chandeleur

Texte intégral

La Chandeleur est marquée, en Acadie, par des coutumes encore vivaces. Le chant des Coureux de la Chandeleur a pour objet de leur faire obtenir de quoi faire des crêpes. Ils les consomment ensuite ensemble, avec un certain cérémonial : chacun, homme ou femme, doit « virer » sa crêpe dans l’âtre, encore appelée « maçoune » dans certaines localités de la Nouvelle Écosse. Ce chant s’accompagne parfois d’une danse, L’Escaouette, que les Coureux de la Chandeleur effectuent dans la maison où ils quêtent.

Au Nouveau-Brunswick, nous n’avons recueilli cette danse qu’une seule fois ; elle est par contre bien connue en Nouvelle-Ecosse où on la surnomme « danse sauvage » ou « reel sauvage » ; dans l’ile du Cap-Breton, elle est connue de tous les Acadiens de plus de quarante ans.

1°) Début de la quête

A) M. Germain Chiasson, Saint-Joseph-du-Moine (Inverness), N.-B.

1961 : Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 45-A

Nous somm’ les gens de la Chandeleur,
Si vous voulez, nous donnez pas.
Si vous voulez nous donner du beurre,
Vous viend(e)rez à la Chandeleur,
Si vous fournissez, vous y viendrez,
Si vous fournissez pas, vous y viendrez pas.

B) M. Martin Doucet, Sur-les-Caps (îles de la Madeleine), P. Q.1

  • 1 Sur-les-Caps est un hameau inclus dans la paroisse de Saint-Joseph-du-Moine (Inverness). N.-E.

1961 : Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 45-B

Nous somm’ les gens de la Chand’leur(e),
Voulez-vous nous en donner ?
Le feu sur la montagne
Court, court, court, court.
Le feu sur la montagne !
Cours, cours garçon.

2°) Milieu de la quête et danse

C) Mme Moïse Roach, Bellemarche, paroisse de Chéticamp (Inverness), N.-E.

1946 : Recueillie en septembre 1946 ; description de la quête faite par M. Placide Boudreau, de Chéticamp.

1961 : Les deux informateurs précédents étant décédés, la mélodie a été enregistrée par Mlle Marie Aucoin, nièce de Mme Roach.

  • 2 M. Martin Doucet (voir versions B et E) dit qu’il s’agit d’une canne enrubannée.

« En premier, les Coureux d’la Chand’leur s’grèyiont avec leu’ plus beau butin. I’alliont d’porte en port’ : “- Vous allez-t-y fournir pour la Chand’leur ? - Oui, rentrez”. Les coureux i’ rentriont, i’ chantiont, i’ viriont à l’entour du chefre qu’avait une canne2 pour les faire virer. I couriont la Chand’leur deux jours auparavant, puis i’ faisiont un gros souper l’jour d’la Chand’leur. C’qui restait du souper, c’était pour la maison où c’qu’i’ aviont chouési d’aller souper. »

MÉLODIE 45-C

Chanté par la maîtresse de maison

Avouène, avouèn’, guenilles,
Oh ! rescou’ tes guenilles,
Avouène, avouèn’, guenillons,
Oh ! rescou’ tes brillons.

Dansé par les Coureux

C’est monsieur, madam’, mariés
Qui n’ont point encor soupé,
C’est monsieur, madam’, mariés
Qui n’ont point encor soupé.

J’ai vu le loup, le lièvr’, le r’nar(e),
J’ai vu la grand’ cité sauter.
J’ai foulé ma couvert’, vert’, vert’, vert’, vert’,
J’ai foulé ma couvert’, couvert’ aux pieds.

Le feu dans les montans court, court, court, court,
Le feu dans les montans, cours garçon !

La queue d’ma chatt’ fortill’ fortill’,
La queue d’ma chatte fortillera.

Chanté par les Coureux

P’tite affaire de farine
C’tait pour fair’ des poutines,
P’tite affair’ de menasse,
C’est pour les adoucir.

D) M. Germain Chiasson, Saint-Joseph-du-Moine (Inverness), N.-E.

1946 : Recueillie en septembre 1946, accompagnée de la description de la quête.

1961 : Mélodie enregistrée en 1961.

  • 3 De tous nos informateurs, seul M. Germain Chiasson place cette chanson à la mi-carême.

« En premier, les jeuness’, i’ couriont la Demi-Carême3. I’aviont des maxes -c’était fait en cart’ron - i’aviont une barbe en cordages, i’ s’déguisiont en filles, i’ chantiont des p’tits ravestans, i’ dansiont en escouillant leu’ vieux butin. Quand c’que les Coureux veniont dans une maison, la maîtresse de maison chantait » :

MÉLODIE 45-D/1

Aouène, aouèn’, guenilles, (var : guenillons)
Oh ! rescou’ tes gueilles, (var : haillons)
Aouèn’, aouèn’, penaillons,
Oh ! rescou’ tes brillons.

« A c’t’heure, les jeunesses, i’ rescouillont
leu’ vieux butin, i’ dansiont, i’ chantiont » :

Version dictée en 1946 :

C’est monsieur le marinier
Qui n’a pas encor dîné,
C’est monsieur le marinier
Qui n’a pas encor dîné,
C’est madame la mariée
Qui n’a pas encor dîné.

Version enregistrée en 1961 :

MÉLODIE 45-d/2

C’est monsieur, madam’ mariés
Qui n’ont pas’cor soupé.
Un p’tit canot sur la rivière,
Un p’tit canot pour y passer l’eau.
Le feu sur la montagne,
Boy run, boy run !
Le feu sur la montagne,
Boy run dans l’bois.

E) M. Martin Doucet, Sur-les-Caps (Inverness), N.-E.

1946 : Recueillie en septembre 1986.

1961 Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 45-E

Chanté par les Coureux

C’est monsieur l’marinier
Qu n’a pas’cor soupé,
C’est monsieur, madam’ marinier
Qui n’ont pas’cor soupé.

Chanté par la maîtresse de maison

Avoin’, avoin’, guenilles,
Oh ! rescou’ tes guenilles,
Avoin’, avoin’, brillons,
Rescou’ tes nipaillons.

Chanté par les Coureux

Sais-tu, mon ami, sais-tu comment faire ?
Sais-tu bien danser les deux pieds par terre ?

Terre, terre, terre,
Les deux pieds par terre,
Flûte, flûte, flûte,
A la mistenflûte,
Ah ! ah ! ah !
A la mistenflûte.

Sais-tu, mon ami, sais-tu comment faire ?
Sais-tu bien danser les deux g’noux par terre ?
Terre, etc.

Et ainsi de suite, en énumérant les différentes parties du corps.

F) M. Octave Mazerolle, Saint-Antoine (Kent), N.-B.

1946 : Recueillie en novembre 1946, accompagnée de sa description. Enregistrée, disque IX ◊ B ◊ IV.

« En premier, l’grand monde alliont dans les maisons, i’étiont gréyés avec des maxes, i’ chantiont en le tour du poêle et puis la maîtresse de maison leur donnait ce qu’il fallait pour faire des crêpes. Les Coureux arriviont, puis ils chantiont » :

MÉLODIE 45-F/1

Gadjiwa, gadjiwenna, (bis)
Va dans ton quart
Me chercher du lard,
Gadjiwa, gadjiwenna,
Madam’ malié, madam’ maliette,
Madam’ malié n’a pas’cor dîné.
Va dans ton grenier
Me chercher d’la farine,
Gadjiwa, gadjiwenna.

« Les Coureux dansiont itou l’Escaouette l’jour d’la Chand’leur » :

MÉLODIE 45-F/2

G) Mlle Joséphine Gallant, Mont-Carmel (île du Prince-Édouard), N.-E.

1946 : Recueillie en août 1946.

1961 : Mélodie enregistrée en 1961.

MÉLODIE 45-G.

Les Coureux :

Va dans ton quart
Me chercher du lard,
Va dans ta potin’
Tu m’apport’ras d’la farine,
Va dans ta mette,
Tu m’appor’tras des galettes.

H) Mme Olivier Mills, Moncton (Westmorland), N.-B.

1946 : Recueillie en novembre 1946.

PAS DE MÉLODIE NOTÉE

Va dans ton quart
Me chercher du lard,
Va dans ton grenier
Me chercher du saindoux.

Je vous en remercie
De votre charité,
Si je vous le rends pas,
Dieu vous le rendra.

I) M. Aubin Galant, Mont-Carmel (île du Prince-Édouard), N.-E.

1961 : Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 45-I

Chanté

Va dans ton quart,
Tu m’apporteras du lard,
Va dans ta potin’,
Tu m’apporteras d’la farin’,
Va dans ta mett’
Tu m’apport’ras des galettes,
Va dans ton baril,
Tu m’apporteras du riz.

Dansé

J’ai vu le loup, le r’nard, le lièvre,
J’ai vu le loup, le r’nard passer.

J) M. Jo Goguen, Saint-Antoine (Kent), N.-B.

1961 : Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 45-J

C’est monsieur l’marinier
Qui a pas encor dîné,
Madam’ marinier
Qu’a pas encore dîné.
J’en ai vu voler, du riban, du riban,
J’en ai vu voler, du riban d’la marié’.

3°) Remerciements de fin de quête

K) M. Germain Chiasson, Saint-Joseph-du-Moine (Inverness), N.-E.

1946 : Recueillie en septembre 1946.

1961 : Enregistrée en 1961. Ce chanteur ne semble pas relier ces bribes aux fragments de son Escaouette (version D).

MÉLODIE 45-K

En vous r’merciant, mes gens d’honneur,
D’avoir fourni pour la chand’leur,
Un jour viendra
Dieu vous l’rendra,
Alleluia.

L) Mme Jeffry Boudreau, Arichat (Richmond), N.-E.

1946 : Recueillie en septembre 1946.

PAS DE MÉLODIE NOTÉE

Nous vous r’mercions, mes gens d’honneur,
D’avoir donné à ces chanteurs.
Un jour viendra
Dieu vous l’rendra,
Alleluia.

M) Mme Joséphine Gallant, Mont-Carmel (île du Prince-Édouard), N.-E.

1961 : Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 45-M

En vous r’merciant, mes gens d’honneur,
D’avoir fourni à ma Chand’leur
Un jour Dieu vous récompens’ra,
Alleluia.

N) M. Martin Doucet, Sur-les-Caps (île de la Madeleine), P. Q.

1961 : Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 45-N

En vous r’merciant, mes gens d’honneur,
D’avoir fourni pour la Chand’leur,
Un jour viendra,
Dieu vous l’rendra,
Alleluia. (4 fois)

O) Mlle Marie Aucoin, Bellemarche (Inverness), N.-E.

1961 : Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 45-O

En vous r’merciant, les gens d’honneur,
D’avoir fourni pour la Chand’leur,
Un jour viendra,
Dieu vous l’rendra,
Alleluia.

P) M. Aubin Gallant, Mont-Carmel (île du Prince-Édouard), N.-E.

1961 : Enregistrée en 1961.

MÉLODIE 45-P

En vous r’merciant, les gens d’honneur,
D’avoir fourni à notre Chand’leur
Un jour Dieu vous récompens’ra, Alleluia.

Parallèles

FRANCE

Seules quelques correspondances partielles ont pu être faites. Nous les signalons dans notre commentaire.

ACADIE

R. P. Anselme, II, 25 (L’escaouette) = Coll.

R. P. Daniel, enr. 4401 et 4426.

LOUISIANE

(St Martinville, paroisse de Saint-Martin) Coll. G. Massignon

Commentaire

1Sur ce chant dansé de la Chandeleur, que nous n’avons rencontré jusqu’ici qu’en Acadie, se sont greffées des bribes d’autres chansons :

  • 4 Sous une forme un peu différente, il figure déjà dans le Recueil des plus belles chansons des Coméd (...)

2- « Sais-tu mon ami, sais-tu comment faire » (version E) est un chant dansé très répandu en France et attesté en Acadie même ainsi qu’au Canada4.

3- Dans le Bocage vendéen, Bujeaud (II, 64) a recueilli une chanson de maumariée dont on peut comparer le refrain avec notre version C. En voici le premier couplet :

Mon père m’a marié’,
J’ai tiré la couverte aux pieds,
A un vieux point à mon gré.
Je pousse, je tire, j’ai tant tiré,
J’ai tiré la couverte, verte,
J’ai tiré la couverte aux pieds.

4- Nous avons déjà rencontré (chanson 42) « J’ai vu le loup, le renard, le lièvre… » qui figure dans nos versions C et I.

5- « Va dans ton quart me chercher du lard », etc. (versions F à I) se retrouve dans une formulette enfantine donnée par Kuff, Enfantines, 17.

6L’analyse des couplets propres à L’Escaouette confirme les descriptions qu’on nous a faites de danse masquée et déguisée, les oripeaux s’appelant tour à tour « haillons, guenillons, penaillons, nippaillons ». Le chanteur de la version E nous a dit que les Coureux s’adressaient « aux mariés ». C’est ce que confirme le couplet « C’est monsieur le marié… » (devenu parfois « marinier ») de nos versions C, D, E, J. Peut-être peut-on en inférer que les produits résultant de la quête étaient destinés à faire des crêpes ou des « poutines » chez ou pour (voire aux dépens ?) des nouveaux mariés de l’année. Le couplet invitant à l’offrande qui figure en fin de notre version C est seul présent dans les versions G et H qui se réduisent donc uniquement à la fonction de quête, en F et I il s’accompagne cependant d’une danse, mais celle-ci n’utilise plus les couplets que nous avons reconnus comme étant propres à L’Escaouette.

  • 5 [Sur ce chant et son emploi fréquent lors des quêtes pascales, voir Van Gennep, Manuel de folklore (...)
  • 6 Peut-être est-ce là l’origine de la confusion de M. Gustave Chiasson, attribuant à la mi-carême sa (...)

7La quête s’achève par un couplet de remerciement dont la mélodie est empruntée à l’air O filii et filiae que l’on chante à l’église lors des fêtes de Pâques. En Louisiane, la brève version que nous en avons recueillie y a vraisemblablement été apportée par les Acadiens réfugiés dans cette région à la fin du xviiie siècle. En France, ce couplet se trouve fréquemment en conclusion de la quête des œufs de Pâques5. Ceci rapproche notre chant d’autres chants de quête pratiqués en France, cependant, parmi ceux-ci, nous n’en avons trouvé aucun qui soit propre à la Chandeleur. Les Acadiens, bien qu’ils croient que L’Escaouette soit une « danse sauvage » ou un « reel sauvage », ont le sentiment que cette quête du jour de la Chandeleur est une vieille coutume française, comme celle que font, plus tard, les Coureux de la Mi-Carême. L’une et l’autre de ces quêtes sont attestées dans toute l’Acadie6.

8Quant au terme désignant en Acadie la danse propre au jour de la Chandeleur, L’Escaouette (à Chéticamp, Bellemarche, Saint-Joseph-du-Moine, Sur-les-Caps, Ari-chat, N.-E. et à Saint-Antoine, N.-B.), L’Escaouette ou danse sauvage (Pointe-de-l’Église, N.-E.), il semble qu’on puisse le rapprocher du verbe « escouer » (secouer) employé dans un vers de la chanson : « Or escoue tes guenilles… ». En effet en dansant L’Escaouette, les quêteurs secouaient fort les oripaux qui leur servaient de déguisement.

Notes

1 Sur-les-Caps est un hameau inclus dans la paroisse de Saint-Joseph-du-Moine (Inverness). N.-E.

2 M. Martin Doucet (voir versions B et E) dit qu’il s’agit d’une canne enrubannée.

3 De tous nos informateurs, seul M. Germain Chiasson place cette chanson à la mi-carême.

4 Sous une forme un peu différente, il figure déjà dans le Recueil des plus belles chansons des Comédiens françois, Caen, Mangeant, 1615, p. 1.

5 [Sur ce chant et son emploi fréquent lors des quêtes pascales, voir Van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, Paris, Picard, 1947, tome Ier, 3e partie, fascicule 1, pp. 1305-1320. On y trouvera maints couplets à comparer avec ceux constituant les versions K à P du présent recueil.]

6 Peut-être est-ce là l’origine de la confusion de M. Gustave Chiasson, attribuant à la mi-carême sa version (D) alors que ses paroles la rattachent directement aux autres versions de L’Escaouette. (Voir aussi les versions A et K).

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540