Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui

 | 
Sylvette Larzul
, 
Alain Messaoudi

Le Maghreb, laboratoire d’une expérience coloniale

Étude comparative des manuels d’arabe en usage dans le Maroc sous protectorat français (1912-1956)

Khalid Ben-Srhir

Texte intégral

  • 1 On peut citer les études monographiques de Mekki Merrouni (« Le collège musulman de Fès (1914-1956) (...)

1L’histoire de l’éducation au Maroc sous le protectorat français a retenu l’attention d’assez nombreux chercheurs, comme en témoignent plusieurs thèses1. Mais leurs auteurs ne se sont guère intéressés à l’histoire des manuels scolaires, qui n’a fait jusqu’à présent l’objet d’aucune véritable étude, sinon d’un point de vue pédagogique et didactique. Pourtant, mieux connaître leurs modalités d’élaboration, d’édition et d’usage permet d’apporter un éclairage nouveau sur les enjeux de l’enseignement. Le repérage et le recensement de la production des manuels scolaires édités avant et après l’indépendance du Maroc, nécessaires étapes préalables, n’ont jusqu’à présent été entrepris dans aucune des institutions marocaines.

2La constitution, en vue de cette étude, d’un corpus de manuels d’arabe en usage sous le Protectorat a permis de dégager deux types d’ouvrages : d’un côté, ceux qui ont été conçus pour être utilisés dans les établissements publics du Protectorat, qu’ils aient été rédigés par des auteurs français ou marocains, édités en France ou au Maroc ; d’un autre côté, ceux qui ont été en usage dans l’« enseignement libre » mis en place par les nationalistes marocains, qu’il s’agisse de livres importés du Moyen-Orient ou de livres rédigés et édités au Maroc (y compris dans la zone sous protectorat espagnol).

  • 2 Service de l’ambassade de France à Rabat, ce centre assume aujourd’hui la responsabilité de la gest (...)

3Concernant les manuels de l’enseignement public, ma collecte a été très maigre. À cela, plusieurs raisons. Aucune des directions ou des services relevant du ministère de l’Éducation nationale n’a, semble-t-il, conservé un fonds homogène d’anciens manuels scolaires, ni même un quelconque répertoire les recensant. Les changements successifs dans l’organigramme du ministère auraient abouti à la dispersion progressive d’un fonds très riche. À la suite de réorganisations au sein du ministère, plusieurs des directions créées en fonction de la conjoncture politique qui avaient constitué des fonds, ont disparu et leurs collections ont été dispersées. La Bibliothèque nationale, récemment ouverte au public dans des bâtiments neufs, ne possède que peu de manuels scolaires, et moins encore de manuels d’arabe datant du temps du Protectorat. Le fonds de la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences humaines de Rabat, héritière directe de l’Institut des hautes études marocaines, n’en conserve que deux, classés parmi les livres rares. À Rabat, s’il ne m’a pas été possible d’accéder aux manuels anciens conservés au Centre d’études arabes2, la bibliothèque de la Source m’a été en revanche d’un grand secours.

4Pour l’enseignement libre, une collecte auprès de particuliers s’est révélée très fructueuse. Certains manuels m’ont été fournis par des enseignants d’arabe, aujourd’hui retraités, qui avaient précieusement conservé les livres qu’ils avaient utilisés comme élèves ou comme enseignants. Mais les pièces les plus importantes proviennent de la bibliothèque privée tangéroise du grand lettré nationaliste Abdellah Guennoun.

Didactique de l’arabe dans le Maroc précolonial

  • 3 Il s’agit d’une encre (midād) de couleur noire ou marron. On la prépare à partir de laine brûlée de (...)
  • 4 Pour plus de détails, voir Louis Brunot, « L’école coranique dans le monde musulman », dans Premier (...)

5À l’instar des autres pays du Maghreb et du monde musulman, le Maroc disposait depuis le Moyen Âge d’un système d’enseignement religieux répondant aux besoins modestes de sa population et du makhzen. Ce système était fondé sur l’existence d’écoles coraniques connues sous le nom de msīd-s, où les enfants apprenaient dès leur plus jeune âge à écrire et lire le Coran, sous la direction d’un faqīh, afin de le mémoriser. Jusqu’au début du xxe siècle, les élèves des msīd-s n’utilisaient au cours de leur apprentissage aucun support imprimé. Ils se contentaient d’une planchette sur laquelle ils écrivaient recto verso avec de l’encre3 ; une fois le texte mémorisé, ils l’effaçaient avant d’en écrire un nouveau4.

  • 5 Al-Qarawiyyīn a été créée à Fès au ixe siècle. Voir Louis Brunot, « L’université marocaine d’al-Qar (...)
  • 6 Sur l’évolution de la bibliothèque al-Qarawiyyīn à Fès et de la bibliothèque Ibn Yūsuf à Marrakech, (...)
  • 7 H̱alīl b. Ishāq b. Mūsā al-Jundī, l’auteur de ce Muẖtaṣar fī-l-fiqh a vécu au Caire, où il est mort (...)
  • 8 Il s’agit de Abū ʿAbdallāh Muḥammad (1203-1274), grammairien andalou de renom, auteur d’al-Kāfiyya (...)
  • 9 L’Āğurrūmiyya, dont le titre original est Muqaddima fī mabādi’ ‘ilm al-‘arabiyya est un traité de s (...)

6Ceux qui, parmi les élèves, arrivaient à apprendre par cœur toutes les sourates du Coran acquéraient le titre de taleb et pouvaient, s’ils en avaient les moyens et la volonté, poursuivre leurs études supérieures dans une zaouïa, une médersa ou à la fameuse université d’al-Qarawiyyīn5 pour devenir ālim, qāḍī ou ‘adl (ou restaient simples talebs s’ils ne parvenaient pas à terminer leurs études). Grâce à l’existence de bibliothèques riches en manuscrits6, l’étudiant pouvait avoir un premier contact avec les livres. Les manuels les plus répandus à la Qarawiyyīn étaient des abrégés (muẖtaṣar), dont le plus connu est celui du cheikh H̱alīl, un manuel de droit7. On trouvait de tels abrégés pour l’ensemble des disciplines, grammaire arabe (an-naḥw) ou jurisprudence par exemple. Pour l’étude de la langue arabe, le principal manuel en usage était l’Alfiyya d’Ibn Mālik, traité de grammaire en vers8 dont l’étude complétait celle de l’Āğurrūmiyya9, un ouvrage facile et simplifié de grammaire. Manuscrits, ces manuels étaient coûteux et leur appropriation par les étudiants loin d’être généralisée. Quant aux professeurs, les connaissant par cœur, ils n’avaient pas besoin d’en posséder de copies.

  • 10 L’étude la plus approfondie sur la question reste jusqu’à présent la thèse de Fawzi Abdulrazak, « T (...)
  • 11 Muḥammad al-Manūnī, Ta’rī al-wirāqa al-maġribiyya, sinā‘at al-matūt al-Maġribī min al-‘asrī al-wa (...)

7L’imprimerie a été introduite au Maroc en 1864 grâce à une initiative privée. Muḥammad b. Ṭayyib Rūdānī, qādī de Taroudant, revint du pèlerinage de La Mecque avec une imprimerie lithographique acquise en Égypte. Celle-ci, devenue par la suite propriété du makhzen, fut installée à Fès, où elle permit la production de plus de six cents ouvrages lithographiés, principalement de fiqh, de grammaire et de soufisme. Si modeste fût-elle, cette entreprise, en faisant baisser le prix des livres désormais imprimés, amplifia leur circulation dans les milieux lettrés de la société marocaine10. Les manuels atteignirent alors un public extérieur à l’université, le livre devenant en effet peu à peu un produit de consommation diffusé par les warrāqīn11, les traditionnels libraires des centres urbains. Au début du xxe siècle, grâce à l’intérêt particulier du sultan ‘Abd al-Ḥāfiz, le procédé de la linotype fut adopté au Maroc par l’importation directe de Leipzig de machines à claviers très performantes. À Tanger, des imprimeries modernes commencèrent à proposer leurs services à une clientèle de plus en plus diversifiée. En conséquence, l’édition du livre et des journaux franchit un pas décisif, contribuant à la diffusion des écrits imprimés parmi les lettrés marocains.

Le manuel d’arabe, agent d’influence et instrument de pouvoir

  • 12 Alain Choppin, Les Manuels scolaires : Histoire et actualités, Paris, Hachette, 1992.
  • 13 Ibid.

8Ouvrages « conçus dans l’intention, plus ou moins explicite ou manifeste […] de servir de support écrit à l’enseignement d’une discipline au sein d’une institution scolaire12 », les manuels se caractérisent par leur « impossible neutralité », pour reprendre la formule d’Alain Choppin : « Le choix de la langue […] et du style […], la sélection des sujets et des textes, l’organisation et la hiérarchisation des connaissances, obéissent à des objectifs politiques, moraux, religieux, esthétiques, idéologiques, le plus souvent implicites13. »

9Utilisé fréquemment, stable dans son contenu, le manuel, en s’adressant à des esprits jeunes et encore malléables, peut, par une lente imprégnation, exercer sur eux une certaine influence et devenir un instrument de pouvoir pour la réalisation d’objectifs d’ordre économique, religieux ou politique. C’est d’autant plus vrai pendant la période du Protectorat que les élèves marocains n’avaient alors accès qu’à peu d’autres sources d’information – les éditions annotées et commentées des œuvres de la littérature classique, les dictionnaires, les précis, les mémentos, les recueils de documents à usage scolaire ne se sont développés que plus tard. Le contenu des manuels intéressait donc les pouvoirs en place, résidence générale de France, makhzen, élite lettrée marocaine de la Qarawiyyīn, mouvements et partis politiques, associations culturelles, etc., faisant l’objet d’intéressants débats, souvent polémiques. En étudiant des spécimens de manuels destinés à l’enseignement de l’arabe dans les écoles publiques et dans les écoles libres, on peut mettre en évidence des choix d’autant plus difficiles à cerner qu’ils se dérobent souvent derrière une idéologie et des valeurs prétendument consensuelles.

Une première typologie

  • 14 Sur l’action de l’Espagne dans le domaine de l’enseignement au Maroc, voir F. Valderrama Martínez, (...)

10On a choisi de distinguer les manuels selon leur usage et par conséquent d’observer séparément les manuels de l’enseignement primaire, destinés à permettre l’apprentissage de l’alphabet et des bases de la langue arabe, et ceux en usage dans les établissements secondaires. De la même façon, on distinguera les manuels en usage dans l’enseignement privé et public et, au sein de ce dernier, dans les écoles françaises et musulmanes. Les ouvrages en usage dans les établissements publics de la zone sous protectorat français ont été élaborés sous les auspices de la direction générale de l’Instruction publique, des Beaux-arts et des Antiquités au Maroc par des auteurs marocains ou français (ces derniers en général pour des ouvrages utilisant une transcription de l’arabe en caractères latins). Quant aux manuels d’arabe utilisés dans la zone sous protectorat espagnol14, il semble que, contrairement à l’expérience française, le gouvernement de Madrid ait très vite décidé de collaborer avec les élites de Tétouan, qui prirent en charge l’étude de la langue arabe et du Coran. Il ne semble pas qu’on ait utilisé de manuels spécifiques, contrairement à ce qui s’est fait dans la zone de protectorat français. Il est certain que les contacts très forts entre l’élite instruite de Tétouan et les pays du Moyen-Orient ont rendu plus facile et plus précoce l’importation de manuels d’Égypte, de Syrie et du Liban. Dès les premières années de l’occupation espagnole, l’usage de ces manuels était prépondérant à Tétouan et dans d’autres villes du Nord marocain.

  • 15 John James Damis, « The Free-School Movement in Morocco, 1919-1970 », op. cit. Cette thèse, fondée (...)

11Mais, à partir des années 1920, dans les deux zones de protectorat, et surtout dans les grandes villes, les premières créations d’écoles libres par des leaders du mouvement nationaliste15 stimulent l’importation de manuels scolaires à partir d’autres pays arabes, toutes disciplines confondues. Au fur et à mesure que de nouvelles écoles libres étaient fondées, le mouvement d’importation de manuels orientaux s’intensifiait, malgré leur coût et le contrôle des autorités du protectorat français. On a pu répertorier plus d’une centaine de titres publiés entre 1917 et les années 1950, avec une proportion très importante de manuels destinés à l’enseignement de l’arabe. Cependant, l’élite marocaine, dont nombre de représentants ont contribué au développement de ces écoles libres, ressentit bientôt le besoin d’autres manuels que ces ouvrages importés qui ne s’accordaient pas vraiment avec l’environnement de l’écolier marocain, ses traditions, ses usages quotidiens. On a donc vu se développer une production marocaine de manuels, due à d’anciens étudiants marocains partis poursuivre leurs études au Machrek puis revenus au pays.

Politique scolaire française et développement des msīd-s rénovés

  • 16 Mohammed Rachid Belhaj Saif, « La politique scolaire du Protectorat au Maroc (1912-1940) », op. cit

12Sans revenir sur les méandres de la politique générale du Protectorat dans le domaine de l’enseignement16, on peut souligner que les directives officielles pour l’enseignement de l’arabe au Maroc ont toujours insisté sur le rôle secondaire que cette langue devait jouer dans toutes les écoles régies par les autorités relevant de l’administration du Protectorat. Autrement dit, si les autorités françaises reconnaissaient la nécessité de l’enseignement de l’arabe dans toutes leurs écoles, y compris au sein de celles qui étaient destinées aux Français résidant au Maroc, les stratégies éducatives, les enseignants et les manuels devaient s’adapter aux différents types d’établissements.

  • 17 Mekki Merrouni, op. cit., p. 96.
  • 18 Sur une présentation de l’enseignement de l’arabe dans les écoles urbaines du point de vue d’un pro (...)

13En janvier 1913, soit moins d’un an après l’instauration du Protectorat, la Résidence générale mit en place un service de l’enseignement chargé de développer l’instruction de la population marocaine et européenne. Pour former des cadres marocains aptes à répondre aux besoins de l’administration, Lyautey créa en 1916 deux collèges musulmans, à Fès et à Rabat17. Par ailleurs, à côté des « écoles des fils de notables », il ouvrit des « écoles urbaines » dispensant un enseignement élémentaire à destination des fils de la ‘āmma. Pour des raisons d’ordre politique, les autorités du Protectorat veillèrent à ce que l’enseignement de l’arabe y fût très limité18. En parallèle, l’instruction de la masse fut amorcée par la création d’écoles primaires franco-arabes sur le modèle de la Tunisie. On y enseignait l’arabe et le Coran, ainsi que le français. Pour ce faire, on fit appel à des instituteurs algériens et tunisiens.

14L’instauration de ces écoles, qui utilisaient des méthodes pédagogiques nouvelles, engagea les élites urbaines des Marocains des deux zones d’occupation à reconnaître les défauts de l’enseignement coranique traditionnel. Entre 1920 et 1921, des msīd-s rénovés virent le jour à Rabat, Salé, Fès et Tétouan. Leur objectif était de confier l’éducation des enfants marocains à des enseignants musulmans capables de leur inculquer les principes de la tradition islamique. En s’inspirant des méthodes et des programmes déjà appliqués en Égypte et en Tunisie, les premiers msīd-s rénovés s’ouvrirent à l’utilisation de tableaux noirs, de cahiers et de crayons pour apprendre à lire et écrire l’arabe. Les maîtres commencèrent à utiliser des livres importés pour donner leurs leçons.

Manuels en usage dans l’enseignement primaire

Dans les écoles musulmanes

15Aṭ-Ṭarīqa al-‘aṣriyya li ta‘līm al-qirāʿa wa-mabādi’ al-luġa al-‘arabiyya li-talāmiḏ al-madāris al-ibtidā’iyya [Méthode moderne d’apprentissage de la lecture de la langue arabe et de ses principes pour les élèves des écoles primaires], rédigé par aṣ-Ṣādiq at-Talātilī, inspecteur de l’enseignement arabe en Tunisie, est un spécimen typique de ces premiers manuels d’arabe littéral importés. L’affirmation de modernité que contient son titre est très révélatrice. Édité par les imprimeries tunisiennes en 1917 à destination des écoles primaires arabes-françaises, il a sans doute été également en usage au Maroc dans les msīd-s rénovés. Le caractère coûteux de ce type de livre permet de penser qu’il n’y était utilisé que par les maîtres, et non par l’ensemble des élèves.

Dans les écoles européennes

  • 19 On peut signaler ici l’importance d’ouvrages destinés à un lectorat adulte, comme le Manuel d’arabe (...)
  • 20 Apprenons l’arabe : méthode simple et pratique pour l’étude de l’arabe parlé au Maroc, Casablanca, (...)

16Seul l’arabe parlé était au programme de classes primaires européennes. Par conséquent tous les manuels destinés à ces classes sont des manuels d’arabe marocain19. On n’en présentera ici que deux, en usage dans les classes primaires supérieures pendant les années 1930 à 1950. On notera qu’ils sont l’un et l’autre rédigés par des auteurs français. Apprenons l’arabe : méthode simple et pratique pour l’étude de l’arabe parlé au Maroc, publié en 1933 par Barthélemy Sans, professeur à l’école industrielle et commerciale de Casablanca20, est un manuel composé de six chapitres (notions préliminaires, théorie grammaticale, exercices de conversation, conversations recueillies, textes divers et addenda).

B. Sans, Apprenons l’arabe, 1942. Couverture.

B. Sans, Apprenons l’arabe, 1942. Couverture.

BNF, Littérature et Art, 8-X-24599 (BIS)

  • 21 Parmi les manuels d’arabe marocain publiés en espagnol, on peut citer celui qu’a publié José Lerchu (...)

17L’ouvrage s’inscrit dans le sillage des travaux de M. Ben Smail, Marcel de Aldecoa, Belqacem Tedjini, du Yallah ! ou l’arabe sans mystère de Louis Brunot, tous cités dans l’avant-propos, qui évoque aussi les études de William Marçais et de Georges Séraphin Colin et Le Parler arabe des juifs d’Alger de Marcel Cohen – on remarque en revanche qu’il ne mentionne aucun ouvrage publié en espagnol21. Barthélemy Sans y défend ses choix, faute d’unanimité parmi les arabisants :

Répondant aux vœux de Yallah !, nous avons essayé de présenter une grammaire simple, dépouillée de toutes ces mystérieuses irrégularités dont fourmillent, pour le désespoir des étudiants, les manuels trop attachés à l’arabe écrit. Pour nous, l’arabe parlé est une langue arabe à part, qu’il faut étudier en elle-même, pour elle-même, sans se préoccuper de sa parenté, si grande soit-elle, avec l’arabe écrit […]. Ce faisant, nous paraîtrons quelque peu révolutionnaires : plus de verbes hamzés, plus de verbes assimilés, plus de pluriels dissidents, plus de formes verbales innombrables. Il ne reste qu’une grammaire réduite, celle de l’homme de la rue, et non pas celle du savant.

En compensation, nous avons cherché toute occasion de donner les locutions et les tours de phrases les plus vivants, même s’ils n’ont avec la logique grammaticale que des rapports très lointains. Nous pensons qu’une langue n’est pas le produit d’une conception raisonnable et logique des esprits, mais simplement un système de conventions plus souvent tacites qui se maintiennent, s’oublient, se déforment, se renouvellent, et ne s’expliquent pas.

[…] Si nous n’avons pas hésité à bouleverser le fond de l’enseignement traditionnel de l’arabe, nous avons par contre fait preuve de conservatisme dans la forme, ne serait-ce qu’en adoptant la graphie arabe et l’orthographe qui se sont imposées dans l’Afrique du Nord pour la langue parlée – car on en est arrivé à fabriquer une orthographe pour une langue uniquement parlée. Des esprits novateurs nous le reprocheront et prétendront – ils n’ont pas tort en principe – que l’on doit enseigner l’arabe parlé de la même façon que le berbère, en usant d’une graphie latine. Nous y souscrirons le jour où l’on pourra avoir à la fois des grammaires, des recueils de textes et des dictionnaires écrits en caractères latins selon des conventions universellement admises.

  • 22 Barthélemy Sans, Apprenons l’arabe : méthode simple et pratique pour l’étude de l’arabe parlé au Ma (...)

18Les aspects de la vie des Marocains que l’auteur met en avant méritent d’être remarqués. Il consacre par exemple un chapitre au « mobilier d’une maison musulmane22 », présenté selon les termes suivants :

  • 1

Les musulmans ont beaucoup d’objets dans leurs maisons comme les Européens (nṣāra). Mais ils n’ont ni salle de séjour, ni chambre à coucher. Ils dorment et ils mangent dans l’une des chambres de la maison. Souvent ils ont une chambre pour les invités. Ils couvrent le sol de la chambre avec une natte ou un tapis. Ils ne s’assoient pas sur des chaises, mais sur des matelas posés sur un lit en bois. Ils aiment s’appuyer sur des oreillers, des poufs, qu’ils couvrent avec des couvertures brodées avec de la soie. Les murs sont couverts avec des tissus colorés et décorés avec des horloges et des miroirs23.

  • 24 Barthélemy Sans, op. cit., p. 107.

19Une autre leçon compare les quartiers européen et musulman de Casablanca, à partir d’un « dialogue recueilli à Casablanca24 » :

  • 1

Où habitez-vous ô fortuné (tājir) ?
Nous habitons rue du marché.
Tu veux dire la rue qui s’appelle boulevard de la Gare ?
Oui, Monsieur.
C’est vrai que c’est un beau quartier, on y trouve des maisons très hautes avec des piliers en marbre, des grands couloirs et beaucoup de grandes fenêtres ; elles ont cinq ou six étages. Les habitants de ces maisons utilisent une machine appelée ascenseur. Leurs routes sont goudronnées. Pendant la journée ces routes sont empruntées par des voitures, des carrosses (akwātchī). L’ambiance est très vivante avec beaucoup de mouvement à tout moment.
Mais, dites-moi, est-ce que cela ne vous fatigue pas et ne vous rend pas nerveux de subir ce vacarme et ce bruit toute la journée ?
Non, Monsieur, pas du tout. Nous nous sommes habitués à tout cela. Et vous, où habitez-vous ?
Notre maison se trouve au cœur de la médina, dans un quartier calme, et nous avons beaucoup d’espace dans les chambres. On contemple le Riad qui est plein d’arbres et de fleurs et nous n’avons pas de voisins qui nous dérangent.
Écoutez-moi, Monsieur, Dieu a réparti les traditions entre les hommes comme il l’a fait des diverses religions. Ainsi va la vie dans ce bas monde25.

20Contemporain de l’accession du Maroc à l’indépendance, Yallāho [Allons-y], dû à un professeur de lycée de Tanger, Élise Cleemann, a été publié pour répondre à un besoin nouveau, l’arabe marocain étant devenu un enseignement obligatoire dans les écoles primaires françaises du Maroc. Cela explique qu’il ait trouvé un éditeur à Paris, Marcel Didier, spécialisé dans les manuels de langues vivantes.

É. Cleemann, Yallāho. Manuel d’arabe dialectal, 1956.

É. Cleemann, Yallāho. Manuel d’arabe dialectal, 1956.

BNF, Littérature et Art, 8-X-23 756 (2)

21L’auteur présente ainsi son premier volume, à l’usage des classes terminales et cours complémentaires des écoles primaires européennes :

  • 26 Yallāho. Manuel d’arabe dialectal des classes primaires, 1er livre, Paris, Marcel Didier, 1956, p.  (...)

Conçu pour la méthode directe, il est destiné aux enfants européens des classes terminales des écoles primaires, auxquels il se propose de fournir les éléments indispensables à un début d’étude de l’arabe. C’est dire que tout l’effort de l’auteur a consisté à simplifier et à alléger, bien plus qu’à enrichir et à développer […]. En outre, le maître pourra utiliser à son gré les petites leçons d’écriture et de lecture en caractères arabes placées à chaque page de ce manuel. Ainsi, parallèlement à l’acquisition du langage, l’enfant se familiarisera avec la graphie arabe et retrouvera avec un vif plaisir des mots déjà connus26.

  • 27 Ibid., p. 56-59.

22Après avoir donné les premières notions de l’alphabet arabe et de la grammaire, l’auteur développe des thèmes variés et compare plusieurs aspects de la vie quotidienne chez les Français et chez les Marocains. Quatre leçons traitent ainsi successivement de l’habillement masculin et féminin chez les Européens et chez les musulmans marocains27.

Yallāho. Le vêtement chez les Européens et chez les musulmans.

Yallāho. Le vêtement chez les Européens et chez les musulmans.

BNF, Littérature et Art, 8-X-23 756 (2)

Yallāho. Le vêtement féminin.

Yallāho. Le vêtement féminin.

BNF, Littérature et Art, 8-X-23 756 (2)

Dans les msīd-s rénovés et les écoles libres

23Les manuels en usage dans les écoles privées marocaines concernent l’apprentissage de la langue littérale. Mis à part les manuels importés d’Orient, ils sont tous dus à des auteurs marocains.

  • 28  L’ouvrage comprend 36 pages. Il est daté de 1339 de l’hégire (1920/1921), sans mention d’éditeur n (...)
  • 29 Alain Messaoudi, « Louis Brunot », dans François Pouillon (éd.), Dictionnaire des orientalistes de (...)
  • 30 Āssiyya b. ‘Adāda, Kuttāb al-fikr al-ilāḥī fī-ahd al-ḥimāya: Muḥammad Ibn al-Ḥasan al-Ḥağwī namuā (...)
  • 31 Muḥammad b. ‘Abd al-Mağīd b. ‘Abd ar-Raḥmān Aqiḥbī est mort en 1944. On lui doit aussi un manuel d’ (...)

24L’expérience des msīd-s rénovés a donné lieu à la réalisation d’un manuel d’apprentissage de l’alphabet arabe, at-Ta‘līm al-ibtidā’i fī-l-ḥurūf al-‘arabiyya28 [L’apprentissage élémentaire des lettres arabes]. Cet ouvrage novateur est l’œuvre de Mohammed Akesbi, pur produit de la Qarawiyyīn. Employé par la direction de l’Enseignement public, Akesbi a suivi les directives de Louis Brunot, nouvellement nommé inspecteur-chef du bureau de l’enseignement des indigènes29. L’ouvrage est par ailleurs introduit par un texte du réformateur Mohammed El Hajoui, conseiller et représentant du grand vizir à la direction de l’Enseignement public30. Il a donc la caution des autorités françaises du Protectorat31.

M. Akesbi, L’Apprentissage élémentaire des lettres arabes, 1920-1921. Couverture.

M. Akesbi, L’Apprentissage élémentaire des lettres arabes, 1920-1921. Couverture.

Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)

25Ce manuel est d’une importance capitale. Il utilise pour la première fois des tableaux et des illustrations simples pour faciliter l’apprentissage de l’alphabet arabe dans les msīd-s. Pourtant, il reste très conservateur au niveau de la forme et de la présentation : l’alphabet et les exercices de lecture et d’écriture sont écrits en style calligraphique marocain traditionnel. Le choix du procédé lithographique a permis en effet de reproduire l’écriture avec les caractères traditionnels plutôt qu’avec les caractères de la linotype, à la différence du manuel d’aṣ-Ṣā’iḥ, sur lequel nous reviendrons, édité à la même date par l’Imprimerie officielle de Rabat.

M. Akesbi, L’Apprentissage élémentaire des lettres arabes, 1920-1921. Exercice sur les lettres de prolongation.

M. Akesbi, L’Apprentissage élémentaire des lettres arabes, 1920-1921. Exercice sur les lettres de prolongation.

Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)

  • 32 Nous ne connaissons pas la trajectoire de son auteur, un étudiant brillant et un lettré distingué, (...)
  • 33 Nous n’avons pu disposer que de sa 2e édition, Tanger, Imprimerie Ancelle, 1938, 44 p.
  • 34 Ainsi pour l’apprentissage de la lettre kāf, p. 18-19.

26Dans le même domaine de l’apprentissage de l’alphabet arabe et de la lecture dans les classes primaires, on peut signaler un texte rédigé par le chérif ‘Abd as-Salām al-Qaṣrī al-‘Alawī32. Intitulé aṭ-Ṭarīqa al-wāriyya fī qirā’at al-ḥurūf al-‘arabiyya [Méthode générale pour la lecture de l’alphabet arabe], ce manuel est apparemment le fruit d’une initiative personnelle, entreprise en dehors de toute autorité officielle dans la zone internationale de Tanger33. L’ouvrage est cependant préfacé par Louis Brunot, qui en loue la méthode. Il montre les progrès enregistrés en matière de caractères d’imprimerie et d’illustration, comme en témoignent les dessins qui accompagnent le texte34.

Al-‘Alawī, Méthode générale pour la lecture de l’alphabet arabe, 1938 (2e éd.).

Al-‘Alawī, Méthode générale pour la lecture de l’alphabet arabe, 1938 (2e éd.).

Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)

Al-‘Alawī, Méthode générale pour la lecture de l’alphabet arabe, 1938 (2e éd.).

Al-‘Alawī, Méthode générale pour la lecture de l’alphabet arabe, 1938 (2e éd.).

Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)

  • 35 Kurāsat al-hijā’ al-ūlā. Talīm al-qirā’a li-riyā al-aṭfāl [Premier cahier d’alphabet. Apprentissa (...)

27En 1947, ‘Abd al-Qādir ‘Abd ar-Raḥmān al-‘Alāmī présente au sultan Mohammed ben Youssef, en visite à Tanger, le court manuel d’apprentissage de l’arabe qu’il a composé, intitulé Kurāsat al-hijā’ al-ūlā35. La préface de l’ouvrage, due à Abdellah Guennoun, indique qu’al-‘Alāmī est un faqīh. Guennoun insiste sur l’importance de tels manuels pour favoriser les premiers pas des enfants et des analphabètes dans l’apprentissage de la langue, étape clé de l’acquisition du savoir. Malgré quelques déficiences au niveau des caractères d’imprimerie et des illustrations, la méthode a manifestement évolué sous l’influence des manuels importés d’Orient.

Al-‘Alamī, Premier cahier d’alphabet, 1947.

Al-‘Alamī, Premier cahier d’alphabet, 1947.

Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)

28Les manuels d’arabe se multiplient au Maroc pendant les années 1950 pour répondre à la demande des enseignants des écoles libres, qui se plaignent que les ouvrages orientaux ne prennent pas en compte l’environnement de l’écolier marocain. Ces nouveaux manuels sont l’œuvre d’une génération de Marocains formés dans les universités et les grandes écoles du Caire, de Naplouse ou de France, et à même d’élaborer des ouvrages modernes. Ils dénotent l’importance donnée à l’apprentissage de l’alphabet arabe, considéré comme une étape essentielle dans la formation des élèves marocains.

  • 36 Ibn Ğilānī ‘Aqārī [E. Bendjillani-Akary], A-Ṭarīqat al-ḥadīa fī-l-kitāba wa-l-qirā’a [Méthode nou (...)

29On peut donner l’exemple Aṭ-Ṭarīqat al-ḥadīṯa fī-l-kitāba wa-l-qirā’a [Méthode nouvelle pour l’enseignement de la lecture et de l’écriture arabes], un manuel publié en 1951 par un directeur d’école, Ibn Jilānī ‘Aqārī (Bendjillani-Akary36), qui dit s’être inspiré des expériences des manuels modernes destinés à l’enseignement du français ; il exprime aussi le souci de proposer des textes adaptés au contexte marocain.

Ibn Jilānī ‘Aqārī, Méthode nouvelle pour l’enseignement, 1951.

Ibn Jilānī ‘Aqārī, Méthode nouvelle pour l’enseignement, 1951.

Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)

  • 37 Ibid., p. 3, 8 et 22.

30Les illustrations que contient l’ouvrage expriment une certaine volonté de modernité (tableau noir, armée), tout en conservant une place au monde rural (image d’un homme égorgeant une poule) et en affirmant l’islamité du Maroc (minarets utilisés comme éléments décoratifs, image de la prière collective37). On note que l’auteur de ce manuel a préféré utiliser, dans les pages consacrées à l’apprentissage de l’écriture, des caractères manuscrits plutôt que des caractères d’imprimerie pour servir de modèles aux élèves.

Manuels en usage dans l’enseignement secondaire

Dans les collèges et lycées français

  • 38 E. Cleemann, Yallāho. Manuel d’arabe dialectal, 2e année (lycées, collèges et cours complémentaires (...)
  • 39 Ibid., « Avant-propos ».

31On a déjà évoqué Yallāho, le manuel d’arabe dialectal d’Élise Cleemann, à propos de l’enseignement primaire. À la différence des volumes à l’usage des classes terminales de l’enseignement primaire et de celui pour la classe de 6e, le volume destiné à la classe de 5e n’utilise qu’une transcription latine38. En quarante et une leçons, il s’agit de « compléter les notions de langage déjà acquises en sixième, et cela en pénétrant davantage dans le domaine de la vie marocaine39 ».

  • 40 Ibid., p. 6 et 24.

32Le texte des leçons met en valeur l’école française, où l’on fait l’apprentissage de l’arabe selon une méthode moderne, fondée sur l’écoute, et où l’on n’use pas de violence, par comparaison avec le msīd. En font foi les textes des leçons 3 et 12, « Apprenons l’arabe » et « Le msīd40 ».

« Apprenons l’arabe »
Viens Mokhtar, dis-moi : est-il vrai que les fils des nṣāra [Français] apprennent l’arabe ?
Oui, ô Si Ahmad.
Et comment l’apprennent-ils ? Lisent-ils le Coran de la même manière qu’à notre msīd ?
Non, pas du tout, ô sidi. Ils se contentent juste d’apprendre à parler et à écouter des choses et ils lisent un peu.
Est-ce que le fqīh leur montre les lettres de l’arabe ?
Non, il leur dit : écoutez-moi et entendez très bien ce que je dis, et prononcez le mot jusqu’à ce qu’il soit mémorisé. Faites très attention, et ouvrez grand vos oreilles.
Cet enseignement est très utile, les enfants commencent à parler avec les musulmans et ils apprennent comme il faut.

« Le msīd »

Hassan ne va pas à l’école, il fréquente le msīd où il apprend le Coran. Il a vu Farid dans la rue. Farid est très fainéant : il n’apprend pas bien ses leçons. Hassan lui a dit : où est-ce que tu vas ? Farid lui a répondu : Moi je vais à l’école : regarde le nouveau cartable que mon père m’a acheté. Et toi, où est-ce que tu vas ? Hassan lui a dit : moi je fréquente le msīd : voici la porte de l’école coranique. Le monsieur là-bas c’est le fqīh. Ça, c’est ma planchette. C’est moi qui ai écrit ces lettres. Hier le fqīh me les a corrigées. Je les apprendrai aujourd’hui et je les réciterai devant lui pour ne pas recevoir la falaqa [une bastonnade sur la plante des pieds]. Cet enfant a reçu des coups sur les pieds puisqu’il n’a pas bien mémorisé sa leçon. C’est l’heure de la rentrée, au revoir.
Farid est resté un moment pour réfléchir en se disant : si j’avais fréquenté le msīd, j’aurais sûrement été bastonné à plusieurs reprises.

33D’autres leçons mettent en scène le petit peuple et sa pauvreté :

É. Cleemann, Yallāho. Manuel d’arabe dialectal. 2e année, 1954. « Jbilo est fatigué ».

É. Cleemann, Yallāho. Manuel d’arabe dialectal. 2e année, 1954. « Jbilo est fatigué ».

Bulac (Paris)

  • 41 Ibid., leçon 28, p. 56.

« Jbilo est fatigué41 »
Jbilo est fatigué : il vient juste d’arriver à pied de Sidi Harazem.
Il est venu à pied ! Ce n’est pas vrai !
Je l’ai vu de mes propres yeux.
Ô Jbilo, pourquoi est-ce que tu es venu à pied ? Tu aurais dû monter dans une voiture !
Je n’ai que faire de la voiture, de la hâte, du vacarme et des cris ! Mes pieds valent beaucoup mieux, je suis moi-même à la fois le chauffeur et le moteur.
Est-ce que cela ne t’a pas fatigué ?
Pourquoi ne le serais-je pas ? Je suis fatigué, assoiffé, et affamé.
Alors assois-toi pour manger et boire. Voici de l’eau bouillie, prépare toi-même le thé.
D’accord, quand j’aurai terminé, j’irai dormir.
C’est entendu, fais comme bon te semblera !

É. Cleemann, Yallāho. Manuel d’arabe dialectal. 2e année, 1954. « Les pauvres ».

É. Cleemann, Yallāho. Manuel d’arabe dialectal. 2e année, 1954. « Les pauvres ».

Bulac (Paris)

  • 42 Ibid., leçon 30, p. 60

« Les pauvres42 »
Devant la porte de la mosquée, on voit toujours un mendiant aveugle, debout ou assis près du mur en train de mendier.
Un autre, qui est muet, se trouve toujours avec un vieillard et c’est le vieillard qui mendie en disant : Au nom de Dieu ! Au nom de Dieu !
Tu peux voir d’autres pauvres sans vêtements et affamés, ils s’estimeraient très heureux s’ils avaient eu juste un petit morceau de pain.
Une fois, une femme était assise avec ses petits enfants dans le froid, disant : celui qui nous gratifiera d’un pain, que Dieu le remercie !
Que Dieu ait pitié d’eux et de nous.

34Le manuel oppose cette vie traditionnelle à celle des quartiers européens.

  • 43 Ibid., leçon 34, p. 68.

« Les villes des Européens43 »
Les nouvelles villes du Maroc sont construites selon des normes européennes. Les rues sont larges et illuminées, avec de grands immeubles à quatre, cinq ou six étages.
En bas des immeubles, les magasins gardent leurs portes ouvertes : celui qui désire quelque chose y entre pour l’acheter.
Le soir et pendant toute la nuit, les cafés sont pleins de gens. Devant les portes, il y a des chaises autour des tables.
Les petites voitures et les grandes passent en vitesse au milieu des rues, et un policier est en train de monter la garde.
Le soir, les gens vont au cinéma se distraire jusqu’au milieu de la nuit.
Pendant le jour, les femmes se promènent avec leurs enfants dans des jardins.

Dans les collèges musulmans

  • 44 Ces manuels étaient disponibles sous la forme d’imprimés lithographiés ou tirés sur linotype.

35En 1920, à la suite de l’échec de la réforme de la Qarawiyyīn, des programmes spécifiques avaient été élaborés en vue d’être appliqués dans les deux collèges musulmans de Fès et de Rabat qui avaient pour mission de former, selon des normes bien définies, des fonctionnaires autochtones choisis parmi les fils de l’élite du pays. Les élèves de ces deux collèges devaient acquérir une formation à la fois arabo-musulmane et française. Le volet arabo-musulman se composait d’un enseignement religieux et d’un enseignement littéraire. Les manuels utilisés dans l’enseignement religieux étaient souvent ceux qui servaient à la Qarawiyyīn : la Muqaddima de ‘Abd al-Qādir al-Fāsī, la Risāla de Abū Zayd al-Qayrawānī, le Matn d’Ibn ‘Āchir et la Tuḥfa d’Ibn ‘Āsim44. Les enseignants qui donnaient ces cours étaient tous des oulémas ayant déjà obtenu une iğāza de la Qarawiyyīn attestant la qualité de leur savoir.

  • 45 Sur un volume général de 38 heures de cours par semaine (l’enseignement du français comptant pour 7 (...)

36Pour l’enseignement grammatical et littéraire, les manuels utilisés étaient aussi ceux en usage à la Qarawiyyīn : l’Ağurrūmiyya, la Lāmiyyat al-afāl, etc. Les programmes réservaient une place relativement importante à l’enseignement de la langue arabe : 11 heures au total (grammaire : 4 heures ; lecture expliquée : 3 heures ; droit musulman : 4 heures45).

  • 46 Muḥammad b. ‘Abd as-Salām aṣ-Ṣā’iḥ ar-Ribāṭī est issu d’une importante famille de Rabat d’origine a (...)
  • 47 Rabat, Imprimerie officielle, 1921, 237 p. Le titre en français est reproduit sur la 4e page de cou (...)
  • 48 Soit les Idrissides, les Almoravides, les Almohades, les Mérinides, les Wattassides, les Saadiens e (...)
  • 49 On y trouve al-Qādī ‘Ayyād, Ibn Baṭṭūta, al-Makūdī, Ibn Rāzī, Ibn al-Qādī, Ibn H̱aldūn, al-Faštālī, (...)
  • 50 Après une introduction présentant en trois pages la conquête musulmane de l’Espagne et les royaumes (...)

37À partir de 1920, les méthodes pédagogiques rompent totalement avec les traditions encore en cours à la Qarawiyyīn. Sous les auspices de la direction de l’Instruction publique au Maroc, Joseph Neigel, directeur du collège musulman de Rabat, commande au professeur de littérature arabe du collège, Muḥammad b. ‘Abd as-Salām aṣ-Ṣā’iḥ ar-Ribāṭī46, un ‘ālim averti, la rédaction d’un manuel moderne à destination des collèges musulmans. Cette commande, la première en son genre au Maroc, aboutit en 1920 à la publication d’al-Muntaẖabāt al-abqariyya li-tullāb al-madāris al-ibtidā’iyya. Morceaux choisis, tirés des œuvres des principaux prosateurs et poètes andalous et maghrébins à l’usage des collèges musulmans47. Après avoir donné une vue générale sur l’histoire du Maroc, présentée selon une suite de dynasties48, il propose successivement des extraits d’oulémas marocains49 et andalous50.

38Ce recueil détache clairement un espace maroco-andalou de l’ensemble de l’Orient arabe. Aucun texte n’évoque le début de l’islam en Arabie, ni l’expansion musulmane. Ce choix obéit à la ligne de conduite dictée par la direction de l’Instruction publique : il fallait décourager les élèves, en particulier les fils des notables, de tout projet de poursuivre leurs d’études dans les établissements universitaires égyptiens, syriens ou libanais. On remarque la présence de textes à l’écriture neutre, qui ne prétendent pas glorifier le passé politique et intellectuel du Maroc.

  • 51 Muḥammad Muḥī ad-Dīn al-Mašrafī, inspecteur de l’enseignement arabe au Maroc ; Muḥammad b. ʿAmrū at (...)
  • 52 Plusieurs indices permettent de dater la 1re édition de cet ouvrage du début des années 1950. Moham (...)
  • 53 Les thèmes abordés sont l’école, l’automne, la vie domestique, la santé, le sport, les animaux dome (...)

39Cependant, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, l’élite marocaine et les nationalistes réclament haut et fort une réévaluation de l’enseignement de l’arabe dans l’ensemble des écoles au Maroc. Ils s’intéressent aux manuels scolaires, vus comme des outils permettant de diffuser un enseignement correspondant à leurs valeurs. Dans ce nouveau contexte, quatre professeurs51 élaborent, avec l’autorisation du délégué du grand vizir à l’Instruction publique, spécialement intéressé à l’éducation religieuse et morale des élèves, un manuel à destination des collèges musulmans : al-Qirā’a al-maġribiyya52 [La lecture maghrébine]. Imprimé à Tunis, l’ouvrage affirme sa marocanité à travers l’illustration de sa page de titre, qui présente le dessin d’une porte de ville marocaine. Titre et contenus témoignent d’une évolution, sur le fond et la forme. Divisé en trois grandes parties, le recueil comprend des extraits variés d’œuvres d’écrivains arabes connus, issus de différents pays53.

  • 54 Nous avons nous-même utilisé ce manuel d’arabe lors de notre scolarité, dans les années 1960.
  • 55 4e éd., 1960.

40Ce manuel semble avoir été bien reçu : il a fait l’objet de plusieurs rééditions et a continué à être utilisé pendant les premières années de l’indépendance54. Son titre a cependant été transformé de façon significative : Al-Qirā’a al-maġribiyya devenant Al-Qirā’a al-arabiyya55.

Al-Qirā’a al-maġribiyya, vers 1950. Couverture.

Al-Qirā’a al-maġribiyya, vers 1950. Couverture.

Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)

Manuels de l’enseignement secondaire libre

41Les membres de l’élite citadine marocaine se sont engagés dès les années 1920 dans un mouvement de création d’écoles libres dans les zones d’occupation française et espagnole, de façon à développer une éducation conforme aux principes de l’islam et aux traditions du pays. Ils ont vu dans les manuels scolaires un instrument essentiel pour réaliser leur projet. Les étudiants marocains de retour d’Orient ont été nombreux à s’y investir. Mais on trouve aussi, parmi les auteurs des manuels, de jeunes savants marocains n’ayant pas voyagé au Machreq.

  • 56 L’ouvrage est édité dans le cadre d’une série de livres éducatifs élaborés sous les auspices de l’I (...)

42Le meilleur exemple est celui d’un autodidacte tangérois, Abdellah Guennoun (1908-1989), qui n’est pas passé par la Qarawiyyīn comme ses contemporains. En 1930, il publie al-Qudwat as-sāmiyya li-nāši’a al-islāmiyya [L’éminent modèle pour la jeunesse musulmane], livre de lecture destiné aux élèves des écoles marocaines56. On peut y voir la réaction d’un lettré engagé contre la promulgation du dahir berbère de 1930. Une comparaison de son contenu avec celui de Muḥammad as-Ṣā’ih, paru dix ans auparavant sous les auspices de la direction de l’Instruction publique, confirme qu’on est devant deux discours diamétralement opposés.

43Dans son introduction, Guennoun s’adresse directement au jeune élève marocain et musulman : il le met en garde contre le « grand danger » qui menace son avenir personnel et celui de sa nation. Il l’incite à assumer ses responsabilités en fournissant un maximum d’efforts et en se donnant les moyens de réaliser sa mission. Il lui recommande de suivre le chemin emprunté par ses ancêtres, d’honorer l’islam, de le défendre, de lutter pour faire reconnaître sa vérité et la transmettre aux nouvelles générations. Il l’invite enfin à apprécier les exemples qui rappellent les qualités des musulmans d’autrefois – volonté, persévérance, courage, altruisme, fidélité – et lui souhaite de réussir à suivre le droit chemin, afin de relier le présent avec le passé et de contribuer à rétablir la gloire de la nation islamique.

  • 57 On peut donner l’exemple d’une récitation intitulée « La volonté et la persévérance ». Ce texte trè (...)

44Cet appel est repris dans les différents textes choisis ou composés par Guennoun57. Il invite à mettre le savoir au service de la Umma, déplorant que les oulémas, pourtant nombreux au Maroc, ne fassent rien pour réveiller les gens, ni pour les protéger des maux qui les entourent. Il dénonce fermement la complicité de certains d’entre eux avec les « adversaires déclarés de la Umma » – une formule qui désigne indirectement les autorités du Protectorat.

45Un poème intitulé « Situation présente de l’état islamique » dit la supériorité générale des Européens et déplore la décadence absolue des Musulmans, avec ce refrain : « Ô fils de l’Islam, pourquoi cette stagnation ? ». « L’Arabe libre » dénonce non seulement le « dahir berbère » et ses visées ségrégationnistes, mais aussi toutes les injustices sévissant dans le pays. D’autres textes mettent l’accent sur les mérites de l’Islam, qui a contribué à l’essor de l’Europe et de la civilisation universelle. Certains insistent sur l’importance de la justice et de la fraternité entre les musulmans, de façon à permettre la renaissance de la Umma. L’écriture et la méthode de ce manuel ont inspiré des auteurs marocains de retour d’Orient.

  • 58 Aḥmad Madīna, Mutarāt li-l-muālia al-urra [Morceaux choisis pour la lecture libre], Tétouan [?] (...)
  • 59 Muḥammad Taqiy ad-dīn al-Hilālī avait soutenu en 1940 un doctorat en littérature à Berlin.

46C’est le cas du Tétouanais Ahmed Medina, qui, dix-sept ans plus tard, publie une anthologie de textes de lecture, Muẖtarāt li-l-muṭālia al-ḥurra58. Ancien étudiant de l’université Fouad Ier au Caire, Medina était devenu enseignant à l’Institut libre de Tétouan. Les textes de son recueil, en partie composés par des leaders nationalistes (Abdelkhaleq Torres, Allal al-Fassi, Abdellah Guennoun, Mohammed El Kanouni, etc.) étaient précédés d’une introduction due au grand savant salafiste marocain Muḥammad Taqiy ad-dīn al-Hilālī59 (1894-1987).

  • 60 « Junūd Mawlāy Ismā’īl », dans Aḥmad Madīna, op. cit., p. 34-35. Le texte est accompagné d’une repr (...)
  • 61 « Al-Fatāt al-maġribiyya » [La jeune fille marocaine], ibid., p. 48-49.

47Le recueil aborde des sujets divers : l’importance de la lecture et du livre dans la culture musulmane et dans le développement de la civilisation, la géographie en relation avec l’histoire de l’Islam (Cordoue, Séville, Marrakech), Hannibal en Italie, la bataille des Trois Rois, les guerriers du sultan Moulay Ismaïl60, Léon l’Africain, Ibn Tachfin, Averroès, Ibn Toumert, al-Maqarrī, le cinéma, la bombe nucléaire, le jeu d’échecs, la prière et le sport, la libération des jeunes filles marocaines61, les hommes de demain.

Perspectives

48Cette étude n’a pas d’autre prétention que de fournir un premier aperçu d’une production plus nombreuse et plus variée qu’on aurait pu le supposer. Le travail de recensement systématique des éditions de manuels scolaires publiés au Maroc sous protectorat reste à faire. Une fois l’ensemble du corpus bien cerné, seule une analyse détaillée du contenu de ces manuels permettrait de mieux appréhender les stéréotypes qui y circulent et l’image du passé marocain qui y est véhiculée.

Notes

1 On peut citer les études monographiques de Mekki Merrouni (« Le collège musulman de Fès (1914-1956) », thèse, université de Montréal, 1980) et de Mohamed Benhlal (Le Collège d’Azrou. La formation d’une élite berbère civile et militaire au Maroc, Paris, Karthala/Iremam, 2005), les synthèses de John James Damis (« The Free-School Movement in Morocco, 1919-1970 », thèse, Tufts University, 1971) et de Mohammed Rachid Belhaj Saif (« La politique scolaire du Protectorat au Maroc (1912-1940) », thèse, université Paris V, 1994, 2 t.), ainsi que les travaux d’Yvonne Knibiehler (« L’enseignement au Maroc pendant le Protectorat (1912-1956). Les “fils de notables” », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 41-3, juillet-septembre 1994, p. 489-498).

2 Service de l’ambassade de France à Rabat, ce centre assume aujourd’hui la responsabilité de la gestion de l’enseignement de la langue et de la culture arabes dans les établissements français du Maroc. Créé en 1988, il a remplacé le Bureau de l’enseignement de l’arabe et la Coordination de l’enseignement de l’arabe. Il produit et édite des documents pédagogiques pour l’enseignement de l’arabe dans les établissements français au Maroc, en coordination avec le ministère de l’Éducation nationale marocain.

3 Il s’agit d’une encre (midād) de couleur noire ou marron. On la prépare à partir de laine brûlée de façon à fabriquer une pâte, qu’on dilue avec de l’eau de rose et d’autres matières. Elle est facile à effacer avec de l’eau.

4 Pour plus de détails, voir Louis Brunot, « L’école coranique dans le monde musulman », dans Premiers conseils (pour les maîtres des écoles musulmanes), Rabat, École du Livre, 1934, p. 15-23.

5 Al-Qarawiyyīn a été créée à Fès au ixe siècle. Voir Louis Brunot, « L’université marocaine d’al-Qarawiyyin », dans Louis Brunot, op. cit., p. 26-37 ; Gaston Deverdun, article « al-Karawiyyīn », Encyclopédie de l’Islam, t. IV, p. 657-661.

6 Sur l’évolution de la bibliothèque al-Qarawiyyīn à Fès et de la bibliothèque Ibn Yūsuf à Marrakech, voir Latifa Benjelloun-Laroui, Les Bibliothèques au Maroc, Paris, Maisonneuve et Larose, 1990, p. 129-194.

7 H̱alīl b. Ishāq b. Mūsā al-Jundī, l’auteur de ce Muẖtaṣar fī-l-fiqh a vécu au Caire, où il est mort en 1374.

8 Il s’agit de Abū ʿAbdallāh Muḥammad (1203-1274), grammairien andalou de renom, auteur d’al-Kāfiyya aš-Šāfiyya, dite al-Alfiyya ainsi que d’une Lāmiyyāt al-af‘āl.

9 L’Āğurrūmiyya, dont le titre original est Muqaddima fī mabādi’ ‘ilm al-‘arabiyya est un traité de syntaxe (i‘rāb) composé par Ibn Āğurrūm (1273-1323), professeur à la mosquée des Andalous à Fès.

10 L’étude la plus approfondie sur la question reste jusqu’à présent la thèse de Fawzi Abdulrazak, « The Kingdom of the book: The History of Printing as an agency of a Change in Morocco between 1865 and 1912 », Ph. D., Boston University, 1990. Inédite en anglais, cette étude a été traduite en arabe par nos soins (Mamlakat al-kitāb : Ta’rī at-tibā‘a fī l-Maġrib mā bayn 1865-1912, Rabat, Publications de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, 1996).

11 Muḥammad al-Manūnī, Ta’rī al-wirāqa al-maġribiyya, sinā‘at al-matūt al-Maġribī min al-‘asrī al-wasīt ilā l-fatra al-mu‘ āsira, Rabat, Publication de la faculté des Lettres de Rabat, 1991.

12 Alain Choppin, Les Manuels scolaires : Histoire et actualités, Paris, Hachette, 1992.

13 Ibid.

14 Sur l’action de l’Espagne dans le domaine de l’enseignement au Maroc, voir F. Valderrama Martínez, Historia de la acción cultural de España en Marruecos, Tétouan, Marroqui, 1956.

15 John James Damis, « The Free-School Movement in Morocco, 1919-1970 », op. cit. Cette thèse, fondée sur des entretiens de nationalistes ayant contribué à la création d’écoles libres, reste la principale étude sur la question. Une traduction en arabe en a été publiée par Muḥammad Al-Mutasim (Ḥarakat al-madāris al-urra bi-l-Maġrib (1919-1970), Casablanca, Tānsīft, 1991).

16 Mohammed Rachid Belhaj Saif, « La politique scolaire du Protectorat au Maroc (1912-1940) », op. cit.

17 Mekki Merrouni, op. cit., p. 96.

18 Sur une présentation de l’enseignement de l’arabe dans les écoles urbaines du point de vue d’un proche de l’administration française, voir Roger Gaudefroy-Demombynes, L’Œuvre française en matière d’enseignement au Maroc, Paris, Geuthner, 1928, p. 63-70.

19 On peut signaler ici l’importance d’ouvrages destinés à un lectorat adulte, comme le Manuel d’arabe marocain, avec introduction historique et géographique de Maurice Gaudefroy-Demombynes et Louis Mercier, Paris, Guilmoto, s. d. [1914] (nouvelle édition revue et augmentée par Louis Mercier sous le titre de Manuel d’arabe marocain. Grammaire et dialogues, Paris, Challamel, 1925) ou les ouvrages de Louis Brunot : Yallah ! ou l’arabe sans mystère (dialecte du Maroc), Paris, Larose, 1933 et Introduction à l’arabe marocain, Paris, Maisonneuve, 1950.

20 Apprenons l’arabe : méthode simple et pratique pour l’étude de l’arabe parlé au Maroc, Casablanca, 1933, 227 p. Louis Brunot en a rendu compte dans le Bulletin de l’enseignement public du Maroc, no 129, 1933. Ce manuel a été réédité à Casablanca en 1937 (impr. de Bouskila, in-8o, iv-248 p.), 1941 (impr. A. B. C., 129 p.) et 1942 (impr. A. B. C., 146 p.).

21 Parmi les manuels d’arabe marocain publiés en espagnol, on peut citer celui qu’a publié José Lerchundi (Rudimentos del árabe vulgar que se habla en el Imperio de Marruecos, Tanger, Impr. de la Misión Católico-Española, 1889). Plus tard, José A. Martínez Drizien fait paraître des Lecturas de árabe vulgar (Tétouan, Instituto General Franco de Estudios e Investigación Hispano-Árabe, 1952).

22 Barthélemy Sans, Apprenons l’arabe : méthode simple et pratique pour l’étude de l’arabe parlé au Maroc, Casablanca, Impr. A. B. C., 1941, p. 90.

23

الرحيل في دار المسلمين

المسلمين عندهم الحوايج بَزَّاف في دارهم بحال النصارى- ولاَيْنِّي ما عندهم لا بيت الفراش لا بيت المَاكْلَة- ينعسوا وياكلوا في بيت من بيوت الدار- لاكن في الغالب عندهم بيت الضياف- يْفَرّْشُوﺍ قاع البيت بحصيرة أو بزربية- ما يجلسوﺍ شي على شِلْيَة- غير يبركوﺍ على مضارب محطوطين فوق السرير ذاللوح- كايبغيوا بَزَّافْ يْسَنّْدوﺍ على المْسَاند والمخادّْ والسّْطارَمْ – يديروا عليهم غشاوات مطروزين ذِيَال الحرير أو ذيال المُوبَّر – على الحيوط تشوف حيطي مزوق والمرايات والمواقن.

24 Barthélemy Sans, op. cit., p. 107.

25

الزنقة ذيال النصارى وحومة المسلمين

فاين ساكنين انتما يا التاجر- كانسكنوا في الزنقة ذيال المارشي- واخا في الزنقة الِّي يقولوا لها محج لاگار- إيه يا سيدي- بالحق ذيک الزنقة مزيانة فيها ديور عاليين بسواري ذيال الرخام ونباحات وسراجم كبار وكثار في خمسة أو ستة ذ الطبقات سُكَّانهم يطلعوا لهم بالماكينة الي يْسَمِّيوهَا أصانصور- وطريقها مرصفة بالزفت - في طول النهار ماشيين فيها اوطُومُوبِيلاَتْ واكْوَاتْشِي وكاتشوف فيها الزحام والحراكات في كل ساعة – ولاَيْنِّي قلها لي ما كنتوا شي عْيَّانِينْ ومْقَلقِينْ مْنِينْ تْسَمْعُوا في النهار كله هاذ الهَرَج وهاذ الغوﺍت الِّي يْصَدَّعْكُم؟- لاَّ ياسيدي ﺍحْنَا مْوَالفِينْ بهاذ الشِّي وانتُما فَايْنْ سَاكْنِينْ- دارنا في داخل المدينة في حومة ساكتة وعندنا التِّيساع بزَّافْ في البيوت ونتفرجوا في الرياض مغروس بالشجر والنوار ما عندنا الجيران معنا ونكونوا ديما مهنيين- راه يا سيدي كيما فرق الله الْدْيَانْ بين بني ادم فَرَّق تَانِي عادتهم وهذي هي الدنيا.

26 Yallāho. Manuel d’arabe dialectal des classes primaires, 1er livre, Paris, Marcel Didier, 1956, p. 111 [« Avant-propos »].

27 Ibid., p. 56-59.

28  L’ouvrage comprend 36 pages. Il est daté de 1339 de l’hégire (1920/1921), sans mention d’éditeur ni d’imprimeur.

29 Alain Messaoudi, « Louis Brunot », dans François Pouillon (éd.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala, p. 155-156.

30 Āssiyya b. ‘Adāda, Kuttāb al-fikr al-ilāḥī fī-ahd al-ḥimāya: Muḥammad Ibn al-Ḥasan al-Ḥağwī namuājan, Casablanca, Manšurāt al-Markaz at-taqāfī al-‘arabī, 2003. Pour plus de détails sur les écrits d’El Hajoui, voir <http://www.bnrm.ma/fr/collections/El-Hajoui.pdf> (page consultée en novembre 2012).

31 Muḥammad b. ‘Abd al-Mağīd b. ‘Abd ar-Raḥmān Aqiḥbī est mort en 1944. On lui doit aussi un manuel d’histoire, le Ta’rīẖ mulūk al-Maġrib.

32 Nous ne connaissons pas la trajectoire de son auteur, un étudiant brillant et un lettré distingué, si l’on en croit la préface de Louis Brunot. Il est mort avant 1938.

33 Nous n’avons pu disposer que de sa 2e édition, Tanger, Imprimerie Ancelle, 1938, 44 p.

34 Ainsi pour l’apprentissage de la lettre kāf, p. 18-19.

35 Kurāsat al-hijā’ al-ūlā. Talīm al-qirā’a li-riyā al-aṭfāl [Premier cahier d’alphabet. Apprentissage de la lecture pour le jardin d’enfants], 1366 h. (1947), Tanger, Imprimerie de Tanger, 13 p.

36 Ibn Ğilānī ‘Aqārī [E. Bendjillani-Akary], A-Ṭarīqat al-ḥadīa fī-l-kitāba wa-l-qirā’a [Méthode nouvelle pour l’enseignement de la lecture et de l’écriture arabes], manuel destiné aux cours préparatoire et élémentaire 1re année des écoles marocaines, Taza, Maimon, s. d. [1951], 86 p. (illustrations par Félicien Borghero). Akary remercie dans sa préface l’inspecteur de l’enseignement arabe des écoles musulmanes, Muḥī ad-dīn al-Mašrafī, pour l’avoir orienté dans l’élaboration de l’ouvrage et pour ses corrections.

37 Ibid., p. 3, 8 et 22.

38 E. Cleemann, Yallāho. Manuel d’arabe dialectal, 2e année (lycées, collèges et cours complémentaires européens), Paris/Tanger/Casablanca, Didier/SELMA/SMLE, 1955, xi-168 p.

39 Ibid., « Avant-propos ».

40 Ibid., p. 6 et 24.

41 Ibid., leçon 28, p. 56.

42 Ibid., leçon 30, p. 60

43 Ibid., leçon 34, p. 68.

44 Ces manuels étaient disponibles sous la forme d’imprimés lithographiés ou tirés sur linotype.

45 Sur un volume général de 38 heures de cours par semaine (l’enseignement du français comptant pour 7 heures, le commerce pour 3 heures, la traduction pour 2 heures – comme les mathématiques et la géographie –, la calligraphie pour 1 heure – comme les sciences, l’histoire et le dessin –, programme de 1920) (Mekki Merrouni, op. cit., p. 166-167).

46 Muḥammad b. ‘Abd as-Salām aṣ-Ṣā’iḥ ar-Ribāṭī est issu d’une importante famille de Rabat d’origine andalouse. Après avoir appris le Coran et les bases du fiqh, il poursuivit avec succès ses études à la Qarawiyyīn. Il fut nommé répétiteur au collège musulman de Rabat dès sa création, en février 1916.

47 Rabat, Imprimerie officielle, 1921, 237 p. Le titre en français est reproduit sur la 4e page de couverture.

48 Soit les Idrissides, les Almoravides, les Almohades, les Mérinides, les Wattassides, les Saadiens et les Alaouites (p. 4-8).

49 On y trouve al-Qādī ‘Ayyād, Ibn Baṭṭūta, al-Makūdī, Ibn Rāzī, Ibn al-Qādī, Ibn H̱aldūn, al-Faštālī, al-Maqarī (6 p.), al-Yūsī, Ibn Zakūr, al-‘Allāmī (8 p.), al-Afrānī, al-Massārī, Ibn al-Wannān, Ḥamdūn b. ḥağ, Moulāy Sulaymān, Ibn Amrū, az-Zayyānī, Ibn Idris, Akensus, an-Nāḥirī.

50 Après une introduction présentant en trois pages la conquête musulmane de l’Espagne et les royaumes des ā’ifa-s, il propose des textes d’Ibn Tāriq b. Ziyād, al-Ġazāl, Ibn ‘Abd ar-Rabbih, Ibn Hānī, Ibn al-H̱atīb…

51 Muḥammad Muḥī ad-Dīn al-Mašrafī, inspecteur de l’enseignement arabe au Maroc ; Muḥammad b. ʿAmrū at-Tammār, enseignant au collège musulman d’Oujda ; Muḥammad b. Zayyān, directeur de l’Institut Guessous à Rabat ; Ğilānī Fāḥila, enseignant à l’école des fils des notables à Rabat.

52 Plusieurs indices permettent de dater la 1re édition de cet ouvrage du début des années 1950. Mohammed Derfoufi, propriétaire de la librairie al-Ma‘ārif à Oujda, a couvert les frais de son impression en Tunisie.

53 Les thèmes abordés sont l’école, l’automne, la vie domestique, la santé, le sport, les animaux domestiques, la charité, les fêtes, la nature, les métiers, les voyages, la morale, la religion. Les textes sont illustrés par des supports didactiques en relation directe avec le contenu de chaque thème.

54 Nous avons nous-même utilisé ce manuel d’arabe lors de notre scolarité, dans les années 1960.

55 4e éd., 1960.

56 L’ouvrage est édité dans le cadre d’une série de livres éducatifs élaborés sous les auspices de l’Institut Moulay el-Mehdi, à Tétouan.

57 On peut donner l’exemple d’une récitation intitulée « La volonté et la persévérance ». Ce texte très court sur le thème de la « bravoure » explique à l’élève que l’homme véritable et authentique doit répondre à trois impératifs. Il faut déjà qu’il complète sa personnalité par une bonne éducation, qui le rende supérieur aux gens du commun (‘āmma). Ensuite, il doit avoir l’amour du travail, seule et unique clé de la réussite, et bannir le désœuvrement et la lassitude. Enfin, il doit faire preuve d’abnégation et refuser toute situation humiliante.

58 Aḥmad Madīna, Mutarāt li-l-muālia al-urra [Morceaux choisis pour la lecture libre], Tétouan [?], 1947.

59 Muḥammad Taqiy ad-dīn al-Hilālī avait soutenu en 1940 un doctorat en littérature à Berlin.

60 « Junūd Mawlāy Ismā’īl », dans Aḥmad Madīna, op. cit., p. 34-35. Le texte est accompagné d’une reproduction d’un portrait du sultan.

61 « Al-Fatāt al-maġribiyya » [La jeune fille marocaine], ibid., p. 48-49.

Table des illustrations

Titre B. Sans, Apprenons l’arabe, 1942. Couverture.
Crédits BNF, Littérature et Art, 8-X-24599 (BIS)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre É. Cleemann, Yallāho. Manuel d’arabe dialectal, 1956.
Crédits BNF, Littérature et Art, 8-X-23 756 (2)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Yallāho. Le vêtement chez les Européens et chez les musulmans.
Crédits BNF, Littérature et Art, 8-X-23 756 (2)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Yallāho. Le vêtement féminin.
Crédits BNF, Littérature et Art, 8-X-23 756 (2)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre M. Akesbi, L’Apprentissage élémentaire des lettres arabes, 1920-1921. Couverture.
Crédits Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre M. Akesbi, L’Apprentissage élémentaire des lettres arabes, 1920-1921. Exercice sur les lettres de prolongation.
Crédits Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Al-‘Alawī, Méthode générale pour la lecture de l’alphabet arabe, 1938 (2e éd.).
Crédits Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Al-‘Alawī, Méthode générale pour la lecture de l’alphabet arabe, 1938 (2e éd.).
Crédits Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Al-‘Alamī, Premier cahier d’alphabet, 1947.
Crédits Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Ibn Jilānī ‘Aqārī, Méthode nouvelle pour l’enseignement, 1951.
Crédits Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre É. Cleemann, Yallāho. Manuel d’arabe dialectal. 2e année, 1954. « Jbilo est fatigué ».
Crédits Bulac (Paris)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre É. Cleemann, Yallāho. Manuel d’arabe dialectal. 2e année, 1954. « Les pauvres ».
Crédits Bulac (Paris)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Al-Qirā’a al-maġribiyya, vers 1950. Couverture.
Crédits Bibliothèque Abdellah Guennoun (Tanger)
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/263/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 543k

Auteur

Khalid Ben-Srhir est professeur d’histoire contemporaine à la faculté des lettres et des sciences humaines de l’université Mohammed V de Rabat (Agdal), chercheur associé à l’Institut royal pour la recherche sur l’histoire du Maroc et membre du comité de rédaction de la revue Hespéris Tamuda. Il a travaillé sur les relations entre le Maroc et la Grande-Bretagne aux xixe et xxe siècles : Britain and Morocco During the Embassy of John Drummond Hay, 1845-1886 (New York, Routledge, 2005).

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable