Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la prospective culturelle

 | 
Augustin Girard

La naissance des politiques culturelles et les rencontres d’Avignon (1964-1970)

Paru en 1997 dans La Naissance des politiques culturelles et les Rencontres d’Avignon sous la présidence de Jean Vilar (1964-1970)

Note de l’éditeur

Nées de l’initiative de Jean Vilar et Michel Debeauvais, les Rencontres d’Avignon* ont réuni pendant sept étés successifs, dans l’environnement du célèbre festival, quelques dizaines de participants : responsables culturels, élus, experts, militants associatifs… Les extraits ci-dessous mêlent à certaines interventions d’Augustin Girard prononcées lors des Rencontres de 1966 quelques commentaires qui furent publiés en 1997. Des années 1960 à la fin du XXe siècle, une même ambition s’exprime : « Donner une dimension culturelle » aux « conditions d’existence de la population ».

Texte intégral

Intervention lors des rencontres d’Avignon, 1966

1Certains m’ont dit : « Quoi? Vous allez colloquer six jours du développement culturel régional, et vous ne savez même pas de quoi vous parlez? Dites-nous donc ce que c’est que la culture » […] La culture, c’est ce qui se passe ici tous les soirs, et tous les après-midi au Verger pour des milliers de jeunes et de moins jeunes […] Nous ne savons peut-être pas bien ce qui se passe au juste dans la tête des gens dont nous croisons le regard, mais nous savons fort bien qu’il s’y passe quelque chose.

2Or, ce qui se passe ici tous les soirs, et tous les après-midi au Verger, était jusqu’il y a vingt ans, et à quelques exceptions près, le privilège des gens qui habitaient Paris. Ce que nous allons dire durant ces six jours, c’est comment ce privilège est en passe de devenir régulièrement et habituellement le partage de tous ceux qui habitent les régions de la France. Et voilà pourquoi nous parlons de développement culturel régional.

3Mais d’où vient que les villes et les régions se mettent en mouvement? Il y a, comme toujours, plusieurs causes et qui ne sont pas toutes d’ordre culturel. Si je prends le conseiller municipal moyen, et que je cherche ce qui a d’abord éveillé sa conscience, je ne trouverai pas de problèmes culturels, mais bien plus des problèmes de loisirs des jeunes. Nous ne nous en souvenons peut-être déjà plus, mais c’est par une politique de prévention sociale qu’a commencé une politique de la jeunesse. Puis il y a eu des lois-programmes, des crédits, et l’on a découvert l’ampleur du problème. En même temps arrivaient au pouvoir – pouvoir local – des hommes d’une génération nouvelle, ceux qui avaient vingt ans à la Libération, qui ont gardé de cette époque une certaine idéologie, et pour qui notamment la gestion locale n’est plus la juxtaposition de problèmes politiques locaux, mais une affaire d’aménagement des conditions d’existence de la population et d’équipements collectifs. Or, ces hommes sont contraints de repenser les problèmes d’équipement en raison de la pression démographique. […]

4Or, pareillement, les villes savent qu’elles vont doubler leur population dans les vingt années qui viennent. Vingt ans, ce n’est pas long, cela fait 1945-1965. Et, en vingt ans, il faut construire autant de logements, d’écoles, d’hôpitaux et de théâtres qu’il y en a déjà dans ces villes. Les élus locaux qui se trouvent devant cette obligation – et la planification est dans ce domaine de l’équipement combien inéluctable – ne peuvent pas ne pas réfléchir. Impossible de faire de la gestion au jour le jour, ou même de quatre ans en quatre ans. Or, réfléchissant à vingt ans, ils ne peuvent pas ne pas compter avec les besoins nouveaux qu’entraînent 60% de bacheliers, une automobile par ménage, trente heures de télévision, et deux jours chômés par semaine, et le reste. Du coup, reparaît la vieille fonction : organiser les jeux du cirque, aménager les loisirs et leur donner une dimension culturelle. Car […] les migrants n’iront dans les villes que s’ils y trouvent du plaisir. Voilà comment la planification conduit, de façon naturelle, vers le développement culturel régional […].

Contribution à la publication des rencontres d’Avignon, 1997

5[…] On serait facilement tenté de faire d’un homme de théâtre pas comme les autres un personnage charismatique, une sorte de guide aux intuitions imbattables, prophétiques. Vilar, dans sa dignité simple et grande, n’avait rien d’un surdoué, encore moins d’un gourou, et pas même d’un intellectuel.

6C’était avant tout un homme de métier, accompli comme un compagnon du Tour de France. Il avait l’allure de ces compagnons du Devoir, autant capables du chef-d’œuvre que du simple service d’hospitalité. Son honnêteté fraternelle était sans détour ni retour, droite et naturelle comme l’engagement d’un jeune de dix-neuf ans dans la Résistance.

7Ce sont ces réflexes quasi d’enfance qui en imposaient, que les passants appelaient sa solennité, alors que sa gravité vraie n’était que celle du clown de Rouault, aussitôt qu’il est sorti de scène. Il ne se résolvait qu’avec peine à prendre au sérieux ce qu’il lui advenait d’avoir à dire en dehors de son métier.

8Tel apparut à certains d’entre nous celui qui les appela un à un, sans raison déclarée, à monter de bonne heure chaque matin trois étages de marches verticales jusqu’à une pièce carrée, toute de pierre blanche, éclairée par des meurtrières haut perchées près de poutres énormes. En bas, un rectangle de tréteaux nus évoquait la mythique « table ronde ». Vilar occupait le fond, le regard perdu au-dessus des têtes, tandis qu’à son côté, assis un peu de travers, Michel Debeauvais parlait d’une voix douce, la tête penchée comme s’il interrogeait à la fois son voisin et la salle.

9« Interrogeait »? Voilà le maître-mot lancé, commencement, principe et fin de ces « Rencontres ». Car il apparut vite que Vilar et Debeauvais n’avaient pas rassemblé des personnages armés de réponses toutes prêtes, mandatés par des groupes constitués, professionnels, institutionnels, syndicaux ou politiques afin de confronter leurs réponses entre elles, et terminer sur des motions habilement balancées, aussi rapidement oubliées que rédigées. Ils prirent toujours soin de répéter, de 1964 à 1970, à l’ouverture et à la clôture de chaque « Rencontre » qu’il s’agissait uniquement de poser correctement de bonnes questions, de « resserrer des problèmes ». En cela, ils étaient tacitement proches d’un Malraux qui déclarait aux députés que « la culture n’était pas là pour fournir les bonnes réponses, mais pour poser les bonnes questions », proches aussi des savants qui déclarent avec Lévi-Strauss que « le scientifique n’est pas celui qui fournit les réponses vraies, mais celui qui pose les vraies questions » […].

Rencontres d’idées – rencontres d’hommes

10[L’avancée] que je veux retenir pour demain – de ces commencements, de ces forces vivifiées à l’oxygène naissant, c’est le primat non pas des idées, mais le primat des hommes. Rencontres d’idées, certes. Mais rencontres d’hommes d’abord, autour d’un homme. C’est entre eux que se créa l’esprit des Rencontres, ces « débats de petite assemblée », comme les appelait Vilar avant même qu’ils ne commencent.

11Quiconque promènera son scaphandre portatif dans les fonds bariolés de ces quatre cents pages sera étonné de redécouvrir l’état incroyable de fragilité économique et politique, de précarité conceptuelle de l’action culturelle publique au soir de la Quatrième République. L’audace des petits commandos malruciens, l’habileté de leurs successeurs, la rarissime conjonction des astres politiques et culturels sous les présidences Mitterrand ont fini par donner une telle abondance à l’offre culturelle publique que nous la croirions chaque été presque aussi naturelle que le réseau routier. Mais lisez entre les lignes des « actes » de quels moyens disposaient en 1960 les Dasté, les Gignoux, les Monnet, les Rétoré et autres Tréhard, et voyez le chemin parcouru.

12Aujourd’hui – et pour demain – où l’environnement technologique, économique, éducatif et social de la culture se transforme à un rythme qui éclate enfin au visage de tous, nous disons que l’esprit de la « petite assemblée » n’est pas accessoire dans la vie du ministère, mais constitue une nécessité de première priorité. C’est seulement en attaquant les maux de la société dans ce qu’ils ont de plus profond qu’on pourra expliciter le rôle que la culture ne peut pas ne pas tenir. Et ce n’est pas avec des séminaires de « gestion » qu’on trouvera les bonnes solutions, et encore moins « les vraies questions » à placer au cœur de l’agenda gouvernemental.

Jean vilar et les rencontres d’Avignon

13« C’est au cours des années 1960 qu’est née la notion de politique de la culture en France, au niveau national comme au niveau local. Certes, la vision de Malraux ainsi que la dynamique de la planification ont alors fait avancer la réflexion sur les politiques culturelles et leur mise en route. » Ainsi s’exprime Augustin Girard, en 1997, dans sa présentation du livre sur les Rencontres d’Avignon.

14Dans la Cité des papes comme au Théâtre national populaire, Jean Vilar (1912-1971) manifeste la même ambition : faciliter l’accès du public le plus large, « le boutiquier de Suresnes, le haut magistrat, l’ouvrier de Puteaux et l’agent de change, le facteur des pauvres et le professeur agrégé », aux grands textes dramatiques d’hier et d’aujourd’hui. C’est dans cet esprit que, de 1964 à 1970, il organise parallèlement au Festival les « Rencontres d’Avignon », lieu de débats où élus, artistes, délégués d’associations, universitaires, représentants du tout jeune ministère des Affaires culturelles… inventent librement les politiques culturelles à venir : « Culture et État » en 1964, « Culture et École » en 1965, « Culture et Région » en 1966, « Culture et Ville » de 1967 à 1970. « Notre intention », disait-il, « est de vous entraîner dans un commun complot » afin d’assurer au plus grand nombre « une égale répartition des biens de la culture ». Mais, ajoutait-il, « ce qu’il faut […] éviter à tout prix […], ce sont les sophismes glorieux, les arguties grandioses, qui masquent l’indolence, le mensonge ou tout simplement l’erreur. Hors des tons solennels qui appartiennent au romanesque de l’illusion et du lyrisme, ce sont ici, en effet, des débats de petites assemblées qui doivent avoir lieu ».

Bibliographie

Textes parus dans La Naissance des politiques culturelles et les Rencontres d’Avignon sous la présidence de Jean Vilar (1964-1970), présenté par Philippe Poirrier, Paris, La Documentation française, Ministère de la Culture et de la Communication, Comité d’histoire, coll. « Travaux et documents no 6 », 1997 (épuisé : consultable au Comité d’histoire).

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2010

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access