Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui

 | 
Sylvette Larzul
, 
Alain Messaoudi

Outils et modes d’apprentissage des langues orientales (vers 1750 – vers 1830)

Les manuels de langue arabe en usage en France à la fin de l’Ancien Régime*

Aurélien Girard

Texte intégral

  • * Il m’est agréable de remercier Jocelyne Dakhlia, Alastair ‎Hamilton, Bernard Heyberger, Pierre Larc (...)
  • 1 Frédéric Hitzel (dir.), Istanbul et les langues orientales. Actes du colloque organisé par l’IFEA e (...)
  • 2 Alain Messaoudi, « La langue arabe et l’université française entre 1800 et 1960 », IBLA, 2006, 197, (...)

1L’état des études arabes en France à la veille de la Révolution française est généralement décrit comme déplorable à travers les deux institutions censées dispenser des cours de langue : l’École des jeunes de langue, créée en 1669 pour former des interprètes de carrière devant servir de drogmans aux ambassadeurs et consuls de France en Orient1, et le Collège royal, ancêtre du Collège de France, qui disposait dès le xvie siècle d’un lecteur d’arabe2. Ce constat s’appuie sur les remarques des contemporains qui aspiraient à un renouvellement dans les institutions enseignant les langues orientales, afin de répondre à de nouvelles nécessités. Malheureusement, les archives restantes produites par ces institutions ne permettent pas de connaître précisément le contenu des cours de langue arabe, la méthode utilisée ou encore les ouvrages servant de support à l’enseignement. Néanmoins, on peut prétendre cerner ce corpus des manuels en usage avec assez d’assurance grâce aux témoignages des contemporains.

  • 3 Lucette Valensi, « Collège royal, ou Collège des lecteurs royaux, puis Collège de France », dans F. (...)

2Dès les débuts de la période révolutionnaire, le projet d’une nouvelle école de langues orientales fut évoqué. Un interprète en langues orientales, Louis Langlès, présenta en 1790 à l’Assemblée constituante une adresse sur l’importance des langues orientales pour le commerce, le progrès des lettres et des sciences et préconisa la création de chaires d’arabe, de turc et de persan à Paris et à Marseille. L’École spéciale des langues orientales vivantes, ancêtre de l’INALCO3, fut créée par la loi du 10 germinal an III. Cette loi demandait aux professeurs de composer en français des manuels propres à faciliter l’étude des langues qu’ils enseignaient. Ce fut pour satisfaire à cette obligation qu’Antoine-Isaac Silvestre de Sacy, premier détenteur de la chaire d’arabe, publia en 1810 sa célèbre Grammaire arabe qui renouvela considérablement l’étude de la langue en Europe à l’époque contemporaine. Dans sa préface, il dressait un bilan des manuels en usage en France qu’il avait lui-même utilisés et qui constituaient des sources pour sa Grammaire arabe :

  • 4 Antoine-Isaac Silvestre de Sacy, Grammaire arabe à l’usage des élèves de l’École spéciale des langu (...)

Depuis la grammaire arabe donnée, en 1505, en langue castillane, par Pierre d’Alcala, et celle que Guillaume Postel fit imprimer à Paris vers 1538, et qui ne pouvait être regardée que comme un essai fort imparfait, il a paru un très grand nombre de livres élémentaires pour l’étude de la langue arabe ; on peut les diviser en deux classes. À la première appartiennent toutes les grammaires dont les auteurs ont suivi plus ou moins exactement le système et la méthode des grammairiens arabes : tels sont les ouvrages de Gabriel Sionita, Martellotto, Pierre Metoscita, Guadagnoli, Agapit à Valle Flemmarum, etc. On peut y joindre les traités composés par des grammairiens arabes et imprimés dans leur langue originale avec des traductions ou des commentaires en latin, comme le Liber Tasriphi, publié par J. B. Raymond ; la Djaroumia (ou Agrumia) avec la traduction et les commentaires de Thomas Obicin ; la même, avec la traduction d’Erpénius ; le traité, intitulé Centum regentes, donné par ce savant, etc. La Grammaire arabe du même Erpénius, publiée, pour la première fois, en 1613, et ses Rudiments, dont la première édition a paru en 1620, ouvrent la seconde classe : ces deux livres, dans lesquels l’auteur a abandonné la marche des grammairiens orientaux et adopté un système moins compliqué et plus analogue aux méthodes que l’on suit ordinairement dans l’étude des langues savantes, ont servi de modèle à une grande partie des grammaires arabes publiées dans le xviie et le xviiie siècle ; et quoique plusieurs savants aient ajouté leurs observations à celles de cet illustre orientaliste, il en est peu qui aient réellement étendu ou perfectionné son travail4.

  • 5 Michel Espagne, « Un Orient franco-allemand : les correspondants de Silvestre de Sacy », dans Mauri (...)

3Un aperçu d’ensemble de ces ouvrages conduit à quelques remarques préliminaires. Si les travaux récents ont insisté, à juste titre, sur la dimension franco-allemande de l’orientalisme du premier xixe siècle et sur les échanges de Silvestre de Sacy avec un réseau de savants allemands5, l’orientaliste reconnaissait tout au long de sa grammaire sa dette envers les études de langue arabe des temps modernes. Silvestre de Sacy remontait d’ailleurs à des ouvrages publiés au début du xviie siècle. Cette série de manuels d’arabe eut donc une durée de vie exceptionnelle probablement grâce à des qualités qui les rendirent irremplaçables pendant presque deux siècles. En même temps, cela permet de mieux comprendre la nécessité d’un renouvellement des instruments d’apprentissage ressentie par les contemporains.

  • 6 Jean Hesronite et Gabriel Sionite, Grammatica arabica Maronitarum, Paris, 1616. G. Troupeau, « Réfl (...)
  • 7 Josée Balagna Coustou, L’Imprimerie arabe en Occident (xvie, xviie, xviiie siècles), Paris, Maisonn (...)
  • 8 Sur le contexte romain et plus largement italien, voir Giovanni Pizzorusso, « La preparazione lingu (...)

4À l’exception de la grammaire à peine ébauchée des maronites Gabriel Sionite et Jean Hesronite6, aucun des manuels en usage ne fut publié en France, alors que la plupart le furent à Rome ; quant aux traités d’Erpenius, qui constituèrent les références dans l’étude de la langue jusqu’à Silvestre de Sacy, ils furent imprimés à Leyde. Cette géographie des ouvrages de langue s’explique par la difficulté de disposer des caractères arabes nécessaires à l’impression : ainsi, l’imprimerie en caractères arabes en France cessa ses activités en 16797. Néanmoins, au sein de la « république des lettres », les ouvrages savants se diffusaient couramment par-delà les frontières nationales et confessionnelles, et cette circulation se trouvait facilitée par l’utilisation d’une même langue de communication entre savants : le latin. En outre, la production orientaliste italienne semblait connaître un notable rayonnement et bénéficier d’un certain prestige dans l’Europe catholique du xviie siècle grâce aux imprimeries possédant des caractères orientaux, aux collections de manuscrits uniques en Europe, aux experts en langue nombreux8 (missionnaires revenus en Europe après de longs séjours dans le Levant et chrétiens orientaux séjournant dans la péninsule).

  • 9 La référence sur les études arabes en Occident reste Johann Fück, Die arabischen Studien in Europa (...)

5La typologie, basée sur le critère de la méthode proposée par Silvestre de Sacy pour classer ces grammaires de l’arabe, ne paraît que partiellement valide. Si les publications de traités arabes de grammaire rédigés au Moyen Âge constituent bien une catégorie clairement définie, la délimitation entre « les auteurs [qui] ont suivi plus ou moins exactement le système et la méthode des grammairiens arabes » et ceux qui ont « abandonné la marche des grammairiens orientaux et adopté un système moins compliqué et plus analogue aux méthodes que l’on suit ordinairement dans l’étude des langues savantes », suivant en cela le maître Erpenius, ne paraît pas nette au regard des grammaires mentionnées. En réalité, ces grammaires occidentales de l’arabe apparaissent toutes marquées par la trame donnée dans les ouvrages d’Erpenius, auquel elles se réfèrent la plupart du temps dans l’introduction. Néanmoins, certains ouvrages se rapprochent du système des grammairiens arabes, en étoffant les chapitres sur la syntaxe de la langue, lacunairement traitée par Erpenius, et en utilisant la terminologie grammaticale arabe classique au lieu de la seule terminologie latine proposée par le professeur d’arabe de Leyde9.

Publier et traduire des grammaires arabes

  • 10 Elle fut publiée pour la première fois à Rome en 1592, sous le titre : Grammatica arabica in compen (...)
  • 11 Adruinus Kleinhans, Historia studii linguæ arabicæ et collegii missionum OFM in conventu ad S. Petr (...)
  • 12 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. vi, x, 403, 411, 561 et t. II, p. 198

6Au début du xviie siècle, les orientalistes publièrent des traités composés par des grammairiens arabes, imprimés en arabe et, le plus souvent, accompagnés de traductions et commentaires en latin. La plus célèbre fut la Muqaddima composée au début du xive siècle par le grammairien marocain de Fès, Muḥammad aṣ-Ṣanhāğī, connu sous le nom d’Ibn Āğurrūm10. Le franciscain Thomas Obicin (Tommaso Obicini da Novara11), utilisant les travaux de ses prédécesseurs, publia à Rome en 1631 la quatrième édition et troisième traduction latine : Grammatica arabica Agrumia appellata. Déclarant « non latine tantum donare, sed brevi commentario in studiorum commodum illustrare volui », il articula systématiquement un extrait du texte arabe avec sa traduction latine et un commentaire, quelquefois cité par Silvestre de Sacy12.

  • 13 Grammatica arabica dicta Caphia, auctore filio Alhagiabi, Rome, 1592.
  • 14 Liber Tasriphi, éd. par Jean-Baptiste Raymond, Rome, 1610.
  • 15 Libellus centum regentium, éd. par Thomas Erpenius, Leyde, 1617.
  • 16 Pour un aperçu de la tradition grammaticale ancienne, voir G. Troupeau, « Naḥw », dans Encyclopédie (...)
  • 17 A.-I. Silvestre de Sacy, Anthologie grammaticale arabe, Paris, Imprimerie royale, 1829, p. v.

7D’autres grammaires arabes furent publiées et traduites à la même époque : la Kāfiya d’Ibn al-Ḥāğib13, juriste de rite malikite et grammairien originaire de Haute-Égypte (mort en 646 H./1249), le Kitāb al-taṣrīf d’az-Zanğānī, grammairien bagdadien du xiiie siècle dont l’ouvrage portait, comme le nom l’indique, spécifiquement sur la morphologie du verbe14. Enfin, Erpenius traduisit en latin et publia à Leyde en 1617 le Kitāb al-‘awāmil al-miʾa du persan al-Ğurğānī15 (mort en 471 H./1078). La plupart de ces ouvrages étaient des résumés, plus ou moins succincts, plutôt que d’authentiques précis de grammaire, d’ailleurs la Muqaddima (« introduction ») était une grammaire versifiée à des fins mnémotechniques. En outre, tous ces auteurs étaient relativement tardifs, on ne retrouvait aucun des grands représentants de l’âge d’or de la grammaire arabe que fut la période des viiie, ixe et xe siècles16. La connaissance des ouvrages grammaticaux arabes qu’avaient les arabisants européens jusqu’au début du xixe siècle était donc relativement partielle et nettement insuffisante pour en donner une idée précise. Ces éditions de grammaires arabes, si remarquables fussent-elles par la qualité des impressions, se limitèrent chronologiquement à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle. Faut-il en conclure que les arabisants s’en dispensèrent ? Laissons Silvestre de Sacy nous l’expliquer : « Je serais bien tenté de croire que ceux qui regardent comme perdu ou mal employé le temps qu’on met à étudier les grammairiens [arabes], ne les jugent avec tant de sévérité que parce qu’ils ne les comprennent point, et qu’ils n’ont pas pu ou n’ont pas voulu surmonter les difficultés que présente cette étude17. » Assurément, ces ouvrages ne satisfaisaient guère l’apprenti arabisant qui se destinait à être interprète au service de la diplomatie ou du commerce, ou encore le religieux qui aspirait à la mission en pays arabe, mais ils permirent aux philologues européens d’avoir un authentique contact avec la tradition grammaticale classique.

  • 18 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. ix.
  • 19 G. Troupeau, « Trois traductions latines de la “Muqaddima” d’Ibn Ājurrūm », Études d’orientalisme d (...)

8Dans les traductions des traités grammaticaux qu’ils éditaient, les arabisants européens se trouvèrent confrontés à un problème très difficile de terminologie. Silvestre de Sacy ne pouvait que déplorer « l’effet de la multiplicité des termes techniques empruntés de la langue arabe et auxquels les traducteurs et les commentateurs se sont contentés de donner des formes et une terminaison latines, ou bien qu’ils ont rendus par des termes barbares qui n’offrent à l’esprit aucune idée claire et précise18. » Gérard Troupeau s’était appliqué à mettre en évidence la naissance de la terminologie latine pour traduire le vocabulaire arabe de ces grammaires, en pointant les difficultés et les inexactitudes dans les traductions des termes techniques ou l’opacité des simples transpositions de mots arabes latinisés19.

La Grammaire d’Erpenius : une référence pour deux siècles

  • 20 Constantin-François Volney, L’Alfabet Européen, Paris, Parmentier, 1826, t. VIII, p. 96, cité dans (...)
  • 21 Le récit de voyage de Volney bénéficie d’une édition critique : Voyage en Égypte et en Syrie, publi (...)
  • 22 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. vi, viii, ix, 14, 15, 24, 71, 94, 106 (...)

9« Lorsque, me préparant à voyager en Syrie, je voulus acquérir les premiers éléments de la langue arabe, j’ouvris la Grammaire d’Erpenius : ne comprenant rien à ce genre nouveau de doctrine, j’eus recours au professeur royal alors en fonction20 », déclarait Volney dans les années 178021. Désireux de s’instruire des rudiments de la langue en autodidacte, il se tourna donc immédiatement vers l’ouvrage d’Erpenius. En effet, les ouvrages du professeur de Leyde, Thomas van Erpe, dit Erpenius (1584-1624), constituèrent les véritables références pour l’apprentissage de la langue arabe dans toute l’Europe jusqu’au xixe siècle. En France, quoique les Rudiments connussent une dernière édition en 1844, en traduction française, ce fut la grammaire de Silvestre de Sacy qui éclipsa le manuel d’un des plus brillants orientalistes des temps modernes. Le professeur de l’École spéciale des langues orientales lui rendait d’ailleurs hommage dans son préambule. Il s’y référait fréquemment, en lui empruntant de nombreuses remarques glanées dans les différentes éditions de son œuvre, dont il ne manqua pas de souligner les différences, mais en le réfutant aussi parfois22.

  • 23 Sur cet orientaliste et l’« âge d’or » des études arabes aux Pays-Bas auquel il participe, voir Ala (...)
  • 24 Jean Rousseau, « La racine arabe et son traitement par les grammairiens européens (1505-1831) », Bu (...)

10En 1613, l’année même où il obtint la chaire d’arabe à Leyde, Erpenius publia sa Grammatica arabica23. Dans cet opuscule de cent soixante-dix pages, le maître exposa en cinq livres une synthèse efficace de la langue arabe dans un style latin limpide. Le « De orthographia » (p. 1-36) présentait le système alphabétique arabe, la vocalisation et les notes orthographiques (le tanwīn, la hamza, la waṣla…). Après une introduction autour de la notion de racine (il ne s’agissait pas de la racine consonantique, mais de la racine vocalisée, c’est-à-dire la troisième personne du masculin singulier de l’accompli24), de la question des formes et des voix du verbe, le « De verbo » dévoilait à l’étudiant les conjugaisons de la première forme des verbes trilitères sains, puis des formes dérivées et des quadrilitères et enfin, des verbes malades et hamzés (p. 37-103). Le troisième livre, consacré au nom, commençait par en exposer la qualité (définition, annexion), son aspect dans ses états premier et dérivés (nom d’acteur, de lieu, de temps, d’instrument, le diminutif…), son genre, puis abordait les problèmes de numération, de déclinaison et le comparatif (p. 104-152). Un rapide quatrième livre traitait des particules (p. 153-162). Enfin, Erpenius achevait son cours par un trop bref dernier livre sur la syntaxe (des noms, des verbes et des particules) (p. 163-171).

  • 25 Sylvette Larzul et Isabelle Landry-Deron, « Eusèbe Renaudot », dans F. Pouillon (dir.), op. cit., p (...)
  • 26 Cité dans Henri Omont, « Documents sur les Jeunes de langues et l’imprimerie orientale à Paris en 1 (...)

11La Grammaire d’Erpenius fit école car elle présentait un tableau commode de la langue, particulièrement clair et pédagogique. Pour les étudiants qui, loin d’ambitionner les sommets de la philologie, voulaient pouvoir communiquer en arabe ainsi que lire et écrire des textes simples (missionnaires et drogmans par exemple), le manuel présentait une introduction efficace. C’est pourquoi l’orientaliste Eusèbe Renaudot25, rendant en 1719 un « Mémoire pour le conseil de la marine sur les ouvrages proposez pour l’instruction des enfants de langue », donnait ses recommandations pour l’enseignement de l’arabe aux Jeunes de langue envoyés à Istanbul : « On ne manque pas de grammaires faites en Europe, et il y en a plusieurs arabes fort exactes, mais difficiles à entendre, pour ceux qui commencent, par la trop grande quantité de préceptes dont plusieurs ne sont pas fort nécessaires, n’ayant pas assez de rapport au langage courant. Il y en a néantmoins quelques-unes, comme la petite d’Erpenius, qui pourroient estre imprimées, pour estre envoyées dans le Levant, car on y manque absolument de ces sortes de livres26. »

Th. Van Erpe, Thomæ Erpenii rudimenta linguæ Arabicæ, 1638. Page de titre.

Th. Van Erpe, Thomæ Erpenii rudimenta linguæ Arabicæ, 1638. Page de titre.

BNF, Littérature et Art, X-6393

  • 27 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. viii.
  • 28 T. Erpenius, Grammatica arabica, Leyde, in officina Raphelengiana, 1613, p. 46. Pour la réfutation (...)
  • 29 T. Erpenius, Grammatica arabica, p. 46. Pour la réfutation, voir A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire (...)

12Néanmoins, un orientaliste tout intéressé par la lecture des manuscrits arabes médiévaux et par une langue « classique » n’aurait su s’en satisfaire au-delà des premiers mois d’apprentissage. C’est ainsi que Silvestre de Sacy déplorait : « La syntaxe est certainement la partie la plus défectueuse de la Grammaire arabe d’Erpenius et de toutes celles auxquelles celle-ci a servi de modèle27. » Mais surtout, l’orientaliste hollandais utilisait, au risque de bien des approximations, une terminologie latine qui ne correspondait pas aux notions arabes. Ainsi, Erpenius tenta péniblement de concilier le maṣdar avec les notions d’infinitif et de gérondif en latin28. De même, l’ism al-fā‘il et l’ism al-maf‘ūl furent réduits aux participes29.

  • 30 Sur l’intérêt pour la Bible en langue arabe, voir A. Hamilton, William Bedwell the Arabist 1563-163 (...)
  • 31 Sylvain Auroux, « Introduction. Le processus de grammatisation et ses enjeux », dans S. Auroux (dir (...)
  • 32 Antonius Giggeius, Kanzu al-lughati al-‘arabiyyati sive Thesaurus linguæ arabicæ, Milan, 1632 ; J.  (...)

13En fait, la « grammatisation » de l’arabe dans l’Occident moderne ne se fit jamais pleinement sur le modèle latin, parce que, d’une part, la langue arabe bénéficiait déjà d’une tradition grammaticale autochtone particulièrement solide et développée, dont les arabisants européens avaient partiellement connaissance, comme nous l’avons dit, et que d’autre part, dans les débats philologico-théologiques du xviie siècle, la langue arabe était surtout définie par rapport à l’hébreu, conçu souvent comme la langue mère. Dans ce cadre, la connaissance de l’arabe pouvait servir à éclairer l’hébreu, par exemple pour comprendre certains mots rares de l’Ancien Testament. Les grammaires des deux langues sémitiques étaient rapprochées : Erpenius, qui était aussi professeur d’hébreu à Leyde, expliquait le maṣdar arabe grâce à une analogie avec un point de la grammaire hébraïque30. À la Renaissance, les linguistes soutenaient même qu’il fallait connaître l’hébreu avant d’apprendre l’arabe. Un des apports importants d’Erpenius fut de dissocier l’apprentissage de l’arabe : il exhortait ses étudiants en début d’année universitaire à apprendre l’arabe, quand bien même ils auraient ignoré l’hébreu31. Sur un plan lexicographique, il revient à l’orientaliste milanais Antonio Giggei d’avoir contribué à déconnecter l’arabe de l’hébreu, dans son Thesaurus linguæ arabicæ (Milan, 1632), grâce à l’usage des dictionnaires monolingues conservés parmi les manuscrits de l’Ambrosiana32.

« Suivre le système et la méthode des grammairiens arabes »

14Si la structure de la Grammaire d’Erpenius fut dans l’ensemble imitée par ses successeurs, certains orientalistes s’efforcèrent d’étoffer leurs ouvrages en rapportant la terminologie grammaticale arabe et en puisant davantage dans les traités arabes connus par des manuscrits pour développer certains aspects ou discuter quelques points de grammaire.

  • 33 Institutiones linguæ arabicæ, tribus libris distributæ, in quibus uberrime quæcumque ad litteras, d (...)
  • 34 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. x ; voir aussi p. 71, 126, 154, 299, (...)
  • 35 Voir la préface non paginée des Institutiones linguæ arabicæ de F. Martellotto.
  • 36 « Cæterum quamvis a prædicta Arabum methodo deflectentes, nostro nos ordine Latinis magis consono p (...)

15Ainsi, l’ouvrage Institutiones linguæ Arabicæ se présentait comme un volumineux traité complet, rédigé en 1620 par Francesco Martellotto, clerc régulier mineur (« caracciolino »), édité dans un format in-quarto de presque 500 pages, et imprimé avec de très beaux caractères arabes33. Le professeur d’arabe de l’École des langues orientales puisa abondamment dans cette grammaire qu’il tenait en haute estime : « J’ai pris pour guide dans cette quatrième partie de ma grammaire l’ouvrage de Martellotto34. » Après avoir rigoureusement exposé en préambule la construction des grammaires arabes traditionnelles35, Martellotto prit quelque peu ses distances avec la « méthode des Arabes », modifiant l’ordre d’exposition des points de grammaire afin de faciliter l’accès à la pensée de ces auteurs mais conservant un vocabulaire technique authentique36 : après avoir traité dans un bref premier livre de l’écriture de la langue (p. 2-37), il consacra le deuxième livre aux parties simples du discours réparties en nom, verbe et particule (p. 38-351), puis dédia le troisième à la syntaxe (p. 352-482).

  • 37 Wilferd Madelung, « at-Taftāzānī », EI², t. 10, p. 95-96.
  • 38 F. Martellotto, Institutiones…, op. cit., p. 41.

16Dans ce traité particulièrement précis et érudit qui puisait largement dans les manuscrits arabes collectés à la bibliothèque vaticane, l’auteur sut rendre compte de la diversité des théories entre les grandes écoles de grammaire du Haut Moyen Âge : Kūfa et Baṣra, grâce à la lecture de « Taphtazaniius37 » (at-Taftāzānī [m. 793 H./ 1390]). Ainsi, il évoqua une controverse que « Kuphiani » et « Basriani » avaient agitée : lequel du nom et du verbe « est dit أَصلٌ racine » ? Il se déclarait incapable de remonter à l’origine, mais opta pour l’école de Baṣra : « Le nom est la racine, et les verbes dérivent de lui38. »

Des grammaires aux dictionnaires : note sur la lexicographie

  • 39 J. Fück, op. cit., p. 166-170.
  • 40 J. Fück, op. cit., p. 79-84 ; Jacobus Golius, Lexicon arabico-latinum, Leyde, 1653. Les exemplaires (...)

17Si la Grammaire d’Erpenius resta insurpassée jusqu’au xixe siècle, le dictionnaire de son disciple et successeur à la chaire d’arabe de Leyde, Jacob Golius, constitua la principale référence tout au long des xviie et xviiie siècles jusqu’aux ouvrages de Georg Wilhelm Freytag et surtout d’Edward Lane39. L’ouvrage de l’orientaliste hollandais dépassait celui de Giggei par l’ampleur des sources utilisées : non seulement il avait eu recours à des dictionnaires monolingues comme ceux d’al-Fīrūzābādī, d’al-Ğawharī, d’az-Zamaẖšarī et d’Ibn Fāris, mais aussi à une quantité de vocabulaires arabo-turcs et arabo-persans. Mais ce dictionnaire exposait seulement l’arabe classique, sans tentative d’inclure des formes courantes et dialectales. Inutile pour les voyageurs et les marchands, ce volume se révélait indispensable aux orientalistes friands de textes littéraires40. D’ailleurs, Eusèbe Renaudot, dans le mémoire déjà cité, peinait à trouver un dictionnaire qui convînt aux besoins des Jeunes de langue :

  • 41 H. Omont, « Documents sur les Jeunes de langues… », art. cit., p. 103-104.

