Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marcel Proust, L’Agenda 1906

 | 
Nathalie Mauriac Dyer
, 
Françoise Leriche
, 
Pyra Wise
, 
et al.

Introduction

Nathalie Mauriac Dyer, Françoise Leriche, Pyra Wise et Guillaume Fau

Texte intégral

Histoire d’une acquisition

En 2013, année du centenaire de la parution de Du côté de chez Swann à compte d’auteur chez Grasset, Christie’s mettait en vente à Paris un manuscrit inédit de Marcel Proust. Le catalogue, intitulé Importants Livres anciens, livres d'artistes et manuscrits, proposait sous le numéro 131 le lot : « PROUST, Marcel (1871-1922). Agenda janvier-mars 1906. Kirby, Beard & Co. [Entre 1908 et 1911] ». La vente était programmée le 29 avril 2013.

L’Agenda 1906 devant les carnets et quelques cahiers du fonds Proust 

L’Agenda 1906 devant les carnets et quelques cahiers du fonds Proust 

L’Agenda 1906 devant les carnets et quelques cahiers du fonds Proust : le Cahier 62 (blanc), le Cahier 65 (vert), le Cahier 55 (marbré bleu), le Cahier 34 (marbré orange et vert), le Cahier 22 (rouge) et le Cahier 26 (noir).

En cette année de célébrations proustiennes – qui verrait l’ouverture de l’exposition du centenaire à la Pierpont Morgan Library1 de New York, sous le commissariat d’Antoine Compagnon, avec une contribution exceptionnelle de la Bibliothèque nationale de France et le prêt de vingt et un manuscrits du fonds Proust mais aussi la poursuite de la campagne de numérisation et de mise en ligne du fonds dans Gallica – l’acquisition s’imposait. Elle fut rendue possible, à l’initiative de Bruno Racine, président de la Bibliothèque nationale de France, grâce à la générosité des mécènes de la BNF, réunis autour d’un dîner de bienfaisance le 14 octobre 2013, et à la coopération de M. Pierre Walusinski, acquéreur du manuscrit lors de la vente Christie’s, qui accepta de le céder à son tour à la Bibliothèque nationale de France et d’en permettre ainsi l’entrée dans les collections nationales.

Le manuscrit était jusqu’alors resté inédit mais non totalement inconnu. En effet, il avait été présenté une première fois en 1965 lors de l’exposition organisée à la Bibliothèque nationale, sous le no 370 du catalogue publié à cette occasion2 : « Agenda de Marcel Proust. – À Mme Simone André-Maurois. Ce petit agenda en cuir porte imprimée la date de 1906. Mais Proust s’en servit comme d’un simple carnet sur lequel il nota, vraisemblablement vers 1909, des indications du même type que celles des “Carnets” ».

La mention de provenance renvoyait alors à la figure d’André Maurois (1885-1967), romancier et essayiste, historien de la littérature, auteur de À la recherche de Marcel Proust (Paris, Hachette, 1949) et préfacier de l’édition d’À la recherche du temps perdu dans la « Bibliothèque de la Pléiade » en 1954. Pour ses travaux sur Proust, André Maurois avait bénéficié de l’accès aux « carnets » et « cahiers » ainsi qu’à la correspondance, que Mme Suzy Mante-Proust, fille de Robert Proust, lui avait permis. Peut-être Suzy Mante-Proust lui remit-elle l’agenda à cette occasion, en reconnaissance du travail accompli. Resté sans doute un temps dans la collection de la famille Maurois, l’agenda réapparut donc chez Christie’s en 2013.

  • 3 Voir Corr., t. VIII, p. 39, lettre du 2 février 1908 à Geneviève Straus, et la n. 2 de Philip Kolb, (...)

Les autres « carnets » désignés par les auteurs du catalogue de 1965 faisaient référence, quant à eux, aux cinq carnets de la même marque Kirby, Beard & Co, dont on sait qu’ils furent offerts à Marcel Proust par son amie Geneviève Straus, en 1908, comme cadeau d’étrennes3. L’Agenda se distingue toutefois de la série des carnets par son aspect matériel très différent : mesurant 101 × 66 mm, recouvert de maroquin rouge et portant la date « 1906 » en lettres dorées sur le plat supérieur, il compte 80 feuillets dont les f. 5, 18-20, 24-33, 35-53, 56, 59-80 sont restés blancs.

  • 4 Sur l’histoire du fonds Proust à la Bibliothèque nationale de France, voir la note de Florence Call (...)

Occurrence matérielle unique dans le fonds Proust, l’Agenda y trouve toutefois toute sa place en raison de la densité et de l’étroitesse de ses liens génétiques avec le corpus de manuscrits. Intégré au fonds des Nouvelles Acquisitions Françaises du département des Manuscrits sous la cote NAF 28724, il représente aussi l’épisode le plus récent de la longue et riche histoire du fonds Proust dont on se contentera ici de rappeler les principales dates : 1962 pour l’acquisition de l’essentiel du fonds auprès de Suzy Mante-Proust ; 1977 pour l’acquisition du complément dit du « cartonnier » retrouvé par Mme Mante-Proust ; 1983 pour la dation Jacques Guérin qui permit l’acquisition de treize cahiers de brouillons supplémentaires ayant servi pour À la recherche du temps perdu4.

L’Agenda et sa chronologie

L’Agenda 1906 n’est mentionné ni dans la correspondance, ni dans les manuscrits de Proust qui nous sont parvenus. On ne sait pas s’il l’a acheté lui-même chez Kirby, Beard & Co., 5 rue Auber – là où, deux ans plus tard environ, Madame Straus ferait pour lui l’emplette des fameux carnets longilignes –, ou s’il s’agit d’un cadeau.

Les Carnets 1, 2, 3 et 4 (NAF 16637-16640) et l’Agenda 1906

Les Carnets 1, 2, 3 et 4 (NAF 16637-16640) et l’Agenda 1906
  • 5 « Contenant : calendrier avec répertoire pour notes personnelles, 4 carnets trimestriels interchang (...)
  • 6 Voir f. 13, 34v, 57v.
  • 7 On ne peut en être tout à fait certain, cependant. La boutique « Patin 36 rue Tronchet » (f. 4v), f (...)

Ce type d’agenda de poche « de fabrication anglaise », que la maison Kirby commercialisera jusqu’au début des années trente au moins5, est conçu pour recevoir un « carnet trimestriel » à la fois ; celui de Proust contient le premier trimestre de 1906. Il comportait un petit crayon, aujourd’hui perdu, dont il s’est peut-être servi une fois (« place des portes », f. 8). Vingt-neuf pages, soit exactement un quart des pages utiles, portent des notes autographes ; la quasi totalité se concentre au mois de janvier et à la fin de mars. Mais cela ne signifie pas, bien entendu, que l’écrivain ait utilisé l’Agenda à ces dates-là, ni même pendant l’année 1906. Rappelons qu’à la suite de la mort de sa mère le 26 septembre 1905, Proust avait passé le mois de décembre 1905 et le mois de janvier 1906 à se soigner à la clinique du docteur Sollier à Boulogne-sur-Seine, puis, à partir d’août, près de cinq mois à Versailles, à l’hôtel des Réservoirs, avant d’emménager à la toute fin de l’année 1906 au 102, boulevard Haussmann. Or, même si on y trouve quelques adresses et un numéro de téléphone6, l’Agenda n’a pas servi pour noter des rendez-vous : l’essentiel des notations qui y sont consignées concerne le roman en cours d’élaboration et même, nous le verrons, moins son invention ou sa programmation que sa mise au net et sa correction. C’est donc un agenda resté blanc7 et utilisé, assez tardivement, comme carnet de travail.

  • 8 À ces quatre périodes d’utilisation s’ajoutent quelques notes isolées de date incertaine : outre le (...)

Les premières notes que nous pouvons situer avec une relative certitude sont en effet nettement postérieures à 1906 : elles datent, semble-t-il, de la fin du printemps ou de l’été de 1909 (f. 8v, 55v-55), les suivantes de la fin de l’été ou de l’automne de la même année (f. 8-13). Ensuite, Proust délaissera à nouveau l’Agenda pour le reprendre en mai et juin 1913 (f. 5v, 14-17v) puis en août 1913 (f. 21-23)8. Utilisé en 1909 puis 1913, cet agenda s’articule donc chronologiquement aux Carnets 1 (1908-1911) et 2 (1912-1916). Et comme pour les carnets, son utilisation a été discontinue.

  • 9 Voir la lettre à Alfred Vallette, [peu avant la mi-août 1909], Corr., t. IX, p. 155-157 ; Lettres, (...)
  • 10 Voir le schéma narratif primitif du Cahier 3 (Bernard Brun, « Inventaire du Cahier 3 », Bulletin d’ (...)
  • 11 Voir f. 8v, n. 1 et 2.

La note de régie des f. 55v-55 – première page du fascicule trimestriel pris à l’envers – conserve un certain mystère : bien qu’inachevée, c’est l’unique morceau véritablement rédigé de l’Agenda, et c’est aussi le seul qui n’entretienne pas de lien clair avec le reste des manuscrits qui nous sont parvenus. La « fin » du livre que Proust y esquisse n’est pas identifiable à la « conversation avec Maman », « fin » du Contre Sainte-Beuve, souvenir d’une matinée telle qu’elle est évoquée dans la correspondance de l’été de 19099, puisqu’elle comporte aussi des réminiscences. Certes, ces réminiscences pourraient précéder (et ainsi amener10 ?) la conversation avec Maman sur la critique, la littérature et le moi profond – à moins qu’elles ne la suivent, comme un couronnement, une coda narrative reprenant les principaux thèmes du roman –, mais elles sont inattendues : une « phrase de violon », « l’odeur » du thé… En outre, leur bouquet final diffère ici totalement du Temps retrouvé à caractère réflexif et analytique tel qu’il s’élabore, à partir de décembre 1910, dans les Cahiers 58 et 57. Proust évoque aussi dans cette note divers scénarios (autour de Bloch, de « femmes » aimées…) que nous ne retrouvons pas dans les manuscrits dont nous disposons. En tout cas antérieure à la mise au net de l’épisode de la madeleine à l’automne de 1909, cette note de régie semble plutôt s’articuler aux cahiers du Contre Sainte-Beuve qu’elle évoque ponctuellement : le Cahier 3, le plus ancien, dont la rédaction a probablement lieu à la fin de 1908 ou au tout début de 1909 ; les Cahiers 4 et 36, qu’on situe au printemps de 1909 ; et surtout le Cahier 26, qui date de la fin du printemps ou du début de l’été. Nous plaçons également au printemps de 1909 la curieuse liste de noms (maîtres et valets) du f. 8v : on trouve une liste identique au début du Cahier 5, dont les premiers folios sont consacrés au pastiche d’Henri de Régnier publié dans Le Figaro du 6 mars 1909. Les autres archives que nous avons pu consulter corroborent cette datation, en invitant à situer cette liste plus précisément à la fin du printemps11.

  • 12 Voir Corr., t. IX, p. 163, lettre à Mme Straus [vers le 16 août 1909], et p. 179-181, lettre à Robe (...)
  • 13 Voir f. 8, n. 9 ; Carnet 1, f. 38v à 40v (voir Carnets, éd. Florence Callu et Antoine Compagnon, Pa (...)
  • 14 Précisément le jeudi 2 décembre 1909. Voir Françoise Leriche, « Une nouvelle datation des dactylogr (...)

En ce qui concerne les notes des f. 8-13, les relations s’établissent, étroitement et systématiquement cette fois, avec les manuscrits dont nous disposons : le Cahier 8 et le début du Cahier 12, cahiers de montage du « Combray » primitif ; les Cahiers 9, 10 et 63, cahiers où Proust dicte, corrige et/ou rédige la mise au net correspondante, ainsi que les Reliquats manuscrits et dactylographiés où figurent certains états intermédiaires (NAF 16703 et NAF 16752) ; les jeux dactylographiés définitifs enfin (NAF 16733 et NAF 16730), où il apporte de nouvelles modifications. Pour cette série de notes la fourchette chronologique s’étend, au plus large, entre la deuxième quinzaine d’août et la fin de novembre 1909, soit la période où Proust, s’étant vu refuser par le Mercure de France son Contre Sainte-Beuve, souvenir d’une matinée, en espère la publication prochaine en feuilleton dans Le Figaro12. On reconnaît en effet, sous une forme moins développée, une des premières notes de cette série (f. 8) dans le Carnet 1, où elle est de peu postérieure à la lecture d’articles publiés le 17 août 190913. Les notes les plus tardives (f. 12v, 13) indiquent la relecture des promenades du côté de chez Swann au début du Cahier 12, ce qui correspond à la fois à la fin de la mise au net dans le Cahier 63 et à celle de la dactylographie primitive de « Combray », ou de son début, dactylographie de 156 pages achevée au début de décembre 190914. Mais comment et selon quel calendrier cette première mise au net de « Combray » s’est-elle effectuée ?

  • 15 C’est ainsi que dans une lettre à Reynaldo Hahn de la fin de novembre 1909 Proust désigne les sténo (...)
  • 16 En 1909 Proust arrive à Cabourg avec Nicolas Cottin le 14 août, Ulrich le rejoint vers le 25 (voir (...)
  • 17 « Je pourrais en quelques jours vous faire copier très lisiblement ou même à la machine, les cent p (...)
  • 18 Nous avons retrouvé dans les manuscrits de Proust plusieurs exemples de la main qui en juin 1907 a (...)
  • 19 Ponctuellement, aux f. 81 et 86 du Cahier 9, et aux f. 46-48 du Cahier 10 (concernés par une note d (...)
  • 20 Lettre à George de Lauris, première quinzaine d’octobre 1909 ; Corr., t. IX, p. 192-193 ; Lettres, (...)
  • 21 Pour l’ensemble de ces indices et le travail de Proust à Cabourg pendant l’été de 1909, voir Franço (...)
  • 22 Corr., t. IX, p. 157.

Selon l’hypothèse classique, c’est après son retour de Cabourg à la fin de septembre 1909 que Proust aurait dicté son texte « au net », pendant les mois d’octobre et de novembre, à l’un ou l’autre de ceux qu’il appelle les « brillants dioscures de la sténographie15 ». C’est alors d’octobre et novembre 1909 que dateraient, selon cette hypothèse, les f. 8-13 de l’Agenda. Toutefois, divers indices, et d’abord l’arrivée à Cabourg le 25 août 1909 auprès de Proust de Robert Ulrich, son secrétaire d’alors, suggèrent qu’il aurait pu dicter dès ce moment-là le début de son roman16. Ayant écrit peu avant à Vallette qu’il pourrait en faire « copier très lisiblement » en quelques jours « les cent premières pages17 », puis, après le refus de ce dernier, ayant obtenu rapidement de Calmette l’accord d’une publication dans Le Figaro dès l’automne (ou dès qu’il serait prêt ?), Proust n’appellerait-il pas Ulrich auprès de lui pour être en mesure de donner au plus tôt une copie « au net » de la partie du roman déjà préparée dans le Cahier 8, premier des cahiers de montage de « Combray » ? Les Cahiers 9 et 10, majoritairement de la main d’un secrétaire, correspondent précisément à la mise au net du Cahier 8 ; le Cahier 63, en revanche, après les cinq premiers folios dictés (pages correspondant à la fin du Cahier 8), est entièrement autographe. Il se pourrait donc que Proust ait fait venir son secrétaire à Cabourg pour mettre immédiatement « au net » (dans les Cahiers 9 et 10) ce qui était prêt à être dicté, et ait ensuite continué seul (dans le Cahier 63). En ce qui concerne toutefois l’identité du « secrétaire » qui a pris les Cahiers 9 et 10 sous la dictée de Proust, une certaine prudence s’impose, car nous n’avons pas d’échantillon certain de l’écriture d’Ulrich, et ceux que nous avons pu consulter n’ont pas permis de lever entièrement le doute18 (on ne reconnaît pour l’heure avec certitude dans les Cahiers 9 et 10 que la main du valet de chambre de Proust Nicolas Cottin19). Il pourrait s’agir d’une autre personne aux services de laquelle Proust aurait recouru, tandis qu’Ulrich l’aurait rejoint pour des fonctions d’intendance subalternes (comme celles qu’il occupait à Paris, semble-t-il). Quoi qu’il en soit, l’hypothèse d’une dictée à Cabourg paraît d’autant plus plausible que, dans une lettre adressée à Georges de Lauris peu après son retour, Proust affirme qu’il ne « peu[t] guère parler » du fait des crises d’asthme liées à ce retour, et que, pendant qu’il se reposera, il fera « copier » le début de son roman20. Or s’il ne peut parler, comment pourrait-il faire l’effort de dicter plus de cent pages ? L’ensemble des indices dont nous disposons suggère donc que la mise au net était déjà prête avant le retour de Proust à Paris21. C’est à partir du début d’octobre 1909 qu’il la fait « copier », c’est-à-dire « copier à la machine », selon l’expression qu’il employait aussi dans la lettre à Vallette22.

  • 23 À l’exception de la première note du f. 8, « place des portes », qui semble concerner la rédaction (...)
  • 24 Ainsi, au f. 8, la note « voiture armoriée d’une couronne fermée » corrige le passage déjà dicté da (...)
  • 25 On trouve deux essais d’incipit pour ce passage à la fin du Cahier 63 (f. 62v), puis une première r (...)

Toutefois, si l’hypothèse d’une dictée à Cabourg des Cahiers 9 et 10 offre une forte vraisemblance, cela ne signifie pas nécessairement que les notes des f. 8 à 13 de l’Agenda datent, elles aussi, de ce séjour. Il faut distinguer ici entre deux types de notes. Si on les rapproche des cahiers de montage et de mise au net, il apparaît que les notes des f. 8 à 11 concernent la relecture des Cahiers 9 et 1023, et non leur préparation24 : elles pourraient avoir été prises dès Cabourg, au fur et à mesure de la mise au net, ou bien à Paris, après le retour de Proust. Les notes des f. 11v à 13, quant à elles, semblent liées à des additions plus tardives (notamment la mise au point de l’épisode de la madeleine et la séparation entre « Combray I » et « Combray II »25), ainsi qu’à la rédaction du Cahier 63 et de sections ou additions du Cahier 12 postérieures au printemps de 1909. Ces notes datent plus certainement du retour à Paris, au début d’octobre 1909, alors que Proust s’apprête à donner à dactylographier les cahiers déjà prêts, et poursuit la mise au net du Cahier 63 et la reprise de certaines sections du Cahier 12 (en particulier les promenades vers les deux « côtés » de Combray).

Qu’elles datent de Cabourg ou du retour à Paris, ces notes, destinées à des corrections ou des vérifications, serviront à Proust quand il relira la dactylographie, au fur et à mesure de son établissement, avant l’envoi (vain) au Figaro au début de décembre 1909. Certaines ne trouveront une suite que des années plus tard, sur les placards de Du côté de chez Swann.

  • 26 Voir aussi la note isolée en bas du f. 13, « 381 à Levallois », qui correspond au numéro de télépho (...)
  • 27 Voir Corr., t. XII, p. 381 et 391 ; Lettres, p. 618-619 et 624.
  • 28 D’après une lettre de Grasset, il avait à cette date donné son accord pour « 3 livres de 500 pages (...)

Au printemps de 1913 en effet, quand Proust reçoit les placards composés par Grasset, il reprend l’Agenda26, d’abord sur une de ses premières pages prises à l’envers (f. 5v), puis, ne laissant qu’une page blanche, à la suite immédiate de la séquence de 1909 (f. 14-17v). Les notes du f. 5v sont difficiles à dater : elles touchent des passages qui s’échelonnent du placard 1 au placard 91 (sur les 95 placards composés par Grasset entre le 31 mars et le 11 juin 1913), extension qui suggère un mémento préparatoire, antérieur même peut-être à l’arrivée des premiers placards, plutôt qu’une relecture proprement dite. Cette dernière commence au f. 14, avec des notes au crayon de couleur bleu, rapidement écrites d’une grosse écriture, et dont aucune ne concerne un passage antérieur au placard 47 : c’est l’indice que cette série de notes est postérieure au 24 mai 1913, date à laquelle Proust, au plus tard, a renvoyé à Grasset ses 45 premiers placards corrigés27 ; son attention se concentre donc sur les placards suivants. Elle s’étend jusqu’aux placards 77 à 80, placards où commence le récit du séjour à « Bricquebec », ancien nom de Balbec – Proust est encore loin, en effet, au début de juin 1913, d’avoir pris la décision d’écourter drastiquement le premier volume, qui ne sera entérinée que le 12 juillet28 –, mais ces notes prises au cours du mois de juin 1913 concernent aussi les deuxièmes épreuves des 45 placards corrigés, qui commencent à lui arriver dès le 30 mai. Destinées soit aux placards, soit aux deuxièmes épreuves, plusieurs de ces notes des f. 14-17v recoupent des questions qu’il pose, vers la mi-juin 1913, à plusieurs correspondants, Max Daireaux, André Foucart, Émile Mâle.

Les notes des f. 21 à 23, enfin, sont les seules de l’Agenda à être datées, mais sans mention d’année : « 11 août », « 12 août », « 13 août » et « 14 août ». Nous avons pu établir avec certitude qu’il s’agit du mois d’août de l’année 1913. En effet, les personnages qui font l’objet de la filature dont il est question dans ces pages font halte dans deux magasins d’articles photographiques, Kodak et Mazo, dont l’un ne s’est installé à l’adresse mentionnée qu’en mai 1913, tandis que l’autre déménagea en 191429. Nonobstant, ailleurs, quelques rares notes de date incertaine30, les pages consacrées à cette filature marquent la limite chronologique de l’utilisation de l’Agenda par Proust.

Un carnet de travail unique dans le fonds Proust

Par bien des traits formels, l’Agenda rappelle les autres supports reliés que Proust utilise à la même époque. Comme dans certains carnets et cahiers de ces années-là, les première et dernières pages ont été utilisées tête-bêche ; sur l’endroit de l’Agenda, Proust n’a écrit d’abord que sur les pages rectos (f. 8, 9, 10), réservant comme dans ses cahiers les versos (mais le f. 8v était peut-être déjà rempli) : le f. 9v viendra a posteriori, en complément d’une note au recto en vis-à-vis, et le f. 10v restera blanc (à partir du f. 11, en revanche, Proust remplit les pages les unes derrière les autres). L’utilisation de l’Agenda, comme celle des cahiers et des carnets, a été discontinue ; et au sein des quatre séquences chronologiques que nous y avons repérées il est possible, en s’appuyant sur les différences d’encrage et d’inclinaison de la graphie, de délimiter des sortes de petites « campagnes » dans la prise de notes, comme on délimite ailleurs des « unités rédactionnelles ». Comme dans les carnets et cahiers encore, on reconnaît l’usage de plusieurs instruments d’écriture : en 1909, au f. 8, Proust avait commencé en utilisant le crayon à papier, et poursuivi à l’encre ; en 1913, lors de la correction des placards d’imprimerie, il utilise des crayons de couleur bleu et rouge à grosse mine, ainsi qu’il le fait fréquemment quand il relit ses manuscrits. Mais par sa fonction, cet agenda constitue un document de genèse unique dans le fonds Proust, et témoigne d’une méthode de travail qu’on ne retrouvera plus après 1913, lors de la mise au net des volumes suivants.

Loin d’être jetées au hasard de la plume, les notes y suivent grosso modo, nous l’avons dit, l’ordre des manuscrits que Proust est en train de relire et de mettre au point – en 1909, donc, pour le premier chapitre de Contre Sainte-Beuve, souvenir d’une matinée, et en 1913 pour Du côté de chez Swann – et consignent, pour la plupart, des vérifications à opérer, ou des corrections, des reformulations. Conformément à l’étymologie, l’Agenda est bien un carnet de « choses à faire » : un aide-mémoire, utilisé à un moment bien précis du processus génétique, la phase dite pré-éditoriale. À la différence des carnets – et, plus tard, des cahiers dits « d’addition » – où certaines rédactions peuvent prendre de l’ampleur, en rapport avec leur caractère programmatique, l’Agenda se distingue par la brièveté de ses notes, un trait évidemment induit par le format très réduit de l’objet. Elles revêtent une forme spécifique, celle de la liste, forme qu’on trouve fréquemment dans les cahiers et les carnets, mais qui a ici la particularité de n’être pas prospective. Leur objet en effet n’est pas « d’invention », sauf marginalement : quelques listes de noms semblent attendre leurs personnages (f. 12, 54v), une ou deux notes préfigurent des développements qui, à notre connaissance, ne prendront pas corps, ou dans un autre volume (f. 12v). À l’exception de la note de régie déjà signalée (f. 55v-55), les quelques passages rédigés de l’Agenda ne forment pas des phrases complètes : une énumération (f. 9v) est un complément pour une phrase existant déjà dans le manuscrit correspondant ; telle comparaison est recopiée, parce que Proust s’interroge sur un terme (f. 17). La plupart des notes ont en effet pour objet des vérifications que Proust, en auteur scrupuleux et soucieux d’exactitude, entend faire dans de nombreux domaines : on trouve ainsi dans l’Agenda des questions sur des sujets d’ordre littéraire, historique, iconographique, religieux, architectural, botanique, physique, chimique, technique, médical, grammatical, fiscal… Elles prennent quelquefois la forme de questions explicites : « peut-on dire bourgeois au temps de Saint-Simon » (f. 8), « Sire de Guermantes peut-il être dans vitrail debout » (f. 13), « Une église qui a une coupole peut-elle avoir un clocher » (f. 16). Mais le plus souvent, la question n’est pas formulée en tant que telle : Proust se contente d’une citation, parfois approximative, souvent très brève, de son manuscrit. Le caractère méthodique de son travail de relecture nous a permis d’en retrouver aisément le contexte d’origine, et de comprendre ainsi, en général, ce qui préoccupait Proust ; certaines parmi ces notes très elliptiques, dans la série de 1913, s’éclairent à la lumière de la formulation beaucoup plus circonstanciée qu’elles reçoivent dans les lettres que Proust adresse à la même époque à divers amis et connaissances. Un terme commun aux notes de 1909 et de 1913, « kinétoscope », fait le lien entre les deux phases du travail pré-éditorial, nous montrant la persévérance de l’écrivain à plusieurs années de distance : en reprenant le même carnet, Proust ne se signifie-t-il pas à lui-même que le travail de publication interrompu reprend enfin, avec le même souci de vérifications systématiques ?

  • 31 Comparer par exemple : Agenda, f. 8v et Carnet 1, f. 49 ; Agenda, f. 14, 15, 16v, et Carnet 2, f. 2 (...)
  • 32 Comparer par exemple : Agenda, f. 8, et Cahier 12, f. 139v (« liste d’imposition ») ; Agenda, f. 8v(...)
  • 33 Au f. 59v du Carnet 2, en 1912, la note « grange aux dîmes » est reprise (pour enrichir une évocati (...)
  • 34 Au f. 59v du Carnet 2, le « samovar de vieux cuivre anglais rouge » est destiné en 1912 à préparer (...)

Curieusement, l’Agenda n’est jamais désigné dans les cahiers et carnets que nous connaissons (alors qu’on trouve dans les cahiers des renvois aux carnets, et vice-versa), bien qu’on constate entre eux plusieurs recoupements, Proust y ayant parfois noté les mêmes éléments que dans certains carnets31, voire cahiers32. Mais ces notes ne sont pas nécessairement simultanées : une page du Carnet 2 qu’on date de 1912 comporte ainsi à la fois la reprise partielle (mais dans un but programmatique, pour la rédaction d’un autre passage) de notes prises dans l’Agenda à l’automne de 1909 (puis abandonnées)33, et des termes qui, destinés à préparer la mise au net de la troisième partie du premier volume, seront repris dans l’Agenda en 1913, cette fois dans un but de vérification34. Le plus immédiatement sensible, toutefois, c’est l’ampleur des liens que l’Agenda tisse avec les manuscrits qui lui sont contemporains – le lecteur pourra l’éprouver en circulant dans le riche réseau d’illustrations que proposent les notes critiques à la présente édition. Or l’histoire des passages concernés par les notes ne s’arrête pas à ce qu’était au moment de leur inscription l’horizon de l’écrivain. Tels passages du Contre Sainte-Beuve annotés dans l’Agenda ne seront corrigés qu’en 1913, sur les placards de Du côté de chez Swann, indice d’ailleurs que Proust relut en 1913 les notes de 1909. D’autres disparaîtront corps et biens. Certains migreront : dans Le Côté de Guermantes, dans Sodome et Gomorrhe II, dans l’épisode du séjour à Venise, dans « Matinée chez la princesse de Guermantes ». Et bien des passages du premier volume visés par les notes du printemps de 1913 ne seront publiés qu’après la guerre, dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs. Si bien que l’Agenda, incompréhensible en dehors du réseau des nombreux manuscrits contemporains de sa rédaction – cahiers, dactylographies, épreuves – touche de proche en proche à des parties de l’œuvre qui, aujourd’hui, en sont très éloignées, et en exemplifie, en quelque sorte, l’expansion, à partir du noyau très fertile de « Combray ».

Un carnet intime

  • 35 Voir f. 8v, n. 9.
  • 36 Voir f. 8v, n. 6. Proust n’a peut-être inséré le nom de Gaston Coignet dans les épreuves du Côté de (...)
  • 37 Il devient « Burnier ». Voir CG II, II, p. 847, et Corr., t. XIX, p. 204, n. 3. Proust semble avoir (...)
  • 38 Voir Camille Wixler, « Proust au Ritz : souvenirs d’un Maître d’hôtel », Adam International Review, (...)

Dans les notes du printemps de 1909, une page (f. 8v), la plus ancienne peut-être de cet ensemble, consiste en une liste de noms propres, presque identique à celles qu’on trouve au même moment dans le Cahier 5 et un peu plus tard sans doute dans le Carnet 1, et que Philip Kolb avait commencé à élucider. Elle révèle le lien que Proust établit entre certains membres de l’aristocratie – les princes Murat et Radziwill, le marquis de Ganay – et leur domesticité, en constituant une série de « couples ». Si Constantin Radziwill était connu de son temps comme homosexuel, en particulier pour ses amours ancillaires, Jean de Ganay n’est considéré aujourd’hui comme tel que par une anecdote rapportée par George Painter dans sa biographie de Proust35 ; quant à Joachim Murat, nous n’avons trouvé aucune rumeur à son sujet, mais l’insertion de son nom dans cette liste suggère qu’il devait aussi « en être ». Quant aux domestiques, la correspondance de Proust et les témoignages de plusieurs de ses amis révèlent combien il s’intéressait à eux, et semblait parfois préférer leur compagnie à celle de leurs maîtres. Il a d’ailleurs intégré au moins deux noms de valets dans son roman : Coignet, qui figure dans l’Agenda36, et Émile Burnet, chasseur de l’hôtel Ritz37. On sait qu’il avait une prédilection pour le personnel des grands hôtels38.

  • 39 Sur les documents retrouvés dans les Archives Murat, voir f. 8v, n. 6.
  • 40 Dans la littérature du xixe siècle, les valets de pied sont régulièrement qualifiés par leur haute (...)
  • 41 Voir CG I, II, p. 317 sq. ; JF I, I, p. 495 et p. 517-518.
  • 42 « Swann retrouva rapidement le sentiment de la laideur masculine, quand, au-delà de la tenture de t (...)
  • 43 Voir ainsi l’épisode comique de Charlus dînant au Grand-Hôtel avec le valet de pied de Mme de Chevr (...)

Les archives que nous avons pu consulter permettent d’établir que trois des quatre domestiques mentionnés dans ce folio, Paul Vernet, Georges Polleunis et Gaston Coignet, furent simultanément ou presque, au printemps de 1909, employés chez le prince Murat comme « valets de pied39 ». Inférieurs dans la hiérarchie de la domesticité aux majordomes et aux valets de chambre, les valets de pied portaient la livrée et avaient des fonctions très variées, notamment de représentation40 : ils se devaient d’avoir une certaine prestance. On en rencontre beaucoup dans le roman de Proust41 : pour Swann arrivant à la soirée Saint-Euverte, « la meute éparse, magnifique et désœuvrée de[s] grands valets de pied », « colossaux », incarne la beauté masculine42 ; pour Charlus et ses pareils, ils sont à plusieurs reprises objets de désir43.

  • 44 SG II, III, p. 35-37.
  • 45 Cahier 64, f. 137v : « Les Maquerelles / Et j’avoue que pour ma part j’ai toujours trouvé beaucoup (...)
  • 46 On connaît la descente de police du 11 janvier 1918 à l’hôtel de Le Cuziat où Proust se trouva pris (...)

Aux noms des maîtres et de leurs domestiques s’ajoute dans la liste du f. 8v l’adresse d’une maison de rendez-vous pour hommes du quartier de la Bourse, l’hôtel de Madrid : maison bien identifiée, mais que l’on n’avait jamais associée auparavant au nom de Proust, pas plus que son tenancier, un certain Gabriel Paul (le nom beaucoup plus fameux du futur gérant de la maison de la rue de l’Arcade, Albert Le Cuziat, apparaîtra dans un ajout à la troisième version de cette liste, dans le Carnet 1, alors qu’il est encore, à cette époque, employé chez le prince Orloff). Le fait que Proust note l’adresse de l’hôtel de Madrid signifie-t-il qu’il vient d’en découvrir l’existence ? On ne peut guère douter qu’il l’ait fréquenté. Mais le lien, s’il existe, que Proust établit entre cette maison pour hommes et les couples de maîtres et domestiques qu’il énumère juste avant et juste après, Murat et Paul Vernet, Radziwill et Gaston Coignet, Ganay et Maurice Roger, demeure énigmatique. L’ajout du nom d’Albert Le Cuziat à la version plus tardive de cette liste, dans le Carnet 1, pourrait cependant l’éclairer : Le Cuziat a été successivement valet de pied du prince Radziwill et tenancier d’établissements de prostitution masculine. Il est fort possible que ce soit en fréquentant l’hôtel de Madrid que Proust ait connu – ou reconnu, en une scène rappelant celle qui se produit entre l’huissier et le duc de Châtellerault dans Sodome et Gomorrhe II44 – les valets de pied en question (ou leurs maîtres), ou qu’il ait obtenu des confidences à leur sujet (songeons aux développements sur les « maquerelles » dans le Cahier 6445, qui datent également de 1909). En tout cas, il faut désormais ajouter le nom de l’hôtel de Madrid à celui de l’hôtel Marigny comme source de la maison de Jupien dans la Recherche. Les deux firent d’ailleurs l’objet d’une descente de police en 1918, à deux mois d’intervalle, par le commissaire, puis chef de la Sûreté, Tanguy46.

  • 47 Sans doute à grand prix. Si, faute d’archives, on ne connaît pas toujours les tarifs exacts exercés (...)
  • 48 Voir la n. 8 au f. 21v et la n. 5 au f. 22.
  • 49 Voir Corr., t. XII, p. 250, la lettre à Georges de Lauris où Proust précise la date de son départ d (...)

D’autres pages de l’Agenda renvoient à d’autres aspects de la vie intime de Proust, ainsi le compte rendu d’une filature de quatre jours à travers Paris qu’on trouve aux f. 21-23. Écrites d’une main très hâtive, dans un style télégraphique et avec de nombreuses abréviations, ces pages ont pu être remplies sous la dictée d’un détective employé par Proust47 et venu au « rapport » (ou sous celle d’un tiers répétant à Proust ce rapport). Elles relatent, avec plus ou moins de détail, quatre « filatures » que l’enquêteur a dû conduire en automobile, pour suivre à la trace ses « filés » qui empruntent fiacres et taxis à travers, principalement, le Paris de la rive droite. Les points fixes en sont le domicile de Proust boulevard Haussmann (point de départ de la filature du 11 août, f. 21, point d’arrivée de celle du 12, f. 22), et la gare de l’Est ou une petite rue des environs, la rue Saint-Laurent (point de départ probable des filatures des 12 et 13 août, f. 21v, point d’arrivée de celle du 14, f. 23). Nous avons dit qu’elles datent sans doute possible d’août 191348. L’identité du « filé » mentionné au f. 22, nommé seulement « A », ne laisse, par conséquent, guère de doute : c’est une semaine exactement avant le début de cette filature, le 4 août 1913, que Proust était rentré brusquement de Normandie avec son chauffeur et secrétaire Alfred Agostinelli, quittant précipitamment Houlgate pour Paris avec lui, sans même repasser par Cabourg49. Une lettre adressée à Albert Nahmias, et que Philip Kolb, qui ne connaissait pas ces pages de l’Agenda, croyait contemporaine du départ d’Agostinelli du boulevard Haussmann au début de décembre 1913, pourrait être de peu antérieure à cet épisode, et avoir été écrite par Proust dès son retour à Paris :

  • 50 Corr., t. XII, p. 355 (lettre 172). La suite de la lettre suppose la présence de Nahmias à Paris, p (...)

Excusez-moi de vous poser une question étrange qui, inopinément, représente pour moi un grand service. Vous est-il jamais arrivé, pour une raison quelconque[,] de faire suivre quelqu’un, et si oui, avez-vous gardé des adresses de policiers, ou contact avec eux ? J’ai mille fois reçu des adresses de ce genre mais ne croyant pas en avoir jamais besoin je les ai toujours jetées et ne sais ce qu’elles sont devenues. D’autre part je pourrais en trouver dans un annuaire mais ne sais si elles sont les bonnes, car il doit y avoir là comme dans tout du bon et du mauvais. Vous seriez gentil de penser à cela, c’est très pressé50 […].

L’Agenda 1906, f. 21v-22

L’Agenda 1906, f. 21v-22

BNF, Manuscrits, NAF 28274

  • 51 Selon Jean-Marc Quaranta, il pourrait s’agir du prince Constantin Radziwill (« La jalousie à l’œuvr (...)
  • 52 Il s’agit peut-être du comte Henry Florimond de Reiset, né à Darmstadt le 9 mars 1863, mort à Paris (...)
  • 53 Voir Le Figaro, 5 août 1913, p. 3, bas de la col. 3 : « M. Jacques de Chefdebien, à la villa Aquill (...)
  • 54 Voir Corr., t. I, p. 304 (lettre 165), et t. II, p. 318-319, 320-321 (lettre 208).

Qu’on n’aille pas voir dans sa relation avec Agostinelli « quelque chose de pédérastique », écrira-t-il une semaine après son retour précipité à Nahmias, alors à Cabourg. Il s’agissait pourtant, vu la suite des événements, d’éviter que son secrétaire n’y fasse quelque « mauvaise » rencontre. Mais avec qui51 ? Proust interroge Nahmias dans la même lettre pour savoir si un « Comte rasé » (d’après Philip Kolb, il s’agirait peut-être d’un certain comte de Reiset52) et son ami, Chefdebien, sont toujours dans la villégiature normande. Il est possible que, le 4 août, avant son départ précipité, Proust ait interrogé la chroniqueuse mondaine du Figaro, Régina, non seulement au sujet des divers mondains qui fréquentent la région de Deauville-Trouville, mais aussi sur les dernières arrivées à Cabourg : il aurait ainsi appris celle des deux hommes, qui sera signalée dans le numéro du lendemain (le nom de Proust apparaissant le même jour dans la rubrique « Rencontré sur la plage53 »). Jacques Dubois de Chefdebien (1867-1940) est un ami de jeunesse avec lequel les relations semblent avoir été orageuses, et dont Mme Proust n’approuvait pas la fréquentation pour son fils54. Il est peut-être celui dont la rencontre doit être évitée à tout prix.

  • 55 Voir f. 21 et n. 7. Mais Agostinelli, si c’est bien lui, s’est peut-être rendu compte que son fiacr (...)
  • 56 Vaudeville en 5 actes représenté pour la première fois au théâtre du Palais-Royal le 6 décembre 187 (...)
  • 57 Voir Dominique Kalifa, op. cit., p. 96 sq.
  • 58 Ibid., p. 243 sq.

Les quatre jours de filature ont-ils « révélé » quoi que ce soit à Proust ? Quoi de plus banal, semble-t-il, que les allées et venues et les gestes observés, que de timbrer une lettre et de la mettre à la boîte, d’acheter des billets pour aller au spectacle, de prendre l’apéritif, de jouer aux cartes ? Même si le trajet en fiacre du 11 août paraît inutilement long55, ce n’est peut-être que l’innocente promenade d’oisifs à travers le Paris estival, et la fréquentation assidue de magasins consacrés à la photographie (Kodak les 12 et 13, Mazo le 13) n’a rien, en soi, de suspect… D’ailleurs, Proust devait connaître la caricature des détectives privés dépeints dans le vaudeville d’Henry Meilhac et Ludovic Halévy, Tricoche et Cacolet56, qui seront pendant longtemps l’incarnation de cette profession en ce qu’elle pouvait avoir à la fois de plus corrompu et de plus ridicule57. Il pouvait donc se méfier de tels personnages, capables d’inventer leur rapport ou même de se retourner contre leur client en leur faisant du chantage58.

Un passage de la Recherche réunit l’intérêt de Proust pour les agences de détectives et les valets, et montre qu’il savait très bien à quel point une filature pouvait devenir absurde :

  • 59 Sur cette expression, voir la n. 61.
  • 60 P, III, p. 723.

En effet, M. de Charlus, se contentant de faire espionner sans vergogne les faits et les gestes de Morel par une agence policière59, absolument comme un mari ou un amant, ne laissait pas de faire attention aux autres jeunes gens. La surveillance qu’il chargeait un vieux domestique de faire exercer par une agence sur Morel était si peu discrète, que les valets de pied se croyaient filés et qu’une femme de chambre ne vivait plus, n’osait plus sortir dans la rue, croyant toujours avoir un policier à ses trousses60.

Dans « Un amour de Swann », les enquêtes auxquelles se livre Swann débouchent aussi sur un résultat burlesque :

  • 61 À l’époque de Proust on parlait plutôt en effet d’« agence de renseignements » ou d’« agence de pol (...)
  • 62 NAF 16755, f. 179 ; cf. CS, I, p. 292. Le passage était absent de la dactylographie d’« Un amour de (...)

[…] tout ce que disait Odette lui paraissait suspect. L’entendait-il citer un nom ; c’était certainement celui d’un de ses amants ; une fois cette supposition forgée, il passait des semaines à se désoler ; il s’aboucha <même une fois> avec une agence de renseignements61 pour savoir l’adresse, l’emploi du temps de l’inconnu qui ne le laisserait respirer que quand il serait parti en voyage, et dont il finit par apprendre que c’était un oncle d’Odette mort depuis vingt ans62.

Ce passage absent de la dactylographie est déjà imprimé sur les deuxièmes épreuves (lot estampillé le [2]7 juin 1913) : il a donc été ajouté sur placard, au printemps, bien avant les filatures d’août, indice, peut-être, que la lettre où Proust demande à Nahmias « des adresses de policiers » pourrait être beaucoup plus précoce. Les conséquences des filatures sur les relations entre Proust et Agostinelli pourraient avoir été autrement sérieuses et avoir détruit la confiance que le jeune homme avait encore en son protecteur, du moins si ce qu’on lit dans le Cahier Dux (cahier où, pendant l’été de 1913, Proust esquisse l’interruption brutale du séjour du protagoniste à Balbec et le récit de la captivité d’Albertine), en est peu ou prou la transposition romanesque :

Je mettrai quelque part et probablement quand elle m’a dit qu’elle connaissait Mlle Vinteuil.

  • 63 Voir Cahier 71, S. Kurokawa, P.-E. Robert, F. Goujon et N. Mauriac Dyer (éd.), Turnhout, Brepols Pu (...)

Alors la curiosité heureuse que j’avais eu de sa vie, de ce qu’elle faisait, de ses goûts, se changea en une curiosité terrible de sa vie, de ses/ce qu’elle faisait[,] de ses goûts. Je voulais savoir tout ce qu’elle faisait et qu’elle sût que je savais tout ce qu’elle faisait. Je questionnais ses amies. Je <me> mis en rapport avec la police. Et je lui montrais des lettres de policiers en lui disant que c’était des ennemis à moi qui me les écrivaient faisaient envoyer63.

Une note de régie dans la marge, sans doute plus tardive, résume l’enchaînement des circonstances, jusqu’au dénouement tragique :

  • 64 Ibid.

Car il faudra masser tout cela et sur et cette curiosité amènera enquête, enquête méfiance, méfiance départ, départ mort, en q.q. semaines64.

Les filatures de l’Agenda ne sont sans doute que le deuxième acte du drame dont le troisième sera le départ d’Agostinelli en décembre.

*

  • 65 C’est une idée qu’a bien voulu partager avec moi Antoine Compagnon, peu après la mise en vente de l (...)

Exceptionnel, l’Agenda 1906 l’est par bien des aspects : par l’histoire de son acquisition, par son format si réduit, par la méthode de travail qu’il exemplifie et par certains aspects de son contenu privé. Restent bien des questions et d’abord celle-ci : pourquoi Marcel Proust, si indifférent aux dates qu’il ne les notait jamais en tête de sa correspondance et dont les rendez-vous, à cause de la maladie, étaient toujours révocables au dernier moment, aurait-il fait l’emplette d’un agenda ? Ne s’agirait-il pas d’un cadeau d’un proche bien intentionné (Mme Straus, déjà ?), au lendemain de la mort de sa mère65, alors qu’une nouvelle vie commençait, en effet, pour lui ? Attendre plusieurs années avant d’y consigner ses premières notes de travail, et que celles-ci concernent des vérifications à faire pour que Contre Sainte-Beuve, souvenir d’une matinée – d’une matinée partagée avec Maman… – soit irréprochable ; reprendre ce même petit carnet quatre ans plus tard, en 1913, pour mener à bout cette relecture scrupuleuse alors que le livre refusé en 1909 allait enfin paraître, n’était-ce pas à la fois faire hommage à l’amitié confiante de celui ou celle qui lui avait fait présent de cet agenda, et exprimer le lien indéfectible de son travail à la figure tutélaire, et au souvenir, de Mme Proust ?

On pourra retenir aussi la fenêtre que l’Agenda ouvre assez violemment sur la vie privée de Marcel Proust : rien au fond que le roman ne nous eût déjà appris, mais qui revêt ici une sorte de fascinante crudité.

Notes

1 Marcel Proust and Swann’s Way: 100th Anniversary, New York, The Morgan Library and Museum, 15 février-28 avril 2013.

2 Marcel Proust, catalogue d’exposition (Bibliothèque nationale, juin-septembre 1965), rédigé par Florence Callu et Jacques Lethève, sous la direction. de Jean Adhémar et Marcel Thomas ; préface par Étienne Dennery, Paris, Bibliothèque nationale, 1965.

3 Voir Corr., t. VIII, p. 39, lettre du 2 février 1908 à Geneviève Straus, et la n. 2 de Philip Kolb, p. 41. Les quatre carnets utilisés par Proust sont conservés à la Bibliothèque nationale de France, sous les cotes NAF 16637, NAF 16638, NAF 16639 et NAF 16640 ; le cinquième carnet, offert par Proust à Céleste Albaret et resté vierge, se trouve au musée Carnavalet, Paris.

4 Sur l’histoire du fonds Proust à la Bibliothèque nationale de France, voir la note de Florence Callu en tête du tome I de l’édition d’À la recherche du temps perdu publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié (Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1987, p. cxlv-clxvii) et l’article de Guillaume Fau, « Le fonds Proust au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Notes pour un cinquantenaire », in Proust, 1913, Genesis 36/13, p. 135-140.

5 « Contenant : calendrier avec répertoire pour notes personnelles, 4 carnets trimestriels interchangeables, répertoire d’adresses et crayon marque-page. Modèle courant genre maroquin FRS : 28. Se fait également en véritable maroquin […]. » (publicité pour la presse, 1928).

6 Voir f. 13, 34v, 57v.

7 On ne peut en être tout à fait certain, cependant. La boutique « Patin 36 rue Tronchet » (f. 4v), fournisseur de thé et café, se trouvait à quelques minutes à pied du 102, boulevard Haussmann. Proust, s’il en inscrit l’adresse dans son agenda, vient vraisemblablement d’en découvrir l’existence. Aussi cette note suit-elle peut-être de peu son emménagement, dans les derniers jours de 1906. Elle serait alors la plus ancienne de l’Agenda.

8 À ces quatre périodes d’utilisation s’ajoutent quelques notes isolées de date incertaine : outre le f. 34v déjà mentionné dans la note précédente, les f. 54v et 57v.

9 Voir la lettre à Alfred Vallette, [peu avant la mi-août 1909], Corr., t. IX, p. 155-157 ; Lettres, p. 490-491.

10 Voir le schéma narratif primitif du Cahier 3 (Bernard Brun, « Inventaire du Cahier 3 », Bulletin d’informations proustiennes, no 9, 1979, p. 11-17, et Françoise Leriche, « De la “naissance” de la Recherche à “l’œuvre des manuscrits”. Étapes dans la réflexion sur les processus génétiques proustiens », Marcel Proust Aujourd’hui, no 10, 2013, p. 9-31).

11 Voir f. 8v, n. 1 et 2.

12 Voir Corr., t. IX, p. 163, lettre à Mme Straus [vers le 16 août 1909], et p. 179-181, lettre à Robert Dreyfus [vers la fin d’août 1909].

13 Voir f. 8, n. 9 ; Carnet 1, f. 38v à 40v (voir Carnets, éd. Florence Callu et Antoine Compagnon, Paris, Gallimard, 2002, p. 98, n. 305 et p. 99, n. 308).

14 Précisément le jeudi 2 décembre 1909. Voir Françoise Leriche, « Une nouvelle datation des dactylographies du Temps Perdu à la lumière de la Correspondance », Bulletin d’informations proustiennes, no 17, 1986, p. 7-20, et Lettres, p. 498 n. 9. Rappelons que cette dactylographie formait pour Proust le « début du premier chapitre » du Contre Sainte-Beuve (Corr., t. IX, p. 220).

15 C’est ainsi que dans une lettre à Reynaldo Hahn de la fin de novembre 1909 Proust désigne les sténo-dactylographes qui tapent à la machine ses cahiers (Corr., t. IX, p. 220 ; pour une datation plus précise voir Lettres, p. 497-498).

16 En 1909 Proust arrive à Cabourg avec Nicolas Cottin le 14 août, Ulrich le rejoint vers le 25 (voir Corr., t. IX, p. 12, 165-166, 172, 177-178). Au sujet d’une possible dictée des Cahiers 9 et 10 à Robert Ulrich pendant ce séjour à Cabourg, voir l’hypothèse de Françoise Leriche : « La mise au net de “Combray” en 1909 : une nouvelle datation à la lumière de la Correspondance », Bulletin d’informations proustiennes, no 46, 2016 (à paraître).

17 « Je pourrais en quelques jours vous faire copier très lisiblement ou même à la machine, les cent premières pages », Corr., t.  IX, p. 15.

18 Nous avons retrouvé dans les manuscrits de Proust plusieurs exemples de la main qui en juin 1907 a pris deux lettres sous sa dictée (Corr., t. VII, nos 110 et 117), main qui, selon Philip Kolb, serait celle de Robert Ulrich (voir ibid., t. VI, no 108, la lettre signée « Robert Ulrich » dont Kolb a vu l’original). Voir la mise au net partielle de l’article « Journées de lecture » publié dans Le Figaro du 20 mars 1907 ; NAF 16634, f. 82-87); un fragment de mise au net du pastiche de Renan (Le Figaro du 21 mars 1908 ; NAF 16632, f. 42), ainsi qu’un béquet dans le pastiche de Flaubert « par Sainte-Beuve » (Le Figaro du 14 mars 1908 ; NAF 16632, f. 38). Or la main qui a mis au net une partie du pastiche de Flaubert (Le Figaro du 14 mars 1908 ; NAF 16632, f. 31-34) présente de grandes ressemblances avec celle des Cahiers 9 et 10. Il faut donc admettre, si on pose qu’il s’agit dans les deux cas de celle de Robert Ulrich, que l’écriture de ce dernier s’est (par mimétisme avec celle de Proust ?) soudain « penchée » et sensiblement modifiée dans les premiers mois de 1908. Nous ne pouvons, à ce stade, conclure de manière définitive.

19 Ponctuellement, aux f. 81 et 86 du Cahier 9, et aux f. 46-48 du Cahier 10 (concernés par une note de l’Agenda : voir f. 11, n. 5), ainsi que dans le Reliquat NAF 16703, f. 6 (voir Anthony Pugh, « Sur le copiste de la première dactylographie », Bulletin d’informations proustiennes, no 31, 2000, p. 25). Sur la présence de Nicolas Cottin à Cabourg pendant l’été de 1909, voir ci-dessus, n. 16.

20 Lettre à George de Lauris, première quinzaine d’octobre 1909 ; Corr., t. IX, p. 192-193 ; Lettres, p. 495-496.

21 Pour l’ensemble de ces indices et le travail de Proust à Cabourg pendant l’été de 1909, voir Françoise Leriche, « La mise au net de “Combray” en 1909 »,  art. cit. supra, n. 16.

22 Corr., t. IX, p. 157.

23 À l’exception de la première note du f. 8, « place des portes », qui semble concerner la rédaction du Cahier 8. Voir f. 8 n. 1.

24 Ainsi, au f. 8, la note « voiture armoriée d’une couronne fermée » corrige le passage déjà dicté dans le Cahier 9, d’ailleurs absent du Cahier 8 : c’est donc une note de relecture (voir f. 8, n. 9). De même, au f. 11, la note de quelques lignes sur les anges de Giotto réécrit le passage dicté dans le Cahier 10, cette reformulation de l’Agenda servant ensuite à corriger le texte de la mise au net (voir f. 11, n. 4). Voir aussi la longue note du f. 9v, addition non réalisée au Cahier 10, et vraisemblablement destinée à être insérée dans la dactylographie (voir f. 9v, n. 1).

25 On trouve deux essais d’incipit pour ce passage à la fin du Cahier 63 (f. 62v), puis une première rédaction aux derniers folios du Cahier 8 (f. 66v sq.) ; celle qui figure au début du Cahier 25 (f. 2-11), plus élaborée, est mise au net sur des feuilles volantes (NAF 16703, f. 6 sq.) qui serviront de base à la dactylographie.

26 Voir aussi la note isolée en bas du f. 13, « 381 à Levallois », qui correspond au numéro de téléphone du café où Proust pouvait joindre son chauffeur Odilon Albaret. Cette note qui ne peut pas être antérieure à 1912, date d’installation dudit café, suit vraisemblablement de peu l’installation à Levallois d’Odilon Albaret avec sa jeune épouse, Céleste, après leur mariage le 28 mars 1913.

27 Voir Corr., t. XII, p. 381 et 391 ; Lettres, p. 618-619 et 624.

28 D’après une lettre de Grasset, il avait à cette date donné son accord pour « 3 livres de 500 pages » (Corr., t. XIII, p. 396).

29 Voir la n. 8 au f. 21v et la n. 5 au f. 22.

30 Outre le f. 34v déjà mentionné, les f. 54v et 57v.

31 Comparer par exemple : Agenda, f. 8v et Carnet 1, f. 49 ; Agenda, f. 14, 15, 16v, et Carnet 2, f. 26v. Dans ce dernier exemple, le Carnet et l’Agenda semblent être utilisés de manière alternative, le Carnet 2 semblant même récapituler de manière plus structurée les notes de l’Agenda qui nécessitaient des vérifications auprès des correspondants (voir f. 14, n. 4 ; f. 15, n. 1 ; f. 16v, n. 4).

32 Comparer par exemple : Agenda, f. 8, et Cahier 12, f. 139v (« liste d’imposition ») ; Agenda, f. 8v, et Cahier 5, f. 2v (liste de maîtres et de domestiques).

33 Au f. 59v du Carnet 2, en 1912, la note « grange aux dîmes » est reprise (pour enrichir une évocation des Guermantes) de l’énumération développée au f. 9v de l’Agenda pour compléter les goûts architecturaux de la grand-mère. Voir f. 9v, n. 1.

34 Au f. 59v du Carnet 2, le « samovar de vieux cuivre anglais rouge » est destiné en 1912 à préparer l’évocation de l’appartement de Mme Swann ; la note « samovar » de l’Agenda, f. 14v, se donne pour tâche de vérifier ses caractéristiques au moment de la correction des épreuves, en 1913. Voir f. 14v, n. 1.

35 Voir f. 8v, n. 9.

36 Voir f. 8v, n. 6. Proust n’a peut-être inséré le nom de Gaston Coignet dans les épreuves du Côté de Guermantes qu’après la confirmation, en juin 1920, de sa mort au front.

37 Il devient « Burnier ». Voir CG II, II, p. 847, et Corr., t. XIX, p. 204, n. 3. Proust semble avoir entretenu une correspondance avec Émile Burnet : ibid., p. 204. Dans les présentes notes de l’Introduction, nous renvoyons pour À la recherche du temps perdu à l’édition de la « Bibliothèque de la Pléiade » dirigée par Jean-Yves Tadié (Paris, Gallimard, 1987-1989) avec les abréviations suivantes :
CS : Du côté de chez Swann
JF : À l’ombre des jeunes filles en fleurs
CG I, II : Le Côté de Guermantes I, II
SG I, II : Sodome et Gomorrhe I, II
P : La Prisonnière
AD : Albertine disparue
TR : Le Temps retrouvé

38 Voir Camille Wixler, « Proust au Ritz : souvenirs d’un Maître d’hôtel », Adam International Review, nos 394-396, 1976, p. 14-21. Son secrétaire Henri Rochat avait d’ailleurs été serveur au Ritz.

39 Sur les documents retrouvés dans les Archives Murat, voir f. 8v, n. 6.

40 Dans la littérature du xixe siècle, les valets de pied sont régulièrement qualifiés par leur haute stature et leur présence sur le siège des carrosses, dont ils ouvrent la portière : ainsi, dans Les Mystères de Paris (1843) d’Eugène Sue, « derrière le carrosse un valet de pied gigantesque et poudré, vêtu d'une livrée bleue, jonquille et argent [...] » (Deuxième partie, XV, « Le Bal », p. 256), ou dans Les Rois en exil (1879) d’Alphonse Daudet : « Sur un ordre de la reine, le grand valet de pied qui se disposait à les suivre reprit sa place sur le siège, et l'on convint que la voiture attendrait. » (op. cit., p. 984). Il y a encore de « grands valets de pied » à l’arrière des premières automobiles, comme le remarque le narrateur à la fin de Swann : « Hélas ! il n’y avait plus que des automobiles conduites par des mécaniciens moustachus qu’accompagnaient de grands valets de pied. » (CS, I, p. 417). Pauline de Pange, dans Comment j’ai vu 1900 (Grasset, 1962, « Les Cahiers rouges », 2013), se souvient que les valets de pied en livrée remplissaient aussi les hôtels particuliers : « Si la maison était pleine de meubles, elle l’était aussi de domestiques. En 1910, l’année de mon mariage, il y en avait encore quatorze et certainement dans mon enfance, avant 1900, il y en avait davantage. Au pied de l’escalier, dans le vestibule, se tenait en permanence un laquais en livrée bleue et jaune. Les jours de réception il portait des culottes, des bas de soie, des souliers à boucles et des gants blancs. Cet homme ou un autre, car ils se relayaient, restait dans le vestibule de une heure de l’après-midi à huit heures du soir. » (p. 23) Boni de Castellane, cet ami de Proust connu pour son faste, remplissait ses vestibules de « 500 valets de pied » lors de ses grandes réceptions (Boni de Castellane, L’Art d’être pauvre, Paris, Tallandier, coll. « Texto. Le goût de l’histoire », 2009, p. 171).

41 Voir CG I, II, p. 317 sq. ; JF I, I, p. 495 et p. 517-518.

42 « Swann retrouva rapidement le sentiment de la laideur masculine, quand, au-delà de la tenture de tapisserie, au spectacle des domestiques succéda celui des invités » (CS, I, p. 320).

43 Voir ainsi l’épisode comique de Charlus dînant au Grand-Hôtel avec le valet de pied de Mme de Chevregny (SG II, III, p. 375 sq.) ; celui où il appuie son index sur le nez d’un valet de pied des Verdurin (P, III, p. 731-732) ; certains « propos furtifs » échangés lors de la soirée Verdurin (ibid., p. 748) ; l’épisode de l’hôtel de passe de Jupien : « Je lui expliquai pourquoi j’étais venu. On entendait des clients qui demandaient au patron s’il ne pouvait pas leur faire connaître un valet de pied, un enfant de chœur, un chauffeur nègre. Toutes les professions intéressaient ces vieux fous » (TR, IV, p. 402).

44 SG II, III, p. 35-37.

45 Cahier 64, f. 137v : « Les Maquerelles / Et j’avoue que pour ma part j’ai toujours trouvé beaucoup de plaisir à connaître des entremetteuses, fût-ce seulement pour passer des soirées à causer avec elles. » ; f. 138 : « À propos des maquerelles / […] J’ai toujours eu un faible ai J’ai toujours aimé la société des êtres que don qui <dont la mémoire et la conversation> sont remplis de renseignements même s’ils ne les co sur les choses que j’aime* […] ».

46 On connaît la descente de police du 11 janvier 1918 à l’hôtel de Le Cuziat où Proust se trouva pris (voir Laure Murat, « Proust Marcel, 46 ans, rentier », La Revue littéraire, no 14, mai 2005, p. 82-92). Le dossier de la préfecture de police sur l’hôtel de Madrid, pourtant bien fourni, ne contient aucun rapport sur une « descente » en 1918, et c’est un article de presse qui nous l’apprend : Le Journal, 20 mars 1918, p. 2, col. 4.

47 Sans doute à grand prix. Si, faute d’archives, on ne connaît pas toujours les tarifs exacts exercés par les agences, on sait qu’une filature était chère (voir Dominique Kalifa, Naissance de la police privée. Détectives et agences de recherches en France 1832-1942, Paris, Plon, coll. « Civilisations et mentalités », 2000, p. 186).

48 Voir la n. 8 au f. 21v et la n. 5 au f. 22.

49 Voir Corr., t. XII, p. 250, la lettre à Georges de Lauris où Proust précise la date de son départ d’Houlgate pour Paris, certainement en fin de journée, puisqu’il a été « Rencontré sur la plage » de Cabourg le même jour (voir infra n. 53). Son retour dans la capitale est annoncé par Le Figaro du 7 août 1913.

50 Corr., t. XII, p. 355 (lettre 172). La suite de la lettre suppose la présence de Nahmias à Paris, puisque Proust l’invite à passer le voir le jour même. Nahmias est en tous cas à Cabourg quand commencent les filatures, puisque c’est là que Proust lui écrit (ibid., p. 248-249) pour lui expliquer les raisons de son départ et lui exprimer le « regret des moments qu[’il] aurai[t] pu passer avec [lui] ». Il est possible que Proust ait ignoré que Nahmias avait déjà quitté la capitale, ou même que la lettre 172 précède le départ pour Cabourg de Proust lui-même, vers le 24 juillet, et corresponde à un premier épisode de jalousie.

51 Selon Jean-Marc Quaranta, il pourrait s’agir du prince Constantin Radziwill (« La jalousie à l’œuvre : Alfred Agostinelli et les corrections de “Swann” en 1913 », in Cent ans de jalousie proustienne, Erika Fülöp et Philippe Chardin [dir.], Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 39-51). Or c’est « Loche » (« Prince L. Radziwill ») qui est alors à Deauville-Trouville (Le Figaro, 5 août 1913, p. 3, col. 2, rubrique « au polo »), et non le prince Constantin, que Le Figaro du même jour (p. 5, col. 6) dit en son château de Balice, en Pologne. Certes, dans Le Figaro du 4 août (rubrique « Deauville-Trouville », p. 4, col. 1), l’auteur de la chronique mondaine, Régina, mentionne, parmi « les personnes remarquées au pesage et à la tribune réservée » aux courses de Deauville, la veille, le samedi 2, le nom de « prince Radziwill » sans précision du prénom ; toutefois, le lundi 4 août, c’est-à-dire le jour même de la publication de ce numéro, comme Proust a rencontré Régina elle-même sur la plage de Cabourg (voir infra n. 53), il pouvait se renseigner de bonne source sur l’identité de ce prince Radziwill qui villégiaturait dans les environs, s’il craignait que ce fût le prince Constantin.

52 Il s’agit peut-être du comte Henry Florimond de Reiset, né à Darmstadt le 9 mars 1863, mort à Paris le 16 janvier 1954, qui épousa en 1905 Marie Barberis (1882-1964) avec qui il eut quatre enfants. Voir son dossier de Légion d’Honneur.

53 Voir Le Figaro, 5 août 1913, p. 3, bas de la col. 3 : « M. Jacques de Chefdebien, à la villa Aquillon » ; « le comte et la comtesse de Reiset, à la villa des Fougères ». « M. Marcel Proust » est mentionné quelques lignes plus loin par Régina, l’auteur de ce courrier mondain, sous la rubrique : « Rencontré sur la plage » (haut de la colonne 4).

54 Voir Corr., t. I, p. 304 (lettre 165), et t. II, p. 318-319, 320-321 (lettre 208).

55 Voir f. 21 et n. 7. Mais Agostinelli, si c’est bien lui, s’est peut-être rendu compte que son fiacre était suivi, et prolonge-t-il à dessein le parcours, jusqu’à un lieu de la capitale, le pont Saint-Michel, à proximité duquel se trouvent de nombreuses ruelles où « perdre » un enquêteur.

56 Vaudeville en 5 actes représenté pour la première fois au théâtre du Palais-Royal le 6 décembre 1871.

57 Voir Dominique Kalifa, op. cit., p. 96 sq.

58 Ibid., p. 243 sq.

59 Sur cette expression, voir la n. 61.

60 P, III, p. 723.

61 À l’époque de Proust on parlait plutôt en effet d’« agence de renseignements » ou d’« agence de police privée » ; « agence de détective » n’apparaît dans les annuaires qu’à partir de 1925 (Dominique Kalifa, op. cit., p. 213).

62 NAF 16755, f. 179 ; cf. CS, I, p. 292. Le passage était absent de la dactylographie d’« Un amour de Swann » (NAF 16752, entre f. 83 et 84) ; il s’agit donc d’un ajout sur le placard 44, composé le 8 mai 1913.

63 Voir Cahier 71, S. Kurokawa, P.-E. Robert, F. Goujon et N. Mauriac Dyer (éd.), Turnhout, Brepols Publishers & Bibliothèque nationale de France, coll. « Cahiers 1 à 75 de la Bibliothèque nationale de France », 2009, f. 24v, t. II, p. 52.

64 Ibid.

65 C’est une idée qu’a bien voulu partager avec moi Antoine Compagnon, peu après la mise en vente de l’Agenda, au printemps de 2013 (N. M. D.).

Table des illustrations

Titre L’Agenda 1906 devant les carnets et quelques cahiers du fonds Proust 
Légende L’Agenda 1906 devant les carnets et quelques cahiers du fonds Proust : le Cahier 62 (blanc), le Cahier 65 (vert), le Cahier 55 (marbré bleu), le Cahier 34 (marbré orange et vert), le Cahier 22 (rouge) et le Cahier 26 (noir).
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Les Carnets 1, 2, 3 et 4 (NAF 16637-16640) et l’Agenda 1906
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre L’Agenda 1906, f. 21v-22
Légende BNF, Manuscrits, NAF 28274
URL http://books.openedition.org/editionsbnf/docannexe/image/1547/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

© Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable