Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui

 | 
Sylvette Larzul
, 
Alain Messaoudi

Introduction

Sylvette Larzul et Alain Messaoudi

Note de l’éditeur

Dans ce volume, nous avons généralement fait le choix d’utiliser les transcriptions usuelles. Sinon, c’est la translittération Arabica qui a été adoptée.

Texte intégral

  • 1 Le terme « manuel » est pris ici dans un sens qui déborde largement son acception habituelle d’ouvr (...)
  • 2 Toutes les contributions à cette journée, qu’il s’agisse des communications, des discussions ou des (...)
  • 3 Ces contributions n’abordent pas la question des textes manuscrits qui étaient encore en usage au x (...)
  • 4 Pascale Barthélemy, « L’enseignement dans l’empire colonial français : une vieille histoire ? », Hi (...)
  • 5 On peut citer le recueil dirigé par Jocelyne Dakhlia, Trames de langues. Histoire et métissages lin (...)

1Mieux connaître les caractéristiques des manuels de langue arabe1 composés et utilisés en France et dans l’empire colonial français ne répond pas seulement à une curiosité d’érudition. C’est un moyen de parvenir à prendre plus clairement conscience d’enjeux actuels dont on méconnaît souvent les soubassements historiques. La journée d’étude dont est issue cette publication a ainsi voulu faire dialoguer contributions sur les manuels en usage aux xixe et xxe siècles et réflexions actuelles sur l’enseignement de la langue arabe2. Quelle place lui réserver dans le système scolaire primaire et secondaire français ? Doit-elle être le vecteur unique de l’enseignement primaire et secondaire au Maghreb ? À quel titre et sous quelles formes l’enseigner ? Ces questions ont été et restent encore aujourd’hui l’objet de débats politiques vifs, en France, au Maroc, en Algérie ou en Tunisie. Pour mieux en comprendre les implications et les replacer dans une perspective historique, les manuels imprimés3 constituent une source précieuse. Qu’ils aient été destinés à un usage scolaire, à des cours particuliers ou à un auto-apprentissage de la langue, ils constituent une source pour une histoire de l’enseignement en Afrique du Nord qui reste encore en grande partie à écrire4. Plus largement, ils fournissent un matériau pour une histoire des usages, des représentations et des contacts linguistiques de part et d’autre de la Méditerranée, domaine neuf qui a été l’objet de travaux récents5. L’étude des manuels aide à mieux comprendre les choix linguistiques qui ont pu être faits et à mesurer le poids d’une période coloniale globalement marquée par des rapports de force inégaux et par la domination politique française, période qui présente elle-même des divergences internes et des variations selon l’époque et le lieu.

  • 6 Sur l’enseignement de l’arabe en France aujourd’hui, on peut se référer aux actes du colloque Le Ce (...)
  • 7 Jérémie Dubois a consacré sa thèse à cette question : « Enseigner l’Italie en France (1894-1940) », (...)

2Sans avoir la prétention de dresser un panorama complet et exhaustif, qui supposerait des recherches complémentaires, ce recueil de contributions voudrait s’inscrire dans une réflexion générale sur les enjeux politiques de l’enseignement des langues, à partir du cas particulièrement sensible de l’arabe6. Pour mieux éclairer cette question, nous avons voulu faire une place au berbère, dont l’histoire de l’apprentissage scolaire, présentée ici par Michèle Sellès, est très liée à celle de l’arabe. Nous avons choisi aussi de ne pas exclure la période qui précède le processus de colonisation du Maghreb – la contribution d’Aurélien Girard porte sur les manuels en usage en France à la fin de l’Ancien Régime – et d’ouvrir le champ d’étude à d’autres espaces géographiques et linguistiques : Claire Gallien traite ainsi de l’enseignement des langues orientales dans les Indes sous domination britannique en cette même fin du xviiie siècle ; plus loin dans le volume, Jérémie Dubois aborde la situation de l’enseignement de l’arabe dans la France de la fin du xixe siècle, au regard du statut de l’italien, dont il est spécialiste7.

3L’étude des manuels d’arabe à l’orée du xixe siècle permet de conclure à la nécessité d’adopter une échelle d’observation européenne, alors que ne se sont pas encore constituées des écoles orientalistes nationales, si tant est qu’elles se soient jamais entièrement formalisées. Aurélien Girard rappelle que les principaux manuels en usage en France ont été composés à Leyde (grammaire d’Erpenius, dictionnaire de Golius) ou en Italie (grammaire de Martellotto) et il met en valeur l’intérêt porté à une langue arabe « vulgaire », distinguée d’une langue « littérale » dans la première moitié du xviie siècle (ouvrages pratiques composés par les missionnaires franciscains Domenico Germano et Antonio dall’Aquila). Cette vision discontinuiste se confirme dans la Grammaire de la langue arabe vulgaire et littérale de Claude-Étienne Savary, achevée en 1784 (publiée en 1813) et dont Madiha Doss nous présente une analyse. Ces ouvrages d’arabe « vulgaire » ne concernent encore que l’arabe oriental et traitent essentiellement d’un arabe usuel écrit, aucune description scientifique des parlers n’ayant alors été réalisée.

4Comme le rappelle Denis Matringe dans sa lecture de Claire Gallien, la configuration linguistique indienne diffère de celle qui prédomine dans le monde arabe : la langue administrative (le persan) et les langues du peuple (l’hindoustani, le bengali…) y sont clairement distinguées quand, dans le monde arabe, ce sont les variétés d’une même langue qui répondent à des fonctions différentes. Entre la publication, en 1771, de la grammaire persane de William Jones et l’ouverture, en 1800, du collège de Fort William, où des cours de langues orientales (notamment l’arabe, le persan, l’hindoustani, le bengali et le tamoul) sont proposés au personnel britannique (chargé depuis 1773 de l’administration civile, juridique et fiscale des provinces colonisées), Claire Gallien discerne une tendance à la publication d’ouvrages plus simples et plus pratiques, dans la perspective de servir l’entreprise coloniale. Mais ces manuels révèlent aussi les différentes tendances qui s’opposent selon qu’on met en avant le persan (et l’alliance avec les élites anciennes) ou l’hindoustani et le bengali (si l’on veut s’appuyer sur le peuple).

  • 8 Alain Choppin souligne la mutation des manuels qui, longtemps réservés à la formation des élites, p (...)
  • 9 Fait exception pour l’arabe marocain la Grammatica linguæ Mauro-Arabicae juxta vernaculi idiomatis (...)
  • 10 En témoignent les ouvrages de Gaétan Delphin et de Joseph Desparmet.
  • 11 On peut citer les interprètes militaires Joanny Pharaon, Benjamin Vincent, Auguste Martin ou Marcel (...)
  • 12 C’est le cas de Bastide puis de Jourdan à Alger.
  • 13 Yahya Cheikh a consacré sa communication orale à cet ouvrage.