Les dictionnaires sont plus rares en Levant que les grammaires et les Enfants de langues en manquent entièrement, parce qu’ils sont fort chers. Celuy de Golius, imprimé en Hollande en un gros volume in-folio, est tiré des meilleurs dictionnaires d’Orient, mais il est disposé de telle manière qu’un commençant a bien de la peine à s’en aider. De plus, il y manque un très grand nombre de mots d’usage, non seulement pour le présent, mais pour entendre les auteurs qui ont escrit depuis quatre ou cinq cents ans, presque tous les termes qui regardent la religion chrestienne et divers autres, outre qu’il y a peu de phrases41.

Une langue arabe chrétienne ?

18Les exemples et les exercices proposés dans ces grammaires révèlent l’utilisation escomptée de la langue arabe. Rassurons d’emblée le familier des grammaires classiques, il ne manquera pas de retrouver dans plusieurs ouvrages en usage à la fin de l’Ancien Régime son compagnon d’apprentissage traditionnel dans les exemples les plus classiques :

  • 42 F. Martellotto, op. cit., p. 97.

« ضَرَبَ زَيْدٌ Zayd a frappé42. »

  • 43 Kees Versteegh, op. cit.
  • 44 Sur ce religieux, voir A. Kleinhans, op. cit., p. 75-87 ; G.C.A.L., t. IV, p. 176-178 ; Francis Ric (...)
  • 45 Par exemple, D. Germanus de Silésie, Fabrica overo Dittionario Della lingua volgare Arabica, Et Ita (...)
  • 46 Ibid., p. 9-23.
  • 47 Antonius ab Aquila, Arabicæ Linguæ Novæ et Methodicæ Institutiones, Rome, 1650. Sur cet orientalist (...)

19Si la tradition grammaticale arabe avait pris pour principal objet d’étude le Coran et la poésie archaïque permettant de mieux l’appréhender43, les manuels européens modernes de l’arabe eurent un rapport souvent polémique avec le Coran et donnèrent une exemplification presque exclusivement chrétienne. Ainsi, le franciscain allemand Domenico Germano de Silésie publia en 1636 à Rome, grâce aux presses de la congrégation de Propaganda Fide, la Fabrica overo dittionario della lingua volgare arabica, et italiana, un ouvrage principalement destiné à l’apprentissage de la langue par les missionnaires et qui resta en usage dans ces milieux au moins jusqu’au milieu du xixe siècle44. Professeur à Rome au collège san Pietro in Montorio qui préparait les missionnaires franciscains, il introduisit dans son manuel quelques citations du Coran, sans les traduire (contrairement à tous les autres exemples qu’il donnait), laissant le débutant incapable de les comprendre, et citait immédiatement un exemple tiré des Écritures, comme en guise de compensation45. En outre, les premiers exercices de lecture étaient le signe de croix, le Pater noster, l’Ave Maria, le Credo, les dix commandements, le Salve Regina et le Confiteor, écrits en arabe entièrement vocalisé, avec une translittération et une traduction latine interlinéaires46. Dans la grammaire d’un autre franciscain, Antonio dall’Aquila, tous les exemples mettaient en scène Buṭrus et Būlus (Pierre et Paul), au lieu des prénoms traditionnels de la grammaire arabe tel Zayd et ‘Amr. Notons que les prénoms chrétiens « étrangers » présentaient une difficulté supplémentaire pour l’apprenti arabisant car ils se déclinent comme des diptotes : en position de cas indirect, le nom reçoit la forme du cas direct47.

  • 48 Pierre Metoscita, Institutiones linguæ arabicæ…, Rome, Paulinum, 1624, p. 40-41.
  • 49 Ibid., p. 43.
  • 50 Ibid., p. 74.
  • 51 Ibid., p. 229 et suiv.

20Cette empreinte chrétienne se retrouve nettement dans l’exemplification employée par le jésuite d’origine maronite Pierre Metoscita. Pour illustrer la présentation des noms propres, il donnait comme exemples : « مُوْسَا Musa, Moyses, عِيسَا Isa, Iosue48. » Au sujet de la formation de l’adjectif masculin singulier sur le substantif, il écrivait : « Ita ex يِسُوْعْ Iesu, fit يِسُوعِيٌ iesuion, Iesuita. Et ex أَلمَسِيحِ almasihhi, Christo fit ألمَسِيحيُ almasihhio Christianus, etc.49. » Le jésuite multipliait les citations de l’Évangile. Repartant toujours du fonctionnement de la grammaire latine, il donnait en exemple, pour rendre le gérondif, le début de la parabole du semeur50 « Il sortit pour semer » (Matthieu 13, 3) : « خَرَجَ لَيَزْرَعُ Charagia laiazrao, exivit ad seminandum. » Pierre Metoscita terminait son manuel par un exercice sur le psaume 33, dont le texte arabe se trouvait exhaustivement disséqué : la version arabe était publiée, vocalisée, translittérée et traduite en latin, puis le jésuite commentait précisément, à la suite de chaque verset, tous les faits de langue pour expliquer la forme du texte51.

  • 52 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. v, 403, 411 (où il évoque certaines p (...)
  • 53 Cité par Z. R. Andollu, « Un saggio bilingue, latino e arabo di controversia islamo-cristiana nella (...)
  • 54 Sur Gabriel Ibn al-Qilā‘ī, maronite devenu franciscain (vers 1447 – 1516), voir désormais Joseph M (...)

21Filippo Guadagnoli, religieux italien de l’ordre des clercs réguliers mineurs comme son maître en arabe Francesco Martellotto, nous laisse des Breves Arabicæ linguæ institutiones (Rome, 1642), manuel d’arabe pour lequel Silvestre de Sacy montrait encore de l’estime au début du xixe siècle52. Dans l’ensemble, il suivit Erpenius mais ajouta une partie originale, un « De arte metrica » (p. 283-349), qu’il conclut en essayant de retrouver dans le Coran les formes poétiques arabes canoniques. Le résultat ne se fit pas attendre : « … et omnia quæ in Alchorano, satis insipidia… sed nihil vividum et argutum in ipsis53. » Juste après, il ajouta un poème de louange à la Trinité du maronite Gabriel Ibn al-Qilā’ī54. La multiplication dans ces manuels de citations extraites des Écritures, ou d’exercices pieusement inspirés, n’est évidemment pas sans lien avec la perspective durablement missionnaire (vers les musulmans et les chrétiens orientaux) de l’étude de l’arabe, ou, de manière plus érudite, biblique. Cette exemplification permettait en outre de faciliter le travail de mémoire puisque les étudiants missionnaires, comme les étudiants non religieux d’ailleurs, connaissaient souvent ces prières ou ces versets de l’Évangile par cœur.

De la « langue vulgaire » à la naissance d’une représentation diglossique de la langue arabe en Occident

  • 55 Les premières grammaires du dialecte maghrébin sont la Grammatica linguæ mauro-arabicæ de Franz von (...)

22Si les premières grammaires de dialectes maghrébins ne furent publiées qu’au début du xixe siècle55, la notion de langue arabe « vulgaire » fit son apparition dans la première moitié du xviie siècle et quelques ouvrages entreprirent de décrire cette langue. Ces manuels s’avéraient l’œuvre de deux missionnaires franciscains (Domenico Germano de Silésie et Antonio dall’Aquila) qui avaient séjourné plusieurs années en Orient.

  • 56 Domenico Germano de Silésie, Fabrica overo dittionario della lingua volgare arabica, et italiana, c (...)
  • 57 Ibid., p. 5, 25 et 28.
  • 58 Ibid., p. 24.

