Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la prospective culturelle

 | 
Augustin Girard

L’enjeu culturel

Paru en 1986 dans Les Enjeux de la fin du siècle

Note de l’éditeur

« La démocratisation culturelle ratée, l’école et les grandes institutions dévaluées, les médias incontrôlés »: le constat dressé est sévère. À cette analyse sans concession, l’auteur ajoute un plaidoyer en faveur d’une « conception démocratique de la culture » qui prenne davantage en compte la demande des populations et privilégie une politique « socioculturelle » plurielle et décentralisée.

Texte intégral

1Il peut paraître surprenant – mais il est significatif – que, parmi les enjeux de la fin du siècle, on ait songé à inclure la culture aux côtés de l’économie, de la biologie ou du tiers-monde. Il y a trente ans, nul ne l’aurait fait.

2Pourquoi donc la culture, vieille comme le monde, domaine par excellence du for intérieur, trésor des happy few, vient-elle prendre place parmi les priorités publiques de la société au cours des quinze prochaines années?

3Serait-ce parce que la société s’aperçoit peu à peu que sa crise est plus culturelle qu’économique? Que sa dépression d’aujourd’hui est subjective, comme toutes les déprimes? Qu’elle est une affaire d’espoir, de conscience de l’avenir, de sens dans la vie, c’est-à-dire de culture? Est-ce parce que la nation, en transition entre deux âges, se tourne vers un de ses ressorts les plus profonds, c’est-à-dire sa culture, pour se remettre debout?

Une société sans avenir

4Le Français n’a jamais eu la vie aussi bonne, et le voilà pourtant morose, pessimiste, disent les sondages, il a peur des lendemains. Il vit beaucoup mieux que ses parents, et il ne sait plus quel sens à sa vie. Les jeunes se déclarent « sans avenir », et le prouvent en vivant au jour le jour. Ceux d’entre eux qui réussissent le mieux déclarent ne plus rechercher à rendre le monde plus vivable autour d’eux, ils espèrent seulement « faire leur trou » dans le monde tel qu’il est. Pas de projet collectif. « Le pire désastre qui puisse menacer un peuple », disait Pierre Emmanuel, « n’est pas l’anéantissement militaire, c’est l’indifférence à la forme de son avenir ». C’est ce désastre culturel qu’on constate chez beaucoup de jeunes.

5Or, l’avenir de chacun n’est pas une affaire individuelle, il n’existe qu’à travers la société, à condition qu’elle soit rassemblée autour d’un projet explicite, de choix partagés. Ce projet commun, qui a fait les grandes civilisations du passé, a toujours été le produit d’une culture. Il n’est ni technique, ni économique, mais relève de l’idée que l’homme se fait de lui-même […] Or, la modernisation fait peur aux Français plus qu’elle ne les mobilise, ils ne croient vraiment ni à la science ni au progrès, et quant à la formation, objectif naguère largement partagé par les familles, on ne croit plus guère à son efficacité. Le « Laisse béton » de 1979 a été remplacé en 1985 par « Va faire un stage! ». Notre société, à la fois hypercomplexe, émiettée et contrainte à changer très vite, ne se suffit plus du technique et requiert le ciment moral que constitue une culture commune. Sans elle, le pays se désagrège en cellules très différenciées, performantes parfois, mais finalement impuissantes.

6À tous les moments décisifs, où la conscience nationale a cherché instinctivement les ressorts capables de dresser la nation debout vers un avenir, elle s’est tournée vers la culture comme vers sa ressource profonde: qu’il s’agisse de forger la IIIe République dans les années 1880 grâce à la première démocratisation culturelle – l’enseignement –, de refaire la République dans la Résistance et l’après-guerre en réconciliant le peuple et la culture, de maîtriser la croissance dans les années soixante en étendant au culturel la planification du développement, ou enfin de sortir de la crise dans les années quatre-vingt en dépassant l’économicisme, le recours au culturel a émergé comme un besoin […].

Identité culturelle et sens de l’avenir

7Si le recours au culturel émerge comme un enjeu, c’est qu’un peuple, pas plus qu’un homme, ne peut se passer d’identité. Il ne peut vivre sans éprouver le sentiment de valoir quelque chose, sans avoir une certaine idée de lui-même, sans un vouloir-être bien à lui. Culturelle, cette identité l’est pleinement, à la fois parce qu’elle est une mémoire et un appui sur le passé, mais surtout, et bien plus, parce qu’elle est une volonté de devenir et une adaptation créatrice, sui generis, aux défis contemporains. Il n’est donc pas d’identité culturelle sans construction d’un avenir, pas plus qu’on ne construit un avenir sans identité culturelle. Avenir et culture sont liés.

8[…] Aujourd’hui, le temps s’est rétréci, miniaturisé – comme l’espace – grâce à la télévision et aux communications de toutes sortes. Il s’est atomisé en instants juxtaposés et non hiérarchisés, et si l’individu n’a ni culture ni sens du temps pour organiser les miettes de sa vie, il en perd le sens […] La « crise » est culturelle, bien plus qu’énergétique, technologique ou monétaire. Le niveau de vie, la richesse nationale sont beaucoup plus élevés aujourd’hui qu’aux époques sans « crise » […] Mais, ce qui manque, c’est la capacité de discerner des fins communes, des objectifs partagés, un avenir qui ait un sens.

9[…] Avenir, espoir, identité, ces grands mots ne sont pas agités ici par a priori moral, mais parce qu’on les redécouvre aujourd’hui comme des « must » expérimentaux de la vie collective. Et ce que l’on constate ainsi objectivement, ce que l’on redécouvre empiriquement, ce sont des concepts éthiques, comme si l’espèce humaine ne pouvait pas se passer de choses aussi concrètes que de valoir quelque chose, d’être porteur d’un enjeu spécifique, le besoin irrépressible de donner un « sens » – à la fois orientation et signification – à la vie qu’il faut mener. Or, ce besoin de sens, d’identité et d’avenir est affaire de culture, et c’est en cela que la culture est un enjeu des prochaines années.

10[Suivent plusieurs pages dans lesquelles l’auteur développe son analyse à travers quatre paragraphes aux titres sans ambiguïté: « L’échec relatif des institutions culturelles »; « Le ratage de l’École »; « L’occasion perdue des médias »; « Le cheval de paille des libertés et le cheval de Troie du marché », avant de conclure]

11Ainsi, en 1985, après vingt-cinq ans de politique culturelle délibérée, d’une croissance budgétaire inégalée, d’efforts considérables des militants, des élus, des administrateurs, ceux-ci se retrouvent sous le coup d’une triple désillusion: la démocratisation culturelle ratée, l’école et les grandes institutions dévaluées, les médias incontrôlés […] Or, en même temps que les penseurs anciens et les moyens nouveaux se révélaient infructueux, les acteurs culturels se retrouvaient devant des Français changés au plus profond de leur mentalité, sinon de leurs valeurs, surtout parmi les moins de trente-cinq ans.

12[…] Voilà donc des jeunes Français plus ouverts à la culture que leurs pères et plus demandeurs. Or, s’offre à eux un temps de loisir qui se sera multiplié par deux entre 1900 et 1995 – tandis que le temps de travail se sera divisé par deux dans une vie allongée de vingt-cinq ans. C’est une sorte de seconde vie qu’offre l’accroissement de la productivité au cours du XXe siècle. Il y a là un fait brut capital dont la société n’a pas pris pleinement conscience, et l’enjeu de la politique culturelle dans les dix années à venir est de savoir si on laissera ce loisir devenir simplement l’oisiveté, ou si on utilisera cette seconde vie pour rendre l’homme plus homme, cultiver en lui le meilleur et développer cette culture qui est la noblesse du monde […].

Quelle politique publique de la culture?

13Il est hautement improbable qu’il n’en existe plus: outre qu’on ne raye pas d’un trait de plume l’activité de quelques milliers d’hommes que Malraux a mis à la tâche, il y a surtout quelques fonctions « nationales » je préfère ce mot à « régaliennes » – qui ne peuvent être assumées par d’autres que les pouvoirs publics: la conservation-mise en valeur du patrimoine […]; la création […]; l’éducation artistique. À ces trois fonctions classiques de l’État, tendent à s’ajouter, partout en Europe, des formes nouvelles et discrètes de tutelle sur les industries de la culture, et notamment sur la plus puissante d’entre elles, la télévision […] Si ces quatre fonctions sont nationales, cela ne veut pas dire tout au contraire – qu’elles doivent être traitées par l’État de façon napoléonienne […] La politique culturelle de la fin du siècle, si elle veut répondre aux défis de la société, et trouver ainsi une légitimité qui lui manque encore, doit être débureaucratisée et rendue à des pratiques démocratiques de concertation. Louis XIV est mort. Dans une société marquée par la pluralité des modèles culturels, il importe qu’à l’instar de nombreux pays étrangers, des conseils culturels existent à tous les niveaux – communal, départemental, régional et national – et que des responsabilités vraies leur soient données, en termes de définition de politiques et d’élaboration budgétaire.

14Relève enfin de la responsabilité nationale l’objectif de réduction des inégalités culturelles géographiques d’abord, sociales aussi. L’équipement et les ressources varient beaucoup trop entre les régions, et Paris absorbe une part scandaleusement forte des dépenses nationales […] Or, le rééquilibrage du territoire est une question de santé pour l’identité culturelle du pays. Parallèlement, les inégalités sociales d’accès à la culture […] doivent être systématiquement pourchassées – même sans illusion –, ne serait-ce que parce que sans redistribution spécifique et inégalitaire, les subventions égalitaires vont naturellement d’abord dans la poche de ceux qui sont déjà cultivés, informés et pratiquants. C’est une tâche nationale que de lutter contre la variante culturelle de la loi naturelle selon laquelle l’argent va aux riches.

Réanimer la société civile

15Il n’était pas possible de ne pas rappeler ces fonctions nationales classiques, mais il fallait aussi esquisser des modalités plus modernes pour leur gestion, indispensables pour combattre les trois grandes maladies récurrentes de la politique culturelle: l’élitisme, qui est une tendance naturelle et fatale dans la vie artistique, la passivité des citoyens et la bureaucratie sans cesse renaissante. Si ces modalités modernes de gestion démocratique sont mises en place […], les choix culturels traditionnels seront partagés par tout le corps social, ce qui est nécessaire pour donner sa pleine légitimité à la dépense culturelle publique.

16Mais ce partage ne sera vécu par la majorité de la population que si l’on associe à ces objectifs traditionnels un autre objectif que nous intitulerons la « culture pour tous », ou plutôt les « cultures de tous », avec des modalités d’action qui soient en phase avec les mentalités nouvelles que nous avons repérées plus haut. Si l’on admet l’idée que l’enjeu culturel n’est pas seulement le développement de la vie artistique, mais aussi la reconstruction d’une identité culturelle pour chacun et pour la nation, condition d’un avenir, d’un projet humain, d’une civilisation nouvelle à faire émerger, il faut aider la vie culturelle telle qu’elle est vécue par la multiplicité des citoyens sur tout le territoire, et non pas telle qu’elle est conçue par l’intelligentsia parisienne […] Il ne s’agit pas seulement de transformer une gestion parisienne en une gestion dans les régions où ne tarderont pas à s’opérer des recentralisations sur des notables et des bureaucraties locales […]; il faut surtout favoriser et accueillir la demande locale, dans son foisonnement hétéroclite. L’attention aux initiatives petites et non institutionnalisées, dans une société de libre-service où les gens participent sans adhérer […], l’attention aux entreprises libres qui se veulent indépendantes des collectivités publiques […], l’attention à toutes les formes de culture interstitielle liées à la vie quotidienne de l’habitat, du commerce, du travail et des transports […] sera préférée au subventionnement exclusif des institutions lourdes.

Relancer l’action socioculturelle

17L’important est de donner aux gens, là où ils travaillent et où ils vivent, la culture de ce qu’ils font, de ce qu’ils sont, de là où ils sont […] Ce qui importe, ce n’est pas la maison de « la » culture, mais la maison de « ma » culture. Malraux s’était trompé: ce n’est pas faire connaître Cézanne ou l’art des grottes en Inde qui fait tenir les gens debout, qui les fait découvrir leur identité, ce qu’ils valent, mais bien plutôt leur faire sentir ce qui a valeur culturelle dans leur propre travail et dans leur propre environnement […] Valoriser l’homme dans son travail est peut-être plus important, plus facile et moins cher que de lui apporter l’opéra.

18[…] La politique socioculturelle de la fin du siècle sera donc et volontariste et décentralisée, affichant des valeurs mais pas de projet unique, requérant une pluralité, une multiplicité non finie d’initiatives et de petits projets, aussi nombreux que les cantons, les communes et les quartiers. Ils ne seront pas organisés depuis la capitale. Point de « centre d’action culturelle » type, défini par des textes élaborés à Paris, mais un tissu vivant, informé et informateur, d’équipes créatrices, mobiles, sans doute éphémères, mais renaissant sans cesse sous de nouvelles formes, avec des expressions diverses. L’État central ne s’en désintéressera pas, il les fera connaître et se connaître entre elles par une politique d’information, il veillera à ce que des maladies passagères ne les détruisent pas, mais ces équipes n’auront pas à attendre la reconnaissance de Paris pour exister. Le financement public se fera à travers les comités de développement culturel départementaux ou régionaux, responsables de l’instruction des dossiers et de l’évaluation des résultats.

La démocratie culturelle

19Voilà donc des esquisses de politiques culturelles, alors qu’il s’agissait de présenter ici concrètement des enjeux. C’est qu’en matière de culture, l’enjeu est autant dans les processus que dans les œuvres, dans les méthodes d’action et les attitudes que dans les objectifs et les contenus.

20[…] Désormais, il n’est plus possible de proposer une culture unique, qui détiendrait une vérité. Le temps est révolu des grandes cultures cosmogoniques, où l’art figurait l’organisation du monde et rendait visibles ses lois et ses sagesses. La culture d’aujourd’hui est plurielle, et le problème de l’action culturelle publique est de transformer ce pluralisme en valeur collective. Libre à chacun de trouver un sens à sa vie, de se constituer une éthique ou une esthétique, mais la politique culturelle, dans sa visée démocratique, est là pour l’aider dans sa démarche, quelle qu’elle soit. La politique culturelle n’a pas pour objet d’accoucher la société d’un monde défini comme souhaitable, mais de permettre à tous, quels que soient leurs modèles de vie, de bâtir des réponses humaines aux menaces du prévisible et de l’imprévisible.

21Telle est la conception démocratique de la culture. Si la démocratie est un ensemble de régulations pragmatiques qui garantissent à toutes les cultures et aux cultures de tous de pouvoir se développer, le respect réciproque de ces cultures devient précisément la culture. La culture ainsi entendue devient un absolu – absolu pluriel − et une finalité de la démocratie.

22Mais elle est à son tour une condition de la démocratie. Il ne peut y avoir maîtrise des libertés individuelles, par leur respect réciproque, que s’il y a chez tous un apprentissage de celles-ci. Ce qui n’est pas de l’ordre du savoir, mais de la culture.

23Culture et démocratie semblent ainsi pragmatiquement liées, l’une étant à l’autre son instrument nécessaire, en même temps qu’elle est sa finalité. Dans la démocratie culturelle, la fin et les moyens enfin se rejoignent.

Bibliographie

Texte paru dans Les Enjeux de la fin du siècle, ouvrage dirigé par Antoine de Tarlé, présentation de René Rémond, Paris, Desclée de Brouwer, 1986, p. 69-91 [coll. « Temps et contretemps 3 » ; contributions de Michel Albert, Jean Bernard, Bernard Cathelat, Augustin Girard, René Lenoir, André de Peretti, Albert du Roy, Jean-Louis Schlegel, Raymond Soubie, Antoine de Tarlé].

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2010

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access