Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la prospective culturelle

 | 
Augustin Girard

Pour une politique de la lecture

Paru en 1968 dans Le Livre et la lecture en France

Note de l’éditeur

Le ministère des Affaires culturelles d’André Malraux, le « ministre-écrivain », n’a pas de compétence administrative dans le secteur du livre et de la lecture, resté de la responsabilité du ministère de l’Éducation nationale – la tutelle ne sera transférée au secrétariat d’État à la Culture qu’en 1975. Cependant, Augustin Girard, dès 1968, plaide vigoureusement en faveur d’une véritable politique dans ce domaine.

Texte intégral

1Depuis 1959, l’accès des Français à la culture fait l’objet d’une politique délibérée. Il existe une politique du théâtre, une politique de la musique, une politique des musées, du cinéma, des maisons de la culture, et il existe des administrations et des budgets pour les mettre en œuvre.

2Il n’existe pas de politique de la lecture et du livre. Or, le livre est, de tous les moyens d’accès aux œuvres capitales de l’humanité, le seul qui réunisse les qualités suivantes :

  • la valeur esthétique la plus haute;

  • la plus grande liberté de choix pour le public;

  • une participation personnelle active de chacun;

  • un prix bas;

  • un volume réduit;

  • une décentralisation extrême.

3[…] Le théâtre de qualité touche environ 10% des Français; 2% des ouvriers. Pendant ce temps, 33% des ouvriers, 15% des agriculteurs lisent des livres. Le public du livre (48% des Français) est au moins cinq fois plus étendu que celui du théâtre.

4Quantitativement, le livre est donc, avec la télévision, la presse et le cinéma, le principal moyen d’accès à la culture. Psychologiquement, il est plus valorisé que les trois autres media, car tout homme sent profondément que le type d’effort personnel que requiert le livre est celui-là même que requiert une culture vraie.

5Par rapport à la télévision, à la radio, le livre est un moyen de communication qui n’est pas imposé, mais choisi. Il ne donne pas lieu à saturation, à consommation indiscriminée comme les autres moyens d’information. Dans la perspective – qui nous attend – d’un univers mental sursaturé par les moyens de diffusion, sur-sollicité, le livre est l’un des outils les plus sûrs d’une culture personnelle.

6Contrairement à ce qui se passe dans le domaine plastique, sa qualité ne diminue pas avec l’abaissement du coût de production ni avec la multiplication des exemplaires. Il permet la plus haute qualité artistique au prix d’un infime objet de consommation. On a La Guerre et la Paix pour le prix d’un paquet de tabac.

7Enfin, le livre va partout. Il n’est pas lié, comme la diffusion par le spectacle, à l’existence d’une collectivité de plusieurs dizaines de milliers d’habitants. Il entre et reste dans la ferme la plus isolée.

8Cependant, il n’existe pas de politique de la lecture et du livre.

9« Politique de la lecture » ou « politique du livre »? Les deux, mais en les distinguant. Une politique du livre est une politique de l’offre – une politique de l’édition et de la librairie – alors qu’une politique de la lecture est une politique de la demande, du public. Or, la demande est ce qui intéresse d’abord une politique d’action culturelle moderne, c’est-à-dire une action qui vise à élargir le nombre de ceux qui ont accès aux livres.

10Le principe de toute politique culturelle est de jouer dialectiquement entre l’offre et la demande, et la technique de l’action culturelle, l’art des animateurs, est de concilier deux soucis antinomiques : la qualité de ce qui est proposé, la quantité du public atteint. Une politique de la lecture consistera donc à accroître le nombre des lecteurs tout en augmentant la qualité de leur lecture.

11On sait aujourd’hui que 13% des lecteurs lisent des livres « de qualité », que 35% lisent des livres – sans plus − et que 52% des Français ne lisent aucun livre. Le but d’une politique de la lecture sera donc de faire passer les lecteurs de la seconde catégorie dans la première catégorie et ceux de la troisième dans la seconde.

12On voit aussitôt combien cette politique de la demande retentit sur celle de l’offre, c’est-à-dire sur la production et la distribution des livres. Or, une politique de l’offre n’est pas moins nécessaire aujourd’hui que la politique de la demande : l’édition et la librairie se trouvent, devant une société qui change vite, avec des modes d’organisation qui datent largement du XIXe siècle. L’adaptation aux exigences nouvelles de cet appareil économique, lourd, disparate et dispersé se fera-t-elle naturellement ou se fera-t-elle rationnellement? Tout le développement de l’économie moderne montre que l’introduction d’une certaine rationalité dans une branche permet seule son adaptation rapide. On voit mal pourquoi il n’en serait pas ainsi du livre. Or, qui parle de rationalité parle d’une politique.

13Il est du reste illusoire de penser qu’on peut se passer d’une politique, car, en fait, puisque chaque année il se dépense des millions de francs dans le domaine du livre, il existe une politique implicite. La différence entre celle-ci et une politique explicite, c’est que :

  • les objectifs ne sont pas clairs,

  • les moyens ne sont pas cohérents,

  • elle est au jour le jour.

14Le passage à une politique explicite conduirait à une action à plus long terme, à une utilisation concertée des moyens, à l’intégration de la lecture dans la politique d’action culturelle. Le public s’en trouverait mieux, les professionnels n’auraient pas à le regretter. Que peut souhaiter d’autre la puissance publique?

15[…] Une politique de la lecture ne doit pas dissocier vente des livres et prêt des livres : il n’y a pas d’un côté les bibliothèques, de l’autre les librairies, et puis encore les commerces non spécialisés. Il faut voir les trois à la fois et penser « points de diffusion ». On verra alors mieux se répartir les rôles de chaque catégorie, compte tenu de la société nouvelle.

16Car on n’est plus en 1880 : le niveau de vie fait que le livre n’est plus un bien rare, cher, d’accès quasi impossible : on n’est plus au temps où le fils de paysan ou d’ouvrier n’avait que la bibliothèque publique pour accéder aux œuvres. La production et la distribution de masse permettent de très nombreux contacts avec le public et il est peut-être plus efficace de faire appel aux vertus du commerçant qu’à celles du fonctionnaire.

17[…] Il est clair que la puissance publique ne peut se désintéresser de cet ensemble d’actions et il est évident qu’elle ne s’en désintéresse pas en fait. Elle ne peut pas ne pas intervenir : mesures fiscales pour l’application de la TVA, achats des livres scolaires par l’intermédiaire des librairies, plan pour la lecture publique, protection des droits d’auteur, etc.

18Or, quelle est l’autorité qui prend ces mesures en fonction d’une vue globale de la branche et de son rôle dans la politique culturelle de l’État? Elle n’existe pas.

  • 1 Jusqu’en 1959, la tutelle du cinéma était également assurée par le ministère de l’Industrie. Mais, (...)

19Plusieurs rapports officiels ont souligné que le livre et la lecture relèvent de six directions administratives différentes dont aucune n’a un rôle de coordination. En fait, la tutelle est exercée par le ministère de l’Industrie, au titre des « industries diverses ». Le livre est un produit industriel parmi d’autres1!

20Or, une politique du livre et de la lecture ne saurait être une politique industrielle!

21[…] Qui centralise les statistiques? Qui coordonne mesures législatives et fiscales? Qui commande les recherches nécessaires à une modernisation de la branche? Qui prépare et définit les grandes orientations de la lecture et du livre, compte tenu de la politique culturelle du pays?

22Le problème est pourtant simple et classique. Une direction de la lecture et du livre est facile à concevoir. L’assortir d’un Conseil supérieur de la lecture et du livre où siègeraient côte à côte des représentants de la puissance publique, des professions et du public est chose normale.

23Il ne s’agit pas de constituer une bureaucratie nouvelle ni de la substituer à ce qui existe dans le secteur privé ou dans le secteur public, mais de créer une petite cellule de coordination, de recherche, d’information et d’impulsion. C’est peu par rapport à une affaire de grande conséquence. Ce serait déjà beaucoup.

24À eux deux, ces deux organes élaboreraient une politique de la lecture cohérente, continue et efficace. Une lacune grave serait comblée dans la politique culturelle française. L’avenir culturel de la nation serait plus clair.

Bibliographie

Le Livre et la lecture en France, Paris, Les Éditions ouvrières, 1968, 342 p. [coll. « Vivre son temps », no 19]. Ont participé à cet ouvrage : Jacques Charpentreau, François Clément, André Conquet, André et Geneviève Gentil, Pierre Grosz, André Harotte, Jean Hassenforder, Georges Jean, Henri Lebachelier, Michel Lobrot, Geneviève Patte.

Notes

1 Jusqu’en 1959, la tutelle du cinéma était également assurée par le ministère de l’Industrie. Mais, à la création du ministère des Affaires culturelles, le cinéma lui a été rattaché, à juste raison.

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2010

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access