23Le petit manuel de cent deux pages de Domenico Germano de Silésie se trouvait organisé en deux traités. Le premier, divisé en trois chapitres, enseignait la lecture de la langue arabe. Tout au long, il faisait remarquer quelques spécificités de la langue arabe vulgaire. Par exemple, lorsque le franciscain traitait du tanwīn, il notait56 : « E questo rarissime volte s’usa nella lingua volgare, e se non nelle fontioni publiche, come Predica, etc. » Cette dernière allusion rappelait que l’enseignement du lecteur de San Pietro in Montorio était d’abord destiné aux missionnaires. En fait, Domenico Germano affirmait plus largement que la dernière consonne n’était pas vocalisée en langue vulgaire dispensant ainsi ses élèves des difficultés de déclinaison57. Dans l’introduction du second traité enseignant les noms, participes, pronoms et verbes, l’auteur évoquait la complexité de la langue arabe, affirmant qu’on ne pouvait donner de règles générales en particulier pour la question des pluriels qui étaient de plusieurs sortes en arabe : « Ma nella lingua volgare, e discorso commune, etiam volgarissimo, servendosi d’uno di questi è benissimo inteso58. » En fait, Domenico ne montrait que le pluriel externe, concluant :

  • 59 Ibid., p. 34.

Quivi anco si mettono tutti plurali, più usitati della plebe, appresso ciaschedun nome, li cui duali si formeranno conforme a questa ; cioè aggiongendo all’ultima radicale nel caso retto ان, e nell’obliquo اين : e li plurali con aggiongervi ون  et اين ; come nei plurali sani, o perfetti. Et è da sapere, che nel parlar volgare, il caso obliquo del duale, e del plurale, communemente è piu usato, del retto, ma nel scrivere è necessario osservar la regola prescritta59.

  • 60 Ibid., p. 49.

24De même, le grammairien présentait la conjugaison des verbes comme une question « un peu obscure et difficile », mais heureusement simplifiée dans les usages de la langue vulgaire auxquels il cantonnait ses explications60. Remarquons enfin que cette langue vulgaire était également une langue écrite. En effet, les deux derniers chapitres étaient consacrés à l’apprentissage de la lecture des textes non vocalisés.

  • 61 « Admonitio ad lectorem » adressée par Antonio Aquila dans sa grammaire.

25Quelques années plus tard, Antonio dall’Aquila, ancien gardien du couvent franciscain d’Alep, succéda à Domenico Germano comme titulaire de la chaire d’arabe du couvent de San Pietro in Montorio. Comme son prédécesseur, il publia une grammaire en 1650, intitulée Arabicæ linguæ novæ, et methodicæ institutiones, qu’il destinait à ses étudiants. Il s’agit encore d’un ouvrage durablement en usage dans les milieux missionnaires. Toutefois, des universités, comme la Sapienza à Rome, l’utilisèrent aussi jusqu’au début du xixe siècle. Dans un « avertissement au lecteur », l’auteur présentait une langue arabe double : l’une dite « idiomatique » ou « vernaculaire » et l’autre qualifiée de « doctrinale ». À l’instar de Domenico Germano, il revenait sur l’idée de présenter la langue de façon simplifiée pour son apprentissage. Antonio dall’Aquila répartissait les étudiants en quatre classes sur le critère de leurs besoins dans l’une ou/et l’autre des deux langues arabes. Il classait même le niveau de langue des différents ouvrages publiés en arabe en Europe à la fin du xvie et au cours de la première moitié du xviie siècle61.

  • 62 Jocelyne Dakhlia constate qu’une langue dite « vulgaire » est souvent représentée sous le signe d’u (...)
  • 63 Jérôme Lentin, « Recherches sur l’histoire de la langue arabe au Proche-Orient à l’époque moderne » (...)

26La notion d’« arabe vulgaire62 » ne constituait probablement pas un équivalent à ce qu’on appelle aujourd’hui l’« arabe dialectal ». Outre les caractéristiques linguistiques, il est significatif que les auteurs considéraient l’« arabe vulgaire » comme une langue tant orale qu’écrite, la comparaient à l’italien pour un public européen et la présentaient comme une forme simplifiée d’une langue plus complexe, qui pouvait constituer une étape sur le chemin de l’apprentissage. En fait, l’« arabe vulgaire » écrit pourrait correspondre à une langue hybride mêlant un arabe littéraire ou standard à des caractéristiques propres aux dialectes proche-orientaux. Il s’agirait en substance du moyen arabe qui circulait au Proche-Orient avant la Nahḍa63. Ces ouvrages mériteraient une étude linguistique spécifique.

  • 64 BNF, Manuscrits, arabe 4364 : Phrases et dialogues en arabe vulgaire de Syrie accompagnés d’une tra (...)
  • 65 Louis Langlès, « Préface », dans Claude-Étienne Savary, op. cit., p. IX et p. 321-469 (pour les dia (...)
  • 66 Voir ci-dessous Madiha Doss, « L’arabe vulgaire et la grammaire de Claude-Étienne Savary ».

27Si cet intérêt pour une langue vulgaire apparut dans les milieux missionnaires, elle ne manqua pas de se séculariser, puisque des opuscules manuscrits rapportant des dialogues courants circulaient parmi les drogmans et devaient faciliter une utilisation pratique de la langue. François Pétis de La Croix en avait transcrit et traduit certains en français que Claude-Étienne Savary publia dans sa Grammaire de la langue arabe, éditée en 181364. L’éditeur de ce manuel posthume, Louis Langlès, écrivit dans la préface à ce sujet : « On y reconnaît pourtant un mélange de dialectes égyptien et syrien. Pour remédier à cette espèce d’imperfection, j’ai répété les quatre premiers dialogues rédigés entièrement en dialecte égyptien, par Michel Sabbagh, copiste arabe, attaché à l’École spéciale des langues orientales vivantes65. » L’étude de la linguiste Madiha Doss sur cet ouvrage montre que la langue arabe employée n’est pas de l’arabe dialectal, mais du moyen arabe66.

  • 67 Pierre Larcher, « Diglossie arabisante et fuṣḥā vs ‘Āmmiyya arabes. Essai d’histoire parallèle », (...)

28Ces discours sur une langue arabe « vulgaire » montrent aussi que les Européens étaient parvenus à une vision discontinuiste de l’arabe dès le xviie siècle67. La langue arabe se trouvait placée sous le signe d’une diglossie chez ces auteurs franciscains, qui avaient longuement séjourné en Orient et produisaient désormais ces ouvrages de langue dans la capitale pontificale. Antonio dall’Aquila commençait la préface de sa grammaire ainsi : « Lingua Arabica (sicut cæteræ Orientales linguæ) in duas partes dividitur, nempe Idiomaticam, seu Vernaculam, et Doctrinalem ». En fait, ces missionnaires projetaient sur l’arabe la relation qui unissait le latin à l’italien (ou d’autres vernaculaires) dans la conception catholique des langues : la langue du texte sacré et de la liturgie maîtrisée par les clercs se trouvait opposée à la langue du peuple, la langue commune.

  • 68 Nora Lafi, « La langue des marchands de Tripoli au xixe siècle : langue franque et langue arabe dan (...)
  • 69 A. Messaoudi, « Genèse d’une frontière vécue : un retour historique sur la diglossie de l’arabe au (...)

29Ainsi, à la fin de l’Ancien Régime, l’apprentissage destiné à une approche pratique de la langue arabe restait encore limité : peu d’ouvrages apportaient des développements spécifiques induisant une utilisation de la langue arabe pour le commerce ou la diplomatie. La pratique d’une lingua franca en Méditerranée permettait peut-être de s’en dispenser en partie68. Les missionnaires, surtout, bénéficiaient de manuels d’arabe orientés vers l’évangélisation ou la controverse avec les musulmans et les chrétiens orientaux. Ce fut précisément dans ces manuels au xviie siècle qu’apparut la description d’une langue arabe dite « vulgaire » et la représentation d’une diglossie entre un arabe « vulgaire » et un arabe « littéral ». Cette conception était appelée à structurer durablement la conception de la langue arabe et son enseignement en France69.

  • 70 M. Espagne, « Silvestre de Sacy et les orientalistes allemands », art. cit., p. 81-82.

30La publication et la traduction de grammaires arabes permirent une découverte des traditions grammaticales arabes, mais surtout rendirent facilement et durablement disponibles ces textes. Au premier xviie siècle, des grammaires d’un très haut niveau d’érudition, comme celle de Francesco Martellotto, puisèrent largement dans le patrimoine grammatical arabe pour présenter à un public européen de véritables ouvrages de philologie arabe. L’exposition par plusieurs grammairiens européens des formes poétiques arabes était significative de l’intérêt pour la littérature arabe. À examiner les sources revendiquées par Silvestre de Sacy dans sa Grammaire arabe, il apparaît donc nécessaire de replacer l’élaboration de cette œuvre de référence dans le temps long des études arabes afin de mieux en saisir la nouveauté. Cet héritage permet d’ailleurs de mieux comprendre le sens même de l’œuvre de Silvestre de Sacy. Comme l’écrit l’historien Michel Espagne au sujet de la situation au début du xixe siècle, « l’orientalisme est en pratique une philologie, puisqu’il s’agit de transcrire des manuscrits, d’éditer des textes, de les commenter et de les traduire […]. À cet égard l’orientalisme se distingue assez nettement de l’esprit qui présida à la création de l’École des jeunes de langue, devenue École des langues orientales où l’on apprenait à des fins pratiques les langues contemporaines ». Il ajoute : « La philologie orientaliste a notamment des racines théologiques […]. Du côté français, on sent présente [la dimension théologique] au début du parcours de Silvestre de Sacy70. »

  • 71 Christian Décobert, « L’orientalisme, des Lumières à la Révolution, selon Silvestre de Sacy », Revu (...)

31Le début du xixe siècle constituait une période charnière dans l’histoire de l’orientalisme français, et plus largement européen. Les échecs des deux institutions enseignant la langue arabe à la veille de la Révolution révélaient surtout une difficulté à institutionnaliser la reproduction d’un savoir linguistique71. Les critiques des contemporains mettaient en évidence les attentes d’un renouvellement nécessaire de l’enseignement de la langue, pour des usages plus pratiques. L’École des langues orientales devrait peiner pour réaliser sa vocation : déployer des moyens techniques et pédagogiques afin d’améliorer l’apprentissage des langues orientales vivantes.

Notes

* Il m’est agréable de remercier Jocelyne Dakhlia, Alastair ‎Hamilton, Bernard Heyberger, Pierre Larcher, Sylvette Larzul et le ‎regretté Gérard Troupeau, qui enrichirent cette recherche de ‎leurs remarques.‎

1 Frédéric Hitzel (dir.), Istanbul et les langues orientales. Actes du colloque organisé par l’IFEA et l’INALCO à l’occasion du bicentenaire de l’École des langues orientales, Istanbul 29-31 mai 1995, Paris, 1997. Sur l’état déplorable de l’institution à la fin de l’Ancien Régime, voir les extraits du rapport de Venture de Paradis publiés dans l’introduction de Jean Gaulmier (dir.), La Zubda kachf al-mamālik de Khalīl az-Zāhirī, traduit par Venture de Paradis, Beyrouth, Institut français de Damas, 1950, p. xxxiv-xxxvii.

2 Alain Messaoudi, « La langue arabe et l’université française entre 1800 et 1960 », IBLA, 2006, 197, p. 22-40, et « Savants, conseillers, médiateurs : les arabisants et la France coloniale (vers 1830 – vers 1930) », thèse d’histoire sous la dir. de Daniel Rivet, Université de Paris 1, 2008, chap. 1 ; F. Hitzel, « École spéciale des langues orientales vivantes, puis Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), dite Langues O’ », dans François Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, IISMM-Karthala, coll. « Lettres du Sud », 2008, p. 349-350 ; L. Valensi, « Les savants et le dictionnaire », dans Mardochée Naggiar. Enquête sur un inconnu, Paris, Stock, 2008, p. 35-74.

3 Lucette Valensi, « Collège royal, ou Collège des lecteurs royaux, puis Collège de France », dans F. Pouillon (dir.), op. cit., p. 233-234 ; Cécile Leung, Étienne Fourmont (1683-1745). Oriental and chinese languages in Eighteenth-Century France, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2002, p. 67-87 ; Claude Pierre Goujet, Mémoire historique et littéraire sur le Collège royal de France, Paris, A.-M. Lottin, 1758, t. 3 ; Gérard Troupeau, « Guillaume Postel, lecteur royal en arabe et en langues orientales (1538-1543) », dans André Tuilier (dir.), Histoire du Collège de France, t. I, La Création (1530-1560), Paris, Fayard, 2006, p. 283-291. Sur la désaffection qui frappait les cours de cette institution à la fin de l’Ancien Régime du fait d’un piètre enseignement, voir Raymond Schwab, La Renaissance orientale, Paris, Payot, 1950, p. 14. Les archives du Collège de France n’apportent rien de plus.

4 Antoine-Isaac Silvestre de Sacy, Grammaire arabe à l’usage des élèves de l’École spéciale des langues orientales vivantes, Paris, Imprimerie royale, 1810, t. I, p. v-vii.

5 Michel Espagne, « Un Orient franco-allemand : les correspondants de Silvestre de Sacy », dans Maurice Godé et Michel Grunewald (dir.), La Volonté de comprendre. Hommage à Roland Krebs, Paris, Peter Lang, 2004, p. 459-475 ; id., « Silvestre de Sacy et les orientalistes allemands », Revue germanique internationale, 7, 2008, p. 79-91.

6 Jean Hesronite et Gabriel Sionite, Grammatica arabica Maronitarum, Paris, 1616. G. Troupeau, « Réflexions sur la “Grammaire arabe des Maronites” », Annales de l’Institut des lettres orientales, vol. 7, 1993-1996, p. 187-197.

7 Josée Balagna Coustou, L’Imprimerie arabe en Occident (xvie, xviie, xviiie siècles), Paris, Maisonneuve et Larose, coll. « Islam et Occident », 1984, pour le cas français p. 87-88 ; Francis Richard, « Typographie orientale », dans Pascal Fouché, Daniel Péchoin et Philippe Schuwer, Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Cercle de la Librairie, 2011, t. III, p. 913-914.

8 Sur le contexte romain et plus largement italien, voir Giovanni Pizzorusso, « La preparazione linguistica e controversistica dei missionari per l’Oriente islamico: scuole, testi, insegnanti a Roma e in Italia », dans Bernard Heyberger, Mercedes García-Arenal, Emanuele Colombo, Paola Vismara (dir.), L’Islam visto da Occidente. Cultura e religione del Seicento europeo di fronte all’Islam. Atti del convegno internazionale, Milano, Università degli Studi, 17-18 ottobre 2007, Milan, Marietti 1820, 2009, p. 253-288.

9 La référence sur les études arabes en Occident reste Johann Fück, Die arabischen Studien in Europa bis in den Anfang des 20. Jahrhunderts, Leipzig, Otto Harrasspowitz, 1955. Pour un aperçu des grammaires européennes de l’arabe du xvie au xixe siècle, voir G. Troupeau, « Les arabisants européens et le système grammatical arabe », Histoire, Épistémologie, Langage, 2, 1980, p. 3-7.

10 Elle fut publiée pour la première fois à Rome en 1592, sous le titre : Grammatica arabica in compendium redacta, quæ vocatur Giarrumia. En 1610, le médecin Pierre Kirsten publia à Breslau la seconde édition de la Muqaddima et la traduisit en latin pour la première fois, sous le titre : Grammatices arabicæ. En 1617, Thomas Erpenius publia à Leyde la troisième édition et la deuxième traduction latine : Grammatica arabica dicta Gjarumia.

11 Adruinus Kleinhans, Historia studii linguæ arabicæ et collegii missionum OFM in conventu ad S. Petrum in Monte Aureo Romæ erecti, Quaracchi, 1930, p. 57-72 ; Georg Graf, Geschichte der christlichen arabischen Literatur (désormais GCAL), Rome, Biblioteca apostolica vaticana, 1953, t. IV, p. 174-176 ; sur sa place dans les réseaux orientalistes italiens de son temps : G. Pizzorusso, « Les écoles de langue arabe et le milieu orientaliste autour de la Congrégation “de Propaganda Fide” au temps d’Abraham Ecchellensis », dans B. Heyberger (dir.), Orientalisme, science et controverse : Abraham Ecchellensis (1605-1664), Tournai, Brepols (Bibliothèque de l’École des hautes études en sciences sociales), 2010, p. 59-80.

12 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. vi, x, 403, 411, 561 et t. II, p. 198.

13 Grammatica arabica dicta Caphia, auctore filio Alhagiabi, Rome, 1592.

14 Liber Tasriphi, éd. par Jean-Baptiste Raymond, Rome, 1610.

15 Libellus centum regentium, éd. par Thomas Erpenius, Leyde, 1617.

16 Pour un aperçu de la tradition grammaticale ancienne, voir G. Troupeau, « Naḥw », dans Encyclopédie de l’Islam, Paris/Leyde, Maisonneuve et Larose/E. J. Brill, 1993, 2e éd. (désormais EI²), t. VII, p. 913-915 ; Kees Versteegh, The Arabic Language, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2001 (1re édition : 1997), p. 53-73.

17 A.-I. Silvestre de Sacy, Anthologie grammaticale arabe, Paris, Imprimerie royale, 1829, p. v.

18 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. ix.

19 G. Troupeau, « Trois traductions latines de la “Muqaddima” d’Ibn Ājurrūm », Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, 1962, Paris, t. I, p. 359-365 ; id., « Deux traités grammaticaux arabes traduits en latin », Arabica, 1963, 10, p. 225-236 et Angelo Michele Piemontese, « Grammatica e lessicografia araba in Italia dal xvi al xvii secolo », dans M. Tavoni (dir.), Italia ed Europa nella linguistica del Rinascimento : confronti e relazioni, Atti del Convegno internazionale (Ferrara, 20-24 marzo 1991), Modène, Franco Cosimo Panini, 1996, vol. II, p. 519-531, ici p. 520.

20 Constantin-François Volney, L’Alfabet Européen, Paris, Parmentier, 1826, t. VIII, p. 96, cité dans J. Gaulmier, « Volney et la pédagogie de l’arabe », Bulletin d’études orientales, no XI, 1945-1946, p. 113-120, ici p. 114. Le professeur auquel Volney faisait référence était soit Le Roux des Hauterayes (1752-1784), soit Jean Caussin de Perceval (1783-1833).

21 Le récit de voyage de Volney bénéficie d’une édition critique : Voyage en Égypte et en Syrie, publié avec une introduction et des notes de J. Gaulmier, 1959. Voir aussi J. Gaulmier, L’Idéologue Volney, 1715-1820. Contribution à l’histoire de l’orientalisme en France, Beyrouth, Institut français de Damas, 1951 et la notice biographique de L. Valensi dans F. Pouillon (dir.), op. cit., p. 969-971.

22 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. vi, viii, ix, 14, 15, 24, 71, 94, 106, 107, 128, 154, 297, 319, 323, 327, 403, 458, et t. II, p. 31, 32, 58. Claude-Étienne Savary avait également connaissance de cet ouvrage incontournable, voir sa Grammaire de la langue arabe vulgaire et littérale, Paris, Imprimerie impériale, 1813, p. 18, p. 142 et 210 (notes de l’éditeur L. Langlès).

23 Sur cet orientaliste et l’« âge d’or » des études arabes aux Pays-Bas auquel il participe, voir Alastair Hamilton, « Arabic Studies in the Netherlands in the Sixteenth and Seventeenth Centuries », dans Philologia arabica (arabische studien en drukken in de Nederlanden in de 16de en 17de eeuw), Anvers, 1986, p. 94-113 ; Arnoud Vrolijk, « The Prince of Arabists and his many errors : Thomas Erpenius’s image of Joseph Scaliger and the edition of the “Proverbia Arabica (1614)” », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 73, 2010, p. 297-325. Sur l’œuvre grammaticale d’Erpenius, voir Robert Jones, Learning arabic in Renaissance Europe (1505-1624), thèse de doctorat dactylographiée, School of Oriental and African Studies, Université de Londres, 1988, p. 187-212.

24 Jean Rousseau, « La racine arabe et son traitement par les grammairiens européens (1505-1831) », Bulletin de la société de linguistique de Paris, 79, 1984, p. 285-321 (sur Martellotto, p. 288-290).

25 Sylvette Larzul et Isabelle Landry-Deron, « Eusèbe Renaudot », dans F. Pouillon (dir.), op. cit., p. 813-815.

26 Cité dans Henri Omont, « Documents sur les Jeunes de langues et l’imprimerie orientale à Paris en 1719 », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 17, 1890, p. 99-112, ici p. 103.

27 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. viii.

28 T. Erpenius, Grammatica arabica, Leyde, in officina Raphelengiana, 1613, p. 46. Pour la réfutation de cette conception qu’ont suivie la plupart des auteurs postérieurs, voir A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. 297-299.

29 T. Erpenius, Grammatica arabica, p. 46. Pour la réfutation, voir A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. 319.

30 Sur l’intérêt pour la Bible en langue arabe, voir A. Hamilton, William Bedwell the Arabist 1563-1632, Leyde, E. J. Brill/Leiden University Press, 1985, p. 80-83 et id., « Humanists and the Bible », dans Jill Kraye (dir.), The Cambridge Companion to Renaissance Humanism, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 100-117.

31 Sylvain Auroux, « Introduction. Le processus de grammatisation et ses enjeux », dans S. Auroux (dir.), Histoire des idées linguistiques, t. 2, Le développement de la grammaire occidentale, Liège, Mardaga, 1992, p. 11-64, ici p. 19-20 ; S. Kessler-Mesguich, « Hébreu, arabe et araméen chez quelques auteurs juifs (xe-xie siècles) et chrétiens (xvie-xviie siècles) », Histoire, Épistémologie, Langage, 23-2, 2001, p. 13-37. Pour le discours d’Erpenius à ses étudiants, voir Robert Jones, « Thomas Erpenius (1584-1624) on the Value of the Arabic Language », Manuscripts of the Middle East, 1, Leyde, Ter Lugt Press, 1986, p. 15-25.

32 Antonius Giggeius, Kanzu al-lughati al-‘arabiyyati sive Thesaurus linguæ arabicæ, Milan, 1632 ; J. Fück, op. cit., p. 73-79 ; Enrico Galbiati, « L’orientalistica nei primi decenni di attività », dans Storia dell’Ambrosiana, Il Seicento, Milan, Cariplo, 1992, p. 89-120.

33 Institutiones linguæ arabicæ, tribus libris distributæ, in quibus uberrime quæcumque ad litteras, dictiones, et orationem attinent, explicantur, Rome, 1620. L’ouvrage conservé à la réserve de la bibliothèque Sainte-Geneviève (cote : 4 X 279 (2) INV 279) a appartenu, d’après une mention manuscrite sur la page de garde, à Antoine Galland, auteur de la première traduction française des Mille et Une Nuits au début du xviiie siècle. Sur Francesco Martellotto et l’orientalisme arabisant dans sa congrégation, voir G. Pizzorusso, « La preparazione linguistica e controversistica dei missionari per l’Oriente islamico : scuole, testi, insegnati a Roma e in Italia », dans M. García-Arenal, B. Heyberger, P. Vismara (dir.), L’Islam visto da Occidente. Cultura e religione del Seicento europeo di fronte all’Islam, Atti del Convegno (Milano, 17-18 ottobre 2007), Milan, 2009, p. 253-288, ici p. 259. On se permet de renvoyer à Aurélien Girard, « Des manuels de langue entre mission et érudition orientaliste au xviie siècle : les grammaires de l’arabe des caracciolini », dans Irene Fosi et Giovanni Pizzorusso (dir.), L’Ordine dei Chierici Regolari Minori (Caracciolini) : religione e cultura in età postridentina, numéro monographique de la revue Studi medievali e moderni, 14-1, 2010, p. 279-296.

34 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. x ; voir aussi p. 71, 126, 154, 299, 403, 420, 422, 490, et t. II, p. 169, 509, 546, 550, 553, 611.

35 Voir la préface non paginée des Institutiones linguæ arabicæ de F. Martellotto.

36 « Cæterum quamvis a prædicta Arabum methodo deflectentes, nostro nos ordine Latinis magis consono procedamus, omnino tamen Arabum terminis, sive grammaticalibus vocibus ubique utemur, eorumque ordines, ac procedendi rationes, divisiones, ac series enucleabimus, ut facilior cunctis ad eosdem perlegendos authores pateat aditus. » (Ibid., p. 38.)

37 Wilferd Madelung, « at-Taftāzānī », EI², t. 10, p. 95-96.

38 F. Martellotto, Institutiones…, op. cit., p. 41.

39 J. Fück, op. cit., p. 166-170.

40 J. Fück, op. cit., p. 79-84 ; Jacobus Golius, Lexicon arabico-latinum, Leyde, 1653. Les exemplaires conservés à la bibliothèque universitaire des Langues orientales sont abondamment annotés, l’un de la main de Caussin de Perceval (cote : RES Fol 2), l’autre par Pétis de La Croix (RES Fol 3). M. Kalus, « Les Jeunes de langues de Paris et leur bibliothèque », dans F. Hitzel (dir.), op. cit., p. 365-372.

41 H. Omont, « Documents sur les Jeunes de langues… », art. cit., p. 103-104.

42 F. Martellotto, op. cit., p. 97.

43 Kees Versteegh, op. cit.

44 Sur ce religieux, voir A. Kleinhans, op. cit., p. 75-87 ; G.C.A.L., t. IV, p. 176-178 ; Francis Richard, « Le franciscain Dominicus Germanus de Silésie, grammairien et auteur d’apologie en persan », Islamochristiana, 10, 1984, p. 91-107 ; G. Pizzorusso, « Les écoles de langue arabe… », art. cit. ; P. M. Tommasino, « Eteroglossia e propaganda religiosa nel Mediterraneo moderno », Lingua e stile, 45, 2010, p. 223-258.

45 Par exemple, D. Germanus de Silésie, Fabrica overo Dittionario Della lingua volgare Arabica, Et Italiana Copiosa de voci ; et locutioni, con osservare la frase dell’una et dell’altra lingua, Rome, 1636, p. 92-93 : « E quelle dell’Alcorano, nel cap. Mensæ medinæ.

جعل الّله الكعبة البيت الحرام قياماً للناس و الشهر الحرام و الهدىّ والقلايد بسورة المايدة مدينة

L’Autor delle regole dell’ortografia dice, che qui il nome sostantivo doppo l’altro per special privilegio piglia la natura d’adiettivo, parla della Mecha. E quella del Salmo V. Virum sanguinum et dolosum abominatur Dominus.

.‎ »‎الرجل السافك الدما والغاش يرذله الرب

La citation du Coran est le verset 98 de la sourate 5. Sur les prohibitions de lecture du Coran, voir A. Hamilton, The Forbidden Fruit: the Koran in the Early Modern Europe, Londres, London Middle East Institute, 2008.

46 Ibid., p. 9-23.

47 Antonius ab Aquila, Arabicæ Linguæ Novæ et Methodicæ Institutiones, Rome, 1650. Sur cet orientaliste, voir G. Pizzorusso, « Les écoles de langue arabe… », art. cit.

48 Pierre Metoscita, Institutiones linguæ arabicæ…, Rome, Paulinum, 1624, p. 40-41.

49 Ibid., p. 43.

50 Ibid., p. 74.

51 Ibid., p. 229 et suiv.

52 A.-I. Silvestre de Sacy, Grammaire arabe…, op. cit., t. I, p. v, 403, 411 (où il évoque certaines particularités du tanwīn mentionnées par Guadagnoli seulement : « Ce système, qui me paraît plus juste, est peut-être celui de quelques grammairiens arabes qu’il a consultés. ») et p. 422. Claude-Étienne Savary en fut également lecteur, Grammaire de la langue arabe…, op. cit., p. 18, p. 210. Sur cet orientaliste, voir G. Pizzorusso, « La preparazione linguistica e controversistica… », art. cit., et Aurélien Girard, « Des manuels de langue entre mission et érudition orientaliste au xviie siècle… », art. cit.

53 Cité par Z. R. Andollu, « Un saggio bilingue, latino e arabo di controversia islamo-cristiana nella Roma del sec. xvii », Euntes docete, 1969, 22, p. 453-480, ici p. 473 ; Jan Loop, « Divine Poetry? Early Modern European Orientalists on the Beauty of the Koran », Church History and Religious Culture, 89-4, 2009, p. 455-488.

54 Sur Gabriel Ibn al-Qilā‘ī, maronite devenu franciscain (vers 1447 – 1516), voir désormais Joseph Moukarzel, Gabriel Ibn al-Qilā‘ī (mort vers 1516) : approche biographique et étude du corpus, Beyrouth, PUSEK (Kaslik), vol. LI, 2007.

55 Les premières grammaires du dialecte maghrébin sont la Grammatica linguæ mauro-arabicæ de Franz von Dombay (Vienne, 1800) et la Grammaire arabe vulgaire pour les dialectes d’Orient et de Barbarie d’Amand-Pierre Caussin de Perceval (Paris, 1833). Voir J. Fück, op. cit., p. 151.

56 Domenico Germano de Silésie, Fabrica overo dittionario della lingua volgare arabica, et italiana, con osservare la frase dell’una et dell’altra lingua, Rome, 1636, p. 6.

57 Ibid., p. 5, 25 et 28.

58 Ibid., p. 24.

59 Ibid., p. 34.

60 Ibid., p. 49.

61 « Admonitio ad lectorem » adressée par Antonio Aquila dans sa grammaire.

62 Jocelyne Dakhlia constate qu’une langue dite « vulgaire » est souvent représentée sous le signe d’une dégénérescence qui serait le produit de l’histoire (Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée, Arles, Actes Sud, 2008, p. 390). Il faudrait approfondir ce discours sur la langue arabe à l’époque moderne, notamment en comparaison avec la langue grecque qui se voit aussi scindée en une langue littérale et une langue vulgaire. Par exemple, Joseph Besson, La Syrie Sainte ou la mission de Jésus et des Pères de la Compagnie de Jésus en Syrie, Paris, 1660, p. 23 et p. 69 (concernant le jésuite Jérôme Queyrot).

63 Jérôme Lentin, « Recherches sur l’histoire de la langue arabe au Proche-Orient à l’époque moderne », thèse de doctorat d’État, université de Paris III, 1997 (Lille, Atelier national de reproduction des thèses) ; Kees Versteegh, op. cit., p. 114-129.

64 BNF, Manuscrits, arabe 4364 : Phrases et dialogues en arabe vulgaire de Syrie accompagnés d’une transcription et d’une traduction française. Texte arabe de la main d’un natif de Syrie. Texte français de la main de Pétis de La Croix. Lucette Valensi, « François Pétis de La Croix », dans F. Pouillon (dir.), op. cit., p. 752-753.

65 Louis Langlès, « Préface », dans Claude-Étienne Savary, op. cit., p. IX et p. 321-469 (pour les dialogues).

66 Voir ci-dessous Madiha Doss, « L’arabe vulgaire et la grammaire de Claude-Étienne Savary ».

67 Pierre Larcher, « Diglossie arabisante et fuṣḥā vs ‘Āmmiyya arabes. Essai d’histoire parallèle », dans S. Auroux (dir.), History of Linguistics 1999. Selected papers from the Eighth International Conference on the History of the Language Sciences, 14-19 September 1999, Fontenay-Saint-Cloud, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins Publishing, 2003, p. 47-61 ; id., « Al-luġa al-fuṣḥā: archéologie d’un concept “idéolinguistique” », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 2008, 124, p. 263-278.

68 Nora Lafi, « La langue des marchands de Tripoli au xixe siècle : langue franque et langue arabe dans un port méditerranéen », dans J. Dakhlia (dir.), Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, Paris, 2004, p. 215-222 et J. Dakhlia, Lingua franca…, art. cit.

69 A. Messaoudi, « Genèse d’une frontière vécue : un retour historique sur la diglossie de l’arabe au Maghreb », dans T. Kondratieva et D. Terrier (dir.), Territoires, frontières, identités. Concordances et discordances dans le monde d’hier et d’aujourd’hui, Revue du Nord, hors-série no 18, 2004, p. 59-82.

70 M. Espagne, « Silvestre de Sacy et les orientalistes allemands », art. cit., p. 81-82.

71 Christian Décobert, « L’orientalisme, des Lumières à la Révolution, selon Silvestre de Sacy », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 52/53, 1989, p. 49-62, ici p. 52 ; Benoît Grevin, « Le quatuor de Berbérie. Note d’orientation sur la place de l’Italie dans la construction d’un savoir maghrébin par les réseaux académiques du premier xixe siècle (circa 1815 – circa 1870) », dans B. Grevin (dir.), Maghreb-Italie. Des passeurs médiévaux à l’orientalisme moderne, Rome, École française de Rome, 2010, p. 267-284.

Table des illustrations

Titre Th. Van Erpe, Thomæ Erpenii rudimenta linguæ Arabicæ, 1638. Page de titre.
Crédits BNF, Littérature et Art, X-6393
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 751k

Auteur

Aurélien Girard est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Reims, rattaché au Centre d’études et de recherche en histoire culturelle et ancien membre de l’École française de Rome. Il a consacré sa thèse à l’orientalisme catholique et aux transferts culturels entre Europe et Proche-Orient à l’époque moderne : « Le christianisme oriental (xviie-xviiie siècles). Essor de l’orientalisme catholique en Europe et construction des identités confessionnelles au Proche-Orient » (sous la direction de Bernard Heyberger, EPHE, 2011). Ses recherches portent sur l’histoire de l’orientalisme en France et en Italie aux xviie et xviiie siècles et sur l’histoire des chrétiens du Proche-Orient à l’époque ottomane.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable