Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Manuels d’arabe d’hier et d’aujourd’hui

 | 
Sylvette Larzul
, 
Alain Messaoudi

Le Maghreb, laboratoire d’une expérience coloniale

Les manuels de langue arabe des débuts de l’Algérie coloniale (1830-1871)

Sylvette Larzul

Texte intégral

  • 1 L’École des jeunes de langue disparaît en 1873, absorbée avec sa bibliothèque par l’École des langu (...)
  • 2 Antérieurement avaient été publiés par Auguste F.-J. Herbin, un jeune élève de Silvestre de Sacy, d (...)

1Quand débute la conquête de l’Algérie, en 1830, la langue arabe est déjà connue en France de longue date. Elle y est d’abord enseignée dans un esprit humaniste au Collège royal, où Guillaume Postel est nommé en 1538 lecteur pour le grec, l’hébreu et l’arabe ; par la suite, la volonté de former des drogmans pour servir auprès des consuls dans le Levant est à l’origine de la fondation en 1669, sous l’impulsion de Colbert, de l’École des jeunes de langue, où l’arabe est enseigné parallèlement au turc, auquel s’ajoute ensuite le persan ; si elle survit à la Révolution, cette institution est éclipsée par l’École des langues orientales, créée en 1795 par la Convention1. Silvestre de Sacy, le premier titulaire de la chaire d’arabe de la nouvelle École, y dispense un enseignement livresque et théorique, mais à partir de 1803 son cours est complété par celui d’un grec-melkite rallié à Bonaparte, dom Raphaël de Monachis, chargé de donner des leçons d’arabe usuel et, en 1820, est fondée à l’École une chaire d’« arabe vulgaire » distincte de la première. Aussi, au début du xixe siècle, la connaissance des arabisants français porte-t-elle essentiellement sur l’arabe littéral – c’est-à-dire la langue écrite standard – et sur l’arabe usuel tel qu’il se pratique dans le Levant. En témoignent d’ailleurs les manuels existants, rédigés en français et non plus en latin conformément aux prescriptions des fondateurs de l’École des langues orientales. Ainsi la Grammaire arabe (Paris, Imprimerie impériale, 2 vol., xxvi-434 p. et x-473 p.) de Silvestre de Sacy qui date de 1810 et concerne la langue savante est complétée en 1824 par la Grammaire arabe-vulgaire (Paris, Dondey-Dupré, 118-43 p.) de Caussin de Perceval, qui traite de l’arabe en usage dans le Levant2.

  • 3 La chambre de commerce de Marseille fit publier en 1830 un Dictionnaire de la langue franque ou pet (...)

2Quant aux parlers des « États barbaresques », ils ne faisaient l’objet d’aucun enseignement académique et il n’existait guère, semble-t-il, que quelques rares ouvrages concernant l’arabe marocain, comme la Grammatica linguæ mauro-arabicæ (Vienne, 1800, iv-136 p.) due à Franz Lorenz von Dombay, un interprète envoyé par l’empereur Joseph II de Habsbourg à Tanger, en 1783. Cette carence, due vraisemblablement à une prégnance encore forte de la lingua franca dans la partie occidentale du bassin méditerranéen3, entraîne, dès 1830, en même temps qu’un accroissement considérable de la production d’ouvrages d’apprentissage de l’arabe, une orientation de celle-ci vers la langue en usage en Algérie. Le corpus que nous avons constitué pour la période 1830-1871 dépasse les quatre-vingts titres ; il s’agit souvent d’ouvrages modestes, de petits formats à bas prix, parmi lesquels figurent maints autographes sortis de presses lithographiques. Leur publication est réalisée pour moitié environ en Algérie, en premier lieu à Alger – la maison Bastide jouant un rôle majeur – et en second lieu à Constantine, Oran restant très en marge. Le véritable concurrent d’Alger est Paris, représenté en particulier par la maison Hachette.

  • 4 Seul trouve grâce aux yeux de William Marçais le dictionnaire de Beaussier parmi le « flot des “mét (...)

3Postérieurement décriée – notamment par des universitaires – pour son insuffisante scientificité4, cette abondante production des premières décennies de l’Algérie coloniale mérite d’être réexaminée. En faire une évaluation historicisée suppose, outre une définition précise des savoirs qu’elle renferme, la prise en compte des processus de son élaboration, éclairant sa valeur comme ses faiblesses. Une telle évaluation nécessite aussi que soient examinés sa réception ainsi que ses usages et que soit posée la question de son adaptation au contexte colonial dans lequel elle a été engendrée. Au préalable, il est cependant nécessaire d’évoquer la politique linguistique menée par les autorités françaises dans l’ancienne régence d’Alger, à l’origine précisément de la périodisation retenue.

  • 5 Sur cette question, on lira l’analyse très fouillée faite par Alain Messaoudi dans sa thèse, « Sava (...)
  • 6 Voir A. Cour, « Notes sur les chaires de langue arabe d’Alger, de Constantine et d’Oran (1832-1879) (...)
  • 7 Charles Leguest, Y a-t-il ou n’y a-t-il pas un arabe vulgaire en Algérie ?, Paris, B. Duprat, 1858, (...)

4Avant l’avènement de la IIIe République, c’est une politique grosso modo plutôt favorable à l’instauration d’un bilinguisme français/arabe qui a été appliquée en Algérie sous la monarchie de Juillet et le Second Empire5. Les autorités d’occupation, soucieuses notamment de disposer d’interprètes compétents, choisissent d’encourager la diffusion de la langue arabe parmi les Français et, parallèlement, celle de la langue française parmi les « indigènes ». À l’initiative de l’intendant civil Genty de Bussy, Joanny Pharaon, arrivé comme interprète à Alger à la suite du duc de Rovigo, inaugure le 6 décembre 1832 un cours public d’arabe. Mais quand est fondée la première chaire publique d’arabe à Alger en 1836, il est remplacé par un élève de Silvestre de Sacy, Louis-Jacques Bresnier, qui reste en fonction jusqu’en 1869. À Constantine et à Oran sont créées de nouvelles chaires en 1846. Si la compétence des disciples de Bresnier est patente et l’enseignement d’Auguste Cherbonneau à Constantine apprécié des autorités, les rapports officiels déplorent néanmoins la faible fréquentation des cours dispensés par les titulaires des chaires d’arabe6. Il est vrai que cet enseignement ne fut jamais rendu obligatoire pour les personnels. Ceux dont les fonctions exigeaient la pratique de l’arabe – interprètes civils et militaires, chefs des bureaux arabes – assumèrent souvent en grande partie individuellement leur apprentissage de la langue. S’ils n’étaient pas en contact direct avec la population locale comme les officiers des bureaux arabes, l’instruction auprès d’un maître « indigène » constituait pour eux une meilleure solution que la fréquentation des cafés maures, dans lesquels on devait « s’ennuyer de longues heures […], afin d’y accrocher çà et là quelques lambeaux d’arabe7 ». Formés à une culture livresque, ils tiraient aussi profit des manuels qu’ils pouvaient se procurer.

  • 8 Voir Alain Messaoudi, « The Teaching of Arabic in French Algeria and Contemporary France », French (...)
  • 9 Le Cours d’arabe vulgaire (Paris, Hachette, 1849-1850, 2 vol., 287 p. et xii-258 p. ; 4e réimpr. en (...)

5Dans le système scolaire français, la langue arabe ne fit pas l’objet d’un traitement différent de celui des autres langues vivantes : absente des programmes de l’école primaire, elle fut enseignée au collège d’Alger dès sa fondation en 1836, sans d’ailleurs y subir au départ de concurrence. C’est en effet seulement en 1850 qu’y fut introduit l’enseignement de l’allemand – suivi par celui de l’anglais – sous la pression des parents8. Dans ce cadre fut créée à Alger en 1846 une chaire d’arabe vulgaire, à laquelle fut nommé un élève de Louis-Jacques Bresnier, Auguste Gorguos, qui publia un manuel à l’intention de ses élèves9.

6Parallèlement, en direction des musulmans, fut institué un enseignement qui faisait place à la langue arabe à côté de la langue française ; s’il ne toucha qu’un nombre très faible de notables, il concerna un peu plus largement un public d’âge scolaire. En 1836 fut créée à Alger une école maure-française dont l’objectif était d’amener les élèves à un niveau suffisant pour leur permettre d’accéder à l’enseignement élémentaire français. L’expérience se révéla peu concluante, tout comme les missions d’Algériens envoyés à Paris, entre 1838 et 1847, à la pension Demoyencourt. Des résultats plus probants furent obtenus par les écoles arabes-françaises, créées par le décret du 14 juillet 1850, et les collèges arabes-francais fondés à Alger en 1857 et à Constantine en 1863. Ces collèges furent supprimés par un arrêté du 28 octobre 1871 et les écoles arabes-françaises végétèrent ensuite avant de disparaître officiellement en 1883.

7Outre la création de cours et d’écoles, les autorités françaises apportèrent une aide à l’édition de manuels : jusqu’en 1840, tous les ouvrages d’arabe publiés à Alger sortirent des presses de l’Imprimerie du gouvernement et, dans les années 1850, un petit nombre bénéficia du soutien financier du ministère de la Guerre sous forme de souscriptions. La composition d’ouvrages de référence fut également encouragée : ainsi fut publié, dans le Moniteur de l’Algérie du 20 décembre 1852, un arrêté ministériel instituant deux prix de 5 000 francs chacun, destinés à récompenser des auteurs de dictionnaires français-arabe et arabe-français, qui faisaient gravement défaut. Une commission se réunit deux ans plus tard, cependant aucun ouvrage ne fut primé.

La langue arabe, ses variétés et ses représentations

  • 10 On signalera cependant les observations d’Ibn Khaldoun sur la langue arabe et son évolution. Voir D (...)
  • 11 Voir ci-dessus, Aurélien Girard, « Les manuels de langue arabe en usage en France à la fin de l’Anc (...)
  • 12 Djamel Kouloughli, L’Arabe, Paris, PUF, 2007, p. 94.

8Si la production de manuels était encouragée et soutenue par les autorités françaises, notamment le ministère de la Guerre, leur composition était l’affaire des arabisants – professeurs mais aussi interprètes civils ou militaires et parfois administrateurs. Tous cependant ne partageaient pas une représentation commune de la langue arabe, ce qui ne fut pas sans conséquence sur la conception des manuels. Traditionnellement, les savants arabes ne s’intéressaient guère qu’à la langue classique10, al-luġa al-fuṣḥā (« la langue la plus claire »), la seule à avoir connu un processus de grammatisation, entamé en Irak au viiie siècle sur la base du corpus de la poésie archaïque et du Coran ; mais les orientalistes, et en premier lieu des missionnaires ayant séjourné auprès des communautés chrétiennes d’Orient, opposèrent, au xviie siècle, à l’arabe littéral un « arabe vulgaire », dénommé ainsi par rapprochement de la situation de l’arabe avec celle qu’entretenaient entre eux le latin et l’italien11. Dans les textes des premières décennies de l’Algérie coloniale, l’expression « arabe vulgaire » s’applique à la langue usuelle tant écrite qu’orale. En effet, « à partir du xie siècle, on voit apparaître des écrits qui, tout en ayant manifestement un statut littéraire, ont recours, à des degrés divers, à des usages linguistiques qui rompent avec les règles de la fuṣḥā12 ». Cette variété de langue, que les linguistes désignent aujourd’hui par l’appellation « moyen arabe », correspond à une littérature allant de contes du type des Mille et Une Nuits à des gestes comme celles de ‘Antar, de Baybars, des Banū Hilāl, etc., mais elle englobe aussi d’autres catégories de textes comme la correspondance, commerciale et familière notamment. Combinant des traits de la fuṣḥā avec des traits dialectaux et des traits spécifiques, le « moyen arabe » subit le contrecoup de la Nahḍa, mouvement de « renaissance » initié au xixe siècle en Égypte et dans l’espace syro-libanais, qui, outre la modernisation de la langue, vise au respect des normes grammaticales établies. Bien que connu des arabisants français, ce mouvement n’a de répercussions significatives en Algérie que tardivement, sous l’influence des réformistes musulmans. Dans la régence d’Alger en 1830, entre les parlers et un arabe littéral essentiellement cantonné dans les usages religieux et juridiques, le « moyen arabe » occupe un espace important.

9Tant qu’il n’était question que de l’arabe pratiqué dans le Levant, la distinction entre arabe littéral et « arabe vulgaire » faisait consensus parmi les arabisants français, semble-t-il ; mais la reconnaissance en Algérie d’un « arabe vulgaire » ne fut pas unanime, et une violente polémique opposa puristes et pragmatiques. Plusieurs des arabisants les plus éminents niaient l’existence d’un arabe usuel, n’y voyant qu’une langue fautive et altérée, leur position étant manifestement influencée par la condamnation des patois en France et résultant de la transposition qu’ils en faisaient dans le domaine de l’arabe. Ce fut le cas d’Edmond Combarel, titulaire de la chaire publique d’arabe à Oran, ainsi que de Louis-Jacques Bresnier, qui occupa celle d’Alger et exprima ainsi sa position :

  • 13 Chrestomathie arabe : lettres, actes et pièces diverses, 2e éd. revue, corrigée et augmentée, Alger (...)

On a mieux aimé répéter qu’il y a deux langues arabes, littérale et vulgaire, ou ancienne et moderne, que de se donner la peine de considérer que les mots varient avec les idées, et que le peuple ignorant parle et écrit moins bien que les personnes instruites. Il faut tirer de toutes ces observations la conclusion fort simple, mais inaperçue : que ceux qui ont étudié ont généralement plus d’idées et de mots que les ignorants, – et que le langage et le style, appliqués à la fois aux conceptions élevées de l’esprit et aux relations intimes de la vie commune, ne constituent deux langues que pour l’étranger ignorant la théorie ou l’application, quelquefois l’une et l’autre, et déclarant hardiment, pour sauver son amour-propre, que ce qu’il ne comprend pas forme un idiome à part13.

  • 14 Paris, Hachette, 1850, vii-196 p.

10Face à ce courant dogmatique, la grande majorité des arabisants – parmi lesquels se comptent aussi des professeurs – adoptent une position pragmatique refusant la disqualification de l’arabe usuel, comme l’indique clairement le propos tenu par Alexandre Bellemare, dans l’« Introduction à l’étude de la langue arabe » figurant au début de sa Grammaire arabe (idiome d’Algérie) à l’usage de l’armée et des employés civils de l’Algérie14 :

  • 15 P. iii-v et vii. Le texte de Bellemare comme celui de Bresnier, qui défendent pourtant des position (...)

L’arabe […] est une langue une ; ce qui ne signifie pas que partout elle se parle identiquement de la même manière, ou bien qu’aucune dissemblance n’existe entre le style écrit de l’homme lettré et le langage du Bédouin, mais en ce sens, du moins, que ses principes réguliers sont partout les mêmes […]. L’arabe vulgaire, comme on le voit, n’est donc que l’arabe appelé littéral dépouillé de ses principales difficultés […]. Pour connaître les principes de la langue arabe parlée dans tel ou tel pays, il n’y a pas à étudier des règles étrangères à l’arabe appelé par quelques-uns littéral, mais seulement celles que l’usage n’a pas sacrifiées […]. Il convient de remarquer en même temps que les personnes qui, sans être parfaitement lettrées, ont néanmoins certaines notions de grammaire, cherchent autant que possible à écrire d’une manière un peu plus recherchée qu’elles ne s’expriment. Elles ont ainsi formé, à côté de celui du langage, un style intermédiaire qui tient, entre l’arabe régulier ou littéral et l’arabe parlé, une place analogue à celle de notre style épistolaire, entre notre conversation et notre style noble […]. Nous avons pris l’idiome algérien tel qu’il est15.

  • 16 Ce propos est rapporté par Tocqueville dans « Notes du voyage en Algérie de 1841 » : le « jeune pro (...)
  • 17 Alger, Bastide, 1855, xvi-668 p. Réédité en 1915, cet ouvrage a d’abord été publié sous le titre de (...)
  • 18 Le terme est encore peu usité. Bresnier tient d’ailleurs à préciser en note le sens qu’il lui attri (...)
  • 19 Outre son Rudiment de la grammaire arabe (Paris, Challamel, 1865, 224 p.), Combarel fait paraître u (...)

11Derrière cette polémique se cache en fait un enjeu considérable, celui du devenir de la langue arabe en Algérie : faut-il se mettre au diapason de la Nahḍa (ce qui était la position des puristes) ou bien faut-il développer une langue nationale algérienne qui serait ressentie comme plus familière et plus simple car elle prendrait en compte certaines des spécificités de l’arabe usuel (ce qui était la position des pragmatiques) ? Le point de vue des auteurs de manuels sur la question influençait obligatoirement leurs travaux : pour les puristes, l’étude de l’arabe usuel devait être précédée par celle de l’arabe littéral, dont Bresnier disait lui-même qu’il fallait quatre à cinq ans pour l’entreprendre16. Le titulaire de la chaire publique d’arabe à Alger se voyait d’ailleurs régulièrement reprocher de ne pas accorder assez de place dans son enseignement à la langue usuelle, et son remarquable Cours pratique et théorique de la langue arabe17 est en majeure partie consacré à la langue classique, même s’il s’achève par un Traité du langage arabe usuel et de ses divers dialectes18 en Algérie, établi par comparaison avec l’arabe littéral. Quant à Combarel, il ne publia jamais que des ouvrages traitant de l’arabe « régulier19 ». À l’opposé, les arabisants pragmatiques composèrent des manuels qui permettaient l’apprentissage de la langue usuelle sans passer par la langue savante, ce qui ne signifiait pas pour autant de leur part un rejet de l’arabe littéral, auquel la langue usuelle écrite empruntait d’ailleurs bien des traits. En témoigne la juxtaposition spontanée dans leurs ouvrages de textes appartenant à des variétés différentes de langue, l’œuvre d’Auguste Cherbonneau constituant en la matière une excellente illustration. Au bout du compte, s’il existe dans le corpus des années 1830-1871 des ouvrages consacrés exclusivement à l’arabe littéral, la très grande majorité se rapporte à l’« arabe vulgaire » en usage en Algérie, qui fait alors son entrée dans le domaine de l’imprimé et dont l’écriture – sauf exception – est réalisée en caractères arabes et, souvent parallèlement, en transcription latine, une pratique déjà inaugurée pour l’arabe proche-oriental.

Les premiers ouvrages d’apprentissage de l’arabe algérien

12Au début du xixe siècle, l’enseignement des langues vivantes – européennes et orientales – était conçu sur le modèle du latin. Leur apprentissage reposait sur l’étude théorique de la grammaire que complétaient la lecture de textes et l’utilisation de vocabulaires ; la connaissance de la langue écrite était perfectionnée par des exercices de thème et de version, et l’entraînement à la conversation par la mémorisation de phrases usuelles réunies dans des collections de « dialogues ». Les ouvrages d’apprentissage de l’arabe répondaient eux aussi à cette conception et grammaires, lexiques, textes et exercices donnaient lieu à des publications distinctes, ou se trouvaient réunis en volumes.

  • 20 La plupart de ces interprètes juifs, en 1830, ont été recrutés à Tunis.
  • 21 On trouvera une information plus précise sur les auteurs de manuels dans le Dictionnaire des orient (...)

13Élaborés d’abord en France, les tout premiers ouvrages d’apprentissage de l’arabe algérien sont le reflet d’une production réalisée dans l’urgence par des auteurs dépourvus des connaissances linguistiques suffisantes, mais parfois assistés par des informateurs du Maghreb souvent juifs20. La mention par Jean-Joseph Marcel, ancien directeur de l’Imprimerie générale en Égypte21, dans son Vocabulaire français-arabe du dialecte vulgaire d’Alger, de Tunis et de Marok, à l’usage des militaires français (Paris, A.-J. Dénain, 1830, 141 p.), de l’interdiction faite aux juifs des « États barbaresques » d’utiliser l’alphabet arabe en liant les caractères n’est sans doute pas fortuite. Le vade-mecum commandé au début de l’année 1830 par le ministère de la Guerre à Benjamin Vincent, ancien élève de l’École des langues orientales et futur « secrétaire-interprète attaché à l’armée d’expédition », renferme des indices comparables.

B. Vincent, Vocabulaire français-arabe, 1830. Page de titre.

B. Vincent, Vocabulaire français-arabe, 1830. Page de titre.

BNF, Littérature et Art, X-6497

  • 22 « Nota. Dans la langue arabe vulgaire, et surtout chez les Barbaresques, on remplace presque toujou (...)
  • 23 L’usage systématique de enti comme pronom de la deuxième personne du masculin singulier (attesté ch (...)

14Intitulé Vocabulaire français-arabe, suivi de dialogues à l’usage de l’armée d’expédition d’Afrique (Paris, Firmin Didot, 1830, xi-104 p.), l’ouvrage est calqué sur le Vocabulaire français-arabe publié au Caire en 1799 par Jean-Joseph Marcel. Les modèles de conjugaison qui y sont fournis attestent l’ignorance par Vincent des spécificités des parlers maghrébins ; une note, introduite comme in extremis à la fin de la partie consacrée aux verbes, y apporte cependant un rectificatif partiel22. Dans la rubrique lexicale sont signalés un certain nombre de termes « propres au dialecte de Barbarie », placés systématiquement en dernière position dans l’entrée où ils figurent. Quant aux « phrases familières » contenues dans l’ouvrage, elles sont données dans un arabe caractéristique des juifs d’Alger23. Par ailleurs, la Grammaire élémentaire d’arabe vulgaire, ou algérienne à l’usage des Français (Paris, Didot, 1832, 96 p.) publiée par Joanny Pharaon, fils d’un ancien interprète « égyptien » de Bonaparte réfugié en France en 1802, et lui-même interprète de l’armée d’Afrique, traduit, au-delà d’une méconnaissance de l’arabe algérien, une piètre formation d’arabisant, et un certain nombre de phrases de dialogues contenues dans l’ouvrage sont manifestement empruntées au vade-mecum de Vincent. Récusant ce travail, Pharaon fait paraître l’année suivante, sous le titre de Traité abrégé de la grammaire arabe, simplifiée et modifiée, à l’usage des personnes qui se livrent à l’étude de cette langue (Alger, Imprimerie du gouvernement, 1833, viii-64 p.), un ouvrage moins fautif. Un net progrès est accompli quand Caussin de Perceval intègre à son premier travail, paru en 1824, des remarques relatives à l’arabe maghrébin systématiquement distingué de celui de l’Orient. Parue en 1833, sa Grammaire arabe vulgaire pour les dialectes d’Orient et de Barbarie (Paris, Dondey-Dupré, xv-172-12 p.) est rééditée plusieurs fois (4e éd. en 1858).

  • 24 Ainsi la transcription en caractères latins des conjugaisons est plus fréquente, les observations c (...)
  • 25 Cette règle peut néanmoins être respectée quand, en dehors de l’exposé grammatical théorique, des t (...)
  • 26 Voir Aziza Boucherit, « Les fonctions verbales de la particule ra- dans les manuels de grammaire et (...)
  • 27 Voir Sylvette Larzul, « Grammatisation et lexicographie de l’arabe algérien au xixe siècle », Syner (...)

15À la suite de cette phase de tâtonnements, c’est sur le sol de l’ancienne régence d’Alger que sont réalisés les premiers manuels exclusivement consacrés à l’arabe algérien. En composant ses Principes de l’idiome arabe en usage à Alger (Alger, J.-B. Philippe, 1836, 154 p. ; rééd. en 1839 et 1845), Jean-Honorat Delaporte, secrétaire-interprète de l’intendance civile à Alger, réalise le premier essai de grammatisation de l’arabe algérien. Il est suivi par Alexandre Bellemare, secrétaire-interprète au ministère de la Guerre, qui fait paraître une Grammaire arabe (idiome d’Algérie) à l’usage de l’armée et des employés civils de l’Algérie (Paris, Hachette, 1850, vii-196 p.). Plus complet et plus étoffé que le précédent24, ce manuel connaît aussi une heureuse fortune puisqu’il est réédité six fois jusqu’en 1867. Parallèlement, la « Grammaire française-arabe » contenue dans L’Idiome d’Alger (Alger, Brachet et Bastide, 1838, 370 p.) de Roland de Bussy, qui fait carrière comme directeur de l’Imprimerie du gouvernement et du Moniteur algérien et comme conseiller de préfecture, jouit aussi d’une large diffusion (rééd. en 1843 et 1847), même si elle est due à un arabisant moins qualifié. Ces travaux présentent l’information linguistique conformément à la tradition orientaliste antérieure : ils reprennent le découpage des parties du discours hérité de la grammaire latine et, sous les appellations d’« idiome arabe en usage à Alger » ou d’« idiome d’Algérie », restent fidèles au concept d’« arabe vulgaire », inadapté à une grammatisation satisfaisante des parlers arabes. N’appréhendant qu’imparfaitement le système vocalique et la structure syllabique de l’arabe algérien, les auteurs conservent dans leurs transcriptions maintes voyelles superfétatoires et ne formalisent jamais le ressaut vocalique caractéristique des parlers maghrébins25. Envisageant la langue arabe à partir de la langue française et systématisant par exemple la traduction de « être » et « avoir », ils aboutissent aussi à une surreprésentation de certaines formes grammaticales26. C’est seulement avec le développement de la dialectologie au tournant du siècle qu’est rendue possible une meilleure approche de la grammaire de l’arabe algérien27.

  • 28 L’ouvrage est réédité en 1869 et 1885 sous le titre Dictionnaire français-arabe des dialectes vulga (...)

16La période 1830-1870 voit aussi l’élaboration des premiers dictionnaires d’arabe algérien, sous forme bilingue arabe-français et français-arabe. Paraissent ainsi des ouvrages réalisés sur le terrain, desquels se trouvent écartés les termes en usage dans le Levant qui figuraient par exemple dans le très répandu Vocabulaire français-arabe des dialectes vulgaires africains, c’est-à-dire d’Alger, de Tunis, de Marok et d’Égypte (Paris, C. Hingray, 1837, xvi-574 p.) dû à Jean-Joseph Marcel28. Parmi les premiers travaux lexicographiques réalisés en Algérie, dans lesquels les termes sont recueillis de la bouche des autochtones et plusieurs fois vérifiés, figure le Dictionnaire français-arabe (idiome parlé en Algérie) (Paris, Hachette, 1850, xx-911-9 p. ; réédité en 1860 et 1872) d’Adrien Paulmier, ancien conseiller à la cour d’appel d’Alger. Strictement fondé sur le dialecte d’Alger, cet ouvrage est complété par le Dictionnaire français-arabe pour la conversation en Algérie (Paris, Hachette, 1872, xxiv-626 p.) d’Auguste Cherbonneau, qui couvre une aire plus vaste, l’auteur ayant enseigné non seulement à Alger (1863-1879), mais aussi à Constantine (1847-1862). Dans le sens arabe-français, le grand œuvre est le Dictionnaire pratique arabe-français contenant tous les mots employés dans l’arabe parlé en Algérie et en Tunisie ainsi que dans le style épistolaire, les pièces usuelles et les actes judiciaires (Alger, Bouyer, 1871, xii-764-xvi p., lithogr.) dû à Marcelin Beaussier, « interprète principal de l’armée d’Algérie ».

  • 29 Supplément au Dictionnaire pratique arabe-français de Marcelin Beaussier, Alger, La Maison des livr (...)
  • 30 Marcelin Beaussier, Mohamed Ben Cheneb et Albert Lentin, Dictionnaire pratique arabe-français (arab (...)

17D’une grande richesse, il enregistre les variantes locales et régionales ainsi que le vocabulaire moderne, emprunté notamment au français ; il recense cependant moins largement le lexique du département de Constantine, mais a été complété par Mohamed Ben Cheneb (éd. de 1931) et Albert Lentin29, et il reste jusqu’aujourd’hui un ouvrage de référence, réédité en 200630.

M. Beaussier, Dictionnaire pratique arabe-français, 1871. Page de titre.

M. Beaussier, Dictionnaire pratique arabe-français, 1871. Page de titre.

BNF, Littérature et Art, X-868

  • 31 Des recueils manuscrits de poèmes en arabe parlé servant d’aide-mémoire pour chanteurs devaient exi (...)

18La fourniture de textes aux apprenants de l’arabe algérien est une question particulièrement délicate car, s’il est possible de se procurer des écrits en « moyen arabe », notamment des lettres, il n’existe que peu d’enregistrements scripturaux du parler algérien31. Des textes doivent donc être fabriqués, ce qui n’est d’ailleurs nullement contraire à la pratique de l’époque. Depuis la fin du xviiie siècle, se sont en effet multipliés des recueils de « dialogues familiers » conçus pour l’entraînement à la conversation dans les langues européennes. Il s’agit de manuels bilingues qui donnent dans des chapitres thématiques – souvent brefs – les formules modèles correspondant aux actes de paroles les plus courants et aux situations de communication de la vie quotidienne. Traduites d’une langue à l’autre, ces phrases stéréotypées doivent être apprises par cœur.

  • 32 La table des matières l’atteste : I. Pour saluer et faire des compliments [comprenant] Phrases bana (...)
  • 33 S’il ne semble pas que l’auteur utilise une source unique, il a néanmoins pu se servir des Dialogue (...)
  • 34 Nous avons conservé dans les citations les transcriptions des textes originaux.

19Dès 1837, Jean-Honorat Delaporte publie un Guide de la conversation française-arabe ou Dialogues avec le mot-à-mot et la prononciation […] en caractères français (Alger, impr. du gouvernement, vii-87 p.). Conçu pour répondre aux situations d’échange dans la vie quotidienne32, le texte connaît un succès durable puisqu’il est réédité en 1841, 1846 et 1908. Cet ouvrage se caractérise par une adaptation inachevée des textes sources, c’est-à-dire des modèles fournis par les nombreux Dialogues français-anglais et français-allemands en circulation33. En effet, si Delaporte introduit dans son texte des prénoms arabes et des toponymes locaux ainsi que des chapitres tels que « Pour le bain maure » ou « Pour une expédition militaire », il ne mène pas à terme le travail entamé puisque apparaissent dans plusieurs chapitres des situations décalées : par exemple, sous sa plume sévit à Alger un temps particulièrement froid et agité et les jeunes patientes françaises consultent leur médecin en s’exprimant dans le dialecte du pays. La sujétion à l’hypotexte explique aussi la présence d’expressions calquées sur le français comme « rani nbous bieddek34 » (« Je vous baise les mains ») (éd. 1841, p. 2) ou « dhehar li mecha el-hhal iia nqoumou men fouq eth-thabla » (« Je crois qu’il est temps de nous lever de table, il doit être tard ») (éd. de 1841, p. 62), qui renvoient à des situations étrangères aux mœurs arabes. Les choix lexicaux de l’auteur privilégient néanmoins l’usage. Delaporte déclare, dans sa préface, avoir « évité de donner des termes inusités » et ses Dialogues renferment un nombre non négligeable d’emprunts à l’italien et à l’espagnol, signalés en note.

  • 35 Les références renvoient à l’édition de 1841.

20Sont mentionnés comme tirés de l’espagnol, les termes suivants35 : el-faltha (la faute) (p. 12) ; gousthou (plaisir) (p. 14) ; el-ounour (l’honneur) (p. 16) ; librou (livre) pl. librouat (p. 17) ; malou (mauvais : chouf el-bhhar malou bez-zaf, voyez comme la mer est mauvaise) (p. 40) ; berrith-ti (mon chapeau) (p. 79) ; el-kathri (la couchette) de catre (p. 132).

  • 36 Delaporte ne mentionne qu’un seul terme dérivé du turc (qoulaï « facilement », p. 141) et il signal (...)

21Sont, par ailleurs, indiqués comme emprunts à l’italien : berracheka (tempête) (p. 29) ; qalma (calme) (p. 33) ; sigourou (assurément) de securo (p. 40) ; ouzansa franssissa (façon française) de usanza (p. 85) ; oukanda (auberge) de locanda (p. 87)  ; aouna (aune) de ouna (p. 103) ; poulga (purge) de purga (p. 108) ; el-guerra (la guerre) de guerra (p. 129) ; passadjir (passagers) de passaggieri (p. 132) ; nfachekarou (nous prenons l’air : iia nemchiou nfachekarou, allons prendre l’air) de frescare (p. 143)36.

22Pareille option est loin cependant de faire l’unanimité. Auguste Martin, « interprète de l’armée d’Afrique », auteur de Dialogues arabes-français, avec la prononciation arabe figurée en caractères français (Paris, Théophile Barrois, 1847, xii-208 p.), indique dans la préface de son ouvrage que ses « dialogues, bien qu’écrits à Constantine, seront d’un usage également utile dans toutes les autres parties de l’Algérie ». Il est vrai qu’il récuse le choix linguistique de son prédécesseur :

Nous nous sommes attachés à parler toujours le langage des gens polis et bien élevés, et nous avons cru devoir bannir de nos dialogues toutes ces phrases de carrefour, qu’il est utile sans doute de ne pas ignorer, mais que l’on n’apprend généralement que trop vite et sans étude. Nous avons également écarté avec un soin scrupuleux toutes les expressions étrangères à la langue arabe, et qu’un usage barbare a fait prévaloir dans le langage des Maures d’Alger et de quelques autres villes du littoral. (p. viii-ix)

  • 37 Dialogues français-arabes : recueil des phrases les plus usuelles de la langue parlée en Algérie, A (...)

23Dans les années 1840, les collections de dialogues se départissent aussi des anomalies culturelles que contenait celle de Delaporte, et le travail de Martin est à cet égard exemplaire. Cependant, d’autres recueils présentent une tendance à l’accentuation de la couleur locale : ainsi, dans la troisième édition de L’Idiome d’Alger de Roland de Bussy, qui date de 1847, la ville d’Alger est évoquée comme une cité d’anciens corsaires. Mais ce sont surtout les publications postérieures qui introduisent une coloration exotique. En 1872, le même Roland de Bussy exploite dans un nouvel ouvrage37 le scénario du voyage en Algérie : entre le premier chapitre, intitulé « Au débarquement », et le dernier, « Adieux et réponses aux adieux », le voyageur fait un certain nombre de visites (la Casbah, le marabout de sidi Ben Nour à la Bouzaréa…), s’adonne à son art favori, la peinture, se rend au bain maure et dans une maison close (« Avec une dame mauresque ») et entame même l’étude de la langue arabe. Ce texte apparaît néanmoins comme plus représentatif du dernier quart du xixe siècle que de la période pionnière des années 1830-1871.

  • 38 Les Fables de Lokman, adaptées à l’idiome arabe en usage dans la Régence d’Alger suivies du mot à m (...)
  • 39 Prudent Vignard et Auguste Martin, Choix de fables tirées de Lafontaine [sic] et écrites en arabe v (...)
  • 40 Adrien Paulmier, Histoire de Gil Blas de Santillane. Traduction dans l’idiome parlé en Algérie des (...)
  • 41 Voir p. 598-613.
  • 42 Recueil de textes pour l’étude de l’arabe parlé, Paris, E. Leroux, 1891.
  • 43 Enseignement de l’arabe dialectal d’après la méthode directe, Blida, Impr. d’A. Mauguin, 1904-1905, (...)

24Si la composition de dialogues est très prisée par les auteurs de manuels, ceux-ci n’entendent pas se limiter à ce genre et, en l’absence de textes disponibles dans le parler algérien, ils entreprennent des traductions. Ainsi, en 1835, Jean-Honorat Delaporte met en arabe algérien les Fables de Luqmān38, grand classique de la pédagogie de l’arabe en Europe depuis le xviie siècle. En 1854, est traduit en arabe algérien un choix de Fables de La Fontaine39 et, en 1850, le livre premier de Gil Blas de Santillane de Lesage40. Certains arabisants – parmi les plus éminents – s’efforcent par ailleurs de fournir quelques textes authentiques du parler algérien, ce qui suppose de leur part un travail préalable de collecte et de notation par écrit. Cherbonneau donne dans ses Exercices pour la lecture des manuscrits arabes (Paris, Hachette, 1850, 80 p. ; 2e éd., 1853, 80 et 76 p. avec « figuration et traduction française ») une collection de dix « Historiettes » en arabe parlé algérien, qui ont été recueillies, selon toute vraisemblance, dans le milieu constantinois avec lequel il était en contact. Dans son Cours pratique et théorique de langue arabe, Bresnier édite aussi une « légende arabe41 » dans le « style oral d’Alger » . Même si ces textes représentent encore peu de chose, leurs éditeurs n’en apparaissent pas moins comme les précurseurs du mouvement d’enregistrement de la littérature orale entamé à la fin du xixe siècle dans une perspective ethnographique et auquel participeront des auteurs de manuels comme Gaëtan Delphin42 et Joseph Desparmet43.

  • 44 En 1844, le ministère de la Guerre chargea une commission d’établir pour l’Algérie un mode uniforme (...)
  • 45 Dans l’avertissement figurant en tête de leur Dictionnaire de poche français-arabe et arabe-françai (...)

25Au bout du compte, on voit qu’un effort important a été déployé durant la période 1830-1871 pour fournir des textes en arabe algérien. Généralement accompagnée d’une traduction mot à mot et/ou en « français correct », leur édition est presque toujours réalisée en graphie arabe et les spécificités maghrébines de l’alphabet habituellement observées ; pour en faciliter la lecture – l’écriture arabe ne notant pas les voyelles – le texte est souvent répété en graphie latine. Néanmoins, en dépit de l’établissement d’une norme44, la plus grande disparité n’a jamais cessé de régner parmi les systèmes de transcription adoptés. Mais, plus que cette hétérogénéité, c’est la maîtrise imparfaite des mécanismes du parler par les auteurs, associée à leur difficulté de se détacher complètement de l’arabe littéral, qui est à l’origine d’une transcription souvent quelque peu approximative45. Ils insistent tous d’ailleurs sur l’impérative nécessité d’acquérir une prononciation correcte par la fréquentation des autochtones.

Une coproduction

  • 46 L’interprète militaire Tahar ben Neggad, qui enseigne de 1851 à 1854 à l’école arabe-française de C (...)
  • 47 Titre complet : Éléments de la phraséologie française avec une traduction en arabe vulgaire (idiome (...)
  • 48 Nous conservons les noms des auteurs et des contributeurs tels qu’ils figurent dans les ouvrages qu (...)

26Cette production d’outils d’apprentissage de l’arabe algérien – à usage très largement extra-scolaire – est le résultat d’une collaboration étroite entre des arabisants dont la connaissance de la langue reste encore imparfaite et des autochtones susceptibles de les faire profiter de leur compétence linguistique. Les signataires des textes, presque exclusivement français46, sont en général peu diserts sur la question ; quelques auteurs, cependant, comme pour garantir la valeur de leurs ouvrages, mentionnent la contribution apportée par les « indigènes » (parfois les « savants indigènes ») qu’ils ont consultés ou qui ont vérifié leur travail. Les noms de ces collaborateurs ne sont cités que de manière exceptionnelle, mais ils suffisent néanmoins pour que l’on puisse généralement les définir comme des lettrés entrés au service de l’administration française, et évoluant le plus souvent dans l’entourage professionnel de l’auteur officiel. Cherbonneau indique dans la préface de ses Éléments de la phraséologie française47 que l’autographie de la traduction arabe du texte français a été réalisée par l’un de ses meilleurs élèves, Si Salah ben el-Antéri48, par ailleurs « secrétaire attaché à la direction divisionnaire des Affaires arabes » et auteur d’une histoire de Constantine sous les Turcs : il est cependant permis de penser que celui-ci a apporté au prolixe auteur que fut le professeur de Constantine une aide plus conséquente que celle qui lui a effectivement été reconnue. Quant à Beaussier, auteur du célèbre Dictionnaire pratique arabe-français, il cite parmi ses informateurs, dans l’avant-propos de l’ouvrage, Si Mohammed ben Omar, khodja de la direction divisionnaire des Affaires arabes de la division d’Alger, Si Ali ben Smaia, khodja du Bureau arabe d’Alger, et le brigadier de spahis, Mazouz ben Abderrahmane, natif de Mostaganem, auxquels il ajoute Si Hassen ben Brihmat, directeur de la medersa d’Alger, président du Conseil de droit musulman, qui, dit-il, « m’a aidé de ses connaissances spéciales et facilité la traduction des formules souvent assez obscures des actes judiciaires ». Enfin, Paulmier, « ancien conseiller à la cour d’appel d’Alger », écrit dans la préface de son dictionnaire français-arabe : « Il nous eût été impossible de remplir notre tâche sans le concours qu’ont bien voulu nous prêter Si H’ammed Bou Gandoura, Mouh’ammed R’’oudja [H̲ūǧa] Ben H’affaf et Daninos, les deux premiers, assesseurs, et le troisième, interprète près de la cour d’appel et les tribunaux d’Alger. Tout le monde en Algérie connaît leur instruction. Leurs noms garantissent l’exactitude des matériaux qu’ils nous ont fournis. » Le même auteur reconnaît la contribution décisive apportée par Mouh’ammed R’’oudja Ben H’affaf à la traduction dans « l’idiome parlé en Algérie » du livre premier de l’Histoire de Gil Blas de Santillane. De manière tout à fait exceptionnelle, il fait apparaître le nom du co-auteur sur la page de titre, dans la formule « ouvrage composé et vérifié par Mouh’ammed R’’oudja Ben H’affaf ».

  • 49 Martin évoque, quant à lui, dans la préface de ses Dialogues arabes-français, le contact difficile (...)

27Les auteurs se plaignent généralement de la difficulté d’obtenir de leurs informateurs des renseignements fiables, à l’instar de Beaussier, qui écrit dans l’avant-propos de son Dictionnaire que les « personnes qui se sont trouvées en contact suivi avec les indigènes […] savent combien il est difficile de tirer d’eux, même des plus savants, un renseignement précis49 ». Dans la préface de sa traduction de Gil Blas de Santillane, Paulmier fournit cependant un témoignage différent, que nous citons très largement car il donne une information rare sur les modalités de la collaboration entre arabisants français et informateurs « indigènes » et atteste le sérieux apporté à l’exécution du travail :

Nous n’avons pas hésité à prendre un collaborateur arabe. Ce qu’il fallait surtout éviter, c’était d’habiller (qu’on nous pardonne cette expression) du français en arabe. Pour éviter plus sûrement les gallicismes, nous avons fait choix d’un indigène d’Alger sachant parfaitement sa langue maternelle et versé dans l’arabe littéral, mais ne parlant pas français. À l’aide de l’arabe parlé que nous possédions, nous faisions passer l’idée exprimée dans l’ouvrage français dans sa tête arabe, et nous recueillions de sa bouche les mots qui la rendaient dans l’idiome parlé en Algérie. Nous les fixions au moyen de l’écriture ainsi que leur prononciation ; et il vérifiait ensuite, de ses yeux, leur orthographe. Nous avions soin, avant d’arrêter la traduction, de comparer les phrases qu’il nous avait données avec le texte français, pour nous assurer que tout était traduit et que rien n’avait été ajouté. Pour nous assurer en outre que les modifications faites successivement à chaque phrase n’avaient pas nui à la correction du style, nous le laissions libre, en définitive de sa construction […]. La révision de l’ouvrage entier a été faite, en présence du texte français, par notre collaborateur et par nous, à cinq reprises différentes […]. Sans le concours du savant indigène Mouh’ammed R’’oudja Ben H’affaf, notre œuvre eût été impossible à accomplir. On a vu, par notre exposé, quelle part il a prise à son exécution. Qu’il reçoive ici de nouveau tous nos remercîments de son amitié et de sa persévérance dans nos travaux soutenus pendant huit années.

Des ouvrages en adéquation avec le contexte colonial

  • 50 « Ida ma touesselnach melihh aou taghder ouilla tehreb nektaā raçak » : Benjamin Vincent, Vocabulai (...)
  • 51 Ibid., p. 70-88.

28Les ouvrages élémentaires d’apprentissage de l’arabe algérien dont il vient d’être question ne peuvent être détachés du contexte colonial dans lequel ils sont produits. Si certains travaux comme les éditions et les traductions de fables ou de contes n’y font pas référence, d’autres comme les « dialogues » évoquent, au moins dans le chapitre « Pour une expédition militaire », qu’ils renferment systématiquement, une situation dans laquelle la violence coloniale se trouve motivée par la trahison des « indigènes » ou leur refus d’obéir. La menace « Je vous ferai couper la tête si vous vous conduisez mal, si vous nous trahissez, si vous cherchez à nous échapper50 » est présente dans chacun des recueils, sous cette forme ou une variante. À l’opposé, l’occupant qui paie comptant tout ce qu’il acquiert, bois, chevaux, fourrage, farine51… paraîtrait quasiment légitime !

29La majorité des textes du corpus ne formulent cependant pas explicitement de semblables jugements. Il n’en reste pas moins que leur conception pour des usages professionnels, en rapport direct avec le contrôle du territoire et son administration, ne permet pas de les considérer comme des ouvrages purement didactiques. Ainsi, le titre complet de l’ouvrage de Beaussier, Dictionnaire pratique arabe-français contenant tous les mots employés dans l’arabe parlé en Algérie et en Tunisie ainsi que dans le style épistolaire, les pièces usuelles et les actes judiciaires, indique clairement l’intention de l’auteur d’être utile aux interprètes civils, judiciaires et militaires. De la même manière, Bellemare place en annexe de sa Grammaire arabe (Idiome d’Algérie) des « exercices » qui intéressent plus particulièrement les cadres de l’armée, comme un « dialogue sur des matières […] spéciales aux militaires » et une « Lettre du Kaïd de la tribu des Aribs au général d’Erlon, gouverneur général de l’Algérie », dans laquelle le chef déclare se réjouir de l’arrivée des Français et leur fait allégeance.

  • 52 Sur l’importance de la correspondance administrative entre caïds et autorités françaises, voir Cole (...)
  • 53 Il s’agit de recueils de modèles de lettres de tous genres, privées et publiques, et notamment de m (...)

30Cette adéquation entre le contenu des manuels et des besoins professionnels spécifiques apparaît de manière encore plus franche dans les ouvrages spécialisés composés pour répondre à la demande des personnels de l’administration, qu’il s’agisse des interprètes militaires ou judiciaires, des personnels des bureaux arabes ou des employés de l’administration civile et de la justice qui doivent être à même de déchiffrer un document manuscrit comme de rédiger une lettre administrative ou un acte officiel52. À leur usage sont constituées des collections de pièces authentiques, dans la tradition des recueils arabes ou turcs d’inchā’53. Ainsi, Cherbonneau publie en 1850 des Exercices pour la lecture des manuscrits arabes, dont la deuxième édition datant de 1853 (Paris, Hachette, 80-73 p.) en donne « la figuration et la traduction en français ». L’autographie réalisée par Auguste Gorguos adopte nombre de graphies et de styles différents, plus ou moins difficiles à déchiffrer. La première partie contient des pièces officielles, telles que des actes et des circulaires, écrites en arabe littéral et vocalisées par souci pédagogique. La seconde se compose de lettres en « arabe vulgaire écrit ». Cherbonneau dit avoir recueilli les documents auprès d’Européens et de musulmans. Mais l’ouvrage le plus important en la matière est dû à Bresnier, un puriste qui entend néanmoins être utile aux employés de l’administration. Dès 1840, il fait paraître sous forme d’autographie une Chrestomathie arabe vulgaire, recueil de pièces diverses, de lettres et d’actes arabes de différents styles, écrits à Alger ou dans la Régence, avec la traduction en regard et des notes philologiques. Les éditions suivantes utilisent des caractères typographiques et sont régulièrement enrichies. Celle de 1846 (Alger, impr. du Gouvernement, iv-324 p.) est augmentée d’une notice sur les successions musulmanes, accompagnée d’un tableau synoptique des partages et celle de 1857 d’une concordance inédite des calendriers grégorien et musulman (rééd. en 1867 et 1871).

  • 54 Le « Choix d’actes arabes » contenu dans l’ouvrage traite des questions suivantes : mariage, divorc (...)
  • 55 Des ouvrages du même type mais plus modestes sont publiés par Xavier Dumont, Guide de la lecture de (...)

31La richesse de cet ouvrage renfermant une abondante correspondance officielle, parfois antérieure à 1830, ainsi que des actes et des jugements émanant des « tribunaux indigènes54 » en a fait un modèle du genre largement diffusé55.

L.-J. Bresnier, Chrestomathie arabe, 1857. Frontispice en couleur et page de titre.

L.-J. Bresnier, Chrestomathie arabe, 1857. Frontispice en couleur et page de titre.

BNF, Littérature et Art, X-6444

  • 56 William Marçais témoigne de la pratique de l’arabe par les colons jusqu’au début du xxe siècle : «  (...)

32Le contexte colonial suscite aussi la composition de lexiques et de « dialogues » à l’usage de professions en contact direct avec la population indigène. Dans les premières décennies de la conquête, les autorités françaises instaurent une politique de colonisation qui attire dans les campagnes algériennes des Européens ignorant tout de la langue arabe. Pour donner des ordres à leurs employés ou s’approvisionner sur le marché local, il est nécessaire pour eux de s’exprimer un tant soit peu dans la langue vernaculaire. L’interprète Henri Cotelle publie en 1850 un ouvrage destiné à répondre à leur besoin : Le Langage arabe ordinaire ou Dialogues arabes élémentaires, destinés aux Français qui habitent l’Afrique ou que leurs occupations retiennent à la campagne ou dans les différentes localités de l’Algérie (Alger, Dubos Frères, 1850, 121 p.). Outre un exposé très succinct des « Principes élémentaires de la langue » (p. 11-22), l’ouvrage contient un « Vocabulaire » ciblé, essentiellement thématique (p. 23-40) : Verbes les plus usuels (au nombre de 41) ; Objets que l’on trouve dans une campagne ; Animaux et ce qui les concerne ; Harnais ; Ce qu’on voit dans la campagne ; Céréales, graines et légumes ; Instruments de travail et de labourage ; Principaux arbres ; Fleurs, arbustes et fruits. Y font suite quelques dialogues en rapport avec un environnement rural et des activités agricoles (p. 43-111) : chapitre 1, Le matin ; chapitre 2, Le soir ; chapitre 3, Le marché ; chapitre 4, La chasse ; chapitre 5, Jardin potager et jardinage ; chapitre 6, Achat de denrées ; chapitre 7, [sans titre] [À l’auberge]  ; chapitre 8, Numération. Le texte de Cotelle est réédité plusieurs fois jusqu’en 1875, tant que se poursuit la politique de petite colonisation et que les propriétaires ne pratiquent pas encore l’absentéisme56.

33Dans un domaine différent, Florian Pharaon, « ancien interprète de l’armée d’Afrique », fait paraître en association avec le Dr Émile-Louis Bertherand un Vocabulaire français-arabe à l’usage des médecins, vétérinaires, sages-femmes, pharmaciens, herboristes, etc. (Paris, A. Morel, 1860, vii-204 p.). Il cherche à y traduire « de la façon la plus correcte et la plus intelligible » « les mots qui n’existent pas dans le langage habituel des Arabes ». Le lexique, qui compte 188 pages, est complété par un « Questionnaire arabe » de 15 pages (p. 189-204), qui donne les phrases utiles pour poser un diagnostic (grossesse, fièvre, folie…) ainsi que les formules nécessaires à l’indication du traitement (saignée, amputation…). L’ouvrage ne semble pas avoir été réédité : il est vrai que certains « dialogues » généralistes fournissaient un lexique médical étendu et spécialisé.

34En définitive, la plupart des ouvrages d’arabe algérien des années 1830-1871 ne peuvent être dissociés d’une visée coloniale car c’est souvent en fonction de leur utilité pour le contrôle et l’administration du territoire que le vocabulaire et les textes qu’ils renferment sont sélectionnés. Par ailleurs, en marge de cette production de manuels essentiellement pratiques, quelques textes sont inspirés par l’idéologie saint-simonienne qui influence la politique du « royaume arabe » de Napoléon III. Tel est le cas d’un ouvrage publié en 1858 par Auguste Cherbonneau, Dialogues arabes, à l’usage des fonctionnaires et des employés de l’Algérie ou Kitāb al-muẖāṭabāt fī-mā yaḥtāǧu-hu l-‘Arab min al-wulāt (Alger, Dubos frères, iv-233 p.), dont le titre bilingue indique l’intention de l’auteur de s’adresser à un double public. À destination des fonctionnaires français sont composés des chapitres ayant trait à l’état civil ainsi qu’aux plaintes et aux réclamations que traitent les bureaux arabes. Mais l’originalité de l’ouvrage réside dans les dialogues plus spécialement destinés aux « indigènes » et qui constituent autant d’argumentaires étayant les idées développées sur l’Algérie par les saint-simoniens. Dans le chapitre premier, « Entretien d’un Préfet en tournée avec le Caïd d’une tribu », le représentant des autorités françaises apparaît sous les traits du « bon pasteur » prodiguant des conseils – cultiver des plantes industriellement et construire en dur – dont l’application ne manquerait pas d’engendrer une prospérité nouvelle. Dans le chapitre suivant, un Algérien est instruit des démarches administratives à entreprendre pour solliciter une concession de terre, en même temps que lui sont exposés les avantages de la culture et du reboisement. Plus loin, c’est un père de famille qui se laisse convaincre d’inscrire son fils à l’école arabe-française, où un directeur français et un maître musulman dispensent gratuitement les cours.

Les manuels des écoles arabes-françaises

  • 57 Le décret du 14 juillet 1850 crée six « écoles musulmanes-françaises » pour les garçons, à Alger, C (...)
  • 58 Le programme d’étude des écoles arabes-françaises portait sur la lecture et l’écriture de l’arabe e (...)
  • 59 La conception bilingue des manuels des écoles arabes-françaises peut être rapprochée d’une pratique (...)

35Le programme des saint-simoniens connut un début de réalisation avec la création en 1850 des écoles arabes-françaises57, suivie par celle des collèges arabes-français d’Alger et de Constantine, respectivement en 1857 et 1863. Créés pour accueillir des élèves musulmans, ces établissements étaient néanmoins ouverts aux enfants européens et une petite minorité les fréquenta effectivement. Affranchis de l’enseignement traditionnel des humanités, ils visaient à former une élite de cadres intermédiaires destinés à servir dans l’administration. Pour ces établissements furent composés une dizaine de manuels spécifiques, parmi lesquels des ouvrages pour l’apprentissage de la lecture en arabe qui font partie intégrante de notre corpus. Les autres – conçus pour l’apprentissage de la lecture en français et l’enseignement de disciplines modernes comme la géographie58 – y ont également été intégrés en raison de leur caractère bilingue59 et de l’information qu’ils apportent sur les variétés d’arabe enseignées et les solutions adoptées pour traduire en arabe les mots de la modernité.

  • 60 La citation qui suit est tirée de Coutumes, institutions, croyances des indigènes de l’Algérie, tra (...)

36Concernant l’apprentissage de la lecture en arabe, il faut distinguer arabe parlé et arabe littéral. Cette dernière variété est la seule enseignée dans les msīd-s ou kuttāb-s (« écoles coraniques »), où l’élève progresse individuellement et fait usage d’une planchette (lawḥ) effacée au fur et à mesure de son avancement, tandis que dans les écoles arabes-françaises est dispensé un enseignement collectif fondé sur l’utilisation du tableau noir et de manuels. Les auteurs d’ouvrages d’apprentissage de la lecture en arabe littéral s’inspirent cependant de la progression suivie dans les kuttāb-s, où l’élève, après avoir appris à nommer les lettres de l’alphabet et à en connaître les points diacritiques (an-naqţ), était mis en mesure de les lire suivant l’orthoépie de l’arabe classique, grâce à l’indication de la vocalisation (aḍ-ḍabṭ). Desparmet décrit cet enseignement au début du xxe siècle60 :

  • 61 N. D. T. A-nçab veut dire : « a avec une naçba », c’est-à-dire avec une voyelle a.
  • 62 N. D. T. An-naççabtīn signifie : « a avec deux naçbas », c’est-à-dire avec deux voyelles a ou tanou (...)
  • 63 N. D. T. I-khfad’ signifie : « i [= a] avec une khafd’a », c’est-à-dire avec une voyelle i. L’alif (...)
  • 64 N. D. T. In-khfad’tīn veut dire « i [= a] avec deux khafd’as », c’est-à-dire avec deux voyelles i o (...)
  • 65 N. D. T. Ou-rfa‘ signifie : « ou [= a] avec une raf‘a », c’est-à-dire avec une voyelle ou.
  • 66 N. D. T. Oun-rfa‘tīn veut dire : « ou [= a] avec deux raf‘as », c’est-à-dire deux voyelles ou ou ta (...)
  • 67 N. D. T. A-ouāqef signifie : « a avec une ouaqfa », c’est-à-dire avec un soukoûn ou djezm, c’est-à- (...)

L’enfant, quand il entre à l’école, reçoit du maître une planchette où celui-ci a écrit, d’un côté : « Louanges à Dieu, Maître des Mondes », et de l’autre, l’alphabet arabe : a, b, t, th, dj, h’, kh, etc. En les lui écrivant, il lui en apprend les noms en arabe et en même temps les désigne du doigt, jusqu’à ce que l’élève connaisse le son de toutes les lettres. À ce moment le maître lui enseigne les points diacritiques, en lui disant, l’alif (a) n’a pas de point, le (b) a un point dessous ; le (t) en a deux dessus, etc. Quand tout ceci est assimilé, le maître lui écrit toutes ces lettres avec une voyelle a et lui dit : « a-nçab61, ba-nçab, ta-nçab, tha-nçab, etc. ». Il lui écrit ensuite : an, ban, tan, than, etc. et lui dit : « an-naççabtīn62, ban-naççabtīn, tan-naççabtīn, than-naççabtīn, etc. », qui peut se prononcer aussi : « an-naççabtāïèn, ban-naççabtāïèn, etc. ». Puis il lui écrit la voyelle du cas indirect (i) avec toutes les consonnes et les lui fait prononcer : « i-khfad’63, bi-khfad’, ti-khfad’, thi-khfad’, etc. ». Puis il [lui] écrit toutes les consonnes avec le tanouīn « in » [et les lui fait prononcer] : « in-khfad’tīn64, bin-khfad’tīn, tin-khfad’tīn, etc. ». Tout ceci appris et retenu, il lui écrit : ou, bou, tou, thou, etc. et lui fait prononcer en lui disant : « ou-rfa‘65, bou-rfa‘, tou-rfa‘, etc. » ; puis il lui ajoute toutes les consonnes avec le tanouīn « oun » [et les lui fait prononcer] : oun-rfa‘tīn66, boun-rfa‘tīn, toun-rfa‘tīn, etc. » Il passe ensuite aux consonnes sans voyelles [et les lui fait prononcer] : « a-ouāqef, b-ouāqef, t-ouāqef, etc.67 ».

  • 68 Voir Joseph Desparmet, op. cit., p. 97. Selon Auguste Cherbonneau, « il existait une lacune dans l’ (...)

37L’enfant apprend alors à écrire en repassant les modèles dessinés par un élève plus avancé, dans l’argile dont sa planchette a été enduite. Lui sont ensuite dictés des mots, dont il indique le nombre de lettres et qu’il doit décliner. Ces rudiments acquis – au plus tôt au bout de dix à douze mois –, l’élève entame l’apprentissage des versets coraniques, écrits par le maître sur sa planchette avant qu’il ne les note lui-même sous sa dictée68.

38La Méthode de lecture arabe à l’usage des élèves du Collège impérial arabe-français (Alger, Bastide, 1858, iv-80 p., autogr.) d’Alfred Clerc, consacrée à l’arabe littéral, est certes adaptée à un enseignement collectif et « pour la pratique dans les écoles, il a été tiré trente-sept grands tableaux pouvant être collés isolément sur carton pour être suspendus » au tableau noir, mais les consignes qu’elle fournit aux professeurs indiquent néanmoins qu’elle n’est pas totalement éloignée des principes appliqués au kuttāb tels que les décrit Desparmet :

1er Tableau. – Alphabet. […]

2eTableau. – Exercices sur le tableau précédent.

3e, 4e, 5e et 6e Tableaux. – Faire lire à l’élève ba alif : bā, – ba ya : bī , – ba ouāou : boû, – alif ba : ab, – ta alif : tā, etc.

7e, 8e, 9e, 10e Tableaux. – Expliquer à l’élève la valeur des quatre signes nasba, khafda, rafa et djazma. […]

11e, 12e, 13e et 14e Tableaux. – Exercices sur les huit tableaux précédents.

15e et 16e Tableaux. – Lire : alif nasbataïn : ann etc. ; ba nasbataïn : bann. – […] ba khafdataïn : binn, – ba rafataïn : bounn, etc.

17e, 18e, 19e et 20e Tableaux. – Exercices sur les deux tableaux précédents.

21e et 22e Tableaux. – Expliquer à l’élève la valeur du chadda et lui faire lire ba chadda nasba : ebba, etc.

23e, 24e, 25e et 26e Tableaux. – Exercices sur les deux tableaux précédents.

27e et 28e Tableaux. – Faire lire ba chadda nasbataïn : ebban, etc.

29e, 30e, 31e et 32e Tableaux. – Exercices sur les deux tableaux précédents.

33e Tableau. – Lettres lunaires et lettres solaires. […]

34e et 35e Tableaux. – Exercices sur le tableau précédent.

36e, 37e et 38e Tableaux. – Expliquer à l’élève la valeur des signes orthographiques : le hamza isolé ou placé sur une des trois lettres ا, و, ى – le medda […] – Expliquer la valeur du ﺓ.

  • 69 Des ouvrages plus savants ont probablement été en usage dans les collèges arabes-français : Bresnie (...)

39Le reste du manuel est constitué par des textes de lecture qui cessent progressivement d’être vocalisés et présentent successivement des sentences, des anecdotes et des leçons de choses ; l’autographie est pour l’essentiel réalisée en caractères maghrébins, mais offre quelques échantillons en style šarqī 69.

40Si l’arabe littéral était au programme des collèges arabes-français, l’« arabe vulgaire » devait être privilégié dans les écoles arabes-françaises, mais la question de la transcription du dialecte demeurait épineuse. Cherbonneau opte dans ses Leçons de lecture arabe comprenant l’alphabet, la lecture courante, les noms des nombres et les chiffres des Arabes (Paris, Hachette, 1852, 71 p. ; rééd. 1856 et 1864), pour une graphie latine qui, notant les voyelles contrairement à la graphie arabe, donne la division des mots en syllabes. Quant à Auguste-Louis Depeille, « directeur de l’école française-arabe d’Alger », hostile à la transcription en caractères « français » nuisible selon lui à une bonne prononciation, il propose, de manière exceptionnelle, une approche plus théorique de la structure syllabique du parler dans sa Méthode de lecture et de prononciation arabes (Alger, F. Bernard, 1850, 54 p.). Dans une partie intitulée « Éléments de lecture suivant la prononciation vulgaire », il présente en effet des règles concernant « la division des mots en syllabes, d’après le nombre de lettres et la place qu’occupent le techdid et les voyelles longues ». Suit une série d’exemples classés, selon les règles de la formation syllabique, en monosyllabes, dissyllabes, trisylabes, quadrisyllabes, etc.

  • 70 Voir par exemple, Auguste Cherbonneau, Éléments de la phraséologie française avec une traduction en (...)
  • 71 Il pourrait s’agir du manuel de Jules George fils, Système décimal des poids et mesures métriques o (...)

41Des différences portant sur le contenu de l’enseignement séparaient aussi les écoles arabes-françaises et les kuttāb-s. Ceux-ci se donnaient comme finalité la mémorisation du Coran par les élèves, tandis que celles-là dispensaient une formation inspirée de l’enseignement français. Les manuels composés à l’usage des élèves des écoles arabes-françaises furent adaptés des ouvrages métropolitains ; ils renfermaient des textes variés, souvent d’une portée éthique, sélectionnés avec le souci d’établir un équilibre entre apports endogènes et apports exogènes. Ainsi, par exemple, les fables de Luqmān y figuraient en bonne position à côté de celles de Florian ou de Houdar de la Motte70. La religion était rarement évoquée directement, sauf par Cherbonneau qui exprime dans son Manuel des écoles arabes-françaises (Constantine, Abadie, 1854, 84 p.) le principe du respect de l’islam : « Nous ne voulons point changer vos lois ni votre religion » (p. 57) ; « Ceux qui ont dit que nous changerons votre religion, ont prononcé un mensonge » (p. 58) ; « Faites la prière avant de partir » (p. 62). L’orientation de ces manuels scolaires vers une initiation à la modernité occidentale en détermine aussi le contenu : ainsi figurent parmi les textes de lecture courante des développements relatifs au chemin de fer, au microscope ou à la découverte de Paris. Des connaissances plus étendues sont fournies par l’adaptation de manuels français spécialisés. Tel est le cas du Système légal des poids et mesures traduit en arabe par MM. Vayssettes et Ch. Antoine ou Kitāb al-awzān wa-l-akyāl ta’līf aš-šayẖayn Faysatt wa-Anṭwān (Alger, Bastide 1858, 4-30 p). Si l’ouvrage simplifie sans doute quelque peu son modèle71, il a néanmoins l’avantage de donner pour certaines unités et mesures les correspondances locales. Du même projet de diffusion d’un savoir moderne relève l’Abrégé de géographie à l’usage des élèves des écoles arabes-françaises ou Kitāb muẖtaṣar fī waṣf al-arḍ wa-l-aqālīm wa-l-aqṭār (Paris /Alger, Hachette/Bastide impr., 1853, ii-69-92 p.) dû à Alexandre Bellemare.

  • 72 Ces cartes sont sur le modèle de celles qui figurent dans Petit atlas géographique du premier âge c (...)

42À l’instar des manuels de l’époque, l’auteur consacre une partie liminaire, intitulée « Notions générales », à la définition de termes de géographie physique ; il traite ensuite des grandes parties du monde selon le découpage habituel par continents et par États. Les chapitres se présentent comme des nomenclatures de montagnes, de fleuves, de pays, de villes, etc., et l’ouvrage est complété par six cartes coloriées (Planisphère, Europe, Asie, Afrique, Algérie, Amérique72), outil récemment introduit dans les manuels de l’enseignement primaire français. Si l’ouvrage de Bellemare n’est pas dépourvu de tout point de vue européocentriste, il s’adapte néanmoins au public des écoles arabes-françaises par des développements spécifiques consacrés à la description de l’Algérie et à l’Arabie en tant que berceau de l’islam. Il convient d’ajouter à ces manuels l’Abrégé de l’histoire de France en arabe ou As-Sīra as-saniyya fī aẖbār mulūk ad-dawla al-franṣāwiyya (Alger, Bastide, 1863, 180 p.) publié par Auguste Martin : le texte, qui se présente comme une histoire chronologique des rois de France comptant autant de rubriques que de règnes, est, sans nul doute, tiré d’ouvrages scolaires contemporains. Contrairement à la pratique générale, Martin ne fournit pas de traduction française ni de transcription du texte arabe.

A. Bellemare, Abrégé de géographie à l’usage des élèves des écoles arabes-françaises, 1853. Page de titre en français. Page de titre en arabe. Carte de l’Amérique.

A. Bellemare, Abrégé de géographie à l’usage des élèves des écoles arabes-françaises, 1853. Page de titre en français. Page de titre en arabe. Carte de l’Amérique.

BNF, Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, G-19468

BNF, Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, G-19468

BNF, Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, G-19468

  • 73 Daniel Roux, op. cit., p. 87-88.
  • 74 Vayssettes et Ch. Antoine, op. cit., p. 11.
  • 75 Auguste Martin, op. cit., p. 162.
  • 76 Respectivement, par exemple, dans Auguste Cherbonneau, Leçons de lecture…, op. cit., p. 62 et dans (...)

43Ces manuels des écoles arabes-françaises associent sans difficulté les différentes variétés de la langue arabe. Hormis la Méthode de lecture arabe à l’usage des élèves du Collège impérial arabe-français d’Alfred Clerc, consacrée à l’apprentissage de la langue littérale, les manuels de lecture des écoles arabes-françaises emploient surtout la langue usuelle. Ainsi dans le Cours de lecture française avec la traduction en regard du texte à l’usage des écoles arabes-françaises de Daniel Roux (Alger, Bastide, 1860, vi-134 p.), les dialogues sont en dialectal, les contes en « moyen arabe » et les notions de géographie dans une langue qui n’est pas totalement standard au vu des emprunts et des dialectalismes qu’elle renferme. Quand les auteurs abordent un savoir moins élémentaire, ils s’essaient à écrire dans un arabe plus châtié, avec des résultats cependant mitigés. Mais quelle que soit la variété de langue qu’ils utilisent, ils sont toujours confrontés à la difficulté de traduire en arabe les mots de la modernité. La solution la plus largement adoptée est l’emprunt, comme dans les exemples suivants : kūntīnān (continent), priskīl (presqu’île73) ou mīṭr kārī (mètre carré), mīṭr kubb (mètre cube74). Le recours à la périphrase est aussi prisé comme l’attestent les expressions ālat al-qatl (guillotine) ou ar-rībūblīk ay ḥukūmat al-ǧumhūr (la république, c’est-à-dire le gouvernement du peuple75)… Le lexique n’est nullement unifié et plusieurs dénominations circulent parfois pour un même référent, comme par exemple ṭrīq el-ḥadīd ou sikak al-ḥadīd pour « chemin de fer76 ». Aucune norme ne s’impose durant cette période, d’autant plus que les arabisants de la tendance pragmatique, qui souscrivent généralement au projet de création d’une langue arabe moderne spécifiquement algérienne, ne se sentent nullement contraints par l’évolution en cours en Orient sous l’influence de la Nahḍa.

44L’avènement de la IIIe République, favorable à une politique assimilationniste, marqua l’arrêt de l’expérience scolaire menée sous le Second Empire : les collèges arabes-français furent supprimés et les écoles arabes-françaises connurent un rapide déclin. Les manuels composés pour ces établissements ne furent jamais renouvelés, ni même réédités, mais des expériences d’enseignement bilingue apparentées furent cependant menées ultérieurement dans les protectorats de Tunisie et du Maroc.

45Au bout du compte, la période 1830-1871 est donc marquée par un intérêt quasiment inédit pour l’arabe maghrébin, phénomène directement lié à l’expédition d’Alger et à la conquête des territoires de la Régence qui lui fait suite. Sont alors élaborés par des arabisants français en collaboration avec des lettrés autochtones les premiers manuels d’apprentissage de l’arabe algérien. Conçus essentiellement sur le modèle du latin, ces ouvrages pratiques – grammaires, vocabulaires et dictionnaires, « dialogues », recueils d’actes et de lettres – constituent un corpus largement extra-scolaire, au contenu souvent adapté aux besoins des interprètes militaires ou judiciaires, des personnels des bureaux arabes ou des employés de l’administration civile et de la justice. Les ouvrages d’un usage scolaire se réduisent essentiellement aux manuels des écoles arabes-françaises, qui reflètent le choix initial d’une orientation vers un assez large bilinguisme, condamné après 1870. Production coloniale, certes, ces textes n’en sont pas moins le véhicule d’un savoir nouveau puisque parmi eux figurent les premiers dictionnaires et les premiers essais de grammatisation de l’arabe algérien, qui souffrent cependant d’être élaborés à partir du concept orientaliste d’« arabe vulgaire ». Le corpus présente en outre des textes de styles variés, écrit et oral, témoignant d’un état de langue antérieur à la Nahḍa, que cherchent à faire évoluer les promoteurs d’un arabe algérien moderne qui deviendrait langue nationale à côté du français. Si les ouvrages étudiés renferment certaines de leurs compositions en arabe médian, ils contiennent aussi des textes authentiques en « moyen arabe » et des textes en dialecte algérien – davantage des traductions, d’ailleurs, que des enregistrements directs, même s’il en existe quelques-uns – parmi lesquels apparaissent les premiers essais de transcription en caractères latins qui en ont été faits. Ces manuels font aussi entrer l’arabe algérien dans l’âge de l’imprimé et ils constituent aujourd’hui une source non négligeable pour son étude dans la première moitié du xixe siècle.

Notes

1 L’École des jeunes de langue disparaît en 1873, absorbée avec sa bibliothèque par l’École des langues orientales. Sur ces deux institutions, on consultera les notices de Frédéric Hitzel, dans François Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, IISMM/Karthala, 2008, p. 348-350.

2 Antérieurement avaient été publiés par Auguste F.-J. Herbin, un jeune élève de Silvestre de Sacy, des Développemens des principes de la langue arabe moderne, suivis d’un Recueil de phrases, de traductions interlinéaires, de proverbes arabes, et d’un Essai de calligraphie orientale (Paris, Baudoin, floréal an XI/mai 1803, vii-250 p.) et, par Louis-Mathieu Langlès, une Grammaire de la langue arabe vulgaire et littérale ; ouvrage posthume de M. Savary […] augmenté de quelques contes arabes par l’éditeur (Paris, Imprimerie impériale, 1813, xii-536 p.). Des ouvrages d’apprentissage de l’« arabe vulgaire » ont d’abord existé sous la forme de manuscrits.

3 La chambre de commerce de Marseille fit publier en 1830 un Dictionnaire de la langue franque ou petit mauresque à l’usage des troupes françaises qui devaient débarquer à Alger ; ce petit in-16 de 107 p. inclut un « Vocabulaire de mots arabes les plus usuels » très succinct (p. 99-107).

4 Seul trouve grâce aux yeux de William Marçais le dictionnaire de Beaussier parmi le « flot des “méthodes pratiques”, des “vocabulaires”, des “modèles de calligraphie arabe” qui inonda de façon si fâcheuse, pendant de longues années, le domaine de l’orientalisme algérien » (« Quelques observations sur le dictionnaire pratique arabe-français de Beaussier », dans Recueil de mémoires et de textes publié en l’honneur du XIVe Congrès des orientalistes par les professeurs de l’École supérieure des lettres et des médersas, Alger, impr. de P. Fontana, 1905, p. 409).

5 Sur cette question, on lira l’analyse très fouillée faite par Alain Messaoudi dans sa thèse, « Savants, conseillers, médiateurs : les arabisants et la France coloniale (vers 1830 – vers 1930) » (université de Paris I, 2008, 3 vol.), qui prend en compte les fondements idéologiques de la politique linguistique mise en œuvre. Nous nous contentons d’indiquer ici les mesures en relation directe avec la production d’ouvrages d’apprentissage de la langue arabe.

6 Voir A. Cour, « Notes sur les chaires de langue arabe d’Alger, de Constantine et d’Oran (1832-1879) », Revue africaine, 65e année, 1er trim. 1924, p. 20-64.

7 Charles Leguest, Y a-t-il ou n’y a-t-il pas un arabe vulgaire en Algérie ?, Paris, B. Duprat, 1858, p. 44.

8 Voir Alain Messaoudi, « The Teaching of Arabic in French Algeria and Contemporary France », French History [Oxford], septembre 2006, p. 297-317. La version française est disponible en ligne : <http://lodel.ehess.fr/chsim/docannexe.php?id=342> (page consultée en novembre 2012).

9 Le Cours d’arabe vulgaire (Paris, Hachette, 1849-1850, 2 vol., 287 p. et xii-258 p. ; 4e réimpr. en 1882) d’Auguste Gorguos est l’un des rares manuels publiés spécifiquement pour les élèves de l’enseignement français durant la période étudiée. Le premier volume présente des « Éléments de grammaire arabe », suivis de « Thèmes avec vocabulaire français-arabe », et le second des « Versions arabes » (proverbes et anecdotes, correspondance, extraits de la Sīra du Prophète et des Mille et Une Nuits), complétées par un « Vocabulaire arabe-français ». Une autre édition ajoute au dernier volume la « Traduction des versions en français ».

10 On signalera cependant les observations d’Ibn Khaldoun sur la langue arabe et son évolution. Voir Discours sur l’histoire universelle : Al-Muqaddima, trad. Vincent Monteil, 3e éd. revue, Arles, Actes Sud, coll. « Thesaurus », 1997, p. 978-985.

11 Voir ci-dessus, Aurélien Girard, « Les manuels de langue arabe en usage en France à la fin de l’Ancien Régime », § 22-28.

12 Djamel Kouloughli, L’Arabe, Paris, PUF, 2007, p. 94.

13 Chrestomathie arabe : lettres, actes et pièces diverses, 2e éd. revue, corrigée et augmentée, Alger, 1867, p. 45.

14 Paris, Hachette, 1850, vii-196 p.

15 P. iii-v et vii. Le texte de Bellemare comme celui de Bresnier, qui défendent pourtant des positions différentes, montrent que la représentation de l’arabe comme langue diglossique n’est pas encore unanimement partagée.

16 Ce propos est rapporté par Tocqueville dans « Notes du voyage en Algérie de 1841 » : le « jeune professeur d’arabe, élève de M. de Sacy » avec lequel Tocqueville converse à la bibliothèque d’Alger sur l’apprentissage de la langue est, sans nul doute possible, Bresnier (dans Sur l’Algérie, Paris, Flammarion, coll. « GF », 2003, p. 80-81).

17 Alger, Bastide, 1855, xvi-668 p. Réédité en 1915, cet ouvrage a d’abord été publié sous le titre de Leçons théoriques et pratiques du cours public de langue arabe, Alger, Bastide, 1846.

18 Le terme est encore peu usité. Bresnier tient d’ailleurs à préciser en note le sens qu’il lui attribue : « En me servant du mot dialectes, je dois faire observer que cette expression indique seulement ici les diverses modifications locales et arbitraires que l’on rencontre dans la pratique la plus commune ; mais qu’elle ne désigne pas des formes locales de langage ou de style autorisées par le bon goût et consacrées par des autorités littéraires. À ce point de vue, la langue arabe n’a pas de dialectes de nos jours. » (p. 517.)

19 Outre son Rudiment de la grammaire arabe (Paris, Challamel, 1865, 224 p.), Combarel fait paraître une brève publication périodique, le Falot de l’arabisant (1865-1867), dans laquelle il ne ménage pas ses attaques contre les promoteurs d’une langue médiane (voir Alain Messaoudi, « Savants, conseillers… », op. cit., vol. 2, p. 709-710).

20 La plupart de ces interprètes juifs, en 1830, ont été recrutés à Tunis.

21 On trouvera une information plus précise sur les auteurs de manuels dans le Dictionnaire des orientalistes de langue française, op. cit., et Alain Messaoudi, « Savants, conseillers… », op. cit., vol. 2, « Galerie d’arabisants ».

22 « Nota. Dans la langue arabe vulgaire, et surtout chez les Barbaresques, on remplace presque toujours la première personne du singulier du présent ou du futur par la première personne du pluriel ou par le participe présent, de sorte qu’au lieu de emchi (je marche), on dit ordinairement nemchi ana, ou bien nemchi ana māchi, rani māchi. » (p. 64.)

23 L’usage systématique de enti comme pronom de la deuxième personne du masculin singulier (attesté chez les juifs d’Alger et de Tunis) en association avec l’adverbe de temps dāba (« maintenant ») (attesté chez les juifs d’Alger mais non de Tunis) permet d’aboutir à cette conclusion (voir Marcel Cohen, Le Parler arabe des Juifs d’Alger, Paris, H. Champion, 1912, p. 337 et 173 et David Cohen, Le Parler arabe des Juifs de Tunis, tome II, Étude linguistique, La Haye/Paris, Mouton, 1975, p. 210 et 243). Récurrentes dans le texte, les finales féminines en é (au lieu de a) sont aussi une marque distinctive du parler juif d’Alger (Bresnier, Cours…, p. 618). L’informateur de Vincent serait peut-être Abraham Daninos, né à Alger en 1797 dans une famille livournaise, qui exerce pendant près de quatorze ans les fonctions d’interprète traducteur assermenté auprès du tribunal de commerce de la Seine, avant de devenir « interprète de l’armée d’Afrique ». D’après Charles Féraud, il aurait écrit « un petit vocabulaire en langue vulgaire, qui fut distribué aux officiers qui firent partie de l’expédition d’Alger en 1830 » (Les Interprètes de l’armée d’Afrique (Archives du corps), Alger, A. Jourdan, 1878, p. 190). Nous n’en avons trouvé d’autre trace que le manuscrit inachevé conservé à la BNF (Manuscrits, arabe 6123, 57 feuillets).

24 Ainsi la transcription en caractères latins des conjugaisons est plus fréquente, les observations concernant la syntaxe plus abondantes et les exemples fournis plus nombreux.

25 Cette règle peut néanmoins être respectée quand, en dehors de l’exposé grammatical théorique, des textes du parler sont transcrits en caractères latins.

26 Voir Aziza Boucherit, « Les fonctions verbales de la particule ra- dans les manuels de grammaire et les guides de la conversation au xixe siècle en Algérie : temps, aspect, concomitance, implication ? », dans Dominique Caubet et Martine Vanhove (dir.), Actes des premières journées de dialectologie arabe de Paris, Paris, Publication Langues’O, 1994, p. 160-171.

27 Voir Sylvette Larzul, « Grammatisation et lexicographie de l’arabe algérien au xixe siècle », Synergies Monde arabe, no 7, 2010, p. 89-100 (<http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/Mondearabe7/larzul.pdf>, page consultée en novembre 2012).

28 L’ouvrage est réédité en 1869 et 1885 sous le titre Dictionnaire français-arabe des dialectes vulgaires d’Alger, d’Égypte, de Tunis et de Maroc, Paris, Maisonneuve, xvi-584 p.

29 Supplément au Dictionnaire pratique arabe-français de Marcelin Beaussier, Alger, La Maison des livres, 1959.

30 Marcelin Beaussier, Mohamed Ben Cheneb et Albert Lentin, Dictionnaire pratique arabe-français (arabe maghrébin), Paris, Ibis Press, 2006.

31 Des recueils manuscrits de poèmes en arabe parlé servant d’aide-mémoire pour chanteurs devaient exister (voir William Marçais, « La langue arabe », dans Articles et conférences, Paris, 1961, p. 83-110), mais ils n’ont pas servi aux arabisants français à cette époque.

32 La table des matières l’atteste : I. Pour saluer et faire des compliments [comprenant] Phrases banales que les Maures utilisent entre eux ; II. Pour consentir, refuser, s’excuser et remercier ; III. Pour prier, demander ou offrir ; IV. Pour douter, consulter, affirmer et nier ; V. Pour marquer la joie, la douleur, l’étonnement, l’espérance et le désespoir ; VI. Du temps, des saisons, de l’atmosphère, etc. ; VII. De l’heure ; VIII. En se levant ; IX. Pour déjeuner ; X. Pour dîner ; XI. En se couchant ; XII. Pour s’habiller ; XIII. Dans un café ; XIV. Pour louer un appartement ; XV. Avec le cordonnier ; XVI. Avec la blanchisseuse ; XVII. Avec un marchand de draperies et de soieries ; XVIII. Avec le médecin ; XIX. Pour écrire une lettre ; XX. Pour demander l’hospitalité ; XXI. Pour prendre des informations avant de commencer un voyage ; XXII. Pour s’informer de quelqu’un ; XXIII. Pour demander des nouvelles ; XXIV. Pour s’embarquer ; XXV. Pendant un voyage sur mer ; XXVI. De la chasse et de la pêche ; XXVII. De la promenade ; XXVIII. Pour acheter un cheval ; XXIX et XXX. Pour louer un domestique ; XXXI. Pour nager ; XXXII. Pour le bain maure ; XXXIII. Pour l’étude de la langue française ; XXXIV. Pour louer ou acheter une maison de campagne ; XXXV. Pour une expédition militaire. À partir de 1846, l’ouvrage est augmenté de quatre chapitres : XXXVI. Du blâme ; XXXVII. De la surprise ; XXXVIII. De la réprimande ; XXXIX. Faire des questions et y répondre.

33 S’il ne semble pas que l’auteur utilise une source unique, il a néanmoins pu se servir des Dialogues nouveaux anglais-français de M. Martinet, Paris, F. Louis, 1815, 2e éd.

34 Nous avons conservé dans les citations les transcriptions des textes originaux.

35 Les références renvoient à l’édition de 1841.

36 Delaporte ne mentionne qu’un seul terme dérivé du turc (qoulaï « facilement », p. 141) et il signale, par ailleurs, qu’el-plassa est un « mot emprunté au français pour désigner la place du gouvernement » (p. 35).

37 Dialogues français-arabes : recueil des phrases les plus usuelles de la langue parlée en Algérie, Alger, Bastide, 265 p.

38 Les Fables de Lokman, adaptées à l’idiome arabe en usage dans la Régence d’Alger suivies du mot à mot et de la prononciation interlinéaire, Alger, Imprimerie du gouvernement, 1835, 60 p. En 1846, Delaporte en donne une version augmentée dans son Cours de versions arabes (Idiome d’Alger), composé de deux parties : « Fables de Lokman » et « Fables choisies d’Ésope ». Parallèlement sont publiées des éditions en arabe littéral parmi lesquelles s’impose celle que donne Auguste Cherbonneau en 1846 (multiples rééditions au moins jusqu’en 1925).

39 Prudent Vignard et Auguste Martin, Choix de fables tirées de Lafontaine [sic] et écrites en arabe vulgaire, Constantine, Abadie, 1854, iii-95-47 p. (rééd. en 1906).

40 Adrien Paulmier, Histoire de Gil Blas de Santillane. Traduction dans l’idiome parlé en Algérie des dix-sept chapitres composant le livre premier avec le texte français et le mot à mot en regard et la prononciation des mots arabes indiquée à l’aide d’une nouvelle méthode, Paris, 1850, xvi-241-241 p.

41 Voir p. 598-613.

42 Recueil de textes pour l’étude de l’arabe parlé, Paris, E. Leroux, 1891.

43 Enseignement de l’arabe dialectal d’après la méthode directe, Blida, Impr. d’A. Mauguin, 1904-1905, 2 vol.

44 En 1844, le ministère de la Guerre chargea une commission d’établir pour l’Algérie un mode uniforme de reproduction des mots arabes en caractères « français ». Le système de la commission scientifique est exposé dans Bresnier, Chrestomathie arabe…, op. cit., p. 11-17.

45 Dans l’avertissement figurant en tête de leur Dictionnaire de poche français-arabe et arabe-français à l’usage des militaires, des voyageurs et des négociants en Afrique (Paris, Dubos frères, 1847, xviii-531 p. ; 3e tirage en 1858 et un 5e s. d. attesté), Léon et Henri Hélot reconnaissent avoir procédé à l’ajout de voyelles pour faciliter la lecture des mots en transcription. On fera remarquer que les travaux les moins rigoureux ne sont nullement les moins répandus, ce que montre à l’évidence l’importante diffusion des ouvrages de Roland de Bussy, maintes fois réédités entre 1838 et 1910.

46 L’interprète militaire Tahar ben Neggad, qui enseigne de 1851 à 1854 à l’école arabe-française de Constantine, constitue une des rares exceptions. Il est l’auteur de Dialogues français-arabes avec le mot à mot et la figuration en caractères français, Paris/Constantine, Challamel aîné/Typographie et lithographie Alessi et Arnolet, 1863, vii-175-ix p.

47 Titre complet : Éléments de la phraséologie française avec une traduction en arabe vulgaire (idiome africain) à l’usage des indigènes, Constantine, F. Guende, 1851.

48 Nous conservons les noms des auteurs et des contributeurs tels qu’ils figurent dans les ouvrages qui les mentionnent.

49 Martin évoque, quant à lui, dans la préface de ses Dialogues arabes-français, le contact difficile avec les autochtones : « Combien de fois il arrive que l’indigène, dont les dispositions peu amicales percent dans presque tous ses rapports avec nous, se retranche avec adresse, pour pallier son mauvais vouloir, derrière l’impossibilité où l’emploi d’un mot impropre et peu usité, ou encore une prononciation vicieuse, le met de comprendre son interlocuteur ! » (p. ix.)

50 « Ida ma touesselnach melihh aou taghder ouilla tehreb nektaā raçak » : Benjamin Vincent, Vocabulaire français-arabe, suivi de dialogues à l’usage de l’armée d’expédition d’Afrique, Paris, Firmin Didot, 1830, p. 89.

51 Ibid., p. 70-88.

52 Sur l’importance de la correspondance administrative entre caïds et autorités françaises, voir Colette Establet, Être caïd dans l’Algérie coloniale, Paris, Éd. du CNRS, 1991.

53 Il s’agit de recueils de modèles de lettres de tous genres, privées et publiques, et notamment de matériaux émanant des chancelleries, diplômes et écrits officiels ; à côté des documents authentiques figurent généralement des écrits forgés, souvent difficiles à distinguer des premiers (voir Encyclopédie de I’Islam, 2e éd., t. III, p. 1273 et suiv.).

54 Le « Choix d’actes arabes » contenu dans l’ouvrage traite des questions suivantes : mariage, divorce, affranchissement, biens habous, donation, vente, partage de succession, reconnaissance de dépôt, certificat d’indigence, reconnaissance de dette.

55 Des ouvrages du même type mais plus modestes sont publiés par Xavier Dumont, Guide de la lecture des manuscrits arabes, Alger, Brachet et Bastide, 1842, 107 p., lithogr., et par Daniel Roux, Album de l’arabisant, recueil choisi d’autographes arabes suivis d’une transcription textuelle pour initier à la lecture des manuscrits, Alger, Impr. de Guende, 1856, iv-48-32 p., lithogr.

56 William Marçais témoigne de la pratique de l’arabe par les colons jusqu’au début du xxe siècle : « J’ai connu une Algérie, vieille d’environ un quart de siècle, où presque tous les colons parlaient l’arabe. Bien entendu, leur capacité se limitait à l’expression des faits concrets et des concepts essentiels de la vie agricole. Mais dans ce domaine restreint, il s’en trouvait à se mouvoir avec une aisance, une précision du vocabulaire, une exactitude de la prononciation qui faisaient l’admiration et l’envie de bien des arabisants professionnels. » (« La langue arabe dans l’Afrique du Nord », L’Enseignement public, revue pédagogique, n° 1, janvier 1931, p. 20-39 ; reproduit dans William Marçais, Articles et conférences, Paris, Adrien-Maisonneuve, 1961, p. 88-101).

57 Le décret du 14 juillet 1850 crée six « écoles musulmanes-françaises » pour les garçons, à Alger, Constantine, Bône, Oran, Blida et Mostaganem et quatre pour les filles, à Alger, Constantine, Oran et Bône. Il prévoit, en outre, des écoles d’adultes à Alger, Oran, Constantine, et la création progressive d’écoles nouvelles. L’enseignement y est gratuit.

58 Le programme d’étude des écoles arabes-françaises portait sur la lecture et l’écriture de l’arabe et du français, auxquelles s’ajoutaient, pour les garçons, les éléments du calcul et le système légal des poids et mesures et, pour les filles, « les travaux à l’aiguille ». L’histoire et la géographie étaient inscrites au programme des adultes (voir Le Moniteur algérien, 5 août 1850). Dans les collèges, l’enseignement concernait l’étude de la langue française, l’histoire, la géographie, l’arithmétique, la géométrie, le dessin linéaire et d’imitation, l’arabe et la gymnastique (voir Paul Leroy-Beaulieu, La Tunisie et l’Algérie, Paris, Guillaumin, 1887, p. 254).

59 La conception bilingue des manuels des écoles arabes-françaises peut être rapprochée d’une pratique scolaire encore admise dans certains départements métropolitains : en effet, même si la loi du 15 mars 1850 n’admet que l’usage du français à l’école, l’exercice de traduction est explicitement reconnu en Corse, en Bretagne, en Alsace-Lorraine et dans le Pays basque (voir Pierre Boutan, La Langue des Messieurs : histoire de l’enseignement du français à l’école primaire, Paris, Armand Colin, 1996, p. 75).

60 La citation qui suit est tirée de Coutumes, institutions, croyances des indigènes de l’Algérie, traduction annotée par H. Pérès et G.-H. Bousquet, 2e éd. revue et corrigée, Alger, 1948, p. 95-96 (voir texte arabe dans Joseph Desparmet, Enseignement de l’arabe dialectal d’après la méthode directe […] : Coutumes, institutions, croyances, 2e éd., Alger, Impr. d’A. Jourdan, 1913, p. 123-124).

61 N. D. T. A-nçab veut dire : « a avec une naçba », c’est-à-dire avec une voyelle a.

62 N. D. T. An-naççabtīn signifie : « a avec deux naçbas », c’est-à-dire avec deux voyelles a ou tanouīn « an ».

63 N. D. T. I-khfad’ signifie : « i [= a] avec une khafd’a », c’est-à-dire avec une voyelle i. L’alif affecté de la voyelle i se prononce i.

64 N. D. T. In-khfad’tīn veut dire « i [= a] avec deux khafd’as », c’est-à-dire avec deux voyelles i ou tanouīn « in ».

65 N. D. T. Ou-rfa‘ signifie : « ou [= a] avec une raf‘a », c’est-à-dire avec une voyelle ou.

66 N. D. T. Oun-rfa‘tīn veut dire : « ou [= a] avec deux raf‘as », c’est-à-dire deux voyelles ou ou tanouīn « oun ».

67 N. D. T. A-ouāqef signifie : « a avec une ouaqfa », c’est-à-dire avec un soukoûn ou djezm, c’est-à-dire « en pause », sans voyelle.

68 Voir Joseph Desparmet, op. cit., p. 97. Selon Auguste Cherbonneau, « il existait une lacune dans l’enseignement ; on était obligé, jusqu’ici, de passer subitement de l’alphabet à la lecture courante. » (Leçons de lecture arabe, Paris, Hachette, 1863, p. 3.)

69 Des ouvrages plus savants ont probablement été en usage dans les collèges arabes-français : Bresnier a en effet donné pour les « Européens étudiant l’arabe en Algérie » comme pour les « élèves des Medreça et des autres écoles indigènes » une édition de l’Āǧurrūmiyya, célèbre grammaire enseignée dans tout le monde arabe (Djaroumiya. Grammaire arabe élémentaire de Mohammed ben Dawoud El-Sanhadji, texte arabe et traduction française accompagnés de notes explicatives, Alger, 1846, xii-91-23 p. [2e éd. en 1866]).

70 Voir par exemple, Auguste Cherbonneau, Éléments de la phraséologie française avec une traduction en arabe vulgaire (idiome africain), Paris/Constantine, Hachette/F. Guende, 1851, 68-80 p.

71 Il pourrait s’agir du manuel de Jules George fils, Système décimal des poids et mesures métriques ou exposition complète du système décimal ramené à sa simplicité première, « ouvrage spécialement destiné aux écoles primaires élémentaires », qui connut près d’une dizaine de rééditions entre 1840 et 1866.

72 Ces cartes sont sur le modèle de celles qui figurent dans Petit atlas géographique du premier âge composé de neuf cartes et d’un texte explicatif de M. Cortambert, Paris, Hachette, 1848.

73 Daniel Roux, op. cit., p. 87-88.

74 Vayssettes et Ch. Antoine, op. cit., p. 11.

75 Auguste Martin, op. cit., p. 162.

76 Respectivement, par exemple, dans Auguste Cherbonneau, Leçons de lecture…, op. cit., p. 62 et dans Alfred Clerc, , op. cit.,p. 76.

Table des illustrations

Titre B. Vincent, Vocabulaire français-arabe, 1830. Page de titre.
Crédits BNF, Littérature et Art, X-6497
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre M. Beaussier, Dictionnaire pratique arabe-français, 1871. Page de titre.
Crédits BNF, Littérature et Art, X-868
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre L.-J. Bresnier, Chrestomathie arabe, 1857. Frontispice en couleur et page de titre.
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/244/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Crédits BNF, Littérature et Art, X-6444
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/244/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre A. Bellemare, Abrégé de géographie à l’usage des élèves des écoles arabes-françaises, 1853. Page de titre en français. Page de titre en arabe. Carte de l’Amérique.
Crédits BNF, Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, G-19468
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/244/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Crédits BNF, Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, G-19468
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/244/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Crédits BNF, Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, G-19468
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/244/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 605k

Auteur

Sylvette Larzul, chercheur associé au Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen (EHESS), travaille sur la réception de la culture arabe en Europe depuis l’époque moderne. Elle s’est intéressée notamment aux traductions – Les Traductions françaises des Mille et Une Nuits. Étude des versions Galland, Trébutien et Mardrus (L’Harmattan, 1996) ; « Les premières traductions françaises du Coran (xviie-xixe siècle) » (Archives de sciences sociales des religions, no 147, juillet-septembre 2009) – et à l’histoire de l’orientalisme arabisant.

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable