Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Prospective du commerce physique de biens culturels

 | 
Philippe Moati

Avant-propos

Philippe Chantepie

Texte intégral

1Le commerce physique et la culture. Il y a peu encore, leur rapprochement aurait pu paraître étrange et leur prospective impertinente. Elle est devenue urgente et nécessaire. Deux ou trois décisions financières concernant de grands acteurs mondiaux peuvent modifier brutalement les marchés nationaux et la diversité culturelle, alors qu’opèrent déjà révolution numérique, transformation des habitudes de consommation et leurs attentes. Or, le commerce physique est un maillon économique central de l’économie de la création, de la production et de l’édition : il assure le passage d’une diversité produite à une diversité distribuée, nécessaire à une diversité consommée. C’est dans le commerce physique que voisinent les promesses de débouchés et les risques de goulots d’étranglement pour l’économie de l’offre culturelle, ce qui justifie des stratégies originales.

2Concurrencé par le commerce en ligne, sur lequel se sont positionnés de nouveaux acteurs, comme par la contrefaçon, le commerce est confronté à de nouvelles approches des territoires et des mobilités, à des mutations de goûts et de sorties, dans un contexte foncier inflationniste. Peu régulé au regard d’objectifs culturels, le commerce physique des biens culturels traverse une zone de turbulences, certaines de ses mutations lui étant propres, d’autres affectant l’activité commerciale dans son ensemble.

3Distinguer mais aussi comprendre l’articulation des unes et des autres est nécessaire pour élaborer des scénarios d’évolution des filières à horizon temporel 2015, utiles aux acteurs du commerce culturel et aux pouvoirs publics. L’accès à la culture et à la diversité en dépendent.

© Département des études, de la prospective et des statistiques, 2011

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 3.0 Unported - CC BY-NC 3.0

Lire

Open access