Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la prospective culturelle

 | 
Augustin Girard

Pourquoi des recherches ? La fin de l’ère des goûts et des couleurs

Paru en 1965 dans L’Expansion de la recherche scientifique

Note de l’éditeur

C’est en qualité de « chargé des études au ministère des Affaires culturelles » qu’Augustin Girard signe ce texte paru au sein d’un dossier intitulé Des chiffres pour la culture. Colloque de Bourges, dans la revue trimestrielle de l’Association d’étude pour l’expansion de la recherche scientifique. Créée à l’instigation de Pierre Mendès France, cette structure, composée de chercheurs, industriels, scientifiques et syndicalistes, entendait incarner la volonté du gouvernement de mettre en place une politique active de la recherche.

Texte intégral

1Recourir à la recherche scientifique pour préciser une politique de développement culturel est une entreprise qui paraît se situer à mi-chemin entre la plaisanterie et le sacrilège. Voilà bien nos technocrates « saisis » par la statistique et les sondages, envoûtés par les chiffres jusqu’à vouloir maintenant mathématiser les « mystères sacrés de l’art »… Halte-là! Halte à la mode et gare à l’imposture! Que la culture, au moins, reste le dernier refuge de l’homme! Mais le recours à la science – aux sciences sociales essentiellement – est commandé par les faits.

2Il est devenu banal d’observer que l’évolution des modes de vie agit directement dans le domaine culturel : l’accroissement de l’instruction, du pouvoir d’achat, des déplacements, des moyens de diffusion, en même temps que la transformation des temps de loisirs dans l’année ou dans la semaine, entraîne une véritable « mutation » des besoins ressentis par la population dans le domaine des loisirs et de la vie culturelle.

3De 1950 à 1962, les achats de disques ne se sont pas multipliés par deux mais par dix. De même, les Français achètent sept fois plus d’appareils de photographie ou de cinéma qu’en 1950. Le poste « loisirs et culture » est celui qui s’accroît le plus vite de tous les postes du budget des ménages, avant l’automobile, le logement ou la santé.

La mutation culturelle

4Cet accroissement de la demande de biens culturels est sans précédent. Or, pour y répondre, les pouvoirs publics disposent en 1964 d’institutions et de méthodes de gestion qui sont celles du XIXe siècle.

5La culture et l’emploi du loisir étaient alors le domaine exclusif des privilégiés et de quelques groupes bénévoles : l’œuvre de la République fut seulement de gérer petitement – l’héritage reçu des monarques, des princes et des évêques. L’État et les collectivités locales ont tenté de succéder à ceux-ci dans leur rôle de mécènes, de constructeurs ou de collectionneurs. Quant à la diffusion culturelle, ils se bornèrent à accorder une aide fragmentée et non coordonnée à quelques initiatives passagères. Or, pendant ces quatre-vingt-dix ans, la scolarité devenait obligatoire, le pouvoir d’achat doublait ainsi que le temps libre, la radio et la télévision pénétraient dans des millions de foyers : aujourd’hui, les pouvoirs publics ne peuvent plus échapper à l’obligation d’offrir aux adultes comme aux jeunes des équipements permanents, des animateurs professionnels, et ils ne peuvent le faire que dans le cadre de politiques à long terme, cohérentes avec les grandes options économiques et sociales d’aménagement de la nation.

6Ainsi, à la « mutation » de la demande doit donc répondre une « mutation » de la politique culturelle :

  • la crise que connaissent les véhicules traditionnels de la culture – théâtres, orchestres, cinéma –, en même temps qu’elle témoigne des transformations profondes des modes de vie, appelle des remèdes d’une espèce nouvelle;

  • il ne s’agit plus de faire progresser peu à peu le montant des crédits culturels, mais de leur faire faire un bond – celui-là même qui est constaté dans la demande privée pour le même secteur (non pas l’indice 150 mais 500);

  • la nature même de l’intervention publique doit être repensée. La puissance publique ne peut plus se borner à contrôler, à gérer, à équilibrer : devant l’ampleur nouvelle de la demande et à côté des réponses anarchiques des marchands, l’État ne peut pas ne pas se faire initiateur, animateur, organisateur.

Une nécessité nouvelle  : la recherche

7C’est de cette mutation que prirent conscience les membres de la Commission de l’équipement culturel lorsqu’ils furent appelés en 1961 à définir pour la première fois un chapitre culturel dans le Plan économique et social de la nation. Mais en même temps, ils s’apercevaient que l’ampleur des phénomènes culturels, le rythme de leur développement, leur nouveauté surtout ne permettaient plus qu’on définît des politiques par le seul recours à l’expérience et au passé. Tenus de situer le développement culturel dans le développement économique et social, ils avaient besoin de données […], de chiffres : il n’y en avait pas. Ils inscrivirent donc au IVe Plan des programmes d’études descriptives : inventaire des équipements et des animateurs, statistiques de fréquentation, des coûts des investissements et des fonctionnements.

8Ainsi seulement pourront être établies des comparaisons avec le passé ou avec l’étranger qui permettront de faire « le point » de la culture en France, ainsi que des « comptes culturels » qui situeront l’activité culturelle de la nation parmi les autres secteurs de l’économie et de la vie sociale. Enfin les besoins culturels de l’ensemble de la population pourront être inscrits à leur place dans la grande montée des besoins sociaux et ne plus être négligés comme domaine du superflu et de la fantaisie individuelle.

9En même temps, puisque ce développement doit atteindre tous les milieux sociaux, il devient nécessaire d’étudier pourquoi la culture ne « passe pas » puis comment, par quels moyens nouveaux, elle pourrait « passer » jusqu’à eux. Des études profondes, relevant de la psychologie et de la sociologie, doivent permettre de déceler les besoins latents, de saisir les motivations cachées derrière les comportements. Ainsi pourra-t-on déterminer les meilleurs lieux d’application des investissements futurs, la nature, la taille et la localisation des équipements. L’étude, par exemple, du public – et du non-public – des musées permet de mieux déterminer les obstacles qui empêchent l’immense majorité des Français de connaître et d’apprécier leur patrimoine. De même, une étude à la fois économique et psycho-sociologique du théâtre permet de cerner les causes et les limites du malaise qui le frappe. De même encore, une étude approfondie de la fréquentation des cinémas permet de savoir où il convient de porter l’effort pour remédier à la crise.

10Enfin, puisque les moyens de diffusion et les modes de vie subissent une mutation, il est indispensable de lancer des expériences, de les suivre de près et d’en tirer des conclusions pour les programmes à venir. Les trois maisons de la culture existantes ont ainsi été étudiées dans leur rayonnement auprès de la population à laquelle elles s’adressent. De même, l’incidence de la télévision sur la vie culturelle des Français a fait l’objet d’une étude spéciale.

11Un tel programme d’études est, à notre connaissance, unique au monde : certes, les sociologues américains ont mené les recherches les plus remarquables sur les communications, notamment par les moyens audiovisuels, mais c’était en vue d’applications commerciales. En Scandinavie, en Allemagne, les universités populaires étudient certains problèmes pédagogiques limités. Mais la notion d’un programme d’ensemble destiné à aider la puissance publique à définir une politique est une notion nouvelle. Ses conséquences sont considérables.

Recherche scientifique et aide à la décision

12Augustin Girard ne doute pas, quand il écrit ce texte, que les résultats des recherches qu’il préconise soient avant tout destinés aux responsables politiques et administratifs de la politique culturelle de l’État. Mais, trente ans plus tard, il fera l’observation suivante :

« Si l’on prend du recul par rapport aux deux cents publications du Département, on s’aperçoit qu’elles ont informé au sens fort, c’est-à-dire proposé des concepts organisateurs, des chiffres, des états des lieux, des évaluations à un milieu bigarré et osmotique de deux à trois milliers d’acteurs du domaine culturel – dirigeants professionnels et associatifs, administrateurs et élus locaux (plus encore que nationaux), enseignants, chercheurs et militants –, plutôt que provoqué, dans le délai minimum, des stratégies nouvelles dans les directions concernées. On touche là à un problème structurel, qui n’est pas propre au ministère de la Culture, ni même à la haute administration dans son ensemble et a fortiori à la sphère politique. Il y a paradoxalement comme une antinomie entre l’aide à la décision et la décision »
(cf. p. 24).

Une attitude nouvelle : l’objectivité scientifique

13Une telle campagne de recherches commence à fournir dès la fin de 1964 une moisson considérable de faits et de réflexions. Mais plus importante, peut-être, est l’attitude radicalement nouvelle qu’elle introduit dans les décisions culturelles.

14D’abord, elle oblige à saisir la culture telle qu’elle est vécue par la population totale, et non plus par l’élite « cultivée ». Il apparaît alors que l’on ne peut pas traiter les problèmes d’équipement culturel sans les situer d’une part, par rapport aux moyens de communication de masse, et d’autre part, par rapport à la vie de loisir des Français. Les loisirs ne sont pas la culture, ils ne sont pas porteurs de valeur, ils sont dangereusement ambigus, mais ils sont le moyen de la culture et ils constituent son cadre. Il ne suffit plus d’être passionné de théâtre pour être capable de définir une politique d’accès aux œuvres dramatiques pour un public qui s’étend à la nation tout entière. Le problème des lieux, des moments et des programmes ne peut se traiter que compte tenu des modes de loisirs des individus.

Un outil nouveau : le chiffre

15Objectivement, la vie culturelle des individus apparaît ainsi comme une consommation parmi d’autres, dans une société qui est dominée par la consommation. La « consommation culturelle » est en compétition avec les autres, et celui qui offre des biens culturels – représentations théâtrales, films ou concerts – doit savoir dans quelles conditions il engage la compétition avec celui qui offre des automobiles ou des sports d’hiver.

16Cette compétition se traduisant par des chiffres, il est nécessaire – et il devient possible – de « quantifier » le domaine culturel. Ce que l’on chiffre, ce n’est pas la culture, mais les moyens de la culture. Or, cette opération, qui paraît barbare à beaucoup et comme anti-culturelle dans son essence, se révèle la plus profitable qui soit pour la culture : en effet, dès que des statistiques sont établies – il n’y avait pas de statistiques culturelles* jusqu’à maintenant – des comparaisons peuvent être faites, soit dans le temps, à l’intérieur d’un même pays, soit de pays à pays. De ces comparaisons on peut tirer des normes, et de cellesci des critères d’intervention pour la puissance publique. Une certaine objectivité peut enfin s’introduire dans le domaine culturel.

17Ainsi, par exemple, lorsqu’un groupe d’amis du théâtre demandait au maire d’une ville d’en construire un, il n’avait pour persuader le conseil municipal que la force de sa rhétorique et peut-être quelques arguments électoraux. Avec des chiffres, au contraire, il peut montrer ce qui se fait à Leicester, à Malmö ou à Ljubljana, et quel est le niveau de dépenses culturelles normal pour une ville comme la sienne. Le chiffre n’est donc pas sacrilège pour l’action culturelle : il est un de ses outils.

Des concepts nouveaux : économiques

18L’obligation de traiter les questions culturelles comme des problèmes économiques et sociaux a un autre avantage : elle conduit à dégager des concepts nouveaux qui permettent de traiter de sujets qui sont obscurcis par la passion légitime que soulèvent les valeurs culturelles. Si par exemple on applique à la musique les notions économiques d’offre et de demande, on apprend que les besoins musicaux des Français sont mieux satisfaits en 1964 que jamais auparavant, en quantité comme en qualité. Cependant, on mesure que l’immense majorité des heures d’écoute musicale est assurée par la télédiffusion et le disque, secteur qui n’emploie que quelque quatre cents musiciens. Or, il y a cinquante ans, la diffusion musicale était assurée par huit mille professionnels au moins. L’INSEE en recense le même nombre actuellement, mais la plupart de ces musiciens sont réduits à exercer des emplois qui ne correspondent pas à leur vocation. Le chiffre permet de voir que ce ne sont pas des subventions ici ou là qui apporteront un remède, mais une politique d’ensemble orientant notamment les jeunes vers d’autres carrières musicales. La réflexion est partie non d’une valeur esthétique, qui est en effet sacrée, mais de données sur l’emploi et sur la technique, sur lesquelles on peut raisonner.

19Un sociologue américain a montré que les fonctions successives d’un musée étaient : la collecte, la conservation, la présentation et enfin la diffusion. Ces concepts permettent de dégager les critères d’une programmation qui serait impossible si l’on ne considérait que les œuvres elles-mêmes.

20Mais de tels critères peuvent être étendus à l’ensemble de l’action culturelle, et l’on peut alors y reconnaître cinq fonctions essentielles : la création, la conservation, la diffusion, la formation et la recherche. Cette répartition en fonctions permet à son tour de mieux pondérer les grands choix auxquels oblige la planification. Ici encore, la réflexion n’est pas partie de l’objet d’art, mais de la société par rapport à laquelle on a cherché à définir la fonction de l’objet d’art.

La démarche même de la planification

21Cette démarche, qui consiste à partir de la population, de ses modes de vie et de ses besoins, à les exprimer en chiffres, en termes économiques et en programmes, c’est celle même de la planification.

22Lorsqu’il s’agit de définir un niveau d’activité pour l’entreprise comme pour la nation, la démarche planificatrice, surtout à partir du IVe Plan, consiste à partir non plus de la production, comme on faisait autrefois, mais du consommateur et de sa demande.

23Le renversement ainsi opéré dans la gestion de l’entreprise ou de l’État peut se retrouver dans le domaine culturel. On considérera alors qu’il faut se préoccuper non seulement de l’offre de culture, mais aussi de la demande des publics. Certes, il ne suffit pas de répondre à la demande du public pour définir une action culturelle, mais il faut que l’offre parte de cette demande, la dépasse, la précède, mais ne la perde jamais. Suffit-il, pour dire qu’une exposition est un succès, de rassembler savamment des toiles encore jamais réunies, ou faut-il encore qu’un très large public en ait été informé, qu’il ait pu venir, et qu’il ait été rendu capable d’admirer ?

Renversement

24On s’aperçoit alors que ce qui est renversement dans l’ordre économique est révolution en politique culturelle : jusqu’à maintenant, la décision de « favoriser les Beaux-Arts » était prise « d’en haut » par un esprit distingué ou généreux. Il s’agissait d’ailleurs du domaine du superflu : la culture était le luxe et l’ornement d’un individu. Aujourd’hui, la culture est considérée comme un « besoin » de l’individu. Dès lors, ce besoin s’inscrit dans la montée des besoins sociaux : le développement culturel prend sa place dans le développement social de la nation à côté du développement de l’instruction dont il est le complément plus que jamais indispensable, et il bénéficie normalement de l’expansion. Les crédits consacrés à la culture ont désormais justification objective.

  • 1 Cf. Jeanne Laurent, la République et les Beaux-Arts, Paris, Julliard, 1995 [rééd.].
  • 2 Le budget des Affaires culturelles représente, dans le budget total de l’État, 4,60/00 en 1909, 3,2 (...)

25Nous voici fort loin de la politique des Beaux-Arts de la République* française depuis 1871 : lorsqu’on l’étudie1, on est atterré de voir qu’il s’agit non pas d’une politique mais d’un résidu de tâches, sans lien entre elles, héritées des hasards de la politique ou de l’idéal. Comment s’étonner alors que les budgets soient allés en s’amenuisant2 ? Quelle assemblée, quelle administration financière raisonnable pouvaient admettre de dépenser l’argent rare de la nation pour des mesures sans suite, purement subjectives, fondées seulement sur la générosité et le goût de quelques personnages passagers ?

26En renversant la démarche qui permet de définir une politique culturelle, on met un terme à l’ère des « goûts et des couleurs ». Un fondement objectif est trouvé à l’affectation des crédits : des critères sociaux d’intervention peuvent être utilisés, des priorités définies, des programmes pluri-annuels établis. Ainsi, ce qui est neuf dans l’aventure commençante de la planification culturelle, ce n’est pas tant la possibilité de programmer sur quatre ans des opérations définies antérieurement, ni même d’arrêter des priorités dans les tâches à accomplir : c’est cette révolution dans l’attitude vis-à-vis de la culture où apparaît enfin l’objectivité. En cela, cette attitude peut être dite scientifique.

Ce qui ne se programmera jamais

27Il reste – bien sûr – que les démarches scientifiques de la planification ne peuvent que préparer la décision et non la commander, et que seule une volonté politique peut promouvoir une politique culturelle.

28Il reste surtout que l’action de quelques créateurs courageux et de quelques animateurs inventifs va plus loin, plus vite que les meilleurs raisonnements des « organisateurs ».

29Il reste enfin que la culture d’une société est affaire de diffusion certes, mais mieux encore œuvre individuelle et collective de création. Ce qui se passe alors, et ce qui est communiqué, met en jeu ce qui fait la valeur de l’existence des hommes. Il y a là un primat absolu auprès duquel tout le reste est service.

30Mais la culture saura toujours tracer la ligne que la science et l’organisation ne peuvent franchir. Elle ne le fera que trop aisément. Pour l’heure, c’est vers la science et l’organisation qu’il faut pousser le pendule.

IVe République : le « temps de l’espérance contrariée »

31Dans le Préambule de la nouvelle Constitution, votée en 1946, la IVe République garantit solennellement « l’égal accès de l’enfant et de l’adulte […] à la culture ». De fait, dès la fin des années 1940, sont créés les centres dramatiques, le Centre national de la cinématographie, les festivals de Cannes et d’Avignon… Pourtant, lors de la décennie suivante, cet élan s’interrompt, au point que l’historien Philippe Poirrier a pu qualifier cette période de « temps de l’espérance contrariée ». Au cours des années 1950, des voix s’élèvent – Jeanne Laurent, Robert Brichet… – pour réclamer la création d’un ministère spécifiquement dédié aux « affaires culturelles ». En 1959, la Ve République naissante exaucera ce vœu.

Les enquêtes du Service des études et recherches du ministère de la Culture

Enquête sur les dépenses culturelles des collectivités territoriales

32Dans les années 1970, le SER entreprend de réaliser des enquêtes sur le financement public de la culture au niveau des financeurs nationaux et territoriaux – administrations de l’État (ministère de la Culture et autres ministères) puis établissements publics régionaux, enfin départements et communes.

Enquête sur les pratiques culturelles des Français

33Réalisée pour la première fois en 1973, cette enquête a été renouvelée à quatre reprises – 1981, 1989, 1997, 2008 – avec la préoccupation première d’assurer les conditions d’une comparabilité rigoureuse entre les résultats des cinq éditions. Cette contrainte est illustrée par deux exigences fondamentales :

    • l’enquête par sondage porte toujours sur la même population de référence – la population résidant en France, âgée de quinze ans et plus;

    • une grande partie du questionnaire initial a été conservée en l’état, même si plusieurs innovations ont été apportées au fil du temps pour tenir compte des mutations intervenues. L’objectif fixé dès le départ était d’« évaluer le poids respectif de toutes les pratiques d’ordre culturel et socioculturel mais aussi mettre en évidence les articulations qui existent entre elles, leurs complémentarités et leurs oppositions » (extrait de l’avant-propos, Enquête 1973).

Bibliographie

L’Expansion de la recherche scientifique. Revue trimestrielle de l’Association d’étude pour l’expansion de la recherche scientifique, no 21, décembre 1965, « Des chiffres pour la culture. Colloque de Bourges », 40 p. À côté d’Augustin Girard, ont participé à ce numéro Joffre Dumazedier, Pierre Bourdieu, Paul Chombart de Lauwe et alii. Préfaces d’André Holleaux et de Bertrand Girod de l’Ain. Ce texte a fait l’objet d’une réédition dans l’ouvrage Trente ans d’études au service de la vie culturelle publié par le ministère de la Culture et de la Francophonie à l’occasion du départ à la retraite, le 8 mars 1993, d’Augustin Girard (document disponible auprès du Comité d’histoire).

Notes

1 Cf. Jeanne Laurent, la République et les Beaux-Arts, Paris, Julliard, 1995 [rééd.].

2 Le budget des Affaires culturelles représente, dans le budget total de l’État, 4,60/00 en 1909, 3,20/00 en 1939 et 3,10/00 en 1964.

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2010

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access