Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bibliothèque de l'honnête homme

 | 
Jean-Marc Chatelain

Une collection pour mémoire : le cabinet des livres de Châtre de Cangé

Texte intégral

Ce qui donne à nos collections publiques leur attrait d’abondance, c’est qu’elles sont le produit d’efforts particuliers. Les ouvrages qu’elles contiennent n’expriment pas seulement le goût du siècle qui les a créés. Ils sont aussi les témoins de l’époque qui les a retrouvés, du savant qui les a étudiés, du prince qui les a acquis, enfin des amateurs qui ne cessent de les reclasser. Sur le même objet s’entrecroisent les rayons d’innombrables regards, proches ou lointains, qui lui prêtent leur vie.

Georges Salles, Le Regard.

  • 1  Antoine Bruzen de La Martinière, Introduction générale à l’étude des sciences et des belles lettre (...)
  • 2  La notion d’écart se retrouve ainsi associée à de nombreuses occurrences du lexique de la curiosit (...)
  • 3  Jean Viardot, « Naissance de la bibliophilie : les cabinets de livres rares », dans Histoire des b (...)

1Distinguons. Honnêteté, curiosité, bibliophilie sont des notions dont les frontières respectives, au terme de notre parcours, tendent sans doute à se brouiller et dont il convient donc de réaffirmer les caractères distinctifs pour mieux comprendre selon quelles règles elles peuvent éventuellement se rencontrer sans toutefois se confondre. Dans le rapport au livre qu’elle invite à construire, l’honnêteté désigne une manière d’envisager les textes sous un angle plus esthétique et affectif qu’instructif, une manière de qualifier les livres d’abord au titre du plaisir qu’ils sont susceptibles d’éveiller et non pas d’abord au titre de la leçon qu’ils procurent. En un mot, l’honnêteté est, pour ce qui regarde les livres, un rapport établi sur l’idée du gai savoir : « Les matières que nous avons parcourues dans cette seconde partie, écrit Bruzen de La Martinière en concluant les développements consacrés aux belles-lettres dans son Introduction générale à l’étude des sciences et des belles lettres, composent ce que nos ayeux appelloient la Gaye Science ; il semble que par ce nom ils ayent supposé que le principal but que l’on s’y propose, c’est le plaisir 1. » La curiosité est une conception restreinte de ce plaisir, qui l’envisage sous l’aspect du piquant. Elle est en conséquence un rapport au livre fondé sur l’idée de singularité, d’écart par rapport à ce que l’opinion commune admet comme norme du comportement, de la croyance, du savoir ou même du goût 2 : singularité de l’événement que rapporte tel document ou telle relation historique, de la doctrine qu’énonce telle pensée hétérodoxe, ou encore du ton et de la forme qu’adopte telle œuvre littéraire, comme les compositions macaroniques peuvent en fournir l’exemple. Quant à la bibliophilie, elle désigne de manière plus spécialisée encore un rapport au livre informé par l’idée de rareté : elle est, « au sein du système général du livre, un sous-système original et autonome, celui du livre rare 3 », en entendant la rareté dont il s’agit non pas comme une pure et simple valeur arithmétique, mais comme une valeur symbolique produite par la considération du petit nombre combinée à une considération d’une autre nature, qui permet de désigner à l’amateur des textes avant de désigner plus précisément des éditions, ou plus précisément encore des exemplaires. C’est par le jeu d’une telle combinaison que la bibliophilie telle qu’on commence à la pratiquer en France à la fin du xviie siècle lie son destin aux ordres pourtant différents de l’honnêteté et de la curiosité : l’une et l’autre tracent les perspectives sur lesquelles se détache le motif de la rareté. « Honnête » perspective, celle qui amène à isoler parmi toutes les éditions des œuvres de Clément Marot le petit groupe des exemplaires de l’édition du Rocher portant la date de 1544, ou qui conduit à créer de la rareté autour de ce même poète en enrichissant une édition plus ordinaire au moyen d’une copie manuscrite d’une pièce inédite. « Perspective curieuse », s’il est permis de le dire ainsi, celle qui, dans le vaste ensemble de la littérature hétérodoxe, invite à privilégier de manière très nette les œuvres dont les auteurs ont fini sur le bûcher, tels Michel Servet, Giordano Bruno, Cesare Vanini : là s’associent idéalement l’extravagance d’une pensée et le caractère extraordinaire d’une vie pour démultiplier l’effet d’étrangeté qu’on recherche.

2C’est de la culture de la rareté comme entrecroisement de ces différents regards portés sur les livres que le cabinet de Jean-Pierre Imbert Châtre de Cangé, l’un des grands cabinets de livres rares constitués dans le premier tiers du xviiie siècle, offre une figure accomplie, d’autant plus importante dans notre histoire culturelle que cette collection, vendue en bloc à la Bibliothèque royale à l’été de l’année 1733, a soudain ouvert les portes d’une institution nationale à une forme de culture qui, parce qu’elle se dérobait au mode traditionnellement humaniste du savoir, lui était demeurée jusqu’alors étrangère. Ainsi l’acquisition du cabinet de Châtre de Cangé n’aura pas été seulement une prodigieuse source d’accroissement pour la Bibliothèque royale : elle aura aussi constitué la première manifestation d’une légitimation publique donnée à une culture du livre qui s’était d’abord développée discrètement, dans le seul espace du for privé.

Dans l’entourage du Régent

  • 4  Sur le père de Cangé, qui acquit aussi en 1717 une charge de secrétaire du roi, voir la notice de (...)
  • 5  Saint-Simon, Mémoires, éd. Yves Coirault, t. V, Paris, 1985, p. 250.

3Le personnage de Cangé lui-même est assez mal connu. Sans doute né autour de 1680, il était le fils aîné de Pierre Imbert Châtre (1654-1739) qui occupait auprès du duc d’Orléans la charge d’« apothicaire du corps et apothicaire du commun » qu’il cumula pendant un certain temps avec celle de premier valet de chambre ordinaire, et d’Henriette Prieur († 1735), qui était au service de la duchesse d’Orléans en qualité de première femme de chambre 4. C’est de la mère de Cangé qu’il est question dans un amusant passage des Mémoires de Saint-Simon relatif à l’impiété qu’affectait le duc d’Orléans : « Je me souviens qu’une nuit de Noël à Versailles, où il accompagna le roi à matines et aux trois messes de minuit, il surprit la cour par sa continuelle application à lire dans le livre qu’il avait apporté, et qui parut un livre de prière. La première femme de chambre de Mme la duchesse d’Orléans, ancienne dans la maison, fort attachée et fort libre, comme le sont tous les vieux bons domestiques, transportée de joie de cette lecture, lui en fit compliment chez Mme la duchesse d’Orléans le lendemain, où il y avait du monde. M. le duc d’Orléans se plut quelque temps à la faire danser, puis lui dit : “Vous êtes bien sotte, madame Imbert ; savez-vous donc ce que je lisais ? C’était Rabelais, que j’avais porté de peur de m’ennuyer.” 5 »

  • 6  Pierre Imbert Châtre († 1671), grand-père de Cangé, est déjà mentionné comme apothicaire du duc d’ (...)
  • 7  L’État de la France…, Paris, 1697, t. II, p. 74.
  • 8  BNF, département des Manuscrits, D. Bl. 173, dont l’information est reprise par l’Annuaire de la n (...)

4Né de « vieux bons domestiques » qui l’un et l’autre avaient un accès aisé à leurs maîtres, Châtre de Cangé a donc grandi dans l’entourage immédiat de la famille d’Orléans dans lequel aussi il se maria un peu plus tard, épousant en 1711 Philippine-Charlotte de Wandt, fille d’un écuyer de la princesse Palatine, mère du Régent. Comme son propre père et son grand-père déjà 6, Cangé avait commencé par figurer parmi les officiers de santé du duc, dans la charge modeste d’aide-apothicaire : c’est à ce titre qu’il est mentionné après son père sous le nom de Jean-Pierre Imbert Châtre dans L’État de la France de 1697 7, alors qu’en 1694 encore l’aide était un certain Claude Bourdelin. Cette situation a duré une vingtaine d’années : il est encore titulaire de la même charge dans L’État de la France de 1718, alors que c’est son frère, François Imbert Châtre, qui le remplace dans l’édition de 1722 où, curieusement, lui-même n’apparaît sous aucune des rubriques concernant la maison du duc d’Orléans. Par contre l’édition de 1727 puis celle de 1736 le mentionnent de nouveau, non plus parmi les « officiers de santé » mais parmi les « gens du Conseil » : il est alors l’un des huit secrétaires ordinaires du Conseil du duc. En revanche il semble n’avoir jamais porté le titre beaucoup plus important de « secrétaire des commandements » dont le crédite une note succincte conservée dans les Dossiers bleus de la Bibliothèque nationale de France 8, démentie notamment par l’Almanach royal qui publiait chaque année le nom des titulaires des principales fonctions au sein du Conseil du duc d’Orléans : jamais n’y figure celui de Cangé, sous quelque forme que ce soit.

5Cette énumération de charges ne saurait en tout cas rendre compte de la place qui était réellement la sienne dans l’entourage du duc d’Orléans. En témoigne, sur un manuscrit qu’il donna en 1725 à Clairambault, le généalogiste des ordres du roi, une note autographe montrant qu’il occupait auprès de Philippe d’Orléans, devenu régent du royaume à la mort de Louis XIV en 1715, une position suffisamment proche pour faire de lui non seulement le témoin oculaire mais aussi le confident du travail d’éducation politique du jeune Louis XV :

6« Pour former le roy et luy donner les instructions nécessaires pour gouverner l’État M. le duc d’Orléans voyant approcher la majorité se proposa d’avoir des conversations particulières avec Sa Majesté. Il fut traversé par M. le maréchal de Villeroy qui voulut en qualité de gouverneur y assister, et ce ne fut qu’après son éloignement qu’elles eurent lieu.

  • 9  Mémoires et documents concernant la régence du duc d’Orléans (1715-1723), et les finances jusqu’en (...)

7Le duc d’Orléans ne prit point d’heures ni de jours fixes pour ce travail, il alloit chez le roy comme à son ordinaire avec le portefeuille de signatures, et souvent il revenoit sans qu’il eut esté ouvert. J’ay sceu de M. le duc d’Orléans que les jours qu’on n’ouvroit point ce portefeuille estoient les jours les mieux employez parce que les trois heures qu’il restoit avec Sa Majesté se passoient en conversations qui avoient pour objet les grands principes du gouvernement. Il m’a paru que M. le duc d’Orléans se preparoit avant d’aller chez Sa Majesté, je l’ay vu lire quelquefois un chapitre du Testament politique de Richelieu et quelquefois d’autres mémoires 9. »

  • 10  J. Marot, Les Œuvres…, Paris, A.-U. Coustelier, 1723. Sur la collection d’œuvres littéraires franç (...)
  • 11  Ce stock d’exemplaires non distribués demeura dans la famille de Cangé jusqu’à la fin du xviiie si (...)
  • 12  Cet exemplaire est aujourd’hui conservé dans la bibliothèque du musée Condé à Chantilly et a été d (...)

8Cangé apparaît ainsi comme un homme de confiance, ce que confirme le fait qu’en 1724, si l’on en croit la note des Dossiers bleus, Louis, duc d’Orléans, fils du Régent, l’envoya à Rastadt pour y négocier son mariage avec la princesse de Bade. Il apparaît en outre que l’énumération des charges fournie par les éditions successives de L’État de la France n’est pas exempte d’inadvertances : si le nom de Jean-Pierre Imbert Châtre ne figure plus en tant que tel dans l’édition de 1722, c’est très vraisemblablement parce que, par déformation et inversion du double patronyme en un prénom et un nom, on a créé par erreur et imprimé à sa place celui de « Charles Imbert » qui, dès l’édition de 1718, a remplacé celui de Pierre Imbert dans l’une des quatre charges de valet de chambre ordinaire du duc d’Orléans. Or c’est bien Cangé en personne qui est qualifié en 1723 de « premier valet de chambre de S[on] A[ltesse] R[oyale] » dans la dédicace d’une édition des œuvres de Jean Marot, père de Clément, qui le décrit comme un homme « attaché dès [sa] plus tendre jeunesse à la personne d’un prince qui fait l’admiration de toute l’Europe, et qui a toujours protégé les arts 10 ». S’il est d’ailleurs fait ici allusion au mécénat du Régent, c’est peut-être que Cangé remplissait auprès de lui des fonctions plus spécialement attachées à cette activité. Il est en tout cas plus que probable qu’il a joué un rôle essentiel en 1718 dans l’édition de Daphnis et Chloé dite « édition du Régent » car illustrée de figures gravées d’après des dessins que le duc d’Orléans avait exécutés lui-même, avec l’aide de son premier peintre, Antoine Coypel. Des deux cent cinquante exemplaires de cette édition privée à tirage limité, réservée à une distribution dans l’entourage du duc, une cinquantaine resta entre les mains de Cangé : on ne pourrait l’expliquer s’il n’avait pas joué en cette affaire un rôle de cheville ouvrière 11. Il gardait au demeurant dans sa propre collection un exemplaire enrichi de documents concernant les étapes de réalisation du projet : on y trouvait notamment un feuillet autographe du Régent décrivant le plan primitif de l’illustration, au verso duquel Cangé avait indiqué qu’il s’agissait d’un « Projet écrit de la main de S. A. R. l’an 1712 12 ».

  • 13  Le document attestant cette provision est conservé à la BNF, Réserve des livres rares, Rés. F. 231 (...)
  • 14  Cangé fut provisionné de la charge de commissaire ordinaire des guerres le 21 mars 1727, comme l’a (...)
  • 15  Sur cette collection documentaire de 89 volumes in-folio, bizarrement ignorée par Claude C. Sturgi (...)

9Aux charges domestiques que Cangé occupait au sein de la maison d’Orléans et à celle qu’il acquit ultérieurement dans la maison du roi en achetant une charge de premier valet de garde-robe dont il fut pourvu le 28 novembre 1735 13 s’ajoutèrent des fonctions publiques à partir de 1723 : il devint à cette date maire de Tours et le resta jusqu’en 1727, au moment où il obtint une charge de commissaire ordinaire des guerres qu’il conserva jusqu’à sa mort, en 1746, exerçant ses fonctions d’administrateur des armées d’abord dans la généralité d’Orléans puis dans celle de Paris 14. Il a d’ailleurs réuni dans l’exercice de cette charge une collection de pièces relatives à l’administration militaire d’Ancien Régime, que son fils a donnée au roi quelques années après sa mort et qui, depuis qu’elle est entrée à la Bibliothèque royale en 1751, constitue une source documentaire de première importance pour les recherches historiques en ce domaine 15.

  • 16  BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2316.
  • 17  BNF, département des Manuscrits, Fr. 1587.

10La carrière suivie par l’ancien aide-apothicaire du duc d’Orléans s’est accompagnée de manifestes efforts pour faire figure de gentilhomme. Lui qui, dans L’État de la France de 1722, n’était encore que « Jean-Pierre Imbert Châtre » y devenait en 1727 « Jean-Pierre Gilbert de Chartres [sic], écuyer seigneur de Cangé », le patronyme allégé du nom usuel sous lequel étaient connus ses parents, élargi d’une particule, allongé d’un nom de terre (la seigneurie de Cangé en Touraine), enfin enrichi de la qualification noble d’écuyer. Il faut faire remonter à l’année 1723 cette transformation : car c’est déjà de tous ces titres que Cangé se pare dans les notes qu’il a inscrites sur son exemplaire de l’édition des œuvres de Jean Marot pour développer la formule de dédicace imprimée sous forme abrégée 16. L’énoncé de l’ex-libris manuscrit qu’il inscrit parfois sur ses livres évolue en conséquence. S’il utilise d’abord le seul nom d’Imbert, celui-ci disparaît ensuite pour le nom de Châtre de Cangé, voire pour une formule détaillant tous ses signes extérieurs de noblesse : c’est ainsi que sur un manuscrit des poésies de Guillaume de Machaut acquis en 1724, il se nomme, avec une ostentation qui trahit la jeunesse de ce plumage, « Jean B. Pierre de Chastre es[cuye]r s[eigneu]r de Cangé 17 ».

  • 18  Lettre du 21 novembre 1733 à Maurepas en tête du Catalogue des manuscrits provenant de la biblioth (...)

11Il est frappant de constater que les années où Cangé se construit une nouvelle identité sociale sont celles aussi où il donne le plus grand développement au cabinet de livres rares qu’il mettra en vente en 1733. L’acte final de la vente est assurément l’épisode le mieux connu de l’histoire de cette collection, grâce au petit dossier de correspondance administrative alors échangée entre l’abbé Sallier, garde des Imprimés à la Bibliothèque du roi, et le ministre Maurepas. Cet échange épistolaire permet de suivre pas à pas la transaction, décidée au cours de l’année 1733. À la fin de cette année-là, au mois de novembre, Sallier écrit à Maurepas pour lui rendre compte des dispositions qu’il a prises à l’égard des livres de Cangé : « Après avoir manié plusieurs fois pendant ces deux derniers mois le cabinet que le roy a acquis de M. de Cangé, j’ay l’honneur de vous rendre compte des arrangements que j’ay pris, que je soumets à votre jugement et sur lesquels j’attends vos ordres. J’ay fait le recollement du cabinet […]. Après ce recollement j’ay separé les manuscripts d’avec les imprimés. Le catalogue ne marquoit que 120 manuscripts et j’en ay tiré 158 auxquels il faut joindre les 12 plus considerables dont, après la conclusion du marché, M. de Cangé s’est dessaisi en faveur de la Bibliotheque du roy, ce qui fait 170 volumes. J’ay mis ensuite à part les livres in-fo au nombre de 597 et les in-4o au nombre de 1 171. L’examen fait, j’ay gardé 126 in-fo et 571 in-4o qui manquent à la Bibliotheque du roy. J’ay changé 80 volumes de la Bibliotheque savoir 28 in-fo et 52 in-4o contre les exemplaires des mêmes ouvrages trouvés dans le cabinet de M. de Cangé et qui valoient plus que ceux du roy en raison de la relieure ou des additions de pieces qui y étoient jointes. J’ay tiré ensuite 234 volumes qui sont effectivement doubles et de moindre valeur que les semblables qui se trouvent à la Bibliotheque ; par consequent sur plus de 6 500 volumes qui composent le cabinet de M. de Cangé, on peut dès aujourd’huy vendre ces 1 300 volumes pour avancer le payement de M. de Cangé 18. »

  • 19  Ibid.

12À travers ces comptes et ces décomptes, il apparaît que, sans connaître ce que Cangé a pu garder par devers lui — ce qui ne devait pas toutefois être très important en nombre —, sa collection était composée de cent soixante-dix manuscrits et d’environ six mille cinq cents volumes imprimés. Cinq mille d’entre eux environ sont entrés à la Bibliothèque du roi, le reste ayant été vendu comme doubles afin d’aider à régler ce qui était dû à Cangé. L’achat lui-même s’est effectué en trois règlements successifs : une somme de quatorze mille huit cents livres a été versée dès l’acquisition du cabinet, complétée un peu plus tard d’un montant de onze mille livres dégagé par la vente des doubles à un libraire, enfin quatorze mille deux cents livres ont été payées pour solde du compte. Au total, par conséquent, une somme de quarante mille livres, dont Sallier souligne à Maurepas qu’elle est très modique au regard de ce que la Bibliothèque du roi vient d’acquérir : « Vous ne pouviés, Monseigneur, faire une plus riche acquisition pour la Bibliotheque du roy, ni à meilleur marché. Les seuls manuscripts valent plus de 5 000 livres à les mettre au plus bas prix des manuscripts qui sont choisis avec quelque goust. Il y a pour les belles lettres et pour l’histoire françoises des livres imprimés que l’on ne retrouvera peut être jamais qu’à la bibliotheque où ils se conserveront 19. »

  • 20  BNF, Réserve des livres rares, Vélin 602.

13De fait, l’achat de la collection de Cangé est d’autant plus intéressant pour la Bibliothèque du roi qu’il intervient en pleine période de flambée des prix dans les ventes publiques de livres, phénomène qu’on observe sans interruption à Paris depuis la vente fameuse de la bibliothèque de Cisternay du Fay en 1725 et qui, de surcroît, affecte tout particulièrement certaines des catégories d’ouvrages le mieux représentées dans la collection de Cangé : ce sont notamment tous les monuments de la littérature française de la fin du Moyen Âge, impressions du xve et du début du xvie siècle que les catalogues du temps décrivent simplement comme « gothiques » pour indiquer qu’elles ne sont pas imprimées en lettres rondes. Certaines de ces impressions « gothiques » n’ont d’ailleurs pas attendu la vente Du Fay de 1725 pour se négocier à des prix extrêmement élevés. C’est ainsi que sur l’un des livres de son cabinet, un exemplaire imprimé sur vélin d’une moralité de la fin du Moyen Âge intitulée Bien advisé mal advisé, publiée à Paris vers 1496, Cangé a noté que le volume, avant d’entrer dans sa collection en décembre 1725, avait été « acheté par M. Hallée 1 001 livres en 1720 à la vente du cabinet du feu marquis de La Vieuville 20 ». À titre de comparaison, le père de Cangé, en tant qu’apothicaire du duc d’Orléans, charge loin d’être parmi les plus mal rémunérées, percevait à la même époque des gages annuels de mille deux cents livres, et ceux de l’aide-apothicaire étaient de six cents livres. Même si Bien advisé mal advisé est une pièce particulièrement rare et intéressante pour la connaissance du théâtre de la fin du Moyen Âge, le prix payé par Hallée est considérable : c’est à lui seul, on le voit, le quarantième de la somme que le roi paiera treize ans plus tard pour la totalité des quelque six à sept mille livres du cabinet de Cangé.

  • 21  Catalogue des livres du cabinet de M.***, Paris, J. Guérin, 1733. À la page de titre primitive a é (...)
  • 22  Voir Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, Paris, 1868-1881, t. (...)
  • 23  BNF, Réserve des livres rares, Rés. fol. La35 6 α.
  • 24  Il s’agit, à la Bibliothèque nationale de France, des manuscrits suivants : Fr. 372, 819-820, 871, (...)
  • 25  Le Premier [-second] livre du preux, vaillant et tres victorieux chevalier Palmerin d’Angleterre…, (...)
  • 26  C’est aujourd’hui le manuscrit Latin 17332 de la Bibliothèque nationale de France, d’abord offert (...)
  • 27  A. Galland, « Discours sur quelques anciens poëtes, et sur quelques romans gaulois peu connus », d (...)
  • 28  Vente Du Fay, Paris, 1725, no 1889. Voir ci-dessous, p. 183.
  • 29  Sur l’histoire de ce manuscrit et la description incomplète qu’en a donnée Galland, voir la notice (...)
  • 30  Caen, Bibliothèque municipale, manuscrit 518, donné en 1817 par un certain J.-B. Le Comte.
  • 31  Sur la collection des livres de Foucault, voir la présentation (partielle faute de connaître le ca (...)

14Cette petite note portée incidemment sur un feuillet de garde du Bien advisé mal advisé fait entrevoir en même temps la difficulté qu’il y a à connaître précisément le cabinet des livres de Cangé dans le processus de sa formation : certaines des pièces les plus importantes sont entrées en sa possession au terme de transactions successives dont les étapes, faute d’une véritable institutionnalisation du catalogue de vente qui n’interviendra que dans le second quart du xviiie siècle, sont délicates et souvent impossibles à retracer quand fait défaut une semblable note de provenance. Il apparaît néanmoins clairement que Cangé ne saurait faire figure de véritable innovateur : sa collection s’est au contraire constituée en partie, notamment pour les pièces qui en sont les plus précieuses et en assurent la renommée, par acquisition de livres manuscrits ou imprimés déjà désignés à l’attention des amateurs et riches d’un passé bibliophilique, fût-il récent. Aussi le travail de la collection chez Cangé est-il d’abord un travail de récapitulation qui élargit, systématise et, grâce au catalogue imprimé à la veille de la vente de 1733 21, rend visibles avec une génération de retard des choix, des goûts et des usages en vigueur déjà dans plusieurs cabinets d’amateurs de la fin du règne de Louis XIV. Celui du marquis de La Vieuville est l’un d’entre eux, mais il faudrait citer aussi celui du château d’Anet, formé à l’origine par les livres de Diane de Poitiers mais enrichi ensuite par les ducs de Vendôme jusqu’à la mort de la veuve du dernier prince de ce nom, Marie-Anne de Bourbon, en 1718 22. La vente des livres d’Anet, en 1724, fut pour Cangé l’occasion d’un accroissement notable de son cabinet : il y acquit par exemple une édition incunable des Chroniques de France (Paris, P. Bonhomme, 1476) 23 et, surtout, une douzaine au moins de manuscrits du xive au xvie siècle contenant des romans, du théâtre et de la poésie du Moyen Âge 24. Une autre provenance notable est celle de Nicolas-Joseph Foucault (1643-1721), dont les armes figurent par exemple aux plats d’une édition du roman de chevalerie de Palmerin d’Angleterre. Sur l’ex-libris gravé de Foucault, que celui-ci avait collé au contreplat supérieur, Cangé a noté qu’il avait acquis ce volume au prix de soixante livres en avril 1719 et ajouté une précision à la fois bibliographique et bibliophilique : « Ce livre est fort rare. Il est aussy imprimé in 8o [en] 2 vol[umes] mais cette edition est la plus belle 25. » De Foucault viennent aussi quelques manuscrits extrêmement précieux : manuscrits à peintures, comme l’un des livres d’heures du roi René orné d’un magnifique portrait de la Vierge attribué à Barthélemy d’Eyck 26, ou manuscrits littéraires comme le « recüeil de cinq […] romans très anciens, tous en vers de huit syllabes, écrits d’une mesme main sur vélin », ainsi décrit par Antoine Galland, bibliothécaire de Foucault, lors d’une communication à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres le 29 juillet 1707 27. Ce volume, que Cangé n’a pas acquis directement de Foucault mais a acheté à la vente Cisternay du Fay 28, est un très ample recueil de romans courtois copié dans la première moitié du xiiie siècle, aujourd’hui manuscrit Français 1450 de la Bibliothèque nationale de France, contenant le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure, Éneas, le Brut de Wace, le roman de Dolopathos et, intercalés au milieu du Brut, quatre des cinq romans de Chrétien de Troyes : Érec et Énide, Perceval, Cligès et Le Chevalier au lion — Galland ayant pour sa part omis de mentionner la présence d’Érec et Énide et de Cligès comme d’Éneas 29. Une confrontation plus précise avec le catalogue de la bibliothèque de Foucault dressé par Galland, demeuré manuscrit et aujourd’hui conservé à la bibliothèque municipale de Caen 30, permettrait de mesurer avec exactitude tout ce que Cangé doit à cet amateur d’une génération antérieure à la sienne 31.

  • 32  Voir N.-J. Foucault, Mémoires, éd. par Frédéric Baudry, Paris, 1862, p. 376-377.
  • 33  Thierry Sarmant, Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale. 1661-1848, Paris, 1994, p. (...)
  • 34  Une note de la main de l’abbé Sallier en tête d’un jeu d’épreuves des Médailles sur les principaux (...)
  • 35  C’est la version présentée par l’éloge académique prononcé à la mort de Gros de Boze : voir Simone (...)
  • 36  Ces recueils constituent respectivement les manuscrits Fr. 4774, 4771, 5773 à 5776, 4772, 5169 et (...)
  • 37  BNF, bibliothèque de l’Arsenal, manuscrits 2589, 2653-2658, 2831-2837, 2839-2840, 2842-2846, 2850 (...)

15Au-delà du passage ponctuel d’exemplaires d’un cabinet à l’autre, qu’il se soit effectué de manière directe ou non, il est possible que Foucault ait même exercé auprès de Cangé un rôle de mentor ou du moins d’inspirateur en matière de collection de livres. Les deux personnages n’ont pu en effet que bien se connaître en évoluant ensemble dans le cercle des familiers de la maison d’Orléans : Foucault, après avoir exercé la charge d’intendant dans les généralités de Montauban — où il négocia notamment l’acquisition des manuscrits de l’abbaye de Moissac pour le compte de Colbert en 1678 —, de Pau, de Poitiers puis de Caen, et, dans ces fonctions successives, parallèlement à son activité administrative, avoir saisi l’occasion de développer ses talents d’« antiquaire », dénicheur et collectionneur très avisé de vestiges archéologiques, de médailles et de livres, était devenu en octobre 1712 le chef du Conseil de Madame, la princesse Palatine, mère de Philippe d’Orléans. Proche également de ce dernier, il avait été pressenti pour participer aux conseils polysynodiques créés au commencement de la Régence : si le projet échoua, il obtint en revanche d’être promu l’année suivante, par la volonté du Régent, conseiller d’État ordinaire32. Mais en plus de cette proximité des relations politiques, Foucault et Cangé se trouvaient également proches en vertu des liens que tous deux entretenaient avec Claude Gros de Boze, à la fois collectionneur de livres et numismate devenu garde du Cabinet des médailles de la Bibliothèque royale en 1719. Gros de Boze a été, dit-on, introduit par Foucault dans le milieu des antiquaires parisiens autour de 1700 33, tandis qu’il était lié d’une très proche alliance familiale à Cangé, dont il était, bien que de la même génération, le gendre 34. Comme on raconte aussi que c’est en découvrant la collection de médailles de Foucault que Gros de Boze eut la révélation de sa vocation de numismate 35, manière dramatisée de dire plus simplement l’influence que l’aîné a exercée sur le plus jeune, il n’est pas impossible que le cabinet des livres de Foucault ait exercé une influence comparable sur Cangé et dès l’origine ait orienté ses choix de collectionneur. Il est en tout cas frappant de constater que non seulement la quête des témoins manuscrits et imprimés de la littérature française du Moyen Âge est commune à Cangé et Foucault, mais qu’on repère aussi d’autres recoupements autour de pièces beaucoup moins précieuses. C’est le cas des copies de documents relatifs à de grands procès instruits pour crime de lèse-majesté ou mettant en cause de hauts personnages, dont Cangé possédait des recueils pour les procès de Robert d’Artois en 1331, de Gilles de Rais en 1440, de Jacques d’Armagnac, duc de Nemours, en 1477, du chancelier Guillaume Poyet en 1544, du duc de Biron en 1602 et du président à mortier du Parlement de Bourgogne Philippe Giroux en 1643 36 : ce type de curiosité historique était déjà représenté dans le cabinet de Foucault par une série plus nombreuse encore de semblables recueils, dont une partie se trouve aujourd’hui à la bibliothèque de l’Arsenal 37.

16Sans doute Foucault lui-même n’était-il pas isolé en son propre temps, quand il commençait à réunir son cabinet de livres. Il existait incontestablement, dans la génération de ses contemporains, d’autres cabinets, comme celui de La Vieuville, auxquels on pourrait semblablement comparer le cabinet plus tardif de Cangé. L’hypothèse ici avancée n’est donc pas celle d’un lien noué entre deux cabinets qu’on pourrait rapprocher au titre de leur singularité, parce qu’ils feraient tous deux figure d’exception, mais au contraire celle d’une transmission de pratiques de collection d’une époque à l’autre, développées d’abord par la génération de Foucault et La Vieuville, qui s’éteint à peu près en même temps que le règne de Louis XIV, et transmises à la génération de Cangé et de Gros de Boze, qui s’éteindra quant à elle une trentaine d’années plus tard, au milieu du xviiie siècle. Dans le cas de Cangé, la collection de Foucault aurait donc été le lieu privilégié d’une telle transmission. Cette hypothèse semble au demeurant confortée par l’étude de la constitution du cabinet de Cangé dans sa durée, en suivant, dans la mesure où il est possible de le faire, les étapes de sa chronologie. Pour les pièces les plus importantes, Cangé a souvent porté sur le volume lui-même la date d’acquisition. Or, bien que l’avertissement du catalogue imprimé de 1733 annonce un « cabinet […] formé par le travail assidu d’un grand nombre d’années », il est difficile de repérer des pièces acquises avant 1717 : c’est précisément l’époque où Foucault se met à vendre de plus en plus de pièces tirées de ses collections de livres et de médailles, même s’il avait engagé ce processus un peu plus tôt déjà. Ainsi la dispersion du cabinet de Foucault semble concomitante des débuts de Cangé dans la carrière de collectionneur. Le cabinet de ce dernier s’est ensuite développé en l’espace d’une quinzaine d’années seulement, en connaissant une période particulièrement faste, semble-t-il, entre 1724 et 1729, c’est-à-dire de la vente des livres du château d’Anet à celle de la bibliothèque de Michel Brochard.

Histoire, histoire curieuse et belles-lettres

  • 38  J. Viardot, « Naissance de la bibliophilie… », art. cit., p. 273.

17La composition de la collection de Cangé dans l’état définitif qu’elle atteint en 1733 est connue de manière beaucoup moins hypothétique que les étapes de sa formation grâce au catalogue de quatre cent cinquante pages imprimé à la veille de la vente, même si l’abbé Sallier soulignait à Maurepas qu’un récolement précis faisait apparaître, notamment pour les manuscrits, un nombre de pièces supérieur à celui que décrivait la liste imprimée. L’image très précise de la collection qu’on peut en retirer est beaucoup moins troublée par ces lacunes qu’elle n’est brouillée par le cadre de classement adopté, qui reprend la traditionnelle « classification des libraires de Paris » et répartit par conséquent l’ensemble des livres en ces cinq catégories canoniques que sont la théologie, la jurisprudence, les belles-lettres, les sciences et arts et l’histoire. Comme l’a déjà souligné Jean Viardot 38, ce classement préétabli gauchit considérablement la présentation de la collection de Cangé en laissant abusivement croire, à première vue, à une couverture encyclopédique du champ du savoir. Or le cabinet de Cangé est précisément aux antipodes d’une bibliothèque encyclopédique. On le constate d’abord en remarquant à quel point les différentes sections de la classification des libraires sont inégalement représentées. D’après les comptages qu’on peut faire, le catalogue comprend environ 5 600 entrées, la différence avec le chiffre de 6 500 avancé par l’abbé Sallier s’expliquant surtout par le fait que celui-ci comptabilisait des volumes et non pas des titres. Sur ce total de 5 600, environ 1 650 entrées sont regroupées dans la section des belles-lettres et 3 250 environ dans la section historique. L’histoire et les belles-lettres totalisent donc à elles deux environ 5 000 des 5 600 entrées du catalogue, soit près de 90 pour cent de la collection.

18Au-delà du simple témoignage des statistiques, un examen plus attentif des titres distribués dans les différentes sections du catalogue révèle que certaines parties de la collection sont rangées sous des intitulés de pure forme, afin de faire artificiellement rentrer l’ensemble dans une classification qui lui convient très mal. C’est ainsi que dans la section des « Sciences et Arts », le chapitre des mathématiques ne contient aucun ouvrage de mathématiques à strictement parler : ce sont au contraire des ouvrages d’astrologie et surtout des recueils de pronostications, notamment celles de Nostradamus, quand il ne s’agit pas des Prophéties de Merlin, texte à portée politique et spirituelle rédigé à la fin du xiiie siècle par un auteur d’inspiration franciscaine en faveur des Guelfes. De même, dans la section « Théologie », le chapitre des « Sermons » contient dix-sept titres dont un seul est postérieur au xvie siècle et dont quatorze correspondent à des éditions incunables ou qualifiées de « gothiques ». Aussi est-il manifeste que ce n’est pas l’art de prêcher en tant que tel qui intéresse Cangé, mais l’ancienneté des éditions. Et en atteignant ainsi à plusieurs reprises, dans les sections étrangères à l’histoire et aux belles-lettres, les limites de l’absurde, l’usage de la classification méthodique et encyclopédique des libraires de Paris plaquée sur la collection de Cangé n’accuse finalement que mieux le fait que le cabinet de livres rares n’est jamais réductible à un usage direct et transitif des objets qu’il rassemble, mais qu’il s’y mêle toujours une pensée de derrière et une vue de biais.

19Si l’on s’efforce donc de faire abstraction de l’écran formé par la classification des libraires de Paris telle qu’elle est appliquée au cabinet de Cangé, il devient très clair que cette bibliothèque ne répond en aucun cas au dessein d’une couverture générale de la connaissance, mais qu’elle est effectivement ordonnée autour des deux intérêts fondamentaux que Sallier marquait à Maurepas : « les belles lettres et […] l’histoire françoises ». À l’égard de l’histoire, la collection de Cangé peut même faire figure de bibliothèque spécialisée, non seulement par son importance numérique, mais aussi parce que l’organisation très détaillée du catalogue dans sa section historique — ici beaucoup mieux adaptée à la collection que dans la plupart des autres parties — fait apparaître un quadrillage systématique du champ de savoir défini par l’histoire nationale. Après les introductions historiques et géographiques vient l’histoire chronologique organisée par règnes, puis un parcours méthodique : d’abord ce qui concerne le roi lui-même, sa personne et ses prérogatives, puis ce qui concerne le royaume envisagé sous les différents aspects de sa constitution juridique, de ses institutions politiques et financières, de son histoire diplomatique, de l’histoire généalogique de ses grandes familles. Le tout s’achève par une partie extrêmement détaillée sur l’histoire de toutes les provinces de France, coupe géographique de l’histoire nationale qui vient ainsi compléter les précédentes coupes chronologique et méthodique. L’histoire antique, en comparaison, se réduit à la portion plus que congrue, représentée uniquement par les grands historiens grecs et latins et un nombre très réduit de travaux d’antiquaires, et l’histoire des nations modernes autres que la France reste elle-même assez sommaire. Un fait est significatif à cet égard : si l’on examine le petit chapitre intitulé « Histoire des monarchies hors de l’Europe » — et si l’on fait abstraction de l’histoire des royaumes imaginaires que le rédacteur du catalogue a glissée là, les récits utopiques de l’Histoire du royaume d’Antangil ou de l’Histoire des Sévarambes de Denis Vairasse —, la majorité des titres concerne non pas des monarchies étrangères à la France, mais l’histoire des entreprises coloniales de la France en Amérique. L’histoire nationale demeure donc, jusque dans les moments où l’on s’attendrait à la voir reléguée au second plan, l’absolue priorité et le centre de gravité fondamental des intérêts de Cangé pour l’histoire. Ceux-ci peuvent même être définis de manière plus précise encore : il s’agit non seulement de l’histoire de France, mais plus spécialement de l’histoire de France à partir des rois de la troisième race, inaugurée par le règne de Hugues Capet. Par comparaison, l’histoire des Mérovingiens et des Carolingiens est très imparfaitement représentée. Le cabinet historique de Châtre de Cangé est fondamentalement un cabinet d’histoire capétienne.

  • 39  Voir Bruno Neveu, Érudition et Religion aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1994, en particulier l (...)

20Par là même, ce type de bibliothèque historique, aussi étendue que soit la collection d’ouvrages et de documents rassemblés, se démarque nettement du modèle savant de l’histoire dont l’exemple, à la fin du xviie siècle et au début du xviiie, était donné par le travail des bénédictins de la congrégation de Saint-Maur. De l’idée de l’histoire qui s’impose à Saint-Germain-des-Prés, de Mabillon à Montfaucon 39, une bibliothèque comme celle de Châtre de Cangé s’écarte à trois titres au moins. Elle s’en écarte d’abord par la part qu’elle accorde à la recherche curieuse du passé beaucoup plus qu’à sa considération critique. La collection de Cangé comprend en effet une quantité impressionnante de recueils de pièces dont bon nombre peuvent difficilement ressortir à l’usage critique des sources et à la production de preuves que pratique l’histoire savante : ainsi des nombreux recueils de pièces satiriques qui relèvent d’une histoire purement anecdotique, comme les pasquinades dirigées contre Henri III et ses mœurs ou encore celles qui visaient Richelieu. La seconde divergence tient au désintérêt pour l’histoire antique et le haut Moyen Âge, alors que c’est vers ces périodes que l’érudition historique des bénédictins tourne de préférence ses efforts d’investigation et sur elles qu’elle essaie son arsenal de savoir critique (archéologie, épigraphie, paléographie, diplomatique). La dernière divergence tient enfin à une considération relativement marginale de l’histoire ecclésiastique, qui ne bénéficie d’une considération plus attentive que dans le cadre de l’histoire des provinces. Dans les autres cas, elle fait figure de parent pauvre face à l’histoire civile, ce dont on trouve une confirmation et une illustration presque caricaturale en consultant le petit chapitre consacré à l’histoire des papes : sur les dix-sept titres qu’il recense, sept, soit plus du tiers, concernent l’histoire de la papesse Jeanne. Se manifeste donc ici, de nouveau, ce goût de l’histoire curieuse, de l’anecdotique et du piquant. En revanche, l’espace laissé libre par l’atrophie de l’histoire ecclésiastique est occupé par l’histoire de la noblesse, particulièrement bien représentée dans le cabinet de Cangé. En cela, cette collection est parfaitement contemporaine de toute la réflexion sur la noblesse qui s’élabore, en lien avec une réflexion sur l’histoire nationale, à la fin du règne de Louis XIV et sous la Régence : réflexion historique dans ses arguments et politique dans ses conclusions, dont le principal représentant est le comte de Boulainvilliers, auteur dont les œuvres sont bien présentes dans le cabinet de Cangé alors qu’on y chercherait en vain un ouvrage comme le De re diplomatica de Mabillon. Bref, il apparaît qu’en dépit de son développement et de sa spécialisation thématique, la partie historique du cabinet de Cangé échappe au modèle de la bibliothèque savante à la fois par le goût de l’histoire anecdotique et par une considération politique plutôt qu’érudite du passé.

Le territoire de la curiosité

  • 40  Ce volume, que Cangé a acquis en 1726 et sur lequel il a en outre porté des notes relatives à la v (...)
  • 41  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Q. 740, p. 20 (jugement sur Vanini) et 21 (jugement sur Spinoz (...)

21Si l’on entreprenait d’ordonner le catalogue des livres de Cangé selon un classement qui rende mieux justice à la réalité de la collection que le catalogue de 1733, il faudrait établir trois grandes divisions : il y a d’une part une très importante bibliothèque politique, formée par la collection d’histoire capétienne, d’autre part un cabinet de livres rares dont la recherche des vestiges de la littérature française du Moyen Âge constitue la partie principale, et entre ces deux massifs de l’histoire et de la littérature françaises, une zone thématiquement plus incertaine et plus ouverte où se développe un cabinet de curiosités bibliographiques. C’est là qu’on retrouve par exemple les éditions d’auteurs hétérodoxes. Cangé en possède une collection dont le catalogue de 1733 dissimule en partie la richesse en en écartelant les titres entre la théologie, au chapitre des « Auteurs qui ont eu des opinions singulières », et les sciences et arts, au chapitre des « Parties séparées de la philosophie ». Recoudre ces deux chapitres met en évidence une série homogène d’auteurs interdits ou sulfureux, francs hérétiques ou penseurs simplement « extravagants ». On y trouve ainsi le Catéchisme et les Dialogues de Bernardino Ochino, capucin italien converti à la théologie anti-trinitaire et proche de Michel Servet, les œuvres de Pomponazzi, une petite collection de celles de Giordano Bruno — même si le fameux Spaccio della besta trionfante n’y figure pas —, celles de Vanini, l’édition des Pensées de Simon Morin, dont l’auteur fut condamné au bûcher en place de Grève en 1663 et dont les pièces imprimées du procès (déclarations du condamné, arrêt du Parlement, procès-verbal d’exécution) ont été recueillies par Cangé pour en enrichir son exemplaire 40, ou encore, seule des grandes œuvres philosophiques du xviie siècle à être présente dans ce cabinet, le Tractatus theologico-politicus de Spinoza. Une note marginale que Cangé a inscrite sur son propre exemplaire du catalogue de 1733 rend explicite la raison de cette présence : rapproché de Vanini, dont les livres sont « pleins d’athéisme et recherchés pour cela », Spinoza y est décrit comme un « autre athée » 41.

  • 42  BNF, Réserve des livres rares, Rés. D2. 5255.
  • 43  Le prix de 150 livres reporté par Cangé sur son exemplaire correspond en effet au prix d’adjudicat (...)
  • 44  BNF, département des Manuscrits, Fr. 2507. Cette reliure en maroquin fauve à entrelacs de maroquin (...)

22De ce florilège de penseurs déviants, le cœur est assurément, dans l’esprit de Cangé, la collection des œuvres de Postel. Leur nombre prouve qu’il en a fait une recherche assidue et même systématique, et les mentions manuscrites qu’il a portées sur quelques feuillets reliés en tête de son exemplaire des Tres merveilleuses victoires des femmes du nouveau Monde (Paris, J. Ruelle, 1553) 42 révèlent aussi que, héritant en la matière des curiosités de la fin du siècle précédent, il a convoité plus que toute autre pièce la fameuse Vergine veneta de 1555. S’il n’est pas parvenu à l’obtenir, il a en revanche soigneusement inscrit le lieu et le jour où l’occasion lui fut donnée de voir cette rareté légendaire : « Mr de Boze a acquis ce livre et je l’ay vu dans sa bib[liothèque] le 6. Dec[embre] 1728. » Faute de ce loup blanc, c’est la seconde des éditions de Postel désignées à l’époque comme des livres aussi rares que singuliers, ces Merveilleuses Victoires de 1553, que Cangé, l’ayant achetée au prix considérable de cent cinquante livres, très vraisemblablement à la vente des livres de Cisternay du Fay 43, a sacralisée et distinguée du reste de toutes ses éditions d’auteurs hétérodoxes au moyen d’une reliure riche et d’un décor peu commun (ill. 43) : à l’intérieur d’une traditionnelle structure à la fanfare, le relieur a disposé ici et là, parmi d’autres fers, des rameaux de feuillages légèrement incurvés et de petites spirales dont l’extrémité striée évoque, même maladroitement, les fers dits « azurés » en usage au xvie siècle, comme si, par ces motifs, on avait voulu, à l’intérieur d’une composition qui est pleinement du début du xviiie siècle, suggérer malgré tout le souvenir des reliures à la fanfare du xvie siècle dont, au demeurant, bien qu’il ne fût pas collectionneur de reliures, Cangé possédait un témoin des années 1570 44 (ill. 44).

43. G. Postel, Les Tres merveilleuses victoires des femmes du nouveau monde, Paris, J. Ruelle, 1553 : reliure exécutée pour Châtre de Cangé, vers 1725

43. G. Postel, Les Tres merveilleuses victoires des femmes du nouveau monde, Paris, J. Ruelle, 1553 : reliure exécutée pour Châtre de Cangé, vers 1725

BNF, Réserve des livres rares, Rés. D2. 5255

44. Reliure à la fanfare, vers 1570

44. Reliure à la fanfare, vers 1570

BNF, département des Manuscrits, Fr. 2507

23C’est dans cette même logique de la curiosité que Cangé se montre soucieux de réunir un vaste ensemble de textes et de documents portant le témoignage de manières de croire et de penser étrangères au domaine de l’ordinaire et de la rationalité. Son cabinet abrite ainsi une très belle bibliothèque d’occultisme. De même que le contenu du chapitre « Mathématiques » dans le catalogue de 1733 ressortit presque intégralement, comme on l’a constaté, aux sciences occultes, le chapitre « Physique » non seulement est moins bien fourni que celui de l’« Alchimie », mais fait encore la plus belle part aux phénomènes de sympathies magiques dans la nature et à ce qu’on appelle alors la « physique occulte ». L’essentiel en ce domaine se trouve toutefois rassemblé dans quatre chapitres successifs de la partie des sciences et arts, ceux de la « Magie », des « Esprits et spectres », des « Diables, sorciers et devins » et des « Possessions ». Cangé accorde même une attention spéciale aux affaires d’apparitions et de possession démoniaque, parmi lesquelles celles de Loudun et de Louviers ne sont que les plus célèbres. Elles donnent parfois lieu à de véritables petits dossiers et si la majorité des documents y est constituée de pièces imprimées, il peut s’y joindre à l’occasion des manuscrits, tel l’actuel manuscrit Français 5778 de la Bibliothèque nationale de France où sont consignés deux interrogatoires faits à Moulins par le lieutenant général criminel de la sénéchaussée de Bourbonnais en juin et novembre 1623 dans le cadre d’affaires de sorcellerie.

  • 45  Claude-François Ménestrier, Bibliothèque curieuse et instructive…, Trévoux, E. Ganeau, 1704, t. II (...)

24Ce registre de curiosité n’est pas sans rappeler un passage de la Bibliothèque curieuse et instructive du P. Ménestrier, auteur particulièrement cher à Cangé puisqu’il possédait une série très importante sinon complète de ses œuvres, au point qu’elles font l’objet d’une petite section à part dans le catalogue de 1733. « Rien n’est plus propre à rendre célèbres ces cabinets des curieux, écrivait Ménestrier en 1704, que des ramas de semblables manuscrits, et de plusieurs pieces volantes, factums, disputes, questions, satyres, chansons, vaudevilles, relations, dissertations, et reflexions sur certains evenemens extraordinaires 45 », et l’exemple qu’il donnait pour illustrer son propos était précisément celui d’une affaire d’apparition survenue chez les religieuses de Saint-Pierre de Lyon sous François Ier. De fait, c’est non seulement par le nombre considérable de ses recueils de pièces que le cabinet de Cangé semble parfaitement rejoindre l’idée de « bibliothèque curieuse » du P. Ménestrier, mais c’est encore par l’attention plus précisément portée à ce que Ménestrier appelle les « événements extraordinaires ». Outre les phénomènes d’apparition et de possession, ce sont tous les phénomènes d’ordre prodigieux : les naissances monstrueuses, l’histoire des géants, celle des oiseaux qui naissent des arbres, celle des hermaphrodites, tout ce qui défie l’ordre de la nature et qui occupe dans le cabinet de Cangé plus de place que l’histoire naturelle proprement dite. On peut également constater que la brève section des ouvrages de médecine rassemblés par l’ancien aide-apothicaire du duc d’Orléans n’a rien à voir avec la science médicale proprement dite, mais se partage presque entièrement entre les dissertations relatives aux troubles ou aux artifices de la sexualité (impuissance, frigidité, aphrodisiaques, etc.) et les relations de phénomènes aberrants et paradoxaux, tels le Capitulaire de Sébastien Roulliard, « auquel est traité qu’un homme nay sans testicules apparens, & qui ha neanmoins toutes les autres marques de virilité, est capable des œuvres de mariage » (Paris, 1600), l’Aglossostomagraphie de Jacques Roland, « ou description d’une bouche sans langue, laquelle parle et fait naturellement toutes ses autres fonctions » (Saumur, C. Girard et D. de l’Erpinière, 1630), ou encore, de Siméon de Provanchères, l’Histoire de l’inappetence d’un enfant de Vauprofonde, prez Sens, de son désistement de boire & manger quatre ans unze mois (Sens, G. Niverd, 1616). La collection de Cangé offre ainsi le reflet d’une curiosité qui est pour ainsi dire une contre-culture de la culture savante : qu’il s’agisse de la théologie, de l’histoire ecclésiastique, de la médecine, des mathématiques, de la physique, de l’histoire naturelle, de tous ces territoires d’un savoir scientifique déjà solidement et rationnellement construit au début du xviiie siècle, on constate que la curiosité du bibliophile vient immanquablement se porter à leurs marges pour recueillir toutes les manifestations et toutes les formes pré-, para- ou extra-scientifiques du savoir.

  • 46  « Quoique le jargon de ces pièces ne soit pas ici fort intelligible, les curieux, à cause de leur (...)
  • 47  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 922. Voir le catalogue de l’exposition de la Bibliothèque (...)

25Le goût affiché par Cangé pour la littérature n’est pas lui-même sans cultiver semblablement, aux confins des belles-lettres, des terres de curiosité où les textes retenus répondent à un titre ou un autre à une forme de marginalité. Il s’agit par exemple d’une marginalité linguistique en vertu de laquelle Cangé manifeste un intérêt notable pour ce qui s’écrit dans des langues étrangères au canon des langues de savoir : littérature des dialectes et des patois, représentée par exemple par les œuvres en dialecte toulousain du poète Pierre Goudelin et les Noëls bourguignons recueillis par Bernard de La Monnoye — dont l’exemplaire de Cangé est enrichi d’une lettre autographe de ce dernier qui montre combien cette curiosité littéraire est peu recevable au regard d’une idée académique des belles-lettres 46 —, ou encore littérature de l’argot des filous, des œuvres de Villon au poème de Cartouche. De même, Cangé se montre extrêmement curieux de littérature macaronique, où la langue s’exalte dans sa propre dérision et où l’esprit du rire et de la facétie se confond avec la singularité née de l’impossibilité d’assigner le texte à aucune langue fixée. La poésie macaronique remplit ainsi une petite section particulière dans le catalogue de 1733, à quoi s’ajoutent plusieurs titres de la section des facéties et pièces burlesques dont la pièce la plus remarquable est peut-être, du point de vue de l’esprit de curiosité, le recueil des Compositions de rhétorique de Mr Don Arlequin, opuscule d’une rareté insigne puisque l’exemplaire de Cangé reste à ce jour le seul connu 47 (ill. 45). Œuvre de Tristano Martinelli, acteur mantouan qui fut l’un des plus fameux Arlequins de l’histoire de la commedia dell’arte, ce livret composé pour un spectacle représenté à l’occasion des noces d’Henri IV et de Marie de Médicis à Lyon en 1600 est non seulement rédigé dans le salmigondis d’italien, d’espagnol et de français qui fait à Arlequin une langue aussi bigarrée que son costume, mais il est encore constitué pour l’essentiel de pages blanches. Se présentant donc à la fois comme une mixture de langues qui accuse l’inintelligibilité du signe linguistique et comme un renversement du texte jusqu’au paradoxe de son annulation, les Compositions de rhétorique de Mr Don Arlequin sont par excellence le livre de l’inversion du livre. Elles deviennent ainsi, dès lors qu’elles sont appelées à quitter la scène burlesque de la commedia dell’arte pour prendre rang dans une bibliothèque, l’emblème parfait d’une culture de la curiosité qui porte à son comble la quête de la singularité et le détournement de la raison savante.

45. [T. Martinelli], Compositions de rhétorique de Don Arlequin… Imprimé delà le bout du monde, [Lyon, entre décembre 1600 et janvier 1601]

45. [T. Martinelli], Compositions de rhétorique de Don Arlequin… Imprimé delà le bout du monde, [Lyon, entre décembre 1600 et janvier 1601]

BNF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 922

  • 48  Gordon de Percel [i. e. Nicolas Lenglet Dufresnoy], De l’usage des romans…, Amsterdam, veuve Poilr (...)
  • 49  Bernard de Bluet d’Arbères, comte de Permission, L’Intitulation et recueil de toutes les œuvres…, (...)
  • 50  Le Recueil de toutes les sortes de chansons nouvelles, rusticques & musicales, & aussi ceulx qui s (...)

26Une autre frange des belles-lettres que cultive Cangé se définit par son genre, ou plus exactement par son objet : il s’agit de la littérature érotique. C’est manifestement une curiosité qui est dans l’air du temps, ou du moins qui commence à cette époque à pouvoir mieux se déclarer, même si le respect des convenances sociales oblige à le faire encore de manière relativement voilée : en témoigne la bibliographie des romans que fait paraître Lenglet Dufresnoy en 1734, riche de nombreux renseignements sur les livres érotiques et faisant à ce titre figure d’entreprise fondatrice dans le genre bibliographique que sont les catalogues dits de curiosa 48. L’intérêt que manifeste Lenglet Dufresnoy dans l’ordre du savoir bibliographique se traduit chez Cangé dans l’ordre de la collection. On repère en effet parmi ses livres quelques raretés du genre, pudiquement rassemblées dans le catalogue au chapitre des « Philologues » et comptant aujourd’hui au nombre des pièces le plus précocement entrées dans ce qui deviendra l’Enfer de la Bibliothèque nationale : une des premières éditions des Ragionamenti de l’Arétin en exemplaire imprimé sur papier bleu, l’édition originale de l’Alcibiade fianciullo, texte entouré d’une haute réputation de scandale parce qu’il faisait l’apologie des mœurs socratiques, la deuxième édition de Vénus dans le cloître, de 1685, suffisamment rare pour qu’elle ait échappé à Lenglet Dufresnoy en 1734, ou encore l’une des premières éditions d’un des très grands classiques de la littérature érotique, les prétendus dialogues d’Aloisia Sigea, exemplaire sur lequel Cangé a noté quelques renseignements touchant l’histoire de ce livre et de son édition, trace explicite de l’intérêt qu’il y portait. D’autres notes manuscrites sur les gardes de livres qui n’appartiennent pas en tant que tels au genre de la littérature érotique confirment cette même curiosité. Ainsi dans son exemplaire du recueil des brochures publiées dans les premières années du xviie siècle par Bluet d’Arbères, un livre qui est en lui-même une curiosité relevant de la catégorie des ouvrages excentriques, Cangé a eu soin non seulement de noter en tête que l’auteur était ce que Charles Nodier appellera plus tard un « fou littéraire » (« L’auteur de ces reveries estoit un fol qui alloit par les rues quelquefois nud en chemise portant une grand croix de bois et de jour en jour il faisoit imprimer ses visions »), mais il a aussi relevé avec soin la présence de la gravure représentant une femme nue dont le corps est traversé d’une multitude de sexes masculins : « figure, écrit-il, [qui] est bien remarquable et se trouve dans peu de recueils 49 » (ill. 46). Une semblable attention se remarque autour des recueils de chansons, dont Cangé, en cela encore fidèle à la leçon du P. Ménestrier, possède une riche collection : sur le feuillet de garde d’une des pièces les plus rares de cet ensemble, un chansonnier publié à Lyon en 1555 — dont, par un souci bibliographique digne d’attention, la date d’édition a été reportée sur la pièce de titre du volume au dos de la reliure à une époque où cette pratique de bibliophile restait encore exceptionnelle —, il a indiqué à quelles pages retrouver cinq chansons plus particulières : si trois d’entre elles sont relatives à des événements historiques, dont l’une au fameux duel de 1547 entre La Châteigneraie et Jarnac qui a fait passer en proverbe l’expression de « coup de Jarnac », les deux autres, plus que des compositions folâtres ou libertines, sont de franches chansons paillardes 50.

46. B. de Bluet d’Arbères, L’Intitulation et recueil de toutes choses…, Paris, 1600-1605 : « figure bien remarquable »

46. B. de Bluet d’Arbères, L’Intitulation et recueil de toutes choses…, Paris, 1600-1605 : « figure bien remarquable »
  • 51  BNF, département des Manuscrits, Fr. 2307.
  • 52  BNF, département des Manuscrits, Fr. 2329, reproduit par Marie-Pierre Laffitte, Reliures royales d (...)
  • 53  BNF, département des Manuscrits, Fr. 2504 : L. Papon, Hymne à Marguerite de Valois, reine de Franc (...)
  • 54  BNF, département des Manuscrits, Fr. 2378, dans sa reliure persane d’origine, en maroquin bleu.
  • 55  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 766.

27Enfin certaines pièces du cabinet de Cangé, même si elles sont peu nombreuses, font entrevoir une forme de curiosité très moderne, qui s’attache aux particularités matérielles du livre. S’il ne s’intéresse pas aux reliures en tant qu’objets d’art, Cangé a pu toutefois conserver à l’occasion une reliure ancienne qui témoignait d’une provenance illustre et par là pouvait singulariser davantage le volume qu’elle recouvrait. Ainsi un recueil de poésies religieuses et de ballades et rondeaux moraux copiés au xvie siècle, contenant en particulier des œuvres de Christine de Pisan, a conservé sa reliure à décor à la Du Seuil, exécutée dans les années 1630, parce qu’elle portait les armes de Richelieu 51. De même une traduction en français d’un passage des Métamorphoses d’Ovide datant également du xvie siècle a conservé sa reliure d’origine en veau brun à riche décor doré, très vraisemblablement parce que Cangé a eu conscience que celle-ci participait pleinement à la singularité historique de l’objet, qui est un manuscrit de présentation au dauphin de France 52. Dans d’autres cas, c’est le caractère plus ou moins étrange de l’apparence textuelle qui a pu recommander le livre au collectionneur : ainsi d’un manuscrit poétique du juriste Louis Papon dédié en 1597 à Marguerite de Valois, très soigneusement calligraphié et présentant notamment, à la fin du texte, le chiffre de la reine formé par l’écriture microscopique d’une formule d’envoi 53 (ill. 47) ; mais l’exemple le plus significatif est sans doute celui d’un étonnant manuscrit des œuvres poétiques du grand prieur de France Henri d’Angoulême, calligraphié sur un recueil de papiers marbrés persans de la fin du xvie siècle 54 (ill. 48). C’est à cette forme de curiosité que peut aussi se rattacher en partie l’intérêt pour les Compositions de rhétorique de Mr Don Arlequin et leurs pages blanches. Mais dans le domaine du livre imprimé, la curiosité pour les particularités matérielles du livre conduit plutôt à une forme d’attention portée à des singularités éditoriales. On en trouve par exemple le témoignage à propos de La Nouvelle d’un reverend pere en Dieu, & bon prelat de nostre saincte Eglise, demorant en Avignon, & le moyen, comme il ressuscita de mort à vie. Avec le dechiffrement de ses amourettes : faicte & composée par notable & scientificque personne, maistre Colin Royer, texte satirique publié en 1545 à l’adresse de Troyes, chez Nicole Paris. Cangé a fait relier en tête de son exemplaire une lettre autographe de Bernard de La Monnoye adressée à un collectionneur — peut-être Cangé lui-même, à moins que ce ne soit Baluze, précédent possesseur du volume — qui lui avait envoyé deux livres pour examen, dont cette Nouvelle d’un reverend pere en Dieu. Après avoir attribué le texte à Jean de Luxembourg et établi qu’il s’agissait d’une satire et non d’une relation historique, La Monnoye s’intéresse au lieu d’impression, émettant l’hypothèse que, contrairement à ce qu’annonce la page de titre, le livre n’a pas été imprimé à Troyes même, mais, non loin de là, dans l’imprimerie particulière que Jean de Luxembourg avait établie dans l’abbaye de Larivour. C’est à cette anecdote de l’histoire typographique que Cangé a été sensible, qui, sur un feuillet de garde, a noté l’existence de deux autres éditions issues des presses de Larivour 55.

47. L. Papon, Hymne à Marguerite de Valois, monogramme micrographié de Marguerite de Valois

47. L. Papon, Hymne à Marguerite de Valois, monogramme micrographié de Marguerite de Valois

BNF, département des Manuscrits, Fr. 2504, f. 18 vo

48. Henri d’Angoulême, Œuvres poétiques, manuscrit calligraphié sur un recueil de papiers marbrés turcs, avant 1586

48. Henri d’Angoulême, Œuvres poétiques, manuscrit calligraphié sur un recueil de papiers marbrés turcs, avant 1586

BNF, département des Manuscrits, Fr. 2378, f. 21 ro

« Notre littérature et nos aménitez françoises »

28Hors des livres que distinguent la déviance de leur thème, l’anormalité de leur langue ou la particularité des circonstances de leur publication et de leur histoire matérielle, le champ plus académique de la littérature est celui où l’idée de rareté se développe plus indépendamment de celle de singularité. Encore faut-il préciser que, loin d’être représenté dans le cabinet des livres rares de Cangé de manière égale en chacune des parties que l’histoire littéraire du temps inventorie, le territoire des belles-lettres fait l’objet d’un découpage produit par un certain nombre d’options très prononcées : contre la neutralité d’une représentation cartographique, c’est un certain paysage de la littérature que compose la collection de Cangé.

  • 56  BNF, département des Manuscrits, Fr. 371 (acquis en 1727) et Fr. 372 (acheté 45 livres en 1724, po (...)
  • 57  Le Devot et sainct sermon de monseigneur sainct Jambon et de madame saincte Andoulle, Paris, Jean (...)
  • 58  BNF, département des Manuscrits, Fr. 819-820, Miracles de Nostre Dame. Le recueil est signalé dans (...)

29Il s’agit d’abord de choix linguistiques : peu de littérature latine, pas de littérature grecque en dehors de quelques traductions en latin et surtout en français, en revanche de la littérature italienne en plus grande abondance et, de manière écrasante, de la littérature française. Le découpage s’opère également par genres : peu d’éloquence, par contre du théâtre, de la poésie, de très nombreux romans et contes et une présence très forte de la littérature satirique et ­facé­tieuse, qui conduit par exemple Cangé à être l’une des premières personnes à s’intéresser de très près au Roman de Renart, dont le manuscrit qu’il acquit en 1727 vint compléter celui du Renart le Nouvel de Jacquemart Gielée acheté par lui à la vente du château d’Anet en 1724 56. La facétie traverse même et transcende les autres divisions poétiques et rhétoriques du champ des belles-lettres pour faire figure de véritable genre des genres : c’est ainsi que si l’éloquence est en elle-même mal représentée, la seule qui le soit mieux est l’éloquence ridicule, celle des sermons joyeux à la manière de ceux de saint Jambon et sainte Andouille 57 plutôt que celle d’Isocrate. La plus notable des coupes pratiquées dans l’ensemble du champ des belles-lettres est toutefois de nature historique. Parmi les romans, Cangé privilégie les romans de chevalerie édités à la fin du xve ou au début du xvie siècle, complétant par ces éditions « gothiques » son ensemble moins nombreux mais très important de copies manuscrites du xiiie siècle et constituant une collection avec laquelle il n’y a guère que celle du bibliophile Guyon de Sardière, entreprise dans les mêmes années, qui pourra rivaliser ; parmi les pièces de théâtre, il s’intéresse avant tout aux mystères et moralités — dont il possède en particulier un célèbre recueil manuscrit du xivsiècle également acquis à la vente d’Anet 58 —, aux farces, à tous les genres dramatiques qui ont cours à la fin du Moyen Âge ; et dans le domaine de la poésie, le plus grand développement est donné à ce qu’on commence à identifier, au début du xviiisiècle, comme le « premier âge de la poésie française », c’est-à-dire la période qui s’étend du Roman de la Rose à Clément Marot, lequel en est considéré comme l’aboutissement historique et l’accomplissement poétique. Sans être absolument exclus — parce qu’une collection n’est pas non plus un système de pensée —, les poètes de la Pléiade, ceux que rejette le canon littéraire des honnêtes gens depuis Voiture et le milieu du xviie siècle au prétexte qu’ils ignorent la poésie de l’enjouement, font assez pâle figure dans le cabinet des livres de Cangé : on y trouve une édition des œuvres de Ronsard en tout et pour tout, contre cinq éditions du Roman de la Rose et autant des œuvres de Guillaume Coquillart, six éditions d’œuvres d’Octovien de Saint-Gelais, autant des œuvres de Villon, et non moins de douze éditions de Clément Marot.

  • 59  BNF, département des Manuscrits, Fr. 770. Ce manuscrit, acheté 120 livres par Cangé en 1725, fut t (...)
  • 60  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Yf. 2915.
  • 61  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 237-241 (qui contient pour cinquième et dernière pièce L’A (...)
  • 62  BNF, département des Manuscrits, Fr. 845.
  • 63  Voir Geraldine Sheridan, Nicolas Lenglet Dufresnoy and the Literary Underworld of the Ancien Régim (...)
  • 64  BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2239, que Cangé a fait revêtir d’une reliure en maroquin citr (...)
  • 65  Il s’agit des nos 1665, 1673, 1674 et 1678 de la vente.
  • 66  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 697. L’édition est datée par erreur de 1534 dans le catalo (...)
  • 67  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 285.
  • 68  Respectivement BNF, Réserve des livres rares, Rés. Yf. 121, 124 et 125.

30Il est certain que par l’orientation de sa collection vers le passé littéraire français du Moyen Âge, Cangé ne fait pas figure d’exception mais s’inscrit au contraire dans la continuité d’une tradition commencée avant lui. Une simple esquisse des principaux moments qui ont jalonné le développement de son cabinet a permis de constater déjà qu’il avait acquis certaines de ses pièces les plus intéressantes lors de la dispersion de cabinets de livres formés un peu plus tôt. Les exemplaires annotés du catalogue de la vente Cisternay du Fay ne font état de son nom qu’en de rares endroits, que ce soit sous la forme de « Cangé » ou sous celle d’« Imbert », mais il apparaît pourtant qu’il fut beaucoup plus actif que ces documents ne le laissent supposer, étant manifestement intervenu à plusieurs reprises sous couvert de commissions données à des agents ou à des libraires, notamment à Gabriel Martin. Outre le manuscrit Français 1450 de la Bibliothèque nationale de France déjà cité, cette vente lui fut l’occasion de plusieurs acquisitions de premier ordre, parmi lesquelles on ne peut manquer de mentionner le manuscrit Français 794 (no 1890 de la vente), autre recueil de romans courtois, copié à Provins dans la première moitié du xiiie siècle par un scribe du nom de Guiot et plus important encore que le précédent pour la tradition des romans de Chrétien de Troyes. C’est de cette collection que Cangé a également tiré son manuscrit du Roman de l’Estoire dou Graal et du Merlin de Robert de Boron copié sur trois colonnes 59, et c’est là aussi qu’il put enrichir sa collection de livres imprimés à la fois de pièces de théâtre de la fin du Moyen Âge (Le Jeu & mystere de la sainte hostie, par personnages, Paris, J. Bonfons, [s. d.] 60) et de plaquettes gothiques de poésie. Ainsi l’un de ses plus précieux recueils de semblables impressions incunables, en tête duquel figurent l’une des premières éditions de La Farce de maître Pathelin (Paris, G. Bineaut, 1490) et la première édition des poésies de Villon (Paris, P. Levet, 1489) (ill. 49), contient aussi deux plaquettes acquises à la vente Du Fay : le Testament de monseigneur des Barres capitaine des Bretons ([Lyon, imprimeur du Champion des Dames, vers 1488]) et le Testament de Taste Vin roy des Pions (Lyon, G. Le Roy, 1488])61. De manière plus générale, retracer l’histoire des exemplaires de littérature française du Moyen Âge possédés par Cangé permet de mettre en lumière tout un milieu de bibliophiles intéressés par le même type de livres. Certains sont ses contemporains, tels Guyon de Sardière, dont il a acquis un important manuscrit de chansons notées du xiiie siècle 62, Étienne Hallée, qui lui a fait don du Bien advisé mal advisé sur vélin, ou Lenglet Dufresnoy, qui, agent du commerce international des livres rares plutôt que lui-même collectionneur 63, lui a offert dès 1721 un exemplaire imprimé sur vélin et enluminé du Séjour d’honneur d’Octovien de Saint-Gelais (Paris, A. Vérard, [1503])64. D’autres appartiennent à la génération précédente, comme Cisternay du Fay, Nicolas-Joseph Foucault, le marquis de La Vieuville ou Michel Brochard, à la vente duquel Cangé a acheté au moins une édition « gothique » du Roman de la Rose, deux éditions de Coquillart et une traduction en latin de La Farce de maître Pathelin 65. D’autres enfin sont plus âgés encore, comme Étienne Baluze (1630-1718) et, surtout, Jean Ballesdens, mort dès 1675, dont on remarque, dans le cabinet de Cangé, l’ex-libris sur une édition de la chanson de geste d’Ami et Amile (L’Hystoire des nobles & vaillans chevaliers, nommez Milles et Amys, Paris, A. Lotrian, [s. d.]66), sur un exemplaire des Lunettes des princes de Jean Meschinot ([Paris, Le Petit Laurent, s. d.]) passé d’abord à Baluze 67, et sur plusieurs mystères : celui de saint André (S’ensuyt la vie et mistere de saint Andry, Paris, P. Sergent, [s. d.]), Le Mystere de Griselidis (Paris, J. Bonfons, [s. d.]), lui aussi passé entre les mains de Baluze, ou encore L’Homme juste & l’homme mondain (Paris, A. Vérard, 1508) 68 (ill. 50).

49. F. Villon, Le Grand Testament…, Paris, P. Levet, 1489

49. F. Villon, Le Grand Testament…, Paris, P. Levet, 1489

BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 238

50. L’Homme juste & l’homme mondain, Paris, A. Vérard, 1508

50. L’Homme juste & l’homme mondain, Paris, A. Vérard, 1508

BNF, Réserve des livres rares, Rés. Yf. 125

  • 69  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 2222 : J. de La Fontaine, Nouvelles en vers tirée [sic] de (...)
  • 70  Abbé d’Olivet, Histoire de l’Académie française [1729], éd. Charles-Louis Livet, Paris, 1858, t. I (...)

31Pris dans cette tradition, Cangé apparaît comme l’héritier d’un goût littéraire et bibliophilique qui ne lui appartenait pas en propre, même s’il fut peut-être en son temps, avec Guyon de Sardière, l’un des deux amateurs à l’avoir poursuivi avec le plus d’exclusivité et de détermination. Par cette détermination, il fut aussi l’un de ceux qui en exprimèrent le mieux l’esprit, qu’on peut saisir en repérant certains des liens qui se tissent d’une partie à l’autre de sa collection. Lui-même avait une conscience aiguë de la solidité de cette trame, que traduit l’avertissement du catalogue de 1733 où il a décrit son cabinet comme « un de ces corps suivis, que la correspondance et l’union des parties semblent rendre si respectables, qu’on ne sçauroit plus les séparer sans quelque sorte de violence et de cruauté ». L’une des « correspondances » qui apparaît avec le plus de force est celle qui replace dans une même perspective esthétique la considération historique de la poésie française et la réception des poètes modernes. L’intérêt que manifeste Cangé pour le Roman de la Rose, le lyrisme courtois de Guillaume de Machaut ou d’Octovien de Saint-Gelais, pour Villon et pour Marot, trouve son pendant dans le choix de privilégier plus que tous autres, parmi les poètes du xviie siècle, Mathurin Régnier, Théophile de Viau et La Fontaine — dont Cangé possédait notamment l’un des cinq exemplaires connus à ce jour des deux premiers contes publiés, Le Cocu battu et content et Joconde 69 (ill. 51) —, à la fois héritiers d’une verve satirique ancienne et poètes de la facilité et du naturel, maîtres de ce que l’abbé d’Olivet, au début du xviiie siècle, qualifiait, à propos du rapport qu’entretenait l’œuvre de La Fontaine avec celle de Marot, de « genre naïf » : « Marot est celui dont il retint le plus, quant au style. J’entends ici par style, un choix de certaines expressions, et plus particulièrement encore de certains tours. Or Marot ayant le premier attrapé le vrai tour du genre naïf, il a été censé depuis avoir déterminé le point de perfection, où notre langue pouvoit être portée dans le genre naïf 70. »

51. J. de La Fontaine, Nouvelles en vers tirée [sic] de Bocace et de l’Arioste, Paris, C. Barbin, 1665

51. J. de La Fontaine, Nouvelles en vers tirée [sic] de Bocace et de l’Arioste, Paris, C. Barbin, 1665

BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 2222

  • 71  Lettre non datée à Antoine-Urbain Coustelier, écrite probablement vers 1714, citée dans le catalog (...)
  • 72  N. Lenglet Dufresnoy, « Réflexions sur la poésie de Villon » dans un manuscrit préparatoire à une (...)
  • 73  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 1298, p. 70 et 111. Cet exemplaire présente en outre une c (...)
  • 74  N. Lenglet Dufresnoy, « Préface », dans le manuscrit 2948 de la bibliothèque de l’Arsenal. Le juge (...)

32Le cabinet littéraire de Cangé peut être compris comme la sédimentation d’une semblable réflexion esthétique dans la forme particulière d’une collection bibliophilique. La place que, par leur nombre, y occupent les éditions de Marot prend alors toute sa signification : poursuivant un goût plus ancien que l’examen des pratiques de condition de la seconde moitié du xviie siècle nous a permis de mettre en évidence, Cangé fait de ce goût « marotique » le levier d’une enquête plus approfondie qui recueille toutes les traces du « vrai tour du genre naïf ». Ce sont, en amont, celles qui peuvent en être comprises comme des préparations, telle l’œuvre de Guillaume Coquillart qui, au dire de Bernard de La Monnoye, « écrit avec une facilité merveilleuse et parle très bien pour son temps » de sorte que « Marot l’a regardé comme l’honneur de la Champagne 71 », ou bien, véritable anticipation plus que simple annonce prise encore dans les brumes de « son temps », l’œuvre de Villon, auteur chez qui « on trouve une correction et une facilité qui n’étoient pas avant luy », mises au service d’« une poésie satyrique, ainsi beaucoup plus susceptible de saillies vives et agréables, que ne seroit une poésie morale et historique, telle que nos pères l’ont employée » selon le jugement porté vers 1735 par Lenglet Dufresnoy 72 ; en aval, ce sont les traces qui conduisent jusqu’au « point de perfection » atteint avec La Fontaine. Ce qu’au demeurant la collection de Cangé laisse percevoir dans ses choix généraux se vérifie aussi, à l’occasion, dans quelques notes manuscrites portées sur des volumes particuliers. Sur un exemplaire des œuvres de Villon éditées par Marot et publiées par le libraire parisien Galliot du Pré en 1533, Cangé a par exemple relevé à tel endroit, à propos du vers « Tousjours crioyt, haro, la gorge m’ard », que « La Fontaine a employé ce vers dans le conte du paysan qui a offensé son seigneur », à tel autre, à propos de « La requeste que Villon bailla à monseigneur de Bourbon », que « Marot a imité cette requeste » 73. De telles remarques, aussi fugitives soient-elles, trahissent une sensibilité à la littérature comme mémoire d’elle-même, à l’intérieur d’un réseau de filiations esthétiques, de résonances et de ressemblances dont Villon, Marot et La Fontaine sont les pôles essentiels. Ainsi le « recueil » dont Cangé a formé le dessein et qu’il a mené à bonne fin jusqu’à la décision de le vendre en bloc est comme le dossier des pièces sur lesquelles s’appuie le verdict historique et esthétique rendu un peu plus tard par Lenglet Dufresnoy, qui déjà avait publié en 1730 une édition des œuvres de Marot dédiée au grand bibliophile qu’était le comte d’Hoym : « Le Roman de la Rose publié en 1305 fit sortir notre poésie de la barbarie, où elle avoit été jusqu’au commencement du xive siècle : mais ce fut bien imparfaitement. François Villon lui procura en 1456 et 1461 une aisance et une facilité qui luy avoient été inconnues jusqu’alors. Clément Marot en luy donnant plus de correction, sceut depuis 1520 jusqu’en 1544, qu’il mourut, la varier et diversifier selon les sujets qu’il avoit à traiter : il joignit avec sens la tendresse, la délicatesse et le badinage, ce qu’aucun autre n’avoit fait avant luy. Ronsard qui vint après, pensa tout perdre pour avoir voulu rétrograder de la facilité à la contrainte et au pédantisme. Et peut-être que tout seroit perdu si Malherbe et Régnier, qui parurent au début du xviie siècle, n’avoient joint la majesté et l’élévation, à la correction et au naturel qui manquoient à Ronsard. Notre poésie se perfectionna donc insensiblement pendant tout ce siècle jusques à Despréaux, qui porta le dernier coup aux mauvais poètes et à la mauvaise poésie 74. »

33La collection de Cangé est donc une autre manière de ne pas « tout perdre » et d’assurer l’héritage littéraire du « genre naïf ». Cangé participe même doublement à cette tâche. C’est d’abord, au-delà de la réunion des livres, par le vœu formulé en tête du catalogue de 1733 que l’ensemble ainsi constitué lui survive et que la vente soit l’acte d’une émancipation et non pas d’une dispersion : « On n’a rien épargné, et on a été assez heureux pour rassembler presque tout ce que notre histoire et notre poësie, notre littérature et nos aménitez françoises, ont de plus singulier. Son acquisition en entier devroit faire un extrême plaisir à quiconque pourroit former le projet d’un semblable recueil, et ce seroit une grande consolation pour celui qui y étoit parvenu, que de le voir passer sans démembrement en des mains capables d’en faire usage. C’est un enfant précieux, élevé avec beaucoup de soin, de peine et de dépense, dont la conservation est toûjours chère lors même qu’on se départ de toute l’autorité qu’on avoit sur lui. »

  • 75  Sur ces décors exceptionnels en leur temps, voir Émile Dacier, « Sur un groupe de reliures des pre (...)

34Ici s’exprime exactement, tant par la volonté de passation explicitement déclarée que par la métaphore de l’amour paternel et par la cascade des possessifs qui servent à déterminer l’histoire et la littérature françaises, marques grammaticales de l’affection plus que de la propriété, un sens aigu de la collection comme patrimoine et « trésor pour toujours ». Mais Cangé a aussi travaillé à transmettre l’héritage du « genre naïf » en mettant ses livres, parallèlement au cabinet qu’il en formait, au service d’une entreprise éditoriale menée dans l’entourage du Régent. C’est en effet en 1723 et 1724 qu’Antoine-Urbain Coustelier, imprimeur-libraire en titre du duc d’Orléans, publia une série de volumes comprenant, dans l’ordre de leur parution, La Farce de maître Pathelin, les œuvres de Villon, de Jean Marot, les poésies de Guillaume Cretin, de Guillaume Coquillart, La Légende de maître Pierre Faifeu de Charles Bourdigné et les poésies de Martial d’Auvergne. Il était d’ailleurs prévu de poursuivre ce programme de publication par d’autres œuvres de la littérature médiévale ou postmédiévale, notamment par les romans de chevalerie de Lancelot du Lac, Perceforest, Palmerin d’Olive et Palmerin d’Angleterre, Primaléon de Grèce, Tristan de Léonois et Ogier le Danois, ainsi qu’il apparaît dans l’énoncé du privilège royal du 17 février 1724 imprimé à la fin des poésies de Martial d’Auvergne. De l’édition des poètes, seule partie de cet ambitieux projet qui fut menée à bien, Cangé reçut l’une des très rares suites d’exemplaires imprimés sur vélin, pour laquelle il fit exécuter des reliures à décors en partie historicisants, nourris d’emprunts sciemment faits à la grammaire décorative des reliures françaises du xvie siècle, selon un parti plus sensible encore que sur son exemplaire de la Mère Jeanne de Postel : bordures d’entrelacs géométriques, compartiments criblés, motifs « azurés » à l’imitation de fers de reliure du même nom, dessin au filet de diverses figures nées du souvenir de fers en usage vers 1540 ou 1550 75 (ill. 52-60).

52. G. Coquillart, Les Poësies, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

52. G. Coquillart, Les Poësies, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

Reliures à éléments décoratifs historicisants exécutées pour Châtre de Cangé, vers 1724 (ill. 52-60)

BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2313

53. F. Villon, Les Œuvres, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

53. F. Villon, Les Œuvres, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2314

54. C. de Bourdigné, La Légende de maître Pierre Faifeu, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

54. C. de Bourdigné, La Légende de maître Pierre Faifeu, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2315

55. J. Marot, Les Œuvres, premier volume, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

55. J. Marot, Les Œuvres, premier volume, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2316

56. J. Marot, Les Œuvres, volume II, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

56. J. Marot, Les Œuvres, volume II, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2317

57. La Farce de maistre Pierre Pathelin, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

57. La Farce de maistre Pierre Pathelin, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2318

58. G. Cretin, Les Poësies, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

58. G. Cretin, Les Poësies, Paris, A.-U. Coustelier, 1723

BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2319

59. Martial d’Auvergne, Les Poësies, premier volume, Paris, A.-U. Coustelier, 1724

59. Martial d’Auvergne, Les Poësies, premier volume, Paris, A.-U. Coustelier, 1724

BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2320

60. Martial d’Auvergne, Les Poësies, volume II, Paris, A.-U. Coustelier, 1724

60. Martial d’Auvergne, Les Poësies, volume II, Paris, A.-U. Coustelier, 1724

BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2321

35La participation de Cangé à ces éditions, qui explique qu’il ait été l’attributaire d’exemplaires sur vélin, est attestée par la dédicace que Coustelier lui adressa en tête du volume des œuvres de Jean Marot : « Monsieur, voicy une nouvelle édition des poësies de Jean Marot père du célèbre Clément. Ils ont sçû l’un et l’autre cultiver les lettres au milieu de la cour ; ils étoient à la suite de François Ier le père et le restaurateur des sciences. Attaché, comme eux, dès votre plus tendre jeunesse à la personne d’un prince qui fait l’admiration de toute l’Europe, et qui a toujours protégé les arts, vous avez crû devoir ne les pas négliger, vous en avez fait votre principal amusement, et vous avez ramassé dans votre cabinet un si grand nombre de livres curieux, que j’y ay trouvé plus de secours pour travailler aux nouvelles éditions de nos anciens poëtes, que dans les bibliothèques les plus nombreuses. […] Je me suis attaché uniquement à représenter les anciennes éditions : celle de Jean Marot sera suivie dans peu de jours des poësies de Cretin, de celles de Coquillart, et puisque vous l’avez souhaité, de La Légende de maistre Pierre Faifeu. » Ainsi Cangé, en obtenant que soit incluse dans la série La Légende de maître Pierre Faifeu, une œuvre goliardique imitée de Villon dont il possédait l’édition originale de 1532, a-t-il eu son mot à dire dans le programme même de ces éditions.

  • 76  Mercure de France, avril 1724, p. 647.
  • 77  Journal littéraire, janvier-février 1714, à la rubrique des « Nouvelles de Paris ».
  • 78  On connaît au moins un exemplaire des œuvres de Coquillart (Paris, Galliot du Pré, 1532) annoté pa (...)
  • 79  Archives des Affaires étrangères, « Correspondance politique », Autriche 140, f. 314-315, cité par (...)

36Retraçant la genèse de son projet dans le Mercure de France d’avril 1724, Coustelier en fixait l’origine à « plus de six années » en arrière, soit autour de 1718 76. En réalité, l’origine en est un peu plus ancienne encore, car une annonce dans le Journal littéraire de La Haye en faisait état dès le début de l’année 1714 : « M. de La Monnoye prépare une édition des plus célèbres de nos anciens poëtes françois, tels que Villon, Coquillart, la Farce de Patelin, etc. Il revoit ces auteurs sur les éditions les plus exactes, et les plus anciennes, et les enrichit de notes critiques et historiques. Marot, à qui nous sommes redevables de plusieurs éditions de ces mêmes poëtes, en a usé avec trop de liberté : voulant réduire les expressions à celles qui étoient en usage de son tems, il a souvent énervé la pensée de ces auteurs 77. » À cette date, Cangé — qui n’est encore qu’Imbert Châtre — est très certainement étranger au projet. Mais il n’en est plus de même au début de l’année 1722, où l’on constate que le travail que devait d’abord réaliser La Monnoye est désormais confié à Lenglet Dufresnoy. Or si le premier travaillait à partir de ses propres exemplaires 78, c’est en revanche ceux de Cangé qui servent au second. On sait en effet par un document de la main de Lenglet Dufresnoy conservé aux archives des Affaires étrangères qu’alors réfugié à Vienne auprès du prince Eugène, il consacrait une partie de son temps à l’établissement de notes pour des éditions de Pathelin, de Villon et de Coquillart à partir de volumes que lui avait prêtés « Mr Imbert premier valet de chambre de S. A. R. 79 ». Si l’on ajoute que l’édition de La Légende de maître Pierre Faifeu fut réalisée à partir de l’exemplaire personnel de Cangé, puisque l’épître liminaire annonce que l’édition de 1532 est « un livre extrêmement rare, et dont [on n’a] vu d’autre exemplaire que celui qui a servi à cette nouvelle édition », force est de reconnaître que le cabinet de Cangé fut véritablement l’arrière-boutique de ce qu’on appelle communément la « collection Coustelier » des anciens poètes français.

  • 80  Voir Lionel Gossman, Medievalism and the Ideologies of the Enlightenment : the World and Work of L (...)
  • 81  François de La Croix du Maine, Premier Volume de la Bibliotheque… Qui est un catalogue general de (...)
  • 82  Mémoires de littérature, tirez des registres de l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettr (...)

37On sait aussi que le travail préparatoire engagé par Lenglet Dufresnoy ne fut pas davantage publié que celui de La Monnoye : c’est sur d’autres bases que Coustelier réalisa, après cette dizaine d’années de gestation et de tentatives inabouties, les volumes constitutifs de sa collection. Ainsi les notes qui accompagnent l’édition de Villon ne sont dues à aucun des deux personnages préalablement pressentis, mais à Eusèbe de Laurière, ami de La Monnoye et figure éminente dans le puissant mouvement d’intérêt pour l’histoire et la littérature du Moyen Âge qui se développait, en ce début des années 1720, au sein et autour de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Le chef de file de ces « médiévalistes » était Camille Falconet 80, auteur en 1727 d’un mémoire en forme de manifeste où il appelait à entreprendre un grand instrument de connaissance des antiquités nationales composé de trois volets : un « dictionnaire géographique de la France », « une bibliothèque françoise » — c’est-à-dire une bibliographie nationale rétrospective, qu’il proposait de constituer par la refonte des ouvrages anciens de La Croix du Maine et Du Verdier 81 en se servant notamment des corrections inédites que Bernard de La Monnoye leur avait apportées — et enfin un « glossaire françois », par quoi il faut entendre plus exactement un glossaire de l’ancien français 82. Il s’agissait là de la reprise sur nouveaux frais d’un projet plus ancien qu’on trouve attesté quatre ans plus tôt déjà, dans l’épître dédicatoire de l’édition Coustelier des poésies de Guillaume Cretin adressée à l’abbé Mauron, chanoine de Cambrai : « Jehan Molinet chanoine de Valenciennes, me fait souvenir que vous êtes à présent dans une province où il s’est plus conservé de restes de notre ancienne langue romance, que dans aucune autre du royaume. Vous y trouverez sans doute des monumens de notre ancienne poësie. […] Je vous conjure très instamment de ne pas négliger de ramasser ce que vous jugerez propre à enrichir le Glossaire de la langue romance et l’Histoire de nos anciens poëtes. Vous sçavez que l’on travaille à l’un et à l’autre depuis plusieurs années ; néanmoins ces deux ouvrages courent le risque de demeurer fort éloignez de la perfection qui leur est nécessaire, si ceux qui les ont entrepris ne sont pas secondez par des personnes qui possèdent nos antiquitez et notre histoire aussi parfaitement que vous. »

  • 83  On a par ailleurs d’autres témoignages des liens entre Lancelot et Coustelier, tels les manuscrits (...)
  • 84  A. Lancelot, « Poème fait à la louange de la dame de Beaujeu, sœur de Charles VIII », dans Mémoire (...)
  • 85  Je remercie Mathieu Lescuyer, conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nation (...)
  • 86  BNF, département des Manuscrits, Fr. 372, 1er f. liminaire.

38S’il n’existe pas de liens plus clairement avérés entre Falconet et l’entreprise de la collection Coustelier, on constate du moins qu’Antoine Lancelot, l’un des académiciens « médiévalistes », fut le dédicataire de La Légende de maître Pierre Faifeu 83. Il est non moins notable que Cangé connaissait bien et fréquentait de près ce cercle de lettrés : les cabinets des uns et des autres étaient ouverts aux uns et aux autres, et il pouvait même arriver qu’on échangeât des manuscrits ou s’en fît don, plus ou moins précieux, plus ou moins anciens, mais toujours relatifs au même objet d’intérêt et de curiosité. Dans le mémoire qu’il a présenté le 15 mars 1729 à l’Académie des Inscriptions sur le poème L’Ainsnée fille de Fortune dédié à Anne de Beaujeu, Lancelot a indiqué en note avoir « vû un roman manuscrit en vers et en prose, intitulé Le Livre du cuer d’amour espris, ouvrage fait en 1457 », et a précisé en marge : « Il est du cabinet de M. de C. 84 ». Il s’agit du cabinet de « Monsieur de Cangé » et du manuscrit du Livre du cœur d’amour épris du roi René d’Anjou qui constitue aujourd’hui le manuscrit Français 1509 de la Bibliothèque nationale de France. Le manuscrit Français 2105 est de son côté la copie d’un recueil de contes et de fabliaux du xiiie siècle qui avait d’abord appartenu à Cangé avant de passer à Lancelot 85. Quant à Falconet, son nom apparaît, associé à celui de Lancelot, dans une note que Cangé a inscrite sur le premier feuillet de son manuscrit du Renart le Nouvel de Jacquemart Gielée : « Le manuscrit de Mr Lancelot escrit Jakemars Gielée, la datte est aussy differente, 1288. Ce manuscrit est revu et corrigé de la main de M. Cam[ille] Falconet » ; et il ajoutait qu’ayant collationné les deux volumes, ce second lui avait « fourny plusieurs additions 86 » (ill. 61). Le lien ne paraîtrait encore qu’indirect si une mention de provenance sur le manuscrit Français 578, qui contient notamment des œuvres du dominicain du xivsiècle Renaut de Louhans, n’apportait la preuve de relations personnelles entre Falconet et Cangé, qui y a noté : « Ce manuscrit m’a esté donné par M. Cam[ille] Falconet en 1727. »

61 Le Roman de Renart, manuscrit du xive siècle

61 Le Roman de Renart, manuscrit du xive siècle

BNF, département des Manuscrits, Fr. 372, 1er f. liminaire

  • 87  L’expression est de Marcel Bouchard (De l’Humanisme à l’Encyclopédie : essai sur l’évolution des e (...)

39Ces liens étroits noués avec le cercle de Falconet donnent un relief supplémentaire aux remarques lexicales que Cangé a souvent enregistrées dans les marges ou sur les feuillets liminaires de ses manuscrits en français des xiiie, xive et xve siècles, et aux nombreuses informations biographiques ou biobibliographiques qu’il a consignées en tête de ses éditions imprimées, sur son exemplaire de la Bibliothèque de La Croix du Maine ou encore dans les marges du Recueil de l’origine de la langue et poésie françoise de Claude Fauchet (Paris, M. Patisson, 1581), dont il a dépecé deux exemplaires pour en recoller les pages de la partie bibliographique sur de grands feuillets in-folio afin de pouvoir commodément les entourer de commentaires, de compléments et d’éventuels renvois aux pièces de sa collection (ill. 62) — faisant même sienne, en la collant en tête de ce montage, la devise sous laquelle Fauchet avait placée son enquête : « J’ai recueilli ce qui estoit espars et delaissé ». Dans de telles conditions, devant la réelle proximité entre le développement de la curiosité littéraire de Cangé et les soucis affichés par le groupe des « médiévalistes » de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, il n’est pas surprenant que, sur une édition des Vers de la mort d’Hélinand de Froidmont publiée à la fin du xvie siècle par Antoine Loisel et accompagnée d’un bref glossaire pour faciliter l’accès à cette langue du xiie siècle, on ait pris dès le xviiie siècle les corrections et additions apportées par Cangé au relevé lexical de Loisel pour des notes de la main de Falconet, en inscrivant en tête du feuillet où figuraient ces ajouts : « Corrections du petit gloss[aire] par C[amille] F[alconet] » (ill. 63). C’est que dans son propre cabinet, mais en fréquentant aussi les collections d’autres amateurs, d’érudits, et celles de la Bibliothèque du roi, comme l’attestent ici et là des notes de collation reportées sur les gardes de ses livres, Cangé a lui aussi entrepris ce « glossaire françois » et cette « bibliothèque françoise » dont La Monnoye, en « s’abandonnant à des curiosités de bibliophile 87 », avait jeté les fondements et que Falconet était en train de transformer en cause nationale. Mais si Cangé est resté pour sa part une figure oubliée du « médiévalisme » du début du xviiie siècle, c’est sans doute qu’il demeurait dans l’esprit plus proche du premier que du second. Comme La Monnoye, son effort est resté privé, ainsi que l’exprime bien la métaphore du soin paternel et de l’affection familiale par laquelle il présentait son cabinet en 1733. Ouvert aux gens de science mais se tenant lui-même à l’écart de la science, il n’a jamais donné une forme systématique à l’incontestable érudition qu’il avait accumulée, gardant toujours son savoir dans le registre discret de la remarque et le pliant au mode capricieux de la curiosité, préservant son aspect nomade en abandonnant à d’autres le souci sédentaire d’édifier un bâtiment de science. Il serait réducteur d’y voir la marque d’une impuissance : il s’agit plutôt d’une posture idéologique et culturelle adoptée de propos délibéré, teintée d’une affectation « vieille France » dans laquelle se drape la fragilité des prétentions à l’aristocratie. La collection Coustelier des anciens poètes français est en effet un projet traversé d’intentions idéologiques qui s’expriment notamment dans la dédicace des Œuvres de Jean Marot, où s’affirme la volonté de replacer le sauvetage du patrimoine littéraire français du Moyen Âge, le recueil des choses « éparses et délaissées », non sous le signe de la conquête et du progrès d’un savoir, mais sous le signe du partage et de l’héritage d’un esprit, qui est celui de la cour et de l’honnêteté. Tel est le sens qu’y indique, en exploitant le fait que tous ont porté le titre de valet de chambre d’un grand prince, le parallèle établi entre Jean et Clément Marot au service de François Ier, « père et restaurateur des sciences », et Pierre Imbert Châtre et son fils Cangé au service de Philippe d’Orléans, protecteur des arts. À la façon dont les premiers mots de La Princesse de Clèves grandissaient la cour de Louis XIV dans la distance du souvenir et faisaient vibrer, en évoquant la France lointaine des Valois, les harmoniques du règne des Bourbons (« La magnificence et la galanterie n’ont jamais paru en France avec tant d’éclat que dans les dernières années du règne de Henri second »), la Renaissance offre ici à la Régence un passé légendaire et une puissance d’écho : l’art poétique qui s’y est épanoui, la manière qu’on a eue d’y « cultiver les lettres au milieu de la cour », ne désignent pas simplement des objets proposés à l’attention présente des amateurs, elles font surgir un monde à habiter, dans la communauté d’une même civilisation. La courtoisie accomplie dans l’œuvre de Marot, c’est elle qui donne sens à une collection où se découvre, derrière l’addition des pièces, l’unique opération d’un art de collectionner : les « anciens poëtes françois » sont le « temps retrouvé » de la collection de Cangé.

  • 88  [J.-A. Du Cerceau], « Lettre à Monsieur de *** », dans F. Villon, Les Œuvres, Paris, A.-U. Coustel (...)
  • 89  [J.-A. Du Cerceau], « Lettre à Monsieur de *** », op. cit., p. 54.

40L’aspect symbolique du cabinet de livres, qui, en réunissant des objets, s’annexe aussi une mémoire et l’aura d’un passé, joue de l’immatérialité du temps et du souvenir, est déclaré en des termes plus explicites dans une longue lettre qui accompagne l’édition Coustelier de Villon. Dès le xviiie siècle, on en a identifié l’auteur en la personne du jésuite Jean-Antoine Du Cerceau. En revanche, il ne semble pas qu’on se soit jamais attaché à lever l’anonymat du destinataire de cette « Lettre à Monsieur de ***, en lui envoyant la nouvelle édition des œuvres de François Villon ». Il est vrai qu’on dispose de très peu d’informations pour ce faire : tout au plus apprend-on qu’il s’agit d’un « homme […] prévenu […] pour le mérite de Villon 88 » et déjà très au fait de sa poésie. La lettre se présente en effet comme celle d’un connaisseur à un amateur averti : « Après vous avoir fait le détail des poësies de Villon, ce seroit ici le lieu de vous parler de leur caractère et de ce qui en fait le principal mérite ; mais le goût que vous avez pris pour le peu de pièces de sa façon qui vous sont tombées entre les mains, marque assez combien vous êtes au fait sur cet article. Vous pouvez vous en tenir par avance à l’idée que vous avez conçuë de ce poëte, d’autant plus que vous trouverez dans toutes ses poësies le même air de gentillesse et de beauté naturelle qui vous a si agréablement saisi dans celles que vous avez déjà leûes 89. » Ces quelques éléments manquent singulièrement de précision pour qu’on puisse deviner avec certitude à qui exactement Du Cerceau s’adresse. Mais au titre des hypothèses, en tenant compte à la fois du nombre des éditions anciennes de Villon présentes dans sa collection — sans doute moins nombreuses en 1723 qu’en 1733 et donc réduites encore à « peu de pièces » — et du rôle qu’il a joué dans la publication des éditions Coustelier, Cangé ferait un excellent candidat. Par là pourrait aussi s’expliquer que, dans ses propres exemplaires, il ait fait relier cette lettre non pas, comme il eût été normal, avec l’édition de Villon, mais avec celle de Jean Marot, regroupant ainsi les textes qui lui étaient adressés dans un même volume.

62 C. Fauchet, Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, ryme et romans, Paris, M. Patisson, 1581 : exemplaire annoté par Châtre de Cangé

62 C. Fauchet, Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, ryme et romans, Paris, M. Patisson, 1581 : exemplaire annoté par Châtre de Cangé

BNF, Réserve des livres rares, Rés. X. 230

63 Hélinand de Froidmont, Vers de la mort, [Paris, s. d.] : glossaire manuscrit par Châtre de Cangé

63 Hélinand de Froidmont, Vers de la mort, [Paris, s. d.] : glossaire manuscrit par Châtre de Cangé

BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 1223

  • 90  Voir Rudolf Sturm, François Villon. Bibliographie und Materialen. 1489-1988, Munich, 1990, t. II, (...)
  • 91  [J.-A. Du Cerceau], « Lettre à Monsieur de *** », op. cit., p. 3-4.

41Quant à sa teneur, la lettre de Du Cerceau est connue pour être le premier texte critique où soit énoncé, en plus des informations biographiques et bibliographiques qu’il contient, un jugement esthétique sur Villon 90, qui en fait le père du style « marotique » : « On trouve et dans cette Epître [à François Ier] et dans plusieurs autres pièces de Clément Marot jusqu’à des vers presque entiers pris de Villon, ou du moins imitez de bien près. Mais indépendamment de ces petits traits de ressemblance, il y en a infiniment pour la tournûre et le caractère du génie qui paroît le même dans tous les deux. On trouve dans Villon le même enjouëment, le même badinage, et sur tout cette naïveté fine et délicate qui plaît tant dans Marot, et qui le distingue si fort des autres poëtes françois, qu’elle a fondé dans la poësie une espèce particulière de style sous le nom de style marotique. C’est le nom qu’on donne au style des pièces qui sont composées dans le goût de Marot ; mais comme Marot lui-même avoit emprunté ce style de Villon, et qu’il avoit formé son goût sur celui de ce poëte son prédécesseur en ce genre, il faut convenir, si l’on veut rendre une justice exacte à ces deux poëtes, que Villon est, pour ainsi dire, le premier inventeur de ce style, auquel on n’a donné le nom de marotique, que parce que Marot étoit plus moderne, et ses ouvrages plus connus que ceux de Villon ; et qu’ainsi, à le bien prendre, c’est Villon, et non Marot, qui est le premier modèle de nos poëtes marotiques 91. » Cette perception esthétique de l’œuvre, qui sait dépasser le repérage des citations et des traits d’imitation littérale pour discerner au-delà de toute marque visible « la tournûre et le caractère du génie », est présentée par Du Cerceau comme une véritable attitude morale, forme empathique du jugement qui, de ce fait, disqualifie sans appel l’appréciation défavorable qu’Étienne Pasquier avait émise dans ses Recherches de la France en s’inscrivant en faux contre l’hommage rendu par Marot à Villon dans le vers « Peu de Villons en bon sçavoir ». Rappelant insidieusement la qualité subalterne d’avocat qui était celle de Pasquier, « né dans la poussière du Barreau », Du Cerceau trouve là l’occasion d’un long développement sur l’opposition de l’homme de cour et de l’homme de robe, qui se confond parfaitement avec l’opposition de la critique des créateurs et de la critique des professeurs. Le premier, affranchi de toute bibliothèque, est le libre maître d’une aptitude esthétique qui place tout son mode d’être sous le signe du style (« question de vision », selon le mot célèbre de Proust), tandis que le second reste l’indécrottable esclave d’un savoir ancillaire, acquis de seconde main et par l’effort, où, toujours présentes et visibles, les lectures ne parviennent jamais à se distiller jusqu’à l’essence subtile du « gentil entendement » que Marot reconnaissait à celui qui s’était avoué sans façon « de lire […] faitard » — comme Saint-Évremond dirait deux siècles plus tard n’avoir « jamais eu de grans attachemens à la lecture » :

  • 92  [J.-A. Du Cerceau], « Lettre à Monsieur de *** », op. cit., p. 7-9.

42« Je m’imagine bien, Monsieur, que vous n’aurez pas de peine à prendre votre parti dans cette espèce de conflit ; et que mettant à part tout sentiment de prédilection, vous conviendrez avec moi, qu’il est plus raisonnable et plus sûr en toutes manières, de priser Villon avec François Ier prince d’un esprit très délicat, et avec Clément Marot très bon poëte, et juge compétent en telle matière, que de le vilipender avec Étienne Pasquier, auteur qui par les vers qui nous restent de sa façon, et par ce qu’il dit dans les jugemens qu’il porte de ceux d’autrui, ne donne pas grande idée de son discernement en fait de poësie. Étienne Pasquier étoit un écrivain qui avoit de l’érudition, qui manioit la plume avec facilité, et même assez bien pour son siècle ; mais plus habile à compiler ce qu’il avoit lû, qu’à produire de lui-même : homme qui avoit plus d’acquis que de naturel, intéressé par amour-propre à faire plus de cas du premier que du second, et, par cet endroit même, peu propre à juger du prix et du mérite d’un talent où la nature a plus de part que l’étude. Les gens de ce caractère, toûjours resserrez dans les bornes d’un esprit tout uni, didactique et subalterne, dans qui l’imagination ne jouë point, et qui ne parle que d’après les autres, ont le défaut de rapporter tout à l’érudition, comme l’a fait ici Étienne Pasquier. En effet il s’est imaginé que Clément Marot par le terme de bon sçavoir dont il se sert en louant Villon, a voulu exprimer ce que nous appellons érudition ; ce qui l’a mis de si mauvaise humeur contre Marot lui-même, qu’il n’a pu s’empêcher de l’attaquer personnellement sur l’article du sçavoir. C’étoit à la vérité, dit-il en parlant de Clément Marot, un bel esprit nourri en la cour de nos roys, né dez le ventre de sa mère pour faire des vers françois ; mais homme qui n’eut plus de sçavoir acquis que ce qu’il en falloit pour sa portée. C’est pourquoi, continue-t-il, il admire en Villon un sçavoir qui ne gisoit qu’en apparence. Mais ce n’est pas la faute de Marot si Étienne Pasquier n’a pas compris ce qu’il vouloit dire. Le bon sçavoir, que Marot vantoit dans Villon, n’étoit point ce sçavoir acquis dont parle Pasquier, et qui est le seul qui soit de la compétence des gens de son caractère ; Marot n’avoit garde de prendre si mal son champ de bataille au sujet de Villon, et de loüer par cet endroit un auteur, qui bien loin de se piquer d’érudition, avoüoit hautement qu’il lisoit peu : Car de lire je suis faitard, dit Villon de lui-même dans le cinquième couplet de son grand Testament. Ce que Marot entendoit par ce terme de bon sçavoir, c’étoit le génie heureux, ou, comme il s’exprime lui-même dans sa préface [aux œuvres de Villon], le gentil entendement de Villon, c’étoit ses sentences ou pensées qu’il exhorte les jeunes poëtes à recüeillir comme belles fleurs. […] Voilà ce que Clément Marot sentoit et demêloit au travers du langage suranné de Villon, voilà ce qu’il appeloit bon sçavoir, et ce qui lui faisoit dire qu’il ne doutoit pas que Villon n’eût emporté le chapeau de laurier devant tous les poëtes de son temps, s’il eût été nourri en la cour des roys et des princes, là où les jugemens se amendent, et les langages se polissent. Et voilà ce qu’Étienne Pasquier n’a ni senti, ni même soupçonné, parce qu’il s’étoit beaucoup plus étudié à enrichir sa mémoire et à charger ses recueils, qu’à s’élever l’esprit et à se former le goût. Aussi semble-t-il qu’en pareille matière on doit plus s’en rapporter à un homme nourri dans la cour de nos roys, qu’à un homme nourri dans la poussière du Barreau, et à un poëte né dez le ventre de sa mère pour faire des vers françois, qu’à un compilateur incapable de sentir le mérite de la bonne poësie, et le prix des saillies heureuses d’un poëte formé par la nature, tel que fut le célèbre François Villon 92. »

  • 93  U. Chevreau, Chevræana, Paris, F. et P. Delaulne, 1697, p. 57-58. 
  • 94  Ibid., p. 59.

43C’est tout ce discours d’éloge de l’esprit de la cour et de sa politesse qui demeure également perceptible dans la manière dont s’organise la collection de Cangé et dans les choix historiques et esthétiques sur lesquels elle repose. Mais c’est lui aussi qui se trouve encore résumé d’un seul mot en tête du catalogue de 1733, dans la formule de l’avertissement où il est question de « notre littérature et nos aménitez françoises ». Si ce mot d’aménités peut nous paraître étrange dans cet emploi, il faut croire qu’il ne l’était guère moins aux oreilles des hommes des xviie et xviiie siècles puisque Urbain Chevreau, en 1697, lui consacrait déjà un commentaire explicatif dans ses Chevræana : « Quelqu’un a cité les Amenitez du droit par M. Ménage : et amenité dans cette signification pourroit passer, parce que c’est le titre du livre. Ce n’est pas qu’il soit de nouvelle date ; et l’on pourra voir dans le Séjour d’honneur d’Octavien de Saint-Gelais : C’est le fleuve d’amenité, / Le torrent de toute lyesse, / La source de felicité, / Le cours d’extrême urbanité, / La mer de fleurie jeunesse, / C’est la riviere de promesse, etc. On juge par là qu’« amenité » ne devoit pas être un mot de rebut, et qu’urbanité étoit en usage 93. » Chevreau glissait alors vers la considération du mot d’urbanité pour faire observer qu’il n’avait pas été introduit dans la langue française par Guez de Balzac, comme on le dit généralement et comme on le disait dès le xviie siècle, mais qu’il était « déjà meur du tems d’Octavien de Saint-Gelais, qui fut evêque d’Angoulesme en mille quatre cens quatre vingt- douze, et qui mourut en mille cinq cens deux 94 ». On ne saurait être trop attentif au caractère ainsi souligné de l’urbanité et de l’aménité et au soin apporté, en cette fin du xviie siècle, à réactiver pleinement la richesse de la rime qu’ils produisent : en découvrant leur commune ancienneté, en faisant entendre l’écho de leur sens répercuté par une époque éloignée, c’est la mémoire même de l’honnêteté qu’on cherche à exhumer. Or ce que Chevreau effectuait au terme d’une enquête lexicale, Cangé le réalise à sa façon, un peu plus tard, dans le déploiement d’un cabinet de livres rares promu au rang d’archives de l’urbanité, de chambre de mémoire de l’honnêteté. Remembrement d’un passé dispersé maintenant reconstitué et ranimé par le souffle qui lui donne la forme présente d’une vie antérieure, la collection devient alors récollection, si consciente de sa qualité mémorative que c’est dans le vieux mot d’« aménités » qu’elle se déclare, comme si les traits du présent ne se déchiffraient réellement et ne se vérifiaient qu’en se dédoublant et renversant dans le miroir idéal d’un temps jadis — « Jadis déjà ! »

Notes

1  Antoine Bruzen de La Martinière, Introduction générale à l’étude des sciences et des belles lettres, en faveur des personnes qui ne savent que le françois, La Haye, I. de Beauregard, 1731, p. 290-291.

2  La notion d’écart se retrouve ainsi associée à de nombreuses occurrences du lexique de la curiosité dans le Dictionnaire de Furetière, dans l’idée des « choses secrètes » comme dans celle des « brimborions », choses minimales parce que marginales, qui définissent, positivement ou négativement, l’objet de la curiosité. Voir Ann Blair, « Curieux, curieusement, curiosité », Littératures classiques, no 47, 2003, p. 101-107, à la p. 104.

3  Jean Viardot, « Naissance de la bibliophilie : les cabinets de livres rares », dans Histoire des bibliothèques françaises, Paris, 1989-1992, t. II, p. 269-290, à la p. 269.

4  Sur le père de Cangé, qui acquit aussi en 1717 une charge de secrétaire du roi, voir la notice de l’Annuaire de la noblesse de France, t. 61, 1905, p. 335, en grande partie reprise par Christine Favre-Lejeune, Les Secrétaires du roi de la Grande Chancellerie de France : dictionnaire biographique et généalogique (1672-1789), Paris, 1986, t. II, p. 725.

5  Saint-Simon, Mémoires, éd. Yves Coirault, t. V, Paris, 1985, p. 250.

6  Pierre Imbert Châtre († 1671), grand-père de Cangé, est déjà mentionné comme apothicaire du duc d’Anjou, frère de Louis XIV, futur duc d’Orléans et père du Régent, dans L’Estat des officiers de la maison de monseigneur le duc d’Anjou, Paris, M. Leché, 1652, p. 6. Il avait épousé Marguerite Mestayer, femme de chambre d’Élisabeth de France (sœur de Louis XIII et reine d’Espagne par son mariage avec Philippe IV) puis de la duchesse d’Orléans.

7  L’État de la France…, Paris, 1697, t. II, p. 74.

8  BNF, département des Manuscrits, D. Bl. 173, dont l’information est reprise par l’Annuaire de la noblesse de France, loc. cit.

9  Mémoires et documents concernant la régence du duc d’Orléans (1715-1723), et les finances jusqu’en 1738, BNF, département des Manuscrits, Clairambault 529, p. 293.

10  J. Marot, Les Œuvres…, Paris, A.-U. Coustelier, 1723. Sur la collection d’œuvres littéraires françaises de la fin du Moyen Âge à laquelle appartient cette édition, voir ci-dessous, p. 188-190.

11  Ce stock d’exemplaires non distribués demeura dans la famille de Cangé jusqu’à la fin du xviiie siècle : voir Giles Barber, « Daphnis and Chloé » : the Markets and Metamorphoses of an Unknown Bestseller, Londres, 1989, p. 36.

12  Cet exemplaire est aujourd’hui conservé dans la bibliothèque du musée Condé à Chantilly et a été décrit en détail en 1877 dans le Bulletin Morgand, sous le no 2788. Cangé possédait aussi, de l’édition de Daphnis et Chloé publiée en 1731 par le libraire Coustelier, un exemplaire qu’il avait enrichi de la suite des illustrations du Régent en premier tirage : voir Henri Cohen, Guide de l’amateur de livres à gravures du xviiie siècle, 6e éd. revue et augmentée par Seymour de Ricci, Paris, 1912, t. I, col. 652, et le catalogue de la vente du 25 juin 1997 à Paris, où cet exemplaire a figuré en dernier lieu.

13  Le document attestant cette provision est conservé à la BNF, Réserve des livres rares, Rés. F. 231, f. 368 vo-370.

14  Cangé fut provisionné de la charge de commissaire ordinaire des guerres le 21 mars 1727, comme l’atteste l’extrait des provisions copié de sa main conservé à la BNF, Réserve des livres rares, Rés. F. 169, f. 158 vo. L’adresse d’une lettre du 1er novembre 1730 le désigne comme « commissaire des guerres à Orléans » (Rés. F. 205, f. 66), tandis qu’une lettre du 20 février 1737 le désigne comme commissaire à Paris (Rés. F. 209, f. 195). Une autre encore, datée de janvier 1745, montre qu’il continuait de résider à Paris auprès du duc d’Orléans, au Palais Royal (Rés. F. 170, f. 102).

15  Sur cette collection documentaire de 89 volumes in-folio, bizarrement ignorée par Claude C. Sturgill (Les Commissaires des guerres et l’administration de l’armée française, 1715-1730, Vincennes, 1985), voir Michel Prévost, Inventaire sommaire des documents manuscrits contenus dans la collection Châtre de Cangé au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale, Paris, 1910. L’ensemble des recueils conservés à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France sous les cotes Rés. F. 159 à Rés. F. 246 bis doit être complété, au département des Manuscrits, par le manuscrit Français 5904, intitulé « Détail des fonctions des commissaires des guerres par ordre alfabétique des matières » et entré quant à lui dans les collections royales dès 1733. Certaines pièces de cet ensemble ont pu aussi ne pas rejoindre la Bibliothèque royale, tel cet « État militaire de France », manuscrit daté de 1740 qui a figuré en 1938 dans la première vente Mortimer Schiff, sous le no 303.

16  BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2316.

17  BNF, département des Manuscrits, Fr. 1587.

18  Lettre du 21 novembre 1733 à Maurepas en tête du Catalogue des manuscrits provenant de la bibliothèque de M. de Cangé, BNF, département des Manuscrits, NAF 5682.

19  Ibid.

20  BNF, Réserve des livres rares, Vélin 602.

21  Catalogue des livres du cabinet de M.***, Paris, J. Guérin, 1733. À la page de titre primitive a été substituée une nouvelle page de titre après la vente en bloc, ainsi formulée : Catalogue des livres du cabinet de M. de Cangé acheté par le roy au mois de juillet 1733, Paris, [s. n.], 1733.

22  Voir Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, Paris, 1868-1881, t. I, p. 189.

23  BNF, Réserve des livres rares, Rés. fol. La35 6 α.

24  Il s’agit, à la Bibliothèque nationale de France, des manuscrits suivants : Fr. 372, 819-820, 871, 1375, 1451, 1452, 1480, 1500, 1583, 1587, 1774 et 2172. Il est probable qu’il faille y ajouter le Fr. 1489 : bien qu’il n’ait pas reçu le paraphe caractéristique des livres d’Anet (conservé intact sur certains volumes, gratté sur d’autres où il ne se laisse plus deviner que par sa trace), il est revêtu d’une reliure en veau d’un type qu’on ne rencontre, dans la collection de Cangé, que sur des pièces provenant d’Anet. Je remercie vivement Mme Marie-Pierre Laffitte, conservateur général au département des Manuscrits, qui m’a très généreusement fourni la liste des cotes de tous les manuscrits entrés à la Bibliothèque royale par l’acquisition du cabinet de Cangé en 1733.

25  Le Premier [-second] livre du preux, vaillant et tres victorieux chevalier Palmerin d’Angleterre…, Lyon, T. Payen, 1553, BNF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 142.

26  C’est aujourd’hui le manuscrit Latin 17332 de la Bibliothèque nationale de France, d’abord offert par le duc de La Trémoille à Foucault puis successivement passé de ce dernier à Cangé, à l’abbé de Rothelin et au duc de La Vallière avant d’entrer à la fin du xviiie siècle à la Bibliothèque royale : voir François Avril et Nicole Reynaud, Les Manuscrits à peintures en France. 1440-1520, Paris, 1993, p. 233-234, no 126.

27  A. Galland, « Discours sur quelques anciens poëtes, et sur quelques romans gaulois peu connus », dans Mémoires de littérature tirez des registres de l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres, t. II, Paris, 1717, p. 728-746, à la p. 729.

28  Vente Du Fay, Paris, 1725, no 1889. Voir ci-dessous, p. 183.

29  Sur l’histoire de ce manuscrit et la description incomplète qu’en a donnée Galland, voir la notice de Roger Middleton, « Additional Notes on the History of Selected Manuscripts », dans Les Manuscrits de Chrétien de Troyes, éd. par Keith Busby, Terry Nixon, Alison Stones et Lori Walters, Amsterdam, 1993, t. II, p. 177-243, aux p. 203-208.

30  Caen, Bibliothèque municipale, manuscrit 518, donné en 1817 par un certain J.-B. Le Comte.

31  Sur la collection des livres de Foucault, voir la présentation (partielle faute de connaître le catalogue conservé à Caen) donnée par L. Delisle, op. cit., t. I, p. 374-379, et sur sa collection de médailles et d’antiques, voir Mohammed Abdel-Halim, Antoine Galland : sa vie et son œuvre, Paris, 1964, p. 98-111, et Antoine Schnapper, Le Géant, la licorne et la tulipe : collections et collectionneurs dans la France du xviie siècle, I. Histoire et histoire naturelle, Paris, 1988, p. 162 et 297-301.

32  Voir N.-J. Foucault, Mémoires, éd. par Frédéric Baudry, Paris, 1862, p. 376-377.

33  Thierry Sarmant, Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale. 1661-1848, Paris, 1994, p. 92.

34  Une note de la main de l’abbé Sallier en tête d’un jeu d’épreuves des Médailles sur les principaux événements du règne de Louis XIV confirme que Gros de Boze était le gendre de Cangé et non son beau-frère, comme on l’a dit parfois : « Ce petit recüeil a été tiré des livres du cabinet de M. de Cangé et c’est M. de Boze luy même qui a donné à son beau pere ces differentes feüilles qui ne doivent etre communiquées à aucun particulier. » (BNF, Réserve des livres rares, Rés. fol. Lj27. 14Cγ.) 

35  C’est la version présentée par l’éloge académique prononcé à la mort de Gros de Boze : voir Simone Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, 1988, p. 168, n. 68.

36  Ces recueils constituent respectivement les manuscrits Fr. 4774, 4771, 5773 à 5776, 4772, 5169 et 5177 de la Bibliothèque nationale de France.

37  BNF, bibliothèque de l’Arsenal, manuscrits 2589, 2653-2658, 2831-2837, 2839-2840, 2842-2846, 2850 et 3705.

38  J. Viardot, « Naissance de la bibliophilie… », art. cit., p. 273.

39  Voir Bruno Neveu, Érudition et Religion aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1994, en particulier le quatrième chapitre, « Mabillon et l’historiographie gallicane vers 1700 : érudition ecclésiastique et recherche historique au xviie siècle », p. 175-233.

40  Ce volume, que Cangé a acquis en 1726 et sur lequel il a en outre porté des notes relatives à la vie et à l’hérésie de Morin, est aujourd’hui conservé à la Bibliothèque de la Sorbonne, dans le fonds Victor Cousin (V. Cousin Rés. 7084) : voir le catalogue d’exposition Catalogue de cent un livres anciens rares ou précieux de la Bibliothèque de la Sorbonne, Paris, 1991, p. 144, no 93.

41  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Q. 740, p. 20 (jugement sur Vanini) et 21 (jugement sur Spinoza).

42  BNF, Réserve des livres rares, Rés. D2. 5255.

43  Le prix de 150 livres reporté par Cangé sur son exemplaire correspond en effet au prix d’adjudication du lot 794 de la vente Du Fay.

44  BNF, département des Manuscrits, Fr. 2507. Cette reliure en maroquin fauve à entrelacs de maroquin rouge, portant la devise Fidem sua pæna cœrcet et agrémentée de fers en forme de fermesses, est à ajouter aux listes de reliures à la fanfare publiées par Geoffrey Hobson, Les Reliures à la fanfare. Le problème de l’S fermé, 2e éd., Amsterdam, 1970.

45  Claude-François Ménestrier, Bibliothèque curieuse et instructive…, Trévoux, E. Ganeau, 1704, t. II, p. 85-86.

46  « Quoique le jargon de ces pièces ne soit pas ici fort intelligible, les curieux, à cause de leur sel, ne laissent pas de les rechercher. Il m’importe, pour de bonnes raisons, de n’en être pas cru l’auteur. Ainsi, encore un coup, Monsieur, ne dites pas que ce soit de moi que vous tenez l’exemplaire ci-joint », écrit La Monnoye dans cette lettre qu’une note de la main de Cangé date de 1718. L’exemplaire (BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 3252) a peut-être été acquis par Cangé à la vente Baluze de 1719, où il figurait sous le no 10606 du catalogue.

47  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 922. Voir le catalogue de l’exposition de la Bibliothèque nationale de France Des livres rares depuis l’invention de l’imprimerie, sous la dir. d’Antoine Coron, Paris, 1998, p. 290-291, no 238.

48  Gordon de Percel [i. e. Nicolas Lenglet Dufresnoy], De l’usage des romans…, Amsterdam, veuve Poilras [!], 1734. 

49  Bernard de Bluet d’Arbères, comte de Permission, L’Intitulation et recueil de toutes les œuvres…, Paris, 1600-1605, BNF, Réserve des livres rares, Rés. Z. 2811-2813.

50  Le Recueil de toutes les sortes de chansons nouvelles, rusticques & musicales, & aussi ceulx qui sont dans la deploration de Venus, Lyon, G. Poncet, 1555, BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 2625.

51  BNF, département des Manuscrits, Fr. 2307.

52  BNF, département des Manuscrits, Fr. 2329, reproduit par Marie-Pierre Laffitte, Reliures royales du département des Manuscrits (1515-1559), Paris, 2001, ill. 56.

53  BNF, département des Manuscrits, Fr. 2504 : L. Papon, Hymne à Marguerite de Valois, reine de France. Illustré de vignettes enluminées d’une facture assez lourde, le manuscrit porte l’adresse « A Goutelas en Forests p[rès] Marsilhy ». Il a également conservé sa reliure d’origine, en soie bleue.

54  BNF, département des Manuscrits, Fr. 2378, dans sa reliure persane d’origine, en maroquin bleu.

55  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 766.

56  BNF, département des Manuscrits, Fr. 371 (acquis en 1727) et Fr. 372 (acheté 45 livres en 1724, portant le paraphe caractéristique des livres d’Anet et correspondant sans doute au « Roman du nouveau Regnard en vers, ms. sur vêlin avec des miniatures in-folio en 1290 » décrit dans le Catalogue des manuscrits trouvez après le décès de Madame la Princesse, dans son Château royal d’Anet, [s. l., 1724], p. 16).

57  Le Devot et sainct sermon de monseigneur sainct Jambon et de madame saincte Andoulle, Paris, Jean Janot, [vers 1520], BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 2714, deuxième pièce d’un recueil de facéties contenant également La Fleur de toutes joyeusetez, contenant epistres, balades et rondeaulx, joyeux et fort nouveaulx, [Paris ?, vers 1530], Les Dictz de Salomon, avecques les responces de Marcon, fort joyeuses, [s. l. n. d.] et Les Divers propos et joyeuses rencontres d’un prieur et d’un cordelier, en maniere de coq à l’asne, Rouen, J. du Gort et J. de Remortier, [s. d.].

58  BNF, département des Manuscrits, Fr. 819-820, Miracles de Nostre Dame. Le recueil est signalé dans le Catalogue des manuscrits trouvez après le décès de Madame la Princesse…, op. cit., p. 3, et porte le paraphe d’Anet en tête du second volume. Au même endroit, Cangé a noté le prix d’achat (100 livres) et fait relier une « Table des moralités » contenues dans ce recueil qui réunit quarante miracles représentés à l’instigation de la confrérie des orfèvres parisiens entre 1340 et 1382. Ces deux volumes, connus par les historiens de la littérature du Moyen Âge comme « recueil Cangé », sont considérés comme « le plus important témoin de la littérature dramatique française du xive siècle » (Rudolf Glutz, Miracles de Nostre Dame par personnages : kritische Bibliographie und neue Studien zu Text, Entstehungszeit und Herkunft, Berlin, 1954, p. 5).

59  BNF, département des Manuscrits, Fr. 770. Ce manuscrit, acheté 120 livres par Cangé en 1725, fut toutefois acquis après la vente Du Fay elle-même, où il figurait sous le no 2351 mais ne fut pas vendu.

60  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Yf. 2915.

61  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 237-241 (qui contient pour cinquième et dernière pièce L’Art de rhetorique pour rimer en plusieurs sortes de rimes, [Lyon, imprimeur du Champion des Dames, entre 1488 et 1492]). Les troisième et quatrième pièces du recueil figuraient à la vente Du Fay dans un lot de huit plaquettes non reliées sous le no 4280. Un exemplaire annoté du catalogue de vente (BNF, département Littérature et Art, ∆. 10740) mentionne le nom d’Imbert comme acheteur.

62  BNF, département des Manuscrits, Fr. 845.

63  Voir Geraldine Sheridan, Nicolas Lenglet Dufresnoy and the Literary Underworld of the Ancien Régime, Oxford, 1989, p. 48-50.

64  BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2239, que Cangé a fait revêtir d’une reliure en maroquin citron ornée d’une petite bordure dorée qu’on retrouve sur plusieurs de ses livres, présentant des motifs d’aigles aux ailes déployées.

65  Il s’agit des nos 1665, 1673, 1674 et 1678 de la vente.

66  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 697. L’édition est datée par erreur de 1534 dans le catalogue Cangé de 1733, p. 99, où l’on a pris pour une date d’édition la mention du nombre de cahiers compris dans le volume, portée au titre.

67  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 285.

68  Respectivement BNF, Réserve des livres rares, Rés. Yf. 121, 124 et 125.

69  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 2222 : J. de La Fontaine, Nouvelles en vers tirée [sic] de Bocace et de l’Arioste, Paris, C. Barbin, 1665.

70  Abbé d’Olivet, Histoire de l’Académie française [1729], éd. Charles-Louis Livet, Paris, 1858, t. II, p. 305-306, cité par Nathan Edelman, Attitudes of Seventeenth-Century France toward the Middle Ages, New York, 1946, p. 294.

71  Lettre non datée à Antoine-Urbain Coustelier, écrite probablement vers 1714, citée dans le catalogue de la vente Parison (Paris, 25 février 1856, no 366).

72  N. Lenglet Dufresnoy, « Réflexions sur la poésie de Villon » dans un manuscrit préparatoire à une nouvelle édition de Villon restée à l’état de projet (BNF, Arsenal, ms. 2948).

73  BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 1298, p. 70 et 111. Cet exemplaire présente en outre une curiosité : étant incomplet des deux derniers feuillets, Cangé l’a complété en faisant spécialement imprimer ceux-ci à partir de l’édition publiée un peu plus tard par les frères L’Angelier.

74  N. Lenglet Dufresnoy, « Préface », dans le manuscrit 2948 de la bibliothèque de l’Arsenal. Le jugement sur Boileau est peu après tempéré par quelques remarques soulignant que celui-ci fut meilleur poète à ses débuts qu’ensuite.

75  Sur ces décors exceptionnels en leur temps, voir Émile Dacier, « Sur un groupe de reliures des premières années du règne de Louis XV », Byblis, 1929, p. 142-149, et la notice du catalogue Des livres rares depuis l’invention de l’imprimerie, op. cit., p. 181, no 141.

76  Mercure de France, avril 1724, p. 647.

77  Journal littéraire, janvier-février 1714, à la rubrique des « Nouvelles de Paris ».

78  On connaît au moins un exemplaire des œuvres de Coquillart (Paris, Galliot du Pré, 1532) annoté par La Monnoye, passé dans de nombreuses collections, de Richard Heber et Charles Nodier à Raphaël Esmerian, et deux exemplaires également annotés des œuvres de Villon : l’un de l’édition sans date publiée à Paris par Arnoul et Charles L’Angelier (vente, Paris, 11 juin 1998, no 228), l’autre constituant l’unique exemplaire connu d’une édition incunable parisienne également sans date, publiée par Pierre Le Caron vers 1490-1492 (BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 244).

79  Archives des Affaires étrangères, « Correspondance politique », Autriche 140, f. 314-315, cité par G. Sheridan, op. cit., p. 83.

80  Voir Lionel Gossman, Medievalism and the Ideologies of the Enlightenment : the World and Work of La Curne de Sainte-Palaye, Baltimore, 1968, p. 163-165.

81  François de La Croix du Maine, Premier Volume de la Bibliotheque… Qui est un catalogue general de toutes sortes d’autheurs, qui ont escrit en françois depuis cinq cents ans & plus, jusques à ce jourd’huy…, Paris, A. L’Angelier, 1584 ; Antoine Du Verdier, La Bibliotheque… contenant le catalogue de tous ceux qui ont escrit ou traduict en françois et autres dialectes de ce royaume…, Lyon, B. Honorat, 1585.

82  Mémoires de littérature, tirez des registres de l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres, t. VII, Paris, 1733, p. 292-300.

83  On a par ailleurs d’autres témoignages des liens entre Lancelot et Coustelier, tels les manuscrits 3303-3306 et le manuscrit 3092 de la bibliothèque de l’Arsenal. Les premiers forment un Recueil de poëtes françois avant l’an 1300 provenant de La Curne de Sainte-Palaye, qui y a inscrit la note suivante : « Ce recueil tiré de différents manuscrits a esté fait par les soins du sieur Coustelier, imprimeur et libraire, qui avoit dessein de le faire imprimer, et m’a esté communiqué par M. Lancelot. » Quant au second, il s’agit d’une copie de poésies des troubadours prise par La Curne de Sainte-Palaye sur un manuscrit ayant appartenu à Lancelot, lequel était lui-même la copie d’un manuscrit de Peiresc par Coustelier.

84  A. Lancelot, « Poème fait à la louange de la dame de Beaujeu, sœur de Charles VIII », dans Mémoires de littérature, tirez des registres de l’Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres, t. VIII, Paris, 1733, p. 579-601, à la p. 592.

85  Je remercie Mathieu Lescuyer, conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, qui a attiré mon attention sur ce volume, copié d’après un manuscrit provenant de la bibliothèque du chancelier Séguier (actuel manuscrit Fr. 19152).

86  BNF, département des Manuscrits, Fr. 372, 1er f. liminaire.

87  L’expression est de Marcel Bouchard (De l’Humanisme à l’Encyclopédie : essai sur l’évolution des esprits dans la bourgeoisie bourguignonne sous les règnes de Louis XIV et de Louis XV, Paris, 1929, p. 370), qui à la fois a décrit avec une grande justesse le mode anecdotique du savoir prisé par La Monnoye, « impatient de toute méthode », « aimant à butiner des anas et des commentaires », et est resté aveugle aux enjeux de cette érudition curieuse, demeurant prisonnier d’une conception étroitement savante de la connaissance des livres.

88  [J.-A. Du Cerceau], « Lettre à Monsieur de *** », dans F. Villon, Les Œuvres, Paris, A.-U. Coustelier, 1723, p. 10.

89  [J.-A. Du Cerceau], « Lettre à Monsieur de *** », op. cit., p. 54.

90  Voir Rudolf Sturm, François Villon. Bibliographie und Materialen. 1489-1988, Munich, 1990, t. II, p. 50-51.

91  [J.-A. Du Cerceau], « Lettre à Monsieur de *** », op. cit., p. 3-4.

92  [J.-A. Du Cerceau], « Lettre à Monsieur de *** », op. cit., p. 7-9.

93  U. Chevreau, Chevræana, Paris, F. et P. Delaulne, 1697, p. 57-58. 

94  Ibid., p. 59.

Table des illustrations

Titre 43. G. Postel, Les Tres merveilleuses victoires des femmes du nouveau monde, Paris, J. Ruelle, 1553 : reliure exécutée pour Châtre de Cangé, vers 1725
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. D2. 5255
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre 44. Reliure à la fanfare, vers 1570
Crédits BNF, département des Manuscrits, Fr. 2507
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre 45. [T. Martinelli], Compositions de rhétorique de Don Arlequin… Imprimé delà le bout du monde, [Lyon, entre décembre 1600 et janvier 1601]
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. Y2. 922
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre 46. B. de Bluet d’Arbères, L’Intitulation et recueil de toutes choses…, Paris, 1600-1605 : « figure bien remarquable »
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre 47. L. Papon, Hymne à Marguerite de Valois, monogramme micrographié de Marguerite de Valois
Crédits BNF, département des Manuscrits, Fr. 2504, f. 18 vo
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre 48. Henri d’Angoulême, Œuvres poétiques, manuscrit calligraphié sur un recueil de papiers marbrés turcs, avant 1586
Crédits BNF, département des Manuscrits, Fr. 2378, f. 21 ro
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Titre 49. F. Villon, Le Grand Testament…, Paris, P. Levet, 1489
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 238
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre 50. L’Homme juste & l’homme mondain, Paris, A. Vérard, 1508
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. Yf. 125
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre 51. J. de La Fontaine, Nouvelles en vers tirée [sic] de Bocace et de l’Arioste, Paris, C. Barbin, 1665
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 2222
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 52. G. Coquillart, Les Poësies, Paris, A.-U. Coustelier, 1723
Légende Reliures à éléments décoratifs historicisants exécutées pour Châtre de Cangé, vers 1724 (ill. 52-60)
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2313
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre 53. F. Villon, Les Œuvres, Paris, A.-U. Coustelier, 1723
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2314
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre 54. C. de Bourdigné, La Légende de maître Pierre Faifeu, Paris, A.-U. Coustelier, 1723
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2315
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Titre 55. J. Marot, Les Œuvres, premier volume, Paris, A.-U. Coustelier, 1723
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2316
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Titre 56. J. Marot, Les Œuvres, volume II, Paris, A.-U. Coustelier, 1723
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2317
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Titre 57. La Farce de maistre Pierre Pathelin, Paris, A.-U. Coustelier, 1723
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2318
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre 58. G. Cretin, Les Poësies, Paris, A.-U. Coustelier, 1723
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2319
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Titre 59. Martial d’Auvergne, Les Poësies, premier volume, Paris, A.-U. Coustelier, 1724
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2320
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Titre 60. Martial d’Auvergne, Les Poësies, volume II, Paris, A.-U. Coustelier, 1724
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Vélin 2321
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 726k
Titre 61 Le Roman de Renart, manuscrit du xive siècle
Crédits BNF, département des Manuscrits, Fr. 372, 1er f. liminaire
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre 62 C. Fauchet, Recueil de l’origine de la langue et poesie françoise, ryme et romans, Paris, M. Patisson, 1581 : exemplaire annoté par Châtre de Cangé
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. X. 230
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 63 Hélinand de Froidmont, Vers de la mort, [Paris, s. d.] : glossaire manuscrit par Châtre de Cangé
Crédits BNF, Réserve des livres rares, Rés. Ye. 1223
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/2490/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540