Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la prospective culturelle

 | 
Augustin Girard

Un cas de partenariat entre administration et recherche scientifique : la socio-économie de la culture

Paru en 1994 dans L’Art de la recherche. Essais en l’honneur de Raymonde Moulin

Note de l’éditeur

Dans les années 1960, il n’est pas si fréquent, au sein de l’administration de l’État, qu’un ministère compte un « service des études et recherches ». Il est encore plus rare que la création de ce service joue un rôle déterminant dans l’éclosion et l’essor d’une discipline nouvelle, en l’occurrence la socio-économie de la culture. Dans ce texte, Augustin Girard revient sur les conditions nécessaires pour qu’un tel partenariat entre l’administration et le monde de la recherche se révèle fécond.

Texte intégral

1Dès sa création en 1963 (par Jacques Delors, du Commissariat général du Plan), […] le « Service des études et recherches » a eu pour partenaires des laboratoires du CNRS et de l’Université : Michel Crozier, Pierre Bourdieu, Robert Francès, Paul-Henry Chombart de Lauwe, Joffre Dumazedier, entre autres, puis Raymonde Moulin et Pierre-Michel Menger, Erhard Friedberg et Philippe Urfalino, Antoine Hennion et le Centre de sociologie de l’innovation. À partir de 1974, ce partenariat a reçu l’appui de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique […] tandis que le ministère de la Culture commençait à être alimenté régulièrement par une enveloppe spécifique dans le « budget civil de recherche et développement » (BCRD) […] Cette expérience autorise peut-être à expliciter les conditions d’un partenariat volontariste entre un service d’études socio-économiques situé dans une administration, d’une part, et les milieux de la recherche universitaire, d’autre part, et à évoquer certaines de ses conditions intellectuelles et administratives.

2Le premier principe est qu’il est nécessaire pour le ministère de la Culture de recourir à des compétences extérieures, lorsque ces compétences n’existent pas au sein de ses services, ni même dans son département de socio-économie. Dans une administration, ce principe n’est pas aussi évident qu’il pourrait le paraître […].

3Le deuxième principe est l’utilité de l’extériorité de la recherche scientifique par rapport à celle du ministère de la Culture. Cette utilité tient à ce que ces formes de recherche sont construites hors de toute dépendance hiérarchique ou d’autocensure inconsciente de la part des chercheurs. À titre d’exemple, la publication d’une recherche universitaire sur les débouchés des écoles nationales d’art a été dure à négocier avec le service administratif responsable parce que les conclusions de la recherche étaient en contradiction avec une réforme récente que ce service cherchait à faire passer dans les esprits. Plus profondément, l’extériorité de la recherche par rapport au ministère permet l’injection de problématiques nouvelles pour les stratégies du ministère. Pour évaluer le programme des études dans les conservatoires de musique, par exemple, ce n’est pas au ministère ni dans aucun conservatoire qu’on aurait pu entreprendre une analyse objective, mais à l’École des mines de Paris, dans son laboratoire de sociologie de l’innovation.

4La troisième raison de favoriser un partenariat avec la recherche extérieure, c’est la création de compétences qui n’existent encore ni à la « Culture » ni au CNRS, ni à l’Université. Un bon exemple est donné par l’économie de la culture. Le Département des études disposait des crédits nécessaires pour traiter des problèmes économiques relatifs à la culture, mais il ne trouvait, il n’y a guère, qu’à peine dix personnes à qui les attribuer. Il fallait que se crée un milieu de recherche, que les universitaires s’intéressent au problème, accumulent et organisent un savoir. […]

5Pour qu’un partenariat soit fécond, il faut aussi que soient réunies certaines conditions éthiques. La première condition est que la finalité des travaux soit commune chez les deux partenaires. Cette finalité n’est autre que celle qu’Hubert Curien définissait déjà il y a vingt ans quand il était délégué à la recherche : « Notre finalité », disait-il, « est d’aider la décision dans le ministère chargé de la Culture ». Faire avancer la connaissance, oui, mais avec l’objectif d’éclairer l’action.

6Mais pour que cette finalité soit respectée, il faut une problématique commune entre les deux partenaires, et que cette problématique soit au croisement d’une problématique de politique culturelle et d’une problématique de recherche. Les subventions de recherche du Département n’ont pas pour objet de mécéner la recherche culturelle dans l’infinie variété de ses facettes. Le critère des concours financiers apportés aux laboratoires est une problématique des politiques culturelles, et il faut que cette problématique culturelle soit assimilée par les chercheurs qui, en retour, fournissent au ministère une problématique de recherche pour enrichir la problématique culturelle […].

7Au-delà de cette problématique commune, il convient que se développe un « esprit » commun qui est l’esprit contractuel […] Pratiquement, en termes de voies et moyens, le partenariat idéal pourrait se traduire par la définition, en commun, de procédures de travail plus serrées et plus transparentes entre les deux partenaires, qui comporterait une précision plus élaborée au niveau du cahier des charges, des conditions strictes de suivi des études et, enfin, de l’évaluation des travaux […].

8Il existe enfin cinq conditions administratives au partenariat. Qui dit partenariat dit égalité des partenaires. Or, ce n’est pas le cas actuellement. Le partenaire du côté de la « Culture », c’est-à-dire le Département des études et de la prospective, est trop faible en hommes pour être un partenaire valable […].

9La deuxième condition administrative du partenariat, c’est que le CNRS et les universités facilitent les mises à disposition, pour une période limitée, de quelques chercheurs ou universitaires, de temps à autre […].

10La troisième condition, c’est que les contraintes bureaucratiques de l’administration de la recherche ne viennent pas s’ajouter aux habitudes administratives d’un ministère. Il y a une incompatibilité calamiteuse entre la recherche et le statut général de la fonction publique avec tout son appareil paritaire. La rigidité de la gestion des carrières, mais aussi des volumes budgétaires et du régime des vacations, interdit la rapidité de l’exécution et son efficacité. Rien n’est moins égalitaire que la recherche où tout est dans le talent, la passion et même dans le génie de l’invention. Ceux-ci doivent être mis en mesure de se déployer vite et pleinement, sans esprit d’égalitarisme distributif. Quiconque a touché à la recherche connaît par cœur les développements auxquels conduit cette observation. On les censurera donc ici.

11La quatrième condition […] est le corollaire de la troisième : c’est de changer le statut du Département. On pourrait aisément concevoir que le Département devienne une fondation publique qui disposerait de l’autonomie de gestion, tout en restant financé par la puissance publique […].

12La cinquième condition est le partenariat dans le partage des résultats de la recherche. […]

Quelques chercheurs… et partenaires

13Pierre Bourdieu, sociologue, a, au cours des années 1960, réalisé pour le compte du ministère des Affaires culturelles une enquête sur les publics des musées, source de l’ouvrage L’Amour de l’art. Les musées d’art européens et leurs publics (Paris, Minuit, 1966), coécrit avec Alain Darbel. Ses livres sur Les Héritiers. Les étudiants et la culture (Paris, Minuit, 1964; avec Jean-Claude Passeron) ou La Distinction, critique sociale du jugement (Paris, Minuit, 1979) ont largement contribué à faire connaître la sociologie de la culture.

14Paul-Henry Chombart de Lauwe, sociologue, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, a fait partie des experts sollicités dès le début des années 1960 par le ministère des Affaires culturelles. Spécialiste des loisirs et de l’éducation populaire, il a notamment publié La Culture et le pouvoir (Paris, Stock, 1975).

15Michel Crozier, sociologue, a fait lui aussi partie des experts sollicités dès le début des années 1960 par le ministère des Affaires culturelles et s’est fait connaître par ses ouvrages, Le Phénomène bureaucratique (Paris, Le Seuil, 1965) et On ne change pas la société par décret (Paris, Grasset, 1979). En collaboration avec Erhard Friedberg, il est aussi l’auteur de l’ouvrage L’Acteur et le système (Paris, Le Seuil, 1977).

16Erhard Friedberg, sociologue, a dirigé le Centre de sociologie des organisations jusqu’en 2007. Directeur du « master of public affairs » de l’Institut des études politiques de Paris (« Sciences-Po »), il est à l’origine d’un « programme pour l’étude empirique, organisationnelle et sociale des nouvelles technologies de l’information et de la communication ». Coauteur, avec Michel Crozier, de L’Acteur et le système (Paris, Le Seuil, 1977), il a écrit, en collaboration avec Philippe Urfalino, Le Jeu du catalogue. Les contraintes de l’action culturelle dans les villes (Paris, La Documentation française, 1984).

17Antoine Hennion, sociologue et musicologue, est directeur de recherches au Centre de sociologie de l’innovation de l’École des mines Paris Tech. Sa double formation l’a amené à s’intéresser à la sociologie de la musique, comme en témoignent plusieurs de ses ouvrages, dont Rock : de l’histoire au mythe (Paris, Anthropos, 1991; en collaboration avec Patrick Mignon), La Passion musicale. Une sociologie de la médiation (Paris, Métailié, 1993); Figures de l’amateur (Paris, La Découverte/Ministère de la Culture, 2000; avec S. Maisonneuve et E. Gomart).

18Pierre-Michel Menger, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EHESS où il enseigne la sociologie du travail et celle des arts. Il a notamment publié Le Paradoxe du musicien : le compositeur, le mélomane et l’État dans la société contemporaine (Paris, Flammarion, 1983); Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme (Paris, Le Seuil, 2002); Les Intermittents du spectacle (Paris, EHESS, 2005). Dernière publication : Le Travail créateur (Paris, Gallimard/Le Seuil/Éditions de l’EHESS, coll. « Hautes études », 2009).

19Raymonde Moulin, sociologue, spécialiste des relations entre art et économie, a créé en 1983 le Centre de sociologie des arts (CSA) qu’elle a dirigé jusqu’en 1992 et qui est devenu en 2002 le Centre de sociologie du travail et des arts (CESTA). Elle a publié de nombreux ouvrages parmi lesquels L’Artiste, l’institution et le marché (Paris, Flammarion, 1992) et Sociologie de l’art (Paris, L’Harmattan, réédition 1999).

20Philippe Urfalino, sociologue, directeur de recherche au CNRS, a pris depuis 2006 la direction du Centre de sociologie du travail et des arts (CESTA). Il est notamment l’auteur de L’Invention de la politique culturelle (Paris, Hachette, 2004 – rééd.) et, avec Erhard Friedberg, de l’ouvrage Le Jeu du catalogue. Les contraintes de l’action culturelle dans les villes (Paris, La Documentation française, 1984).

Bibliographie

Texte paru dans L’Art de la recherche. Essais en l’honneur de Raymonde Moulin, Paris, Ministère de la Culture et de la Francophonie/La Documentation française, 1994, p. 137-147 (textes réunis par Pierre-Michel Menger et Jean-Claude Passeron).

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2010

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access