Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de la prospective culturelle

 | 
Augustin Girard

Les tâches du Présent

Paru en 1965 dans Janus. L’Homme, son Histoire et son Avenir

Note de l’éditeur

1965 : Augustin Girard, à l’invitation de Bernard Anthonioz, a rejoint le ministère des Affaires culturelles d’André Malraux. Il s’exprime comme ancien rapporteur – en 1961 – du groupe de travail « Action culturelle » à la Commission du patrimoine artistique et de l’équipement culturel du IVe Plan* et comme animateur d’un groupe d’étude des loisirs à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne

Texte intégral

Une dimension nouvelle de la vie de la société

1Les loisirs des plus larges couches de la population constituent dans une société hautement développée et très urbanisée une part de plus en plus importante de l’activité économique, un moteur puissant pour le développement social en même temps qu’un élément majeur dans l’équilibre de la vie des hommes. Tous ceux qui ont à prendre des décisions sur l’équipement des collectivités en sont depuis quelques années profondément conscients […] À tous il apparaît que la qualité de la civilisation de demain sera largement commandée par le contenu du loisir des masses.

2En effet, l’évolution des modes de vie dans la société à haut niveau de consommation agit directement sur les loisirs: l’accroissement de l’instruction, du pouvoir d’achat, des déplacements, des moyens de diffusion, du rythme et de la durée de la vie, en même temps que l’extension et la transformation radicale des temps de loisirs dans l’année, dans la semaine ou dans la journée ont déjà amené et vont entraîner dans les années qui viennent une véritable mutation des besoins ressentis par la population dans le domaine des loisirs et de la vie culturelle.

3Or, devant cette « explosion » des besoins, la France ne dispose actuellement d’aucun organisme de réflexion, d’étude ou de décision […] L’étude des besoins de loisirs et des possibilités de vie culturelle des différentes catégories de population est depuis peu une ambition réalisable: il y a là un immense « marché » que les sciences humaines sont en mesure d’étudier objectivement […].

L’évaluation des besoins

4[…] On assiste depuis quelques années à une puissante montée des besoins dans le domaine des loisirs. Et lorsque l’on se demande si ce mouvement se poursuivra, on s’aperçoit alors qu’il n’est qu’à ses débuts [et on peut] penser que le doublement de la demande observé entre 1950 et 1962 redoublera pour 1970, et encore une fois pour 1985 […] Telle est la quantité de la demande, l’ampleur du phénomène. Mais quelle est sa nature? Que sont les loisirs?* Comment sont-ils vécus par chacune des catégories de la population?

L’enquête auprès du public

5[…] La réponse doit être cherchée, non dans l’appréciation subjective, mais dans l’observation scientifique et objective: l’enquête par sondage auprès du public. [Toutefois,] l’évaluation ainsi faite ne constitue pas, à proprement parler, une prévision, ni une demande réelle; elle n’a pas de valeur objective et ne saurait être prise à la lettre. Elle permet simplement de prendre conscience de l’ampleur des phénomènes à attendre ainsi que des conditions les plus apparentes de la demande future. De plus, simple extrapolation, elle doit être complétée […] par cinq autres [modalités] d’évaluation des besoins.

6La première est l’enquête auprès des experts, des fonctionnaires spécialisés (inspecteurs régionaux de la jeunesse, du tourisme, etc.) et des élus locaux.

L’établissement d’une politique

7Les prévisions ne font pas une politique: en planification, le stade de la prévision ne sert qu’à préparer le stade suivant, qui est celui des objectifs. Si l’étape de la prévision, qui relève des techniciens, est celle de la quantité, l’étape des objectifs peut être celle de la qualité – et elle est l’affaire de la nation. Aussi les chiffres et les méthodes un peu arides ne [visentils] qu’à souligner l’importance de la question posée à la nation. Le point essentiel est de savoir quelle réponse la nation veut lui donner.

8À une question ainsi posée, la réponse pourra paraître simple à beaucoup: c’est à la puissance publique de fournir une offre de qualité. Hélas! Cette réponse est économiquement et politiquement fort peu viable […] Faut-il dès lors en conclure que le loisir doit être entièrement laissé aux jeux du marché, aux entrepreneurs, aux commerçants? Ce don nouveau de la société industrielle, chance unique pour le développement de la personne et de la communauté, sera-t-il gaspillé en satisfactions futiles, pour le plus grand profit des marchands? Arrivera-t-on au « chaos des loisirs » que certains dénoncent déjà? Il y a là une demande immense qui est comme un défi aux gouvernants […]

9Ces propositions pour une politique des loisirs paraîtront bien précises et concrètes pour un problème qui n’est pas « mûr ». Mais est-il vraiment nécessaire d’attendre que les fruits soient blets pour qu’on songe à les cueillir?

L’« ardente obligation » du plan

10Dès 1959, André Malraux et ses collaborateurs prennent conscience que le nouveau ministère des Affaires culturelles se devait d’apporter sa contribution aux travaux du Plan: non seulement pour des raisons fondamentales, compte tenu des enjeux liés à la culture dans la société à venir; mais aussi parce que sa participation active permettrait d’ancrer durablement la nouvelle politique culturelle dans l’action gouvernementale et d’augmenter les moyens mis à sa disposition. Un groupe de travail est constitué, chargé d’étudier les divers problèmes d’équipements culturels dans la région de Paris, dont le rapporteur est Augustin Girard.

11Le IVe Plan a marqué une phase exemplaire de l’histoire de la planification française, pour plusieurs raisons: la personnalité du nouveau commissaire général du Plan, Pierre Massé; la conjoncture des années 1960-1962 et la régularité de la croissance mondiale; l’attachement du général de Gaulle à l’« ardente obligation » de la planification. Ce plan s’articulait autour de trois objectifs: une croissance forte dans le respect des grands équilibres; une progression des équipements collectifs deux fois plus rapide que celle du PIB; un effort de correction des inégalités sociales et régionales, avec une attention particulière aux problèmes de répartition des fruits de l’expansion. Le IVe Plan a été le mieux exécuté de tous les Plans.

La « civilisation du loisir »

12Les années 1960 correspondent en France à l’apogée des « Trente Glorieuses », ces trois décennies ayant suivi la Libération et que caractérisent une croissance soutenue, la satisfaction de plus en plus grande des besoins fondamentaux et l’augmentation du niveau de vie. Dans un tel contexte, la question de l’occupation du temps libre devient essentielle et amène certains chercheurs à pronostiquer l’avènement de la « civilisation du loisir ». Associés aux travaux du Plan, ces derniers en viennent à élaborer la notion de « développement culturel », qui inspirera pour une bonne part la politique culturelle de la décennie suivante, notamment lors du passage de Jacques Duhamel rue de Valois (1971-1973). Parmi ces chercheurs figure Joffre Dumazedier (1915-2002). Sociologue et chercheur au CNRS, il est un des pionniers, en France, des études sur les loisirs et la culture populaire. Avec des amis appartenant tous à la génération du « Front populaire » – Bénigno Cacérès, Paul Lengrand, Joseph Rovan… –, il fonde en 1944 le mouvement d’éducation populaire « Peuple et Culture », qui défend le droit à l’éducation et à la culture pour tous et tout au long de la vie. Adepte d’une sociologie engagée, il intervient lui-même sur certains terrains, notamment à Annecy et à Grenoble. Il publie en 1962 un ouvrage pionnier – Vers la civilisation du loisir –, étude sur le loisir des masses et les interactions avec l’ensemble des activités de la vie quotidienne, que ce soit le travail, la famille ou la politique.

13Ceux-ci en savent souvent plus long que le plus habile sociologue après une vaste enquête. Leur concours est indispensable.

14Plus tournée vers l’avenir est la deuxième sorte d’enquête, qui doit être menée auprès des « leaders d’opinion », dirigeants et militants des associations qui œuvrent dans le domaine.

15Plus profonde est l’enquête qualitative, qui est menée par interviews non directives auprès de quelques échantillons typiques de la population: on en obtiendra les tendances qui cherchent à se satisfaire à long terme.

16Très efficaces, les comparaisons internationales, qui permettent de discerner les niveaux de loisirs auxquels correspondent divers seuils atteints dans les niveaux de vie, fournissent également des hypothèses d’évolution des besoins.

17Enfin, la démarche prospective, qui consiste à imaginer quelles sont les principales données de la vie économique et sociale du pays à un « horizon » donné, conduit à diverses propositions pour une politique des loisirs. Le but de la démarche prospective n’est pas de dresser un tableau cohérent de la société « vingt ans après », ce qui est impossible, mais de retenir ce qui paraît commun à toutes les hypothèses possibles. Ces composantes communes permettent alors de tirer trois ordres de conclusions: quelles sont les lignes de force les plus probables de l’évolution future; quelles sont les dispositions à prendre avant même le développement des phénomènes (par exemple: réserver des terrains, former des formateurs, créer un outil scientifique d’observation des phénomènes); quels sont les éléments du présent sur lesquels doit se fonder la politique de développement.

18Les six méthodes se compensent pour atténuer le caractère mécanique de l’extrapolation. Elles permettent de prendre en considération les tendances nouvelles qui commencent à se faire jour et qui sont perçues par les « relais » locaux. Elles introduisent enfin dans la prévision des préoccupations normatives qui sont inévitables et indispensables.

19Il reste évident en effet qu’on ne saurait passer directement de l’information à la décision et que ce sont les systèmes de valeur qui doivent commander la définition des objectifs et présider à la préparation des décisions.

Bibliographie

Janus. L’Homme, son Histoire et son Avenir, no 7, juin-août 1965, « La révolution du loisir », 159 p. Ont participé à ce numéro: Patrice Boussel, Maurice Clavel, Jean Fourastié, Georges Friedmann, Augustin Girard, Jean-François Gravier, Maurice Herzog, Paul Lafargue, Morvan Lebesque, Madeleine Léo-Lagrange, Daniel Mayer, André Parinaud, Jacques Peuchmaurd, Évelyne Sullerot et alii. Éditeurs: Nouvelle Librairie de France et Robert Laffont.

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2010

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access