5Au tournant du xixe siècle, la conception qui voit dans la langue l’essence de l’identité nationale s’impose en Europe. Les manuels d’apprentissage des langues en témoignent8 et les auteurs d’ouvrages d’arabe ne peuvent éviter la question de la variété linguistique qui doit s’imposer comme vecteur d’affirmation et d’unification nationales – elle sera l’objet de débats virulents parmi les arabisants entre 1840 et 1870. Comme l’a établi Sylvette Larzul dans sa contribution sur les manuels des débuts de l’Algérie coloniale (1830-1871), ce n’est qu’après l’expédition d’Alger de 1830 et l’imposition progressive d’un processus de colonisation qu’apparaissent et se multiplient des manuels spécifiquement consacrés à l’arabe en usage en Afrique du Nord dont est alors amorcée la scripturalisation en caractères latins9. Outre des ouvrages généraux exposant les rudiments du parler algérien, on publie alors, à l’usage des militaires et des administrateurs coloniaux, des textes leur permettant d’acquérir une compétence dans le déchiffrement de l’écriture cursive et dans la rédaction des lettres officielles, des actes et rapports, des livres. Il est patent que des informateurs algériens ont été associés à l’élaboration du plus grand nombre des manuels. À partir de la fin du xixe siècle, ces derniers s’ouvrent à des descriptions à caractère ethnographique10. Les auteurs ne sont pas seulement des orientalistes de cabinet : à côté des titulaires des prestigieuses chaires établies à Paris et à Alger (Bresnier, Cherbonneau, Houdas), on trouve des fonctionnaires plus modestes (interprètes, commis d’administration, instituteurs11). Des libraires-imprimeurs se spécialisent dans ces publications12, dont certaines sont des commandes de l’État, émanant notamment du ministère de la Guerre. Sauf exception, il s’agit de livres bon marché, parmi lesquels de petits formats brochés, des textes autographes lithographiés, des cours ronéotypés. Leur lectorat se partage entre les élèves des écoles et des catégories professionnelles spécifiques (cadres militaires, personnel de justice, médecins, agriculteurs…). Si certains manuels connaissent une diffusion très restreinte, d’autres jouissent d’une extrême longévité. C’est le cas, par exemple, des vocabulaires de poche produits dès 1835 par Roland de Bussy, encore réédités en 1910, et du recueil de textes publié en 1938 par Henri Pérès, professeur à la faculté des lettres d’Alger : La Littérature arabe et l’Islam par les textes. Les xix e et xx e siècles. Six fois réédité, l’ouvrage est encore réimprimé en 1989 sans aucune modification ni renouvellement de l’appareil critique, alors qu’il est marqué par le contexte politique et scientifique de sa conception13.

  • 14 On peut citer le Manuel de conversation franco-arabe : dialecte tunisien, avec prononciation figuré (...)

6Ces manuels permettent de saisir l’évolution des méthodes d’apprentissage de l’arabe, évolution inscrite dans un mouvement plus général : au cours du dernier tiers du xixe siècle, comme l’a étudié Alain Messaoudi, le modèle de l’enseignement du latin cède peu à peu le pas à la méthode directe. Les premières méthodes ayant recours à des enregistrements sonores apparaissent dès la fin des années 1930, dans le cadre de programmes radiodiffusés sur des fréquences contrôlées par l’État français : on en a connaissance par les ouvrages imprimés qui en ont été tirés14. Mais, comme l’a souligné Philippe Chevrant-Breton dans sa communication, c’est la Seconde Guerre mondiale qui représente un véritable tournant. L’armée américaine ouvre la voie en ayant recours aux laboratoires de langue qui se sont développés dans le cadre des recherches universitaires sur les langues amérindiennes depuis les années 1930. Au cours des années 1960, les méthodes audio-visuelles pour l’apprentissage scolaire de l’arabe s’affirment.

  • 15 En une formule brutale, William Marçais parle d’une « incurable diglossie » (« L’arabe écrit et l’a (...)
  • 16 Voir Sylvette Larzul, « Grammatisation et lexicographie de l’arabe algérien au xixe siècle », Syner (...)

7L’étude de ces ouvrages apporte également un éclairage sur l’histoire de la langue arabe et de ses représentations. Dès le début de l’occupation de l’Algérie, les partisans d’une régénération de la langue à partir de l’arabe « vulgaire » (la langue usuelle, à la fois à l’oral et à l’écrit) s’opposent aux défenseurs de l’arabe « régulier » (une langue fidèle à la tradition littéraire « classique »), pour qui la langue vernaculaire n’est qu’une forme dégradée de « la pure langue arabe ». Après l’échec politique des premiers et la mise en cause des représentations des seconds par les progrès de la linguistique, une distinction nette entre parlers locaux et langue littéraire s’impose au début du xxe siècle, confirmée par l’institution scolaire : c’est le temps où s’affirme une représentation de l’arabe comme exemple type de langue diglossique15, partagée entre une variété « haute », l’arabe littéraire, et une variété basse, l’arabe « dialectal ». L’enseignement du parler bénéficie alors de l’apport de la dialectologie16 et introduit à un nouveau savoir ethnographique. L’étude des manuels d’arabe permet ainsi d’appréhender dans la longue durée les représentations européennes du monde musulman méditerranéen contemporain ainsi que l’expression dans le domaine linguistique des luttes politiques qui y sont engagées.

  • 17 L’inventaire des manuels d’arabe conservés à la BNT a été établi sous la direction de Samia Kamarti (...)

8Le corpus des manuels d’arabe en usage au Maghreb pendant l’époque coloniale ne se limite pas aux ouvrages en usage dans les établissements publics d’Algérie et des États tunisien et marocain sous protectorat français. Le développement d’un enseignement privé s’inscrivant dans le mouvement réformiste musulman s’est accompagné de la production de manuels nouveaux, comme en témoigne la contribution de Khalid Ben Srhir pour le cas du Maroc. Sa recherche, qui a permis de mettre au jour une série d’ouvrages demeurés jusque-là méconnus, confirme que le travail de recension des manuels en usage reste encore à compléter à l’échelle du Maghreb, en croisant archives publiques et privées, et en inventoriant les différents fonds de bibliothèque, sur le modèle des travaux entrepris à la Bibliothèque nationale de Tunisie et à la Bibliothèque nationale de France17.

  • 18 Les manuels d’arabe sont restés en dehors du travail monumental de recension des manuels scolaires (...)
  • 19 Les élèves qui suivent effectivement un enseignement d’arabe dans les établissements secondaires pu (...)

9L’examen des manuels de berbère élaborés parallèlement aux manuels d’arabe fait apparaître des pratiques communes, comme le recours aux informateurs indigènes ou l’adoption de la méthode directe en association avec l’intérêt pour l’ethnographie. Ces ouvrages en caractères latins, dans lesquels s’élargit l’espace des dialectes berbères couvert, sont conçus pour répondre aux besoins de la colonisation. En retraçant les évolutions perceptibles depuis les travaux de Venture de Paradis jusqu’à ceux des linguistes contemporains, Michèle Sellès repère de nouvelles affirmations identitaires, manifestes dans de récentes publications en caractères tifinagh. En effet, les deux tables rondes qui ont conclu la journée n’ont pas seulement permis de discuter de l’importance que revêt la conservation des manuels d’arabe publiés en Europe et en Afrique du Nord18 et de la nécessité d’en dresser un inventaire permettant de dégager des perspectives nouvelles pour une histoire du livre et de l’imprimerie au Maghreb. Elles ont aussi ouvert un débat sur les enjeux politiques de l’enseignement de l’arabe au nord et au sud de la Méditerranée. Le dossier présenté ici les fait apparaître sous trois angles différents, à partir de la Tunisie, de l’Italie et de la France. Kmar Bendana-Kchir nous ouvre des pistes de réflexion sur le sens de la politique scolaire tunisienne qui, en promouvant le bilinguisme, n’a pas eu à rompre radicalement avec un passé colonial, à la différence de l’Algérie. Barbara Airo offre un aperçu de la situation en Italie, où l’on constate des mutations récentes, liées à la présence de nouveaux immigrants marocains et égyptiens, arabophones, et à la volonté de développer une coopération avec les universités des pays arabes. La France est le seul pays européen où l’arabe est enseigné dans les établissements secondaires publics, bien que l’effectif des élèves y soit très limité, sans commune mesure avec celui des cours organisés aujourd’hui dans un cadre associatif. Brigitte Trincard-Tahhan, avec l’expérience de ses anciennes fonctions d’inspectrice régionale, évoque en conclusion les difficultés auxquelles se heurte aujourd’hui cet enseignement19 entre contraintes institutionnelles, résistances pédagogiques et extrême hétérogénéité du public.

Notes

1 Le terme « manuel » est pris ici dans un sens qui déborde largement son acception habituelle d’ouvrage scolaire ou didactique présentant l’essentiel d’une discipline ; remontant parfois jusqu’au xviie siècle, nous avons inclus dans le corpus les grammaires, les vocabulaires et les dictionnaires qui constituent des ouvrages d’apprentissage ordinaires quand les langues s’acquièrent encore selon la méthode du latin ; à côté des manuels d’arabe « langue étrangère », nous avons par ailleurs introduit des manuels d’arabe « langue nationale » constitués sur le modèle des premiers.

2 Toutes les contributions à cette journée, qu’il s’agisse des communications, des discussions ou des tables rondes, n’ont pu être intégrées à cette publication. Nous tenons à remercier aussi ici pour leur participation Yahya Cheikh, Philippe Chevrant-Breton, Michael Chik, Luc-Willy Deheuvels, Mustapha El Qadéry, Claude Lefébure, Emmanuelle Perrin et Hanane Sekkat. Un enregistrement intégral de la journée est conservé au département de l’Audiovisuel de la BNF sous la cote NUMAV- 216618.

3 Ces contributions n’abordent pas la question des textes manuscrits qui étaient encore en usage au xviiie siècle. On peut citer par exemple les « dialogues » transcrits et traduits par Pétis de La Croix pour un usage didactique et conservés à la BNF.

4 Pascale Barthélemy, « L’enseignement dans l’empire colonial français : une vieille histoire ? », Histoire de l’éducation, no 128, 2010, p. 15-16.

5 On peut citer le recueil dirigé par Jocelyne Dakhlia, Trames de langues. Histoire et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, Paris/Tunis, Maisonneuve et Larose/IRMC, 2004, et son ouvrage Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée, Arles, Actes Sud, 2008.

6 Sur l’enseignement de l’arabe en France aujourd’hui, on peut se référer aux actes du colloque Le Centenaire de l’agrégation d’arabe, (IMA/Sorbonne, 17‑18 novembre 2006), Buc, CRDP académie de Versailles, 2007, p. 41-58, <http://media.eduscol.education.fr/file/Formation_continue_enseignants/19/7/actes_agregation_arabe_110197.pdf> (page consultée en novembre 2012) ; au no 15 de la revue électronique Langues et cité, consacré à L’Arabe en France (publications de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, octobre 2009) et à l’article de Yahya Cheikh, « L’enseignement de l’arabe en France. Les voies de la transmission », Hommes et migrations, no 1288, novembre-décembre 2010, p. 92-103.

7 Jérémie Dubois a consacré sa thèse à cette question : « Enseigner l’Italie en France (1894-1940) », thèse d’histoire sous la dir. de Gilles Pécout, EPHE, IVe section, 2010.

8 Alain Choppin souligne la mutation des manuels qui, longtemps réservés à la formation des élites, prennent la forme, à partir du début du xixe siècle, de productions scolaires nationales (« Introduction », Histoire de l’éducation, n° 58 (Manuels scolaires, États et sociétés. xixe-xxe siècles), mai 1993, p. 5, <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hedu_0221-6280_1993_num_58_1_2656>, page consultée en novembre 2012).

9 Fait exception pour l’arabe marocain la Grammatica linguæ Mauro-Arabicae juxta vernaculi idiomatis usum, accessit vocabularium Latino-Mauro-Arabicum, publiée à Vienne (Camesina, 1800) de Franz Laurenz von Dombay, un interprète au service des Habsbourg.

10 En témoignent les ouvrages de Gaétan Delphin et de Joseph Desparmet.

11 On peut citer les interprètes militaires Joanny Pharaon, Benjamin Vincent, Auguste Martin ou Marcelin Beaussier, le secrétaire-interprète Jean-Honorat Delaporte, le conseiller à la cour d’appel Adrien Paulmier, les instituteurs Eugène Vayssettes, Daniel Roux et Auguste-Louis Depeille. Les missionnaires et les amateurs sont plus rares.

12 C’est le cas de Bastide puis de Jourdan à Alger.

13 Yahya Cheikh a consacré sa communication orale à cet ouvrage.

14 On peut citer le Manuel de conversation franco-arabe : dialecte tunisien, avec prononciation figurée en français publié par Jean Clermont (Tunis, L. Namura, 1940 ; 5e édition, revue, corrigée et augmentée d’un lexique, L. Namura, 1948), qui reprend un cours radiodiffusé par Radio Tunis P. T. T. (réseau de l’État).

15 En une formule brutale, William Marçais parle d’une « incurable diglossie » (« L’arabe écrit et l’arabe parlé dans l’enseignement secondaire », L’Enseignement public, 1931, p. 121).

16 Voir Sylvette Larzul, « Grammatisation et lexicographie de l’arabe algérien au xixe siècle », Synergies monde arabe, no 7, 2010, p. 89-100 (<http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/Mondearabe7/larzul.pdf>, page consultée en novembre 2012).

17 L’inventaire des manuels d’arabe conservés à la BNT a été établi sous la direction de Samia Kamarti à l’occasion de la journée d’étude du 29 septembre 2009. Un travail comparable a été réalisé en 2010 à la BNF par Adèle Sini.

18 Les manuels d’arabe sont restés en dehors du travail monumental de recension des manuels scolaires français publiés depuis 1789 qu’a réalisé Alain Choppin à l’INRP. Ils font en revanche partie du corpus qui intéresse le réseau de chercheurs RIMAMED, mis en place à l’issue du colloque « Manuels en Méditerranée » organisé en novembre 2009 par Michèle Verdelhan, Pierre Boutan et Bruno Maurer à l’université Paul Valéry – Montpellier III (<http://rimamed.org/>, page consultée en novembre 2012). Voir Pierre Boutan, Jean-Robert Henry et Paul Siblot (éd.), Manuels scolaires méditerranéens. Leçons du temps colonial, Paris, L’Harmattan, coll. « Manuels scolaires et sociétés », 2013 (à paraître).

19 Les élèves qui suivent effectivement un enseignement d’arabe dans les établissements secondaires publics sont moins de 5 000, dont 1 500 à la Réunion et à Mayotte. Par comparaison, environ 65 000 jeunes d’âge scolaire auraient suivi des cours d’arabe dans le secteur associatif en 2003, si l’on en croit les estimations du ministère de l’Intérieur, et leur nombre serait en nette augmentation (Yahya Cheikh, « L’enseignement… », art. cit., p. 96).

Auteurs

Sylvette Larzul, chercheur associé au Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen (EHESS), travaille sur la réception de la culture arabe en Europe depuis l’époque moderne. Elle s’est intéressée notamment aux traductions – Les Traductions françaises des Mille et Une Nuits. Étude des versions Galland, Trébutien et Mardrus (L’Harmattan, 1996) ; « Les premières traductions françaises du Coran (xviie-xixe siècle) » (Archives de sciences sociales des religions, no 147, juillet-septembre 2009) – et à l’histoire de l’orientalisme arabisant.

Alain Messaoudi est professeur agrégé à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Rattaché au Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen (CHSIM), il travaille sur l’orientalisme arabisant dans l’empire colonial français et l’élaboration depuis le xixe siècle d’un savoir spécialisé sur l’Afrique du Nord. Il a contribué à la coordination d’un volume de contributions en hommage à l’historien Daniel Rivet, De l’Atlas à l’Orient musulman (Karthala, 2011) et d’un ouvrage sur les Savoirs d’Allemagne en Afrique du Nord (xviiie-xxe siècle) (Saint-Denis, Bouchène, 2012).

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable